ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 03-12-2006 18:52:01

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats.

PAR LOUNIS AGGOUN ET JEAN-BAPTISTE RIVOIRE
jeudi 6 mai 2004, par masin
           


Depuis 1992, la violence qui ravage l’Algérie nous est présentée comme une guerre d’intégristes islamistes contre des militaires qui se battent pour sauver la démocratie. Quant à la France, elle se serait contentée d’une bienveillante "neutralité". Aujourd’hui, ce scénario apparaît comme une vaste construction médiatique.

C’est ce que montrent, preuves à l’appui, les auteurs de ce livre explosif. Pendant six ans, ils ont enquêté en Europe et Algérie, recueillant des dizaines de témoignages, recoupant des centaines de sources. Ils montrent ainsi comment, dès 1980, un petit groupe de généraux algériens a conquis progressivement le pouvoir, tout en développant les réseaux de corruption de la "Françalgérie". Depuis 1988, ils ont instrumentalisé l’islamisme radical, notamment pour s’assurer le soutien durable de Paris. Et, depuis 1992, ils ont lancé une terrible "troisième guerre d’Algérie", en multipliant les opérations "attribuées aux islamistes" : assassinat du président Boudiaf, meurtres d’intellectuels, massacres de civils et de militaires... Pour faire pression sur la France, leurs services secrets ont organisé de spectaculaires et meurtrières actions de "guerre psychologique" contre des citoyens français, en Algérie comme dans l’Hexagone.

Pour la première fois, ce livre démonte les rouages de l’extraordinaire machine de mort et de désinformation conçue par les généraux algériens, et les complicités dont ils ont bénéficié en France, pour cacher à l’opinion publique occidentale le seul but de la guerre qu’ils mènent contre leur propre peuple : se maintenir au pouvoir à tout prix, pour conserver les milliards de dollars de la "corruption pétrolière".

http://images.amazon.com/images/P/2707137855.01.LZZZZZZZ.jpg

Lounis AGGOUN et Jean-Baptiste RIVOIRE, Françalgérie, crimes et mensonges d’États. Histoire secrète, de la guerre d’indépendance à la "troisième guerre" d’Algérie, éditions La Découverte, Paris, 2004.
Collection "Cahiers libres"
155 x 240 mm
672 pages
23 €


Les auteurs

http://www.editions-berberes.com/IMG/Aggoun-Rivoire-bis.jpg

Lounis Aggoun,
(à droite sur la photo)
Journaliste indépendant a été pendant de longues années un militant pour les droits de l’homme en Algérie.

Jean-Baptiste Rivoire,
(à gauche sur la photo)
Journaliste à "90 minutes" (Canal Plus), est le coauteur de nombreux documentaires, dont ’Bentalha, autopsie d’un massacre (France 2, 1999), Algérie : la grande manipulation (Canal Plus, 2000) et Attentats de Paris, enquête sur les commanditaires (Canal Plus, 2002).


Table des matières :

Introduction
-  Question dérangeante
-  Le "GIA", sujet tabou
-  Des journalistes sous haute surveillance
-  Secrets de famille
-  La "troisième guerre d’Algérie"

-  Prologue : Les trois guerres d’Algérie
-  1830-1848 : une logique génocidaire
-  1945-1962 : la "guerre contre-insurrectionnelle"
-  1988-2004 : la "sale guerre" des généraux éradicateurs
-  Guerres génocidaires et paix des cimetières

I / 1954-1992 : La gestation d’un État répresssif

1. 1954-1962 : la guerre dans la guerre

-  L’assassinat d’Abbane Ramdane, crime fondateur
-  Les "déserteurs de l’armée française"
-  L’ascension de Houari Boumediene
-  Le MALG et le complot de Tripoli
-  Les accords d’Évian : l’armée reste française au Sahara
-  Le coup d’État de juillet 1962
-  Les manipulations des services

2. 1962-1978 : l’indépendance confisquée

-  Le pouvoir selon Ben Bella
-  Le coup d’État de juin 1965
-  Le maillage de la société
-  Kasdi Merbah : la liquidation des opposants
-  Ahmed Taleb Ibrahimi : un peuple non-conforme
-  Belaïd Abdesslam : les perversions du "socialisme d’État"
-  La mise en place des réseaux de corruption : le cas Zéghar
-  Armes chimiques françaises dans le Sahara
-  Schizophrénie d’État
-  L’affaire de Cap Sigli et la fin de Boumediene
-  Chadli président

3. Les réseaux Belkheir à la conquête du pouvoir

-  La rivalité France-États-Unis et l’élimination de Messaoud Zéghar
-  La "moralisation" de l’action publique, paravent de la curruption
-  Le "clan Chadli" et la maison "Belkheir"
-  L’explosion des circuits de corruption
-  Conflits et réorganisation au sommet de l’armée
-  Le "Printemps berbère" et la naissance de la Ligue des droits de l’homme
-  L’émergence islamiste et l’étrange "épisode Bouyali"
-  Le "code de la famille" et l’instrumentalisation de l’islamisme

4. L’alliance fondatrice entre les services secrets français et algériens

-  La "solidarité" et la "connivence" de la DST et de la SM
-  Les FARL et les attentats de Paris
-  La SM au secours de l’Occident
-  L’échec du "contrat du siècle" avec la France et l’élimination du général Belloucif
-  Des partis politiques français financés par Alger ?
-  L’affaire Mécili, un "crime d’État"
-  Un virage difficile

5. Octobre 1988, le tournant

-  La jeunesse algéroise hachée à la mitrailleuse lourde
-  Le discours historique du président Chadli
-  L’usage systématique de la torture
-  Épidémie d’hypocrisie et de mensonge
-  Le complot d’Octobre
-  La neutralisation de la Kabylie
-  Le clan Belkheir rafle (presque) la mise

6. 1989 : Kasdi Merbach, ou la démocratie endiguée
-  Mobilisation contre la torture
-  L’étouffement
-  L’auto-amnistie des criminels
-  La restructuration de la Sécurité militaire
-  Kasdi Merbah, un gouvernement de transition
-  Les vannes financières s’ouvrent
-  Le multipartisme et la construction d’une "démocratie sous contrôle"
-  Le faux "profil bas" de l’armée
-  La fin de Kasdi Merbah et la naissance du FIS

7. 1990-1991 : l’ouverture contrôlée

-  Des terroristes islamistes "sous contrôle"
-  Hocine Aït-Ahmed, "bête noire" du régime
-  L’élimination du chef de la SM, Mohamed Betchnine
-  Violences islamistes et manipulations
-  L’écrasante victoire du FIS aux élections municipales
-  Les réformateurs, un "os" dans la Françalgérie
-  Septembre 1990 : le clan Belkheir réorganise la SM
-  Quand l’armée s’invite à la démocratie
-  La presse entre liberté et manipulation

8. L’offensive contre le gouvernement Hamrouche

-  La guerre du Golfe : la presse étrangère mise au pas
-  Le succès intolérable des réformes
-  La "première bombe atomique islamiste" sera-t-elle algérienne ?
-  Le FIS, un bateau ivre
-  Les taupes du DRS au sein de la direction du FIS

9. Juin 1991 : le premier coup d’État

-  L’échec de la grève du FIS
-  Le coup d’État
-  Sid Ahmed Ghozali ou le blanchiment du putsch
-  Le FIS entre amère "victoire" et vraie tourmente
-  La "mainde la France"
-  Les poupées gigognes du réseau Belkheir

10. Aux sources des "groupes islamistes de l’armée"
-  Ali Haroun, ministre des Droits de l’homme et des camps de concentration
-  L’invention des "Afhgans"
-  1989-1991 : les tâtonnements
-  L’armée sous surveillance
-  Le congrès surprise du FIS de l’été 1991

11. Le gouvernement Ghozali : baïonnette et nœud papillon

-  Belkheir sort (provisoirement) de l’ombre
-  Toutes vannes ouvertes pour la Françalgérie
-  Campagne antisémite
-  Inquiétants préparatifs
-  Les hésitations du FIS troublent Larbi Belkheir
-  L’opération de Guemmar
-  Inquiétudes à la veille des élections

12. Janvier 1992 : les coulisses du coup d’État

-  Les chiffres de Larbi Belkheir
-  L’armée organise le putsch
-  Une dictature pour protéger la démocratie de "premier collège"
-  Détournement de manifestation
-  Les islamistes piégés
-  La "démission" de Chadli Bendjedid
-  Le feu vert de Paris - Le retour d’un disparu

II / 1992-2004 : La "sale guerre"

13. La guerre contre le peuple

-  La chasse aux opposants et l’état d’urgence
-  À nouveau, la torture généralisée
-  Arrestations en masse
-  Les "universités du djihad"
-  Purges dans l’armée
-  Les escadrons de la mort du colonel Smaïn

14. Infiltration et manipulation des islamistes

-  L’infiltration des groupes et des maquis
-  Les affaires de la rue Bouzrina et de l’Amirauté
-  Des baskets pour les terroristes

15. L’assassinat du président Boudiaf

-  Un président contre les "voleurs"
-  Boudiaf contre les "réseaux Belkheir"
-  Assassinat programmé
-  Une commission d’enquête sous influence

16. Été 1992 : l’Algérie bascule dans la guerre

-  Un pays déboussolé
-  L’attentat de l’aéroport
-  La restructuration de la "lutte antiterroriste"
-  L’armée au-dessus des lois
-  La torture se généralise
-  De la drogue pour les tueurs
-  "Achevez-les !"
-  Les premiers massacres

17. Guerre psychologique et élimination des gêneurs

-  Le début du huis clos
-  Paris soutient les généraux
-  Les "assassinats pédagogiques" d’intellectuels
-  La montée en puissance des "lamaristes"
-  L’assassinat de Kasdi Merbah
-  La terreur au service des importateurs

18. L’implication de la France dans la guerre

-  Charles Pasqua revient au ministère de l’Intérieur
-  Un réseau dormant d’espions algérients Deux géomètres assassinés
-  Le dialogue reprend en Algérie
-  Une Française contre la corruption
-  Le "vrai-faux" enlèvement des époux Thévenet et d’Alain Fressier
-  Les invraisemblances de la version officielle
-  Une libération "mise en scène"
-  Consignes de silence
-  L’"opération Chrysanthème", une affaire d’État
-  Faux coupables et vrais terroristes

19. Le général Zéroual et le "dialogue"

-  L’assassinat du cheikh Bouslimani
-  Zéroual désigné président
-  Mars 1994 : les généraux éradicateurs déchaînent la terreur
-  L’évasion de Tazoult
-  L’impunité des "groupes islamiques de l’armée" et la création des milices
-  L’Organisation des jeunes Algériens libres, escadron de la mort du DRS
-  Le massacre de Ténès
-  Les "Afghans" égorgeurs du colonel Tartag
-  Des hélicos pour les massacres

20. Automne 1994 : l’Occident au secours des éradicateurs
-  Le FMI au service de la guerre des généraux
-  L’affaire des marins italiens
-  Le FIS piégé par le GIA
-  L’affaire des gendarmes français
-  Djamel Zitouni, un "émir" du DRS
-  Les éradicateurs et le GIA contre le dialogue
-  Djamel Zitouni à la tête du GIA
-  L’enlèvement de Lounès Matoub

21. L’échec du dialogue

-  Grâce à la France, la guerre continue
-  La mutinerie de Berrouaghia
-  Des hélicoptères français dans la lutte antiterroriste
-  L’assassinat de Saïd Mekbel
-  Des catholiques pour la paix
-  Le premier colloque de Rome

22. 1995 : la terreur contre la paix

-  Un Airbus en otage
-  Enquête impossible
-  Des pères blancs assassinés à Tizi-Ouzou
-  La signature des accords de Rome
-  L’attentat du commissariat central
-  Le massacre de Serkadji
-  Zitouni et le DRS contre les "algérianistes"
-  Un soldat d’élite au service du GIA

23. Terreur sur l’Europe

-  Le GIA débarque à Londres
-  Le "cri" de Khalida Messaoudi
-  Contre la vérité, la torture
-  Un "dialoguiste" à Matignon
-  L’assassinat du cheikh Sahraoui
-  L’affaire Rabah Kébir
-  Des attentats dans le RER parisien
-  Ali Touchent : une taupe des services algériens chez des islamistes
-  Des attentats "pédagogiques"
-  La France, otage ou complice ?

24. Zéroual, président élu

-  Neutraliser la Kabylie
-  Amadouer les islamistes
-  Zitouni purge les maquis
-  Le truquage de l’élection présidentielle
-  Les défis du duo Zéroual-Betchine
-  Nouveau tour de vis contre la presse
-  La main tendue aux Américains

25. L’assassinat des moines de Tibhirine

-  Les moines dérangent
-  Le DRS enlève les moines
-  Les négociations du préfet Marchiani
-  L’assassinat
-  L’affaire Lucile Schmid : message reçu
-  L’« accident » du général Saïdi Fodhil
-  Le mystérieux assassinat de Mgr Pierre Claverie
-  Un référendum explosif

26. 1997 : les massacres contre la paix

-  La communauté internationale pour la paix
-  "Ils ont peur d’Amnesty International"
-  Un parti sous contrôle pour le président
-  Les tueurs drogués des forces spéciales de l’armée
-  Le coup de poker du duo Zéroual-Betchine
-  Les massacres "islamistes" des généraux éradicateurs
-  Tuer, toujours : la certitude de l’impunité
-  Nuit d’horreur à Benthala
-  L’arme de la terreur
-  La trêve militaire, "coup de poignard dans le dos" de Zéroual

27. Le grand doute

-  Censure en direct
-  Londres, septembre 1997 : le GIA est dévoilé
-  La Françalgérie est "au parfum"
-  La communauté internationale s’interroge
-  Paris ferme les yeux sur les massacres
-  Ouled-Allal, le "Timisoara algérien"
-  Élections municipales et contrôle des esprits
-  Les éradicateurs contre Zéroual

28.La campagne de neutralisation d’une enquête internationale

-  Politiques et intellectuels français au secours des généraux
-  "Ce n’est pas l’armée qui tue en Algérie !"
-  André Glucksmann : "Maintenant, on sait qui tue"
-  Les désillusions de BHL
-  L’affaire Soulier, ou l’Europe discréditée
-  Hubert Védrine s’active en coulisses
-  Le MAOL dans la mire du "clan des éradicateurs"
-  Des enfants bloqués en Algérie
-  L’ONU manipulée

29. La carte kabyle contre Zéroual

-  L’assassinat de Lounès Matoub
-  Assassins DRS et complicités locales
-  La chute du duo Zéroual-Betchine
-  Bouteflika, le nouveau paravent

30. Les généraux face à la menace de la justice internationale

-  Le clan Belkheir face au "syndrome Pinochet"
-  L’assassinat d’Abdelkader Hachani
-  Des révélations dévastatrices
-  Quand Paris protégeait Nezzar
-  La diversion kabyle
-  La "divine surprise" du 11 septembre
-  Le "procès Nezzar"
-  Khalifa : le clan Belkheir à l’assaut du PAF
-  Khalifa TV, la "voix de l’Algérie"
-  "Année de l’Algérie en France", année de l’amnésie
-  Le drame des "disparus"
-  Les perspectives de procès se précisent
-  L’enjeu de l’auto-amnistie

Conclusion

-  Une société qui se meurt
-  Françalgérie, un "État noir"
-  "L’honneur de la France"

-  Notes
-  Principaux sigles utilisés
-  Chronologie
-  Index.


Commandez l’ouvrage aux Editions Berbères :
47, rue Bénard
75014 Paris.
Tel : 01.45.43.31.44.
E-mail : editions.berberes@wanadoo.fr


Parution en poche de « Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats »

Les Éditions la Découverte informent qu’elles publient une édition de poche du livre de Lounis Aggoun et Jean-Baptiste Rivoire, « Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats », augmenté d’une longue postface inédite.

Cette nouvelle édition sera disponible en librairie à partir du 9 novembre 2005, au prix de 14 euros.


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#2 03-12-2006 19:24:05

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

(note: en relation, sur ce forum, voir aussi: http://reopen911.online.fr/forums/viewtopic.php?id=2764)
introduction du livre pré-cité:

HISTOIRE SECRETE, DE LA GUERRE D’INDEPENDANCE A LA
« TROISIEME GUERRE » D’ALGERIE

par LOUNIS AGGOUN et JEAN-BAPTISTE RIVOIRE
Editions La Découverte, Paris, 2004

Introduction

Ce soir de novembre 2002, la pluie et le vent s’abattent sur l’avenue Kléber, à Paris. Autour du Centre de conférences internationales, situé non loin de la Tour Eiffel, des barrières, des policiers : il faut montrer patte blanche. Grâce à notre équipe de reportage et à la caméra, l’accès est plus facile. À l’intérieur du bâtiment, de jolies hôtesses en tailleur s’activent dans un couloir à l’épaisse moquette rouge surplombée par de magnifiques lustres de cristal. Pour le compte de Pascal Josèphe, un ancien collaborateur d’Hervé Bourges ayant créé une société de conseil aux patrons de l’audiovisuel, elles répertorient les journalistes et leur distribuent de magnifiques dossiers de presse intitulés Djazaïr, une année de l’Algérie en France.

Parrainées par le Quai d’Orsay, les manifestations prévues dans le cadre de cette « Année de l’Algérie » sont essentiellement financées par le régime algérien et par le groupe du milliardaire Rafik Khalifa, un flamboyant businessman d’Alger qui défraie la chronique depuis quelques mois. Dans le dossier de presse distribué aux journalistes, pas un mot sur les problèmes
économiques du pays, encore moins sur les très graves atteintes aux droits humains qui y sont commises depuis 1988. Rebaptisée « Année des généraux » par certains opposants, l’Année de l’Algérie est manifestement destinée à améliorer l’image du régime. Pour lui assurer un grand écho médiatique, le gouvernement français a d’ailleurs incité la plupart des médias publics
(Radio-France, France 2, France 3, France 5) à devenir partenaires de l’opération.

Dans la salle, une bonne partie de la crème de la « Françalgérie » officielle a fait le déplacement : plus de mille invités — dont des réalisateurs prestigieux et des journalistes bien vus par le régime d’Alger — sont venus écouter les discours de Hervé Bourges, Dominique de Villepin ou Khalida Toumi. Ancien patron de TF1 et du Conseil supérieur de l’audiovisuel, Hervé Bourges est d’abord un vieil ami du FLN, ce qui contribue à expliquer sa nomination à la présidence de « l’Année de l’Algérie ». Dominique de Villepin, le ministre français des Affaires
étrangères, a longtemps été secrétaire général de l’Élysée. Il connaît bien les coulisses des relations franco-algériennes. Quant à Khalida Toumi, plus connue sous le nom, qu’elle a porté jusqu’en 2001, de Khalida Messaoudi, c’est une militante féministe très active en Algérie. Partisane de l’« éradication » des islamistes, c’est-à-dire de leur élimination totale, elle est l’auteur du fameux best-seller Une Algérienne debout, un ouvrage publié en France en 1995 et vendu à plus de 100 000 exemplaires [1] : elle y expliquait notamment les raisons de son opposition totale à toute forme d’islamisme et son engagement aux côtés des généraux « éradicateurs ».
Longtemps députée du RCD (Rassemblement pour la culture et la démocratie) de Saïd Sadi, un parti proche du régime, elle est alors porte-parole du gouvernement algérien.

Pendant deux heures, Hervé Bourges, Dominique de Villepin et Khalida Toumi célèbrent à la tribune la « formidable amitié » qui lie la France à l’Algérie, les « points communs » entre les deux pays, la « bonne humeur » qui caractérise leurs relations.

Question dérangeante

Quarante-huit heures plus tôt, l’ensemble de la presse française a pourtant rendu compte de la diffusion sur la chaîne Canal Plus de notre documentaire confirmant que le « GIA » (Groupe islamique armé, l’un des plus redoutables mouvements terroristes algériens), notamment responsable des attentats de Paris en 1995, était à l’époque infiltré et manipulé par les services
secrets algériens, la fameuse Sécurité militaire (de juillet à septembre 1995, des bombes déposées dans le RER parisien avaient provoqué la mort d’une dizaine de personnes et fait plus de deux cents blessés) [2] .
Désireux de recueillir la réaction du ministre français des Affaires étrangères aux très graves accusations que nous portions dans ce documentaire, je profite du micro qui m’est tendu pour poser une question à laquelle aucun responsable politique français n’a accepté de répondre durant l’enquête : « M. De Villepin, nous avons enquêté pendant deux ans sur les “GIA” algériens et il s’avère qu’en 1995, quand ils commettaient des attentats en France, ils étaient contrôlés par les services secrets algériens. Cela vous paraît-il être une information importante ? »

Dans la salle, la question provoque un immense brouhaha. Quelques commentaires fusent : « C’est une honte ! », « Bravo, Canal Plus ! » À la tribune, le ministre français des Affaires étrangères et Khalida Toumi blêmissent. Grand orchestrateur de la conférence de presse, Hervé Bourges, président de l’« Année de l’Algérie », tente d’aider Dominique de Villepin à se sortir de ce mauvais pas : « Je veux bien laisser le ministre répondre, mais j’ai oublié de préciser qu’il ne s’agit pas d’une conférence de presse avec le ministre des Affaires étrangères français sur les relations franco-algériennes, la situation de l’Algérie aujourd’hui, mais sur l’année 2003, une année à caractère culturel. Il y a d’autres lieux pour ce type de questions, qui est peut-être valable, mais ce n’est pas le jour et ce n’est pas l’endroit.

— Même si les services secrets algériens ont commandité des attentats en France ?

— Écoutez, Monsieur, je vous retire la parole ! »

La surprise passée, Dominique de Villepin réagit : « Je ne crois pas que l’on puisse ainsi impunément prendre en otage une manifestation comme la nôtre. Nous respectons tous la liberté de la presse. Nous faisons face tous aux questions qui peuvent être posées, mais il y a des moments et des lieux pour cela et je serai ravi en d’autres circonstances de répondre à une
telle question [3] . » Malgré cette promesse, le ministre ne répondra jamais à nos demandes d’interviews.

Quelques semaines après cet incident, profitant d’une visite à Strasbourg du président algérien Abdelaziz Bouteflika, un journaliste de Radio judaïque FM lui demande à son tour ce qu’il pense des révélations sur l’implication de la Sécurité militaire algérienne dans les attentats de Paris en 1995 : « Puis-je vous demander de poser la même question au président français ? », répond étrangement Abdelaziz Bouteflika. « Ce qu’il dira, je l’assumerai complètement et sans restriction aucune [4] . »

Le « GIA », sujet tabou

Après plusieurs années d’enquêtes communes pour tenter de comprendre ce qui se passe réellement en Algérie, Lounis Aggoun et moi-même sommes habitués à ce genre de dérobade, mais elles nous intriguent toujours autant. Pourquoi un tel malaise dès qu’on évoque l’action du mystérieux « GIA », le Groupe
islamique armé ? En dix ans de « sale guerre » en Algérie, aucun journaliste étranger n’a jamais réussi à approcher un membre actif de ce sanguinaire mouvement terroriste [5] . À notre connaissance, c’est même la seule « guérilla » au monde dont aucun chef en exercice ne s’est jamais exprimé dans la presse étrangère.

Pourquoi une telle chape de plomb sur le fonctionnement réel du mouvement et sur l’identité de ses commanditaires ? Comment expliquer qu’en 1996, un
ancien fondateur du GIA reconnaissant avoir assassiné plusieurs journalistes ait pu bénéficier d’une loi de « clémence », et puisse se pavaner aujourd’hui dans plusieurs documentaires diffusés à la télévision française, où il confirme opportunément les thèses du pouvoir [6] ?
Pourquoi une telle impunité ? Est-il exact, comme l’ont affirmé d’anciens officiers de la Sécurité militaire, que le « GIA » a été très profondément infiltré et manipulé par les services secrets algériens, dès 1992, au point de devenir un groupe « contre-insurrectionnel » [7] ? Pourquoi les dirigeants algériens interrogés à ce propos, comme le général Khaled Nezzar, parrain du régime, ou Abdelaziz Bouteflika, devenu président en 1999, renvoient-ils systématiquement vers leurs homologues français, comme si ceux-ci étaient parfaitement au courant d’une telle manipulation ?

Depuis des années, ces questions nous taraudent, Lounis Aggoun et moi-même.
Militant des droits de l’homme de longue date (il a notamment contribué, dans les années 1980, avec Ramdane Achab, Arab Aknine et Mouloud Khelil, à la réalisation de Tafsut, la revue clandestine du Mouvement culturel berbère, et ce jusqu’en 1988), Lounis est installé en France depuis 1989, mais il effectue depuis de fréquents voyages en Algérie, où il a conservé de nombreux contacts. Enquêteur rigoureux, il connaît parfaitement les rouages du système politique algérien. Pour ma part, j’ai été embarqué vers Alger en 1972, à l’âge de cinq ans, par des parents désireux d’apporter leur petite contribution à l’édification d’un État indépendant et… socialiste. Des « pieds rouges », en somme. Quatre ans d’école primaire dans la capitale, puis une dernière année en plein Sahara, dans une petite oasis où mes nouveaux copains ne parlaient qu’arabe, une belle langue qu’ils m’aideront à apprendre avec une infinie patience. Depuis le milieu des années 1980, Lounis et moi-même suivons de près ce qui se passe en Algérie. Mais alors que lui s’y rend régulièrement, je n’y ai effectué qu’un bref retour aux sources en 1992. À l’été 1996, je m’y rends pour la première fois en reportage.

Des journalistes sous haute surveillance

Au mois d’août de cette année-là, je suis contacté pour réaliser avec Faouzia Fékiri, ancienne haut fonctionnaire du régime reconvertie dans la réalisation de documentaires, un reportage en Algérie pour l’émission Zone interdite, de la chaîne française M6. Pendant deux semaines, je vais découvrir ce que les journalistes de télévision révèlent rarement : l’envers du décor, l’extraordinaire contrôle exercé par les autorités algériennes sur toutes les équipes de télévision étrangères désireuses de comprendre ce qui se passe réellement dans le pays. Extrêmement strict, ce contrôle s’exerce dès la demande du fameux visa « presse ». Obligatoire pour tout journaliste, il est souvent refusé par les autorités. Pour obtenir leur feu vert, ma consœur algérienne a dû leur garantir que notre reportage ne serait pas une enquête et qu’il contiendrait un message simple : « En Algérie, la vie continue » (il s’agissait précisément du message que les autorités cherchaient à faire passer en cet été 1996…).

Sur place, malgré de nombreux efforts, il se confirme qu’il est impossible d’effectuer la moindre enquête sur les coulisses de la « sale guerre ». Premier problème : l’escorte. Composée de policiers en civil armés de fusils à pompe, de mitraillettes et de revolvers, elle est renforcée par plusieurs véhicules de gendarmerie pour tout déplacement en dehors d’Alger, ce qui rend quasiment impossible un reportage indépendant : comment interviewer ne serait-ce que de simples citoyens sur un marché quand on est encadré en permanence par deux individus patibulaires qui n’hésitent pas à pointer leurs armes vers les passants, comme cela est arrivé à l’auteur de ces lignes ?

Autre effet pervers de ces escortes : elles informent en permanence leur hiérarchie du lieu où nous nous trouvons, ce qui permet aux services de sécurité de perquisitionner notre chambre d’hôtel, voire de visionner nos cassettes à notre insu quand nous sommes sur le terrain.

Un matin, à force d’obstination, nous parvenons à contacter par téléphone des habitants de la région de Blida, une ville située à 60 kilomètres au sud-ouest d’Alger. Malgré la terreur dans laquelle ils survivent, ils souhaitent témoigner sur la violence des islamistes, mais aussi sur celle des forces de sécurité. Pour les aider à vaincre leur peur, nous leur garantissons que leurs visages seront « masqués » à la diffusion. Mais que vaut cette précaution si l’escorte militaire qui nous accompagne identifie nos interlocuteurs ? Conscients du danger, ceux-ci nous demandent une seule chose : « S’il vous plaît, n’arrivez pas avec les militaires, sinon, on ne pourra pas vous ouvrir la porte. »

Le courage de ces Algériens prêts à témoigner, malgré les risques encourus, devant des journalistes étrangers m’a toujours impressionné, voire ému.
Naïvement, nous leur promettons de tout faire pour nous débarrasser de notre escorte. Mais évidemment, celle-ci refuse de nous lâcher d’une semelle. À Blida, des motards de la préfecture équipés de gyrophares insistent même pour « escorter » notre convoi de véhicules de gendarmerie à travers la ville. Bilan : nous ne pourrons jamais recueillir les témoignages des courageux habitants qui nous avaient donné leur accord de principe.

De retour à Alger, le lendemain, contrariés par l’omniprésence de nos anges gardiens, nous tentons de leur fausser compagnie en quittant l’hôtel Aurassi, où les autorités nous contraignent à résider, à une heure où ils sont censés être repartis chez eux… Mais quand nous traversons le hall de cet hôtel très surveillé par la Sécurité militaire, nous avons la mauvaise surprise de constater que l’un des policiers en civil chargés de nous surveiller est resté allongé dans un canapé du hall. À notre vue, il bondit sur ses pieds et nous interdit de sortir.

Dépités, nous en sommes réduits à nous rendre sur une plage pour interviewer quelques jeunes sur leur vie quotidienne. Nous tombons sur des
adolescents qui vivent de petits trafics, le « trabendo ». Au bout de quelques minutes, le regard caustique qu’ils portent sur la police suffit à provoquer la colère et l’intervention d’un jeune policier de notre escorte, qui va jusqu’à les menacer en arabe devant notre caméra. Blancs comme des linges, les jeunes ne nous diront plus un mot.

En Algérie, même certains fonctionnaires sont terrorisés par l’État : à la fin de notre tournage, nous rendons visite à une femme nommée par les autorités à la tête de la mairie de Baraki, une commune de la banlieue islamiste d’Alger. En pleine interview, alors que nous avons obtenu toutes les autorisations de tournage requises, elle est dérangée par un étrange coup de téléphone. C’est un représentant des « services de sécurité », qui veut savoir combien nous sommes, quelles questions nous posons… Surpris par l’incident, je laisse tourner ma caméra. Déstabilisée, notre interlocutrice doit promettre à son mystérieux interlocuteur de ne « pas aborder les questions de terrorisme ». Quand elle raccroche, nous lui demandons pourquoi il est impossible de parler du « GIA ». Blême, elle préfère écourter l’interview.

À la suite de ce tournage marqué par d’incessants conflits avec notre escorte, je ne serais plus jamais autorisé à me rendre en reportage en Algérie. Loin de me signifier clairement leur réticence, les autorités préféreront la lâcheté : elles ne répondront plus jamais à aucune de mes nombreuses demandes de visa. Au fil des mois, je découvre que plusieurs confrères, comme José Garçon, du quotidien Libération, Catherine Jentile, de TF1, ou Jean-Pierre Tuquoi, du Monde, subissent régulièrement le même sort. Intrigué par cette situation, je décide de m’intéresser de plus près à ce qui se passe en Algérie. Fin 1997, de terribles massacres de civils endeuillent la région d’Alger. Devenu journaliste permanent à l’agence de télévision Capa, je me mets à sillonner l’Europe à la rencontre de survivants, d’islamistes exilés ou d’officiers de la Sécurité militaire ayant quitté leur pays.

En 1999, avec des confrères de Capa et de France 2, nous réalisons Bentalha, autopsie d’un massacre, une longue enquête consacrée à l’effroyable tuerie (plus de quatre cents victimes) survenue dans ce village de l’Algérois dans la nuit du 22 au 23 septembre 1997 [8] . Le lendemain de la diffusion de ce documentaire dans « Envoyé spécial », sur  France 2, Mohamed Ghoualmi, ambassadeur d’Algérie en France, contacte Michèle Cotta, alors patronne de la chaîne publique, et tente, en vain, de faire interdire la rediffusion du sujet. Il appelle aussi Thierry
Thuillier, l’un des deux journalistes de France 2 qui nous ont aidés, et lui annonce qu’il lui sera désormais interdit de se rendre en Algérie…

Secrets de famille

Quelques mois après cet épisode, alors que je couvre une manifestation organisée à Paris contre la visite en France du président Abdelaziz Bouteflika, Lounis Aggoun m’attrape par le bras. Téléspectateur assidu des reportages sur l’Algérie, il souhaite nous aider à mieux comprendre ce qui se passe dans son pays. Comme des millions d’Algériens et de Français, il a
assisté impuissant aux terribles massacres de civils survenus en 1997-1998.
Comme eux, il a été bouleversé que des milliers de civils aient pu être livrés en pâture, des nuits durant, à des hordes de tueurs qui les ont massacrés en toute impunité. Connaissant bien Alger et sa région, lui et moi savons que les victimes des massacres habitaient des banlieues réputées sympathisantes du FIS, le Front islamique du salut, et que les mystérieux tueurs du GIA se sont déplacés librement dans des secteurs pourtant quadrillés par l’armée. Comment expliquer qu’ils aient pu s’enfuir sans être inquiétés ? Étaient-ils couverts par une partie du haut commandement militaire ?

Avec Lounis Aggoun, nous nous jurons de découvrir la vérité sur ces massacres et leurs commanditaires. Algérien, Lounis a l’avantage de pouvoir se rendre discrètement dans son pays, sans devoir solliciter une quelconque autorisation de la part des autorités. Ayant conservé de nombreux contacts sur place, il est un enquêteur précieux. Pendant quatre ans, nous allons
conjuguer nos efforts et travailler avec des journalistes algériens refusant de renoncer à leur mission fondamentale : informer le monde sur ce qui se passe réellement dans leur pays. Pour eux comme pour nous, pas question de travailler en présence d’escortes militaires ou de gardes-chiourmes islamistes. Pour échapper à la surveillance de la redoutable Sécurité militaire, il nous faut désormais travailler clandestinement, fausser compagnie aux « mouchards » qui tentent de nous dénoncer, changer de domicile chaque nuit, déployer des trésors d’ingéniosité pour parvenir à rencontrer des témoins hors de toute présence militaire ou islamiste.

À l’automne 2000, après la diffusion sur Canal Plus d’une enquête réalisée clandestinement en Algérie et démontrant l’implication de la Sécurité militaire dans l’assassinat, en juin 1998, du chanteur kabyle Lounès Matoub [9] , nous avons la surprise d’être contactés à Paris par la DST (Direction de la surveillance du territoire). Connus pour leur proximité historique avec les services secrets algériens, les services du contre-espionnage français nous rendent visite dans les locaux de Canal Plus, chaîne dont le responsable de la sécurité est un ancien policier des renseignements généraux. But des deux inspecteurs de la DST : savoir dans quelles conditions nous avons enquêté en Algérie, qui nous a hébergés, qui a facilité notre travail…

À la suite de cette étrange réunion au cours de laquelle nous nous garderons bien de révéler quoi que ce soit à la DST, Lounis et moi décidons d’être encore plus prudents : nous apprenons à nous méfier des écoutes téléphoniques et prenons l’habitude de ne plus communiquer entre nous que par des courriels cryptés, sans même avoir la garantie que ces nouvelles précautions suffisent à assurer la confidentialité de nos échanges. Au fil de nos rencontres avec des témoins de la « sale guerre », dont certains travaillèrent longtemps au cœur de la Sécurité militaire algérienne, nous commençons à comprendre pourquoi la DST se préoccupe de nos enquêtes : manifestement, la France est beaucoup plus impliquée qu’on ne le croit dans ce qui se passe en Algérie. Nos interlocuteurs nous révéleront même l’existence de terribles « secrets de famille » unissant les services secrets français et algériens.

Ce sont ces secrets de famille que ce livre se propose d’explorer. Au cours de nos sept années d’enquête, nous avons interviewé de nombreux témoins et acteurs jamais entendus en France et lu tout ce que nous avons pu trouver sur la période : d’innombrables articles de presse (française, algérienne, anglaise, etc.), rapports d’organisations non gouvernementales sur les violations des droits de l’homme [10] , et plusieurs dizaines d’ouvrages de journalistes, historiens et témoins, dont l’étude approfondie s’est révélée extrêmement utile [11] . Plus récemment, nous avons systématiquement recoupé les affirmations de plusieurs Algériens mettant en cause l’armée dans certains crimes jusque-là exclusivement attribués aux islamistes : avec bien d’autres témoignages, les livres de Nesroulah Yous, survivant et témoin du massacre de Bentalha [12] , de Habib Souaïdia [13] , un ancien sous-lieutenant des forces spéciales dont l’histoire a donné naissance à un best-seller, ou de l’ex-commandant Mohammed Samraoui [14] , qui fut l’un des plus proches collaborateurs du général Smaïl Lamari, le patron du contre-espionnage algérien, nous ont ainsi aidés à explorer les coulisses de la « sale guerre ».

Tout au long de notre enquête, nous avons systématiquement confronté nos sources à la presse de l’époque, et notamment aux articles du Monde, de Libération ou du Figaro. La presse algérienne a également été pour nous une précieuse source d’information, ainsi que certains confrères algériens aujourd’hui en exil. Enfin, dans le souci d’être complets, nous avons systématiquement visionné la plupart des documentaires que les télévisions françaises ou britanniques ont diffusés depuis 1994 à propos de la crise algérienne.

Cet indispensable — et considérable — travail de recoupement nous a permis de reconstituer le puzzle de ce qui s’est réellement passé durant cette « sale guerre » et de mesurer à quel point les opinions publiques française et algérienne ont été désinformées tout au long de ces seize années.
Certes, notre travail reste probablement incomplet. Difficile, par exemple, d’être exhaustif sur certaines opérations de guérilla menées par de vrais groupes armés islamistes dont les actions ont incontestablement contribué à mettre le pays à feu et à sang, mais qui furent souvent minimisées, voire passées sous silence sur ordre des autorités. Nous sommes également conscients que malgré tous nos recoupements, les nuits entières passées à interviewer des témoins et à vérifier nos informations, l’extraordinaire opacité entretenue par les « décideurs » algériens fait que certaines erreurs ont pu se glisser dans notre récit. Nous les espérons mineures.

La « troisième guerre d’Algérie »

Ce qui est certain en revanche, c’est que, malgré les pièces manquantes, le puzzle ainsi reconstitué est assez complet pour révéler un tableau absolument terrifiant des « années de sang » que vit le peuple algérien depuis 1988, et surtout depuis 1992. Le bilan en est connu : près de 200 000 morts, des milliers de « disparus », des centaines de milliers de personnes déplacées ou exilées. Et, surtout, le déchaînement d’une barbarie de prime abord incompréhensible : la torture pratiquée à une échelle « industrielle » par les forces de sécurité, les meurtres et les massacres les plus atroces attribués tant à ces dernières qu’aux groupes islamistes… En bref, une société entière gérée par la terreur et entraînée dans une spirale de l’horreur où la vie humaine n’a plus aucune valeur.

Comment les « décideurs », à peine une poignée d’hommes, agissant prétendument au nom de la « défense de la démocratie » contre le « péril vert », ont-ils contribué à plonger leur pays dans une telle sauvagerie, avec la complicité active de la France officielle ? Pour répondre à cette question essentielle, nous avons acquis la conviction qu’il ne suffisait pas de lever les voiles de la désinformation qui prévaut depuis 1992. L’éclairage historique est indispensable.

Non que la réponse, soulignons-le avec force, serait à rechercher — comme l’ont laissé entendre nombre d’observateurs — du côté de l’atavisme supposé d’une société entière qui serait incapable, du fait même de la religion musulmane ou d’archaïsmes sociaux plus anciens, de résoudre les conflits qui la traversent autrement que par la violence. Toute l’histoire de l’Algérie et de son islam pacifique prouve le contraire. En réalité, la violence totale déchaînée par le régime actuel puise surtout ses sources dans une longue tradition de gestion du pouvoir par la force brute, qui a marqué au fer la société algérienne, depuis les débuts de la colonisation française. C’est ce que nous avons voulu évoquer dans un prologue, en rappelant que le mépris absolu de la vie des Algériens du peuple est bien l’atroce fil rouge qui relie les trois guerres dont ils ont été victimes au cours des deux deniers siècles : la guerre de conquête par la France, de 1830 à 1848, d’essence génocidaire ; la guerre de libération, de 1954 à 1962, marquée par les atrocités commises par l’armée française, mais aussi par les violences au sein même du camp algérien ; et la « troisième guerre d’Algérie », celle des généraux des années 1990.

Après ce rappel indispensable, la première partie de ce livre retrace certains épisodes clés qui, de la victoire des « militaires » sur les « politiques » au sein du FLN lors de la guerre d’indépendance qui s’est achevée en 1962, jusqu’à l’annulation des élections législatives de décembre 1991, contribuent à éclairer les drames des années récentes. Il ne s’agit évidemment en aucune façon de faire un « résumé historique » de la guerre de libération et de l’Algérie indépendante — nous renverrons aux ouvrages de référence en la matière —, mais seulement d’évoquer les mécanismes de pouvoir, profondément enracinés dans la caste dirigeante, que sauront utiliser les « décideurs » d’aujourd’hui : nous montrerons ainsi comment, après la mort du président Houari Boumediene en 1978, le général Larbi Belkheir, a pu conquérir progressivement, avec ses alliés, une place dominante au sommet du pouvoir. Au point de constituer ce que l’on pourrait appeler le « clan français », moins parce que nombre des généraux qui le composent sont d’anciens officiers de l’armée française [15] , que du fait que leur puissance provient du contrôle des circuits de corruption : ces circuits, on le verra, plongent en effet leurs racines dans une partie de la classe politique et des milieux d’affaires français et forment le noyau dur de la « Françalgérie ».

À la fin des années 1980, il devient vital pour les hommes de ce clan qui entourent le président Chadli de privatiser un minimum l’économie algérienne, officiellement publique et socialiste, afin de pérenniser les fortunes qu’ils ont commencé à acquérir par le prélèvement de commissions sur les flux du commerce extérieur. Mais les conservateurs du FLN s’opposent à cette ouverture. Grâce à la révolte d’octobre 1988, qu’ils ont secrètement encouragée et sauvagement réprimée, Belkheir et ses collègues se débarrassent des « vieilles barbes » du FLN : c’est le très paradoxal « printemps d’Alger ».

Pour les généraux, il n’est toutefois pas question que la privatisation contrôlée s’accompagne d’une libéralisation économique et d’une véritable démocratisation politique. Pour contrer leurs opposants démocrates, ils avaient favorisé tout au long des années 1980 les mouvements islamistes, jusqu’à légaliser en septembre 1989 le Front islamique du salut. Fin 1991, le FIS remporte la majorité relative des suffrages lors des premières élections législatives relativement libres organisées en Algérie. S’appuyant sur la crainte que le parti islamiste suscite dans le pays et à l’étranger, les généraux obtiennent alors le soutien de Paris pour interrompre le processus électoral.

Avec le coup d’État de janvier 1992, commence donc la « troisième guerre d’Algérie », retracée en détail dans la seconde partie de cet ouvrage. Les généraux « éradicateurs » — car il s’agit bien pour eux d’« éradiquer » l’islamisme — combattent l’opposition islamiste, armée ou non, en utilisant à grande échelle les méthodes de guerre contre-insurrectionnelle apprises des Français : torture systématique, exécutions extrajudiciaires en masse, infiltration des maquis islamistes, création de faux maquis agissant secrètement pour le compte de la Sécurité militaire, « escadrons de la mort » déguisés en islamistes qui terrorisent la population, recours à des « supplétifs » par la levée de milices… En janvier 1995, inquiète de la tournure dramatique que prennent les événements, une partie de la communauté internationale soutient la « plate-forme de Rome » adoptée par les principaux partis de l’opposition algérienne, une « offre de paix »
dans laquelle, pour la première fois, le FIS s’engage formellement à renoncer à toute violence. Menacés par cette initiative, les généraux décident alors d’instrumentaliser plus encore la violence du GIA, dont ils contrôlent désormais complètement la direction, pour frapper la France et la contraindre à ne pas les « lâcher ».

Mais en 1997, l’utilisation du GIA pour massacrer des milliers de civils dans les banlieues islamistes d’Alger commence à faire douter l’opinion internationale : le GIA ne serait-il pas une « organisation écran » de la Sécurité militaire algérienne ? Soupçonné d’être le véritable commanditaire des massacres, le régime déploie alors en direction de l’opinion publique internationale l’une des plus formidables campagnes de désinformation mises en œuvre dans le monde depuis 1945. À cette occasion, on le verra, la puissance des réseaux de la « Françalgérie » jouera à plein. Car si cette campagne a bien été conçue dans les officines des services secrets algériens, elle n’aurait jamais pu être aussi efficace sans les relais politiques et médiatiques dont ils disposent à Paris.

Aujourd’hui encore, grâce à la terreur que Al-Qaïda, l’organisation terroriste dirigée par Oussama Ben Laden, inspire à juste titre au monde entier, les généraux d’Alger, soutenus par la France officielle, parviennent encore à s’abriter derrière le « diable islamiste » pour masquer leurs exactions. Jusqu’à quand ?



[1] Khalida Messaoudi, Une Algérienne debout, Flammarion, Paris, 1995.

[2] Jean-Baptiste Rivoire et Romain Icard, Attentats de Paris : enquête sur
les commanditaires, documentaire diffusé dans l’émission « 90 minutes »,
Canal Plus, 4 novembre 2002.

[3] Jean-Baptiste Rivoire et Romain Icard, Édition spéciale droits de
suite, diffusée dans le cadre de « 90 minutes », Canal Plus, juin 2003.

[4] Christophe Nonnenmacher, « Triste année de l’Algérie »,
<www.strasmag.com/monde/triste_annee_algerie.htm > .

[5] Le seul cas connu d’un journaliste étranger qui ait réussi à fausser
compagnie à son escorte pour passer quelques jours dans un maquis islamiste
est celui de Phil Rees, un reporter de la BBC qui a visité en octobre 1994
un maquis de l’Armée islamique du salut (AIS, dont on verra qu’elle était
elle-même en guerre contre le GIA) dans la région de Chlef (voir à ce
propos l’interview de Phil Rees dans Libération, 19-20 novembre 1994).

[6] Il s’agit de Omar Chikhi, présenté par la presse algérienne comme l’«
ex-chef du très redouté maquis de Zbarbar » (voir José Garçon, « Les
révélations sur mesure d’un repenti islamiste algérien », Libération, 19
février 2001). Sur les prestations télévisées de ce personnage, voir
notamment : Malik Aït-Aoudia et Séverine Labat, Vol AF 8969 Alger-Paris,
France 3, 9 mai 2002 ; et Malik Aït-Aoudia et Séverine Labat, Algérie
1988-2000, autopsie d’une tragédie, France 5, octobre 2003.

[7] Le premier témoignage détaillé sur ce point est celui d’un ancien
colonel des services secrets : Mohammed Samraoui, Chronique des années de
sang. Algérie : comment les services secrets ont manipulé les groupes
islamistes, Denoël, Paris, 2003.

[8] Jean-Baptiste Rivoire, Jean-Paul Billault, Thierry Thuillier et Bruno
Girodon, Bentalha, autopsie d’un massacre, documentaire diffusé par la
Télévision suisse romande (émission « Temps présent ») le 8 avril 1999, et
par France 2 (émission « Envoyé spécial ») le 23 septembre 1999.

[9] Michel Despratx, Jean-Baptiste Rivoire, Lounis Aggoun et Marina Ladous,
Algérie, la grande manipulation, documentaire diffusé dans le cadre de
l’émission « 90 minutes », Canal Plus, 31 octobre 2000.

[10] Dont la plupart sont consultables sur le site Web
<www.algeria-watch.org>, une véritable mine d’informations sur la question
et sur bien d’autres relatives à la situation en Algérie. L’association
Algeria-Watch, créée en 1997, est elle-même l’auteur de nombreux rapports
publiés sur son site (l’un des plus impressionnants est celui, publié en
octobre 2003, consacré à l’organisation secrète du système de terreur mis
en place par les généraux algériens à partir de 1992 : Algérie, la machine
de mort. Rapport sur la torture et les centres de détentions secrets).

[11] Voir notamment : Abed Charef, Algérie, le grand dérapage, L’Aube, La
Tour d’Aigues, 1994 ; Reporters sans frontières, Le Drame algérien. Un
peuple en otage, La Découverte, Paris, 1994 (nouvelles éditions : 1995 et
1996) ; Mireille Duteil et Pierre Dévoluy, La Poudrière algérienne,
Calmann-Lévy, Paris, 1994 ; Amine Touati, Algérie, les islamistes à
l’assaut du pouvoir, L’Harmattan, Paris, 1995 ; Roger Faligot et Pascal
Krop, DST, police secrète, Flammarion, Paris, 1999 ; Djallal Malti, La
Nouvelle Guerre d’Algérie, La Découverte, Paris, 1999.

[12] Nesroulah Yous (avec la coll. de Salima Mellah), Qui a tué à Bentalha
? Algérie, chronique d’un massacre annoncé, La Découverte, Paris, 2000.

[13] Habib Souaïdia, La Sale Guerre, La Découverte, Paris, 2001.

[14] Mohammed Samraoui, Chronique des années de sang, op. cit.

[15] Outre Larbi Belkheir, il s’agit notamment des généraux Khaled Nezzar,
Mohamed Lamari, Mohamed Touati, Ali Tounsi, Mohamed Médiène (dit « Toufik
»), Smaïl Lamari (dit « Smaïn »). À l’exception des deux derniers, tous
sont d’anciens officiers ou sous-officiers de l’armée française. La plupart
ont déserté, plus ou moins tôt, pendant la guerre de libération pour
rejoindre l’ALN — ont les appelle en Algérie les « DAF » (déserteurs de
l’armée française). Ces généraux, liés par des intérêts communs avec
certains cercles du pouvoir en France, s’opposeront tout au long des années
1980 à leurs collègues « anciens maquisards » issus des rangs de l’ALN,
plus marqués par le panarabisme hérité du président égyptien Nasser.

Dernière modification par Thibaut (03-12-2006 19:28:27)


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#3 04-12-2006 01:36:22

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Thibaut

Je suppose que tu ne connais pas vraiment le sujet et que animé de bonne intention,tu as essayé d en savoir plus.
Sauf que là,tu te s fait berné.
les éditions al Découverte sont un maillon des dispositifs d intoxication .
Il faut savoir que les éditions la découverte sont dirigés par Gèze (DGSE) , membre du parti socialiste ou plutot devrais je dire,du parti sioniste .

les éditiosn al découverte,son propriétés , tout comme Canal + du groupe Vivendi dont la ligne éditoriale de ce groupe est tout sauf " droit des peuples à disposer d eux mêmes ",bien au contraire .

Les éditiosn al découverte ont eu comme boulot, de semer le doute quand aux auteur sde smassacres en Algérie.
objectif : que le moins de citoyens coopèrent avec les services de sécurité .
Quant aux services de renseignements occidentaxu et de certains pays du monde raabo musulamn,leur travail a constitué à soutenir le terrorisme en ALgérie .
On peut citer l Iran ( Cf l affaire du chef du centre culturel) , Israel ( les Uzi découverts à Ain Defla), le Maroc(aremeent passant la frontière et terroristes trouvant refuges), l Allemagne et la France ( réseuaxu de soutiens logitisques , armes, propagande et communication) , les USA ( refuges de certains chefs du GIA ( hadamm et un opérationnel , Ressam, dont la CIA s est debarssé Cf l affaire à la frontière canado us ) .

il y aeu une netendte entre ,parfois,des pays enenemis , pour coopérer afin de couler l Algérie .

Celui qui veut connaitre ce qu est un vrai terrorisme,devrai étudier le terrorisme en Algérie .
Ce terrorism dont les médias ont dit qu il s agissait dune opposition armée politique ( Cf , les rapporst de Amnésie International ben CIA mais aussi tous les médias occidentaxu ).
Sans parler de l embargo .
On a en quelque sorte légitimer les groupe sterroristes,commmunéement appelés groupes armées d opposition.
Quant à la CIA, ses rappiorts préconisaient le soutien aux terroristes .
D un coté ,ceux qui voulaient abbatre l Algrie,leader de la lutte ant coloniale, de l autre,ceux qui voulaient en faire un pays "islamiste" à leur image .

Voilà la réalité .
Et aujourd hui,que disent les éditiosn al Découverte?
Que  sinteroger sur le 911 ,c est du négationnisme,du révisionnisme,du conspirationnisme.

Voilà dans quoi des millions de gens sont tombés.
D un vrai terrorisme,on a dit que c était un faux et d un faxu ,on a dit que c était un vrai .
Reflechissez .
Qui peut se peremùtter de soutenir un terrorisme dans un autre pays?
Qui peut se peremettre de faire croire que sa victime est l agresseur (qui tue qui?)
qui a suffisamment de relais pour faire passer une opération noire pour un acte teroriste ?
un grand .
Et ces grands peuevnt dire que leur victime sont des bourreaux,peuvent dire que X ou Y est une démocratie ou une dictature,que la démocratie répond à tel conditions ( come réudire l adémocratie à lelectoralisme) .

je souhaiterai vraiment faire un dosssier beaucoup plus etayé et complet de ssus .
En attendant,je vais vous poster un article,qui ne m étonne absolument pas, car ceux qui conaissent la situation,savent très bien que la DGSE et de très nombreux services étrangers,sont impliqués dans le soutien au terorisme en Algérie .
Et dans la partie intox visant à semer le doute sur les auteurs ,en mettant ca sur le dos de l Armée Algérienne.

Hors ligne

 

#4 04-12-2006 01:38:37

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Actualité (Dimanche 03 Décembre 2006)

Les révélations d’une taupe islamiste dans un livre-choc
Quand les services étrangers infiltraient le GIA

Par : Adel Taos
Lu : (2224 fois)

Que se passait-il en Europe pendant que des milliers d’Algériens tombaient en Algérie, assassinés  par les différents groupes armés islamistes ? Depuis le 17 novembre dernier, un livre paraissant simultanément en France et dans les pays anglo-saxons, apporte des bribes de réponses :
sur le Vieux Continent, les services de renseignements occidentaux laissaient faire tant qu’ils avaient  la certitude que leur pays ne serait pas touché.
Comme pour tous les conflits, la partition des services secrets est rarement connue du grand public, c’est pourquoi ce livre est à plus d’un titre captivant. À peine sorti, ce livre fourmillant de détails secoue déjà le petit monde secret des services de renseignements.
Résumons l’histoire telle que racontée par son auteur. Après avoir vécu au Maroc, il s’installe à Bruxelles dans sa famille et, pour des raisons financières, commence à acheter des armes pour le compte du GIA. Cela commence par des milliers de cartouches de kalachnikov pour finir avec du matériel de vision nocturne, des uzis et des explosifs.
Après avoir volé de l’argent à l’un des responsables du GIA en Europe, celui qui se présente avec le pseudonyme d’Omar Nasiri décide, pour sauver sa peau, de travailler pour le compte de la DGSE, le service d’espionnage français. Gilles, son officier traitant, lui donne la somme qu’il a dérobée et l’encourage à continuer ses trafics mortifères pour le GIA. Dans la maison familiale, véritable plaque tournante, le bulletin El Ansar est fabriqué avant d’être envoyé dans le monde ; des responsables de haut rang du GIA en Europe comme Ali Touchent (dit Tareq) y transitent c’est pour les services de renseignements français une source d’information de première main.
Dans le récit d’Omar Nasiri, certains détails sont saisissants. Lorsqu’on lui demande de convoyer par route et par bateau un véhicule bourré d’armes, de munitions et d’argent pour le Maroc, il prévient Gilles, et les deux hommes savent, début janvier 2005, que la cargaison est destinée aux maquis algériens. Le récit du trajet est édifiant, le véhicule tombe en panne à plusieurs reprises, des policiers marocains aident même à embarquer et à débarquer la voiture sur le bateau qui relie l’Espagne à Tanger.
La DGSE a-t-elle informé les autorités marocaines ? Difficile de penser le contraire tant la sécurité du royaume est l’un des fondements de la politique étrangère de la France. Ainsi, tout ce petit monde aide le véhicule chargé de mort à arriver à bon port. Pour le lecteur algérien, cela est d’autant plus choquant que l’auteur a des raisons de penser que les explosifs ont servi à l’attentat contre le commissariat central d’Alger sis au boulevard Amirouche, le 30 janvier 1995.
Des centaines de morts et de destins brisés auraient pu être évités, il suffisait pour cela d’arrêter le véhicule qui a pu traverser quatre pays sous l’œil complice des services secrets français et avec l’aide de policiers marocains.
De retour en Belgique, les trafics pour le compte du GIA s’intensifient jusqu’à ce que la menace commence à peser sur la Belgique et la France, le réseau est alors démantelé en mars 1995. Omar Nasiri et Ali Touchent échappent au coup de filet. Le quotidien La Libre Belgique rappelle que lors du procès qui suivra, un des frères de l’auteur l’accusera de les avoir trahis corroborant ainsi une grande partie du récit. Cela nous permet d’affirmer qu’Omar Nasiri est, en fait, Saïd al-Majda, dont les trois frères — Abdelfadel, Ali Mohammed et Youssef — sont, comme indiqué dans le livre, impliqués dans des affaires de terrorisme.
Grillé en Europe, Omar Nasiri est alors envoyé en Afghanistan pour infiltrer les camps d’entraînement.
De l’avis même de Michael Sheuer, l'ancien chef de l'unité de la CIA chargée de traquer Oussama Ben Laden, le récit d’Omar Nasiri/Saïd al-Majda est l’un des plus précis qu’il lui ait été donné de connaître, et est sans “équivalent dans tous les rapports des services secrets américains”.
Là encore, les détails fournis sont édifiants, notamment en matière d’explosifs, le niveau de sophistication atteint est inquiétant.
Que sont devenus tous les apprentis djihadistes envoyés, comme Omar Nasiri/Saïd al-Majda pour monter des cellules dormantes un peu partout dans le monde, et donc en Algérie ?
C’est, en, Grande-Bretagne qu’Omar Nasiri/Saïd al-Majda va mettre ses talents d’espion au profit de la DGSE et des services britanniques. Il infiltre les mosquées du Londonistan où il croise de nouveau Ali Touchent que la justice française recherche pour l’organisation des attentats de l’été 1995. Curieusement, l’un des hommes les plus recherchés à l’époque échappe encore à la vigilance de la DGSE. Piège.
Les portraits, qu’il dresse d’Abou Koutada et d’Abou Hamza, sont passionnants et leurs activités qu’il raconte aux services anglais et français ne les conduisent pas à mettre un terme aux activités mortifères des deux prédicateurs.
Les lecteurs algériens seront sans doute choqués d’apprendre qu’en 1997, Abou Hamza avait en toute impunité des discussions par téléphone satellite avec les responsables du GIA en Algérie sur la justification théologique des massacres collectifs de populations civiles à Raïs et Bentalha… rappelant une fois de plus, si besoin était, combien notre pays fut seul durant les années de larmes et de sang.
Adel Taos


Liberté du 03/12/06

Hors ligne

 

#5 04-12-2006 03:37:56

Marc
Membre Actif
Date d'inscription: 22-04-2006
Messages: 1065

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Où est-ce que l'on peut lire que Fronçois Gèze, directeur des édtions "La Découverte", a des liens avec la DGSE ?


"The pure and simple truth is rarely pure and never simple"
~Oscar Wilde

Hors ligne

 

#6 04-12-2006 10:37:16

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Salut,

Il faut connaitre la decennie rouge que l'Algérie a subi pour pouvoir comprendre comment le mécanisme d'intox c'est mis en route.
L'analyse de l'Aigle sur francois gèze et les Editions La découvertes ne sont pas méconnus de ceux qui connaisse ce dossier.  Gèze est tout sauf un sauveur, et bouffe à tous les rateliers, du moment qu'il puisse atteindre son objectif, à savoir, semer le doute dans des certitudes acquises et les relayer grace à ses éditions!!!  Voilà, en quelques mots, ce qu'est cet immonde personnage, pour qui,
le sang de + 200000 algériens ne méritent pas justice!!

A+


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

#7 04-12-2006 10:47:45

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Pour ce qui est des éditions "la découverte", ok, je veux bien. Mais concernant l'Algérie et son "vrai terrorisme", l'instrumentalisation et l'infiltration du GIA par les renseignements algériens ne fait guère de doute. (de même que le laisser-faire intéressé des occidentaux (anglais, français, américains; parfaitement au fait). Mosaddeq, que l'on ne peut guère soupçonner de travailler pour la DGSE dit la même chose: http://reopen911.online.fr/forums/viewt … p?id=2764.
Maintenant, qu'il existe de groupes terroristes "indépendants" de fanatiques, certainement; mais la question tient au fait des réelles responsabilités occultes quant aux massacres de populations en Algérie, suite à la victoire du FIS.

Dernière modification par Thibaut (04-12-2006 10:49:28)


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#8 04-12-2006 10:55:28

neon121
Membre du forum
Date d'inscription: 27-09-2006
Messages: 3409

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Cette these a pour origine de nombreuses interrogations des algeriens eux meme lors des attaques d un GIA.
Non intervention de l armee situe a quelques 10aine de mettre, reconnaissance de policier.

Mais tous ceci ne reste qu une these, et il faut le prendre comme tel.


+--++ 0 98 +++restons vigilant 5--+250+0-5

Hors ligne

 

#9 04-12-2006 17:49:11

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Des interventions,il y a eu .
A Benthala, il y a eu des policiers qui ont été tués au carrefour principal et la section ( car il n y avait qu une seule section,qui appartenait à l unité du train , contrairement aux ragots) a subit un feu intense .
La Jeep du lieutenant de cette section a recu une roquette de RPG (qui fort heureusement n apas explosé ) .
Donc,il y aeu intervention .
Mais que faire quand vous n avez pas le matériel , la nuit?
On en revient à l embargo .
Ce jour là, il y a ue des civils tués,mais aussi des éléments des services de sécurité.

En tout cas,je vois que le dossier est méconnu .
j evais essayer d etre le plus complet possible et d orgnaiser cela dans un nouveau post .
je commencerai  par le tout début du  terrorisme en Algérie  (1981-82 et oui, et non 1992 ) à aujour dhui, des intox,des soutiens de services étrnagers d,e la manipulation,des on dit de, faits, des difficulté sde la lute anti terroriste .
Au travers du terrorisme en Algérie, j espere que vous prendrez conscience des manipulations des médias occidetaux, des jeux des services étrangers,cde ce qu est un vrai terrorisme ( sa loingueur, sa guerilla ,sa difficulté,ses modes de recrutements,ses soutiens logistiques, ses réseaux, ses vitrine spolitiques).
Et une fois fait, vous comprendrez mieux à quel point l Algérie a fait consensus pour etre un laboratoire du terrorisme(pour reprndre l expression de Hassan II ) , qu el Algérie a fait consensus dans son islomement,pis, dan sle soutien que de spuissances étrangères ont trouvé ( notamment en les liant avec des ennmmis intérieurs).
Et j espere que vosu comprendrez dès lors,pour les sceptiques,que ce qu on appelle aujourd hui  terrorisme( en évitant d y inclure le plus souvent l Algérie ) , n a rien à voir avec un terrorisme.
Soit,il s agit de mouvements de résistances,soit il s agit d événement isolés recquerrant les moyen sde services que seuls des pays comme les USA disposent .

Je ne sais pas combie de temps cela prendra pour le mettre en ligne,mais j espere faire quelque chose de digest , et complet .

Hors ligne

 

#10 04-12-2006 21:51:47

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

laigle, je ne comprends pas exactement à quoi tu veux en venir...
il existe de nombreux articles de journalistes chevronnés qui montrent l'implication des services de renseignement et des militaires algériens dans des massacres de populations civiles (dont robert Fisk, par exemple, pour ne pas répéter des noms déjà cités plus haut). Qu'il y ait des groupes terroristes algériens non infiltrés et des exactions commises par ceux-ci, c'est certain, mais cela ne change rien au fond de l'affaire de l'instrumentalisation du terrorisme, et des complicités -voire de l'exécution par certains militaires algériens eux-mêmes-  gouvernementales, que ce soit en Algérie, en Angleterre, et même en France. (voir Mosaddeq)

Dernière modification par Thibaut (04-12-2006 23:45:02)


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#11 04-12-2006 23:27:54

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Laigle, sur Benthala, je ne partage pas ton avis. 
Comme l'a si bien raconté Nesroula Youss dans son livre "Chronique d'un massacre annoncé", il ne parle nullement d'intervention de l'armée, et pire, il revèle que des citoyens ont été empêché, et ce très durement, par les militaires en place, d'intervenir et d'aider les pauvres malheureux en train de ce faire massacrer, et pour etre plus exacte, toujours selon son livre, de se faire égorger à la chaine, les uns après les autres!!!!!!!!!
Je ne sais pas d'ou tu tiens cette infos, mais elle semble totalement erronée.  Je ne mets pas en doute la complicité de certaines puissances dites étrangères, mais ce massacre a été perpétré par ces chers(chiens) de généraux, la preuve en est, qu'il cite que durant ce massacre, un helicoptere militaire survolait Benthala!!!! Ce sont ces généraux les premiers génocidaires du peuple algérien, pour garder la main mise sur les pétro-dollars ainsi que tous les trafics dans lesquelles ils sont mélés.  Pour cela je te conseille comme lecture ce site http://www.anp.org, qui en dit long sur une partie visible de leur avoir!!!!!!

A+


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

#12 04-12-2006 23:51:24

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

merci pour le lien, BlackDjal

pour Gèze, et ses liens avec la maison d'édition susmentionnée... des infos?
Je comprends mal ce que la DGSE a à gagner en révélant (ou aidant à faire connaître par cette maison d'édition citée plus haut -cfr laigle) les turpitudes des généraux algériens, d'autant qu'elles semblent avoir l'aval -au moins tacite, des autorités françaises.

Dernière modification par Thibaut (04-12-2006 23:52:50)


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#13 05-12-2006 00:10:23

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

BlackDjai a écrit:

Laigle, sur Benthala, je ne partage pas ton avis. 
Comme l'a si bien raconté Nesroula Youss dans son livre "Chronique d'un massacre annoncé", il ne parle nullement d'intervention de l'armée, et pire, il revèle que des citoyens ont été empêché, et ce très durement, par les militaires en place, d'intervenir et d'aider les pauvres malheureux en train de ce faire massacrer, et pour etre plus exacte, toujours selon son livre, de se faire égorger à la chaine, les uns après les autres!!!!!!!!!
Je ne sais pas d'ou tu tiens cette infos, mais elle semble totalement erronée.  Je ne mets pas en doute la complicité de certaines puissances dites étrangères, mais ce massacre a été perpétré par ces chers(chiens) de généraux, la preuve en est, qu'il cite que durant ce massacre, un helicoptere militaire survolait Benthala!!!! Ce sont ces généraux les premiers génocidaires du peuple algérien, pour garder la main mise sur les pétro-dollars ainsi que tous les trafics dans lesquelles ils sont mélés.  Pour cela je te conseille comme lecture ce site http://www.anp.org, qui en dit long sur une partie visible de leur avoir!!!!!!

A+

Parlons en du site anp.org.

Il est hebergé en allemagne ave cun certain nombre de sites ( dont le fameux El Azzam qui a sauté quelque sjours après le 911).
Le frère de l un des webmasters est l auteur de la ssassinat à ALger d un colonel , avec un fusil à pompe acheté en région parisienne ( je crois à Orly ) .
il est membre du FIDA ( Front Islamique du Djihad armé) .
Je n ai plus les noms(car je ne peux pas tout emagasiner, mais à l occasion,je retrouverai ca, j espeère) .
Bref,ce genre de site ou algeriawatch.de (qui se veut soit disant neutre...) , ne valent pas un kopeck en matière de crédibilité .
Quant à benthala, je t en ferai un analys edan sle détail et tu evrras que les " je crois , je pense que , je ceci " de Yous ne pèsent pas .

D ailleurs,pour ce qui est de Benthala, je peux même ,quand je remetrai la main dessu,t edoner le nom des terroristes qui y ont participé,ceux qui ont été abbatus ( durant le msaacre ou lors des jours qui ont suivis lors des diféfrentes opérations de poursuites) ainsi que le nombre de morts .
D ailleurs, il y a nombre de vidéos montrant des opérations de recherches après le massacre, les cadavres des tangos, les aveux de terroristes impliqués ( il y aue également un documentaire sur le sfmmes terroristes ,do,nt une ,violée, avait été forcée de participer à ce massacre ) .

J incluerai tout ca dans le dossier .
Quant à mes informations,elles ne viennet aps de Envoyé sioniste,de RSF (qui disait que les journalistes se faisanet tuer par l ANp alors que ce smêmes journalistes criaint que l on ne pourra pas dire qu on ne savait pas que les terroristes les tuaient ) , ni ne viennent du FFS .



Imagine un peu la situation : il fait noir, les terroristes agissent comme des poissons dans l eau grâce aux complcité à l intérieur des localités .
Qu est ec que tu vexu faire?
Lacher des bombes et tout raser ?
tirer dans le tas?
heureusement que le sgroupes de légitime défense ont pu ralentir la progression,ces groupes que les copains de Yous s ervetuent à appeler "miliciens".
Je rappelle,que Benthala est situé entre Alger et Chréa,point de passage entre les refuges de sterroriste set la capitale.
Celui qui maitrise cette zone, gagne le leadership terroriste .
Benthala est une opération dune faction terroriste ( GIA clan Zouabri ) contre des gens qui ont soit , enelévs leur soutien,soit ont rejoint ou soutiennent d autres groupes .



Si on fait un analyse macabre,on s appecroit que là où il y a eu le plus d assainats,c est lors des années 1993-95 , y compirs pour les civils.
Et lors de cette période,il n y avait que rarement de massacres ocllectifs .
Si on fait una analyse militaire, à partir de décembre 1994 il y avait une certitude à tous les secteurs opérationnels : les gens ne savaient aps si demain ils seraient vivants,mais ils savient que le sgroupes terroristes ne pourraient plus gagner militairement.

De plus,en 1995 , le Peuple Algérien a envoyé un mesage clair à tous ceux qui attendaient que l Algérie,tel un fruit pourri,tombe :le peupel Algérien en très grande majorité , a dit merde aux terroristes .
Donc,envisageons cette théorie, ne regadrons plus les faits  : quel serait l interet de massacrer une population qui vous est acquise ?
S il fallait faire ce genre de saloperies,c était au début du terrorisme qu  il fallait le faire ,pas en 1997 ou 1998 .
juste quelques chiffres : en 1994 , il y a eu plus de 6000 citoyens civils tués (très peu dans des massacres collectifs)
Ces chiffres prouvent que les groupes terroristes avaient perdu de leur pouvoir de nuisance .
les grands massacres étaient des opérations terroristes,engagés, en despeoir de cause, afin de tenter de retourner la population à son avantage .
Sans succès .



J y reviendrai plus dans le détail.


Mais je puis t assurer , et là , j engage ma crédibilité,qu aucun , je dis bien aucun ,des massacres n a été perpétré,organisé, de près ou de loin,par une quelconque unité militaire .

Hors ligne

 

#14 05-12-2006 10:45:39

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

RE wink,

Imagine un peu la situation : il fait noir, les terroristes agissent comme des poissons dans l eau grâce aux complcité à l intérieur des localités .
Qu est ec que tu vexu faire?
Lacher des bombes et tout raser ?
tirer dans le tas?

Ca, c'est exactement la version officiel que les relais gouvernementaux nous ont lachés pour justifié leur inaction.  Donc, si je comprends bien, quiconque veut envahir l'Algérie, fait sauter les centrales electriques, et notre armée reste clouée dans ses casernes  de peur de tuer des innocents ????  Ca, c'est franchement fort comme excuse bidon, sans vouloir te vexer.
Le massacre a durer plus de 3 HEURES, et pendant ce temps, ils n'ont trouvé aucun moyens de les arrêter sous pretexte qu'il faisait noir ???? C'est inacceptable de la part d'une armée sensé protégé le peuple de toute agression, extérieure ou intérieure!!!

Sérieusement, tu ne trouves pas cela grossier comme justificatif, sachant, d'autant qu'ils disposaient de groupe electrogènes mobiles !!!!!!!


Quant à mes informations,elles ne viennet aps de Envoyé sioniste,de RSF (qui disait que les journalistes se faisanet tuer par l ANp alors que ce smêmes journalistes criaint que l on ne pourra pas dire qu on ne savait pas que les terroristes les tuaient ) , ni ne viennent du FFS

Elle viennent d'ou, justement ???? C'est cela qui m'inquiète, car ton discours ressemble étrangement aux discours officiels de l'ANP, sous le commandement des généraux NEZZAR, LAMARI & Co de cette époque qui sont les fossoyeurs de l'Algérie!!!!!

Mais je puis t assurer , et là , j engage ma crédibilité,qu aucun , je dis bien aucun ,des massacres n a été perpétré,organisé, de près ou de loin,par une quelconque unité militaire .

Je ne disconviens pas et je ne t'ai jamais dit que des unités dite "officielles" de l'armée y était pour quelque chose!!!  Je dis simplement que ces massacres ont été commandés et téléguidés par ces (crapules de) généraux et exécutés par certains membres de la Sécurité Militaire infiltré au sein du GIA, sachant que ce mouvement a été initié par eux pour se débarasser dans un premier temps de l'AIS, des opposants du régime,  et faire régner la terreur auprès des villes et douars qui avaient voté massivement pour le FIS.
Le GIA est une création de la Sécurité Militaire, qui etait et est toujours sous le commandement de Mediene (dit Toufik) et de Smain Lamari!   C'est une arme qu'il ont utilisé pour instauré la peur auprès des citoyens afin de régner sur le pays en pachas. Une fois  que leur secret fut percé, le GIA casi dissous, ils nous ont fabriqué le GSPC, qui comme par hasard, a fait son allégeance à Al Quaida peu de temps après les attentats du 9/11!!! Quand on sait ce qu'est Al Quaida, on comprend ce que représente de GSPC.

Ce site parlant du 9/11, je ne voudrais abuser de la cordialité de ses webmasters en developpant une thèse hors sujet. 

Dommage qu'il n'existe pas de forum réellement conçu pour, de façon à ce que nous puissions étayer nos vues sans pour cela
squattés un espace qui n'est pas prévue pour cela.  Mais si tu connais l'adresse d'un forum ouvert à ce genre de discussion spécifique à l'Algérie, donne moi le lien, est je me ferais un plaisir de developper mes arguments.

A+

Dernière modification par BlackDjai (05-12-2006 11:00:54)


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

#15 08-12-2006 19:48:44

andreasvb
Membre Actif
Lieu: Bretagne
Date d'inscription: 15-05-2006
Messages: 95

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Un article d'actualité sur le même sujet. Il s'agit d'une interview d'un des auteurs du bouquin:

"RAS en Françalgérie"
http://www.cequilfautdetruire.org/artic … ticle=1202


La guerre, c'est la paix - La liberté, c'est l'esclavage - L'ignorance, c'est la force
George Orwell

http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=1009

Hors ligne

 

#16 23-12-2006 20:26:19

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Merci andreasvb ( Andreas Von Bulow ? tongue) pour ton lien.
Pour le plaisir, je cite la conclusion de cet article :

"Quelles seraient les futures étapes pour un vrai débat sur la Sale guerre ?

Paradoxalement, la vérité fait son chemin en Algérie, mais la chape de plomb perdure en France. Or, à moins d’une remise en question radicale du verrouillage des médias, il ne faut pas espérer voir émerger un vrai débat. Que TF1 désinforme est dans l’ordre des choses, vu les intérêts de Bouygues en Algérie, mais que France 2 - télévision payée par les contribuables pour qu’elle leur propose une information digne - relaie sans bémol la propagande d’un régime comptable de crimes contre l’humanité est assez sidérant. Avant d’espérer changer les dictatures en Afrique, il faudrait militer pour que la rédaction de France 2 fasse un travail honnête. Il est là le combat primordial. Le reste irait ensuite de soi."

Beaucoup d'entre nous ont halluciné quand ils ont pris conscience du vérouillage des médias en ce qui concerne le 11 septembre...Et bien, en ce qui concerne la politique de la France en Afrique, c'est tout simplement du délire : je m'intéresse au sujet depuis plusieurs mois ( faut savoir se changer les idées ) et je peux vous assurer que c'est réellement écoeurant...
Par exemple, la France a soutenu le régime hutu extrémiste jusque et pendant le génocide tutsi qui débuta le 7 avril 1994...
Des militaires français ont formé, entrainé ceux qui plus tard ont participé au génocide tutsi.
La France, contrairement à la Belgique, aux USA, à l'ONU n'a jamais demandé pardon au peuple rwandais alors que sa responsabilité est terrible dans ce génocide ( 800 000 morts en 3 mois, 800 000... ).

Quelle a été la défense de la France ?

Ben, pour ne pas être accuser de complicité de génocide, le plus simple est de relativiser le génocide, voire de le nier purement et simplement...
- Par exemple, en parlant de génocide au pluriel ( tutsi et hutu ) : imaginez un peu si des juifs en 44 avaient formé une rébellion et avaient contre-attaqués les nazis...considèrerions-nous ces juifs comme des génocidaires pour avoir tués des nazis en tentant de stopper le génocide des juifs en Europe ???
Et bien, c'est ce genre de "révisionnisme" auquel se sont adonnés Mitterand, De Villepin, Le Monde, Marianne, Le Courrier International ( etc ) à l'époque...
- Le Monde a attendu le 2 juillet 1994 (trois mois après le début du génocide soit au moment ou celui-ci s'achevait) pour utiliser le terme de génocide afin de décrire ce qui se passait au Rwanda.
- certains (le juge Bruguière, Pierre Péan...) tentent de diculper la France en attribuant l'attentat du 6 avril 1994 contre le présisent rwandais Habyarimana au FPR ( tutsi et hutu modérés en exil qui interviennent pour stopper le génocide ). En gros, d'après eux l'attentat avait pour but de déclencher le génocide des tutsi afin de donner un prétexe au FPR de s'emparer du pouvoir...Et donc finalement, si il y a eu un génocide, c'est de leur faute !!!
Imaginez qu'un groupe de bretons assassine Chirac et que dès le lendemain la France entière fasse des barrages sur les routes, arrête tous les bretons et les massacre à la machette.
Pourrait-on dire sans sourciller que les responsables du génocide sont ceux qui ont perpétré l'attentat contre le président ???

C'est pourtant ce que sous-entendent certains...alors que la population hutu était littérallement conditionnée depuis des mois à hair les tutsi, ces "cafards", ces "cancrelats".
Un tel génocide ne s'est pas fait sur un coup de tête : il a été pensé, planifié, préparé des années à l'avance... Des responsables d'ONG ont même tiré des signaux d'alarme dès 1993... en vain :
http://www.dailymotion.com/video/xu91j_ … e224011993 ( à voir ABSOLUMENT...)

A l'heure actuelle, les responsables de l'attentat n'ont toujours pas été identifiés : vous voyez l'enquête du juge Bruguière ? Et bien, c'est un peu l'équivalant du rapport de la commission d'enquête sur le 11 septembre...c'est dire l'objectivité de celle-ci...
Et là encore, le rôle de la France dans cet attentat n'est pas du tout clair...

Bref, nous avons là dans cette histoire toute une série d'écrans de fumée destinés à cacher l'implication de notre pays dans ce génocide.
Exit les ventes d'armes de la France au régime extrémiste hutu pendant le génocide, exit la formation des miliciens Hutu extrémistes par des militaires français, exit le rôle de la BNP, exit tout simplement la responsabilité du gouvernement français dans ce génocide...et j'en passe et j'en passe...

Un espoir toutefois : 12 ans après les faits, la presse française parle de plus en plus ( c'est bien sûr relatif ) du "rôle trouble" qu'a joué la France dans cette tragédie...mais bon, c'est pas gagné, les résistances sont encore énormes...
S'intéresser au 11 septembre est une bonne chose bien sûr mais celà ne devrait pas nous faire oublier que notre pays a aussi son côté obscur et qu'il est de notre devoir de citoyens, d'êtres humains de réclamer des comptes à ceux qui nous gouvernent : si on le fait pas, qui le fera ?
Certainement pas les médias, alors putain de merde, il faut se réveiller, il faut cesser de râler seul dans son coin, il faut s'organiser, militer, protester, écrire aux médias, gueuler, leur hurler à la gueule :

                                                             PAS EN NOTRE NOM

800 000 morts, femmes, enfants, vieillards tués parcequ'ils étaient pas bien nés : voilà leur unique crime.

Pour avoir un bon résumé sur le rôle plus que trouble de la France dans ce génocide, je vous conseille vivement de lire cet article :
http://www.lidiotduvillage.com/article. … ticle=3684

Si vous ne connaissez pas Verschave, je vous conseille très, très fortement de l'écouter : la conférence suivante est bouleversante :
http://www.bibliotheque-sonore.net/afri … index.html

PS : comme pour le 11 septembre, il y a eu une commission d'enquête (mission d'information parlementaire sur le génocide au Rwanda ) et savez-vous qui l'a présidé en 1998 ?
Paul Quilès, ancien ministre de la défense (1985-1986)...
Et on se fout de la gueule des américains ?
Comment expliquez-vous que celà n'est pas fait  scandale à l'époque en France ?

Et ceci n'est qu'une partie du rôle de la France en Afrique...

Tout ça me donne envie de pleurer ou de vomir...c'est selon les jours.

Dernière modification par Zorg (07-01-2007 12:10:49)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#17 24-12-2006 04:08:17

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

andreasvb a écrit:

Un article d'actualité sur le même sujet. Il s'agit d'une interview d'un des auteurs du bouquin:

"RAS en Françalgérie"
http://www.cequilfautdetruire.org/artic … ticle=1202

N importe quoi .
El Para n a jamais fait partie des services de rensigenments ALgériens.
Il n a pas les capacaités  intelectuelles.
Il s était engagé pour être parachutiste et il s est fait éliminé à l école d application des troupes spéciales de Biskra en 1989.
Il n a jamais été breveté et n a jamais porté donc le beret vert des forces spéciales .
même avec un accrochage avec les services de sécurité Tchadiens , le fils de colon , nostalgique de l ALgérei francaise et sioniste Rivoire, trouve le moyen , en s appuyant sur un Algérien made in zizi L Hocine ( vous ssavez, le type patron du FFS,qui serait pre^t à couler l Algérie pour pouvoir en etre le patron) trouve le moyen de faire passer ses conneries.
Qu on demande aux éditions la Découverte pourquoi elles ont pondu aussi vite un bouquin pour essayer nosu dire que si si , le 911 est un vrai acte terrrosite.
Et pourquoi dans le cas de l Algérie , en dépit d un terrorisme qui continue à frapper,palpable (encore plus palpable si ceux qui veulent s en rendre compte,penent leur ocurage à deux mains et se balladent dans des endroits que je peux très bien leu recommander ) .

Enfin, c ets pa snouveau, ils n aiment l Algérie,seul pays souverain, et ils feront tout pour faire tomber son bouclier , à savoir l ANP .
Qu ils aillent au diable , le monde tourne .
on peut très bien frapper depuis 1830 et ne plus pouvoi etre capable d assener des coups un jour où l autre, quelque soit le scoups,quelque soit la forme ,quelque soit leur dureté.

Hors ligne

 

#18 24-12-2006 18:12:51

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

laigle a écrit:

andreasvb a écrit:

Un article d'actualité sur le même sujet. Il s'agit d'une interview d'un des auteurs du bouquin:

"RAS en Françalgérie"
http://www.cequilfautdetruire.org/artic … ticle=1202

N importe quoi .
El Para n a jamais fait partie des services de rensigenments ALgériens.
Il n a pas les capacaités  intelectuelles.

Ca par contre, c'est vraiment du n'importe quoi!!!!
Depuis quand faut-il un QI relativement elevé pour faire parti de la SM ???
Pourquoi, quand tu fais parti de la SM, tu le cris bien fort ou tu en fais la publicité, surtout si tu veux créer un mouvement soi-disant islamiste ??? Comment ferais-tu pour manipuler la crédulité de certains deçus du système si ils connaissent ta provenance ?????

El Para, était bien un élément de la SM, d'ailleurs, ou est-il actuellement ??? L'analyse faite sur le lien ci-dessus citer par andreasvb, et particulièrement plus proche de la vérité que ce que tu nous assènes depuis le début.  L'ANP, dont tu parles si fièrement, est prise en otage par des généraux véreux, ça c'est une réalité!!!! Si tu ne convient pas ou ne partage pas les idées de ces charognes aux commandes, tu es mis en retraite anticipé, ça c'est une vérité connu pour tout algérien connaissant son pays, et j'en suis un !!!

Je te dis ca, car je connais l'ANP à travers des personnes qui y sont encore, d'autres qui n'ont font plus parti parce qu'ils dérangeaient !!!! Et les membres de la SM, j'en connais aussi, et crois moi que leur discours est assez surprenant!!! Tu peux peut etre amener la confusion pour celui qui ne connait pas le dossier algérien, mais permets moi de te dire, que ce dossier, je le connais plus que très bien, et tu es loin de la réalité!!!! Comme je te l'ai déja signalé, j'ai l'impression que ton discours est le calque du discours des officiels aux ordres!!! STP, pas de ça ici!! Je t'ai déjà dit dans le post précédent, que si tu connaissais un forum sur lequel nous puissions débattre de ce sujet, donne moi le lien, et  je me ferais un plaisir de 'démonter' toutes tes affirmations que tu essais de faire passer pour des vérités qui n'en sont vraiment pas!

Bien sur, concernant le massacre de Benthala, j'attends toujours ta réaction concernant cette énormité qui est "ce manque d'éclairage qui fait qu'ils n'ont pas pu intervenir".  C'est vrai qu'il est plus facile de nier ou cacher la vérité,  comme le font très bien nos généraux véreux, plutot que d'y faire face comme certains dissidents on le courage de le faire!!!

@+

Dernière modification par BlackDjai (24-12-2006 18:29:47)


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

#19 24-12-2006 20:52:42

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

« Ca par contre, c'est vraiment du n'importe quoi!!!!
Depuis quand faut-il un QI relativement elevé pour faire parti de la SM ??? »

Ce n est pas pour rien qu on appelle les services de renseignement « intelligence » .
Tu penses que le premier larron venu est capable d en faire partie ?
Les gens qui font partie des services de renseignements, quelque soit le pays, sont parmi les gens les plus intelligenst du monde, ultra connaisseurs de la nature humaine, spécialiste d un domaine, de compétence à un très haut niveau en général.

« El Para, était bien un élément de la SM, d'ailleurs, ou est-il actuellement ??? »
En prison et j’espère bien que cette fois ci Bouteflika ne vas pas faire chier le monde,de manière à ce que ce type soit condamné à mort .
Et j’espère exécuté,en dépît du fait que la condamnation à mort n est plus appliquée (si cela avait été le cas, on aurait pu éviter que des conards comme Merzag et autres Layada puissent etre libres, à cause de l manéstie de Bouteflika et revendiquer avec arrogance leurs crimes) .

«Et les membres de la SM, j'en connais aussi, et crois moi que leur discours est assez surprenant!!! »
La règle numéro 1 , inviolable,quand tu fais partie d un service de rensiegnementc, est que même ta mère ne doit pas le savoir .
Des gens qui font  « partie de la SM » ,des gens qui se disent membres des forces spéciales ou qui ont abbatu 56 terroristes,j en connais à la pelle .
Je leur dis «  oui, oui   »et c est tout,je ne vais pas me casser la tête à leur dire «  écoute,tes récites,tes conneries, c est de la fadaise et tu me fais bien rigoler ».

« Si tu ne convient pas ou ne partage pas les idées de ces charognes aux commandes, tu es mis en retraite anticipé, ça c'est une vérité connu pour tout algérien connaissant son pays, et j'en suis un !!! »
Avant de dire de telles choses, il faudrait d’abord connaiter comment fonctionne l ANP .
Et savoir de quoi on parle .
Pour les promotions aux postesd officers généraux ,c ets le chef de l état  qui décide, mais le corps lui soumet des propositions qui ont fait consensus .
Pour les officers supérieurs , l ANP a un plus grand pouvoir de décision .
Parfois, malheuersuement,il y ades luttes claniques , comme il peut y en a avoir dans une entreprise .
C’est ainsi que le Commandant Moulessehoul ( connu sous le nom de Yasmina Khadra, son nom d écrivain qui n est autre qu ele nom de son épouse ) aurait mérité vingt mille fois d être colonel .
Mais c est ainis .
Mais je ne vois pas ce qu un problème de type management des ressosurces humaines vient faire là dedans si ce n est d’etre une charge accusatrice supplémentaire, dont le but etre de noricir encore un peu plus l’image stéréotypée de l ANP auprès de ceux qui ne la connaissent pas,et en définitive,faire accepter des idées qui ne reposent que sur du vent .

Hors ligne

 

#20 24-12-2006 22:16:23

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Massacre de Benthala :
Terroristes arretés epu après le massacre ou pendant le massacre:
-    A Rabbah dit Abou El Hachem
-    A rabbah dit Abou EL Hassen
-    C Youcef
-    G mohamed (dit Abou Youcef , à ne pas confondre avec celuiquia été abbatu qui était originaire de Mebracia) 
-    K Merouan
-    K Merouan
-    K Wahiba ( dont le témoignage a été diffusé à la Tv)
-    OH Zohra allias Nacera , témoignage diffusé. Elle a participé au faux recensement afin de reperer les victimes , celles qui devaient étre égorgées et épargner les familles du groupe terroiristes tendance Zouabri .

Terroristes abattus au cours du massacre :

Abou Said ( Château rouge,banlieu d Alger)
Ait Hammouda mohamed (alias Toufik)
Boudriche Hocine  alias batcha
Les frères bougazoula Taher et Nacer
Fegas Smail dit About Mourad
Hamouche Boudejemaa
Hocine Houaoura
Oubeida ( de Oueld Allel, également enterré là bas, son corps ayant été réccupéré par les terroristes)
Selmai Mohamed (émir de Château Rouge)
Youcef également connu sous le nom de Abou Youcef
Dont au moins 6 par le spatriotes (ceux là même que les «  qui tue qui ? » appellent miliciens avec mépris.


Les terroristes dont les recoupements, arrestations, repentis ont permis l identification ou la connaissance de leur participation au massacre :

Abdelfateh (hadjout/Wilaya de Blida)
Abdelfateh (Cherarba /Wilaya d Alger)
Abdenacer(r’Mili/Blida)
Abou Djounana (haouch gros/Boufarik/Blia, meme bled que Zouabri )
Abou Hamza (R Milli /Blida , à ne pas confondre avec Abou hamza de son vrai nom Hassan Hattab )
Abou Saad (Baraki même , c est à dire originaire de l’endroit où il y a eu le massacre et connupar lapopulation pour être terroriste)
Abou Rouaba (Boufarik /Blida )
Abdel halim,dit Adlem ( Blida )
Aguenini Yacoub ( il avait un rôle « d’émir », ses aveux ont été diffusés à la TV )
Aliouet (Boufarik/Blida)
Allel Mourad
Allel Omar
Allel Rachid (même famille ,originaires de Baraki )
Alloul mohamed alias Abdelrahim ( émir )

Bechroul Mouloud (Baraki )
Belhacen Samir alias El Irbadh
Bendjerda Fraid
Benzine Rachid (boufarik/Blida , role d emir)
Beziou Hocine Mossab (abbatu à Bougara , photos et vidéos de son cadavres diffusées par la presse)
Bouchachia Mohmaed (coordinateur pour le groupe de Chréa,faisant partie d une katibbatr directement sous les ordres de Zouabri)
Bougurroumi alias Saad
Bouhmara  kamel
Boukours Abdelmadjid
Boukhelfa Abdelakder  alias Abou Tourab à ne pas condondre avec Rachid Oukali, dit Abou Tourab, devenu émir national du GIA à la mort de Zouabri .
Boukraib Farid
Bouslimani Ali (-lui aussi , dit Abou Tourab ) , son frère , Bouslimani Mohamed, dit Abou Thala , et Bouslimani Chaabane , dit Choueib
Bouzid Abdelarahmane
Brafta Aissa (émir)
Charrati Brahim
Chergui Abdelahakim
Derbal Oussama
Djilali (R Mili)
El Harreth ( Amara Moussa)
Feggas Samin
Guelbi Nourredine
Guezali Farid alias Abou Souheib ( je crois qu il a été abbatu à Oued Allel )
Hammouche moiussa dit Khali ( tonton , émir)
Houdaifa
Kaakaa ( oued Allel ; à ne pas confondre avec Kraaka , qui lui activait à Oran puis à Rélizane une fois identifié )
Kalil Fraid
Kebaili Mohamed dit Layachi
Lakhrif Ali
Laoufi Mohamed
Lekfir Abdelnassar
Lyes (Baraki même)
Maache Ahmed
Mehdi Mohamed ( alias Abou Oussama)
Melkhalfia Mohamed ( Alias Lhimda ,diminutive de Abdel Hamid , ce qui devait être son nom de terroriste)
Misraoui Abdenasser
Mohamed dit El Khadar (Bougara)
Mostefaoui Ahmed
Mouaouia (Sidi Moussa)
Nekati Ali (Alias Khrif)
Omar (Labazziz)
Otaba (Koauacem/Chelf)
Othmane (Boufarik)
Ould Zakaria Kamel
Rachid (Copain de Zouabri, origniaire du même quartier de HAouch Gros)
Rahmouni Abdelakder (émir)
Rahmouni Hamidou (frère de l émir)
Reda (Ben Achour /Blida)
Robai dit Okacha,abbatu à l est d Alger  opération médiatisée, photos nombreuses des corps .

Saad (kouba /Alger)
Saoudoune Hacène
Seghir Mohamed
Selmi Mohamed(émir)
Senkhaoui Rabah
Serguini Mohamed (émir et son frère mourad , dit About Kotada (abbatu à l est d Alger )
Tacoubi dit Abou Hafs
Tengali Abdelhamid
Yoacoub (Birkhadem)
Yazid Bou Arfa /Blida)
Zakaria (Ben Achour /Blida)
Ziane Lyes
Zidane Sofiane .

La plupart des terroristes abbatus l ont été dans les semiane ste mois qui suivirent le massacre .
Certain l ont été à Oued Allel  .
D autres l ont été dans l opération du GIS à Bab Ezzouar .
D autres ont été éliminés à quelques kilomètres de de Bouffarik,dans une ferme abandonnée ( c était une unité d un régiment d infanterie mécanisée de la 8 division blindée qui a fait l’assaut .Devant le danger , deux hélicoptères ( Un Mil Mi 24 Hind et un Mil Mi 17 Hip sont intervenus : 14 terroristes éliminés) .

Une autre opération , que certains appellent la bataille des égouts a permis l arrestation de 17 terroriste et l élimination de 3 .
A chaque fois,ces opérations,de recherche des criminels qui ont opérés les massacres de Benthala et/ou Rais (certains ont participé aux deux massacres) ont été médiatisée.
Il ya pléthore de témoignages ,d aveux .
Les cadavres des terroristes ont souvent été exposés à la presse .

Mais rien n y fait .
Les média sinternatioanxu étant aux mains de qui ont sait , et vue qu ils ont décidé que ce serait comme ca,peut importe le nombres de preuves,de faits d éléments, y aura toujours quelqu un de bien attentionné ou pas, pour avaler ce qu ils disent .
Et Von Bulow, au leiu de repeter comme un perroquet,il ferait mieux de s interroger au rôle du BND dans le soutien au terrorisme en Algérie .

Dernière modification par laigle (24-12-2006 22:17:16)

Hors ligne

 

#21 24-12-2006 23:36:53

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

A propos de Yous , quelques phrases de son bouquin ,pour bien voir la manip(lui mêm manipulé par Les Editions LA Decouverte, qui appartienent à Canal +et utilisé par Envoyé Spécial  .Bref,le pot pourri sioniste ) .

"A Benthala ,les premiers groupes armés commencent à s installer dans les vergers ,; ils construisent des casematent,invstissent le grand oued à l ouest de notre quartier " "Rapidement,ils sont acceptés, soutenus et aidés par la population ".

Ensuite ,le changement de comportement de la popualtion vis à vis des terroristes:
"Peu à peu , la pression monte dans la population, car nous apprenons que des civils sont tués parec qu ils ont été surpirs en fumant ou bien parec qu ils travaillent pour l administration".
"La pression des groupes nous met les nerfs à vifs"

En octobre 1994 également,les terroristes venus à plus d une centaine,ont pri sles deocuments d identités de nombreux citoyens .Et plusieurs membres de ce groupe sont connus de la population,car originaires de l endroit même u des environs.
beaucoup ont fuit après cet enlevement des papiers didentité (tient donc, sont plus accueillants envers les terroristes).
Il parle également de la vie de plsu en plus dure, due aux atatques des terroristes contre les services publiques les entreprise spubliques.

"La groupes armés pratiquent la politique de la terre brûlée ".
"La vie dans toute la Wilaya de Blida ,Médéa,Meftah et les banlieues sud et est d Alger ,dont Baraki et Benthala devient infernale Après l intrusion , en octobre 1994, de sgroupes qui nous ont enlevés les papiers et l assassinat des voisins , notre enfermement s'est accru .Nous étions déjà marginalisés géographiquement mais là, avec la peur et le diktat des groupes,c est un isolement complet ".
Ensuite,il aborde l amélioration de la situation sécuritaire :
"Début 1997,les militaires osent même sortir de leurs casernes à pied pour effectuer des contrôles .Généralement ils sont entre ving et trente(c  a d une section )et essaient de se rapprocher de la population , qui est lasse des incursiosn des groupes armés( le divorce entre la population de Benthala et les groupe sterroristes est consummé, et c ets ca qui va etre fatal à beaucoup de gens qui vont subir la vengeance des groupe sterroristes) .


"une certaine confiance revient à Benthala .La vie sociale reprend peu à peu "
"les GIA ne s 'aventurent plus dans Benthala: il n y apkus de barrages et les hommes armés ne vienet plus s'approvisionner chez nous .Certes, ils font encore des attentats et ils mènent des incursions dans nos quartiers ,mais la situation a considérablement évolué .l'atmosphère commence à se détendre ,parec qu il n y a plus cette présence quotidienne des groupes".

Après le divorce entre le sgroupe set la population ( qui était soit complice,soit non hostile ouvertement ) , la premiere vengeance et avertissement des terroristes tombe :
premier massacre fin Novembre 1996:13 morts .
Si vous n este spas avec nous,vous etes contre nous 'Cf les nombreux communiqués du GIA ayant ex communié tous les gens ne supportant pas leur groupe ).

"Cette tuerie a des répecrussions considérables dans leur perception de la situation générale .Certains se révoltent et veulent avoir de sarmes ".


voilà,non seulement les citoyens ne veulent pas se soumettre aux menaces du GIA,mais en plus,ils le défient et forment des groueps de légitime défense( "ceux là même que les " qui tue qui," insultes de milciens et qui ont pourant défendu leur honeur et celui de leur prôches) .
"Plus la population prend ses distances vis à vis des groupes ,plus la pression sur elle s'exacerbe".

Voilà quand Nous raconte ce qui s ets passé, cela coorbore l histoire du phènomene terroriste en Algérie,dont j ai fait la description dans dauters post.

Passons maintenant à son interprétation de Yous,pour des raions idéologiuqes et probablment un bon coup de manip :


"Je ne comprend pas pourquoi le smilitaires ne sont pas venus à bout des groupes de notre région " et il écrit également pas très loin " Parralèlement à ce déploiement militaire ,nous avons l impression qu'un changement radical s'effectue au niveau des groupes armés .les terros que nous connaissons sont liquidés par l armée ou par dans des réglements de comptes....De fait à partir de 1996,les groupes islmaistes armés ne s'aventurent plus dans Benthala " .

tient donc, d un coté , ils ne se font pas éliminés, et de lautre,ils se font éliminés.
Vonyons,M Gèze,vous qui êtes un manipulateur professionnel, vous auriez pu voir là qu il y avait un problème.

Autre chose,sur l identité des terroristes.
Durant tous son bouquin,il donne des noms,identifie les terros ,mais pour le grand massacre,ca donne ça :
"les hommes qui s'y affairent sont habillés en tenue de combats qui ressemblent étrangement à celle des ninjas .Ils se présentent comme des islamistes mais , avec le recul , JE PENSE que c était des gens de la SM" .En parlant des terroristes qu il voyait à partir d octobre 1993.
Bizarre est ce pas .
"je pense ", ah bon. D un coté , il identifie clairement,par les noms,les terroristes,mais là qu il faut donner la touche du "qui tue qui? c est "je pense" "avec le recul" , "ressemblent étrangement" .

Faudrait lui dire également que ninjas, c est pas une unité .
C ets une appelation populaire du citoyen à n importe quel élément des services de sécurité qui avait un cagoule .
Il n y apas d etenues de "ninjas".
Il y a des tenues de L ONRB, du GIR, du GIS, du DSI, de la BMPJ etc...
Toute différentes, toutes permettant de savoir à quel coprs la tenue appartient .
Mais rien n y fait .
Les médias internationaux étant aux mains de qui ont sait , et vue qu ils ont décidé que ce serait comme ca,peut importe le nombres de preuves,de faits d éléments, y aura toujours quelqu un de bien attentionné ou pas, pour avaler ce qu ils disent .
Et Von Bulow, au lieu de répéter comme un perroquet,il ferait mieux de s interroger au rôle du BND dans le soutien au terrorisme en Algérie .

Ca n emepche pas Yous de dire «  A partir de l’année 1994,je vois plus clairement qui sont les individus entrés dans la clandestinité … »
« Ces groupes sont formés en partie de jeunes de notre région connus de la population .Ils bénéficient plus ou moins de son appui .les plus anciens recrutent de nouveaux hommes en leur offrant pour un petit service uen énorme récompense .C’est uen façon de faire entrer ces jeunes dna sune spirale de dépendance .Peu à peu,ils les impliquen,t dans des activité subversives qui font qu’ils ne peuvent plus faire marche arrière ….ils osent se montrer en plein jour à partir de 1994,mais très peu à hai El Djilali(là où aura lieu le premier massacre dans le coin).En revanche à Baraki ,ils sont connus et ils se montrent avec leurs armes .Tout le monde sait qui est au maquis…Beaucoup de jeunes de Baraki et d’El katar sont membres des groupes armés ».


Voilà les faits .
Maintenant, pour faire passer son « qui tue qui ? »,une petite dose de manip et interprétations
« A les voir comme ca ,devant moi,je TROUVE qu’ils n ont rien d islamistes. Les jeuens surtout semblent très à l aise dans leur jeans et ont des coupes de cheveux à la mode .Ils ont bien entrainés. (tient,il les as testé ) .JE NE SAIS PAS CE QUI ME FAIT PENSER que ce ne sont pas des islamistes ,mais c est une IMPRESSION que je ne serai pas le seul à éprouver ».
Ah bon,il y a un style « islamiste ».
Faudrait lui dire à Yous,que la majorité de la chair à canon des groupes teroristes étaient des hittites, des délinquants,braqueurs,voleurs ou autres bandits,qui , en rejoignnant les groupes terroristes,ont pu continuer leurs actions à la puissance 10 et en plus, se voyaient proclamer leurs action comme Halal puisque faite dans le cadre du « Djihad « alors qu avant, c’était Hram.
Dans la même idée, les terroristes jetant aux orties la définition d un état nation ( pour eux, il y avait primauté du supra nationale Califat ) , les harkis ou fils de karkis étaient donc, par définition,absout de leurs péchés .Si en plus ils combattaient pour le « Djihad « ,c était leur honneur qui était lavés (- d’après l idéologie des groupes terroristes).
Dans ce contexte,on ne s étonnera pas de la forte proportion de harkis ou fils de harkis au sein du FIS ou des groupes terroristes qui en découlent ou des autre s.
Et on ne s étonnera pas des propos de Madani à l’égard des harkis (  il y a quelques mois, il avait parlé de ce sujet ).

Yous et sa connaissance des émirs :
« les persone squ ej ai vu agir ouvertement dans al zone de Benthala sont ceux qui font la loi à partir de 1994.Bocuhakour est pendant plus de deux ans l’émir de notre région .originaire d »une ferme près de Benthala,il a une réputation de petit délinquant qui ne féquentait pas trop les mosquées.avant l’avénement du FIS …Ensuite,il y a Chergui,un voyou d’une trentaine d’année qui a été déclaré mort au moins à deux reprises …Al Azraoui, agé d’envrion 33 ans ,habitait quant à lui avec sa famille à l entrée de Benthala .C’était plutot quelqu un de dsicret  et de pieux qui fréquentait les mosquée .Il était vendeur de fruits et légumes. »
Tient,Yous quand il se contente d eraconter les faits, il ne fait que cooroborre ce que je dis : le sterroristes étaient connus de la population et généralement ce sont le senfants d un bled qui feront saigner ce bled , avec d autres venus d ailleurs .
Quant à la composition sociologique des groupes,là encore,ca confirme mes faits .
Demandez à cet idiot de Von Bulow ( je ne m incline jamais devant uen fonction,mais devant des compétences ) de faire des analyses sur le terrorisme Algériens .Soit il est ignorant,soit il a trempé dedans (via le BND) , soit,il se contente d aller sur la version allemande de ALgerian Watch (qui est d ailleurs basée sur un serveur islamiste en Alemagne dont faisait parti également anp.org et le fameux site Azzam ,qui lui a été shooté par la CIA quelques temps après le 911 ( merci les gars,mais officellement vous etes devenus nos ennemis ,alors…).
Et puis,quand Yous dit cela quand il parle de la période 1993 :
« Je commence à avoir de plus en plus de problèmes avec les démocrates.Tout en parlant de démocratie , j observe que leur combat premier se dirigent contre les islamistes et non contre le régime militaire »
Tu m étonnes qu avec une vision comme celle là,il avait d abord sa conclusion , et ensuite, son boulot c’est de faire en sorte que son récit permette de corroborer ses conclusion .
On ne va pas rentre dans le mécanisme qui fait que beaucoup avalent ces saldes de régime militaire ( ignorance en matière de politique, silence de l ANP parfait bouc émissaire , y coimpris de spolitiques, méfiance maladive du citoyen envers tout et rien,sans forcément que cela soit étayé, propension à mélanger tout et n importe quoi, on l a encore vu dans ce fil , complexe d ordre post coloniaux, etc….. une étude psychologique et sociologique serait nécessaire afin de mettre en avant de manière exhaustive les facteurs qui donnent lieu à ce genre de raisonnement ).

Je ne vais pas revenir sur Yous qui dit qu il ne sait pas pourquoi,certaine sbarbe slui paraissaient fausses…et autres interperations sur le style «  je ne sai spas pourquoi ,mais il me semble que …. »

Voilà un procédé manipulation .
On a sa conclusion, et on fait en sorte que l on introduise une touche de betises au mileu d éléments véridiques ,pour arriver à sa conclusion .
Faite sen sorte que les médias reprennent cela,jouez sur les préjugés ( le blanc venant en aide au pauvre Algérien ,ca marche beaucoup pour impliquer des gens souvent de bonne foi, ou alors,jouez sur l ignorance de l Algérien et sur ses complexes, il va tout avaler quand il va voir le blanc lui porter « de l aide », ou encore,sur l Algérien,jouer sur sa méfiance exacerbée,qui n est malheureusement pas un attitude critique constructive, sur son ignorance , sur son impression qu il va connaître des choses cachées et le tour est joué  ).

Et vous avez une bonne campagne d intoxication,qui vous permettra de faire en sorte que la coopération citoyenne –services de sécurité diminuera, qui fera en sorte que vous avez un levier pour bloquer toute vente d armes ( si jamais il y avait un responsable au sens premier du terme,qui connaît le dossier,qui tente de le faire, il va se faire dégommer .)

Voilà comment on intoxique .


Ceux qui sont interessés par le seujt,abordé de facon sérieuse, peuvent lire la presse Algérienne ( se débrouiller pour avoir un maximum d années,pour voir ,sur la longueur,le phénomène) , lire les analyses de Lyes Boukra ou encore, pour comprendre les mentalités des terroristes, les romans de Yasmina Khadra .
ou alors, tout simplement,se rendre dans les zones qui ont été frappées ou celels qui le sont encore .

Dernière modification par laigle (25-12-2006 03:48:48)

Hors ligne

 

#22 25-12-2006 13:04:44

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Va voir ce site http://www.agirpourlalgerie.com , déjà ca t'expliquera  l'autre face cachée de nos chers généraux, et je te conseille de lire livre :"la mafia des généraux", cela t'ouvrira un peu plus les yeux.

Tu me cites tous "les tangos" assassinés ou arrêtés, d'accord, mais j'attends toujours l'explication a cette ineptie : "le manque d'éclairage qui à retenue l'ANP dans les caserne de peur de faire des victimes civils si ils intervenaient " ????!!!!!!!!!! d'autant qu'ils avaient des groupes electrogènes mobiles puisque l'un d'eux à été utilisé pour éclairer ........ de loin ce village!!!!!  Eclaire-moi la dessus !!!! Pourquoi etre reste dans les casernes à quelques centaines de mètre du village, pendant que tout un village se faisait étriper ?????? Pourquoi ???? Et evites,STP, la langue de bois, simplement réponds à cela, et ne pars pas dans une diatribe hors sujet, merci!

Et concernant les personnes de la SM que je connais, t'ai-je dit que ce sont eux qui me l'ont avoué ??
J'en connais, quant à savoir comment je le sais, je préfére garder ca pour moi, mais je te confirme qu'aucuns d'eux ne me l'a avoué.


A+

Dernière modification par BlackDjai (25-12-2006 13:14:30)


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

#23 25-12-2006 13:51:57

Illarracourcis
Incorruptible
Lieu: Dordogne
Date d'inscription: 07-09-2006
Messages: 577

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Je mets ce lien ici car il y a un rapport...

Mais tout ceci est une bombe... je ne fais que déposer le paquet...

http://www.politiquedevie.net/Europe/Sa … rs2004.htm

Hors ligne

 

#24 25-12-2006 19:11:38

mortimer
Membre du forum
Date d'inscription: 26-09-2006
Messages: 244

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

BlackDjai a écrit:

L'ANP, dont tu parles si fièrement, est prise en otage par des généraux véreux, ça c'est une réalité!!!

C'est comparable à ce qui se passe aujourd'hui en Iraq. Occupation étrangère mise à part. Des milices d'obédience shiite terrorisent la population sunnite ou considérée comme telle sous couvert de la sauvegarde de la nation du terrorisme intégriste. De toute évidence, la population shiite n'approuve pas ces agissements qui se font en son nom. 

laigle a écrit:

Massacre de Benthala :
Terroristes arretés epu après le massacre ou pendant le massacre:
-    A Rabbah dit Abou El Hachem
-    A rabbah dit Abou EL Hassen
-    C Youcef
-    G mohamed (dit Abou Youcef , à ne pas confondre avec...

Amnesty International, qu'on ne peut pas traiter d'être de mêche avec la CIA, est plus qu'inquiète sur l'impunité en Algérie dont extrait de son rapport 2005:
"Fouad Boulemia, ancien membre d’un groupe armé, a été condamné à mort en août. Il a été reconnu coupable du meurtre de centaines de civils. Les homicides avaient été commis en 1997 à Bentalha, non loin d’Alger, et n’avaient pas fait l’objet d’une enquête exhaustive et indépendante. Selon des témoins oculaires, le groupe avait agi de concert avec certaines unités de l’armée et des forces de sécurité, ou avec leur accord. Incarcéré depuis 1999, Fouad Boulemia avait été condamné à mort en 2001 pour le meurtre d’Abdelkader Hachani, un dirigeant du Front islamique du
salut (FIS), mouvement interdit. Il s’était plaint, lors de son procès de 2001, d’avoir été torturé et menacé de mort pendant sa détention. Le tribunal n’avait apparemment ordonné aucune enquête sur ces allégations."


"Dans la société du spectacle, c'est le vrai qui est un moment du faux"  Guy Debord

Hors ligne

 

#25 25-12-2006 19:43:10

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

mortimer a écrit:

Selon des témoins oculaires, le groupe avait agi de concert avec certaines unités de l’armée et des forces de sécurité, ou avec leur accord.

En l'occurence, par leur inertie pendant le massacre, ce que laigle veut oblitérer par des explications plus que douteuses sur l'éclairage (sic!).

A+


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

#26 25-12-2006 22:25:41

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

« Selon des témoins oculaires, le groupe avait agi de concert avec certaines unités de l’armée et des forces de sécurité, ou avec leur accord. »
Les témoins ont surtout reconnu des gens de leur village.
« Amnesty International, qu'on ne peut pas traiter d'être de mêche avec la CIA, est plus qu'inquiète sur l'impunité en Algérie dont extrait de son rapport 2005: »

Oh que si, amnesty international est un élément,come d’autres ONG , chargées d’utiliser le droit de l’hommiste à des fins inavouables.
Il en est de même de RSF qui disait que les journalistes algériens étaient soit disant tués par l ANp alors que ces m^me journalistes clament que les menaces sont du fait des terroristes .
Et qu’on ne vienne pas me parler du harcélement polcier pour essayer de faire passer l’assassinat des journalistes .Ils’agit d’un autre problème,d’ailleurs,j’en suis moi m^mee écoueré quand je vois Bouteflika museler la presse.
« En l'occurence, par leur inertie pendant le massacre, ce que laigle veut oblitérer par des explications plus que douteuses sur l'éclairage (sic!). »
Mince,mince et mince.
Tantot  les «  qui tue qui ? »parlent d inertie,tatot de complicité .
Ils se plaignet de ce que l ANP n est pas efficace, mais dans le même temps,ils font le jeu de ceux qui utilisent l intox pour duricir l embargo sur les équipements.
Ils traitent les patriotes de milciens mais dans le même temps i_ls regrettent que les gens n aient pas été plus nombreux à etre armés (tout en reconaissant dailleurs,que la riposte la plus efficace est celle des aptriotes,car à l intérieur même des zones tocuhés.

Il y a eu des problèmes dans la lutet anti terroriste, et ca,les oficers ne sont pas avares entre eux de commentaires .
Manque de moyens,problème organisationnels,lourdeur de commandements,très peu d’autonomie pour les unités,manquent de moyens de recherche et d’observation .
Maiq que voulez vous ?
L Algérie s est débrouillé pratiquemment seule .
Les moyens en éléctronique , les NVG et autres visions nocturnes,il a fallu le strouver à droite à gauche .
L Afrique du Sud a apporté son aide, et ce n est qu en 1998 ,que le Algérie a recu ses premiers Mil Mi 24 HIND MK III, ayant des capcités nocturnes .
L Afrique du Sud n a pas laissé tomber l Algérie, pays dont le travail diplomatique acharné avait permis la condamnation de l apprtheid ( votes contre : Israel , USA, Australie) .
C est un eu pour ce role de leader de la lutte anti impériale,anti colonialiste,que l Algérie a fit une parfaite cible,de la part de l axe impéialo sioniste .
C est aussi par son role de république , qu elle a fait l objet de cibles de la part de pays obscurantistes .


Pour en revenir à Benthala , je ne vois aps ce qu il vous faut de plus .
Peut eter ,parce que comme Yous,vous avez votre conclusion et que vous essayer de faire coincider .

Il y a les mobiles(les groupes étaient lachés par la population )
Il y ales cibles , des gesn qui refusaient le dictact terroriste et qui en plus ,commencaient à sarmer .
Il y a les familles de terroristes éparnés.
Il y a des morts parmis les services de sécurité qui sont intervenus ( les premiers tombs étaient deux policiers au grand carrefour) .
Il y a de nombreux étmoignages vidéos des terroristes.
Il y a foule d opération , des mois après pour retrouver les auteurs des massacres ( au passage,je me demande coment on peut dire que l enquet est balcée,puisqu elle est encore ouverte pour déterminer,s il n y a pas des terroristes non identifés des années après ) .
Il y a multitude de cadavres de terroristes .
Il y a les repnetis, il y a les femmes qui ont participé de gré ou de force aux massacres .
Il y a les témoignages des gens qui ont reconnus des tangos de leur bled .

J’ai l impression que je n ai pas été lu .
Même quand vos «  qui tue qui ? »lorsqu ils se bornent à énumérer les faits, confortent ce que je dis à propos de l évolution du terrorisme,de la perceptions des citoyens , vous passez outre .
Vous citez le capitaine Hicham Aboud, mais vous ne savez même pas qu il a répété à plusieurs reprises, y compris au procès de Nezzar contre SOuaida, que l ANP n avait rien à voir avec les massacres .
Au passage,c est moi qui me demande si tu as lu les bouquins .
Parce que moi,non seulement je les ai lu,mais en plus,je les ai décortiqués, que ce soit les écrits ou ceux qui les ont écrits .
Vous passez outre le fait que les points avancés par SOuadia sont faux et ont été démontés .
Vous essayeez sur des points de détails,qui eux m^mees sont faux , de faire passer une théorie farfelue .

Je regarde le 911 et je regarde l Algérie et je vois des milliards de différences :
-    2venements s étalant depuis 1980 à nos jours
-    - multitude  d actions terroristes sous différentes formes
-    des milliers de terroristes connus,
-    des revendications nombreuses
-    -des vidéos filmées par les terroristes eux-mêmes .
-    des procès
-    des cadavres,que ce soit de terroristes,de citoyens ou de services de sécurité
-    une logique
-    des éléments permettant de voir la patte terroriste ( utilisation d armes artisanales, de bombes artisanles etc…)
-    multiple afftontements entre les services de sécurité et les terroristes
-    multiples affrontemenst entre les citoyens armés et les terroristes

Et pour en revenir au cas de Benthala , où la réaction an pas optimale , des têtes sont tombées .
Le chef de la 1 ere région militaire a été démis de ses fonctions.
Le chef de secteur et ses adjoints également
Le lieutenant de la section du train a été condamné par le tribunal militaire pour sa mauvaise réaction.


Mais je pense que certains se sont arrêts aux jeux vidéos .
Ila majorité des 212 victimes l ont été dans la premier e demi heure .
L arrivée des services de sécurité a probablement sauvé beaucoup de vies .
Je ne sais pas comment les gens imaginent la situation .
Peut être  auraient ils souhaité que des avions viennet lacher de napalm et tuer des milliers de citoyens .

Si on veut faire une comparaison regardons ce qui est passé à Mogadiscio .
La première armée du monde, avec une quinzaine d hélicoptères, équipés de FLIR ( ce que l ANP n avait pas) , aaec   des soldats professionnels, ( Delta force, appuyés par des rangers) , qui pourtant, n avait pas pour préoccupation la vie des somaliens, a mis deux jours pour essayer d extraire la douzaine d homes coincés .
En tuant plus d un millier de gens, dont la majorité n étaient que de paisibles citoyens.

Je trouve,qu avec les moyens dont l ANP disposaient, avec la situation qui était celle du terrain,que les dégâts ont plutôt été limités , que ce soit dans la perte d éléments des services de sécurité ou la mort de citoyens qui,je le rappelle, avaient dit merde aux terroristes .

Si tu veux qu’on parle technique de combats terroristes en milieu urbain ou sub urbain , ily a de quoi dire.
La première chose,c’est quil n y apas de règles.
Que tu peux te retrouver à mettre 3 jours pour débusquer 4 terroristes dans un bâtiments,comme tu peux mettre quelques heures pour des dizaines de terroristes .
Tout dépend de la configuration de slieux,des dangers venant des teroristes .il faut prendre en compte la population .
Il y a aussi à prendre en compte,les unités en placent,leurs moyens de boucler les lieux ( hermetiquement ou pas, souvent cela n est pas possible , des moyens d observations,de renseignement ( et oui,le renseignement,c est un facteur essentiel  et indispensable .on ne voit pas des gens comme ça, tirer sur tout ce qui bouge .Je rappelle , ou je le dis,pour ceux qui l ignorent,qu un e officier est responsable de ses hommes et des citoyens lorsqu il agit au mileu de la population .Si un de ses hommes est tué, ou s’il ne se comporte pas comme il le faut, ou s il y a des citoyens tués, il doit en rendre compte au tribunal militaire .C est à ce titre que le lieutenant de la section du train a été condamné par le tribunal militaire de Blida  ) .
Bref , combatre un groupe terroriste,dans les maquis,c est déjà difficle, mais alors, qutre katibat minium , au milieu de la population,dans le smaisons,dans les égouts, qui ont minés le terrain,qui ont des omplcités au sein de la population,qui connaissent les lieux, qui sont en position forte on ne sait où ,sur les toits,aux balcons, dans le sgarages, je me demande quelle est l unité qui aurait pu faire mieux que l ANP .je suis convaincu que mêmes les SAS , avec tout leur matériel, n auraient pas pu faire mieux ,même en les diposant à coté , juste avant le début du massacre ) .
Donc, faut savoir de quoi on parle.
Le masssacre a-t-il été le fait des militaires ?Non, les centauines de terroriste abbatus ou capturés, pendant et après le massacre le prouvent .
L Anp est elle restée à ne rien faire ?
Non,les morts parmis les services de sécurité le prouvent,tout comme les combats,tout comme les bouclages et les opérations de poursuites.


Bien entendu, et tous les officiers le disent, une meilleure organisation ,plus souple,moins loudre,aurait permis de sauver encore plus de vie .
Le travail de communication,pour lequel l ANP a été nulle (pour différentes raisons) aurait permis probablement que les gens s aperçoivent un peu mieux du danger et auraient demandés en plus grand nombre des armes .

Alors,franchement, je ne sais pas ce qu il vous faut de plus .
Vous avez des médias sionistes, qui détestent l ANp,parce que seule garant de la Souveraineté de l Algérie, chose qu ils ont en travers de la gorge,qui disent,en substance, qu un phénomène aussi large que le terrorisme en Algérie,avec des milliards de preuves, ne est pas un ,mais qu un événement isolé, unique, et dont la réalisation est tout bonnement surnaturelle , en est un , et vous,vous ne voyez pas le jeu de ces m^mes médias ?
Hallucinant,vraiment,hallucinant .
« C'est comparable à ce qui se passe aujourd'hui en Iraq. Occupation étrangère mise à part. Des milices d'obédience shiite terrorisent la population sunnite ou considérée comme telle sous couvert de la sauvegarde de la nation du terrorisme intégriste. De toute évidence, la population shiite n'approuve pas ces agissements qui se font en son nom. »
Faudra m’expliquer la comparaison entre l Iraq et l Algérie , chiites et le reste .Relis mes posts .


Sinon,je repose la question .
Pourquoi serait ce l ANP qui massacrerait des gens qui ont décidé de tourner le dos définitivement aux terroristes, qui plus est , pour certains en demandant des armes ?
Pourquoi , si l ANP devait faire ce genre de saloperies, elle ne l aurait pas fait en 1993 ou 1994 , pour retourner la population ave celle ?
Les massacres , sont les soubresauts des teroristes pour essayer de faire en sorte que les populations qui étaient sous son dictat ,continuenent à collaborre de gré ou de froce .
Ces ont aussi des opérations de vengeance contre ceux qui les ont « trahis ».

Je peose aussi la question suivante : attendue la haine que l Algérie et plus particulièrement, l ANp ont cristallisée autour d elle auprès de nombreux pays pour des raisons historiques, de politiques internationales, d idéologies etc…pourquoi ,alors que des pays comme la France,les USA , Allemagne, United Kingdom   , L Iran , l Arabie Saoudite,le Pakistan,le Soudan,Israel etc. ont aidés d une facon ou d une autre les terroristes,pourquoi ces pays,du moins,ceux qui en avaient les moyens, n en auraient pas profités pour achever l Algérie ?
Tout simplement parce que leurs accusations reposaient sur du vent .Il s agissait simplement de réudire la coopération entre le citoyen et les services de sécurité, donner plus d efficacité au terrorisme, lui donner une image de « groupe armé d opposition » ( terme repris par Amnesty International BEN CIA) , réaliser un embargo et donner les moyens de bloquer toute tentative de coopération dans la lutte anti terroriste si un jour,un responsable s avisait d en faire autant .

Maintenat, j ai donné ,je le crois suffisamment , déléments, je ne vois pas ce que je pourrai ajouter de plus .
J’ai abordé , de façon simplifiée, les évolutions du terrorisme, les idéologies , ses supports,tant nationaux ( les harkis de Dal Hocine ou les évangélisés du MAK made in CIA  ) qu internationaux ,les intoxications médiatiques, les faits,les intérprétaions de cexu qui avaient leur conclusion avant l analyse des faits, les  mensonges et contre vérités (que ce soit Tigha, Souadia, Yous, les pertes humaines,les actions,les créations et les évolutions des différents groupes dont nous avons parlés , l aspect technique des choses , ll aspect politique et médiatique des choses, les erreurs commises par les politiques,la longuer du phénomène qui a laisé derriere lui ,mille et une preuves etc…)

Maintenant, si ca vous fait plaisir de lire des choses dont je sais pertinemment qu elles sont fausses, si ça vous amuse de lire des bêtises  en html avec derrière,le logo « top secret » , si ca vous amuse de lire des choses qui sont dites depuis des années et qui ne reposent que sur du vent ( c est pas parce qu on répète un mensonge ou qu on l adapte , ou qu on rajoute des bêtises supplémentaires,comme la création du GIA à Peshawar  que cela va devenir une réalité) .
Oui, il y ades problèmes de gouvernance en Algérie .
Oui,il est malheureux que des politiques aient joué avec le feu et aient donnné la possibilité à l étrangre de rajouter de l huile sur le feu .
Oui,il est malheureux que l ANP , de par sa culture , ait une façon de communiquer qui est inefficace.
Oui, l Algérie n pas les moyens médiatiques des sionistes pour faire passer une vérité alors qu eux , ont les moyens de faire passer des mensonges.
Oui,il est malheureux que des gens ,souvent de bonne foi, avalent n importent quoi .

Mais que voulez vous .
Un jour,peut être,ils s apercevront que leur actions,leurs façons de penser , ont permis au loup de rentre dans la bergerie .
Et là,il sera trop tard .
Un peu comme ces gens qui disaient que les terroristes sont bien,ils ne s attaquent qu aux policiers et militaires, fonctionnaires .
Jusqu au jour où la dîme était trop forte,jusqu au jour où ils se servaient en femme , jusqu au jour où ils se sont fait massacrés .

Quant un pays ne peut pas faire de l entrisme par une façon trop évidente (comme le colonialisme), il s arrange pour utiliser des ennemis intérieurs pour faire le boulot .
Ca a foiré avec la colonisation , l Algérie ayant recouvert sa Souveraineté.
Cela a foiré avec le terrorisme , du moins,pour ce qui est de l aspect militaire.
Ce que je crains,c est qu avec bouteflika, et ses nombreuses amnisties, sa légitimation du terrorisme, sa drague envers le islamistes,pour se constituer une base politique, son populisme, son jeu constant avec le feu,pour asouvir sa toute puissance , que demain cela ne reprenne .
Mais encore, invariablement, les hommes de L ANP ,qui n ont rien de sauvages sanguinaires , contrairement à l image raciste que l on veut bien en faire passer, se sacrifieront , tout en se faisant cracher dessus, pour que des ignorants ou des diffamateurs puissent passer quelques jours en nike et casquette reebock, à craner lorsqu une fois par an , ils vont au pays se trémousser sur les plages ,dont , c est peut être la seule chose qu ils connaissent réellement .
D’ailleurs, mêmes les algériens en prisent avec l idéologie , avec l intox, avec la rumeur, qui n ont pas été frappés, avalent encore ces bêtises ?
Remarquez,on est dans une société méditerranéenne, frappée également par 132 ans de colonialisme,qui ont laissé des dégâts .
Et rien de ce que vous pourrez leur démontrer , même si vous attaquez les accusations une par une , ne les fera changer d avis .

Hors ligne

 

#27 26-12-2006 00:24:43

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Apparemment tes infos tu les recois que du canal officiel de l'ANP(qui je précise encore une fois, est tenue d'une main de fer par queqlques généraux renégats, c'est ton choix, mais évite STP de nous faire prendre des vessies pour des lanternes!!!! Le drame algérien, je l'ai suivi comme toi, a travers toutes les infos et les recoupements qui ont été fait, et sincèrement, nos analyses sont diamétralement opposés!!!! J'essaie de tenir compte de tous les facteurs, par contre, les tiens sentent trop la version officielle distiller par ces bouchers pour se laver les mains des massacres qu'ils ont commis au nom de "la liberté de la république". 
La chose dont tu t'obstines à ne pas vouloir admettre, c'est que l'ANP à été utilisé par ces généraux véreux, ca c'est une vérité, à moins que tu ne me dises que Mohamed LAMARI, Benabbes GHESIEL, Khaled NEZZAR, Cherif ABDELRAZAK,  Larbi BELKHEIR, Abdelmalek GUENAIZIA, Mohammed TOUATI, Aït ABDESSALEM, Fodhil CHERIF etc ..... sont des généraux exemplaires, la je n'aurais plus rien à rajouter, j'aurais compris "ton langage".

A+

Dernière modification par BlackDjai (26-12-2006 00:48:10)


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

#28 26-12-2006 12:38:51

mortimer
Membre du forum
Date d'inscription: 26-09-2006
Messages: 244

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Laigle, primo, il faut se mettre d'accord sur 2, 3 trucs. Qui gouverne en Algérie? Si c'est le président, ça se saurait. A part Boumediene, ceux qui ont suivi ont tous fait dans le consensus clanique. CQVD: un contre-pouvoir aux institutions officielles existe bel et bien. Et ce contre-pouvoir est clairement incarnée par les gradés de l'armée. Donc ne viens pas me répéter que Bouteflika a amnistié les terroristes et que c'est pas bien...etc. Boutef est un pion comme l'était Chadli. Certes, il essaie de tirer son épingle du jeu mais sa marge de manoeuvre reste limitée. Si les généraux ripoux avait réfusé cette amnistie ou n'importe quoi d'autre, ils l'aurait signifié de mille et une façons. Et la meilleure reste le coup de force.
Secundo, jusqu'à preuve du contraire, Amnesty n'a jamais baigné dans aucun scandale d'ordre éthique ou financier. Ses principes sont clairs: être présentes là ou les droits de l'Homme sont bafoués ou menacés. Et l'Algérie est un chantier de marque pour ça. Comme toute ONG, elle a ses propres limites qu'elle n'a pas à renier d'ailleurs. On ne peut pas dire autant de la CIA, par exemple. 
Tercio, et en vrac: le fait d'armer des civils n'a pas été le bienvenu dans la population sauf parmi les "patriotes" dont les régions était directement frappées par la terreur.  Et encore, on ne s'improvise pas flic du jour au lendemain. STP, laigle, épargne-nous du discours anti-impérialiste et tout ça, les Algériens n'en ont rien tirés, ils sont peut-être des ânes, mais ils vivent quotidiennement dans leur chair le ratage ahurissant du "modèle algérien". Sur Bentalha, Khaled Nezzar avait dit qu'il ne pouvait pas envoyer ses hommes se faire tuer parce qu'il n y avait pas de quoi éclairer la scène des hostilités. Ce n'est ni plus ni moins que non-assistance de personnes en danger. Et ce n'est pas un cas isolé, c'est sytématique dans la sale guerre: là ou il y a massacre,  les forces de l'ordre ne surgissent que pour constater les dégats et puis s'en vont et on oublie. Et c'est là l'un des points communs avec l'Iraq.

laigle a écrit:

Il y a les mobiles(les groupes étaient lachés par la population )
Il y ales cibles , des gesn qui refusaient le dictact terroriste et qui en plus ,commencaient à sarmer .
Il y a les familles de terroristes éparnés.
Il y a des morts parmis les services de sécurité qui sont intervenus ( les premiers tombs étaient deux policiers au grand carrefour) .
Il y a de nombreux étmoignages vidéos des terroristes.
Il y a foule d opération , des mois après pour retrouver les auteurs des massacres ( au passage,je me demande coment on peut dire que l enquet est balcée,puisqu elle est encore ouverte pour déterminer,s il n y a pas des terroristes non identifés des années après ) .
Il y a multitude de cadavres de terroristes .
Il y a les repnetis, il y a les femmes qui ont participé de gré ou de force aux massacres .
Il y a les témoignages des gens qui ont reconnus des tangos de leur bled .

Tou ça est vrai mais c'est resté sans suite au niveau judiciaire.

laigle a écrit:

Je regarde le 911 et je regarde l Algérie et je vois des milliards de différences :
-    2venements s étalant depuis 1980 à nos jours
-    - multitude  d actions terroristes sous différentes formes
-    des milliers de terroristes connus,
-    des revendications nombreuses
-    -des vidéos filmées par les terroristes eux-mêmes .
-    des procès
-    des cadavres,que ce soit de terroristes,de citoyens ou de services de sécurité
-    une logique
-    des éléments permettant de voir la patte terroriste ( utilisation d armes artisanales, de bombes artisanles etc…)
-    multiple afftontements entre les services de sécurité et les terroristes
-    multiples affrontemenst entre les citoyens armés et les terroristes .

Il s'est passé des choses de 1980 à nos jours. On pourrait même remonter à "l'indépendence" de l'Algérie ou le pouvoir a été confisqué par la mafia militaro-administrative dont Boumediene était le porte-drapeau. C'est cette même et seule logique qui a guidée le pays vers le désastre total voire totalitaire.Les cadavres sont là pour le prouver.  Les islamistes ne sont que le revers de la médaille à cette même réalité teintée de totalitarisme classique. Leurs revendications sont authentifiées mais en partie seulement du fait que ça provenait d'Angleterre pour le GIA, donc loin du terrain des combats. Le FIS quant à lui a officiellement arrêté les hostilités en 1996. Malgré ça, les affrontement dont tu parles ont continué.

laigle a écrit:

Tout dépend de la configuration de slieux,des dangers venant des teroristes .il faut prendre en compte la population .

Apparemment, les autorités algériennes ne sont pas fortiches question prise en compte de la population!


"Dans la société du spectacle, c'est le vrai qui est un moment du faux"  Guy Debord

Hors ligne

 

#29 26-12-2006 19:26:52

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Assistance à non personne ne danger ?
Et le smorts ,chez le spolicers et le smilitaires?
L asssitance à pays non en danger,c est plutot sur la rive nord qu il faut regarder .
nopn seulement,il n y apas eu assitance,mais en plus , il y a ajjout d huile sur le feu .
Et quand on parlait d asssitance,c était uen nouvelle forme de colonialisme ( l ingérence made in Koushner) .
Quant au FIS, je le repete,il a fait allégenace au congrès de Zbarbar au GIA .
Ce nest pas parce qu il y a eu un groupe appelé AIS ( 1997 la cessation des actes terroristes pas 1996), que les cadres dirgieants du FIS ( qui est un front et donc, traversé par mille courtants ) , ne se sont pa s"également retrouvé dans le GIA .
"Tou ça est vrai mais c'est resté sans suite au niveau judiciaire"
Ah bon?
Et les condamnations de terroristes ?

Des condamnations parmis les teroristes arretés , il y en a eut .
Comme cette Nacera, dont la presse international a pourtant couvert les aveux et le rpocès masi qui n en a rendu ciompte nulle part ( fallait voir les médias anglais,francais, italiens , avec les micros tendus , pour à la fin?Rien, ca va pas dans le sens de notre théorie).
mais c est vraiq ue si on prend pour s informer,les torchons de Algeria watch, Libertaion ou Le Monde .....

Qui se sontr,je le repete, décrédibilser un bon millier de fois .
Même sur les chiffres ( put etre que les 200 000 morts et même 250 000 ,c était leur souhait le plus cher ).

Autre chose Mortimer , je ne vois pas ce que viens faire nezzar dans l affaire de Benthala .
Ca faisait belle lurette qu il était en retraite .
Et de toute facon,  il n était pas au niveau d un commandement opérationel de secteur ou de région militaire, là où s'est décidée et organisée la riposte au massacre de Benthala et les opérations de recherches qui ont suivi .


Tiens,au fait, on ne m a toujours pas répondu à mes qustions : si on se met dan sla théorie des " qui tue qui?", pourquoi l ANp n aurait pas réalisé ses massacres avant ?Pourquoi massacrer des gesn qui combattent le terrorisme et qui ont décidé de tourner le dos à ces criminels?

Tiens,au fait ,pourquoi ne parle t on pas du massacre de Relizane,qui a été beaucoup plus meurtrier que celui de Benthala ?
Parce qu il existe des vidéos de l AIS qui ont filmé l horreur du GIA rival  quelques minutes après ?
Parce qu il n y a pas de Yous pour y raconter des inepties?
parce que cela n est pas suffisamment croustillant pour construire une bonne intox ?

Dernière modification par laigle (26-12-2006 20:00:53)

Hors ligne

 

#30 10-01-2007 03:15:00

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

LU SUR:
http://www.cequilfautdetruire.org/artic … ticle=1202

R.A.S. EN FRANÇALGÉRIE
Mis à jour le :15 novembre 2006. Auteur : Anatole Istria.


Rien n’a changé depuis la parution de Françalgérie, Crime et mensonge d’États, de Lounis Aggoun et Jean-Baptiste Rivoire (La Découverte, 2004). Ce livre explosif décrit les coups tordus rythmant les relations franco-algériennes et la stratégie des généraux algériens ayant fait de leur pays le laboratoire du terrorisme d’État durant la décennie 90. Pourtant, cette bombe-là n’a pas explosé. Le débat n’a pas eu lieu. Pas même la disqualification, le soupçon de complotisme ? Pas même ! La quasi-totalité des médias a fait l’impasse. L’AFP jugea le sujet « trop chaud pour le public français » ... Les journalistes et intellectuels ont préféré ignorer plutôt que remettre en cause la thèse la plus confortable : les généraux ont sauvé la démocratie du péril barbu. Et d’ailleurs, qui oserait trouver à redire à la version éradicatrice depuis un certain 11-Septembre ? Aujourd’hui encore, appliquant tête basse la consigne d’oubli, personne ne veut évoquer l’implication des services secrets algériens durant cette période, alors qu’on vient de commémorer l’assassinat des moines de Tibhirine ou que l’on juge Rachid Ramda, le financier des attentats du RER de 1995. Lounis Aggoun, co-auteur de Françalgérie, revient pour CQFD sur ce silence assourdissant.

CQFD : En 2004, tu constatais l’omerta des médias et de la classe politique autour des révélations du livre. Quel a été son impact réel ?

Lounis Aggoun : Sachant que seule la presse souterraine et « engagée » a relaté la sortie du livre, les quelque 10 000 exemplaires vendus constituent une sorte de miracle. Le Monde l’a totalement occulté, tandis que L’Express a invoqué la large couverture d’un autre livre sur l’Algérie (de Mohammed Harbi et Benjamin Stora) pour justifier le mutisme total sur celui-là. Quant à Marianne, la proximité notoire de Jean-François Kahn avec le pouvoir algérien interdisait tout espoir. Mais plus que l’omerta sur le livre, c’est l’omerta sur les crimes établis de l’État algérien qui fait froid dans le dos. Qu’il ne se soit trouvé aucun média important pour considérer que le public méritait d’être informé sur la nature du terrorisme qui le frappe, sur la corruption mortelle dont sont coupables ses dirigeants, sur les compromissions criminelles des services secrets (DRS), c’est cela qui doit interpeller les consciences...

On voit s’agiter dans la presse française l’épouvantail du groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), sans que ne soit jamais évoqué le jeu trouble de son premier émir, El-Para (deux fois déserteur de la sécurité militaire pour rejoindre la guérilla islamiste !) Penses-tu que ce groupe agit comme un moyen de pression de l’État algérien ?

Si tu entends moyen de pression de l’État algérien sur la France, je ne crois pas, dans la mesure où les généraux algériens, le Pentagone et la DST avec la justice antiterroriste menée par Jean-Louis Bruguière travaillent en symbiose. En revanche, la réponse est oui concernant les pressions de ce conglomérat sur les opinions des pays concernés. Le pouvoir a pris une tournure mafieuse où le terrorisme tient lieu d’arme stratégique de pacification. Les lignes de fractures ne sont plus de type Nord-Sud, mais traversent toutes les sociétés et opposent les tenants du pouvoir, les nantis et les masses. Les pouvoirs ont évolué mais les consciences militantes ont, elles, malheureusement stagné. Pour en revenir au GSPC, c’est fin 2002 qu’a commencé une campagne menée tambour battant en France, qui dépeint les Algériens comme des « terroristes potentiels », concept que Bruguière et une brochette d’« experts » - Antoine Sfeir, Roland Jacquard, etc. - ont tellement ressassé dans les médias qu’il s’est imposé comme une vérité indiscutable. Pourtant, comme le GIA auquel il a succédé, le GSPC est une création du DRS, détenteur du pouvoir absolu en Algérie. Abderrazak El-Para est un élément parmi mille qui atteste de cette parenté. C’est à la faveur du rapprochement des généraux algériens et de Bouteflika avec Bush qu’El-Para a été dépêché dans le Sahara pour incarner « la volonté d’Al-Qaïda de s’y implanter  ». Arrêté presque par inadvertance par des rebelles tchadiens, il a été remis au DRS et rapatrié en Algérie d’où il s’est évaporé comme par enchantement avant d’être condamné par contumace - aux dernières nouvelles, il se trouverait en villégiature aux USA, tout terroriste bras droit de Ben Laden qu’il est censé être. En tout état de cause, le résultat le plus tangible de cette propagande est la mainmise des multinationales américaines sur les ressources minières algériennes et le statut spécial du Sahara où les citoyens algériens sont indésirables. Dernier épisode en date, le ministre de l’Énergie, Chakib Khelil, a décidé de vider la capitale pétrolière Hassi Messaoud de sa population pour laisser le champ libre aux Américains. Il vient ensuite de « privatiser » la ville, de l’extraire de la tutelle du ministère de l’Intérieur, mettant sa population yankee à l’abri de la police algérienne et des nuisances « indigènes ». Même du temps de la colonisation française, on prenait plus de gants.

Quelles seraient les futures étapes pour un vrai débat sur la Sale guerre ?

Paradoxalement, la vérité fait son chemin en Algérie, mais la chape de plomb perdure en France. Or, à moins d’une remise en question radicale du verrouillage des médias, il ne faut pas espérer voir émerger un vrai débat. Que TF1 désinforme est dans l’ordre des choses, vu les intérêts de Bouygues en Algérie, mais que France 2 - télévision payée par les contribuables pour qu’elle leur propose une information digne - relaie sans bémol la propagande d’un régime comptable de crimes contre l’humanité est assez sidérant. Avant d’espérer changer les dictatures en Afrique, il faudrait militer pour que la rédaction de France 2 fasse un travail honnête. Il est là le combat primordial. Le reste irait ensuite de soi.

Propos recueillis par Anatole Istria.

Article publié dans CQFD n° 39, novembre 2006.


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#31 03-02-2007 21:05:54

jelo
Membre du forum
Date d'inscription: 28-08-2006
Messages: 812

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

A mon humble avis , je crois que les deux camps (généraux et islamistes) sont tout autant attirés par l'argent du gaz et du pétrole.
C'est simplement une lutte de pouvoir entre deux mafias qui cherche à prendre le controle des pépettes.
Il faut simplement constater que c'est la mafia des généraux qui est la plus puissante et la plus corrompue (elle a les moyens militaires , logistiques , financiers... )
Elle est directement alliée à la mafia des multinationales occidentales (çà n'est pas contestable).
Elle est soutenue par les exploitants étrangers car elle a soin de preserver leurs interets , en échange d'un gros tas de pognon.
Les dictatures corrompues sont toujours très appréciées par les intérets occidentaux pour éviter que les profits des richesses nationales ne soient trop redistribués (au peuple par exemple).
Rien de nouveau sous le soleil.
Si des "chavez" se généralisaient , ce serait très mauvais pour le bizness occidental.
Or les islamistes sont connus pour ne pas etre très conciliants en affaires.
Tout cela est clair comme de l'eau de roche.

Le fait que ce soit des vrais islamistes qui aient été impliqués dans certains massacres ne veut pas dire qu'ils n'aient pas été manipulés.

On connait ces méthodes depuis longtemps (Al qaeda , moudjahidins entrainés et financés par la CIA , attaques du 11/09 , etc ...)

Quand à l'éloge que fait laigle des services de renseignements (dont on connait les méfaits)  , c'est révélateur d'une mentalité pas très réjouissante.
C'est sur , il existe beaucoup de gens qui ont intéret à défendre la dictature militaire au pouvoir (intéret d'ordre statutaire et financier en général).

Hors ligne

 

#32 03-02-2007 23:56:57

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

« A mon humble avis , je crois que les deux camps (généraux et islamistes) sont tout autant attirés par l'argent du gaz et du pétrole. »

le coup des deux camps avec le peuple algérien au milieu,ça c est l intox sioniste du parti du même nom ( le PS et ses satellites qui ont bien pushé le «  qui tue qui ? » pendant que de l’autre coté, ils fermaient le syeux sur les réseaux terroristes quand ils ne leur donnaient pas un coup de main  ) .
la victime en Algérie, du terrorisme,c est la Nation toute entière .
C’est quelques milliers de perdus , manipulés,bandits,profiteurs, criminels,assoiffés de pouvoir,idéologistes,populistes,affairistes,déglingués,enfants de harkis ,qui ont menacé du glaive 30 millions de citoyens .


«

On connait ces méthodes depuis longtemps (Al qaeda , moudjahidins entrainés et financés par la CIA , attaques du 11/09 , etc ...) »


Apparemment non, puisque si tu connaissais les méthodes,tu aurai compris que la relation entre l Algérie et le 911 ,c est que l Algérie  c’est un vrai terrorisme,avec des milliers de faits,des milliers de morts, plus de 20 ans d’existence,de développement , avec une implication de l’étranger pour envenimer la situation et surtout, un terrorisme dont on a nié l’évidence .
Et ceux qui ont ni él évidence,sont les mêmes qui aujourd’hui,parlent de terrorisme à propos d un événement isolé(911)dont on a aucun fait accréditant la thèse officielle .
Voilà la différence.


« Quand à l'éloge que fait laigle des services de renseignements (dont on connait les méfaits)  , c'est révélateur d'une mentalité pas très réjouissante. »


Ah bon,tu connais les services de renseignements ?
Ou les connaît tu uniquement à travers les descriptions faisant appel aux préjugés  racistes que l’on en lit dans les vecteurs idéologiques ?
Quant à ma mentalité, je crois bien qu en te lâchant un peu,tu vas partir pour réaliser la parfaite représentation du chien de Pavlov, programmé pour réagir face à un stimuli .
Face à un discours qu il refuse,parce que sensibilisé par d’autres discours, ne tenant pas la route,il est programmé pour crier «  sécurité militaire, police politique… »
Un peu comme ceux qui crient «  conspirationniste, négationniste, révisionniste  ».

Hors ligne

 

#33 04-02-2007 00:30:02

jelo
Membre du forum
Date d'inscription: 28-08-2006
Messages: 812

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Tu as des amis qui profitent de la dictature militaire ou quoi pour etre aussi simpliste et manichéiste ?
Les gentils généraux , les méchants islamistes.
Me fait pas rigoler.
C'est ton discours qui est de l'intox.
Tu ne tromperas personne.

Et toi tu les connais les services de renseignements ?
Si oui , ton discours ne m'étonne pas.

J'ai pas envie de te faire une liste des crimes des services secrets et des militaires (les pions et le bras armé des mafias au pouvoir comme celle des généraux algériens corrompus à la solde des multinationales étrangères.)
Ce serait trop long.
L'histoire  moderne est assez éloquente pour ceux qui savent se renseigner.

On est tous le chien de pavlov de quelqu'un d'autre.
Tu n'échappes malheureusement pas à cette règle.
La paille et la poutre , tu connais ?

Je suis curieux :
Que penses-tu par exemple de pétain , de mussolini , de pinochet , de saddam ?

Hors ligne

 

#34 04-02-2007 02:17:49

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Quand tu veux aborder un sujet, donnes toi la possibilité de l aborder de facon sérieuse,sur les faits et sur le sujet .
Et non pas partir dans tous les sens .
D ailleurs,les " qui teu qui?" à chaque fois qu ils sont contrés sur la base des faits à propos du terrorisme,ils dévient inéluctablement sur la coruption ,les pistons, la bakchichs et les généralités à ce propos .
face à quelqu un de suiveur,ca passe,il ne fait pas attention qu on mélange tout et n importe quoi pour faire passer le plat .

Sinon,lorsque tu aura chassé de ton esprit les questions de personnes , surtout lorsqu elles n existnt qu à travers la caricature raciste d un général Alcazar , et que tu concentres sur les faits,tu pourra mieux voir les choses .

Je le répete : la critique est l une des meilleures choses à la portée de l être humain , car elle fait appel à ce qu on ne pourra jamais lui enlever sans son renoncement : sa liberté de penser .
Mais cett critiqu n est positive que  si elle est argumentée,construite, animée de bonne vonlonté ,intellectuellement honnete et objective .
Dans le cas contraire, cela revient à disgresser dans le vent , à perrorer , insulter ,diffamer ou plus grâve, se faire l écho de choses dont on n a ni idée de  leur origine , ni de leurs objectifs .
Les premiers responsables du " qui tue qui?" sont ses penseurs .
les seconds,sont les homme spolitiques algériens , qui souvent,ont eu des comprotements populistes et des choses reprochables .
Ajoutons à cela une communication nulle ( d ailleurs,même optimale,n aurait pas fait le poids face à la machine anti algérienne) , une société peu à la fois pu politisée ( au sens de compréhension de la gestion de la cité ) , mais très politisée( au sens de très portée sur la critique de la chose publique,ou de sa perception ) et vous avez une intox qu on peut qualifier de bombe .

Ca permet à des types qui se présentent comme des prophetes, des sauveurs, de jouer la carte populiste, de faire amnéstie sur amnéstie et de repoduire le schéma sans avoir 5Chadli a manistié des terroristes, Zéroual en a fait autant ) , assumé sa fonction de pédagogue .
Pas étonnant donc, lorsqu on a voit les fissures dans tout cela, fissures qui doivent etre dénoncées et expliquées de facon contructive) , que tout ce qu il y a d anti algérien à travers ce monde ( que ce soient le sionistes dun coté, les nostalgiques de l Algérie francaise de l autr,les intégristes d autre part , revant d un fabuleux laboratoire, et ceu qui tiennet enfin la possibilité d efrapper un leader de la lute anti coloniale ) tombe à bras raccourics .
une expression populaire dit que lorsqu une maison ( au sens de famille)  est divisée, les autres ne se genent pas pour y ajouter de la zizanie et accentuer tout cela .

PS : Question simplicité,relis mes postes et tu verra si c est si simple de racontr l évolution du terrorisme,ses cause,s ses conséquences etc...
Des livres entiers abordant l aspect psychologique,historique,national,international,économique,tehcnique etc...n y suffiraient pas .

Dernière modification par laigle (04-02-2007 02:27:46)

Hors ligne

 

#35 04-02-2007 02:40:23

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

laigle a écrit:

PS : Question simplicité,relis mes postes et tu verra si c est si simple de racontr l évolution du terrorisme,ses cause,s ses conséquences etc...
Des livres entiers abordant l aspect psychologique,historique,national,international,économique,tehcnique etc...n y suffiraient pas .

Question simplicité, il semble tout de même que tu ne lis que les trucs qui vont dans ton sens et ton opinion que je trouve, c'est vrai, un peu catégorique. Je ne vois pas en quoi  ou à quel titre les généraux seraient ou auraient été imperméables, au virus fort en vogue de la corruption...


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#36 04-02-2007 03:22:34

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Ce que j essai de faire comprendre,Thibault, c est que la corruption c est uen chose , des massacres c ets toutre autre chose.
Et je m insureg contre le procédé visant à citer l un ( généralement en restant très vague)pour essayer de faire accpeter l autre .
C est irrecevable sur leplan inttelectuel .
maintennat, abordons le cas d ela corruption .
Il est quand même comique de voir que l ANP est souvent citée dans certaine presse comme étant un endroit où la pratique de la corruption est la règle .
bizarre que ces accusations ne frappent pas le voisin de l ouest .peut eter parce qu il n est pas souverain et qu une partie de cette souveraineté est entre les mains de ces mêmes groupes industriels , liés aux médias .

On lit à travers cette prese,que les contrats sont l objet de pot de vins .
Dans ce cas là, pourrait on m expliquer comment se fait il que l ANp est l une des armes qui se fournit au meilleur rapport qualité prix ?

Que les achats de gros montants sont on ne peut plus rationnels .

A l inverse, certains voisins vont acheter du matériel de moins bonne qualité à des prix qui vous donneraient la jaunisse .
Pas étonnant , ils recevoivent l odre d acheter chez le owner, et c est ce qu ils font .

Le journal Le Figaro s était lancé dans une violente diatrybe vis à vis de l ANP quand des infos circulaient sur de gros contrats avec la Russie .Accusations de coruption, accusations sur des pseudos volontés bellicites,expansionnistes, bref,des accusations en tout genre .
Et uis, au cours des négociations ave cle srusse,s il est apparu qu un élément matériel russe ne pouvait etre inclu dans un certain type d avion,que le seul rellement eficace pour la fonction était francasi .
Cet élément fut donc acheté pour équiper l avion .
Du jour au lendemain,plus d accusations, plus rien .
Tout allait bien .bon,ce n était que 150 millions de dolars mais  c
était ca déjà à prendre .

Ce n est qu un exemple parmi tant d autres .

Passons maintenant aux officiers généraux  qui ont été implqiuées de facon vérifiée dans des scandales de corruption .
Les deux officiers que cela concerne ,sont bizarrement ceux qui ont été le plus épargné par les médias occientaux .
où les retrouve t on ,alors qu ils ont été cassé de l ANP pour avoir violé les regles d honneur et de conduite du corps?
on les retrouve dans l entourage du président Bouteflika .
Désormais, avec le " qui tue qui?" et l ensemble des techniques visant à casser l ANP et faire en sorte que le "prophete " soit sans garde fou , ils refont leur réapparition .

Sinon,pour parler de la corruption,en général ,en Algérie,il faut reconnaitre que les Algériens ont eté à bonne école pendant 132 ans .

leur tort?C est la rusticité de leur corruption quand ils la pratiquent  et la suspicion qu ils dégagent même lorsqu ils ne la pratiquent pas .Car dans l inconscient, forcement , ces gens là , sont forcement TOUS corrompus .

j espere que cetet fois ci , j aurai été compris .
Il ya  des problemes, sur lesquels,je ne vais pas m étendre ( y en aurait tellement à dire, et je ne pense pas que ce soit le bon auditoire,ni le bon sujet ) .
peut etre que le fait que je n ajoute pas à mon discours,les problemes qui feraient bon effet ( Encore une fois ,cela n a à mon sens ,pas sa place  ici ) font qu je suis percu comme un extra terrestre  ( je peux comprendre celui qui a vraiment une envie de comprendre, qui ignore,mais qui fait preuve d honneté intellectuelle,je comprend moins ,celui qui se fait l écho , en se basant sur du vent , uniquement à casue d un certain nombre de mécnaismes psychologiques) .

Mais arriver à dire , voilà , corruption donc ,massacre donc ceci cela , ca ,c est du n importe quoi .

Hors ligne

 

#37 04-02-2007 06:48:10

jelo
Membre du forum
Date d'inscription: 28-08-2006
Messages: 812

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Personne n'a jamais dit que les algériens sont plus corrompus que les autres .
Arretes de jouer la victime ou de faire des digressions sur le mauvais exemple colonial.
On est en train de parler de ce qui se passe en algérie.
La corruption aux états-unis , en france ou en ouzbékhistan on pourra en reparler dans un autre sujet , si tu veux : personne ne la nie.
D'ailleurs , au cas ou tu l'aurais pas remarqué , la corruption des dirigeants américains est déja suffisament  dénoncée dans ce forum.

C'est tellement pratique de jouer les victimes : nous les pauvres algériens , incompris et confrontés au racisme des français et des méchants sionistes du PS (Il faudra à ce propos que tu nous expliques sur quoi tu te bases pour te faire l'écho de cette légende urbaine déja largement répandue dans les couches populaires les plus réactionnaires du pays et notamment chez les racistes du front national. )

Il faudra que tu nous expliques aussi en quoi les sionistes ont plus intéret  à charger les algériens dans leur ensemble , ou les généraux en particulier (on ne sait plus).
Jusqu'à nouvel ordre les ennemis jurés des sionistes étaient les islamistes , à moins que j'aie raté un épisode.

Toi qui à l'air si pointu sur le sujet , dis-nous donc quels sont les interets des sionistes dans cette lutte de pouvoir en algérie.
Le controle des ressources énergétiques ?
Si on part du principe que les sionistes controleraient les grandes multinationales et noyauteraient les postes de pouvoir financier alors ce sont les généraux qui sont leurs alliés , car ils veillent à preserver les conditions les plus favorables aux interets étrangers en algérie (moyennant le pouvoir et l'argent) , ce que les islamistes ne ferons pas aussi aisément.

Bref.
Admettons que ce soient uniquement les islamistes qui soient les auteurs de ces massacres d'innocents : quel est leur interet ?
A part d'etre viscéralement hais et craints par la population ?
Tout cela ne tiens absolument pas debout.
Cà équivaut à se tirer une balle dans le pied.

En revanche ces massacres sont du pain béni pour les généraux : çà permet d'assoir leur légitimité en tant que défenseurs de la population et çà justifie la nescessité d'un pouvoir militaire (jusque-là illégitime).
Il faut toujours chercher à qui profite le crime.
Dans ce cas-ci , meme un enfant de 10 ans verrais que ce sont les généraux qui en tirent tous les bénéfices.
Et c'est là que se fait le rapprochement avec le 11/09.

Ces massacres sont les "pearl-harbour" permanents qui légitiment le coup de force militaire et diabolisent les islamistes (d'une pierre deux coups).

Si j'étais militaire et soucieux de garder le pouvoir et l'argent face à un peuple qui manifestement a choisi l'islamisme , la solution la plus efficace pour moi serais de fomenter ou de provoquer (c'est si facile d'embobinner quelques esprits faibles) ces massacres en mettant justement bien en évidence la signature islamiste.
Ces méthodes ("onze-septembresques") sont courament pratiquées par ces chers services secrets que tu aimes tant (le mossad et la CIA en sont des spécialistes).
(Cf. aussi le "projet northwoods")

Je peux me tromper mais j'ai la nette impression que tu t'es fait duper sur cette affaire.

Ceci dit , je dois avouer que tu connais l'algérie mieux que moi , ce qui n'est pas difficile.

A toi d'etre convaincant.

Hors ligne

 

#38 04-02-2007 14:41:48

laigle
Membre du forum
Date d'inscription: 10-08-2006
Messages: 360

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

jelo a écrit:

En revanche ces massacres sont du pain béni pour les généraux : çà permet d'assoir leur légitimité en tant que défenseurs de la population et çà justifie la nescessité d'un pouvoir militaire (jusque-là illégitime).
Il faut toujours chercher à qui profite le crime.
Dans ce cas-ci , meme un enfant de 10 ans verrais que ce sont les généraux qui en tirent tous les bénéfices.
Et c'est là que se fait le rapprochement avec le 11/09.

.

Comme je le disais plus haut, si le smasacres répondaient à cette "légitimité soit disant recherchée", ils auraint eu lieu en 1993 et 1994 ,les pires années et de très loin,au niveau du terrorisme .
pas à partir de 1995 , période où on a vu le rapport de force d un point de vue militaire , changer .
A supposer que le portrait dépeint de ces généraux soit vrai , les massacres, s ils avaient du répondre à ton hypothèse auraient été fait  sur les persones qui soutenaient les terroristes , ou qui se laissaient faire .
or les périodes des massacres (qui ne sont les actes qui ont tué le plus de personnes ) ont eu lieu,lorsque alors que de plus en plus de citoyens s engagaient de facon claire et nette ,contre le terorisme, en prenant les armes , en reprenant leurs activités, en faisant revivre les asociations culturelles,religieuses,sportives etc...
Alors, si on suit ta thèse, ils sont fous ces généraux .
ils massacrent non pas les terroristes,mais les gens qui ont marre de subir le joug du terrorisme .
Bref, ce n est pas très logique du tout et ca viole tou les faits .

Sinon,il y a aussi la thèse de la rue,qui dit que le smassacres obéissaient à une logique de réccupréation des terres ...mouais , là aussi ca ne tient pas .
Aucune terre n a été nationalisée ou arrachée à ses propriétéaires .
pendant que certaines zones étaient sous le joug terroristes,ces terres là étaient abandonnées.
par contre,à chque fois que le sterroristes étaient chassés d une zone et repoussés dans les montagnes , les gens ont regagnés leurs lopins de terre .
Si tu te rends dans la Mitidja,tu verra que les agriculteurs y retravaillent la terre et que les services de sécurité ne sont pas très loin , même si le risque n est pas le même que cette période du début des années 90.


Sinon, faudrait qu on m explique,quel est l interet de cette "dictature militaire" qu on nous dépeint , à s automutiler .
la force est le bras droit d une dictature .
je n ai pas encore vu de dictature se couper la main, se départir d une partie de sa force, pour des objectifs lous et irationnels .
y a eu des généraux qui sont morts, blessés, des dizaines de colonels,commadnanst,des centaines de lieutenat, capitaines, sans compter les simples djoundis .
C'est pour le plaisir?
Et les embuscades qui contineunt,c est pour le plaisir?

Donc, la thèse du "qui tue qui?",c est jouer sur l irrationnel .

un peu comme ce qui se dit à propos de l Iran ou la Syrie aujourd hui ( le concept est psychologique est le même , pas la situation exactement ) .
je m explqiue : on fait passer des dirigeants pour être complétement irresponsables, irrationnels, en un mot, fous .
A partir de là , on peut faire passre n importe quel fantasme, car même si celuii là ne fait pas le poids face aux faits, face à la logique,face au rationnel, l action sur les préjugés porte .
on peut fair alors paser le faitq ue les irainiesn sont suffisamment fous pour accepter d emener la région dans une guerre nucléaire ( alors que dans ce domaine,c est eux qui ne feraient pas le poids).
on peut faire accepter par la majeure partie de l opinion interntaionale,que la Syrie,alors qu elle est sous les feux des projecteurs, est capable d assassiner un vice premier ministre , alors que la rationnalité, ce serait de al jouer fine est de ne pas donner de pretexe.
Et ca marche .


Seuls les gros,les puissants, d un point de vue militaire, tehcnologique,financier,médiatique,peuvent se permettre de réaliser des saloperies et de faire face à l acusation des citoyens du monde sans trop de problemes.
Même lorsque les fait sont là ,évidents , à portée de main .
Par contre , si un petit se développe, tend à jouer un role au niveau interntaional , a des ambitions légitimes ,ce ne st pas acceptable .
On va facilement jouer sur certains points pour le descendre .
Fiche la merde,soutenir des problemes intérieurs,l accuser de ceci ou cela , noiricr le tableau,lui imposer un embargo militaire ,voir économique , raconter une situation qui n est pas celle qui est sur place , checrher à influencer sa politiqu enationale, faire de l entrisme au nom d un pseudo humanisme ( le fameux droit d ingérence de Kouchner ,qui , on le sait tous, ne veut que du bien à l Algérie....) etc...
Y a mille est une facon de saboter un pays , surtout lorsque celui ci n a pas baissé l échine , et au contraire, tient uen certaine légitimité,de son histoire, à promouvoir certaines luttes et justice légitimes.

Hors ligne

 

#39 04-02-2007 15:12:56

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

@ laigle (dont la vue ne me semble pas perçante)

si si si...

et si on se contentait des faits eux-mêmes et non des spéculations sur quand devraient avoir lieu des attentats si les généraux... etc.
Quant aux intérêts derrière une instrumentalisation du terrorisme, cela a déjà été expliqué cent fois. Tes textes sont très longs et franchement vides au niveau informations. Juste des spéculations basées sur des a priori. Je laisse tomber, c'est inutile. Dès qu'on te renvoie vers d'autres sources que celles en accord avec tes croyances , elles ne sont pour toi pas valables.

Dernière modification par Thibaut (04-02-2007 19:27:57)


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#40 04-02-2007 16:04:15

BlackDjai
Membre du forum
Date d'inscription: 09-09-2006
Messages: 157

Re: Livre: Françalgérie, crimes et mensonges d’Etats. (2004)

Le langage de l'Aigle est, pour moi, loin de la vérité!!! Tout simplement, il veut nous faire croire à des chimères concernant le drame algérien!!!

Je vous renvoi simplement sur ce site : http://www.agirpourlalgerie.com/ , son Webmaster est ABOUD Hichem, journaliste et écrivain qui à d'ailleurs écrit un superbe bouquin : la mafia des généraux.  Je vous invite à visiter son site et vous faire une idée par vous même plutot que cette idée "bizarre et nauséabonde" que certain essaie de vous faire avaler sur l'Algérie Victime  'uniquement' de l'occident!!!!!! Faux et archi faux!!!!  Lorsque vous aurez fait un tour sur son site, vous comprendez un peu plus les tenant et les aboutissant du malheur du peuple algérien!!!!

Nul n'est mieux informé que par lui-même!!!

@+

Dernière modification par BlackDjai (04-02-2007 16:11:14)


Là, où l'argent parle, la vérité se tait .....Triste réalité sad
┌─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┐
| Si vous êtes un grand arbre, Nous sommes une petite hache ..... Aiguisée pour vous abattre (Bob MARLEY) |
└─────────────────────────────────────────────────────────────────────────────┘

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr