ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 29-08-2007 10:05:36

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Vu le nombre croissant de démissions au sein de l'Empire, un petit résumé des départs...à compléter au fur et à mesure...

Février 2003

John Brady Kiesling

Professeur à la Woodrow Wilson School et au Programme des études hellénistiques de l’Université de Princeton, membre du corps diplomatique états-unien pendant 20 ans, il démissionne en signe de protestation à la veille de la Guerre d’Irak.
La lettre de sa démission : http://usgohome.free.fr/actualite/demission.htm

Mars 2003

Richard Perle
http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Perle
Principal idéologue et stratège de la guerre en Irak, il démissionne de son poste de président du Defense Policy Board (DPB) en raison de son implication dans des sociétés qui profitent de la guerre et de la sécurité du pays.
La démission de Perle avait pour but de protéger d’autres membres du gouvernement dont les liens avec l’industrie sont évidents.

John H. Brown
Officier du service diplomatique, il rejoint son collègue John Brady Kiesling et présente sa démission au secrétaire d’État Colin Powell. Le diplomate explique que le président Bush « a échoué » à justifier la guerre qu’il veut mener contre l’Irak.
Diplômé de Princeton, John H. Brown avait rejoint le département d’État en 1981 et a été envoyé en poste à Londres, Prague, Cracovie, Kiev, Belgrade et Moscou. Membre supérieur du service des Affaires étrangères depuis 1997, il a concentré son travail diplomatique sur la presse et la culture. À ce titre, il a été associé à l’Institut pour l’étude de la diplomatie de l’université de Georgetown, où il était affecté depuis août 2001.
La lettre de sa démission est disponible sur http://www.voltairenet.org/article9326.html

En Angleterre : rappelant que leur pays, la Grande Bretagne, avait fournit à Saddam Hussein des armes biologiques et proscrites par l'ONU, avait armé le dictateur irakien dans sa lutte contre l'Iran et la répression de son peuple, trois ministres du gouvernement socialiste de Tony Blair, opposés au déclenchement d'une guerre unilatérale contre l'Irak,  démissionnent. Ils reprochent par ailleurs au Premier ministre anglais de ne pas tenir compte de l'opposition de la population à cette guerre, de s'aligner sur G.W Bush Président désigné des USA au terme d'une élection constestable et contestée, d'isoler la Grande-Bretagne du reste du monde et de l'Europe.

Mars 2004

Dov Zakheim
http://en.wikipedia.org/wiki/Dov_Zakheim
Rabbin reconnu, rouage essentiel du « complexe militaro-industriel » états-unien, il était Contrôleur et Directeur financier du Pentagone depuis 2001, et supervisait l’explosion des dépenses militaires, pour le plus grand bonheur de l’industrie de l’armement pour laquelle il a longtemps travaillé.
Il démissionne de ses fonctions au Pentagone en mars 2004, sans donner de raison.
En juillet 2004, il participe à la restauration du « Comité du danger présent », dont le but affiché est de contraindre la future administration à lutter contre l’Islam.

Juin 2004

George Tenet
http://fr.wikipedia.org/wiki/George_Tenet
Il entrera dans l'histoire comme le directeur de la CIA ayant catégoriquement annoncé à Bush que l'Irak possédait des armes de destruction massive.

Juillet 2004

Theodore Olson
http://en.wikipedia.org/wiki/Theodore_Olson
Il était adjoint du secrétaire à la Justice états-unien John Ashcroft et l’avocat de George W. Bush devant la Cour suprême lors du procès qui a accordé la présidence à ce dernier. Il est membre de la Federalist Society de Spencer Abraham. Son épouse, la journaliste Barbara Olson, était passagère du vol 77 d’American Airlines qui, d’après les autorités états-uniennes, se serait écrasé sur le Pentagone le 11 septembre 2001.
Il est pressenti pour succéder à Alberto Gonzales au ministère de la justice.

Novembre 2004

Colin Powell
http://fr.wikipedia.org/wiki/Colin_Powell
Secrétaire d'État entouré de néoconservateurs, marginalisé au sein de l'administration, il a été l'un des premiers poids lourds à quitter le navire de George W. Bush.

John Ashcroft http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Ashcroft
Ministre de la Justice depuis décembre 2000, Ashcroft représente l'aile droite du parti républicain et plus particulièrement la droite chrétienne. (Chrétien fondamentaliste, John Ashcroft fait partie de l'église pentecôtiste de l'assemblée de Dieu.) Ses propositions en matière de lutte contre le terrorisme seront souvent critiquées pour leur brutalité voire leur violation des 1ers et 4èmes amendements. Il est à l'origine du Patriot Act voté en novembre 2001, après les attentats du 11 septembre. Traité en mai 2004 pour une tumeur cancéreuse au Pancréas, il annonce sa démission en novembre de la même année.
En février 2005, il laisse le ministère de la justice entre les mains d'Alberto Gonzales, l'ancien conseiller juridique de la Maison Blanche, promu Attorney Général .

Février 2005

Richard Armitage
http://en.wikipedia.org/wiki/Richard_Armitage
Conseiller en politique étrangère de Ronald Reagan, il a été sous-secrétaire adjoint à la Défense, un haut poste au Pentagone, de 1981 à 1983. De 1983 à 1989, il est promu secrétaire adjoint à la Défense pour la politique de sécurité internationale où il a joué un rôle de premier plan dans les politiques de sécurité du Moyen-Orient.
En 1998, Armitage signe "Le projet pour le nouveau siècle américain" et devient en 2000 conseiller en politique étrangère de G. Bush. Il sera secrétaire d'Etat adjoint de mars 2001 à février 2005, date à laquelle Robert Zoellick lui succède. Proche collaborateur du secrétaire d'Etat Colin Powell, il avait remis sa démission en novembre 2004 au lendemain de l'annonce de la démission de celui-ci.
A ne pas confondre avec l'acteur britannique du même nom...

Août 2005

Douglas J. Feith
http://en.wikipedia.org/wiki/Douglas_Feith
Sous-secrétaire à la Défense pour la politique depuis juillet 2001, il était le responsable du Bureau des plans spéciaux du Pentagone qui a conçu les intoxications servant à justifier l’agression de l’Irak. En 1996, il a rédigé avec Richard Perle, le rapport « A Clean Break : A New Strategy for Securing the Realm » qui préconisait le renversement de Saddam Hussein et la restauration des Hachémites en Irak et demandait à Benjamin Netanyahu la réoccupation des territoires palestiniens et leur annexion.

Octobre 2005

Lewis Libby
http://fr.wikipedia.org/wiki/Lewis_Libby
Chef de cabinet du vice-président, il a été condamné dans le cadre de l'affaire Valerie Plame, agente de la CIA dont l'identité a été mise au jour. Il a été partiellement gracié par George W. Bush.

Juin 2006

Norman Mineta
http://fr.wikipedia.org/wiki/Norman_Mineta
Départ...forcé? Il avait témoigné de l'attitude de Dick Cheney le 11 septembre (qui visiblement était au courant des attentats en cours) ainsi que de sa présence dans le bunker présidentiel avant le crash.
Seul ministre démocrate membre du gouvernement Bush, il a été secrétaire aux transports de 2001 à 2006.

Juillet 2006

Robert Zoellick
http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Zoellick
Le 19 juin 2006, il annonçe sa démission du poste de secrétaire d'État adjoint pour rejoindre la banque Goldman Sachs où il est nommé vice-président du conseil d'administration chargé des questions internationales. Il quitte le département d'État le 7 juillet 2006.

Septembre 2006

Mark Foley
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mark_Foley
Député républicain de Floride depuis 1995, il avait notamment co-signé une loi contre la pornographie pédophile sur Internet. Cet élu de 52 ans, accusé d'avoir échangé des courriels à caractère sexuel avec des mineurs (ça ne s'invente pas), a dû quitter ses fonctions.

Novembre 2006

Donald Rumsfeld
http://fr.wikipedia.org/wiki/Donald_Rumsfeld
Son rôle à la tête du Pentagone a été hautement controversé. À commencer par sa piètre gestion de la guerre en Irak, qui a convaincu George W. Bush d'accepter sa démission.

Philip Zelikow http://en.wikipedia.org/wiki/Philip_D._Zelikow
Philip Zelikow était l'un des plus proches conseillers de la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice sur les questions relatives à l’Irak et au Proche-Orient. Il est surtout connu pour son rôle de directeur de la Commission d’enquête sur le 11 septembre 2001.

Révérend Ted Haggard http://en.wikipedia.org/wiki/Ted_Haggard
Impliqué dans une affaire de moeurs, ce pasteur et prédicateur de renom (qui était un des dirigeants religieux exerçant le plus d'influence sur la Maison Blanche) démissionne de la New Life Church qu'il avait fondé.

Décembre 2006

John Bolton
http://fr.wikipedia.org/wiki/John_R._Bolton
Homme de confiance de George W. Bush au département d'État lorsque Colin Powell était chef de la diplomatie américaine, il a ensuite été nommé ambassadeur à l'ONU.

Début 2007

Peter Rodman
http://translate.google.com/translate?h … %26hl%3Dfr
Ancien secrétaire adjoint à la Défense pour les affaires de sécurité internationale et founding signataire du projet pour le New American Century.
Bien que Rodman n'a pas officiellement démissionner du Pentagone jusqu'au début de l'année 2007, il a annoncé son intention de quitter et de rejoindre la Brookings Institution, peu après que Rumsfeld ai démissionné en novembre 2006.

Juin 2007

Paul Wolfowitz
http://fr.wikipedia.org/wiki/Paul_Wolfowitz
Secrétaire adjoint à la Défense de 2001 à 2005. Nommé à la tête de la Banque mondiale en 2005, il a quitté l'institution en plein scandale lié à une généreuse promotion accordée à sa compagne.

Tony Blair http://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Blair
(No comment)

Août 2007

Karl Rove
http://fr.wikipedia.org/wiki/Karl_Rove
Il était officiellement l'adjoint au chef de cabinet du président américain, mais il s'est révélé, au fil des ans, être le véritable "cerveau" de George W. Bush et l'architecte de ses victoires.

Alberto Gonzales http://fr.wikipedia.org/wiki/Alberto_R._Gonzales
Au Texas, où il a été conseillé juridique du gouverneur Bush, Alberto Gonzales n'a suggéré la clémence pour aucun des nombreux condamnés à mort dont l'exécution a coïncidé avec ses années à ce poste. Son travail lui a valu d'être nommé à la Cour suprême du Texas.
Il avait été nommé à la tête du département américain de la Justice au début du deuxième mandat de G.Bush.

Tony Snow http://fr.wikipedia.org/wiki/Tony_Snow
Ancien journaliste et éditorialiste conservateur, il était porte parole de la maison Blanche depuis mai 2006.

Septembre 2007

Larry Craig
http://en.wikipedia.org/wiki/Larry_Craig
A 62 ans, ce sénateur républicain de l'Idaho, qui en était à son troisième mandat, se voit contraint de démissionner suite à son implication dans "une affaire de conduite douteuse à caractère sexuel"...

Octobre 2007

Karen Hughes
http://fr.wikipedia.org/wiki/Karen_Hughes
Issue d’une famille d’officiers supérieurs d’extrême droite, Karen Hughes était devenue la confidente du gouverneur Bush, puis sa conseillère en communication à la Maison-Blanche. Elle a conçu les campagnes d’intoxication pour justifier les attaques de l’Afghanistan, puis de l’Irak, et prenait en charge le secteur « Propagande » du département d’État. Elle avait été nommée en mars 2005 sous-secrétaire d’État pour la Diplomatie publique. Elle démissionne pour des raisons familiales.

Novembre 2007

Dennis Hastert
http://en.wikipedia.org/wiki/Dennis_Hastert
Président de la Chambre des représentants américain de janvier 1999 à janvier 2007, il démissionne de l'Assemblée en novembre 2007.

Décembre 2007

Allan Hubard
http://en.wikipedia.org/wiki/Allan_Hubbard
Le principal conseiller économique de George W. Bush, Allan Hubbard, quitte ses fonctions à la fin de l'année et le président américain a décidé de le remplacer par Keith Hennessey, conseiller adjoint du président pour la politique économique et directeur adjoint du Conseil national économique.
M. Hubbard, conseiller du président pour la politique économique et chef du Conseil national économique, avait été nommé à son poste en janvier 2005 après la réélection de George W. Bush.

Janvier 2008

Frances Townsend
http://en.wikipedia.org/wiki/Frances_Townsend
Conseillère du président Bush pour la Sécurité intérieure et la lutte antiterroriste depuis mai 2004, elle était entrée à la Maison-Blanche un an auparavant comme conseillère adjointe pour la sécurité nationale chargée de la lutte contre le terrorisme. "Fran" a fait part en novembre 2007 de son intention de démissionner après le 1er janvier; elle ira rejoindre le secteur privé après «plus de deux décennies dans le service public».

Nicholas Burns http://en.wikipedia.org/wiki/Nicholas_Burns
Le secrétaire d'Etat adjoint américain et "numéro 3" du gouvernement Bush Nicholas Burns, 52 ans, démissionne à son tour pour raisons «familiales». Considéré comme l'un des postes clés de l'administration américaine, le sous-secrétariat d'État chargé des Affaires politiques s'occupe notamment des négociations du dossier nucléaire iranien. De 1997 à 2001, Nicholas Burns, âgé de 51 ans, a été ambassadeur des Etats-Unis en Grèce. Auparavant, de 1995 à 1997, il avait été porte-parole du département d'Etat.
Il restera néanmoins en poste jusque mars 2008.

Dernière modification par fontaine-42 (24-02-2008 10:59:21)


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#2 29-08-2007 10:14:36

fedup
Membre Actif
Lieu: Finistère Nord
Date d'inscription: 02-10-2006
Messages: 4013
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Excellente initiative, Fontaine-42 smile

J'épingle, j'espère que ça va tenir wink


Il est bien trop tard, et la situation est bien trop mauvaise, pour être pessimiste. (Dee Hock)

Hors ligne

 

#3 29-08-2007 12:14:59

pierre60
Membre du forum
Lieu: Saigon
Date d'inscription: 11-07-2007
Messages: 1681

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

L'equipe BUSH va bientot ressembler a la troupe du Bolchoi a la fin d'une tournee mondiale.
Et je ne parle pas de l'epidemie d'angine blanche qui va bientot toucher le parti Republicain.


testimonium unum, testimonium nullum

Hors ligne

 

#4 29-08-2007 14:01:03

Doff
Membre de Soutien
Lieu: Epernon (28) & Lille (59)
Date d'inscription: 05-10-2006
Messages: 399
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Une bonne idée que ce classement !
Une belle brochette de... qui démissionnent pour mieux se repositionner ailleurs.

Hors ligne

 

#5 29-08-2007 20:01:47

5jerome
Membre du forum
Date d'inscription: 20-06-2007
Messages: 142

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

J'ai le souvenir vague d'avoir lu il y a quelques mois que septembre 2007 représentait une échéance importante pour l'exécutif américain

Je ne sais pas s'il s'agit d'un contrôle budgétaire du sénat, d'une échéance judiciaire , d'une date d'ouverture de dossier classé défense je ne sais plus quoi mais je sais que c'était important et qu'alors on avait annoncé la mise en péril du gouvernement américain pour septembre 2007 et celà n'avait rien à voir avec le 911

Quelqu'un a t il souvenir de quel événement il s'agit et est ce que toutes les démissions précipitées ne sont elles pas le fait de gens éclairés qui quitte le navire aussi vite que faire se peut ? ( ne pas oublier Pearle qui a quitté le camp républicain)

Dernière modification par 5jerome (29-08-2007 20:02:30)

Hors ligne

 

#6 29-08-2007 20:46:13

phiphi94400
Membre du forum
Date d'inscription: 19-06-2007
Messages: 672

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

C'est très bien qu'ils démissionnent.


Question: cela veut-il dire qu'ils n'ont plus aucune influence néfaste sur la politique du gouvernement Bush?

Le fait qu'ils ne soient plus sur le devant de la scène mais dans les coulisses, ne me rassure pas du tout (d'autant qu'il y en a qui doivent être liés à des thinks tanks et à des sociétés puissantes).

En bref, quelque part, ils deviennent invisibles - ou moins visibles - mais sont-ils pour autant moins nuisibles?

moi, je n'apprécie pas cela comme une victoire... sad

Dernière modification par phiphi94400 (29-08-2007 20:46:33)


"Seule l’erreur a besoin du soutien du gouvernement. La vérité peut se débrouiller toute seule." — Thomas Jefferson, Notes on Virginia

"To err is human, but to preserve an error is diabolic" — Etienne de Harven

Hors ligne

 

#7 30-08-2007 02:29:30

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Ne faudrait pas oublier le départ... ( forcé ) de Norman Mineta , Secretaire aux Transports.

Il a résigné en Juin 2006 , et la veille de sa démission , Jim Fetzer du Scholars for thruth étaient en entrevue a Fox News et questionné sur les preuves d'inside job. Il avait alors mentionné le témoignage de Mineta devant la commission ( A propos des ordres de Cheney )

Hors ligne

 

#8 01-09-2007 10:34:32

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Le vendredi 31 août 2007

Démission de Tony Snow, porte-parole de la Maison-Blanche


Washington

Le président américain George W. Bush a annoncé vendredi la démission prochaine de son porte-parole Tony Snow, souffrant d'un cancer, et son remplacement par son adjointe Dana Perino après le 14 septembre.
   
Ancien journaliste et éditorialiste conservateur, pour les programmes radio et télévision de Fox par exemple, Tony Snow, âgé de 52 ans, était devenu en mai 2006 le troisième porte-parole de M. Bush depuis le début de la présidence en 2001.

Son départ poursuit l'exode préfigurant la fin de l'ère Bush. Mais il ne semble avoir aucune motivation politique.

M. Snow, qui avait accepté le poste de porte-parole parce qu'il se croyait guéri d'un cancer du colon depuis 2005, a de nouveau été diagnostiqué avec un cancer et des métastases en mars cette année.

Il a cependant réfuté que sa maladie le forçait à démissionner. C'est «parce que je n'ai plus d'argent», a-t-il assuré.

«Je gagnais plus d'argent (...) dans ma carrière antérieure», a-t-il dit aux journalistes, dont beaucoup voyaient là une explication élégante pour ne pas paraître céder du terrain à la maladie.

M. Snow gagne 168 000 $ canadiens par an.

Au cours des dernières semaines, M. Snow était fréquemment remplacé par Mme Perino.

M. Snow, père de trois enfants, a dit se sentir «très bien» et en avoir fini avec la chimiothérapie deux semaines plus tôt.

Jusqu'au bout, il a défendu la politique d'un gouvernement assiégé et une guerre impopulaire. Il s'est livré à un éloge vibrant de M. Bush, «un type bien, un homme bon» qu'il montrera en exemple et qui est caricaturé de manière «grotesque» selon lui.

M. Snow se distinguait par sa cordialité et un sens de la répartie aiguisé lié à son expérience d'animateur d'émissions télévisées.
http://www.cyberpresse.ca/article/20070 … 44/CPMONDE

Je l'ajoute à la liste, ou pas?


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#9 01-09-2007 10:40:52

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

OUI


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#10 01-09-2007 11:01:12

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

C'est fait!


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#11 01-09-2007 11:02:52

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Mets un lien wikipedia pour chacun, stp.


[edité par fedup : merci d'éviter les propos insultants]


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#12 01-09-2007 11:19:38

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Sayan a écrit:

Ne faudrait pas oublier le départ... ( forcé ) de Norman Mineta , Secretaire aux Transports.

Il a résigné en Juin 2006 , et la veille de sa démission , Jim Fetzer du Scholars for thruth étaient en entrevue a Fox News et questionné sur les preuves d'inside job. Il avait alors mentionné le témoignage de Mineta devant la commission ( A propos des ordres de Cheney )

Ajouté à la liste.
Je m'y mets pour les liens Wikipedia...


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#13 01-09-2007 11:31:00

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

ragondin a écrit:

Mets un lien wikipedia pour chacun, stp.

liens wikipedia ajoutés...


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#14 01-09-2007 12:09:15

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Je pense que tu peux aussi ajouter Tony Blair

Dernière modification par ragondin (01-09-2007 12:09:35)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#15 01-09-2007 17:31:23

Sword
Membre du forum
Lieu: USA
Date d'inscription: 03-10-2006
Messages: 3174
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Hors ligne

 

#16 01-09-2007 17:41:16

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

ceci serait plus à sa place dans "nouvel odre mondial.


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#17 01-09-2007 19:21:43

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

...ajouté à la liste (le Tony Blair de Ragondin aussi)

Dernière modification par fontaine-42 (01-09-2007 19:23:48)


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#18 01-09-2007 21:15:58

Sword
Membre du forum
Lieu: USA
Date d'inscription: 03-10-2006
Messages: 3174
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Aujourd'hui : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 … r=RSS-3208

(En compagne pour le mormon Mitt Romney).

Et dans le même genre, Ted Haggard, qui a démissionné pour le même motif de gaytude de sa "mega church" du Collorado (la plus grande force évangéliste du pays), après avoir été connu pour se vanter d'avoir une ligne téléphonique directe le reliant à la Maison Blanche de Bush dont il est un intime conseiller : http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=2550

Tu peux l'ajouter à mon avis car il est bien plus politicien que pasteur. Sa démission à la veille des élections du congrès avait fait très mal au parti républicain d'ailleurs qui avait alors perdu la majorité.

Dernière modification par Sword (01-09-2007 21:17:30)

Hors ligne

 

#19 02-09-2007 10:58:29

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Sword a écrit:

Aujourd'hui : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 … r=RSS-3208

(En compagne pour le mormon Mitt Romney).

Et dans le même genre, Ted Haggard, qui a démissionné pour le même motif de gaytude de sa "mega church" du Collorado (la plus grande force évangéliste du pays), après avoir été connu pour se vanter d'avoir une ligne téléphonique directe le reliant à la Maison Blanche de Bush dont il est un intime conseiller : http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=2550

Tu peux l'ajouter à mon avis car il est bien plus politicien que pasteur. Sa démission à la veille des élections du congrès avait fait très mal au parti républicain d'ailleurs qui avait alors perdu la majorité.

Voilà voilà...la liste s'allonge...
J'en ai profité pour ajouté Mark Foley.
Si vous en voyez d'autres...


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#20 02-09-2007 13:31:59

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Un article du Monde, suite à la récente démission de Larry Craig...
...ou la guerre des petites culottes...

Larry Flynt contre les hypocrites
LE MONDE | 31.08.07 | 14h42  •  Mis à jour le 31.08.07 | 14h42
ENVOYÉ SPÉCIAL À LOS ANGELES

C'est une annonce inhabituelle, publiée le 2 juin dernier sur une pleine page du Washington Post, le quotidien le plus prestigieux de la capitale américaine : "Avez-vous eu une relation sexuelle avec un membre actuel du Congrès des Etats-Unis ou du gouvernement ? Pouvez-vous fournir des preuves matérielles de relations illicites ou intimes avec un membre du Congrès, un sénateur, ou toute autre personne occupant un poste officiel important ? Larry Flynt et Hustler Magazine vous verseront jusqu'à 1 million de dollars cash, si nous décidons de publier votre histoire et d'utiliser vos preuves. Tous les appels et correspondances resteront strictement confidentiels."


Les lecteurs comprennent qu'il ne s'agit pas d'un canular : si on lui apporte ce qu'il cherche, Larry paiera. Aux Etats-Unis, tout le monde connaît son nom : Larry Flint est le richissime patron du magazine érotique Hustler et de plusieurs revues franchement pornographiques. Il produit des films hard, possède un immense sex-shop à Hollywood et un casino dans la banlieue de Los Angeles. C'est aussi un militant politique actif et influent proche du Parti démocrate, un athée convaincu, ennemi acharné de la droite chrétienne conservatrice, et un défenseur inlassable de la liberté d'expression sous toutes ses formes.

Après une enfance pauvre dans les montagnes du Kentucky puis une jeunesse assez rude dans l'US Navy, Larry Flynt se lance à 30 ans dans l'industrie du porno. Dès lors, sa vie sera rythmée par les procès à répétition intentés par des ligues de vertu et des procureurs zélés, les arrestations, les bannissements, et toute la panoplie des harcèlements policiers. Dans cette ambiance de chasse aux sorcières, il est victime, en 1978, d'une tentative d'assassinat. Exaspéré par la publication, dans Hustler, de photos érotiques mettant en scène un Noir et une femme blanche, un tueur raciste lui tire une balle dans le dos.

Depuis, Larry Flynt a les jambes paralysées. Cloué dans un fauteuil roulant, il va redoubler d'activité, à la fois dans les affaires et en politique. Son plus grand motif de fierté est d'avoir gagné un procès retentissant contre le sénateur Jesse Helms, leader charismatique de la droite chrétienne ultraconservatrice. M. Helms avait déposé plainte contre Hustler après la publication d'une caricature suggérant qu'il avait perdu sa virginité avec sa propre mère dans des toilettes publiques. Après avoir perdu en première instance, puis deux fois en appel, Larry Flynt finit par l'emporter en 1988 : au nom de la liberté d'expression, la Cour suprême déboute le sénateur Helms et rend, à l'unanimité, une décision historique qui fait désormais jurisprudence.

Triomphe d'autant plus inattendu que, tout au long de la procédure, Larry Flynt avait multiplié les provocations et insulté les juges de la Haute Cour. Il avait même été jeté en prison pour s'être présenté devant un tribunal avec une couche-culotte taillée dans un drapeau américain. La véritable consécration arrivera en 1996 : Larry devient une légende vivante grâce au film de Milos Forman The People vs Larry Flynt (Larry Flynt, dans la version sortie en France), qui raconte assez fidèlement sa vie, avec Woody Harrelson dans le rôle de Larry jeune et Courtney Love dans celui de son épouse Althea (morte en 1987).

Agé de 64 ans, Larry Flynt reste le patron incontesté de son groupe multimédia. Mais après trente années dans un fauteuil roulant, la santé de Flynt commence à décliner. Ses gestes sont lents et incertains, sa voix presque inaudible, juste un chuchotement rauque. Malgré tout, il se rend tous les jours au siège d'Hustler, dans un immeuble moderne au coeur de Beverly Hills, le quartier le plus chic de Los Angeles. Là, il travaille en silence, tapi au fond d'un bureau immense, dans un décor néoclassique multicolore et assez surchargé. Aux murs, aucune image licencieuse, mais des photos officielles le montrant en compagnie de Bill Clinton, de Jimmy Carter, de Jesse Jackson et d'autres personnalités du Parti démocrate.

D'emblée, il présente son annonce dans le Washington Post comme un pur acte militant, une offensive contre les politiciens conservateurs qui veulent interdire la contraception et l'avortement, qui prêchent l'abstinence, la chasteté et la fidélité, et qui mènent en secret des vies dissolues, avec toutes sortes d'aventures sexuelles plus ou moins légales : "Je n'en suis pas à mon coup d'essai", affirme-t-il. "Déjà, en 1999, j'ai enquêté sur des hommes qui voulaient destituer Bill Clinton à cause de sa relation avec Monica Lewinsky, alors qu'eux-mêmes faisaient bien pire. C'est un peu grâce à moi que Clinton a pu rester à la Maison Blanche. En dévoilant la vie cachée de ses accusateurs, j'ai détourné l'attention du public, ça a relativisé toute l'affaire." Entre autres, Bob Livingston, élu républicain de Louisiane, avait dû démissionner à la suite des révélations d'Hustler sur ses amours adultères, alors qu'il était pressenti pour la présidence de la Chambre des représentants.

En 2007, Larry Flynt a décidé de ratisser plus large : "Je vise les républicains, mais, en matière de sexe, il y a aussi des hypocrites chez les démocrates, et je n'hésiterai pas à les démasquer. Je cible aussi les gens du clergé, de toutes religions. Ceux-là, je ne rate jamais une occasion de les combattre." En deux mois, il a reçu plus de deux cent cinquante témoignages de femmes et d'hommes prétendant avoir eu des relations sexuelles secrètes avec des politiciens importants : "La plupart des histoires sont bidon, ou alors il n'y pas de preuve. Mais nous avons cinq ou six affaires apparemment solides, impliquant de hautes personnalités. Il est un peu tôt pour en parler, mes équipes mènent l'enquête."

Pour cela, Larry emploie sept reporters à plein temps, basés dans plusieurs grandes villes du pays : "Il faut récolter des témoignages indépendants, retrouver des notes d'hôtel et de restaurant, des relevés de téléphone et de cartes bancaires, des billets d'avion, des lettres, des e-mails, etc. Parfois, il n'y a pas eu de relation sexuelle, ce sont des affaires de harcèlement, mais c'est aussi grave. Il faut tout vérifier, tout corroborer, nous devons être absolument irréprochables, bien plus exigeants avec nous-mêmes que la presse classique. A la moindre petite erreur, nous serions crucifiés, traînés en justice, écrasés."

Yves Eudes
Article paru dans l'édition du 01.09.07.  http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 … 503,0.html


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#21 02-09-2007 17:14:43

Sword
Membre du forum
Lieu: USA
Date d'inscription: 03-10-2006
Messages: 3174
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Lui (salaud de première et figure clé du 11-9) : Theodore Olson : http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=4325

n'a été poussé à la retraite anticipée que pour mieux rebondir, il est en effet pressenti pour succéder à Alberto Gonzales au ministère de la justice.

Robert Zoellick :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Zoellick

Le 19 juin 2006, il annonçe sa démission du poste de secrétaire d'État adjoint pour rejoindre la banque Goldman Sachs où il est nommé vice-président du conseil d'administration chargé des questions internationales. Il quitte le département d'État le 7 juillet 2006.

A remplacé Wolfowitz à la Banque Mondiale cependant.

Et enfin le meilleur pour la fin : Dov Zakheim (PNAC et CFR), lui aussi un grand ami d'Israël ayant perdu quelques trillions de dollars en route : http://en.wikipedia.org/wiki/Dov_Zakheim

Dov Zakheim resigned as Pentagon Comptroller and Chief Financial
Officer at the beginning of March when it was revealed that the he is
unable to account for the disappearance of a trillion dollars
($1,000,000,000,000). It is unlikely that this will receive much
coverage in the mainstream media.

http://www.voltairenet.org/article14781.html

http://www.onlinejournal.com/artman/pub … 1047.shtml

http://cleveland.indymedia.org/news/2005/01/14509.php

Un cousin à lui : http://en.wikipedia.org/wiki/Adrian_Zackheim

Dernière modification par Sword (07-09-2007 18:40:34)

Hors ligne

 

#22 03-09-2007 00:53:13

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Excellent Travail !

...Ça doit rester épinglé évidement. Ne serait-ce que pour référence rapide.

Bravo encore fontaine42  pour cette initiative

Hors ligne

 

#23 03-09-2007 07:55:35

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Sword a écrit:

Lui (salaud de première et figure clé du 11-9) : Theodore Olsen : http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=4325

n'a été poussé à la retraite anticipée que pour mieux rebondir, il est en effet pressenti pour succéder à Alberto Gonzales au ministère de la justice.

Robert Zoellick :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Zoellick

Le 19 juin 2006, il annonçe sa démission du poste de secrétaire d'État adjoint pour rejoindre la banque Goldman Sachs où il est nommé vice-président du conseil d'administration chargé des questions internationales. Il quitte le département d'État le 7 juillet 2006.

A remplacé Wolfowitz à la Banque Mondiale cependant.

Et enfin le meilleur pour la fin : Dov Zakheim (PNAC et CFR), lui aussi un grand ami d'Israël ayant perdu quelques trillions de dollars en route : http://en.wikipedia.org/wiki/Dov_Zakheim

Dov Zakheim resigned as Pentagon Comptroller and Chief Financial
Officer at the beginning of March when it was revealed that the he is
unable to account for the disappearance of a trillion dollars
($1,000,000,000,000). It is unlikely that this will receive much
coverage in the mainstream media.

http://www.voltairenet.org/article14781.html

http://www.onlinejournal.com/artman/pub … 1047.shtml

http://cleveland.indymedia.org/news/2005/01/14509.php

Un cousin à lui : http://en.wikipedia.org/wiki/Adrian_Zackheim

Je complèterai dès qu'un peu de temps j'aurai (ça y est, je parle comme Yoda)
Ce sera fait pour samedi.
Merci Sayan pour ton gentil message...

Dernière modification par fontaine-42 (05-09-2007 08:40:38)


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#24 05-09-2007 08:44:18

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Le mardi 04 septembre 2007

Affaire de mœurs: Larry Craig n'est plus sûr de démissionner

Boise, Idaho

Le sénateur républicain des États-Unis Larry Craig pourrait revenir sur sa décision de démissionner après son arrestation dans un aéroport du Minnesota pour un scandale de moeurs et envisage de défendre son siège au Sénat, a annoncé son porte-parole.
   
«Le fait que la seule issue qu'il ait, c'est de démissioner, n'est pas une conclusion irréversible», a déclaré Sidney Smith mardi soir.

Larry Craig, sénateur républicain de l'Idaho, a annoncé samedi sa démission du Sénat sur fond de scandale provoqué par son arrestation tandis qu'il sollicitait des services sexuels de la part d'un policier en planque dans les toilettes d'un aéroport. Mais depuis, il s'est offert les services d'un éminent avocat chargé de voir dans quelle mesure il lui serait possible de revenir sur son aveu de culpabilité, a précisé son porte-parole.

«Nous nous préparons exactement comme si le sénateur Larry Craig allait démissioner le 30 septembre, mais l'issue de la procédure judiciaire dans le Minnesota et l'enquête de moralité auront un impact sur notre capacité à nous battre et à rester au Sénat», a dit Smith.

Craig a clamé tout au long de la semaine dernière qu'il n'a rien fait de mal -et qu'il n'est pas homosexuel- affirmant que sa seule erreur a été de plaider coupable pour écart de conduite.

Il n'était pas présent mardi pour la reprise des travaux du Congrès après la trêve estivale, et son éventuel retour un jour n'allait pas de soi.

Selon un autre porte-parole, Dan Whiting, Craig devait passer la semaine dans l'Idaho. Mais il n'a pas exclu la possibilité que le sénateur retourne à washington avant la fin du mois.

Larry Craig est sous pression: nombre de ses collègues républicains le lâchent et même la Maison-Blanche a exprimé sa déception. Le leader républicain Mitch McConnell a qualifié les actes de Craig d'«impardonnables». Les sénateurs John McCain et Norm Coleman ont jugé qu'il devait démissionner.

Son troisième mandat de six ans expire en janvier 2009.

http://www.cyberpresse.ca/article/20070 … ACTUALITES

Partira?
partira pas?
Partira ou partira pas?


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#25 07-09-2007 11:26:17

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Merci a ceux qui m'ont aidé (et m'aideront...) à compléter cette liste...
Dernière mise à jour ce vendredi 7 septembre 2007.


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#26 17-09-2007 07:47:28

Sword
Membre du forum
Lieu: USA
Date d'inscription: 03-10-2006
Messages: 3174
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

En fait tu peux remonter jusqu'à 2003, avec Richard Perle, très gros morceau, grand pilier du néoconservatisme et figure clé de l'actuelle administration et de son idéologie (il en est la matière grise) : http://www.horizons-et-debats.ch/19/19_27.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Perle

Le texte qui l'a fait démissioner : http://www.newyorker.com/archive/2003/0 … 317fa_fact

Hors ligne

 

#27 19-09-2007 22:30:39

Sword
Membre du forum
Lieu: USA
Date d'inscription: 03-10-2006
Messages: 3174
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

A propos de Larry Craig voici ce qu'il disait de de Bill Clinton en 1999 en faisant référence au blowjob de Monica :



A naughty boy... C'est celui qui dit qui est !

Hors ligne

 

#28 05-10-2007 11:25:59

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Sword a écrit:

En fait tu peux remonter jusqu'à 2003, avec Richard Perle, très gros morceau, grand pilier du néoconservatisme et figure clé de l'actuelle administration et de son idéologie (il en est la matière grise) : http://www.horizons-et-debats.ch/19/19_27.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Perle

Le texte qui l'a fait démissioner : http://www.newyorker.com/archive/2003/0 … 317fa_fact

...il trône maintenant en tête de liste...


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#29 06-10-2007 06:15:45

Sword
Membre du forum
Lieu: USA
Date d'inscription: 03-10-2006
Messages: 3174
Site web

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

fontaine-42 a écrit:

Sword a écrit:

En fait tu peux remonter jusqu'à 2003, avec Richard Perle, très gros morceau, grand pilier du néoconservatisme et figure clé de l'actuelle administration et de son idéologie (il en est la matière grise) : http://www.horizons-et-debats.ch/19/19_27.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Richard_Perle

Le texte qui l'a fait démissioner : http://www.newyorker.com/archive/2003/0 … 317fa_fact

...il trône maintenant en tête de liste...

Il l'a pas volée cette place !

Sinon y a aussi notre ami néoconservateur John Ahcroft, initiateur du Patriot Act, et ayant démissionné en 2004 pour d'obscures "raisons de santé" :

Le 9 novembre 2004, au lendemain de la réelection de Bush, John Ashcroft annonce sa démission du gouvernement pour des raisons de santé.

http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Ashcroft

Hors ligne

 

#30 01-11-2007 07:55:51

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Le mercredi 31 octobre 2007
Démission de Karen Hughes, proche conseillère de Bush

http://images.cyberpresse.ca/apps/pbcsi.dll/bilde?Site=CP&Date=20071031&Category=CPMONDE&ArtNo=71031084&Ref=AR&Profile=6644&MaxW=300&Q=85
Condoleezza Rice et Karen Hugues.
Photo AP

Agence France-Presse
Washington

Une proche de George W. Bush, Karen Hughes, a démissionné mercredi de ses fonctions de secrétaire d'État adjointe chargée de la diplomatie publique, sans être parvenue à améliorer l'image des États-Unis dans le monde.
   
«C'est avec une grande tristesse mais aussi beaucoup de gratitude pour tout ce qu'elle a accompli que j'annonce au nom du département d'État et au nom du président la démission de Karen Hughes aux alentours de la mi-décembre», a déclaré Mme Rice, invoquant des raisons familiales pour cette démission à plus d'un an de la fin du mandat de M. Bush.

La porte-parole de la Maison-Blanche Dana Perino avait également annoncé mercredi matin que Mme Hughes, confidente de M. Bush depuis 17 ans, s'apprêtait à annoncer sa démission pour passer plus de temps avec sa famille.

Ancienne proche conseillère de M. Bush à la Maison-Blanche, Mme Hughes, qui aura 51 ans le mois prochain, avait en effet laissé sa famille au Texas, son État d'origine, lorsqu'elle avait pris ses fonctions de secrétaire d'État adjointe chargée de la diplomatie publique, en 2005.

Son départ suit ceux de deux autres proches conseillers du président américain, Karl Rove et Dan Bartlett. A eux trois, ils étaient considérés comme les principaux architectes de l'accession de l'ancien gouverneur du Texas à la Maison-Blanche.

Mme Rice a remercié Karen Hughes pour son «travail extraordinaire» de conseillère en image mais aussi en stratégie politique.

«Elle a rendu possible que chaque ambassadeur se sente capable d'exprimer publiquement le message de Washington et défende la diplomatie» américaine, a-t-elle souligné, rappelant que Mme Hughes avait créé au sein du département d'État une «unité de réaction rapide» qui envoie chaque matin par Internet à toutes les ambassades le message que l'administration veut faire passer sur les principaux événements du monde.

Mme Hughes a remercié M. Bush et Mme Rice pour lui avoir «accordé le privilège de représenter notre pays à l'étranger et de tendre la main aux peuples du monde».

Mais son passage à la tête de la «diplomatie publique» américaine n'a pas amélioré l'image de Washington dans le monde musulman, qui reste «épouvantable», indiquait en juillet l'institut de sondage PEW dans sa dernière évaluation annuelle de l'opinion mondiale sur les États-Unis.

Les États-Unis y étaient considérés comme la plus grande menace pour leur pays par une majorité de Bangladais (72%), de Chinois (66%), de Turcs (64%) et de Pakistanais (64%). En outre, 70% des Palestiniens estimaient que les attentats à la bombe étaient justifiés, ajoutait l'insitut de sondage.

Sa première tournée dans la région, accompagnée d'une dizaine de journalistes, avait tourné au fiasco lorsque cette Texane jusqu'au bout des ongles, qui approche le mètre 80, avait plaidé pour le travail des femmes, fait références à sa ferveur chrétienne et défendu la guerre en Irak.

En Turquie notamment, elle s'était présentée comme une «maman qui travaille», précisant «adorer les enfants» mais elle s'était fait prendre à son propre piège de communicante lorsque d'autres «mamans», représentant des associations de femmes, lui avaient rétorqué que c'était l'administration américaine qui tuait les enfants des mères irakiennes.

Sa stratégie de politisation du message des États-Unis dans le monde, pour le rendre conforme à l'idéologie de l'administration Bush, avait provoqué des grincements de dents parmi les diplomates.

L'un des responsables du service de presse du département d'État, Pryce Floyd, avait ainsi critiqué publiquement en juin dernier, dans une interview à la radio publique NPR, l'utilisation de son service à des fins de «propagande» sous l'influence de Mme Hughes.

http://www.cyberpresse.ca/article/20071 … 44/CPMONDE

Un joli portrait d'elle... (un article du 15 mars 2005 - Voltaire)

Karen Hughes prend la direction de la propagande
Issue d’une famille d’officiers supérieurs d’extrême droite, Karen Hughes est devenue la confidente du gouverneur Bush, puis sa conseillère en communication à la Maison-Blanche. Elle a conçu les campagnes d’intoxication pour justifier les attaques de l’Afghanistan, puis de l’Irak. Aujourd’hui, elle prend en charge le secteur « Propagande » du département d’État.
   
http://www.voltairenet.org/IMG/jpg/fr-390-208.jpg
Karen Hughes (à la tribune) à Kaboul, Afghanistan, en compagnie de Paula Dobriansky, sous-secrétaire aux Affaires globales (février 2004).

Le président George W. Bush a nommé, le 14 mars 2005, Karen Hughes sous-secrétaire d’État pour la Diplomatie publique. Le poste était vacant depuis la démission de Margaret DeB. Tutviller, l’été dernier. L’expression « diplomatie publique » désigne, dans le langage politiquement correct de Washington, les actions d’influence sur les opinions publiques étrangères. Dans les dictionnaires britanniques, cette expression est indiquée comme synonyme de « propagande ».

Karen Hughes est la fille du major-général Harold R. Parfitt.
http://www.voltairenet.org/IMG/jpg/fr-harold-parffit-150.jpg
Harold R. Parfitt
Elle est née en 1956, alors que son père était en garnison à Paris, et a passé toute son enfance et son adolescence dans des bases militaires U.S.. En 1965, le major-général est nommé lieutenant-gouverneur, puis gouverneur de la Zone du canal de Panama et vice-président de la Canal Company. À l’exception de la période 1968-75, où il servira au Viêt-Nam, puis au Pentagone, il stationnera dans la Zone jusqu’à sa rétrocession au Panama, le 30 septembre 1979.

Karen Hughes a donc été élevée dans un camp où aucune loi ne s’appliquait, pas même la Constitution des États-Unis, uniquement la volonté du gouverneur, son père. Dans une ambiance coloniale, une division de classe séparait strictement les « gold », c’est-à-dire les militaires états-uniens, des « silver », la nombreuse domesticité panaméenne. Surtout, la base abritait la sinistre School of Americas, où des dizaines de milliers de militaires latino-américains ont été formés à la lutte contre le communisme [1]. Sur place, outre les cours idéologiques, l’école dispensait une formation à la torture. La jeune Karen n’était aucunement responsable de ce mode de vie raciste et de ces atrocités. Elle aurait pu ultérieurement s’en démarquer. Elle ne l’a jamais fait.

Dans les années 70, les associations féministes parviennent à pousser un amendement constitutionnel en faveur de l’égalité au travail. À la faveur de ce combat, la Federal Communications Commission (FCC) observe minutieusement les déséquilibres hommes-femmes à la télévision. Les chaînes se trouvent obligées d’embaucher en masse des journalistes-femmes et de payer des arriérés de salaires à leurs anciennes employées dont les rémunérations étaient inférieures à celles des hommes. Cette période offre de nombreuses opportunités à de jeunes femmes ambitieuses, sans qu’il soit possible de dire si elles obtiennent leur poste par compétence ou pour respecter les quotas. C’est ainsi que Karen Hughes devient journaliste audiovisuelle, un métier dans lequel elle ne laissera pas de souvenirs inoubliables [2].

En 1984, Karen Hughes change de côté de la scène. Elle rejoint l’équipe de campagne Reagan-Bush, en qualité de chargée de communication, où elle fait la connaissance de « Junior ». Pour Mme Hughes, cette expérience est décisive : elle vient de trouver sa voie ; elle ne reviendra jamais au journalisme, lui préférant la communication politique. Aussi, après cet épisode, participe-t-elle à diverses campagnes électorales locales jusqu’en 1992, date à laquelle elle est engagée comme directrice exécutive du Parti républicain du Texas. Naturellement, elle devient la porte-parole du candidat George Bush Junior au gouvernorat de l’État. Elle agit bientôt en tandem avec Karl Rove : à elle la communication, à lui les coups fourrés. Ce duo infernal parvient à faire gagner une personnalité qui ne semblait pas préparée à ce type de mandat, hormis le fait que son père soit ancien président des États-Unis. Pour cette campagne, Mme Hughes utilise tous les arguments qui lui paraissent efficaces, elle dénonce notamment les nominations, effectuées par le gouverneur sortant, de gays et de lesbiennes dans l’administration locale, ou elle met en avant la lutte contre l’avortement. Elle jouera le même rôle, et avec le même succès, lorsque Junior briguera la Maison-Blanche. Elle devine si bien les rôles qu’il souhaite tenir qu’il voit en elle son alter ego.

http://www.voltairenet.org/IMG/jpg/fr-390-3-4.jpg
À bord d’Air Force One avec George W. Bush et Karl Rove

De plus en plus écoutée par George W. Bush, elle dirige bientôt la communication de la présidence. En septembre 2001, elle supervise les minutes de silence en mémoire des victimes des attentats. Puis, elle crée, avec le publicitaire John Rendon, le Coalition Information Center qui parviendra à faire croire à l’opinion publique que les États-Unis attaquent l’Afghanistan pour arrêter Oussama Ben Laden et le traduire en justice. De même, c’est elle qui conçoit l’Office of Global Communications (Bureau de communications globales), dont nous avons révélé le fonctionnement dans ces colonnes bien avant qu’il ne soit établi par la commission Butler [3].

Quoi qu’il en soit, elle quitte la Maison-Blanche, fin 2002, officiellement pour se consacrer à sa vie de famille. Cet éloignement ne l’empêche pas de participer chaque semaine aux réunions du White House Iraq Group (WHIG) et d’y dispenser ses conseils pour faire croire à l’opinion publique que les États-Unis attaquent l’Irak pour y confisquer des armes de destruction massive. Cette distance ne l’empêche pas non plus de diriger la communication de crise de la Maison-Blanche lorsque Paul O’Neill publie un livre dévastateur pour l’équipe présidentielle, ou lorsque des familles de victimes du 11 septembre reprochent à M. Bush d’utiliser des vidéos des attentats dans les spots publicitaires pour sa réélection.

Maîtrisant parfaitement ses propos, malgré une agressivité débordante, Karen Hughes s’est faite une spécialité de rattraper les dérapages verbaux du président, sans en commettre elle-même ; hormis quelques imprudences comme ses déclarations qualifiant les partisans de l’avortement de plus dangereux que des terroristes.

Sa nomination au sous-secrétariat d’État à la Diplomatie publique a été proposée par James Baker III [4], qui contrôle ce poste et y avait précédemment placé son ancienne maîtresse Margaret DeB. Tutwiller [5]. Edward Djerejian, directeur de l’Institut Baker et auteur de rapports sur la Diplomatie publique, a livré divers commentaires aux médias : « Il reste beaucoup à faire. Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée, nous avons pensé que les guerres idéologiques étaient finies et nous avons démantelé nos outils de communication internationale. Depuis lors, nous n’avons rein fait de bien » [6]. Également présent lors de sa nomination, le publictaire David Morey précise : « La vérité est la meilleure propagande dans le monde, c’est pourquoi ce sera son job de dire la vérité comme propagande, et de le faire avec doigté, et je pense qu’elle y parviendra » [7]. Nous voilà donc prévenus.
   
[1] Voir l’Annuaire interne de l’École des Amériques, disponible dans notre bibliothèque électronique.
[2] BushWomen, Tales of a Cynical Species par Laura Flanders, Verso, 2004.
[3] « Les États-Unis et le Royaume-Uni font propagande commune » par Thierry Meyssan, Voltaire, 21 janvier 2003.
[4] « James Baker III, un ami fidèle », Voltaire, 16 décembre 2003.
[5] « Vendre la démocratie de marché », Voltaire, 13 février 2004.
[6] « Much needs to be done. When the Soviet Union collapsed, we thought the ideological wars were over and dismantled our international communications capability. Ever since, we really haven’t gotten it right ». Cité dans « Karen Hughes picked to polish U.S. image » par Julie Manson, Houston Chronicle, 15 mars 2005.
[7] « Truth is the best propaganda around the world, so it will be her job to tell the truth as propaganda, and do that in a very skillful way, and I think she’ll do that ». Cité dans « Hughes Is Picked for Image Job » par Paul Richter, Los Angeles Times, 15 mars 2005.

http://www.voltairenet.org/article16548.html

Dernière modification par fontaine-42 (01-11-2007 08:23:58)


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#31 15-11-2007 19:25:43

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

15 Mars 2003 http://usgohome.free.fr/actualite/demission_2.htm
Un autre diplomate états-unien de l'administration Bush démissionne,
3 ministres anglais du gouvernement socialiste Blair démissionnent


John H. Brown, officier du service diplomatique, rejoint son collègue John Brady Kiesling et présente sa démission au secrétaire d'État Colin Powell. Le diplomate explique que le président Bush " a échoué " à justifier la guerre qu'il veut mener contre l'Irak.

Diplômé de Princeton, John H. Brown a rejoint le département d'État en 1981 et a été envoyé en poste à Londres, Prague, Cracovie, Kiev, Belgrade et, plus récemment, à Moscou. Membre supérieur du service des Affaires étrangères depuis 1997, il a concentré son travail diplomatique sur la presse et la culture. À ce titre, il a été associé à l'Institut pour l'étude de la diplomatie de l'université de Georgetown, où il était affecté depuis août 2001.

" Monsieur le secrétaire d'État,

Je rejoins mon collègue John Brady Kiesling en soumettant ma démission du Service des Affaires Étrangères (effective dès à présent) parce que je ne saurais, en bonne conscience, soutenir les projets de guerre du président Bush contre l'Irak.

Le président a échoué à :

. expliquer clairement pourquoi nos valeureux soldats, hommes et femmes, devraient être actuellement prêts à sacrifier leur vie dans une guerre contre l'Irak ;

. mettre en évidence toutes les implications de cette guerre, incluant notamment l'ampleur des victimes civiles innocentes ;

. indiquer les coûts économiques de cette guerre pour les Américains ordinaires ;

. clarifier comment la guerre pourrait débarrasser le monde de la terreur ;

. prendre en considération sérieusement l'opinion publique internationale contre la guerre ;

Partout à travers le globe, les États-Unis sont en voie d'être associés à l'usage injustifié de la force. La négligence du président envers les opinions des autres nations, confirmée par son mépris de la diplomatie, est en train de donner naissance à un siècle anti-américain.

J'avais rejoint le ministère des Affaires étrangères parce que j'aime notre pays. Avec tout mon respect, Monsieur le secrétaire d'État, je mets un terme à cette vocation, avec le cœur lourd, mais pour les mêmes raisons pour lesquelles j'avais embrassé cette carrière.

Sincèrement, John H. Brown
Officier de service diplomatique

...............

18.03.2003. Angleterre. Rappelant que leur pays, la Grande Bretagne, avait fournit à Saddam Hussein des armes biologiques et proscrites par l'ONU, avait armé le dictateur irakien dans sa lutte contre l'Iran et la répression de son peuple, trois ministres du gouvernement socialiste de Tony Blair, opposés au déclenchement d'une guerre unilatérale contre l'Irak, viennent de démissionner. Ils reprochent par ailleurs au Premier ministre anglais dene pas tenir compte de l'opposition de la population à cette guerre, de s'aligner sur G.W Bush Président désigné des USA au terme d'une élection constestable et contestée, d'isoler la Grande-Bretagne du reste du monde et de l'Europe.


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#32 15-11-2007 19:43:17

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Je seconde cette motion :

"Sinon y a aussi notre ami néoconservateur John Ahcroft, initiateur du Patriot Act, et ayant démissionné en 2004 pour d'obscures "raisons de santé"

Ce dernier DOIT faire partie de la liste fontaine42. Son rôle dans le "think-tank" qui a engendré le Patriot Act I et II est primordial. Il a aussi joué d'autre rôle important chez les néo-cons.

Hors ligne

 

#33 16-11-2007 10:19:25

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

C'est fait : dernière mise à jour ce vendredi 16 novembre.


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#34 19-11-2007 20:28:39

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

...et encore une qui s'en va...

Le lundi 19 novembre 2007
Démission de la conseillère de Bush pour la lutte antiterroriste
Agence France-Presse
Washington


La Maison-Blanche a annoncé lundi la démission de Frances Townsend, conseillère du président américain George W. Bush pour la Sécurité intérieure et la lutte antiterroriste.

Mme Townsend «a fait part de son intention de démissionner après le 1er janvier», a dit un porte-parole de la Maison-Blanche Scott Stanzel.

M. Stanzel a précisé que Mme Townsend allait rejoindre le secteur privé après «plus de deux décennies dans le service public».

«Depuis quatre ans et demi, Fran (diminutif de Frances, NDLR) Townsend a servi l'administration avec talent, comme conseillère du président pour la Sécurité intérieure et la lutte antiterroriste», a indiqué un communiqué de la Maison-Blanche.

«Fran a toujours fourni des conseils avisés sur la meilleure façon de protéger les Américains des menaces terroristes», a ajouté ce communiqué.

Mme Townsend, 45 ans, était conseillère du président Bush pour la Sécurité intérieure et la lutte antiterroriste depuis mai 2004. Elle était entrée à la Maison-Blanche un an auparavant comme conseillère adjointe pour la sécurité nationale chargée de la lutte contre le terrorisme.
http://www.cyberpresse.ca/article/20071 … 44/CPMONDE


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#35 21-11-2007 18:33:04

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Tu m'enlèves les mots de la bouche ! lol

...J'étais sur le point de te soumettre cette dernière.

Elle mérite amplement sa place dans ta liste fontaine42

Hors ligne

 

#36 24-11-2007 15:15:56

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

@fontaine

N'oublie pas de mettre la liste a jour avec le nom de Mme. Townsend.

C'est un ajout important !

Hors ligne

 

#37 24-11-2007 16:59:53

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Sayan a écrit:

@fontaine

N'oublie pas de mettre la liste a jour avec le nom de Mme. Townsend.

C'est un ajout important !

Voilà, c'est fait... smile


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#38 29-11-2007 05:45:16

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

@fontaine

Encore un autre a ajouté !

Le principal conseiller économique de George W. Bush, Allan Hubbard

http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=8117

Hors ligne

 

#39 30-11-2007 12:44:21

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Le délit d’initié par JP Petit
http://209.85.135.104/search?q=cache:51 … &gl=fr

Ed Cogswell, le FBI, le ministère de la justice et la US Security Exchange Commission, au bout de deux ans d’enquête, ont déclaré qu’il n’existait aucune preuve que les spéculateurs aient eu connaissance de la préparation des attentats. Avec cette affirmation, les autorités couvrent la plus spectaculaire délit d’initié jamais survenu au monde ! Personne dans la communauté financière n’a d’ailleurs cru à cette fable. Sur quel principe la spéculation financière fonctionne-t-elle ? Des acheteurs empruntent des actions à découvert (warrants) et les revendent à une date donnée. Ils spéculent sur le fait qu’au jour fixé le cours de la bourse aura varié et qu’ils pourront encaisser la différence.

Entre le 6 et 7 septembre, 4744 options à la vente d’actions de United Airlines sont achetées, contre 396 à l’achat. Le 10 septembre ce sont 4516 options d’American Airlines contre 748 à l’achat. Résultat, après le 11, l’action United Airlines chute de 42%, celle d’American Airlines de 39%. Le vol United 175 percute la tour au niveau des bureaux de Morgan Stanley Dean Witter and Co, un établissement financier, or les relevés donnent 2157 options Morgan Stanley Dean Witter and Co à la vente achetées 3 jours avant. Scénario identique pour Merrill Lynch and Co, dont le siège est situé à proximité des tours, pour 12215 options à la vente. Egalement ont eu lieu, juste avant les attentats, des achats anormaux de bons du trésor américain à cinq ans, les meilleurs investissements dans l’hypothèse d’une crise mondiale, pour un montant vertigineux de 5 milliards de dollars. La valeur des bons a augmenté brusquement après le 11 et les profits réalisés pourraient atteindre 15 milliards de dollars.

Aspect intéressant, de nombreux ordres d’achat d’options de vente ont été passés par la Deutsche Bank, dirigée jusqu’en 1998 par A.B Krongard, nommé en 2001 directeur adjoint de la CIA par Bush. Or la CIA surveille en permanence les opérations et les mouvements suspects sur les marchés d’actions et de capitaux, avec l’aide d’outils informatiques puissants. Il leur aurait été aisé de circonscrire les tenants et les aboutissants des transactions financières, ils en possédaient les moyens et ils ne l’ont pas fait. Ou ils l’ont fait mais on leur a donné l’ordre de se taire. Qui sont les cercles secrets qui ont misé beaucoup d’argent sur cette journée du onze ? Un banquier a assuré qu’il s’agissait de gens à la Federal Reserve Bank, dans laquelle les familles les plus puissantes du monde, les Warburg, les Rockefeller et les Rotschild ont des parts importantes.

La Federal Reserve Bank banque n’a jamais été sous le contrôle du gouvernement américain ou du parlement, même si cette banque semble être une institution officielle, c’est en réalité une banque privée. Le clan Rockefeller est un important partenaire de la famille Ben Laden, et il semblerait que Sharon Percy Rockefeller, la femme de John D.Rockefeller IV, l’arrière petit fils du fondateur de la Standard Oil New York et de l’empire financier mondial, avait la signature sur les comptes secrets d’Oussama domiciliés à la Harris Bank de Chicago.
La commission d’enquête officielle chargée de faire la lumière sur les évènements a conclu que cette activité financière n’avait eu aucun lien avec le 11 septembre. Mais lorsque l’on sait que la commission a pour directeur Thomas Kean, ancien directeur du géant pétrolier Amerada Hess, qui avait créé une filiale avec la compagnie Saoudienne Delta Oil, et que les propriétaires du groupe Delta Oil sont deux hommes poursuivis en justice par les familles des victimes du 11 qui les accusent d’être les financiers d’Al Qaida - Khalid Bin Mahfouz et Mohammed Hussein Al Amoudi - on peut légitimement mettre en doute l’impartialité de Kean ainsi que les résultats des travaux de la commission d’enquête sur ce monstrueux délit d’initiés. On comprend également que la commission ait fait tout son possible pour ne pas nuire aux relations américano-saoudiennes, ni mettre en lumière les rapports existant entre la guerre d’Afghanistan et l’implantation du pipeline Unocal-Delta Oil.

http://img227.imageshack.us/img227/4980/kongardzx2.png

Dernière modification par ragondin (30-11-2007 13:06:57)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#40 12-12-2007 07:43:15

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

M. Glassman remplacera Karen Hughes...

Le mardi 11 décembre 2007
Un journaliste conservateur pour redorer l'image des États-Unis

http://images.cyberpresse.ca/apps/pbcsi.dll/bilde?Site=CP&Date=20071211&Category=CPMONDE&ArtNo=71211129&Ref=AR&Profile=6644&MaxW=170&Q=85
James K. Glassman (Photo Reuters)

Agence France-Presse
Washington

Le président américain George W. Bush a décidé mardi de nommer un journaliste conservateur, James K. Glassman, pour véhiculer le message et améliorer l'image détériorée des États-Unis à travers le monde, a indiqué la Maison-Blanche dans un communiqué.

M. Bush a annoncé son intention de nommer M. Glassman secrétaire d'État adjoint pour la diplomatie publique avec le rang d'ambassadeur, a dit la Maison-Blanche.

Sa nomination est sujette à confirmation par le Sénat, a-t-elle précisé.

Il est censé remplacer une très proche de M. Bush, Karen Hughes, qui a annoncé qu'elle quitterait ses fonctions avant la fin de l'année pour se consacrer à sa famille.

Elle part sans être parvenue à améliorer l'image des États-Unis, en particulier dans le monde musulman.

Et M. Glassman est appelé à la remplacer à un moment où l'administration est confrontée à un nouveau scandale touchant aux moyens de sa «guerre globale contre le terrorisme».

«Dans son nouveau rôle, M. Glassman contribuera à expliquer efficacement notre politique et les valeurs fondamentales de l'Amérique à travers le monde», a dit la porte-parole de la Maison-Blanche, Dana Perino.

M. Glassman, diplômé de Harvard, préside depuis juin 2007 l'agence fédérale responsable de tous les programmes non-militaires internationaux radiodiffusés par le gouvernement américain ou avec son soutien. Cela comprend Voice of America, radio-télévision diffusant en 45 langues, Radio Free Europe et Alhurra, télévision par satellite en arabe à destination du Proche-Orient.

Le choix de M. Glassman a l'avantage de réduire le risque de confrontation avec le Congrès au moment de sa confirmation, puisque les parlementaires ont approuvé sa nomination à son poste actuel.

Les adversaires démocrates de M. Bush sont majoritaires au Congrès.

M. Glassman est aussi rédacteur en chef de The American, la revue de l'American Enterprise Institute, un groupe de réflexion conservateur.

Il a coopéré au quotidien The Washington Post comme éditorialiste de 1993 à 2004.

Il pourra aussi faire valoir son expérience en 2003 au sein d'un groupe consultatif mandaté par le Congrès pour la diplomatie avec le monde arabe et musulman.

Il a été choisi par M. Bush en plein scandale provoqué par la destruction de vidéos de la CIA conservant la trace d'interrogatoires de terroristes présumés.

La nouvelle a provoqué une levée de boucliers devant la possibilité que la CIA ait voulu faire disparaître des documents pouvant être utilisés pour dénoncer les méthodes de l'Agence de renseignement comme de la torture.

http://www.cyberpresse.ca/article/20071 … 44/CPMONDE


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr