ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#41 09-11-2007 00:07:12

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

charmord a écrit:

Je ne vois vraiment pas ce que l'on pourrait induire en faveur de la thèse que tu défends de ce passage.

Peut-être pas grand chose, je te l'accorde. J'hésitais à poster ça.

Disons que dans de telles circonstances, et juste après les faits, il eût été plus logique que Bush se déclare "horriblement choqué" par cet acte, qu'il déplore la perte "de dizaines de milliers de civils américains innocents" et qu'il "condamne avec la plus grande fermeté de telles actions", mais au lieu de ça il parle déjà de "traquer les terroristes" et prévient que "le terrorisme contre notre nation ne sera pas toléré". Ce n'est pas tout à fait la même chose.


charmord a écrit:

D'après le journal, la menace sur aireforce one serait tombée bien à pic pour éviter des accusations de couardises...

Mais réfléchissons un instant, en donnant crédit à une telle menace pour éviter de passer pour un couard, on place une mine dans la théorie officielle qui veut que les attentats aient été le fait d'individus isolés pilotés depuis une nation ennemie et sans aucune complicité interne...

il ne faut pas être grand clair pour savoir que l'on casse toute la théorie officielle.

Exactement, ce qui pourrait expliquer pourquoi Ari Fleischer s'est rétracté quelques jours plus tard et infirma la thèse d'une menace visant Bush.

J'imagine la réunion des stratèges qui essayent d'élaborer tant bien que mal la propagande :

- Bon les cocos, mission accomplie, ces [bip] de journalistes n'accusent plus George d'avoir été lâche, mais maintenant nous avons un sacré problème à régler avec cette histoire de codes. Une suggestion, quelqu'un ?

- On a qu'à dire plus ou moins la vérité patron, genre c'était une menace inexistante et nous nous sommes trompés.

- Pas bête, Jimmy.


charmord a écrit:

Je n'imagine donc pas bien comment des personnes qui seraient dans le secret d'un complot pourraient avoir eu l'idée saugrenue de risquer de le faire capoter par cette seule nouvelle.

Difficile à comprendre en effet. Sans être dans la tête de Karl Rove, peut-être a-t-il choisi ce qui représentait à ses yeux (et provisoirement) la moins mauvaise des solutions pour extirper le Président de ce pétrin relatif qui n'était pas prévu.


charmord a écrit:

Penses-tu toujours, mjk, que de telles mesures spéctaculaires auraient été prises par les comploteurs, si leur intention avait été dès le départ d'attribuer la paternité des attentats à OBL?

Tu es absolument certain que ces mesures ont effectivement été prises sous prétexte que plusieurs témoignages en font état, ce n'est pas mon cas.

Sans l'exclure, j'émets quelques réserves.

Dernière modification par mjk (09-11-2007 00:08:01)


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#42 09-11-2007 00:47:44

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Disons que dans de telles circonstances, et juste après les faits, il eût été plus logique que Bush se déclare "horriblement choqué" par cet acte, qu'il déplore la perte "de dizaines de milliers de civils américains innocents" et qu'il "condamne avec la plus grande fermeté de telles actions", mais au lieu de ça il parle déjà de "traquer les terroristes" et prévient que "le terrorisme contre notre nation ne sera pas toléré". Ce n'est pas tout à fait la même chose.

Bush ne pouvait pas NE PAS condamner les responsables de ces attaques dès sa première intervention télévisée, sans risquer d'être pris pour une couille molle. Il parle de terroristes en restant le plus vague possible dans ce discours. En revanche, une journaliste rapporte que lorsqu'il erre dans l'avion en tournoyant dans les airs pendant 2 heures, il dit à Cheney que "qui qu'ils soient, les gens qui ont commis ces attentats regretteront de m'avoir comme président"... Tu ne trouves pas cela étrange?

mjk a écrit:

Exactement, ce qui pourrait expliquer pourquoi Ari Fleischer s'est rétracté quelques jours plus tard et infirma la thèse d'une menace visant Bush.

J'imagine la réunion des stratèges qui essayent d'élaborer tant bien que mal la propagande :

- Bon les cocos, mission accomplie, ces [bip] de journalistes n'accusent plus George d'avoir été lâche, mais maintenant nous avons un sacré problème à régler avec cette histoire de codes. Une suggestion, quelqu'un ?

- On a qu'à dire plus ou moins la vérité patron, genre c'était une menace inexistante et nous nous sommes trompés.

- Pas bête, Jimmy.

Je ne porte pas ces gens dans mon coeur mais à mon avis c'est une erreur de penser que ce sont des idiots. Entre le risque de faire passer GWB pour un lâche et celui de décrédibiliser la théorie officielle, je pense qu'ils auraient vite choisi et fermé leur gueule sur la menace Angel is Next...

mjk a écrit:

Tu es absolument certain que ces mesures ont effectivement été prises sous prétexte que plusieurs témoignages en font état, ce n'est pas mon cas. Sans l'exclure, j'émets quelques réserves.

Je ne suis absolument sûr de rien. Je confronte la crédibilité d'hypothèses. Le fait est que l'article que j'ai cité est méchamment bien sourcé.

A+

Dernière modification par charmord (09-11-2007 10:09:36)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#43 09-11-2007 01:13:13

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Dans l'hypothèse où Bush serait un co-auteur de ces attentats, celle-ci poserait plus de questions qu'elle ne répondrait aux questions épineuses.

- Pourquoi la menace sur la vie du président la veille des attentats ? Ce qui aurait pu faire capoter toute l'affaire.

- Pourquoi Bush est-il resté aussi longtemps à l'école élémentaire Emma Booker ? Alors qu'il savait pertinemment que son rôle était d'agir en toute urgence, il répond lui-même que c'était dans le but de ne pas éffrayer les enfants, ce qui va à l'encontre de la première question ci-dessus en sachant qu'avec du bon sens on en déduit qu'il met la vie des enfants en péril en restant dans cette école puisqu'il est personnellement menacé.

- Pourquoi cette ballade à travers le pays à bord d'Air Force One ? Alors que s'il avait été l'un des instigateurs de ces attentats, il lui aurait été si simple de rapatrier la Maison Blanche et ainsi de rassurer son pays et en profiter pour suivre son plan.

- Pourquoi cette mise en scène de la menace "Angel is next" devant l'équipe l'accompagnant composée des journalistes et de ses proches conseillers ? Journalistes qui ne manquent pas de relater ce fait, lui-même va dans le sens illogique d'exposer largement plus le président à bord de l'avion resté longtemps sans escorte que de se mettre à l'abri à la Maison Blanche.

- Pourquoi avoir confisqué les téléphones portables des personnes à bord ?

-Pourquoi Bush affirme ouvertement avoir vu à la télévision de l'école le premier avion s'écrasant dans la tour nord ?

J'en oublie certainement mais déjà ces questions vont dans le sens opposé d'un plan parfaitement organisé avec la complicité de Bush.


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#44 09-11-2007 01:43:19

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Je ne comprends pas, mais alors pas du tout, ta logique Wallace, je dis cela sans animosité aucune.



charmord a écrit:

Le fait est que l'article que j'ai cité est méchamment bien sourcé.

Ceci dit, des bêtises méchamment bien sourcées, tout le monde peut en lire quotidiennement tongue


J'aime bien ce passage :

The next day Fleischer was asked, “[It was] yesterday reported that some of the people in the Pentagon were a little bit skeptical about your comments yesterday that the White House and Air Force One were attacked – were targets of attack, given that the plane had come from the south. What do you –” Fleischer: “Who are these people?” Reporter: “Well, I don’t know. They weren’t my sources, so…” Fleischer: “No. There’s – I wouldn’t have said it if it wasn’t true.”

Moi, mentir ? Jamais ! Foi de porte-parole de la Maison Blanche !

lol


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#45 09-11-2007 01:51:35

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Je ne comprends pas, mais alors pas du tout, ta logique Wallace, je dis cela sans animosité aucune.

Elle est pourtant tout à fait logique dans la chronologie des faits et de la mise à l'écart de la seule personne pouvant déranger les plans pour peu qu'une once de génie vienne à lui traverser l'esprit ! lol


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#46 09-11-2007 06:42:32

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Sachant que les guerres contre l'Afghanistan et contre l'Irak ont été toutes deux décidées avant le 11/9.

Sachant que parmi les signataires du fameux rapport Rebuilding America's Defenses du PNAC rédigé en 2000 se trouvaient notamment Cheney, Rumsfeld, Wolfowitz ou Bush (Jeb).

Et sachant qu'après avoir volé son élection à la Présidence des Etats-Unis cette même année, grâce à son gouverneur de frère sus-cité ansi qu'à son ex-Président et ex-directeur de la CIA de père (et à ses solides réseaux), notre ami George s'empressa de nommer les trois premiers signataires sus-cités à des postes clés de l'administration états-unienne.

Comment croire que Bush était homme à contrecarrer cet agenda maléfique alors que de toute évidence il était là pour l'accomplir ?





http://www.politicalfriendster.com/images/411.jpg

Petite devinette pour finir : comment s'appelle cet individu qui fut l'un des directeurs de Securacom, entreprise qui avait en charge la sécurité du World Trade Center ?

smile


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#47 09-11-2007 08:15:27

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Mjk,

Tu crois avoir trouvé les coupables et quand on te montre que ton hypothèse ne résiste pas à l'analyse de certains faits rapportés par plusieurs sources et qu'elle implique de grosses incohérences, tu te fermes et ne réponds pas aux questions.

Ce n'est pas une démarche rigoureuse et même si elle va dans un sens opposé à la TO, elle en emprunte la même méthodologie consistant à nier tout ce qui ne va dans le sens de ce que tu penses.

Si je te comprends bien donc, C. Rice et Cheny auraient confirmé l'existence de la menace Angel is next le lendemain ou le surlendemain du 11 septembre mais il ne faudrait pas tenir compte de ces infos car :

- Soit les journalistes ont dit n'importe quoi et ces interviews n'ont pas existé.
- Soit bien qu'à la base de la conspiration, ils auraient inventé cet élément qui décrédibilise sérieusement la TO pour protéger GWB.

Cela ne tient simplement pas debout et j'ai expliqué les raisons pour lesquelles je pense cela... Tu n'as pas argumenté sur ce point.

Quant au fait qu'un certain nombre de personnes parmi les gens que tu cites faisaient partie du Pnac, je le sais très bien mais vois-tu le fait que ces gens aient attendu et sans doute espéré l'arrivée d'un nouveau pearl harbour n'est même pas un mini indice admissible dans une enquête criminelle pour les accuser de la paternité de ces attentats. Pas davantage ne l'est le fait que les concepteurs du Pnac soient devenus des Ministres lors de l'élection de GWB.

Alors, je ne crois pas qu'il faille interpréter tous les autres faits rapportés en fonction de cet élément qui te semble déterminant, ce n'est pas une méthode de travail acceptable. Quand on fait une enquête, on rassemble les informations, témoignages, .... et puis on les confronte et seulement après vient le moment d'émettre des hypothèses.

Pour ta part, tu fixe une thèse et tu décides quels sont les faits et témoignages crédibles en fonction de cette thèse. Exactement, comme les défendeurs de la TO.

Cela ne va pas...

Dernière modification par charmord (09-11-2007 08:26:52)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#48 09-11-2007 10:09:11

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

N'exagère pas charmord smile

Mon post précédent est une réponse à W.Wallace. Je ne pense pas manquer de rigueur, encore moins en remettant en question certaines affirmations de Tarpley ou de Meyssan. Préférerais-tu que je me contente de dire "Amen" sans réfléchir ? smile

Honnêtement, je n'ai pas appris grand chose en lisant ce fil ces derniers jours, ce n'est pas comme si je ne connaissais pas cet épisode, je ne suis pas un pro-VO ignorant à convertir. J'ai même donné un lien allant dans votre sens où le pilote d'Air Force One confirme avoir reçu cette menace.

J'ai également reconnu plus haut qu'il y avait un léger souci avec la théorie qui me paraît la moins improbable.


Ca ne m'étonnerait pas plus que ça si cette histoire de codes était finalement (presque) vraie : c'est ce que j'ai cru pendant des années.

La seule chose que je nie catégoriquement et à laquelle je n'ai jamais cru, c'est la réalité de cette menace.

Je pense avoir apporté quelques arguments logiques consistants qui démontrent que la théorie Bush-est-un-pigeon-manipulé est surréaliste.


Puis-je savoir qui sont les responsables/commanditaires du 11 septembre pour toi ?


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#49 09-11-2007 10:30:32

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Puis-je savoir qui sont les responsables/commanditaires du 11 septembre pour toi ?

Ce n'est pas que je sois un coward mais je franchement, je ne sais pas.

Cela doit être un bordel absolu dans les connections, éventuelles trahisons, chantages, menaces, etc entre différentes personnes ou groupes qui ont du jouer un rôle actif ou passif avant, pendant et après les attentats.

C'est là que je diverge par rapport à ta vision : les éléments que nous connaissons ne laissent pas penser que tout a été bien réglé comme du papier à musique. Il y a tellement d'incohérences et de trous dans cette théorie qu'il n'est simplement pas possible de croire que toutes les personnes ayant profité de ces attentats aient pris le risque de les organiser ensemble comme ils se sont produits.

Dans cette tentative de clarifier les choses, j'attache énormément d'importance au phénomène de privatisation du renseignement et aux connections que certaines personnes issues de ce phénomène hautement dangereux peuvent avoir eu avec certaines personnes pas nette du monde économique et politique. Ce pourrait être une des clés d'après moi...

Il n'est pas évident que toutes les personnes ayant organisé ou tenté de tirer parti de ces attentats aient eu des liens entre eux. Comme je l'ai déjà dit sur un autre fil, chacun des groupes ou réseaux de personnes a pu poursuivre un intérêt différent et spécifique en croyant gruger l'autre.
Au final, rien ne sort parce que celui qui peut accuser l'un peut être accusé par l'autre. Et aussi peut-être, parce que ceux qui en définitive ont tiré toutes les ficelles de ces attentats sont ceux qui détiennent le véritable pouvoir (même hélas peut-être de vie ou de mort) sur quiconque, y compris Bush, le jour des attentats.

Quand à savoir qui figurait dans ce groupe, je ne m'avancerai pas à citer des noms car je n'en sais rien et quand bien même j'aurais une idée, je ne suis pas sûr que je l'exprimerais, vu mon éternelle couardise!!!

Voilà en gros le tableau et sache que mon intuition n'exclut pas du tout les concepteurs du Pnac dans ce concert de haine, pouvoir et mépris profond de l'humanité...

A+

Dernière modification par charmord (09-11-2007 10:34:36)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#50 09-11-2007 10:44:48

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Sur zététique, j'avais exprimé mon sentiment comme ceci en réponse aux trolls de service :

Il faudra également se mettre à examiner, sans oeillères toutes les connections avérées ou "suputables" - mais sytématiquement igonrées par la Commission - qui existent entre les différents acteurs apparents de cet farce lugubre que sont : les services secrets pakistanais (ISI), les grands financiers saoudiens et leur lien indéféctibles avec la criminalité jihadiste, les méga-groupes financiers tirant leur revenus de tout ce qui se fait comme criminalité, de la drogue au terrorisme, les services secrets US privatisés qui partagent leurs renseignements avec des sociétés commerciales douteuses, les doctrinaires et exécutifs néo-conservateurs, et le système de clearing du blanchiment de l'argent sale.

En prenant ce recul nécessaire et examinant tout le background politico-économique d'apprence mafieuse de ces attentats, on se rend compte qu'il est infiniment plus probable que meutres de masse soient le produit des relations, trahisons et jeux de dupes entre ces acteurs. Que les attentats du 11 septembre sont en définitive une véritable pompe à pognon servant à alimenter un système criminel à l'échelle planétaire autant que les portefeuilles de certains nantis qui en ont pas besoin, bien davantage qu'une opération isolée fomentée par quelques dingues - portés sur la boisson et le sexe avant d'aller rejoindre le royaume des 1001 vierges - qui seraient passés à travers les mailles du filet du pays le plus sécurisé au monde grâce à une chaîne intinterrompue de négligences, incompétences et coincidences qui si elles n'étaient pas si dramatiques prêteraient à sourire...

On comprend alors que le 11 septembre et la période que nous vivons sont probablement le point de chute de cette prédiction prêtée à Eisenhower qui exprimait le risque que les lobbies et financiers prennent le pouvoir et en viennent à dicter leurs impératifs aux politiques.

http://www.forum-zetetique.com/forum/fo … =530#23369

Dernière modification par charmord (09-11-2007 10:45:58)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#51 09-11-2007 13:52:55

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

@ mjk

J'ai bien précisé que ce pourrait être un scénario probable car nous ne pouvons qu'avancer des hypothèses avec les éléments dont nous disposons, si nous connaissions la vérité nous ne serions pas ici à en discuter.

Des tas de scénarios sont possibles mais il faut tenir compte des éléments contradictoires et en l'occurence il s'avère que deux menaces de mort ont pesées sur GWB sur deux jours, que la fuite du président, au moment où son pays avait le plus besoin de lui, est des plus louches. Force nous est de reconnaître que quelque chose cloche dans cet affolement et ne ressemble pas du tout à un plan parfaitement étudié, en tous cas, pas de la part du président.

Maintenant, le fait que Jeb Bush soit un des signataires du PNAC ne remet pas en cause une possible friction entre les deux frères, le pouvoir monte à la tête et l'histoire nous prouve que les liens du sang ne sont pas un obstacle au meurtre ou mieux encore que la famille Bush, dans son ensemble, se soit fait entourloupée, les deux frères dînaient ensemble la veille des attentats, qu'ont-ils pu se dire ?

Il est possible que Bush était au courant du plan des attentats dans son ensemble sauf que sa mort faisait parti du plan, peut être l'a t-il appris in extrémis, tout est possible mais nous devons bien prendre conscience qu'il s'est passé un imprévu et de taille le 11 septembre.

Dernière modification par W.Wallace (09-11-2007 13:59:43)


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#52 10-11-2007 01:45:01

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les codes de sécurité présidentiels

chamord a écrit:

On comprend alors que le 11 septembre et la période que nous vivons sont probablement le point de chute de cette prédiction prêtée à Eisenhower qui exprimait le risque que les lobbies et financiers prennent le pouvoir et en viennent à dicter leurs impératifs aux politiques.

Entièrement d'accord avec cet énoncé !

On en est rendu là je crois... La politique n'est plus que l'outil servant les intérêts des lobbies et financiers. Le vrai pouvoir politique n'existe plus. Du moins dans le monde du G8. Il reste encore les Chavez , Castro et cie. Mais ils se font de plus en plus rares.

Hors ligne

 

#53 10-11-2007 04:27:11

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Je m'excuse d'interrompre Sayan mais les codes de sécurités présidentiels qui auront été violés et détournés en ce jour du 11/09/2001 prouvent qu'il n'est même plus question de penser à des terroristes islamistes cachés dans des grottes chauffées au feu de bois, mais réellement à des personnes infiltrées à l'intérieur même du Pentagone.

Ce Pentagone est bénit des dieux "God bless the pentagone", le pilote terroriste fera un virage serré avec son Boeing pour pouvoir frapper une aile de ce Pentagone la moins peuplée et surtout peuplée de personnes inconnues.

Les terroristes ne sont plus ce qu'ils étaient, tout se perd pour le plus grand bien des dirigeants !

Dernière modification par W.Wallace (10-11-2007 04:41:43)


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#54 11-11-2007 03:25:30

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

J'ai fait une synthèse de cette question importante dans le forum zététique :

(...) je vais parler d'un thème qui n'a me semble-t-il jamais été abordé sur ce fil de discussion. Il s'agit de la menace qui aurait été répercutée par la Maison blanche sur la base d'un rapport des services secrets au Président, menace selon laquelle les terroristes détenaient les codes de sécurité de l'avion présidentiel, ce code étant "angel is next".

Après son allocution présidentielle à l'école primaire, le Président s'est envolé dans son avion et a, selon les personnes qui étaient à bord, tournoyé dans les airs sans destination pendant deux heures et sans escorte non plus.

Voir :

http://www.telegraph.co.uk/news/main.jh … amp;page=2

[i]For much of the next two hours the presidential jet appeared to be going nowhere. The journalists on board - all of whom were barred from communicating with their offices - sensed that the plane was flying in big, slow circles.


C'est à ce moment que le Président aurait eu vent de la menace qui pesait sur sa propre sécurité, et en particulier sur l'avion présidentiel.

http://www.911truth.ie/emails/161170/168.html

Extraits :

According to Safire, “A threatening message received by the Secret Service was relayed to the agents with the president that ‘Air Force One is next.’ According to the high official, American code words were used showing a knowledge of procedures that made the threat credible.” Safire identified his source as Karl Rove, Bush’s political Svengali. According to Rove, when Bush stubbornly insisted that he was going back to Washington, “the Secret Service informed him that the threat contained language that was evidence that the terrorists had knowledge of his procedures and whereabouts. In light of the specific and credible threat, it was decided to get airborne with a fighter escort.”

(...)

“The most worrisome aspect of these revelations has to do with the credibility of the ‘Air Force One is next’ message. It is described clearly as a threat, not a friendly warning – but if so, why would the terrorists send the message? More to the point, how did they get the code-word information and transponder know-how that established their mala fides? That knowledge of code words and presidential whereabouts and possession of secret procedures indicates that the terrorists may have a mole in the White House – that, or informants in the Secret Service, FBI, FAA or CIA. If so, the first thing our war on terror needs is an Angleton-type counterspy.” (New York Times, September 13, 2001) Of course, it may well be that the dubious Angleton networks, given their penchant for fascism, are themselves among the suspects. But that is another story.

(...)

According to a senior government official, speaking on condition of anonymity, the caller knew the agency’s code words relating to Air Force One procedures and whereabouts. (AP, September 13, 2001)

Foreign press organs, more critical than the controlled corporate media of the US, reported this story straight. The London Financial Times wrote that after Bush had taken off from Florida, “within an hour, an anonymous call reached the Secret Service. Using code words known only to the agency’s staff, the caller issued a chilling warning: ‘Air Force One is next.’” (Financial Times, September 14, 2001)

In an interview with Tony Snow on Fox News Sunday, National Security Advisor Condoleezza Rice confirmed that the September 11 threat against President Bush’s life included a secret code name.

SNOW: Sept. 11 there was a report that there was a coded message that said, “We’re going to strike Air Force One” that was using specific coded language and made the threat credible. Is that true? RICE: That is true. SNOW: So we have a mole somewhere? RICE: It’s not clear how this coded name was gotten. We’re a very open society and I don’t think it’s any surprise to anyone that leaks happen. So, I don’t know – it’s possible the code name leaked a long time ago and was just used. SNOW: How on earth would that happen? RICE: I don’t know. I don’t know. We’re obviously looking very hard at the situation. But I will tell you that it was plenty of evidence from our point of view to have special measures taken at that moment to make sure the president was safe.

This exchange was reported by Carl Limbacher of NewsMax.com, who added that “US intelligence officials have not ruled out the possibility that a government mole may have given terrorists the top secret code language they used to deliver the threat ‘Air Force One is next’ as the World Trade Center and Pentagon were under attack.” (NewsMax.com, September 23, 2001) Of course, the real imperative was to consider whether the rogue network behind the attacks extended into the ranks of holders of top secret security clearances.

The threat to Air Force One was repeated by others in the administration. In the September 12 White House briefing, Ari Fleischer told reporters, “We have specific and credible information that the White House and Air Force One were also intended targets of these attacks.” The next day Fleischer was asked, “[It was] yesterday reported that some of the people in the Pentagon were a little bit skeptical about your comments yesterday that the White House and Air Force One were attacked – were targets of attack, given that the plane had come from the south. What do you –” Fleischer: “Who are these people?” Reporter: “Well, I don’t know. They weren’t my sources, so…” Fleischer: “No. There’s – I wouldn’t have said it if it wasn’t true.” Reporter: “Can you confirm the substance of that threat that was telephoned in...that Air Force One is next and using code words?” Fleischer: “Yes, I can. That’s correct.”(September 13)


Autrement dit, la réalité de cette menace sur le Président a été confirmée de diverses parts tant par les journalistes que par l'entourage direct du Président dans les jours qui ont suivi les attentats.

Encore très récemment, un documentaire passé sur France 2 le 8 août 2007 décrivant la manière dont GWB a vécu cet événement a permis de constater qu'une journaliste présente dans Airforce One a confirmé l'existence de cette menace.

Par ailleurs, d'autres témoins dans l'avion se souviennent que pour éviter de mettre les terroristes sur la trace d'airforce one, ils se sont vu confisquer les batteries de leur gsm.

Par ailleurs, dans l'article précité du telegraph, il y a ce passage étonnant où les propos suivants du Président sont rapportés alors qu'il s'entretenait de la situation avec Cheney :

"Somebody's going to pay for this," Mr Bush coldly told the Vice President. "We are going to take care of them. Whoever did this isn't going to like having me as President."

Traduction :

Quelq'un va payer pour celui. On va s'occupper d'eux. Qui que ce soit qui a fait cela va regretter de m'avoir comme Président.

Soit une étrange assertion qui lorgne plutôt vers un coup interne que vers vers la théorie officielle du complot où les attentats ont intégralement été commandés par des étrangers et donc pas des sujets américains.

De manière générale, il faut également noter que dans les deux premiers discours présidentiels, il n'y a pas la moindre suspicion exprimée à l'égard d'al Quaida. On parle de terrorisme contre la nation (ce qui ne ne veut pas dire terrorisme international) ou de faceless cowards (lâches sans visage). La menace de Ben Laden n'est apparue dans le discours du Président qu'après que Tenet -alors directeur de la CIA - se soit entretenu avec lui alors qu'il était arrivé à la base d'Offutt, base de commande de la force nucléaire américaine (selon les propos rapportés par Condie Rice). Pour rappel aussi, la situation était lors à defcon delta, soit alerte nucléaire.

Il faut bien avouer que la menace "angel is next" et tous les faits et  témoignages précités ne sont pas particulièrement compatibles avec le mythe officiel de ces attentats qui veut que des djihadistes aient perpétré les attentats sans complicité interne.

En effet, comment imaginer que ces codes aient pu entrer en possession des kamikazes d'al quaida sans au moins des complicités internes et, plus prosaiquement encore, comment imaginer que des kamikazes à bord d'un avion aient été en mesure de constituer un danger pour l'avion présidentiel. Leurs formidables compétences auraient-elles inclu celle de pouvoir se crasher contre l'avion présidentiel filant à près de mach 1?

Après les multiples confirmations de ces événements qui donnent un jour nouveau à ces attentats, il a fallu donc réagir pour les autorités et changer la version ou à tout le moins trouver une explication plausible à ces faits...

1er essai manqué par un journal néo-conservateur dans un article du 16 septembre du worldailynews : http://www.worldnetdaily.com/news/artic … E_ID=24594 : on confirme l'existence de la menace sur l'avion présidentiel.

"Air Force One is next," read the message received by the U.S. Secret Service at 9 a.m. Sept. 11, after two hijacked planes struck the twin towers of the World Trade Center in New York.

Three minutes later, Secret Service agents grabbed Vice President Dick Cheney from his seat opposite a television set in the White House and hustled him down to the president's emergency operations center, a bunker built to withstand a nuclear blast.

The terrorists' message threatening Air Force One was transmitted in that day's top-secret White House code words. As the clock ticked away, the Secret Service reached a frightening conclusion: The terrorists had obtained the White House code and a whole set of top-secret signals.

This made it possible for a hostile force to pinpoint the exact position of Air Force One, its destination and its classified procedures. In fact, the hijackers were picking up and deciphering the presidential plane's incoming and outgoing transmissions.

The discovery shocked everyone in the president's emergency operations center – Cheney, National Security Adviser Condoleezza Rice and Transportation Secretary Norman Mineta. Their first question was: How did the terrorists access top-secret White House codes and procedures? Is there a mole, or more than one enemy spy in the White House, the Secret Service, the FBI, the CIA or the Federal Aviation Administration?

In the week after the attacks in New York and Washington, more hair-raising facts emerged. The terrorists had also obtained the code groups of the National Security Agency and were able to penetrate the NSA's state-of-the-art electronic surveillance systems. Indeed, they seemed to have at their disposal an electronic capability that was more sophisticated than that of the NSA.


Mais, on explique cette menace par les circonstances suivantes. En fait, c'est grâce au renseignement syrien et irakien (tiens tiens) qu'Al quaida a pu être en possession des codes présidentiels. Habile tentative d'extérioriser la menace à l'Irak mais qui ne fut jamais confirmée, au contraire, il a été prouvé et même reconnu par la suite par la CIA qu'Al quaida n'entretenait aucune relation avec Saddam Hussein.

Second essai transformé si l'on en croit le rapport de la commission : négation totale de ces événements : les renseignements des services secrets étaient faux ou mal interpétés par le personnel de la maison blanche.

Timide négation dans un premier temps par Cheney qui fait mine de ne pas savoir ce qui s'est passé :

On Meet the Press of September 16, Cheney began to back away from the story, telling Russert: “The president was on Air Force One. We received a threat to Air Force One – came through the Secret Service ...” Russert: “A credible threat to Air Force One. You’re convinced of that.” Cheney: “I’m convinced of that. Now, you know, it may have been phoned in by a crank, but in the midst of what was going on, there was no way to know that. I think it was a credible threat, enough for the Secret Service to bring it to me.” (Meet the Press, September 16) Notice that the top-secret code words, the really sensitive point, have now disappeared. Still, the Bushmen were extremely sensitive to any impugning of their man’s courage under fire. A journalist who said Bush was “flying around the country like a scared child, seeking refuge in his mother’s bed after having a nightmare” and another who said Bush “skedaddled” were fired. (Washington Post, September 29, 2001)

Franche dans un second temps :

“Finally, there is this postscript to the puzzle of how someone presumed to be a terrorist was able to call in a threat against Air Force One using a secret code name for the president’s plane. Well, as it turns out, that simply never happened. Sources say White House staffers apparently misunderstood comments made by their security detail.” (Jim Stewart, CBS Evening News, September 25, 2001) An AP wire of the same day, also based on an anonymous leak, read: “[Administration officials have] been unsuccessful in trying to track down whether there was such a call, though officials still maintain they were told of a telephone threat Sept. 11 and kept Bush away from Washington for hours because of it.”(AP, September 25, 2001) But the “Angel” story was persistent. One full year after 9/11, CBS revived the story that terrorists had broken Air Force One’s secret codes, even though it was CBS which had aired the leaked denial a year earlier. (CBS, September 11, 2002)

Ainsi donc, cette menace serait un malentendu qui aurait toutefois été, selon une certaine presse, exploité par l'entourage de GWB et en particulier Karl Rove pour expliquer le fait qu'il ne serait pas revenu directement à Wahington comme son peuple aurait pu attendre de lui.

Latent hatred and resentment of Bush made it easy for reporters to trivialize the threat story, and make it appear as a devious invention of the loathsome Karl Rove. In her column in the September 23 New York Times, the gossipy Maureen Dowd noted that Karl Rove had “called around town, trying to sell reporters the story – now widely discredited – that Mr. Bush didn’t immediately return to Washington on Sept. 11 because the plane that was headed for the Pentagon may have really been targeting the White House, and that Air Force One was in jeopardy, too.” Rove was indeed a scoundrel, but there was something much more important at stake.

Evidemment, c'est cette dernière version qui survécut à la mythologie officielle...

Extrait du rapport qui envisage ce petit problème en note infrapaginale :

All times are Eastern Daylight Time. Sometime around 10:30, after the decision had already been made not to return to Washington, a reported threat to "Angel" -- the code word for Air Force One -- was widely disseminated in the Presidential Emergency Operations Center (PEOC) and aboard Air Force One. Notes from the morning indicate that Vice President Cheney informed President Bush in a phone conversation shortly after 10:30 that an anonymous threat had been phoned into the White House that was viewed as credible.At about the same time, news of the threat was conveyed on the air threat conference call. The Secret Service's Intelligence Division tracked down the origin of this threat and, during the day, determined that it had originated in a misunderstanding by a watch officer in the White House Situation Room.The director of the White House Situation Room that day disputes this account. But the Intelligence Division had the primary job of running down the story, and we found their witnesses on this point to be credible.During the afternoon of September 11 the leadership of the Secret Service was satisfied that the reported threat to "Angel" was unfounded. At the White House press briefing on September 12, spokesperson Ari Fleischer described the threat to Air Force One as "real and credible."White House transcript, Press Briefing by Ari Fleischer, Sept. 12, 2001 (online athttp://www.whitehouse.gov/news/releases/2001/09/print/20010912-8.html). Fleischer told us he cited the information in good faith. Indeed, Fleischer had conferred with Vice President Cheney and Karen Hughes before the briefing, and they had decided to let people know about the threat, all of them believing it was true.According to Fleischer, only weeks later did he learn -- from press reports -- that the threat was unfounded.We have not found any evidence that contradicts his account.Ari Fleischer interview (Apr. 22, 2004);Chuck Green interview (Mar. 10, 2004); Deborah Loewer meeting (Feb. 6, 2004); Ralph Sigler meeting (May 10, 2004); Andrew Card meeting (Mar. 31, 2004); Edward Marinzel interview (Apr. 21, 2004); Secret Service briefing (Jan. 29, 2004).

Donc, selon le rapport, il aurait été entendu dès le jour même que cette menace était un malentendu même si l'officier en charge de la White house nie cela... Et l'on rajoutera même si et C. Rice et D. Cheney ont prétendu le contraire dans les jours suivants les attentats... Plus loin, la commission rapporte qu'elle se base sur la presse parue 15 jours après, laquelle rappellons-le était arrivée à cette conclusion étrange sur la base de témoignages anonymes.

Voici donc pour l'incroyable rigueur de la théorie officielle à propos des événements concernant la sécurité du Président durant la matinée...
Et ceci ne vaut à l'évidence pas d'être mieux investigué, je vous entends dire...[/i]

On pourrait s'en servir pour le dossier de presse, avec vos corrections ou suggestions éventuelles?

Dernière modification par charmord (11-11-2007 03:26:57)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#55 12-11-2007 05:39:28

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Je suggère qu'on ne s'attarde pas trop sur cette histoire, perso smile

Partons du principe que la 9/11 Commission ne ment pas sur ce coup.

Un anonyme aurait donc appelé la Maison Blanche et aurait dit : "Angel is next". "Angel" étant un code pour désigner Air Force One, on en aurait déduit qu'il s'agissait d'un appel d'un terroriste bien informé qui menaçait le Président.

Voilà sur quoi reposerait toute cette histoire de code (au singulier).

C'est tout de même assez... "léger".



En plus, 911Myths prouve qu'"Angel" n'était pas un nom de code secret connu uniquement par des initiés :

there is something relevant we can check here, in the claim that the code "wasn't an official secret, but a radio shorthand designation that had been made public well before 2001". Is this true?

Well, yes: it seems so.

We found one reference of Angel as a code word for Air Force One in a newsgroup "transcript of radio traffic between AF1 and plane carrying cabinet 11-22-63", for instance. This immediately tells us that “Angel” had been in use as a code word for almost 38 years (at least) on 9/11, so plenty of people must have known about it. In addition, the newsgroup post was dated 30th May 2001, and the author claims to have had the transcript since 1994:

The following information relative to Presidential aircraft radio call signs is given for clarification due to interchangeable use. "Air Force One" and "Angel" are used when the President is aboard the aircraft. "Air Force 2600" is used at all other times.
Google Groups Source

We found a second at the Wayback machine's record of 2600.com's Secret Codes page. This lists many code words, and the first version (dated May 10th 1996) includes:

Objects and Events

ANGEL AIR FORCE ONE
http://web.archive.org/web/199605101659 … codes.html

The same information appears in a 2600 newsgroup post dated 12th December 1996.

And if this July 1997 newsgroup post is accurate, then the code word also appears in Jim Keith's 1993 book "Secret and Suppressed: Banned Ideas and Hidden History":

The President and First Lady arrived in Air Force One, codenamed "Angel."
Google Groups Source

Reader Thomas G. (owner of the 11thofSeptember MySpace page) provided the earliest reference, though, showing that the word Angel was used extensively for Air Force One throughout William Manchester's 1967 book, "The Death Of A President". He supplied the following scans by way of support:

http://www.911myths.com/assets/images/db_images/db_angel_81.jpg

This doesn't exactly make the code name common knowledge, but it is confirmation that "Angel" wasn’t top secret, either. If the term was used on 9/11, then it doesn't necessarily imply Government insider knowledge.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#56 12-11-2007 12:23:09

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Mjk, je pense au contraire que cette affaire est centrale... , raison pour laquelle j'ai essayé de l'examiner avec le plus d'objectivité possible, sans mettre dans ou en dehors de la théorie du complot (avis aux modos : ce n'est pas une raison pour mettre mon post en pro-vo tongue) .

J'ai ainsi élaboré trois hypothèses auxquels correspondent trois niveaux d'analyses différents.

Je voudrais que tous ceux qui s'intéressent à cette question et même les autres examinent ce que je raconte pour que nous confrontions nos idées. Je demeure persuadé que cet aspect des attentats s'il ne permet pas de découvrir qui sont les coupables, permet éventuellement d'y voir plus clair.

Hypothèse 1.

La menace a bien existé et des personnes, auteurs de ces attentats ou non, mais en tous les cas bien renseignées et en possession des codes présidentiels, ont effectivement menacé le Président, comme cela fut rapporté dans les jours qui ont suivi les attentats.

Dans ce cas, la théorie officielle prend un sérieux coup dans l'aile puisque l'on imagine pas comment Al Quaida aurait pu avoir connaissances des codes de sécurité américains sans avoir infiltré le pouvoir ou reçu des informations privilégiées. En outre, il est peu probable - sinon impossible - que le quatrième avion écrasé à Shanksville ait été en mesure de constituer une menace pour Airforce One et il n'a jamais été question d'autres moyens de destruction que les avions dont les djihadistes auraient pu disposer pour menacer la sécurité présidentielle.

Bref, si cette menace était réelle, il faudrait en conclure soit à l'hypothèse d'un coup de force interne soit à l'hypothèse d'attentats extérieurs avec des complicités au plus haut niveau (Ce qui revient un peu au même d'ailleurs).

En effet, l'hypothèse échaffaudée par le journal néo-conservateur world daily news selon laquelle ces codes auraient pu être interceptés par les services secrets ennemis d'irak et de Syrie n'a jamais été crédible et ne l'est plus depuis que les propres services secrets ont établi qu'il n'y avait aucun lien entre ces pays et OBL.

D'autres services secrets auraient-ils pu intercepter ces codes avec une technologie avancée (Arabie Seaoudite, Pakistan, Israel, ...)? Même dans un tel cas, force serait de constater que l'enquête devrait être réouverte pour clarifier ce point.

On se rappelera les mots du Président à Cheney tels que rapportés par les médias : "Qui qu'il soit, celui qui a fait cela regrettera de m'avoir comme Président".

Ces paroles tendraient à démontrer que l'opinion du Président à ce moment de la matinée rejoignait la présente hypothèse mais on sait que GWB n'est pas un maître de la syntaxe de sorte qu'il est hâtif d'accorder une valeur probante élevée à ce témoignage. Ce-dernier n'en demeure pas moins suffisamment énigmatique pour justifier amplement de demander au journaliste de le préciser et le circonstancier.

D'après moi, cette première hypothèse innocenterait en apparence le Président US de toute participation à un complot interne ou à d'éventuelles complicités, sauf à imaginer qu'il aurait fait semblant de proférer ces menaces contre les responsables, ce qui est aller loin dans la simulation et le machiavélisme.

Deuxième hypothèse.

Malgré les témoignages divers confirmant cette menace dont celle de la directeur des services compétents de la Maison blanche, il s'avèrerait que les témoignages anonymes ayant réfuté l'existence de cette menace sont justifiés.

Dans ce cas, la théorie officielle n'est pas exclue mais il est néanmoins vraisemblable d'affirmer que, dans les premiers moments suivant la commission de ces attentats, les plus hauts responsables du Pays auraient songé et même estimé plus crédible que les attentats aient été commis par un groupe dont certains individus ont été capables d'identifier les codes de sécurité et de mettre une telle pression sur le Président et éventuellement son Gouvernement qu'ils ont jugé nécessaire non seulement de le mettre en sécurité, mais aussi de fermer les frontières, d'élever le degré de danger à defcon delta (alerte nucléaire) et d'insituer la continuité du Gouvernement.

On rappelera également que ce n'est qu'à la base d'Offutt, vers 16h, que le Président sera entretenu et parlera des soupçons qui pesaient sur OBL avec G. Tenet, selon C. Rice.

Avant cela, dans se deux précédents discours, rien ne filtre sur l'identité des coupables, les termes utilisé étant particulièrement vagues (those folks, faceless cowards, "terrorisme contre la nation") ou issus de paroles rapportées indirectement par les médias (voir plus haut, les propos qui sont prêtés à GWB himself et qui portent des accusations (vagues) sur des état-uniens).

Compte tenu de la concordance absolue des premiers témoignages tendant à démontrer l'existence de cette menace mais aussi en ayant égard au comportement du Président et aux événements qui émaillèrent la suite de la journée, une enquête officielle ne peut si elle veut se revendiquer d'un  minimum de sérieux, se fonder sur des témoignages anonymes pour conclure sur un sujet aussi important que toutes ces indications sont sans importance.

Donc, nécessité absolue de réouvrir l'enquête même dans la thèse soutenue par la Commision Keane et Hamilton. ..

Troisème hypothèse

Cette menace n'aurait jamais exister et aurait été inventée de toute pièce par l'entourage de GWB (Rove en tête) d'une part, pour persuader le Président de ne pas revenir à Washington comme il semblait le vouloir et d'autre part et principalement, pour donner une explication au comportement du Président durant cette journée et l'écarter de tout soupçon de comportement lâche et fuyard.

Même dans une telle hypothèse que je trouve très improbable, voire fantaisiste (Comme s'il n'y avait pas moyen de persuader, autrement que par un tel mensonge, la population US du fait qu'il n'était pas lâche mais  indispensable pour le Président et la sécurité du Pays de rester en dehors de Washington juste après les attentats!), l'invention d'un tel mensonge tendrait à démontrer que son auteur estimait l'hypothèse d'un coup interne plausible, même si mensonger.

On n'imagine en effet pas K. Rove, qui est un homme très intelligent, inventer n'importe quelle sornette sans s'apercevoir des conséquences potentielles de ses mensonges, lesquelles allaient immanquablement donner une indication claire en faveur de la complicité et/ou culpabilité interne de ces attentats ou à tout le moins, au minimum, d'une imprudence grave des services secrets qui n'ont pas été capables de verrouiller ces codes ultra-confidentiels et les mettre à l'abri de services secrets étrangers.

A contrario, mais en se reportant du côté des tenants de l'hypothèse du complot interne, on pourrait déduire de ce mensonge éventuellement proféré par l'entourage de GWB, que personne de sensé ne l'aurait jamais inventé s'il savait à ce moment là quelle était la version officielle de ces attentats qui devrait être communiquée aux journalistes et au monde.

En effet, eu égard à l'intelligence des protagonistes, il est également impensable qu'un protagoniste ou complice d'un tel complot ne se soit pas rendu compte que ce petit mensonge allait compromettre sérieusement la crédibilité de la théorie officielle qui attribue l'exclusivité de la responsabilité de ces attentats à des agents extérieurs.

On pourrait en déduire qu'en cas de coup interne, il est improbable que l'entourage proche du Président dont provient le mensonge ait été de la partie.     


Sommes-nous globalement d'accord avec ces trois hypothèses principales et les analyses y associées ou y aurait-il d'autres scénarios fondamentalement différents auxquels que je n'aurais pas songé?


A+

Dernière modification par charmord (12-11-2007 12:23:37)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#57 12-11-2007 12:38:17

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Pour moi l'hypothèse est celle ci
Equipe 1 kissinger et Schultz avec les financiers de ce coup d'Etat et le secret service
Equipe 2 Cheney Pentagone et l'armée (simulations et attaque active)
Equipe 3 ben laden et les kamikazes
Tous sont ensemble mais dedans il y a une armées privées SAIC Rand corporation Blackwaters.
Le tour de pase passe fut qu'un seul avion fut détruit et pas les autres. Vreeland citait dans ses révélations" laissez en passer un arretez le reste"
qui avait accés aux côdes présidentiels?
Pour moi il y a trois attentats
1 WTC
2 Pentagone vol 77
3 Maison Blanche vol 93
Et ceux qui avaient les côdes étaient appuyés par les financiers avec l'aide de cette armée secrète.
Ce n'est qu'une hypothèse mais ces armées secrètes me posent un soucis dans l'organigramme des terroristes


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#58 12-11-2007 13:04:42

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

ragondin a écrit:

Pour moi l'hypothèse est celle ci
Equipe 1 kissinger et Schultz avec les financiers de ce coup d'Etat et le secret service
Equipe 2 Cheney Pentagone et l'armée (simulations et attaque active)
Equipe 3 ben laden et les kamikazes
Tous sont ensemble mais dedans il y a une armées privées SAIC Rand corporation Blackwaters.
Le tour de pase passe fut qu'un seul avion fut détruit et pas les autres. Vreeland citait dans ses révélations" laissez en passer un arretez le reste"
qui avait accés aux côdes présidentiels?
Pour moi il y a trois attentats
1 WTC
2 Pentagone vol 77
3 Maison Blanche vol 93
Et ceux qui avaient les côdes étaient appuyés par les financiers avec l'aide de cette armée secrète.
Ce n'est qu'une hypothèse mais ces armées secrètes me posent un soucis dans l'organigramme des terroristes

Hypothèse apparemment intéressante mais tout cela est assez élliptique...
Je ne comprends pas bien qui a fait quoi dans ton scénario.
Par ailleurs, je ne connais pas bien le témoignage de Vreeland. Peux-tu m'en dire plus?
Ceci dit, je suppose que par rapport à mon intervention précédente, tu te situes dans l'hypothèse 1?

A+


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#59 12-11-2007 13:09:06

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Chacun devait se répartir les ordres d'attaque et chacun pour leurs motivation personnelles
1 le pétrole
2 la privatisation des armées pour assurer leurs activités économiques dans des zones de conflits
3 La pérénité du dollar
4 Les interets saoudiens lachés par les américains
@ Charmord Vreeland
www.nonalaguerre.com/articles/article62.htm

Dernière modification par ragondin (12-11-2007 13:13:28)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#60 12-11-2007 14:02:48

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Pour ma part, je ne crois pas à l'existence d'un vaste complot concerté entre différents groupes de participants et où chacun se serait réparti les tâches.

Mon impression est que les différents groupes ayant tiré profit de l'organisation de ces attentats qui poursuivaient des intérêts différents et parfois divergents, n'ont pas été en aussi bonne entente que cela... vu le déroulement cahotique des événements.

Certains événements ne cadrent pas avec l'idée d'une action concertée.

Les menaces sur la personne du Président - qu'elles soient vraies ou non - en font partie mais il y en a d'autres : defcon delta, le quatrième avion qui a été abattu, les explosifs dans les vans, le mossad qui dance et qui se fait piquer par les flics, le WTC 7 qui est démoli bien après avoir subi une explosion majeure en son rez-de-chaussée, les multiples explosions au Pentagone.

Tout cela ne me donne pas l'impression d'être une opération concertée...

Dernière modification par charmord (12-11-2007 14:11:57)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#61 12-11-2007 15:32:08

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Quid de Vreland?


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#62 12-11-2007 15:41:01

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

ragondin a écrit:

Quid de Vreland?

Pas encore eu le temps de lire...
J'essaye de regrder LC mais je bosse aussi quand même...


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#63 12-11-2007 17:27:13

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Tu n'es pas le seul tongue mais ce texte est capital pour comprendre le 911.
A+


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#64 13-11-2007 00:49:54

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Charmord propose trois hypothèses distinctes mais toutes reliées par l'incompréhensible comportement du président Bush en ce ce jour qui nous préoccupe.

Il faut alors partir du principe qui consiste à penser que les U.S.A n'ont jamais été attaqués sur leur continent, ce qui devrait, en toute logique, conforter l'idée que le président n'a aucune raison de paniquer mais de justifier sa responsabilité en prenant les mesures adéquates, bonnes ou mauvaises, après c'est à la justice d'en décider. En l'occurence, il s'avère que ce président aura commis toutes les erreurs possibles et inimaginables toute la journée de ce jour fatidique.

Tout d'abord par son étonnant laxisme quand un conseillé vient le prévenir, dans la salle de classe, d'un nouveau crash d'avion sur le même site, il faut garder à l'esprit que le président est entré dans cette école en sachant qu'un premier avion avait percuté une tour du WTC, cependant il continue de lire "la petite biquette" aux élèves et prend même le temps d'encourager ces élèves, voire même de faire une séance de photos.

Voila un président préoccupé par la "littérature" mais qui se fout royalement que son pays soit en crise.

Après l'épisode de "la petite biquette" ça se complique terriblement, le président décolle à bord d'Air Force One et met le cap directement......................Vers où ?

Tant pis.....on verra bien !

Chacun connait le parcours "officiel" du président lors de ce 11 septembre meurtrié mais tout le monde oublie les détails qui font que quelque soit le plan programmé ce 11/09/2001, Bush était aussi perdu que nous le sommes aujourd'hui.

Il n'avait aucune escorte aérienne, une menace tombe sur l'avion présidentiel alors que celui-ci est protégé du trafic aérien conventionnel par des codes ultra-confidentiels, les agents de la sécurité confisquent les batteries de téléphone des passagers.

Ou tout ceci est une mise en scène phénoménale qui ferait pâlir Hollywood, ou alors nous sommes obligés de constater que Bush aura zapé un épisode dans le plan, voire même que sa mort faisait partie du plan.


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#65 13-11-2007 01:42:58

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

W.Wallace a écrit:

des codes ultra-confidentiels

Des codes au pluriel à nouveau, et ultra-confidentiels en caractères gras s'il vous plaît roll


Ces fameux "codes", c'est quoi exactement pour vous ?


L'utilisation supposée du terme "Angel" lors d'un appel téléphonique anonyme ?


W.Wallace a écrit:

Bush était aussi perdu que nous le sommes aujourd'hui.

Est-ce une opinion, une certitude, une supputation, un constat, un souhait ?

C'est vite dit que nous sommes perdus, et c'est vite dit que Bush l'était.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#66 13-11-2007 02:14:36

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Des codes au pluriel à nouveau, et ultra-confidentiels en caractères gras s'il vous plaît

"Angel is next"....cela fait onze lettres et trois mots, je peux donc parler de codes au pluriel, et mettre ce que je veux en caractères gras, merci !

L'utilisation supposée du terme "Angel" lors d'un appel téléphonique anonyme ?

Elle sert à quoi cette phrase ?


wallace a écrit:

Bush était aussi perdu que nous le sommes aujourd'hui.

mjk a écrit:

Est-ce une opinion, une certitude, une supputation, un constat, un souhait ?

Plutôt un constat !

C'est vite dit que nous sommes perdus

L'avenir nous le dira !

c'est vite dit que Bush l'était

Le passé nous le dit ! wink


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#67 13-11-2007 02:35:39

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

W.Wallace a écrit:

mjk a écrit:

Des codes au pluriel à nouveau, et ultra-confidentiels en caractères gras s'il vous plaît

"Angel is next"....cela fait onze lettres et trois mots, je peux donc parler de codes au pluriel, et mettre ce que je veux en caractères gras, merci !

L'utilisation supposée du terme "Angel" lors d'un appel téléphonique anonyme ?

Elle sert à quoi cette phrase ?


wallace a écrit:

Bush était aussi perdu que nous le sommes aujourd'hui.

mjk a écrit:

Est-ce une opinion, une certitude, une supputation, un constat, un souhait ?

Plutôt un constat !

C'est vite dit que nous sommes perdus

L'avenir nous le dira !

c'est vite dit que Bush l'était

Le passé nous le dit ! wink

Mauvaise(s) réponse(s), singulier pluriel tu choisis, et accessoirement mauvaise question.

Ceci dit, c'était malgré tout fort instructif de mon point de vue, donc merci à toi.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#68 13-11-2007 02:51:31

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Mauvaise(s) réponse(s), singulier pluriel tu choisis, et accessoirement mauvaise question.

Ceci dit, c'était malgré tout fort instructif de mon point de vue, donc merci à toi.

Je préfère le pluriel, c'est toujours plus sympathique, quand à savoir ce que sont des "bonnes ou mauvaises questions", je n'en sais rien mais je suis certain que celles ci entraineront  des "bonnes ou mauvaises réponses".

Nous sommes au moins d'accord sur un point, Bush est aussi clair que peut l'être le trou du ....de l'oreille de Cheney ! smile


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#69 13-11-2007 07:12:49

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Voici la chronologie des attentats survenus à New York et à Washington le 11 septembre 2001, d'après les témoins, les autorités et les médias:

-7h59 (11h59 GMT): un Boeing 767 d'American Airlines (vol 11), avec 92 personnes à bord, décolle de l'aéroport international Logan de Boston à destination de Los Angeles

-8h01 (12h01 GMT): un Boeing 757 de United Airlines (vol 93), avec 45 personnes à bord, décolle de Newark (New Jersey) à destination de San Francisco

-8h10 (12h10 GMT): un Boeing 757 d'American Airlines (vol 77), avec 64 personnes à bord, décolle de Washington-Dulles pour Los Angeles

-8h14 (12h14 GMT): un Boeing 767 de United Airlines (vol 175), avec 65 personnes à bord, quitte Boston pour Los Angeles

-8h48 (12h45 GMT): le vol 11 d'American Airlines s'écrase sur la tour nord du World Trade Center (WTC)

-9h06 (13h03 GMT): le vol 175 de United Airlines s'écrase sur la tour sud du World Trade Center

-9h17 (13h17 GMT): l'Administration fédérale de l'aviation civile (FAA) ferme tous les aéroports de la région de New York

-9h21 (13h21 GMT): fermeture des ponts et tunnels conduisant à Manhattan

-9h31 (13h31 GMT): le président George W. Bush estime depuis Sarasota (Floride) qu'il s'agit «apparemment d'une attaque terroriste contre notre pays»

-9h43 (13h40 GMT): le vol 77 d'American Airlines s'écrase sur le Pentagone. Arrêt des cotations à Wall Street

-9h48 (13h48 GMT): le Capitole et l'aile ouest de la Maison Blanche sont évacués

-9h49 (13h49 GMT): la FAA suspend tous les vols dans le pays. Les vols internationaux en cours sont détournés vers le Canada et d'autres pays voisins

-9h55 (13h50 GMT): la tour sud du World Trade Center s'effondre

-9h58 (13h58 GMT): le standard d'un centre de secours en Pennsylvanie reçoit un appel d'un passager du vol 93 de United Airlines annonçant le détournement

-10h10 (14h10 GMT): le vol 93 s'écrase à Shanksville (Pennsylvanie), à 130km au sud-est de Pittsburgh. Il n'y a aucun survivant

-10h29 (14h29 GMT): la tour nord du World Trade Center s'effondre

-10h-11h30 (14h-15h30 GMT): les bâtiments gouvernementaux du pays sont évacués, dont le Capitole et la Maison Blanche. Le siège des Nations unies ferme. La SEC décide la fermeture de tous les marchés financiers américains pour le reste de la journée. Le maire de New York Rudolph Giuliani demande l'évacuation de la partie sud de Manhattan

-11h40 (15h40 GMT): M. Bush arrive sur la base aérienne de Barksdale (Louisiane), après avoir décidé de ne pas rentrer immédiatement à Washington pour des raisons de sécurité

-13h04 (17h04 GMT): depuis la base de Barksdale, M. Bush annonce le placement en état d'alerte de toutes les forces américaines dans le monde

-14h51 (18h51 GMT): l'US Navy déploie des bâtiments de guerre au large de New York et de Washington

-15h07 (19h07 GMT): M. Bush arrive sur la base aérienne d'Offutt (Nebraska)

-17h25 (19h25 GMT): effondrement d'un immeuble de 47 étages près du WTC

-19h (23h GMT): M. Bush arrive à Washington

-20h30 (00h30): M. Bush, s'adressant à la nation, affirme que «des milliers de vies ont été soudainement interrompues» à cause de ces attentats et d'ajouter que «les attaques terroristes peuvent secouer les fondations de nos plus grands immeubles, mais elles ne peuvent toucher les fondations de l'Amérique».


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#70 13-11-2007 07:55:42

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Pour expliquer mon sentiment :
le vol 93 allait dans quelle direction?
Ce fut le seul avion abattu par la chasse et pas les autres. Pourquoi?
Dans ce complot (coup monté par les services américains) on touche deux symboles :
Le WTC symbole financier (privé) et le Pentagone symbole (gouvernemental et forces armées)
Quel autre symbole devait être touché? La Maison Blanche symbole politique.
Le pouvoir financier est à New York le politique est à Washington.
Dans ces attentats je répète il y a le complot américain et le complot interne.
Comme c'est un coup d'Etat il fallait tapper fort et je pense à la Maison Blanche qui fut évacuée à 9h48 soit une heure après le premier crash.
-9h31 : le président George W. Bush estime depuis Sarasota (Floride) qu'il s'agit «apparemment d'une attaque terroriste contre notre pays»
Alors pourquoi l'évacuation se fait 17 minutes après l'intervention de Bush. La FAA décide de suspendre tous les vols à 9h17 soit 14 minutes avant que Bush n'intervienne. "Apparemment une attaque terroriste".
Il n'avait pas les clefs en main ce jour là et ces fameux codes existent bien.
Le Vol 93 est l'énigme de ces attentats.

Dernière modification par ragondin (13-11-2007 09:09:00)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#71 13-11-2007 11:36:15

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Par ailleurs, une partie des personnels les plus qualifiés pour répondre aux attaques se trouvait en entraînement à l’autre bout du pays. Ce fut le cas pour le groupe d’intervention antiterroriste mixte FBI/CIA, qui suivait un exercice d’entraînement à Monterey (Californie). USA Today rapportait le 11 septembre qu’« en fin de journée, avec la fermeture des aéroports à travers le pays, le groupe d’intervention n’a toujours pas trouvé de moyen de retourner à Washington ». Le site d’information Evote.com ajoutait le même jour que le FBI avait déployé « tous ses meilleurs agents des opérations spéciales et de la lutte antiterroriste (ainsi que les hélicoptères et avions légers associés) dans un exercice d’entraînement à Monterey ». De sorte qu’au moment des attaques « la principale agence fédérale responsable de prévenir de tels crimes était décapitée ».
De même, fin août, les deux tiers des avions composant le 27th Fighter Squadron avait été envoyés en opération à l’étranger (Turquie et Islande). Basé à Langley, cet escadron est un de ceux chargés de protéger les zones de New York et Washington...

Alors on veut écarter le FBI et la CIA service qui fut recomposer pour travailler ensemble et pas du goût des agents qui ne s'aimaient pas

Dernière modification par ragondin (13-11-2007 11:42:29)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#72 13-11-2007 11:53:49

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#73 13-11-2007 12:07:56

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Intéressants ces éléments, Ragondin.
Merci!


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#74 13-11-2007 12:12:14

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Revenons a la chronologie et à la logistique des simulations et des exercices ce jour là.
Tout y est, d'autant plus que cela dépasse la logique de défense et du renseignement.
Une image "un prisonnier s'évade, les gardiens étaient en formation et le personnel de la prison simulaient une évasion"
Pas crédible tout ça!

Dernière modification par ragondin (13-11-2007 12:12:41)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#75 13-11-2007 17:24:29

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Que sont ces fameux codes pour vous, messieurs, si ce n'est pas trop demander ?

Sont-ce des codes informatiques ? Sont-ce des noms de code ?

Peut-être s'agit-il d'un mélange des deux ? Ou bien ni l'un ni l'autre, qui sait ?

Est-ce un code vestimentaire ? 

Qui finira par me l'expliquer en 3 ou 4 phrases intelligibles ?


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#76 13-11-2007 17:33:19

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les codes de sécurité présidentiels

codes de transmission et d’authentification d’Air Force One et de la Maison-Blanche
ce qui démontre un INSIDE JOB
C'était expliqué dans le premier post

Dernière modification par ragondin (13-11-2007 17:34:25)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#77 13-11-2007 17:40:49

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Merci, pour l'inside job, je suis au courant.

codes de transmission et d’authentification d’Air Force One et de la Maison-Blanche

C'est à dire ? Ce serait donc des codes informatiques ?

Source ? Meyssan qui cite le World Net Daily ? Tarpley qui cite Meyssan qui cite le World Net Daily ?


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#78 13-11-2007 17:51:33

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Mjk,

J'ai donné 20 autres sources dans ma mes posts.
Il est évident que la presse ou les Ministre interrogés ne vont pas dire à tout le monde quels étaient les codes. En revanche, ces personnes ont rapporté de sources diverses que l'appel reçu par les services secrets mentionnaient les codes exactes.

A+


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#79 14-11-2007 05:42:22

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Je pensais à une source évoquant ces codes de transmission ultra-confidentiels dont auraient disposé les assaillants du gouvernement secret.

Quelle est la source, l'origine de cette théorie ?


A en croire ces passages en rouge dans tes posts,

According to Safire, “A threatening message received by the Secret Service was relayed to the agents with the president that ‘Air Force One is next.’ According to the high official, American code words were used showing a knowledge of procedures that made the threat credible.”

RICE: It’s not clear how this coded name was gotten. We’re a very open society and I don’t think it’s any surprise to anyone that leaks happen. So, I don’t know – it’s possible the code name leaked a long time ago and was just used

US intelligence officials have not ruled out the possibility that a government mole may have given terrorists the top secret code language they used to deliver the threat ‘Air Force One is next’ as the World Trade Center and Pentagon were under attack

Reporter: “Can you confirm the substance of that threat that was telephoned in...that Air Force One is next and using code words?” Fleischer: “Yes, I can. That’s correct.”

If the threat to Bush came encrusted with code words, this means that the terror attacks were organized by high-level moles inside the US government

Tout le monde s'accordait à dire que le code en question était un nom de code, et non des données informatiques cryptées. Un nom de code pas si secret que ça, d'ailleurs.

A quoi penses-tu lorsque tu parles de codes exacts ?


Tarpley a écrit:

Did the terrorist controllers now add the code word “Angel” to further document their insider status, and their possible access to nuclear codes? Or are we dealing with two versions of the same threat?


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#80 15-11-2007 02:13:10

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr