ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 04-12-2007 13:04:36

Calixte
Invité

L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Pour info, autre fil fermé sur le sujet http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=8634 .

Voir l'article du journal en question http://www.corriere.it/politica/07_nove … c53b.shtml vu sur 911blogger http://www.911blogger.com/node/12787

Ci-dessous la traduction: merci à Fedup et aux traducteurs wink.

Selon l’ex-Président de la République Italienne

« C’est un vidéo-montage de Médiaset transmis à Al Jazira pour relancer le “Cavaliere”en difficulté »

ROME – « Selon ce que l’on m’a dit, demain ou après-demain le plus puissant groupe de presse quotidienne de notre pays devrait donner les preuves, dans un scoop exceptionnel, que la vidéo (en réalité un enregistrement audio, ndlr) dans laquelle reapparaît Oussama ben Laden, leader du Grand et puissant mouvement de Revanche Islamique Al Qaeda, qu’Allah le bénisse !, dans lequel sont formulées des menaces y compris à l’encontre de l’ex-Premier ministre Silvio Berlusconi, ne serait rien d’autre qu’un montage vidéo réalisé dans les studios de Mediaset à Milan et transmis à la chaîne de télévision islamiste Al Jazira qui l’a amplement diffusé. » Voici ce qu’affirme l’ex-Président de la République italienne, Francesco Cossiga.

« PIEGE » – « Le “piège” aurait été conçu, selon le groupe de presse cité ci-dessus, pour déclencher une vague de solidarité en faveur de Berlusconi, au moment où il se trouve en difficulté notamment à cause d’un autre scoop en provenance de ce même groupe de presse concernant les liens étroits entre la RAI et Mediaset », poursuit le sénateur à vie. « Dans les milieux proches du Palazzo Chigi, centre névralgique du Renseignement italien, on fait remarquer que la non-authenticité de la vidéo est attestée par le fait qu’Oussama ben Laden “confesse” lui-même qu’al-Qaida serait l’auteur des attentats du 11 Septembre contre les deux tours de New York, alors que tous les milieux démocratiques d’Amérique et d’Europe, au premier rang desquels le centre-gauche italien, savent bien désormais que l’attentat désastreux a été planifié et réalisé par la CIA américaine et le Mossad avec l’aide du monde sioniste pour mettre en cause les pays arabes et pour pousser les puissances occidentales à intervenir aussi bien en Irak qu’en Afghanistan. Pour cela – conclut Cossiga – aucun mot de solidarité n’est parvenu à Berlusconi qui serait l’inventeur de la géniale falsification, ni du Quirinale (Présidence de la République, ndlt) ni du Palazzo Chigi (Siège du Gouvernement italien. ndlt),  ni des représentants du centre-gauche ».

SOLIDARITÉ – En réalité le gouvernement, par  l’intermédiaire de Vanino Chitti ministre des Relations avec le Parlement, a manifesté sa solidarité avec Berlusconi : « J’exprime ma solidarité avec Silvio Berlusconi, mis en cause comme d’autres leader européens par le terroriste Oussama ben Laden dans son message de propagande. Contre le terrorisme et contre ces divagations, l’unité politique doit être forte en Italie, ainsi que l’engagement commun et la solidarité des peuples européens.

Notes d'un traducteur :

Jean Laurenti a écrit:

Je n'ai pas cherché à lisser les phrases un peu longuettes du vieux Francesco. C'est de la syntaxe orale, peu structurée. J'ai été un peu surpris par la provenance de la mise en cause de Berlusconi : le scoop devrait venir du plus puissant des groupes de presse italiens (ça a été le cas, un temps). Il me semblait que c'était lui le patron de ce trust. Mediaset, son groupe de TV, ne règnerait donc plus que dans l'audio-visuel?

A quoi Cossiga joue là tongue?

Il reste plus qu'à attendre les preuves annoncées par l'ancien président qui devraient être données tantôt par le plus grand journal italien roll.

Voir la réaction de Giuletto Chiesa qui n'est pas piquée des vers non plus: il semble trouver cela louche (à vos traducteurs automatiques wink) http://www.megachip.info/modules.php?na … artid=5351

Pas beaucoup d'infos sur ce mystérieux dernier enregistrement d'OBL hmm:

L'Express: http://www.lexpress.fr/info/infojour/re … 9&0803
Metro http://www.metrofrance.com/fr/article/a … /index.xml
Analyse d'un spécialiste en informatique (pas vérifié): http://usa-menace.over-blog.com/categorie-117644.html

Dernière modification par Calixte (01-01-2008 10:14:55)

 

#2 04-12-2007 13:17:29

kézako
Membre du forum
Date d'inscription: 12-02-2007
Messages: 6575

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

(je ne sais pas trop de quelle vidéo il parle:|)

Etonnant en effet !

une vidéo sur laquelle OBL parle avec les mains ?


« La première victime d’une guerre, c’est la vérité » Déclaration du sénateur américain Hiram Johnson en 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis.

Vous avez dit anti-américanisme ?

Hors ligne

 

#3 04-12-2007 13:23:20

fedup
Membre Actif
Lieu: Finistère Nord
Date d'inscription: 02-10-2006
Messages: 4013
Site web

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Merci Calixte smile

D'après ce que j'en comprends, cet article mériterait de figurer en page d'accueil de notre inestimable site wink


Il est bien trop tard, et la situation est bien trop mauvaise, pour être pessimiste. (Dee Hock)

Hors ligne

 

#4 04-12-2007 13:56:11

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Si cette information est exacte, c'est énorme.


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#5 04-12-2007 14:02:33

Calixte
Invité

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

fedup a écrit:

Merci Calixte smile

Ce fut un vrai plaisir. Cette déclaration qui ne va pas avec le dos de la cuillère m'a à la fois surprise et ravie smile: pas de raisons que je ne partage pas. Mais bon, il doit y avoir encore, comme d'hab', des intérêts qui nous échappent dans tout ça roll.

fedup a écrit:

Je viens d'envoyer une demande de traduction à un ami. D'après ce que j'en comprends, cet article mériterait de figurer en page d'accueil de notre inestimable site wink

Cool cool.

 

#6 04-12-2007 14:05:08

Edward
Membre du forum
Lieu: France
Date d'inscription: 22-08-2007
Messages: 2442

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Ouch ! big_smile


«Da ambienti vicini a Palazzo Chigi, centro nevralgico di direzione dell'intelligence italiana, si fa notare che la non autenticità del video è testimoniata dal fatto che Osama Bin Laden in esso 'confessa' che Al Qaeda sarebbe stato l'autore dell'attentato dell'11 settembre alle due torri in New York, mentre tutti gli ambienti democratici d'America e d'Europa, con in prima linea quelli del centrosinistra italiano, sanno ormai bene che il disastroso attentato è stato pianificato e realizzato dalla Cia americana e dal Mossad con l'aiuto del mondo sionista per mettere sotto accusa i Paesi arabi e per indurre le potenze occidentali ad intervenire sia in Iraq sia in Afghanistan. Per questo - conclude Cossiga - nessuna parola di solidarietà è giunta a Silvio Berlusconi, che sarebbe l'ideatore della geniale falsificazione, né dal Quirinale, né da Palazzo Chigi né da esponenti del centrosinistra!».


Francesco Cossiga, Corriere della Sera, 30 novembre 2007

Hors ligne

 

#7 04-12-2007 14:30:27

Christopher
Membre Actif Asso
Lieu: Paris
Date d'inscription: 01-12-2007
Messages: 2236

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

ca al'air énorme en effet mais ce qui me deplait c'est qu'il accuse le Mossad alors qu'à notre connaissance il n'y a à ce jour aucun element à charge contre le Mossad si ce n'est 5 agents du Mossad qui se seraient rejouits de l'effondremnet des tours ...de là à pointer du doigt Israel.......c'est unpeu border line pour ne pas dire plus.


Responsable Promotion et Image de Marque de l'association ReOpen911

« Toute vérité passe par trois étapes, d'abord elle est ridiculisée, ensuite elle est violemment combattue et enfin elle est acceptée comme une évidence ». Arthur Schopenhauer.

Hors ligne

 

#8 04-12-2007 14:45:19

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Je pense que c'est précisément le but Christopher, tout ceci me paraît particulièrement louche.

Qui a dit COINTELPRO ? smile


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#9 04-12-2007 14:57:53

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Au sujet de cossiga, lire ceci assez récent. Il déballe à fond semble-t-il ces temps derniers; encore faut-il démêler tous les intérêts en jeu -info ou intox de cossiga ?:

    http://www.lepoint.fr/content/confident … ?id=210986


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#10 04-12-2007 14:59:06

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Très étrange...
Je vais sagement attendre avant de me réjouir


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#11 04-12-2007 15:06:45

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Francesco Cossiga, né le 26 juillet 1928 à Sassari, est un homme politique italien. (En italien, son nom de famille est généralement prononcé [kos'siga]; mais on sait que la prononciation originaire est ['kɔssiga], avec l’accent sur la première syllabe: il s’agit d’un nom sarde qui veut dire Còrsica, c’est-à-dire Corse.)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Francesco_Cossiga

Biographie

Professeur de droit constitutionnel à l'université de Sassari, entré tout jeune dans la Démocratie Chrétienne, proche de l'ancien président de la République Antonio Segni Francesco Cossiga a finalement réjoint l'aile progressiste de son parti, dont le chef était Aldo Moro. Député de 1958 à 1979, sénateur de 1979 à 1985, il a été 2 fois sous-secrétaire d'état à la Défense (1966 - 1970) et 5 fois ministre (1974 - 1978). En particulier il a été ministre de l'Intérieur de janvier 1976 à mai 1978. Il a re-structuré la police italienne, la protection civile et les services secrets. Il était ministre de l'Intérieur au moment du kidnapping et du meurtre d'Aldo Moro par les Brigades rouges. Il démissionna quand Moro fut retrouvé mort, Via Michelangelo Caetani, le 9 mai 1978.

Il a exercé les fonctions de président du Conseil des ministres italien dans deux gouvernements successifs :

    * du 4 août 1979 au 19 mars 1980, succédant à Giulio Andreotti (5e gouvernement),
    * du 4 avril 1980 au 27 septembre 1980, se succédant à lui-même, et étant à son tour remplacé par Arnaldo Forlani.

Il a été élu président du Sénat en juin 1983. Il a ensuite exercé, de juin 1985 à 1992, les fonctions de président de la République italienne. Il est élu à une majorité écrasante de députés, de sénateurs et de délégués des Régions, y compris ceux du Parti Communiste Italien qui étaient dans l'opposition. A partir de 1990, il a pris ses distances de la Démocratie Chrétienne et ses déclarations (les « esternazioni ») à la presse et à la télé se sont faites fracassantes. Il démissionna de son poste en avril 1992, donc deux mois avant la fin de son mandat, pour protester contre certains aspects du système politique italien.

Depuis 1992, il est sénateur à vie en tant qu'ancien président de la République. En 1997 il a fondé un nouveau parti centriste, l'UDR, qui s'est aussitôt effondré à cause des scissions. Depuis lors il se déclare catholique independant, mais ses prises de position et ses déclarations, toujours très virulentes, sont bien souvent à la « une » des journaux.



Aldo Moro: le sacrifice était programmé
Dossier HISTOIRE VIVANTE paru le 09.02.2007
http://www2.laliberte.ch/index.php?cont … ossier=218

Document au format PDF
DECRYPTAGE • Le 10 mai, après 55 jours de captivité, le cadavre d'Aldo Moro était abandonné dans le coffre d'une voiture à Rome. Aujourd'hui, on sait enfin avec certitude que l'Etat et la Cia l'ont laissé assassiner.


En cette journée du 16 mars 1978, Aldo Mo- ro s'apprête, en tant que président de la Démocratie chrétienne italienne, à annoncer un accord historique avec le Parti communiste. Mais il n'arrivera jamais au parlement. En pleine rue, il est enlevé. Ses gardes du corps sont tués. Puis il disparaît de la circulation pendant 55 jours, séquestré par les Brigades rouges. Le 10 mai, son cadavre est abandonné dans le coffre d'une voiture, criblé de balles, en plein centre de Rome.
Pendant longtemps, l'opinion publique, relayant la thèse officielle, pointera un doigt accusateur et outré sur les terroristes des BR. Mais peu à peu le doute s'installe. Et l'on commence à «écouter» Moro, qui n'a cessé durant sa détention d'accuser ses pairs de l'avoir abandonné. L'enquête d'Emmanuel Amara, diffusée dimanche sur TSR2, va même beaucoup plus loin. Sa conclusion: Aldo Moro a été assassiné par des Brigades rouges manipulées par la CIA et l'Etat italien. C'est même l'agent de la CIA dépêché à l'époque à Rome qui l'affirme. Pour Steve Pleczenik, la cellule de crise qu'il pilotait avec Francesco Cossiga notamment a amené les BR à tuer leur otage. Pourquoi?
Un otage décevant
Si dans leurs déclarations fracassantes et leurs communiqués, les Brigades rouges «savourent» leur plus grand coup militaire, elles déchantent en fait très vite. Aldo Moro n'est pas un otage intéressant pour leur cause. Dans «Le prisonnier», un témoignage précieux paru en 1999 chez Denoël, une de ses anciennes geôlières, Anna Laura Braghetti, explique parfaitement qu'Aldo Moro a fait front politiquement à ses ravisseurs.
Aux questions des brigadistes, il répond par des explications complexes, renvoyant les terroristes à leurs chères études. Il dit ne pouvoir souscrire à leur schématisme consistant à lui faire avouer le lien étroit entre politique de l'Etat et pouvoir industriel. Pire, Aldo Moro manœuvre si bien qu'il inverse le syndrome de Stockholm. Anna Laura Braghetti dans son livre et Adriana Faranda dans le documentaire confirment: les Brigades rouges n'avaient qu'une envie, libérer leur otage, le rendre à sa famille. Ce qu'Aldo Moro a très vite compris, c'est que le but des BR était une reconnaissance politique par la négociation avec l'Etat. Ce qu'il comprend tout aussi vite, c'est qu'il n'y aura pas de négociation. Qu'il est abandonné, condamné. Alors il se lance dans une correspondance effrénée avec ses proches notamment pour dénoncer cet état de fait. Dès lors les BR perdent la main et finiront par décider le pire.
Des terroristes naïfs
Pour Michel Wieviorka, historien du terrorisme, il est évident que les objectifs politiques des Brigades rouges étaient d'une grande naïveté. En 1988 déjà, il écrit dans «Sociétés et terrorisme» que «l'enlèvement d'Aldo Moro, du point de vue des Brigades rouges, synthétise parfaitement les diverses significations qu'elles donnent à leur action. Il leur permet en effet tout à la fois d'exprimer leur haine de la DC et de montrer que l'Etat impérialiste des multinationales, incapable de protéger les siens, est bien faible».
Espérant obtenir des informations de Moro sur les rouages de l'Etat et les rapports de l'Italie avec la CIA, les brigadistes vont passer à côté d'une révélation capitale que leur livre Moro. Ils ne comprennent pas qu'il vient de leur offrir un atout majeur pour négocier. Que dit-il? Il révèle l'existence de Gladio, l'organisation secrète au sein des services secrets, armée de l'ombre prête à combattre activement les communistes s'ils franchissent le Rideau de fer. Ces «stay behind» comme on les appelle dans le jargon ont été recrutés massivement parmi les fascistes à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Au lieu de se les aliéner, l'Etat les blanchit et les retourne contre un nouvel ennemi: les communistes. Assassinats, attentats semblent être souvent le fait de cette cinquième colonne parfaitement illégale. L'Italie n'est pas une exception: toute l'Europe entretient ses «stay behind» avec le soutien logistique et financier de la CIA. Un système qui ne sera reconnu officiellement qu'au début des années 90.
Les rouages d'un abandon
Or, révélation capitale de l'enquête d'Emmanuel Amara: le fait de parler de Gladio aurait condamné Moro à mort. C'est Steve Pleczenik qui l'affirme. Et Cossiga ne dément nullement. A Washington, Jimmy Carter cautionne ses services secrets. Oui, les intérêts des Etats-Unis sont menacés du moment qu'Aldo Moro, qui a été président du Conseil italien durant douze ans jusqu'en 1976, détient des secrets d'Etat. Le risque que soit révélée publiquement l'existence de Gladio suffit aux Américains pour justifier l'abandon de Moro au nom d'une possible déstabilisation de l'Etat et du système secret de lutte contre le communisme.
Mais entre les lignes, on comprend aussi que l'autre but politique est de ne pas favoriser le très officiel Parti communiste italien par un accord historique de gouvernance. Pour la CIA, il ne s'agit que de «realpolitik». Steve Pleczenik a ces mots terribles: le prix politique pour la stabilité, c'est de «sacrifier l'otage». Bouc émissaire d'une manipulation des services secrets, Aldo Moro est devenu en plus une menace pour l'Etat. S'il était ressorti vivant de sa geôle romaine, il aurait pu témoigner des errements de l'Etat, de son manque de volonté de le faire libérer.Sa correspondance le laissait fortement présager.
Qui a fait quoi?
Steve Pleczenik a donc manipulé, orchestré, organisé le dénouement de l'enlèvement. Francesco Cossiga, alors ministre de l'Intérieur, a décidé. Dans le film, son témoignage glace le sang. Surtout quand il conclut que «le remords moral peut disparaître en demandant pardon à Dieu»...
Grand absent: Giulio Andreotti, alors président du Conseil, homme de toutes les compromissions. On ne sait pas du tout quelle a été son attitude durant la tragédie Moro. Par contre, sur le devant de la scène, les puissants multiplient les bévues. A commencer par le pape qui demande la libération d'Aldo Moro «sans condition». Autant dire qu'il renforce les Brigades rouges dans leur détermination. Kurt Waldheim pour les Nations Unies, Yasser Arafat en ami des BR, tous y vont de leur couplet. Mais à revoir tous ces documents, le malaise s'installe. Il semble que personne ne s'est vraiment engagé avec conviction pour sauver Aldo Moro. Son sacrifice était bel et bien programmé. Les Brigades rouges, dont le déclin ne va pas tarder, auront été l'instrument idéal pour exécuter les basses œuvres des secrets d'Etat.
JACQUES STERCHI


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#12 04-12-2007 15:35:50

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

1) la vidéo de OBL où ce dernier menaçait Berlusconi (edit: en fait, c'est un enregistrement sonore http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 … 464,0.html) serait un vidéo-montage réalisé par Mediaset (Réseau de télévision de Berlusconi) pour créer une vague de solidarité envers lui,

Ceci est plus que bizarre :
- pourquoi parle t-il d'une vidéo si c'est un enregistrement sonore ?
- Pourquoi une telle erreur aussi flagrante ?

En même temps, je ne vois pas un ancien président italien prendre le risque de passer pour un illuminé et surtout dans quel but ???

Quasimment aucun média ne parlent de la remise en question de la TO, tout ce que la déclaration de Francesco Cossiga peut provoquer c'est justement faire ressortir le dossier...

Etrange tout ça...

Peut-être que Berlusconi est mentionné dans une vidéo et pas uniquement sur cet enregistrement sonore...mais je n'ai pas trouvé...

Intéressant en tout cas.  smile

Curieux de voir la réaction des médias à cette déclaration pour le pmoins hallucinante...

A vos magnétos...big_smile

Dernière modification par Zorg (04-12-2007 15:36:37)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#13 04-12-2007 15:47:26

RAF
Membre du forum
Date d'inscription: 31-05-2006
Messages: 214

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Explications (en anglais) :

Osama-Berlusconi? «Journalistic trap» 

«It's a Mediaset forgery sent to Al-Jazeerah in order to generate sympathy toward il Cavaliere [Berlusconi]» 

ROME - «Based on what I've heard, either tomorrow or the day after, the biggest newspaper chain in our country will provide an exceptional scoop, evidence that the video [actually an audio, editor] in which Osama Bin Laden, leader of the 'Great and Powerful Movement of Islamic Retribution Al Qaeda', may Allah bless him!, which contains threats against [Italy's] ex-premier Silvio Berlusconi, is nothing but a forgery created in Mediaset's studios in Milan and forwarded to the Islamic TV network Al-Jazeerah which aired it». So stated the former President of the Republic [of Italy] Francesco Cossiga in a press release. 

TRAP - "The 'trap' was set, according to the above mentioned newspaper chain, in order to raise a tidal wave of solidarity toward Berlusconi, at a time when he is in difficulty partly due to another scoop by the same newspaper chain regarding shadowy deals between RAI [Italian state broadcaster] and Mediaset [Berlusconi's media company]", the senator for life continues. "From sources close to Palazzo Chigi, nerve center of the Italian intelligence services, it is noted that the non-authenticity of the video is proven by the fact that in it Osama Bin Laden "confesses" that Al Qaeda authored the 9/11 attacks on the two towers in New York, while all democratic elements of America and Europe, and especially the Italian center-left, are well aware that the disastrous attack was planned and executed by the American CIA and the Mossad with help from organized Zionists in order to accuse the Arab world and to induce the Western powers to intervene in both Iraq and Afghanistan. It is for this reason - Cossiga concludes - that Silvio Berlusconi, the author of the clever forgery, hasn't received a single word of solidarity either from the Quirinale [Presidency], from Palazzo Chigi [Ministry of Foreign Affairs] or from anyone from the center-left!" 

SOLIDARITY - In reality Berlusconi has received an expression of solidarity on behalf of the government by Vannino Chiti, Minister of Relations with Parliament: "I express my solidarity with Silvio Berlusconi who has been threatened, along with other European leaders, by the terrorist Osama Bin Laden in his propaganda message. Against terrorism and against these rantings we must strenghten the unity of the Italian body politic and the common effort and the solidarity of Europe's peoples"
http://zaytunah.spaces.live.com/


" La presse libre n'existe pas. Vous, chers amis, le savez bien, moi je le sais aussi. Aucun de vous n'oserait donner son avis personnel ouvertement. Nous sommes les pantins qui sautent et qui dansent quand ils tirent sur les fils. Notre savoir faire, nos capacités et notre vie même leur appartiennent. Nous sommes les outils et les laquais des puissances financières derrière nous. Nous ne sommes rien d'autre que des intellectuels prostitués ".  John Swaiton, l'éditeur du New York Times, lors de son discours d'adieu.

Hors ligne

 

#14 04-12-2007 15:55:10

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Zorg a écrit:

1) la vidéo de OBL où ce dernier menaçait Berlusconi (edit: en fait, c'est un enregistrement sonore http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 … 464,0.html) serait un vidéo-montage réalisé par Mediaset (Réseau de télévision de Berlusconi) pour créer une vague de solidarité envers lui,

Ceci est plus que bizarre :
- pourquoi parle t-il d'une vidéo si c'est un enregistrement sonore ?
- Pourquoi une telle erreur aussi flagrante ?

En même temps, je ne vois pas un ancien président italien prendre le risque de passer pour un illuminé et surtout dans quel but ???

Quasimment aucun média ne parlent de la remise en question de la TO, tout ce que la déclaration de Francesco Cossiga peut provoquer c'est justement faire ressortir le dossier...

Etrange tout ça...

Peut-être que Berlusconi est mentionné dans une vidéo et pas uniquement sur cet enregistrement sonore...mais je n'ai pas trouvé...

Intéressant en tout cas.  smile

Curieux de voir la réaction des médias à cette déclaration pour le pmoins hallucinante...

A vos magnétos...big_smile

Possible qu'il n'y ait que du silence à la clé.
Comme d'hab...
Let see what happens


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#15 04-12-2007 16:31:43

Riff Raff
Membre du forum
Lieu: Dauphiné
Date d'inscription: 20-03-2006
Messages: 1542

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

C'est de cet enregistrement de Ben Laden qu'il parle ?

Ben Laden a critiqué des dirigeants européens, anciens ou actuels.

"Ce n'est un secret pour personne: (Tony) Blair, (Gordon) Brown, (Silvio) Berlusconi, (José Maria) Aznar, (Nicolas) Sarkozy et leurs semblables aiment se mettre dans l'ombre de la Maison Blanche. Il n'y a pas de grande différence entre eux et bon nombre de dirigeants du Tiers-monde", a-t-il fustigé.

http://fr.news.yahoo.com/afp/20071129/t … fc3_1.html


« En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai. »
Charles-Maurice de Talleyrand (1754-1838)

Hors ligne

 

#16 04-12-2007 16:56:25

Calixte
Invité

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

@ Riff Raff

Oui, apparemment mais je ne vois pas trop où réside la notion de menaces là-dedans roll et quel intérêt Berlusconi aurait de monter une telle supercherie maintenant ? Il y a des élections tantôt en Italie ?

A la relecture de l'article du journal italien, Cossiga dit aussi grosso modo qu'à cause de cette supercherie trop énorme, la présumée tentative de Berlusconi pour attirer de la sympathie aurait échoué et il n'aurait reçu aucun mot de la part du gouvernement italien en solidarité avec lui. Or le journal dit qu'il y a eu un message de sympathie du ministre des relations avec le parlement.

Bon, bref, il déraille le vieux ou quoi lol?

 

#17 04-12-2007 17:06:23

roberto
Membre du forum
Date d'inscription: 10-07-2007
Messages: 233

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

sanno ormai bene che il disastroso attentato è stato pianificato e realizzato dalla Cia americana e dal Mossad con l'aiuto del mondo sionista per mettere sotto accusa i Paesi arabi e per indurre le potenze occidentali ad intervenire sia in Iraq sia in Afghanistan.

que veut dire "aiuto"?


"Quiconque veut ravir la liberté d'une nation doit commencer par lui retirer le droit de s'exprimer librement."

Benjamin Franklin

Hors ligne

 

#18 04-12-2007 17:23:23

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

autio : aide

dico italien/anglais :  http://www.wordreference.com/iten/


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#19 04-12-2007 17:29:45

roberto
Membre du forum
Date d'inscription: 10-07-2007
Messages: 233

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

grazie = thanks big_smile


"Quiconque veut ravir la liberté d'une nation doit commencer par lui retirer le droit de s'exprimer librement."

Benjamin Franklin

Hors ligne

 

#20 04-12-2007 17:46:02

Riff Raff
Membre du forum
Lieu: Dauphiné
Date d'inscription: 20-03-2006
Messages: 1542

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Cossiga n'est pas un inconnu sur ReOpen:

http://www.reopen911.info/11-septembre/ … cusations/

Quant à l’ancien Président de la République italienne, Francesco Cossiga, il soupçonnait, peu après les attentats, dans La Stampa, des complicités à l’intérieur du système de sécurité américain (page 36 de ce document).

Another skeptic was former Italian President, Prime Minister, and Interior Minister
Francesco Cossiga, who had been in charge of Italy’s internal security during the 1978
kidnap-murder of former Prime Minister Aldo Moro. Cossiga indicated his suspicion that
the attacks presupposed some form of complicity within the US security system. The
mastermind of the attack, Cossiga observed must have been a “sophisticated mind,
provided with ample means not only to recruit fanatic kamikazes, but also highly
specialized personnel. I add one thing: it could not be accomplished without infiltrations
in the radar and flight security personnel.” As for Bin Laden, Cossiga added that “it is not
thinkable that he did everything by himself.” (La Stampa, September 14, 2001; EIR
September 15, 2001)

Dernière modification par Riff Raff (04-12-2007 17:47:29)


« En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai. »
Charles-Maurice de Talleyrand (1754-1838)

Hors ligne

 

#21 04-12-2007 18:00:49

Edward
Membre du forum
Lieu: France
Date d'inscription: 22-08-2007
Messages: 2442

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

*L'ancien président italien Francesco Cossiga a certainement un objectif politique en faisant ces déclarations. Berlusconi essaye de revenir au pouvoir depuis sa défaite de 2006 face à Prodi. Il vient de dissoudre son parti Forza Italia, pour lancer le 2 décembre une nouveau groupe Il Partito del popolo della libertà (Parti du peuple italien pour les libertés).

*Mais, en dehors de la cuisine politique interne à l'Italie, le point important est qu'un ancien président  de la république italienne remet en cause la version officielle américaine.

Hors ligne

 

#22 04-12-2007 18:16:43

Dominique LW
Membre du forum
Lieu: Nancy
Date d'inscription: 29-11-2006
Messages: 382

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Oui il la remet en cause et apparemment accuse la CIA et le MOSSAD ... alors je crois que cette histoire va faire de grosses vagues ... nous verrons bien.

Dernière modification par Dominique LW (04-12-2007 18:17:33)

Hors ligne

 

#23 04-12-2007 18:18:10

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Zorg a écrit:

- pourquoi parle t-il d'une vidéo si c'est un enregistrement sonore ?
- Pourquoi une telle erreur aussi flagrante ?

Peut-être pour que son assertion puisse être facilement démontée par n'importe quel journaliste (en 30 secondes). Il vaut mieux ne pas oublier ce genre de détail lorsque l'on affirme notamment que le 11-Septembre est un plan conçu et exécuté par la CIA et le Mossad, ce qui ne manque pas de sel car c'est certainement vrai.


Zorg a écrit:

En même temps, je ne vois pas un ancien président italien prendre le risque de passer pour un illuminé et surtout dans quel but ???

Je te laisse imaginer le ton des articles qui reprendront cette déclaration fracassante à base de complot juif, et le but que ça peut avoir wink


Calixte a écrit:

Bon, bref, il déraille le vieux ou quoi lol?

Je pense que c'est qu'il veut que les médias prétendent. Une grande majorité de gens sera convaincue que c'est effectivement le cas et une minorité pensera que Francesco Cossiga doit avoir raison, dans les deux cas ce n'est pas dangereux.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#24 04-12-2007 18:19:10

Riff Raff
Membre du forum
Lieu: Dauphiné
Date d'inscription: 20-03-2006
Messages: 1542

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

En même temps, il doutait déjà à l'époque et ça n'a pas fait de vague.

Mais les temps changent, donc, esperons smile


« En politique, ce qui est cru devient plus important que ce qui est vrai. »
Charles-Maurice de Talleyrand (1754-1838)

Hors ligne

 

#25 04-12-2007 18:30:42

Calixte
Invité

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Riff Raff a écrit:

Quant à l’ancien Président de la République italienne, Francesco Cossiga, il soupçonnait, peu après les attentats, dans La Stampa, des complicités à l’intérieur du système de sécurité américain (page 36 de ce document).

Oui, il est passé de soupçons de complicité à l'affirmation pleine et entière d'une planification et réalisation des attentats contre le WTC par la CIA et le MOSSAD, assertion que de plus, d'après lui, tous les politiques occidentaux sont censés connaitre très bien aujourd'hui tongue.

Si ça, c'est pas mettre les pieds dans le plat, big_smile...

 

#26 05-12-2007 20:50:40

MaRTIaL
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 13-04-2006
Messages: 418

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

j'avais commencé à traduire dans un autre post, je mets au cas où mais bon

ça parle d'un montage vidéo largement diffusé qui aurait du avoir comme but une vague de solidarité pour Berlusconi en difficulté en raison d'un autre scoop. Ce scoop ce sont les liens entre Mediaset (privé) et la Rai ( à Berlusconi), en réalité mediaset était infiltré par des proches à Berlu... le gars possédait toute la tv italienne en gros...

Cossiga explique que pour lui le 11 sept est l'oeuvre de la CIA et du Mossad dans le but d'aller dire un ptit bonjour aux talibans et à saddam ( et accessoirement pour relier quelques pipelines et prendr un peu de pétrole)


"La démarche de déni du complot est elle-même un complot, — mais un complot inconscient et involontaire, acté collectivement, et donc mesure d’un déséquilibre collectif de l’activité mentale. Cela [signifie] [...] que ceux qui dénient cette thèse le font en général d’une façon obsessionnelle qui signale un état psychologique aggravé.Leur démarche de déni est de type pavlovien, effectivement instrumentée par une psychologie obsessionnelle. On leur dit “complot”, ils salivent et ils crient : “Au fou !” Puis ils retournent à la niche,parler des valeurs occidentales". P.Grasset - Dedefensa.org

Hors ligne

 

#27 05-12-2007 21:02:38

Christopher
Membre Actif Asso
Lieu: Paris
Date d'inscription: 01-12-2007
Messages: 2236

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

oui et, ce qui ne surprendra personne, aucune couverture mediatique de cette déclaration choc dans les médias tradionnels !


Responsable Promotion et Image de Marque de l'association ReOpen911

« Toute vérité passe par trois étapes, d'abord elle est ridiculisée, ensuite elle est violemment combattue et enfin elle est acceptée comme une évidence ». Arthur Schopenhauer.

Hors ligne

 

#28 06-12-2007 05:35:58

entada
Membre Actif Asso
Lieu: Les Abymes:Guadeloupe
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 3583

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

enorme cette info
pour feter ca : une video du ben a la mode italienne
http://www.youtube.com/watch?v=3-_EOj5T8lc

Hors ligne

 

#29 06-12-2007 09:06:15

josew
Membre du forum
Lieu: Savoie
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 4170

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Une info importante en effet.

Ne pas confondre Mossad, CIA avec USA et Israël et encore moins avec leurs peuples respectifs :

Par exemple nous autres Français n'avons aucun rapport avec la DGSE, et si la DGSE décide d'opérer un attentat meurtrier contre le Rainbow Warrior par exemple, le peuple français n'y est absolument pour RIEN.

Il convient toujours et systématiquement de rappeler ces éléments précis, car les médias alignés font évidemment des raccourcis manipalutoires pour discréditer le Mouvement.

Dernière modification par josew (06-12-2007 09:06:46)


"Qui ne dit mot, consent"
Animateur d'un site d'informations sur le Nouvel Ordre Mondial et le Spirituel....
Non classé rouge.

Hors ligne

 

#30 06-12-2007 11:39:43

jeire
Membre du forum
Lieu: AVIGNON
Date d'inscription: 04-09-2006
Messages: 216

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Tellement énorme que ca ne fait réagir aucun journaliste français. Aucun...Zéro...Nada.... Je pleure

Par contre un petit ministre algérien qui dit que Sarko a été aidé pour son élection par le lobby sioniste ! Misère..

Une remarque toutefois sur l'article. Je ne comprend pas toutes ces guillemets qui s'ouvrent et se ferment ...

Dernière modification par jeire (06-12-2007 14:33:06)

Hors ligne

 

#31 06-12-2007 11:58:15

Christopher
Membre Actif Asso
Lieu: Paris
Date d'inscription: 01-12-2007
Messages: 2236

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Merci pour ces precisions qui méritent d'etre rappelées Josew.

Il est vrai que trop souvent encore j'entends ou lis des activistes (membres du collectif ou non) faire l'amalgame en accusant les américains ou les Israéliens (pour ne pas utiliser un autre terme) d'avoir orchester les attentats.
Pas plus tard qu'hier, sur le site de la Télé libre en réaction à l'interview de JPL, une personne a écrit  quelque chose comme (de mémoire) "ce sont les américains et non pas les terroristes islamistes qui ont orchestré les attentats".
Probablement était-ce un simple lapsus, mais nous nous devons, chacun de nous, d'être très vigilants dans nos formules pour ne pas jeter le discredit sur le mouvement dans son ensemble.

Dernière modification par Christopher (06-12-2007 18:25:06)


Responsable Promotion et Image de Marque de l'association ReOpen911

« Toute vérité passe par trois étapes, d'abord elle est ridiculisée, ensuite elle est violemment combattue et enfin elle est acceptée comme une évidence ». Arthur Schopenhauer.

Hors ligne

 

#32 06-12-2007 14:54:35

entada
Membre Actif Asso
Lieu: Les Abymes:Guadeloupe
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 3583

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

allez !!!! il faut mettre cette info en page d'accueil : soyons les premiers : on risque rien (ajouter la precision de Josew : Mossad different de peuple juif)
la traduction a ete faite !!!!!!(mettre l'original pour plus de sincerité)+ historique post de thibault  n°11 (genial!!!!)
on a un president italien (87 a 92: 7 piges) et pas n'importe lequel (cf Aldo Moro): si c'est pas de la credibilité ca!!!!!!
on peut pas rever mieux : a part Chichi crachant la meme valda je vois pas : Dieu lui meme peut etre smile

Hors ligne

 

#33 06-12-2007 15:53:38

Christopher
Membre Actif Asso
Lieu: Paris
Date d'inscription: 01-12-2007
Messages: 2236

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

je suis d'accord, je rajouterais qu'il faudrai mettre le lien de l'original en guise de preuvde d 'authenticité.


Responsable Promotion et Image de Marque de l'association ReOpen911

« Toute vérité passe par trois étapes, d'abord elle est ridiculisée, ensuite elle est violemment combattue et enfin elle est acceptée comme une évidence ». Arthur Schopenhauer.

Hors ligne

 

#34 06-12-2007 16:45:51

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

La loge secrète du réseau atlantique

http://www.amnistia.net/librairi/amnist … logep2.htm

En 1981 le scandale de la P2 éclatait au grand jour en Italie. Le 12 mars de cette lointaine année, le magistrat Giuliano Turone avait ordonné de perquisitionner le domicile de Licio Gelli, le vénérable grand maître de la loge secrète. Au cours de cette perquisition, qui a eu lieu le 17 mars, les enquêteurs italiens séquestraient une liste d'adhérents à la P2, comprenant 962 noms (voir la liste). L'opinion publique italienne découvrit qu'a l'intérieur du pays existait une organisation parallèle qui, par son ampleur, constituait un véritable pouvoir occulte... un Etat dans l'Etat. Tous les principaux responsables des services secrets, ainsi que 12 généraux des Carabiniers, 5 généraux de la "Guardia di Finanza", 22 généraux de l'armée de terre, 4 généraux de l'armée de l'air, 8 amiraux de la marine nationale comptaient parmi les "frères" de Licio Gelli. Avec eux il y avait aussi des hommes politiques, des anciens ministres, 44 élus au Parlement, des banquiers comme les patrons de la Banque nationale du travail, du Banco Ambrosiano (la banque du Vatican) du Banco di Roma ou du Monte dei Paschi di Siena, et, encore, des industriels, des hommes d'affaires, des journalistes dont 7 hauts responsables de la RAI (la télévision nationale) et huit patrons de presse. Même le plus important quotidien national, le Corriere della Sera obéissait à la ligne éditoriale de la loge P2...

Francesco Cossiga fut ministre de l'Intérieur de 1976 à 78, président du Conseil des ministres en 1979 et 80 et président de la République italienne de 1985 à 1992. Il fut aussi un responsable du réseau occulte atlantique Gladio/stay behind. Selon une déclaration qu'il fit au journal Il Giorno du 24 août 1993, "La loge P2 a été la réponse erronée et occulte aux craintes de la part des réseaux atlantiques que l'alliance entre la Démocratie Chrétienne et le parti communiste aurait pu éloigner l'Italie de l'OTAN. La loge P2 a été importée des Etats-Unis. Gelli n'était pas le vrai chef de la loge. Le chef de la loge était un 'référent' qui installait aux postes clef les généraux philo-américains" (...)

le journal Corriere della Sera était inféodé à la loge P2 (Propaganda Due), Berlusconi en était membre, et Cossiga était un néo-fasciste qui trempait dans les réseaux stay behind de L'OTAN, pilotés notamment par la CIA.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#35 06-12-2007 22:39:39

entada
Membre Actif Asso
Lieu: Les Abymes:Guadeloupe
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 3583

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

aie!!!! il faut donc eclairer ce point : cossiga: KoSSiga : signe ss??
voila une lettre expliquant un peu son passé
http://www.paroledonnee.info/cossigafra.htm
+
Cossiga est connu pour ses réflexions assassines et sar(de)castiques, qui lui ont valu le surnom de "picconatore", littéralement "celui qui donne des coups de pioche"

le corriere actuel :
Une presse écrite libre et pluraliste, mais fragilisée par l’hégémonie de la télévision
Le plus grand quotidien, Il Corriere della Sera (700 000 exemplaires), est la propriété du groupe Rizzoli Corriere della Sera (RCS), dirigé par l’industriel Cesare Romiti, dont les positions sont notoirement conservatrices. Mais le quotidien de référence prend souvent position contre la ligne du gouvernement, notamment sur le conflit d’intérêts, sur la justice ou, plus récemment, sur la crise de la RAI et la guerre en Irak.
http://www.rsf.org/article.php3?id_article=6391

pour moi le corriere a bien changé depuis :plus de loge p2 ou alors (on en a deja parlé sur reopen) besancenot serait un agent de propagande puisqu'il est avec Stéphanie Chevrier, directrice éditoriale chez Flammarion qui appartient au corriere  della sera: raccourci un peu facile

un peu d'histoire : mjk j'ai du mal a voir ou cossiga etait neo fasciste : berlusconi oui sans probleme

Au cours de la guerre froide, la situation géostratégique du pays, en pleine Méditerranée et à la frontière des Balkans, avait contribué à dramatiser l’ascension des communistes, faisant converger vers la DC les suffrages qui, ailleurs, se seraient portés sur des partis libéraux ou républicains. D’où le blocage du système : le PCI ne pouvait gagner, la DC ne pouvait perdre.

Or la tentative de « compromis historique », lancée par le dirigeant communiste Enrico Berlinguer milieu des années 70, n’allait convaincre ni la DC, arc-boutée sur l’exclusion de principe du PCI du pouvoir, ni l’ensemble de la base communiste et syndicale, encore moins les « mouvements » des années 70. Certains de ces derniers s’étaient d’ailleurs radicalisés au point de se lancer dans la lutte armée - ce n’est pas par hasard s’ils tuèrent la personnalité la plus marquante de la DC, Aldo Moro, alors engagé dans un dialogue avec le leader communiste) (6).

Trois années - de 1976 à 1979 - suffirent pour que le « compromis historique » avorte. Durant les années 80, tout le pouvoir revint à l’alliance de DC et du PSI de M. Bettino Craxi. Ce fut la gestion la plus arrogante du pouvoir et des « affaires » que le pays ait connue.

Il fallut les enquêtes des juges aux « mains propres » pour bousculer ce scénario. L’ampleur de la corruption était immense, inattendue. La réaction populaire de rejet qui s’ensuivit balaya la DC comme le PSI : entre 1987 et 1992, les deux partis perdirent dix-huit millions de voix ! Mais la chute du mur de Berlin avait simultanément atteint l’identité et la crédibilité du Parti communiste. Malgré son changement de nom et de perspective, celui-ci ne pouvait remplir aussitôt l’énorme vide créé au centre.

Si bien que M. Silvio Berlusconi s’en chargea, transformant sa machine de guerre médiatique et publicitaire en un parti - Forza Italia - et s’alliant avec le MSI, mais aussi avec la Ligue du Nord, un parti fédéraliste et sécessionniste en plein essor dans les régions économiquement les plus dynamiques : Lombardie, Piémont et Vénétie (7). Ce Pôle de la liberté allait séduire, en quatre mois, la majorité absolue des électeurs.

On a sous-estimé, à l’étranger, la violence de cette embardée à droite de l’Italie. C’était l’expression d’un rejet de la politique, d’une reddition aux lois du marché et de l’entreprise symbolisées par le grand entrepreneur du Nord et tycoon de la communication, d’un refus de la solidarité et d’une défiance envers les droits sociaux, censés parasiter la croissance. Un révisionnisme grossier et arrogant s’imposait. On glorifiait le « bon sens », on se vantait de mépriser la culture, on pratiquait un anticommunisme sans précédent depuis la guerre froide.
http://www.monde-diplomatique.fr/1998/1 … 11434.html

Hors ligne

 

#36 07-12-2007 05:27:57

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

http://www.editionsdemilune.com/bmz_cache/2/242057fd89a6fdd39862f434c2c8858b.image.228x350.JPG


http://www.editionsdemilune.com/lesarme … -p-16.html


[...] Bien décidé à ne pas assumer seul une telle responsabilité, le Premier ministre Andreotti, le jour même où il présenta son rapport final sur Gladio, se présenta devant le Parlement italien et déclara : « Chaque chef de gouvernement était informé de l’existence de Gladio ». 30 Cette déclaration provoqua un profond embarras et compromit, entre autres, les anciens Premiers ministres comme le socialiste Bettino Craxi (1983-1987), Giovanni Spadolini du parti républicain (1981-1982), alors président du Sénat, Arnaldo Forlani (1980-1981), qui était en 1990 secrétaire de la DCI alors aux affaires et Francesco Cossiga (1978-1979) devenu Président qui était alors Président de la République. Plongés brusquement au coeur de la tourmente par les révélations d’Andreotti, ces hauts dignitaires réagirent de manière confuse.

Craxi prétendit n’en avoir jamais été informé jusqu’à ce qu’on lui montre un document relatif au Gladio signé de sa main à l’époque où il était Premier ministre. Spadolini et Forlani furent frappés de la même amnésie, mais durent eux aussi revenir sur leurs déclarations. Spadolini provoqua l’amusement du public en précisant qu’il fallait distinguer entre ce qu’il savait en tant que ministre de la Défense et ce dont il avait été informé en tant que Premier ministre.

Seul Francesco Cossiga, Président de la République depuis 1985, assuma pleinement son rôle dans la conspiration. Pendant une visite officielle en Écosse, il annonça qu’il était même « heureux et fier » d’avoir contribué à créer l’armée secrète en sa qualité de chargé des questions de Défense au sein de la DCI dans les années cinquante.

Il déclara que tous les Gladiateurs étaient de bon patriotes et témoigna en ces termes : « Je considère cela comme un grand privilège et une marque de confiance (…) d’avoir été choisi pour cette tâche délicate (…) Je dois dire que je suis fier que nous ayons pu garder ce secret pendant 45 ans. » En embrassant ainsi la cause de l’organisation impliquée dans des actes de terrorisme, le Président s’exposa, à son retour en Italie, à une tempête politique et à des demandes de démission et de destitution pour haute trahison émanant de tous les partis. Le juge Casson eut l’audace de l’appeler à témoigner devant la commission d’enquête sénatoriale.

Cependant le Président, qui n’était visiblement plus aussi « heureux », refusa avec colère et menaça de clore toute l’enquête parlementaire sur Gladio : « Je vais renvoyer devant le Parlement l’acte étendant ses pouvoirs et, s’il l’approuve une nouvelle fois, je ré-examinerai le texte afin de découvrir si les conditions sont réunies pour y opposer un refus [présidentiel] définitif de le promulguer ».

Cette menace ne s’appuyant sur aucune disposition constitutionnelle, les critiques commencèrent à s’interroger sur la santé mentale du Président. Cossiga démissionna de la présidence en avril 1992, trois mois avant le terme de son mandat.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#37 07-12-2007 11:17:58

Calixte
Invité

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

mjk a écrit:

Daniele Ganser a écrit:

..Cette menace ne s’appuyant sur aucune disposition constitutionnelle, les critiques commencèrent à s’interroger sur la santé mentale du Président. Cossiga démissionna de la présidence en avril 1992, trois mois avant le terme de son mandat.

Merci mjk.

Alors gaga ou bien veut-il le laisser croire neutral ?

 

#38 07-12-2007 14:16:45

alix86
Nouveau membre du forum
Date d'inscription: 05-12-2007
Messages: 6

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Hé ben smile,
quelle information renversante... je me demande ce que la DGSE doit en penser, au dernier message de Ben laden elle avait declarée ne pas avoir pu identifier l'authentcité, preuve qu'elle prend plus de précautions sur ce sujet qu'avant. Est-ce que la DSGE sait? Qu'en penses t-elle? est-ce que même sarko saurait? et poutine, lui c'est sûr... S'il y a vraiment complot, il devrait y avoir une multitude de services secrets au courant, mais personne ne fait pression? ou alors le coup est tellement bien orchestré que les ss sont baladés à gauche et à droite.
En tout cas, merci calixte pour l'information smile

Hors ligne

 

#39 07-12-2007 19:25:20

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

Calixte a écrit:

Alors gaga ou bien veut-il le laisser croire neutral ?

Je pense qu'il a toute sa tête, je vois plus ou moins sa dernière sortie dans le journal Corriere della Sera comme un sacrifice volontaire pour mener à bien une tactique.

Je trouve étonnant que Cossiga-le-conspirateur devienne un "conspirationniste du 11 Septembre" pour Rue89.

Il s'est dit fier que lui et les siens aient pu garder l'existence de la structure clandestine Gladio secrète pendant 45 ans, et voilà qu'à présent il se métamorphose en chercheur de vérité pour le 11/9 ?

Cossiga affirme : « Dans les milieux proches du Palazzo Chigi, centre névralgique de direction de l’intelligence italienne, on fait remarquer que la non-authenticité de la vidéo est attestée par le fait qu’Osama Bin Laden ‘confesse’ lui-même qu’Al Qaeda serait l’auteur de l’attentat du 11 septembre contre les deux tours de New York, alors que tous les milieux démocratiques d’Amérique et d’Europe, au premier rang desquels le centre-gauche italien, savent bien désormais que l’attentat désastreux a été planifié et réalisé par la CIA américaine et le Mossad avec l’aide du monde sioniste pour mettre en cause les pays arabes et pour pousser les puissances occidentales à intervenir en Irak comme en Afghanistan. »

Ce qui, venant d'un néo-fasciste qui "luttait" contre le "péril rouge" à coup de bombes "false flag", est à mon avis très machiavélique. En clair il prétend que la gauche (la gauche déjà un peu terroriste car plus ou moins acoquinée avec les milieux altermondialistes et/ou pro-palestiniens), est désormais convaincue que le 11-Septembre est un complot juif !

Je pense que le but de cette déclaration n'est pas d'aider le mouvement ou de le rendre plus crédible, loin de là !


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#40 08-12-2007 02:08:19

entada
Membre Actif Asso
Lieu: Les Abymes:Guadeloupe
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 3583

Re: L'ancien psdt de la rép. ital. Cossiga dans Il Corriere della Sera

du 22 fevrier 2007: F. Cossiga ne renie pas son amour pour les Etats-Unis : ‘L’Italie a toujours eu besoin d’un maître, et, si je devais choisir, je préfèrerais certainement Washington à Paris ou Berlin’.
http://www.ambafrance-it.org/article.ph … ticle=1151

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr