ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 26-03-2007 12:27:03

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

http://mondialisation.ca/index.php?cont … cleId=5179


Témoin d’un viol collectif de femmes irakiennes par ses supérieurs, un déserteur américain avoue que l’armée de son pays est composée de terroristes !

Ce témoignage est du soldat déserteur Ky, dans son livre «  j’ai fui l’armée américaine ».
Ky est un jeune campagnard, analphabète qui vit en Oklahoma. Il a vu dans l’armée américaine et ses promesses- de la couverture sanitaire à la formation professionnelle- la voie toute tracée pour l’ascension sociale et une vie meilleure.

En 2002, il n’avait pas encore 24 ans, mais il était marié et père de deux enfants. Il s’engagea alors dans l’armée. Il raconte que l’officier recruteur lui avait promis de ne pas l’envoyer à l’étranger, mais au bout d’un an seulement, il était en Irak.

Après 24 heures de son arrivé en Irak, il a commencé à se poser des questions sur les raisons de sa présence avec ses camarades, dans ce pays. Au mois de décembre 2003, il rentre au pays pour une permission de deux semaines mais ne revient pas en Irak. Il disparaît dans la nature et se cacha jusqu’au mois de mars quand il passe la frontière canadienne avec sa famille, tout près des chutes du Niagara.

Le premier jour à Ramadi, j’étais terrorisé.

Aussitôt que l’aviation avait cessé de bombarder ces gens, nous avons quitté nos véhicules et commencions à ratisser les rues, à pieds. Je me déplaçais comme une vache, tant mon paquetage, mes armes, mes munitions et autres équipements, pesant près de 100 livres, me courbaient le dos.

Notre unité se composait d’une vingtaine d’éléments se déplaçant dans des rues pleines d’irakiens. Je n’ai pu m’empêcher de penser qu’à tout moment un sniper pouvait m’abattre du haut d’un toit de n’importe quelle maison. Les enfants irakiens m’entouraient de toute part comme un essaim d’abeilles, tendant les mains pour quémander à boire et à manger.
Les dernières paroles de ma femme, alors que je montais dans l’avion, me revenaient en mémoire: « ne laisse pas ces terroristes t’approcher, même si c’étaient des enfants. Tues les avant qu’ils ne te tuent ».

Ce soir là, j’ai été réveillé à 3 heures du matin et on m’a ordonné de quitter le lit parce que dans une heure nous allions faire une descente dans une maison pleine de terroristes !!!

Le Capitaine Cond et d’autres officiers et sous-officiers du grade de sergent, nous ont montré à moi et à mes camarades, une carte satellite et un plan intérieur d’une maison. Notre mission était de faire exploser la porte et de nous introduire dans la maison, très rapidement, pour tout fouiller, à la recherche d’armes et de tout signe d’activités terroristes, puis d’arrêter le plus vite possible les hommes parce que plus notre présence durait dans la maison, plus nous étions exposés aux tirs de mortier et des roquettes.
En fait je n’avais aucune idée de ce qui pourrait nous arriver. Dois-je me précipiter par la porte en risquant de me faire écrabouiller par une grenade ? Il y aurait-il quelqu’un qui me ferait exploser le derrière par une rafale de Klachnikof au premier pas dans la maison ? Il y aurait-il un enfant de 6 ans qui aurait reçu une formation de deux jours au maniement des armes et qui m’abattrait alors qu’il est assis sur sa chaise ? Des minutes passèrent alors que j’espérais que l’heure se passe pour en finir avec l’attente. Un ou deux soldats firent quelques mouvements de musculation avant de partir. J’ai emprunté un lecteur CD portable à Masson et je me fis exploser le tympan par le rythme de Ozzie Osbourne. La musique m’aida un peu.

J’étais prêt et mon moral était bon. J’ai regardé ma montre en espérant qu’elle avance plus vite. J’ai pris une cigarette au goût de Bourbon entre les lèvres. On ne peut pas fumer correctement une cigarette quand on a entre les mains un fusil M249. Ces cigarettes sont les meilleures dans ces conditions même si elles rendent la bouche noire comme le pêché et que leurs résidus empoisonnent l’haleine. C’était ma dose de nicotine indispensable avant l’assaut.

J’avais retenu ma leçon et appris les ordres. Je connaissais tous les recoins de la maison et la porte que nous devions faire exploser, le nombre d’étages et la mission de chacun de nous lors de l’assaut.

J’étais le 3ème  à la porte ce qui voulait dire que j’étais le 2ème homme à recevoir les balles s’il y avait quelqu’un à la maison pour nous tirer dessus. Il me fallait me diriger vers la gauche. J’avais toujours ce classement dans les assauts : le 2ème  à entrer et à me diriger à gauche.

J’ai agrippé mon arme …Elle peut tirer 2000 coups à la minute, mais théoriquement seulement. En fait on ne peut pas garder le doigt sur la détente pendant tout ce temps. Quand on tire des rafales, la chambre se transforme en véritable braise et si l’on continue à tirer plus longtemps, la chaleur risque de détruire l’arme.

J’ai fini avec Johns de mettre la charge de plastic sur la porte en 30 secondes. Puis nous nous sommes enfuis d’un côté et de l’autre de la porte pour éviter de nous faire griller. Après l’explosion, nous nous sommes jetés à 6 dans la maison. Johns était le premier à rentrer.

C’était un jeune homme mince, aux cheveux roux. Il était originaire de l’Ohio et toujours très enthousiaste. Nous nous sommes précipités derrière lui à l’intérieur de la maison, solidement armés, avec nos gilets pare-balles, nos mitraillettes automatiques et nos bottes de combat…et la peur au ventre. Je ne suis jamais rentré auparavant dans une maison irakienne.

Nous sommes rentrés dans la cuisine en premier. Notre commandant Padella avait ordonné qu’on fouille tout et c’est pour cela que j’ai ouvert le frigidaire dans l’espoir d’y trouver des armes ou des grenades. Rien du tout ! Tout ce que j’ai vu dans le frigidaire, c’était un peu de nourriture et, dans le frigo, des planches de viande à découvert et sans même des sacs de plastic. Juste de la viande congelée. Nous avons couru vers le salon où il y avait des matelas, un à chaque mur. Il y a avait aussi deux enfants, une adolescente et une femme. Ailleurs, dans la maison, il y avait 2 garçons, un adolescent et un jeune d’une vingtaine d’années. Ils étaient frères.

Nous avons crié et juré. J’ai craché mon tabac par terre. Mes cris se mêlaient à ceux de mes camarades. Je savais que les gens de la maison ne comprenaient rien mais je criais quand même « à terre, à terre, fermez vos gueules maudites » ! Ils ne comprenaient pas ce que voulait dire Get Down, alors on a frappé les 2 frères jusqu’à ce qu’ils se mettent par terre, on leur a mis les genoux sur le dos puis tiré les mains derrière et en un clin d’œil, nous les avons menottés avec du fil de plastic. Ces menottes serrent encore plus quand les gens bougent les mains et n’ayant pas de clé, il faut les couper au couteau pour démenotter. Nous avons poussé les deux frères à l’extérieur où il y avait 12 de nos camarades. Les 2 frères ont été amenés à un centre américain d’interrogatoire. Je ne sais pas où il se trouve ni comment il s’appelle. Tout ce que je sais c’est qu’on y envoie  les mâles de plus de 5 « pieds » de hauteur qu’on trouve dans les maisons que nous fouillons. Je n’ai jamais revu, dans les zones que nous ratissons régulièrement, les gens que nous envoyons dans ces centres.

A l’intérieur nous avons continué à mettre la maison sens dessus dessous. Quand on ne trouve rien, ni armes ni choses suspectes, nous nous acharnons à fouiller un peu plus et à mettre tout sens dessus dessous.

Nous avons vidé les tiroirs, éventré les matelas et les sommiers, fouillé trois chambres à coucher au deuxième étage puis nous sommes montés au troisième. Nous avons tout fouillé et détruit tous les meubles d’une manière systématique pour chercher des armes et des munitions et tout ce qui peut attester d’une activité terroriste ou la présence d’armes de destruction massive. Nous n’avons rien trouvé à l’exception d’un CD d’un discours de Saddam Hussein. A peine avons-nous terminé de fouiller les entrailles de la maison et de tout casser, un autre groupe a pris la relève pour casser un peu plus, généraliser le désordre, cherchant des armes ou autre chose suspecte qui auraient échappé à notre attention.

A l’extérieur de la maison, on m’a chargé de surveiller les femmes et les enfants. On ne les a pas appréhendés mais on ne les laissait aller nulle part et personne ne pouvait aller chez les voisins. Personne ne pouvait rentrer dans la maison non plus. Tous devraient rester là où ils étaient alors que nous dévastions leur maison. C’est à ce moment là que la jeune adolescente a commencé à fixer des yeux. J’ai essayé de l’ignorer mais elle m’adressa la parole. A l’intérieur, alors que nous leur crions et jurions, à elle et aux siens, il m’a semblé que personne ne connaissait un mot d’anglais. Mais cette jeune fille a commencé à me parler en Anglais alors que ses yeux me perçaient le corps.

Elle était si chétive, une peau et des os, ne pesant pas plus de 100 livres. Elle n’était pas une femme accomplie, mais quelque chose en elle était si fort et si dérangeant. Quelque chose en elle me faisait peur et j’espérais pouvoir m’en éloigner rapidement, mais mon devoir était de rester pour l’empêcher de bouger. Mon arme était prête. Elle portait une chemise de nuit bleue et couvrait ses cheveux avec un foulard blanc. Elle ne se couvrait pas le visage si bien que je pouvais la regarder. Ses yeux étaient d’un noir charbon et remplis de haine. Elle m’a demandé en Anglais : «  vers où prenez-vous mes frères »? J’ai répondu « je ne sais pas mademoiselle ». Pourquoi vous les prenez ? Je ne peux pas le dire. Quand est-ce que vous nous les ramenez ? Je ne peux pas vous répondre. Pourquoi vous nous faites cela ? Je n’ai pas pu répondre. Je ne voulais pas qu’elle fasse un scandale, qu’elle commence à crier de sorte que cela attire l’attention de mes camarades dont certains seraient prêts d’user de la crosse de leur fusil pour lui casser les dents.

Je n’avais pas passé plus de 24 heures en Irak que j’ai commencé à me poser des questions et à avoir de drôles d’impressions.

Premièrement j’étais exposé au danger et je n’aimais pas cela. Je savais qu’avec tous ces soldats et tous ces équipements, j’étais à tout moment et n’importe où, exposé…N’importe quel irakien, avec un fusil, un mur derrière lequel se cacher et une bonne vue, pouvait m’abattre plus rapidement qu’un aigle ne puisse se ruer sur une gerboise.

Deusio, depuis mon premier pas dans cette guerre, j’ai senti un malaise et j’ai considéré qu’il y avait une erreur dans notre présence dans ce pays. Nous n’avons rien trouvé dans la maison de cette jeune fille mais nous l’avions dévasté en 30 minutes et arrêté ses deux frères. A l’intérieur, il y avait encore des soldats qui fouillaient la maison. Je ne me sentais pas bien à demeurer garder cette jeune fille dans le garage par le froid de l’aube de ce mois d’avril à Ramadi.

Les questions de cette jeune fille m’ont profondément bouleversé et je ne veux pas être dans la position de quelqu’un qui ne peut pas répondre. ..même en mon for intérieur. Les descentes et les fouilles des maisons, de fond en comble, sont l’essentiel des missions auxquelles j’ai participées en Irak. J’ai participé à près de 200 descentes de ce genre, tout au long de ma mission en Irak et nous n’avons trouvé dans aucune d’elles, ni armes ni preuves de terrorisme.

Je n’ai rien trouvé qui puisse justifier la terreur que nous provoquions chaque fois que nous faisions exploser la porte de la maison d’un civil, que nous détruisions tout ce qu’il possédait, que nous battions et interpellions les hommes. Mais le pire c’était ce que nous avions commis lors d’une de ces descentes.

C’était une belle maison de deux étages située dans une zone un peu à l’écart.

J’ai mis, comme d’habitude, la charge explosive sur la porte et l’avons fait exploser. Aussitôt, nous nous sommes rués dans la maison. Les femmes trébuchaient en sortant des chambres et trois jeunes adolescentes se mirent à crier en nous voyant.

Certains de mes camarades les ont maîtrisées de leurs armes alors que d’autres se sont rués à l’intérieur de la maison. On n’avait pas trouvé d’hommes du tout, mais seulement six autres femmes qui avaient entre 20 et 30 ans. Encore une fois mes camardes n’ont pas trouvé trace d’armes ou d’autre chose de suspect et cet échec les a poussés à dévaster un peu plus la maison, à détruire ses meubles, à éventrer les matelas et les sommiers et à jeter par terre le contenu des tiroirs et des armoires.

A l’extérieur j’ai trouvé le soldat Hiz avec une femme au garage. Il pointait sa tête de son arme, mais elle n’arrêtait pas de crier pourquoi on leur faisait cela. Hiz lui ordonna de se taire mais elle continua à crier « nous ne vous avons rien fait ». Hiz était fou de colère. Je m’adressai à la femme pour lui dire que nous ne faisons qu’exécuter des ordres et que nous ne pouvions lui parler. Mais elle continua de crier de plus beau : « vous êtes des gens ignobles, vous autres américains. Vous vous prenez pour qui, pour nous faire cela ? ». Hiz lui a asséné alors un coup de crosse à la figure et elle s’est affalée sur le sol, le visage en sang. Elle ne bougea plus. J’ai écarté Hiz en lui disant qu’est ce que tu fais là ? Tu as une femme et deux enfants, tu ne dois pas la frapper ainsi. Il me regarda avec des yeux haineux comme s’il voulait me tuer. Mais il ne toucha plus à la femme.

Cet incident avec Hiz m’a perturbé parce que je ne l’avais jamais vu perdre son calme tout au long de mon travail avec lui en Irak. J’ai eu la sensation que s’il avait perdu son calme et frappé cette femme, c’est que nous sommes tous confrontés à connaître un jour ce genre de réaction.

Il s’est passé par la suite quelque chose que je vois depuis dans mes cauchemars.

Les femmes ont été introduites par la suite à l’intérieur de la maison et on nous a demandé de surveiller à l’extérieur. Quatre militaires sont entrés et se sont enfermés avec les femmes. Nous n’avons rien vu des fenêtres et je n’ai pas su qui étaient les militaires ni de quelle unité. Mais je sais qu’ils étaient plus gradés que nous et au moins du grade de lieutenant et plus, parce que Joice, qui était une femme lieutenant de notre unité, était avec eux. Sa présence ne les avait pas dérangés du tout. D’habitude quand nous faisions une descente dans une maison, cela durait 30 minutes et même moins, du début à la fin. Nous n’avions aucun désir de rester longtemps dans le même lieu, de peur  de subir des attaques au mortier. Mais nos chefs nous ont ordonné de rester à l’extérieur de la maison pendant une heure. Les femmes ont commencé à crier, avec les militaires à l’intérieur et les portes closes. Cela a duré longtemps. Les hommes sortirent enfin et nous intimèrent l’ordre de partir. C’est alors que je me suis aperçu que les terroristes, c’étaient nous, les soldats américains qui terrorisent les irakiens.

Nous les terrorisons, nous les battons, nous détruisons leurs maisons et peut-être que nous les violons !
Celui que nous ne tuons pas, nous lui donnons toutes les justifications du monde pour qu’il se transforme en terroriste !
Qui leur en voudrait de vouloir nous tuer et tuer tous les américains avec tout ce que nous leur faisons subir ?
Cette conclusion bouleversante s’est transformée dans mes entrailles à quelque chose qui ressemble à un cancer généralisé qui m’a perturbé au quotidien, tout au long de ma présence là-bas !

Les terroristes en Irak, c’est nous les américains !

16 mars 2007

Traduit de l’américain en arabe par Boutheina Nassiri et en français par Ahmed Manai
http://www.tunisitri.net/


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#2 26-03-2007 12:52:28

Apocalypse.selon.STGeorge
Nouveau membre du forum
Lieu: Meurthe-et-moselle
Date d'inscription: 09-03-2007
Messages: 29

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Que dire sinon que sont bien résumées ici les intentions americaines à savoir entretenir toujours et encore le terrorisme...


''We'll make no distinction between the terrorists who commited these acts and those who aren't with me." leçon de démocratie par George W. BUSH (ou comment étouffer dans l'oeuf toute contestation) "Je les ai tous bien fumés avec mon Patriot Act, lol lol lol !!!" G.W. BUSH

Hors ligne

 

#3 26-03-2007 13:38:36

franck33
Invité

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

C'est vraiment désolant!!!sad

 

#4 26-03-2007 14:20:20

Reno
Membre du forum
Date d'inscription: 13-02-2007
Messages: 1701

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Triste pour les civils...
Pour les hommes...
Pour la démocratie.

Y'a des jours comme ça où même en ayant pas voté Bush, même en se battant pour que tout ca s'arrête... ben on a honte d'être humain.
Aujourd'hui c'est le cas.

Merci a Thibaut d'avoir transmis cela... Honte....


"Il suffit d'avoir un quotient intellectuel supérieur à la température ambiante pour comprendre que le 11 septembre est une affaire montée de toutes pièces."
Tout a été rendu possible le jour où le Lion est mort dans la vallée du Panshir.

Hors ligne

 

#5 26-03-2007 15:00:38

SmartMac
Membre Actif Asso
Lieu: Marly le Roi
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 1230
Site web

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Transformer de simples paysans américains en Pittbulls décérébrés, c'est un crime.

Et bien qu'ils tuent et violent, je les classe également au rang de victimes car ils ne sont devenus des criminels que par la volonté de leurs dirigeants.

C'EST EUX QU'IL FAUT POURSUIVRE COMME CRIMINELS, et non pas les sous-fifres.

Vous avez vus comme ils se sont débarrassé du cas gênant d'Abbu Graïb :
Deux ou trois troufions (nes) en taule, mais les vrais responsables sont toujours dans leurs bureaux dorés…


Nous reviendrons vivants du Mordor, car nous le valons bien !!!  cool

Hors ligne

 

#6 26-03-2007 21:19:58

vigilant
Membre Actif
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 1691

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Ce recit me parait significatif de l'attitude de l'armée américaine en Irak. Elle agit souvent avec violence et le plus grand mepris pour le peuple Irakien. Des civils Irakiens à Bagdad ont été froidement abattus simplement parce qu'ils voulaient manifestér pacifiquement. Il y a beaucoup de recits d'exactions de l'armée Americaine. Sans parler d'Abou Grahib.

C'est une tactique voulue de la part du pentagone afin de provoquer la revolte d'une partie de la population et donc une guerre civile qui puisse justifier la presence de l'armée Américaine. Et plus tard sans doute un partitionnement de l'Irak.
Mais il est vrai que ce cynisme fait froid dans le dos.


Je ne suis pas un numéro , je suis un homme libre ! (numéro six)
Reopen avec le FSL33

Hors ligne

 

#7 26-03-2007 21:39:10

Jackk
Membre Actif
Lieu: Marseille
Date d'inscription: 03-03-2007
Messages: 797
Site web

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Thibaut a écrit:

http://mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=20070325&articleId=5179

Ce témoignage est du soldat déserteur Ky, dans son livre «  j’ai fui l’armée américaine ».
Ky est un jeune campagnard, analphabète qui vit en Oklahoma.

hum ! qui est le nègre ?  (sans présumer du fonds)

Hors ligne

 

#8 29-03-2007 21:24:34

vigilant
Membre Actif
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 1691

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Un avocat Canadien est intérrogé sur les soldats de l'armée Américaine demandant l'asile politique au Canada.
http://www.msnbc.msn.com/id/17819626/site/newsweek/

' Les gens sont Très Découragés '
Le nombre de soldats abandonnant l'armée de terre des Etats-Unis augmente. Un avocat de la défense confie ce qu'ils disent sur l'abandon de leurs postes - et s'ils peuvent trouver un sanctuaire au Canada.

Web-exclusive
By Sarah Childress
Newsweek
Updated: 5:25 p.m. ET March 27, 2007


Le 27 mars 2007 - Pourquoi sont tant de soldats abandonnant leurs postes ? Cette semaine, l'Armée a annoncé que 3,301 soldats en service actif avaient désertél'Armée en 2006- 800 de plus que précédemment annoncé. Le chiffre initial, d'apres l'Armée , avait été mal comptabilisé.)
...

NEWSWEEK : Pourquoi tant de soldats désertent?
Jeffry Maison : l'idée commune est que la guerre en Irak ne va nulle part et c'est faux, comme je l'ai entendu [par des soldats] plusieurs fois. Autrement dit, il n'y avait aucune raison justifiable d'attaquer l'Irak en premier lieu. Le les gens me disent maintenant en substance, "Nous nettoyons un secteur de Bagdad, le remettons au gouvernement et le jour suivant 70 corps apparaîssent." Ca ressemble au fait qu'ils aident le gouvernement irakien, qui [ils pensent] est en réalité une bande d'escadrons de la mort déguisés.
...

NEWSWEEK :Les soldats qui fuient au Canada revendiquent le statut de réfugié. Quel est leur argument ?
Ils soutiennent qu'ils  sont victimes de persécution - pour eux pour être emprisonné pour le refus de servir en Irak. C'est ainsi si la guerre lui-même est illégal - c'est notre argument - ou s'ils sont venus trop proche aux violations des Conventions de Genève. Joshua Key [un des déserteurs], dans son témoignage, dit qu'ils faisaient des raids sur des maisons la nuit, ils prenaient tous les hommes de plus de cinq pieds , leur mettaient une capuche, leur passaient les menottes et les jettaient sur un camion. Ils étaient mis à Abu Ghraib  ou au Camp Bucca et plus jamais de nouvelles de nouveau.
...

NEWSWEEK :Quel est votre avis sur ce que ce qui se passe dans la tête de ces soldats  ?
C'est très déchirant pour eux. Beaucoup d'entre eux avait un certain concept de ce qu'est un soldat et ce concept a été cassé. J'ai un camarade ici qui a été formé à la Citadelle [l'école militaire.] Il dit que quand il est allé outre-mer(à l'étranger) en Afghanistan, on lui a donné une poignée de hache pour battre des prisonniers. [lui ont dit ses commandants ,] ' Ces types ont fait le  9/11, ne les frappez pas donc derrière la tête ' sinon vous les tuerez, mais donnez-leur une bonne leçon. ' C'est contraire à n'importe quelle compréhension traditionnelle de ce qu'un soldat est supposé faire. Ca ruine leur image mentale d'entre eux-même. Ils ne savent plus qui ils sont parce qu'ils avaient une certaine idée sur quoi ils allaient se battre, pour la vérité, la justice et la cause américaine.
...

Je leur dis que je peux probablement les assurer un certain nombre d'années ici et à la fin de ce processus je crois que nous aurons l'argument le plus fort, mais cela sera décidé par la Cour suprême du Canada. C'est une décision dure pour des tribunaux de moindre niveau de dire, "Ouaip, la guerre en Irak est illégale si donc, tous les soldats américains peuvent venir ici." Ils semblent hésiter à faire ce jugement. Nous parlons souvent d'autres possibilités.

NEWSWEEK :Vous attendez le jugement d'une cour d'appel sur deux affaires maintenant. Pensez-vous que vous pouvez gagner en soutenant que la guerre est illégale ?
Je crois que chacun pourra rester finalement [au Canada] s'il le veut. Ce n'est pas sùr à 100 pour cent et je leur dis. En ce moment, des jugements sont en cours et s'ils ne peuvent pas se décider si la guerre en Irak est illégale ou pas, je pense que cela deviendra une question politique. Nous verrons qui veut porter le fardeau d'être un partisan de George Bush. Je ne pense pas que trop de nos politiciens soient à l'aise avec cela.


Je ne suis pas un numéro , je suis un homme libre ! (numéro six)
Reopen avec le FSL33

Hors ligne

 

#9 05-04-2007 22:29:07

dominikgeorges
Membre Actif
Lieu: Normandie
Date d'inscription: 13-11-2006
Messages: 1357
Site web

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Jackk a écrit:

Thibaut a écrit:

http://mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=20070325&articleId=5179

Ce témoignage est du soldat déserteur Ky, dans son livre «  j’ai fui l’armée américaine ».
Ky est un jeune campagnard, analphabète qui vit en Oklahoma.

hum ! qui est le nègre ?  (sans présumer du fonds)

Je suis totalement contre l'agression US en Irak , cela va de soi mais j'avoue être également circonspect quant à l'authenticité de ce témoignage .Je trouve que ce soldat US écrit de bien jolie manière pour un plouc analphabète de l'Oklahoma et ce personnage "d'Oakie" à la John Steinbeck m'a paru tellement caricatural que j'ai éssayé d'en savoir plus.
Je n'ai hélas pu trouver que le texte "source" en arabe publié sur un site Irakien :

http://www.iraqirabita.org/index3.php?d … mp;id=8064


et  sa traduction en français  (plusieurs fois répétée comme sur reopen911) et à l'identique:

http://www.tunisitri.net/rencontre/rencontre13.html

http://www.mondialisation.ca/index.php? … cleId=5179

http://www.antigone-net.net/index.php?o … ;Itemid=71

De là à penser qu'il pourrait s'agir d'intox....il y a un pas que je suis prêt à franchir ...tant que je n'aurait pas plus d'infos sur ce déserteur et son bouquin.....

En revanche ,ce type de comportement des soldats US est tout à fait possible ...je tiens de sources indiscutables des témoignages qu'il s'en est produit des très similaires ......en Normandie en 1944....

Mais si quelqu'un a des infos sur ce dénommé KY ,ce serait fort interessant qu'il nous en fasse part...


http://dominikgeorges.free.fr/911/911.htm

9/11 
             ***La  Vérité  Vite  ! ***

Hors ligne

 

#10 05-04-2007 23:01:05

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

Même si le témoignage du soldat Ky est un roman (ce qu'il faudrait prouver), il n'en reste pas moins par les images réelles des interventions des GI dans les maisons de civils Irakiens, et de la violence de ces interventions, que ce n'est que la partie visible de l'iceberg et il ne serait pas imaginaire de penser que certaines interventions furent d'une telle horreur que plusieurs de ces soldats arrivent à la limite de ce qu'il est possible d'accepter.

Roman ou pas, ce livre est au minimum basé sur des faits plus que réels.


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#11 06-04-2007 00:18:00

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

dominikgeorges a écrit:

Jackk a écrit:

Thibaut a écrit:

http://mondialisation.ca/index.php?context=viewArticle&code=20070325&articleId=5179

Ce témoignage est du soldat déserteur Ky, dans son livre «  j’ai fui l’armée américaine ».
Ky est un jeune campagnard, analphabète qui vit en Oklahoma.

hum ! qui est le nègre ?  (sans présumer du fonds)

Je suis totalement contre l'agression US en Irak , cela va de soi mais j'avoue être également circonspect quant à l'authenticité de ce témoignage .Je trouve que ce soldat US écrit de bien jolie manière pour un plouc analphabète de l'Oklahoma et ce personnage "d'Oakie" à la John Steinbeck m'a paru tellement caricatural que j'ai éssayé d'en savoir plus.
Je n'ai hélas pu trouver que le texte "source" en arabe publié sur un site Irakien :

http://www.iraqirabita.org/index3.php?d … mp;id=8064


et  sa traduction en français  (plusieurs fois répétée comme sur reopen911) et à l'identique:

http://www.tunisitri.net/rencontre/rencontre13.html

http://www.mondialisation.ca/index.php? … cleId=5179

http://www.antigone-net.net/index.php?o … ;Itemid=71

De là à penser qu'il pourrait s'agir d'intox....il y a un pas que je suis prêt à franchir ...tant que je n'aurait pas plus d'infos sur ce déserteur et son bouquin.....

En revanche ,ce type de comportement des soldats US est tout à fait possible ...je tiens de sources indiscutables des témoignages qu'il s'en est produit des très similaires ......en Normandie en 1944....

Mais si quelqu'un a des infos sur ce dénommé KY ,ce serait fort interessant qu'il nous en fasse part...

c'est une pratique extrêmement courante que d'utiliser un "nègre" dans l'édition, pour relater l'histoire ou le témoignage de personnes non compétentes pour l'écrit.
Et si c'est une intox, pourquoi  avoir alors spécifié dans l'article que ce GI est analphabète ?


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#12 22-11-2014 16:10:26

kézako
Membre du forum
Date d'inscription: 12-02-2007
Messages: 6575

Re: Un déserteur américain avoue que l’armée est composée de terroristes

http://www.youtube.com/watch?v=DkjyycCf … MgU9a1sHxQ

La prison américaine où est née l'Etat islamique

agenceinfolibre


Les commandants de la prison, les analystes et les soldats, tous étaient d'accord pour dire que Camp Bucca, un centre de détention US en Irak, est l'endroit où l'Etat islamique est né. Les ex-Baassistes ont enseigné aux djihadistes la discipline militaire et l'organisation, les djihadistes ont donné aux ex-baassistes un but supérieur à atteindre.
Neuf personnes, aujourd'hui en haut de la hiérarchie de l'EIIL, sont passées par Camp Bucca.

http://www.washingtonpost.com/news/morn … mic-state/

How the Islamic State evolved in an American prison


« La première victime d’une guerre, c’est la vérité » Déclaration du sénateur américain Hiram Johnson en 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis.

Vous avez dit anti-américanisme ?

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr