ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#321 15-01-2014 21:36:49

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4810

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

De mieux en mieux. Mieux vaut dire à quoi la NSA n'a pas accès, ça ira plus vite.


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#322 19-01-2014 00:51:45

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Voilà "épicétou"

Le renseignement US va continuer à espionner les étrangers, prévient Obama


BERLIN - Le président Barack Obama a prévenu que les services de renseignement américains allaient continuer à s'intéresser aux intentions des gouvernements de part le monde, dans un entretien à la télévision allemande diffusé samedi.

Nos agences de renseignement, comme les agences allemandes et toutes les autres, vont continuer à s'intéresser aux intentions des gouvernements de part le monde, cela ne va pas changer, a-t-il dit lors de cette interview à la télévision publique ZDF, enregistrée vendredi.

Il a toutefois assuré que la chancelière Angela Merkel n'avait pas à s'inquiéter de cette surveillance, alors qu'un de ses téléphones portables aurait été écouté par l'agence de renseignement NSA, ce qui a fait scandale en Allemagne. Et il insisté sur la relation d'amitié et de confiance qui lie selon lui les deux pays.

Mais loin de lui l'idée de renoncer à des pratiques dont la révélation l'an dernier par l'ancien consultant de la NSA Edward Snowden a profondément entaché la relation transatlantique.

La collecte de données par le renseignement américain, est au service de nos objectifs diplomatiques et politiques, a expliqué le président.

Et ce n'est pas la peine d'avoir un service de renseignement si il se limite à (collecter) ce qu'on peut lire dans le (quotidien américain) New York Times ou dans (le magazine allemand) Der Spiegel. La vérité c'est que par définition le travail du renseignement est de découvrir: que pensent les gens? que font-ils?, a-t-il poursuivi.

Les révélations l'an dernier d'écoutes supposées sur le portable de dirigeants européens, dont celui de la chancelière allemande, avaient provoqué un scandale en Europe et particulièrement en Allemagne.

Les annonces de M. Obama vendredi, qui a promis de rogner sur les compétences de la NSA en la matière, ont été accueillies avec scepticisme en Allemagne, comme un premier pas roll mais insuffisant.

(©AFP / 18 janvier 2014 22h48)


http://www.romandie.com/news/n/_Le_rens … 142250.asp

Extrait de l'allocution : Tant que je suis président des Etats-Unis, la chancelière allemande n'aura pas à s'inquiéter d'une surveillance, a déclaré M. Obama cool

 

#323 19-01-2014 02:59:15

kézako
Membre du forum
Date d'inscription: 12-02-2007
Messages: 6573

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Extrait de l'allocution : Tant que je suis président des Etats-Unis, la chancelière allemande n'aura pas à s'inquiéter d'une surveillance, a déclaré M. Obama

De mémoire, son prédécesseur déclarait lui qu'une dictature ne le dérangerait pas tant qu'il en était le dictateur, c'est bien ça ?

Dernière modification par kézako (19-01-2014 04:36:44)


« La première victime d’une guerre, c’est la vérité » Déclaration du sénateur américain Hiram Johnson en 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis.

Vous avez dit anti-américanisme ?

Hors ligne

 

#324 31-01-2014 23:58:15

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Une vidéo incroyable : la destruction des ordinateurs, disques durs, SD, clés USB du Guardian.
INCROYABLE !!!



Nous voici revenus au Moyen-Age, au temps de la Sainte Inquisition.

Dernière modification par Frenchie (31-01-2014 23:59:28)

 

#325 01-02-2014 00:12:34

Nexus
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

L'histoire des ordinateurs piratés sans internet ca me parait quand même n'importe quoi...
On a l'impression qu'ils créent une psychose avec ces "révélations" de façon à créer une totale résignation ("ils" controlent tout donc on peut rien faire !)

Oui il est possible de planquer un petit émetteur usb interne... et après, ils en font quoi ?
A moins d'opérations d'espionage ciblé (et la je dis OK c'est de la mise sur écoute)... mais 100 000 machines roll

 

#326 01-02-2014 15:33:23

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Les chefs du renseignement américain ont appelé, mercredi 29 janvier, l'ex-consultant Edward Snowden à rendre les documents de la NSA qu'il a subtilisés et dont une partie a été rendue publique, assurant que cela posait une « menace grave » à la sécurité nationale.

« Snowden affirme qu'il a gagné et que sa mission est accomplie. Si c'est le cas, je lui demande, ainsi qu'à ses complices, de rendre les documents volés qui n'ont pas encore été rendus publics afin d'empêcher tout dommage supplémentaire à la sécurité des Etats-Unis », a déclaré pour la NSA le directeur national du renseignement, James Clapper, lors d'une audition devant les sénateurs de la commission du renseignement. Les agissements d'Edward Snowden, aujourd'hui réfugié en Russie, posent « une menace grave pour notre sécurité nationale », a abondé le directeur du renseignement militaire, le général Michael Flynn, également auditionné par les sénateurs.
Ancien consultant de la NSA, Edward Snowden est accusé d'avoir subtilisé quelque 58 000 documents de l'Agence de sécurité nationale, la NSA, dont environ un millier ont depuis juin été rendus publics dans la presse mondiale. Le jeune homme assure avoir agi pour dénoncer l'ampleur des programmes de collecte de renseignement de la NSA et ses empiétements sur la vie privée des Américains. Il a toujours affirmé ne plus avoir accès aux documents qu'il a copiés sur les serveurs de l'agence de sécurité, après les avoir confiés à des journalistes.

http://www.lemonde.fr/technologies/arti … 51865.html

Ceci tend à faire penser que le PIRE n'a pas été dévoilé. En tout cas, ils ont encore beaucoup de secrets embarrassants.

Nexus, avec tout le respect que je te dois, je pense que tu es un peu à côté de la plaque.

Dernière modification par Frenchie (01-02-2014 15:34:57)

 

#327 12-02-2014 08:59:46

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6596

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

http://www.framablog.org/index.php/post … n-mayfield
Le cas Brandon Mayfield : une surveillance terrifiante

Hors ligne

 

#328 12-02-2014 12:59:07

cristof
Membre Actif Asso
Lieu: Poitou-Charentes
Date d'inscription: 13-02-2007
Messages: 1457

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Dimanche dernier, Edward Snowden qu'on ne présente plus a été interviewé par la télévision allemande.

http://rutube.ru/video/bf6143e3a78fb480 … /?ref=logo


Membre du GT Edition Vidéos   
Pour soumettre une vidéo à traduire pour publication sur Reopen911, rendez-vous sur ce fil http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=13262
Pour soumettre une vidéo en français ou déjà traduite, utilisez notre formulaire en ligne http://www.reopen911.info/videos/soumet … video.html

Hors ligne

 

#329 12-02-2014 14:27:16

Redford
Membre du forum
Date d'inscription: 11-09-2007
Messages: 5701

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Oui, énorme interview. A voir absolument.


"Croire l’histoire officielle consiste à croire des meurtriers sur parole"  Simone Weil

Hors ligne

 

#330 16-02-2014 20:28:36

Sky
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2008
Messages: 1689

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Salut,






La plus grand lacune de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle

Hors ligne

 

#331 17-02-2014 20:50:41

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

World Socialist Web Site - 14 02 2014 :

Le Parlement européen supprime un appel à la protection d'Edward Snowden

Par Bill Van Auken
14 février 2014

Sous une pression intense du gouvernement Obama et des gouvernements nationaux en Europe, une commission du Parlement européen a supprimé une mesure qui demandait l'asile et la protection pour le lanceur d'alerte de la NSA Edward Snowden s'il pouvait quitter son abri temporaire en Russie pour une destination au sein de l'Union européenne.

Non seulement la commission a rejeté un amendement mercredi qui aurait appelé les membres de l'UE à offrir leur protection à Snowden contre la persécution qu'il subit de la part des autorités américaines, elle a aussi supprimé toute mention de son nom d'un rapport de 60 pages qui s'appuie entièrement sur les documents secrets qu'il a rendu public. Ces documents ont exposé une opération d'espionnage massive contre des centaines de millions de gens en Europe, aux États-Unis et partout ailleurs. Ce rapport devrait être soumis au Parlement réuni au complet le mois prochain.

Un amendement proposant de demander aux autorités américaines d'abandonner les tentatives de poursuivre Snowden en vertu de la Loi sur l'espionnage de 1917 a également été rejeté.

Ce vote a eu lieu mercredi après-midi à la commission du Parlement européen sur les libertés fondamentales, qui a approuvé un rapport préliminaire sur la surveillance de masse préparé par Claude Moraes, le chef en second du groupe des députés travaillistes britanniques au Parlement européen. Ce rapport est passé avec 33 votes pour, 7 contre et 17 abstentions.

L'amendement proposé en défense de Snowden demandait aux Etats membres de l'UE « d'abandonner les accusations pénales, s'il y en a, contre Edward Snowden et de lui offrir une protection contre les poursuites, les extraditions ou les détournements par des tiers, en reconnaissance de son statut de lanceur d'alerte et de défenseur international des droits de l'Homme. »

Une autre résolution, également refusée, appelait Washington à « accorder l'amnistie à Edward Snowden pour engager un processus qui reconçoive la trajectoire des agences de renseignements. »

Les Verts européens, qui avaient rédigé la proposition d'amendement demandant la protection de Snowden, ont condamnés la validation de ce rapport expurgé, pointant que sans les actions de Snowden, il n'y aurait aucune des révélations sur la surveillance de masse illégale, qui sont la base du document.

« Les députés européens de centre-droit et socialistes ont voté pour abandonner Edward Snowden en rejetant un amendement qui demandait qu'on lui accorde une protection dans l'UE, » a dit le porte-parole des verts Jan Philipp Albrecht après le vote. « Les courageuses révélations d'Edward Snowden ont fourni la base de cette enquête, et ne pas reconnaître cette contribution vitale en appelant à sa protection est une preuve de lâcheté, née d'un désir de ne pas offenser les États-Unis. »

La réaction du groupe de la Gauche unie européenne au Parlement européen, qui comprend des organisations comme Die Linke (parti La gauche) en Allemagne, le Front de gauche français, et SYRIZA en Grèce, ainsi que divers partis staliniens, a été bien plus discrète.

« Nous accueillons favorablement l'adoption de ce rapport parce que pour la première fois le Parlement admet effectivement que cet espionnage et cette surveillance ont réellement eu lieu, au lieu de simplement les supposer, » a indiqué la présidente du groupe, Gabi Zimmer de Die Linke.

« Cependant, il est à regretter, » a-t-elle poursuivi, « il n'y a eu aucune discussion sur les abus des lois anti-terroristes qui sont fondées sur de fausses estimations, rien sur la proposition d'un asile à Snowden, aucune demande de mettre fin au Partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP), et aucune véritable révision de l'architecture générale de la sécurité aujourd'hui, avec le flou sur la distinction entre sécurité interne et externe, entre la police et les services de renseignements. »

La mention de Snowden comme une simple réflexion après-coup dans la foulée de diverses autres regrets sur une résolution qu'ils applaudissent dans l'ensemble reflète le cynisme politique de ces gens, qui n'ont mené aucune véritable campagne pour défendre le lanceur d'alerte de la NSA. Ces groupes, qui représentent des couches privilégiées au sein des classes moyennes européennes, s'adaptent aux partis sociaux-démocrates droitiers comme le SPD en Allemagne, le Parti socialiste en France, et le Parti travailliste britannique, qui ont fourni les votes nécessaires pour que les partis conservateurs de l'Union européenne bloquent toute référence à Snowden.

Après avoir battu l'amendement sur Snowden, la commission a adopté une alternative inoffensive proposée par le groupe des « socialistes et démocrates » où figurent le SPD et le Parti travailliste, qui demande simplement à l'UE d'« examiner de manière exhaustive la possibilité d'accorder une protection internationale aux lanceurs d'alerte contre les persécutions. »

Le rapport demande la suspension de l'accord SWIFT entre l'UE et Washington, qui permet le transfert aux américains des informations de transferts bancaires internationaux pour des buts prétendument antiterroristes. Les documents fournis par Snowden ont rendu clair le fait que la NSA mène un espionnage de grande ampleur sur les transactions bancaires et les services de cartes de crédit en Europe. Ce document défend également la suspension du pacte de « havre sûr » qui permet aux compagnies américaines de s'auto-certifier sur leur respect des règles européennes de protection de la vie privée.

Moraes, l'auteur du rapport, a clairement dit que l'objectif des factions les plus fortes au Parlement européen était de faire quelques gestes sans engagement en faveur des droits démocratiques afin de surmonter les révélations dévastatrices de l'espionnage illégal qui est mené en Europe et internationalement.

« Ce avec quoi nous nous retrouvons c'est une condamnation du rassemblement systématique, généralisé, des données personnelles, » a dit Moraes. « Nous voulons tracer une limite entre les données qui sont utiles pour la sécurité et les données qui ne sont d'aucune utilité pour cet objectif. »

Le vote sur ce rapport intervient dans le contexte des accords passés pour permettre à Snowden de témoigner devant la commission des droits démocratiques du Parlement européen au début du mois prochain. Snowden, qui vit en asile en Russie, a accepté de répondre à des questions avec un enregistrement vidéo, mais a refusé pour des raisons de sécurité d'être présent sur place ou d'utiliser un conférence vidéo interactive. Un certain nombre d'agents de l'armée et des services de renseignements américains ont été cités le mois dernier préconisant d'assassiner Snowden.

Le gouvernement américain s'est fortement opposé à l'apparition de l'ex-agent de la NSA devant la commission, une position exprimée très clairement par une délégation du Congrès américain qui s'était rendue en visite au Parlement européen en décembre dernier et avait brandi la menace de représailles si Snowden était autorisé à parler. Le membre du Congrès Mike Rogers, le président républicain de la Commission sur les services de renseignements de la Chambre des députés, avait déclaré à Bruxelles qu'il n'était « pas digne » du Parlement européen de parler à un « félon », et avait dit, menaçant, qu'un développement de ce genre risquerait de signifier la fin des négociations sur l'accord de libre-échange entre les États-Unis et l'Europe.

Si la pression américaine était considérable, le rejet de l'amendement qui demandait de protéger Snowden n'est pas seulement une question de forces extérieures, mais le résultat de décisions prises au sein des principaux gouvernements et partis politiques européens. Comme leurs homologues à Washington, ces gouvernements et ces partis défendent les intérêts d'une étroite oligarchie financière et patronale. Ils n'ont aucune raison de défendre les droits démocratiques et sont complices des opérations d'espionnage totalitaires de la NSA.

Ce point a été exprimé en toute candeur l'année dernière par le sénateur américain Chris Murphy (démocrate du Connecticut), qui préside la sous-commission du Sénat aux affaires étrangères en charge des affaires européennes. Ses remarques prononcées à Bruxelles visaient à empêcher à l'avance toute aide à Snowden et tout rapport du Parlement européen critiquant les opérations d'espionnage américaines. Murphy a insisté sur l'idée que toute divergence avec un Etat européen devait être aplanie de manière bilatérale, sans passer par l'UE. Après tout, a-t-il insisté, l'interception générale des communications par téléphone, courriel et internet était menée « en grande partie en coordination avec les services de renseignements de vos propres pays. »

(Article original paru le 13 février 2014)

http://www.wsws.org/fr/articles/2014/fe … -f14.shtml


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#332 09-04-2014 18:51:10

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1329

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Gloire et honneur à la Cour de Justice de l’UE qui protège nos libertés contre les gouvernements policiers

http://lesactualitesdudroit.20minutes-b … 95986.html

Heureusement que l’Europe et ses juges sont là pour répondre à la vigilance des militants de la liberté, à l’heure où nos gouvernements redoublent d’énergie pour promouvoir le modèle moutonnier et faire de nous des numéros, espionnables à merci.

Le genre de trucs qui me désespère : nos concitoyens adorent être surveillés, et trouvent logique de voir leur vie privée piétinée par leurs gouvernements, au motif que ce serait le prix à payer contre les méchants terroristes divers et variés… Avec ce cri angélique, pur produit de la culture de la soumission : « Ils peuvent bien me surveiller, moi, je n’ai rien à me reprocher ».

Alors, un constat rassurant : les juges veillent sur nos libertés.

Le juge à l’honneur, c’est la Cour de Justice de l’Union Européenne, celle qui siège à Luxembourg. Très sous-estimée dans la chronique ambiante, car c’est la cour du libéralisme débridé et de la déréglementation néo-capitaliste et autres salades. Très drôle… C’est la seule juridiction internationale qui s’est opposée aux décisions illégales du Conseil de sécurité, et a fait plier le Conseil (Arrêt Kadi, 2008),... mais il est tellement jouissif de critiquer sans savoir et en prenant l’air éveillé d’un cadre UMP. 

Cette directive?

Le texte en cause est la directive 2006/24/CE du Parlement européen et du Conseil du 15 mars 2006 sur la conservation de données générées ou traitées dans le cadre de la fourniture de services de communications électroniques accessibles au public ou de réseaux publics de communications. Conserver vos données personnelles, quel bonheur…


Le but est de fournir un cadre aux mesures nationales sur la conservation du trafic internet des particuliers. Eh oui, il y a tant de vilains bandits qu’il faut rendre ces données disponibles à « des fins de prévention, de recherche, de détection et de poursuite des infractions graves, comme notamment les infractions liées à la criminalité organisée et au terrorisme. » Voilà, le mot magique est lâché : terrorisme. C’est le sésame bien connu pour faire n’importe quoi.

En pratique, les fournisseurs d’accès se trouvent obligés de conserver les données relatives au trafic, à localisation ainsi que celles nécessaires à l’identification de l’abonné ou l’utilisateur. En revanche, ils ne peuvent conserver le contenu de la communication et des informations consultées. Génial, on va enfin pouvoir lutter contre les méchants terroristes en surveillant vos amis, vos contacts et l’autre moitié de votre cœur.  18910852.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx.jpg

La Haute Cour d’Irlande et la Cour Constitutionnelle d’Autriche avaient été saisies par de fiers citoyens, et ces deux juridictions ont demandé à la Cour de Justice de l'UE d’examiner la validité de la directive.

Qu’autorise la directive ?

Elle permet de savoir avec quelle personne et par quel moyen un abonné a communiqué, de déterminer le temps de la communication ainsi que l’endroit à partir duquel celle-ci a eu lieu et de connaître la fréquence de ces communications. Donc, un ensemble d'indications très précises sur la vie privée des personnes : habitudes de la vie quotidienne, lieux de séjour permanents ou temporaires, déplacements journaliers ou autres, activités exercées, les relations sociales et les milieux sociaux fréquentés.

Pour la Cour, « imposant la conservation de ces données et en en permettant l’accès aux autorités nationales, la directive s’immisce de manière particulièrement grave dans les droits fondamentaux au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel ».

De plus, tout se fait en douce, de telle sorte que la personne espionnée ne peut se défendre : « Le fait que la conservation et l’utilisation ultérieure des données sont effectuées sans que l’abonné ou l’utilisateur inscrit en soit informé est susceptible de générer dans l’esprit des personnes concernées le sentiment que leur vie privée fait l’objet d’une surveillance constante ».

La directive ne permet pas de prendre connaissance du contenu des communications électroniques en tant que tel. Donc, ça c’est bon. Pour le flicage illicite, voir les méthodes de l’ami Obama, ce grand dépendeur d’andouilles.

Tout se joue dans l’absence de proportion.

Si la conservation prévues des données peut être considérée comme apte à réaliser l’objectif poursuivi de lutte contre les vilains bandits, « l’ingérence vaste et particulièrement grave de cette directive dans les droits fondamentaux en cause n’est pas suffisamment encadrée afin de garantir que cette ingérence soit effectivement limitée au strict nécessaire ». Oki ? Des méthodes de vilains bandits pour surveiller les vilains bandits ?

Premier point. La directive couvre de manière généralisée l’ensemble des individus, des moyens de communication électronique et des données relatives au trafic sans qu’aucune différenciation, limitation ou exception soit opérée en fonction de l’objectif de lutte contre les infractions graves.

en14950.jpgDeuxième point. La directive ne prévoit aucun critère objectif qui permettrait de garantir que les autorités nationales compétentes n’aient accès aux données et ne puissent les utiliser qu’aux seules fins de prévenir, détecter ou poursuivre pénalement des infractions susceptibles d’être considérées, au regard de l’ampleur et de la gravité de l’ingérence dans les droits fondamentaux en question, comme suffisamment graves pour justifier une telle ingérence. De plus, La directive ne prévoit pas les conditions matérielles et procédurales dans lesquelles les autorités nationales compétentes peuvent avoir accès à ces données et les utiliser. Et la Cour souligne : « L’accès aux données n’est notamment pas subordonné au contrôle préalable d’une juridiction ou d’une entité administrative indépendante ».

Troisièmement.  La directive impose une durée d’au moins six mois sans opérer une quelconque distinction par rapport à l’objectif poursuivi, et cette durée se situe entre 6 mois au minimum et 24 mois au maximum, sans définir de critères objectifs pouvant le justifier.

C’est donc l’arbitraire du flicage généralisé, mais ça ne suffit pas.

L'absence de garantie de destruction

La directive ne prévoit pas de garanties permettant d’assurer une protection efficace contre les risques d’abus ainsi que contre l’utilisation illicites de ces données. Pour pas se fâcher avec les businessmen, la directive autorise les fournisseurs de services à « tenir compte de considérations économiques lors de la détermination du niveau de sécurité qu’ils appliquent ». Donc je prends un panier percé car c’est moins cher… Surtout, elle ne garantit pas la destruction des données au terme de leur durée de conservation… et vu les budgets à prévoir, les données seront donc gardées de manière illimitées… 

La directive ne garantit pas non plus le contrôle par une autorité indépendante, alors qu’un tel contrôle « effectué sur la base du droit de l’Union, constitue un élément essentiel du respect de la protection des personnes à l’égard du traitement des données à caractère personnel ».

La partie est donc gagnée pour nos amis irlandais et allemands. Il va falloir maintenant regarder de près ce vaut notre législation nationale, avec ces Sinistres de l’Intérieur qui frétillent tant devant Internet... L’arrêt de la Cour Européenne est un vrai encouragement à se battre pour nos libertés, contre les vilains maquereaux de l’espionnite aigüe.

Libertés : une importante décision de la Cour européenne de justice sur les données personnelles
http://geopolis.francetvinfo.fr/liberte … tice-33407
Par Pierre Magnan | Publié le 08/04/2014 à 16H40, mis à jour le 08/04/2014 à 16H39

La justice européenne a imposé le 8 avril une révision de la législation européenne sur la conservation des données personnelles. Elle oblige ainsi l’Union européenne à redéfinir sa directive du 15 mars 2006, estimant qu’elle «comporte une ingérence d'une vaste ampleur et d'une gravité particulière dans les droits fondamentaux au respect de la vie privée et à la protection des données».

«La directive comporte une ingérence d’une vaste ampleur et d’une gravité particulière dans les droits fondamentaux au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel sans que cette ingérence soit limitée au strict nécessaire.» C’est par ces mots sévères que la Cour de Justice européenne vient de retoquer la directive européenne sur les données personnelles.

La directive (loi) européenne encadrait la possibilité pour les Etats européens de conserver jusqu'à 24 mois les différentes données liées notamment aux communications (internet, téléphone...) dans des buts de sécurité intérieure.

Derrière cette décision juridique revient le débat qui avait secoué les instances européennes sur la protection des données, notamment dans le cadre des exigences américaines: «Cette directive, qui a été votée dans le cadre des accords UE/Etats-Unis après les attentats du 11-Septembre, ne répondait pas aux exigences imposées par les droits fondamentaux à la vie privée et à la protection des données», s'est immédiatement félicitée la députée européenne (ex-PS, aujourd’hui Nouvelle Donne), Françoise Castex.

Droits fondamentaux au respect de la vie privée
La directive sur la conservation des données, qui vient donc d’être annulée, visait «à garantir la disponibilité de ces données à des fins de prévention, de recherche, de détection et de poursuite des infractions graves, comme notamment les infractions liées à la criminalité organisée et au terrorisme».

La Cour avait été saisie par les justices constitutionnelles de deux pays (pas la France, mais l’Autriche et l’Irlande). Ces deux cours demandaient si cette directive était compatible avec «deux droits fondamentaux garantis par la charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, à savoir le droit fondamental au respect de la vie privée et le droit fondamental à la protection des données à caractère personnel».

Résultat, la décision de la Cour de Justice est sévère pour la loi européenne. «La Cour estime qu’en imposant la conservation de ces données et en en permettant l’accès aux autorités nationales compétentes, la directive s’immisce de manière particulièrement grave dans les droits fondamentaux au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel.»  La Cour affirme que «l’ingérence vaste et particulièrement grave de cette directive dans les droits fondamentaux en cause n’est pas suffisamment encadrée afin de garantir que cette ingérence soit effectivement limitée au strict nécessaire».
 
Pour la Cour, la directive incriminée est trop large et trop étendue dans le temps. Elle note ainsi que «l‘accès aux données n’est notamment pas subordonné au contrôle préalable d’une juridiction ou d’une entité administrative indépendante».

Conséquences internationales
Peter Hustinx, le Contrôleur européen de la protection des données, avait souligné la nécessité de veiller à mieux encadrer les informations personnelles et s'est félicité de cette décision de justice. Notamment dans les implications internationales que cela pouvait avoir. Avec les Etats-Unis notamment. Il l’a d’ailleurs rappelé récemment en affirmant: «Les révélations de M.Snowden sur la surveillance et l’interception à grande échelle des communications par la NSA ont également fait monter la tension. Dans ce contexte, certains aspects du paquet ont attiré davantage l’attention qu’auparavant. Cela a été le cas de l’extension du champ d’application de la législation européenne pour couvrir les opérateurs de pays tiers actifs sur le marché européen et des dispositions visant à empêcher tout transfert illicite de données vers des pays tiers. A un moment donné, on a même eu l’impression que la réforme était une réaction directe à l’affaire de la NSA.»

D'ailleurs, récemment, lors de la venue de Barack Obama en Europe, Bruxelles avait invité les Etats-Unis à modifier ses règles sur les données, les Etats-Unis recevant des informations de l'Europe. Après cette décision judiciaire, Françoise Castex estime que «cet arrêt confirme ma conviction qu’il est urgent de doter l’Europe d’un habeas corpus numérique, et de suspendre, une fois pour toute, les accords Safe Harbour et Swift/TFTP qui autorisent le transfert des données personnelles des Européens aux autorités américaines».

La Commissaire européenne Viviane Reding s'est montrée également satisfaite. Selon elle, cet arrêt confirme qu’il faut «avoir des autorités indépendantes dédiées à la protection des données pour garantir les droits fondamentaux».


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#333 09-04-2014 22:18:49

apetimedia
Membre du forum
Lieu: dans ce monde
Date d'inscription: 05-09-2008
Messages: 1595

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Voilà qu'on respire soudainement mieux.

Hors ligne

 

#334 15-04-2014 06:40:00

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1329

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Une autre bonne nouvelle !

Les journalistes de l'affaire Snowden raflent le prix Pulitzer
Publié le 14-04-2014  •  Modifié le 15-04-2014 à 05:45

http://www.rfi.fr/ameriques/20140414-wa … -pulitzer/

Les quotidiens américain The Washington Post et britannique The Guardian ont obtenu le prestigieux prix Pulitzer, dans la catégorie « service public », pour leurs enquêtes et articles basés sur les révélations d’Edward Snowden. Cet ancien consultant de la NSA réfugié en Russie a mis au jour ce que l’on appelle le « scandale de la NSA », révélant l’ampleur du programme d’écoutes de l’agence de renseignement. Une réforme de fond du fonctionnement de l’agence est en cours pour éviter que ces abus ne se reproduisent.


Avec notre correspondante à Washington,  Anne-Marie Capomaccio

En récompensant le Washington Post, le jury du prix Pulitzer choisit de placer l’ancien consultant de la NSA dans la catégorie des « lanceurs d’alerte ». Ses révélations sur les pratiques de l’agence ont provoqué un scandale international. Embarrassée, l’administration américaine a failli se brouiller avec ses plus proches alliés.

Les articles qui valent au quotidien de Washington sa distinction sont basés sur les milliers de documents subtilisés à la NSA par Edward Snowden. Une équipe de 28 journalistes a travaillé d’arrache-pied sur ce dossier explosif. « C’est une reconnaissance de l’importance de notre mission pour le respect des droits constitutionnels de chaque citoyen américain », s’est réjoui le directeur de la rédaction du quotidien.

Ce dernier ajoute que chaque mot a été pesé, que les commentaires de l’administration ont été sollicités à chaque étape, et que toute information touchant à la sécurité nationale a été retenue. Cette récompense va relancer le débat sur une éventuelle amnistie pour Edward Snowden, considéré comme un héros par certains, et comme un traitre qui a mis en danger le pays par les autres.

Toujours est-il qu'il serait mieux de récompenser Snowden lui-même avec une distinction internationale prestigieuse afin de le protéger d'avantage.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#335 15-04-2014 06:44:43

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1329

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

http://www.tv5.org/cms/chaine-francopho … 47d3d1.xml


Pulitzer : quatre journalistes hérauts des révélations de Snowden
New York (AFP) - 14.04.2014 20:58


Laura Poitras (droite) et Glenn Greewald (deuxième à droite) avec Ewen MacAskill (deuxième à gauche) et Barton Gellman (gauche) reçoivent un prix à l'Université de Long Island le 11 avril 2014
http://img15.hostingpics.net/pics/669744912000ca0baf1866a8e45a221eb6e5ae19e272a6.jpg


Quatre journalistes se cachent derrière le prix Pulitzer décerné lundi aux journaux The Guardian et The Washington Post, qui ont révélé l'ampleur des programmes américains de surveillance, grâce à des documents fournis par Edward Snowden.

- Glenn Greenwald, un ancien avocat des libertés civiques.

Il est devenu le plus connu des journalistes quand il a révélé dans les pages du Guardian l'étendue des programmes de l'agence américaine de renseignement NSA.

Né à New York, vivant au Brésil, M. Greenwald s'est d'abord spécialisé dans les droits civiques avant de se tourner en 2005 vers l'écriture et le "journalisme de combat". Il estime notamment que les efforts des journalistes pour rester objectifs "affaiblissent la profession".

Il a fait éclater l'affaire le 5 juin 2013 en révélant que la NSA avait collecté des millions de données téléphoniques auprès de l'opérateur américain Verizon, suivant la décision d'un tribunal secret. Le nom de sa source, Edward Snowden, ne sera révélé que le 9 juin.

Le journaliste a ensuite continué à écrire sur d'autres programmes de la NSA, son partage de données avec les services britanniques GCHQ ou l'espionnage de dirigeants mondiaux.

Le directeur du renseignement James Clapper a qualifié ceux qui travaillaient avec M. Snowden de "complices", et leur a demandé de rapporter les documents pour ne pas causer de "dégâts supplémentaires" à la sécurité nationale.

M. Greenwald a rejoint cette année le site internet d'information "The Intercept" lancé par le fondateur d'eBay, Pierre Omidyar.

- Barton Gellman, un habitué de la chasse aux secrets.

Ce journaliste du Washington Post a déjà gagné deux Pulitzer: en 2002 avec l'équipe du quotidien pour la couverture des attentats du 11 septembre 2001, puis en 2008 avec sa collègue Jo Becker pour ses révélations sur l'influence du vice-président Dick Cheney sur la présidence de George W. Bush.

Il a notamment travaillé avec la réalisatrice américaine de documentaires Laura Poitras, avec laquelle il a obtenu un accès direct à Edward Snowden.

Etudiant à l'université Princeton en 1981, il y dénonçait déjà la "préférence particulière de l'administration pour le secret".

M. Snowden "voulait seulement parler en utilisant des canaux très secrets, très sécurisés, et (Laura Poitras) est venue vers moi un jour et m'a demandé +est-ce que je peux vous parler en toute confiance?+. Et elle m'a montré des notes sur ces conversations", a raconté M. Gellman sur la radio NPR.

Il s'est dit lundi "très heureux" du Pulitzer décerné à son journal, ajoutant être "soulagé de n'avoir pas fait tout rater".

- Laura Poitras, réalisatrice en coulisses.

Cette journaliste et réalisatrice, qui vit à Berlin, fut l'un des premiers contacts d'Edward Snowden quand Glenn Greenwald a d'abord ignoré les messages que lui envoyait l'ancien consultant.

M. Snowden "n'arrêtait pas de me harceler, mais à un moment ça l'a frustré et il est allé vers Laura", a raconté Glenn Greenwald au New York Times.

Laura Poitras a aussi "mis au point toute la sécurité opérationnelle" des révélations. Elle a filmé l'interview de M. Snowden à Hong Kong qui a été ensuite publié sur le site du Guardian.

Elle a également co-signé un article dans le Washington Post avec Barton Gellman le 6 juin sur le programme Prism, qui permet à la NSA d'accéder aux serveurs des géants de l'internet.

Mme Poitras a rejoint comme M. Greenwald "The Intercept".

- Ewen MacAskill, spécialiste du renseignement au Guardian.

Ce journaliste en charge des questions de défense et de renseignement au Guardian s'est rendu à Hong Kong avec M. Greenwald et Mme Poitras pour interviewer pendant plusieurs jours M. Snowden.

M. MacAskill a dirigé le bureau du Guardian à Washington de 2007 à 2013, après avoir été le correspondant diplomatique du quotidien britannique.

"J'ai tendance à croire que (Snowden) est un lanceur d'alerte. Il était à la CIA, il était à la NSA (...) et il n'a pas aimé ce qu'il a vu là-bas", a-t-il estimé, louant Edward Snowden pour son "courage" d'avoir "choisi de ne pas rester anonyme".

M. MacAskill a souligné qu'avec ses autres collègues journalistes il avait fait "très attention de ne pas publier quoi que ce soit qui mettrait en danger les services de sécurité" américains.


© 2014 AFP

Dernière modification par Mariflo (15-04-2014 06:47:52)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#336 10-05-2014 18:41:56

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Aaaah VAL! cool
Quand je pense que je l'ai vu avec FONT en concert dans les 80 et que je me suis bien marré.
Au moins on ne devrait pas trop se friter entre pro et anti-VAL tongue

De Pierre HASKI sur Rue89

Pour Philippe Val, Snowden est un « traître à la démocratie »

Edward Snowden est un traître à la démocratie : ce n’est pas George Bush qui parle de l’ancien agent américain qui a dénoncé les écoutes massives de la NSA, mais Philippe Val, directeur d’une radio du service public français (et, on a de la peine à s’en souvenir, ex-patron de Charlie-Hebdo) !

Philippe Val est sur le départ de la direction de France Inter, et c’est sans doute pour ça qu’il se permet d’oublier le devoir de réserve auquel il s’est largement astreint depuis sa nomination en 2009.

C’est au cours d’une rencontre avec Les Amis du Crif, le Conseil représentatif des institutions juives de France, que Philippe Val a tenu ces propos surprenants, et dont le Crif rend compte sur son site vendredi.

Selon le compte rendu en style indirect du Crif, Philippe Val, qui évoquait les raisons de la crise de la presse, a déclaré :  « Le fait que le prix Pulitzer ait été attribué aux journalistes qui ont révélé l’affaire Snowden est le symbole de la crise de la presse car Snowden est un traître à la démocratie. »

Il y a certes débat sur le geste d’Edward Snowden, mais le prix Pulitzer qui a récompensé récemment les journalistes du Guardian et du Washington Post qui ont fait connaître les révélations de l’ancien agent américain montre qu’une partie non négligeable de l’establishment américain pense que ces révélations étaient salutaires.

En faire le symbole de la crise de la presse place son auteur très à droite sur l’échiquier politique... américain, car même ceux qui, comme Barack Obama, condamnent le geste de Snowden, ne sont jamais allés aussi loin que Philippe Val.
La faute à Bourdieu

Parmi les autres raisons de la crise de la presse avancées, toujours selon le compte rendu du Crif, par Philippe Val, on relève :

    l’intérêt des jeunes journalistes pour l’idéologie de Bourdieu selon laquelle les dominants ont toujours tort et les dominés toujours raison ;
    les journalistes font la course au scoop. Il faut être le plus rapide mais le contenu déçoit donc les ventes chutent ;

    Internet reste une jungle dans laquelle la vérité peut être loin derrière le mensonge. La circulation des informations n’est pas toujours maîtrisée. On retrouve le pire d’Internet dans des « vrais » journaux ;

    l’inculture des journalistes télé qui passent leur temps à inviter des « experts » sur les plateaux, alors qu’ils devraient être capables de commenter eux-mêmes.

On savait Philippe Val depuis longtemps proche des thèses de l’aile néo-conservatrice américaine, mais on aurait pensé qu’il attendrait la fin réelle de son mandat à la tête de la principale radio du service public français pour exprimer des opinions aussi polémiques. Si on avait l’esprit mal tourné, on parlerait de « trahison de la démocratie »...



http://rue89.nouvelobs.com/2014/05/10/p … tie-252075

 

#337 10-05-2014 21:08:25

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6596

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Bref, Val a touché le Font...

Hors ligne

 

#338 10-05-2014 22:15:10

franck33
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Larez a écrit:

Bref, Val a touché le Font...

Si c'etait que lui !

 

#339 10-05-2014 23:36:08

Francky la Hache
Membre du forum
Date d'inscription: 07-08-2008
Messages: 984

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Avec ce petit test (mode plage), on a une compilation d'explications sur l'accord ou non d'asile pour Snowden.
http://www.lemonde.fr/europeennes-2014/ … 50146.html

multiple a écrit:

Que pensent les différents partis sur cette question ?Cliquez sur le logo d'un parti pour voir la position du parti et son explication.

==
UMP: Pas d'accord

Une telle décision doit être laissée à la décision souveraine des Etats.

==
Union Démocratique Bretonne: D'accord

En révélant les dérives du système de surveillance américain, Edward Snowden a défendu les valeurs dont se réclame l'Union européenne.

==
Régions et Peuples solidaires: D'accord

Aucune explication n'a été communiquée

==
PS - PRG: Pas d'accord

Le droit d'accorder l'asile est une compétence des Etats membres et pas de l'Union européenne.

==
Parti Pirate: D'accord

Edward Snowden est un héros qui a sacrifié son existence pour informer le peuple. A ce titre, il devrait être considéré comme un réfugié politique.

==
Parti Fédéraliste Européen: D'accord

Aucune explication n'a été communiquée

==
Parti Européen: Pas d'accord

Aucune explication n'a été communiquée

==
Nouvelle Donne: D'accord

Aucune explication n'a été communiquée

==
Nous Citoyens: Indifférent

Aucune explication n'a été communiquée

==
Mouvement Socialiste Alternatif: D'accord

Je suis pour toutes les formes de liberté.

==
Les Européens (UDI-MODEM): D'accord

Aucune explication n'a été communiquée

==
Front National: D'accord

Oui, s'il y a un cas de véritable asile politique, c'est bien celui-là ! Et nous l'empêchons de survoler l'Europe en avion ! Scandale absolu et servilité européenne…

==
Front de Gauche: D'accord

Plusieurs prises de position publiques en ce sens.

==
Force Vie: Pas d'accord

Aucune explication n'a été communiquée

==
Féministes pour une Europe solidaire: D'accord

Aucune explication n'a été communiquée

==
Europe Écologie Les Verts (EELV): D'accord

La gestion actuelle des frontières de l’Europe est indigne. Elle est à l'origine de la mort de milliers de candidats à l’exil, de graves violations des droits fondamentaux et accentue le poids des mafias. Il faut notamment réformer le droit d'asile (fin du règlement Dublin II), harmoniser les règles pour faciliter les démarches, et les rendre plus justes et plus rapides.

==
Europe Démocratie Espéranto: Indifférent

Pas d'opinions convergentes.

==
Europe Citoyenne: D'accord

Nous sommes pour la protection des lanceurs d'alerte et à ce titre, nous estimons qu'Edward Snowden devrait être protégé par l'Union européenne. Sans juger le personnage en lui même, ses révélations sur la NSA ont permis de faire avancer la démocratie.

==
Debout la République: D'accord

Edward Snowden a rendu de grands services à la liberté du monde et pour la mise à jour des pratiques scandaleuses des États-Unis en Europe et dans le monde. L'Europe s'honorerait à lui accorder sa protection, plutôt que de chercher à négocier le traité transatlantique dans le dos des citoyens.

Hors ligne

 

#340 13-05-2014 23:06:01

Sky
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2008
Messages: 1689

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Salut,

J'attire votre attention sur ce doc de Greenwald, spécialement la page 194

DOCUMENTS FROM NO PLACE TO HIDE
Glenn Greenwald’s No Place to Hide includes the following documents from the Snowden archive.
For discussion of these documents, please see the book at the page numbers indicated.

http://hbpub.vo.llnwd.net/o16/video/olm … ressed.pdf


La plus grand lacune de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle

Hors ligne

 

#341 14-05-2014 09:32:27

Griffin
Membre du forum
Date d'inscription: 19-07-2011
Messages: 815

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Pour ceux qui ont la flemme de chercher :

Page 194
SECRET//SI//REL TO USA, FVEY

DISRUPTION
Operational
Playbook


*Infiltration Operation
*Ruse Operation
*Set Piece Operation
*False Flag Operation
*False Rescue Operation
*Disruption Operation
*Sting Operation

Mince alors, on peut avoir des exemples de False Flag ? big_smile

Hors ligne

 

#342 16-05-2014 21:51:53

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Greenwald va capitaliser sur les documents Snowden !
En tout cas, ses extraits sont d'une lenteur de chargement !
Son serveur http://hbpub.vo.llnwd.net/ a une bande passante toute pourrie.
Il aurait dû demander un hébergement à la NSA, au lieu de Limelight Networks, qui passe par une IP "faussement" localisée en pleine campagne italienne, avec sa filiale italienne. roll

Dernière modification par Westgate (16-05-2014 21:53:49)


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

#343 18-05-2014 14:20:05

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Pour tous ceux qui n'ont pas de difficultés en anglais (ce qui est mon cas, évidemment), je ne peux que conseiller ce reportage de PBS qui vient de sortir : "United States of Secrets", c'est la partie I pour l'instant, qui raconte l'histoire de la fuite des documents par Snowden.
Documentaire passionnant, dont on peut espérer que quelqu'un aura le temps et le courage de le sous-titrer en français, afin qu'ils devienne accessible aux non anglophones.

Sur Youtube :

A enregistrer sur vos disques durs avant que Youtube ne l'enlève.

Dernière modification par Westgate (18-05-2014 14:31:31)


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

#344 18-05-2014 16:06:07

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Le scandale des écoutes de la NSA aurait pu éclater en 2004
16.05.2014 16:38
http://www.rts.ch/2014/03/24/09/28/5715925.image?w=534&h=301
Les locaux de la NSA à Bluffdale, dans l'Etat américain de l'Utah. [AP Photo/Rick Bowmer - Keystone]

Les révélations sur le programme des écoutes de la NSA aurait pu éclater 9 ans plus tôt, selon l'ex-rédacteur en chef du New York Times. Il affirme à la télévision américaine avoir subi des pressions.

Le New York Times aurait cédé aux pressions de la Maison Blanche pour ne pas publier un article de 2004 qui aurait dévoilé des aspects cruciaux du programme d'espionnage de la NSA, selon Aljazeera America qui cite un épisode de l'émission documentaire américaine "Frontline" sur la chaîne PBS.

C'est le rédacteur en chef du New York Times à cette époque, Bill Keller, qui révèle dans cette interview publiée le 13 mai avoir empêché cette publication.
Jusqu'aux révélations de Snowden

Lors d'une réunion avec des représentants du quotidien, l'administration de George W. Bush aurait ainsi martelé que l'article mettrait en danger la sécurité nationale des Etats-Unis.

Cette décision du New York Times a retardé les révélations sur les pratiques d'espionnage de l'agence de surveillance jusqu'en 2013. Date à laquelle l'ex-agent de la NSA Edward Snowden a divulgué les premiers détails du programme américain.

moha

http://www.rts.ch/info/sciences-tech/re … -2004.html


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

#345 18-05-2014 16:22:31

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

http://img.generation-nt.com/nsa-paquet-cisco_090280000001581632.jpg
Cliché de 2010, où l'on voit les employés de la division "Tailored Access Operations" de la NSA implanter un mouchard dans un routeur CISCO. Détournement du colis, puis renvoi dans le circuit Fedex ou UPS. Ni vu ni connu, le réseau concerné est compromis. Firewalls ou pas.

Dernière modification par Westgate (18-05-2014 16:23:36)


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

#346 18-05-2014 16:48:39

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Merci, Westgate, pour le doc. Commencé à le visionner. Quand aux photos des bouffons de la NSA, c'est tout simplement incroyable. On croirait presque un fake, même s'il n'en est rien (la photo aurait 3 ou 4 ans, apparemment). Pour moi, c'est de l'espionnage industriel, tout simplement. Sous couvert de lutte contre le terrorisme, la NSA est devenue un gigantesque outil d'espionnage industriel et politique. Le scandale Nixon du Watergate, du pipi de chat à côté.

 

#347 19-05-2014 00:33:05

Griffin
Membre du forum
Date d'inscription: 19-07-2011
Messages: 815

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Westgate a écrit:

http://img.generation-nt.com/nsa-paquet … 581632.jpg
Cliché de 2010, où l'on voit les employés de la division "Tailored Access Operations" de la NSA implanter un mouchard dans un routeur CISCO. Détournement du colis, puis renvoi dans le circuit Fedex ou UPS. Ni vu ni connu, le réseau concerné est compromis. Firewalls ou pas.

Pour le coup, je trouve que c'est l'exemple parfait du complot qui est resté secret des dizaines d'années alors que de milliers de personnes (des petites fourmis) étaient au courant.

Hors ligne

 

#348 19-05-2014 20:12:19

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Tout comme le 11 septembre. L'argument principal entendu, aussi bien aux Etats-Unis qu'en France, a toujours été celui-ci. Impossible de cacher un tel complot. C'est pourtant ce que font les 50 000 employés de la NSA, et il a suffi un seul sous-traitant pour rompre l'omerta du silence qui durait depuis très longtemps.

Amusant aussi, le fait que Cisco se plaint dans une lettre adressée au Président Obama des méthodes de voyou de la NSA. Il craint de perdre ses clients étrangers.

Le PDG de Cisco se plaint de la NSA dans une lettre à Obama
Publié par Thomas Pontiroli le lundi 19 mai 2014

Les méthodes de la NSA pour surveiller l'Internet mondial ne sont pas du goût de tous les industriels du secteur. John Chambers, le PDG de Cisco, appelle le président Obama à revoir la réglementation.
http://img.clubic.com/00DC000007367755-photo-john-chambers-cisco.jpg
John Chambers Cisco
John Chambers est le PDG de l'équipementier en télécommunications américain Cisco et, depuis peu, il est désormais connu pour s'opposer publiquement à certaines des méthodes de l'agence de sécurité de son pays, la fameuse NSA. Si bien que le responsable a même écrit au président des Etats-Unis, Barack Obama, afin de lui faire part de « ce problème qui affecte un secteur tout entier ».

Dans ce courrier, dont Recode a obtenu une copie, John Chambers dénonce en particulier « des interceptions et des modifications (supposées, ndlr) par la NSA d'équipements informatiques et télécoms en transit entre leurs fabricants et leurs acheteurs ». Alors que Cisco était engagé lui-même dans une campagne de diabolisation du chinois Huawei - suspect de se laisser espionner par le régime de Pékin - afin qu'il ne s'installe pas dans les cœurs de réseau de son pays, l'américain fait désormais figure d'arroseur arrosé.

http://pro.clubic.com/entreprises/cisco … obama.html

Dernière modification par Westgate (19-05-2014 20:13:27)


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

#349 20-05-2014 01:03:08

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Washington lance des poursuites contre des militaires chinois

19/05/14 - 15h58 
http://static2.7sur7.be/static/photo/2014/17/2/13/20140519155058/media_xll_6753643.jpg
Source: Belga Le chef du Pentagone, Chuck Hagel, n'avait pas hésité à affirmer en juin 2013 que l'espionnage informatique visant les Etats-Unis était "en partie lié à l'armée et au gouvernement chinois". © getty.

Les Etats-Unis ont pour la première fois lancé des poursuites pour espionnage informatique à l'encontre de membres de l'armée chinoise qu'ils accusent d'avoir dérobé des secrets industriels d'entreprises américaines, rapportent lundi plusieurs médias américains.

Le département américain de la Justice a annoncé une conférence de presse dans la matinée au cours de laquelle il devrait présenter "une inculpation dans une affaire de sécurité nationale".

http://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/a … nois.dhtml

http://www.mrconservative.com/files/2013/04/66.jpg
[Merci de limiter la taille des images]


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

#350 20-05-2014 04:31:27

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Obama, Snowden et Putin
http://www.blackagendareport.com/sites/www.blackagendareport.com/files/imagecache/feature400/obama_vs_putin_on_snowden.jpg

Le prix Nobel de la Paix, Obama poursuit Snowden
http://goodmorningfloridakeys.com/wp-content/uploads/2013/06/Obama-on-Snowden.gif,

 

#351 31-05-2014 00:28:11

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

[i]Snowden : «J'étais un espion traditionnel»
LIBERATION 28 mai 2014

L'homme qui a révélé il y a un an le scandale de la NSA a été interviewé pour la première fois à la télé américaine. A NBC News, il explique notamment qu'il n'était pas un simple «administrateur systèmes».

Edward Snowden, l’homme à l’origine, il y a près d'un an, des révélations sur l’étendue de la surveillance américaine par le biais de la NSA, est apparu mardi pour la première fois sur une télé américaine. L’interview a été réalisée par NBC News la semaine dernière à Moscou, où Snowden, inculpé aux Etats-Unis pour espionnage, a obtenu en août le statut de réfugié pour un an. Un premier extrait de 3 minutes a été diffusé mardi soir, l’intégralité doit l'être ce mercredi soir.

Dans cet extrait, Snowden assure que contrairement à ce que prétend Washington il n'était pas qu’un «analyste de base» pour la NSA. «J’ai reçu une formation d’espion dans le sens traditionnel du terme. J’ai vécu et travaillé sous couverture à l’étranger, j’ai fait semblant d’avoir un travail que je n’avais pas. On m’a même donné un nom qui n’est pas le mien.»

«J’ai travaillé pour la CIA sous couverture à l’étranger, j’ai travaillé pour l’Agence américaine de sécurité (NSA) sous couverture à l’étranger. J’ai travaillé pour le renseignement militaire (DIA) en tant qu’enseignant à l’académie du contre-espionnage où j’ai développé des sources et des méthodes pour mettre en sûreté nos informations et nos concitoyens dans les environnements les plus hostiles de la planète. […] Alors quand on dit que je suis un administrateur systèmes de base, que je ne sais pas de quoi je parle, je pense que c’est quelque peu trompeur.»

C’est aussi ce qu’explique Glenn Greenwald, le journaliste qui a sorti l’affaire de la NSA grâce aux documents amassés par Snowden, dans son livre paru le 14 mai (Nulle part où se cacher, ed. JCLattès) : «Selon la description qu’il [Snowden] livre de son travail à Genève, il était bien plus qu’un simple "administrateur systèmes". Il était considéré comme le principal technicien et expert en cyber-sécurité de Suisse, et recevait ordre de se déplacer de région en région pour régler les problèmes que personne n’était capable de solutionner. Il avait été expressément choisi pas la CIA pour assister le président Bush en 2008, lors d’un sommet de l’Otan en Roumanie.»[/i]

http://www.liberation.fr/monde/2014/05/ … el_1028740

 

#352 31-05-2014 00:31:36

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

La NSA affirme ne pas avoir été alertée par Edward Snowden

Le renseignement américain a publié jeudi un courriel envoyé par Edward Snowden il y a plus d'un an. Il contredit, selon l'administration Obama, l'idée que l'ancien contractuel avait tenté d'alerter sa hiérarchie sur les pratiques de la NSA.

M. Snowden, qui a obtenu l'asile en Russie après ses révélations fracassantes sur les opérations de surveillance de l'Agence nationale de sécurité, a affirmé sur la chaÎne NBC qu'il avait essayé de prévenir le service juridique des agences de renseignement du caractère abusif de ce dispositif.

"J'ai respecté la voie hiérarchique, et il y en a des traces écrites", a assuré M. Snowden. "La NSA a des archives, ils ont des copies de courriels au service juridique (...) dans lesquels je m'inquiétais de l'interprétation par la NSA de son autorité".

"La réponse a été plus ou moins, dans des termes bureaucratiques: 'vous devriez arrêter de poser des questions'", a assuré l'ancien contractuel, inculpé d'espionnage aux Etats-Unis.

La NSA a tenté jeudi de contrer ces affirmations en publiant sur internet une copie d'un courriel envoyé par M. Snowden au service juridique le 5 avril 2013, soit environ deux mois avant ses révélations.

Dans ce court texte, M. Snowden demande des précisions sur la valeur juridique d'un décret vis-à-vis de celle d'un texte de loi. Il s'interroge aussi sur la hiérarchie de directives du département de la Défense et de la direction du renseignement.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a remarqué que "ce courriel n'a pas soulevé de questions ou d'inquiétudes sur des actions illégales ou des abus, mais a posé une question juridique". Il a aussi affirmé que c'était le seul de ce type émanant de M. Snowden qu'avait retrouvé l'administration.
cool

http://www.romandie.com/news/La-NSA-aff … 483239.rom

 

#353 31-05-2014 03:17:38

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Supedro, ils ne parlent que de ça outre-atlantique. Bien sûr, tu crois la NSA lol

Concernant la NSA, il apparait évident qu'une pression a été exercée sur l'auteur (oficiellement anonyme) de Truecrypt. Il arrête le développement et conseille d'adopter Bitlocker de Microsoft dont on sait vérolé par la NSA.
Personnellement, sous Linux, on n'utilise pas Truecrypt, dont la licence est peu claire, mais un fork en licence GPL, Realcrypt.

Depuis le mercredi 28 mai, le site dédié au logiciel de chiffrement TrueCrypt affiche une mise en garde concernant les dangers potentiels de son utilisation. Il est recommandé de basculer vers une autre solution, comme BitLocker.

L'annonce, publiée brutalement, interroge depuis mercredi soir : le site du logiciel TrueCrypt explique l'arrêt du développement de ce dernier, avec, en rouge, une mise en garde sans appel : « Avertissement : l'utilisation du logiciel TrueCrypt n'est pas sûre, car il peut contenir des failles de sécurité non corrigées ». De quoi pousser les utilisateurs du programme open source, destiné à chiffrer les données présentes sur un espace de stockage, à chercher une alternative.

Les créateurs du logiciel, qui ont gardé l'anonymat durant toute la durée de son développement, expliquent leur décision par l'arrêt du support de Windows XP, seul système d'exploitation populaire n'intégrant pas de fonctionnalité de chiffrement. Depuis Windows 7, Microsoft propose en effet BitLocker, prévu à cet effet mais uniquement présent dans l'édition Intégrale de l'OS. C'est d'ailleurs l'alternative conseillée par les développeurs de TrueCrypt, qui expliquent sur l'unique page restante du site officiel comment passer d'un logiciel à l'autre.

L'annonce de la fin de TrueCrypt a de quoi étonner les adeptes du chiffrement de données : ces derniers mois, le logiciel avait fait l'objet d'un audit de sécurité pour déterminer s'il était touché par du code malveillant, ou sensible aux backdoor. Les conclusions établies en avril ont démontré que le programme était sain : de fait, difficile de comprendre les mises en garde des développeurs publiées mercredi. On peut cependant imaginer que l'avertissement tient compte du fait que l'arrêt des mises à jour du programme ne permettra plus de combler les éventuelles failles détectées à partir de maintenant.

Mais un autre point troublant suscite les interrogations : le conseil donné par les développeurs d'utiliser BitLocker, le logiciel propriétaire de Microsoft. Ce dernier a en effet été pointé du doigt par les documents diffusés par Edward Snowden dans l'affaire Prism. L'analyste avait même conseillé de l'abandonner au profit de TrueCrypt. De fait, certains n'hésitent pas à soupçonner une pression exercée sur les concepteurs de TrueCrypt, pour stopper l'évolution du logiciel open source. C'est l'une des pistes envisagées par Matthew Green, un spécialiste du chiffrement qui avait participé à l'audit du programme. Ce dernier évoque la possibilité d'un chantage visant l'anonymat des développeurs, qui aurait pu les pousser à réagir de la sorte.

http://www.clubic.com/antivirus-securit … ement.html

La page de TrueCrypt : http://truecrypt.sourceforge.net/

WARNING: Using TrueCrypt is Not Secure As (*) it may contain unfixed security issues

This page exists only to help migrate existing data encrypted by TrueCrypt.

The development of TrueCrypt was ended in 5/2014 after Microsoft terminated support of Windows XP. Windows 8/7/Vista and later offer integrated support for encrypted disks and virtual disk images. Such integrated support is also available on other platforms (click here for more information). You should migrate any data encrypted by TrueCrypt to encrypted disks or virtual disk images supported on your platform.

(*) Not Secure As : je lis NSA

Dernière modification par Frenchie (31-05-2014 03:30:52)

 

#354 31-05-2014 03:36:09

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Donc, que s’est-il passé ? Un ou des pirates ont-ils vraiment eu accès au serveur de TrueCrypt et monté une opération élaborée ? Y a-t-il eu une divergence entre les développeurs ou un vrai problème qu’ils estiment irréparable ? Quelqu’un a-t-il menacé de révéler leur identité ? S’agit-il d’une requête légale de l’Etat américain, dont les développeurs ne pourraient pas parler ?

L’été dernier, le service de messagerie sécurisée Lavabit avait fermé ses portes sans donner d’explication, suite à une requête des autorités américaines lui demandant d’installer du “matériel de surveillance” dans son système. C’est une des pistes les plus graves pour TrueCrypt et, pourtant, l’une des plus évoquées.

Peu importe la raison ou l’auteur de ce stratagème, la mise à mort de la version actuelle de TrueCrypt semble prendre corps. Que ces méthodes viennent des développeurs eux-mêmes ou d’un tiers, le discrédit est jeté sur l’outil de sécurité. Pour l’instant, il n’y a plus que les comptes parodiques de la NSA pour le conseiller… Jusqu’à ce qu’une autre équipe reprenne éventuellement le flambeau. Affaire à suivre

Mon conseil pour échapper à la NSA
- Linux, sur un PC au BIOS non infecté
- VPN (et/ou Tor, suivant usages).
- Messagerie : protonmail.ch qui remplace avantageusement Lavabit; problème, vous avez réagi trop tard, il faudra attendre. J'utilise protonmail, satisfait, mais plus de nouvelles inscriptions.
- Cryptage avec Realcrypt de tous vos dossiers sensibles (ou une ancienne version, la 7.1 de Truecrypt, si vous n'utilisez pas Linux).

Des mots de passe différents suivant les usages, assez longs et non signifiants.
Méfiez-vous des terminaux mobiles, avec GPS. Méfiez-vous d'Androïd. Ne vous connectez jamais sur un Wifi public sans passer par un VPN.
Si vous n'en avez pas usage, coupez le WiFi de votre box; sinon, WPA2 avec un bon mot de passe, long.

Et enfin, si vous n'en avez pas usage, pas de smartphone, un bon vieux téléphone portable basique, puce sans abonnement.

Evidemment, cela va sans dire, pas de terminaux mobiles Apple (Ipad, Iphone); c'est pire qu'Androïd.

Dernière modification par Frenchie (31-05-2014 03:47:59)

 

#355 31-05-2014 04:35:39

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Frenchie a écrit:

Bien sûr, tu crois la NSA lol

Ah bon? roll

Dernière modification par Supedro (31-05-2014 04:41:51)

 

#356 31-05-2014 06:19:29

Redford
Membre du forum
Date d'inscription: 11-09-2007
Messages: 5701

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Frenchie était ironique, je pense.

Not Secure As: si les majuscules sont là d'origines, ce n'est certainement pas innocent.


"Croire l’histoire officielle consiste à croire des meurtriers sur parole"  Simone Weil

Hors ligne

 

#357 31-05-2014 13:06:05

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Evidemment, c'est comme Linus Torlvalds (devenu citoyen américain) qui répond lorsqu'on lui demande si la NSA lui a demandé de mettre une backdoor dans le noyau : "No" en hochant positivement la tête.

 

#358 31-05-2014 14:41:36

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Je confirme cette curieuse histoire.

Truecrypt s'est bien sabordé.
http://truecrypt.sourceforge.net/

La raison n'en est pas claire, mais tout laisse à penser que la NSA a fait pression sur le/les développeurs, officiellement anonymes (mais sûrement pas pour la NSA). Ou alors, la NSA leur a proposé un pont d'or. TrueCrypt conseille de migrer vers la solution Microsoft BitLocker, qui contient une backdoor pour la NSA (voir révélations Snowden).
Les audits indépendants n'ont révélé aucune faiblesse cryptographique de TrueCypt.
Les médias français, nuls et/ou manipulés, comme d'habitude, propagent la peur des failles de Truecrypt. Contrairement aux médias spécialisés américains, qui ont bien réagi.

Le code source va être repris, quoi qu'en pensent les auteurs anonymes de Truecrypt, par une organisation basée en Suisse, donc à l'abri de la tyrannie de la NSA/FBI/CIA.

L'analyse de la situation de Truecrypt est ici : https://www.grc.com/misc/truecrypt/truecrypt.htm

En attendant de nouveaux développements, la version finale est la 7.1a, téléchargeable sur le site ci-dessus.

Je vous invite, pour la confidentialité de vos données, à ne pas abandonner TrueCrypt pour la vérole de Microsoft. Personnellement, je stocke mes données sensibles (codes bancaires, mots de passe ...) dans un dossier crypté par Truecrypt.

Dernière modification par Westgate (31-05-2014 14:42:14)


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

#359 31-05-2014 15:17:46

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Bel exemple de l'incompétence gravissime de nos [Modéré] journalistes français.

Chapeau de l'article de Zone numérique :

Le logiciel open source TrueCrypt de chiffrement de volumes de disques Windows s’arrête. Suite à la vulnérabilité Hearthbleed détectée au mois d’avril dans la bibliothèque OpenSSL, il apparaîtrait que TrueCrypt ne soit plus un logiciel sécurisé. L’annonce a été faite ce mercredi. Son développement s’est terminé en mai 2014, suite à l’arrêt du support de Windows XP. Les développeurs conseillent de migrer vers le logiciel BitLocker de Microsoft et d’oublier TrueCrypt sans trop tarder.

Celui qui a écrit ces c...ries est un ignorant parfait, que vient faire une faille dans certaines versions d'OpenSSL dans le chiffrement de TrueCrypt ?
ABSOLUMENT RIEN.

On pourrait sourire de l'ignorance crasse de l'auteur de ce torchon, si le résultat ne risquait pas d'être dramatique. Tous ceux qui utilisaient TrueCrypt vont se précipiter avec BitLocker dans les griffes de la NSA.
Ou peut être le journaliste François Giraud est un vendu. [Modéré]
http://www.zone-numerique.com/fin-de-tr … osoft.html

 

#360 31-05-2014 20:36:54

Frenchie2
Lieu: N'importe où
Date d'inscription: 10-05-2014
Messages: 741

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

L'hypothèse la plus probable, c'est que l'équipe de développeurs a été sommée par la NSA de placer une backdoor dans la future version 7.2. Ils ont préféré se saborder d'une manière si évidente, en conseillant un logiciel connu pour sa backdoor, en mettant un message caché NSA, en mettant en ligne une version 7.2 sabotée qui ne crypte plus rien.

Pour moi, c'est évident, c'est pourquoi la Suisse s'impose pour la continuation du projet. En attendant, on continue à utiliser la version 7.1a

Quant à la réaction violente et modérée de Trenchie, on peut l'expliquer si l'on suppose  que ce François Giraud a écrit VOLONTAIREMENT des idioties afin de faire peur aux gens. Il participe du système. Je pense à tous ces journalistes qui ont agité la théorie du complot pour tourner en ridicule toute interrogation sur le 11 septembre. Ils le faisaient sciemment, comme ce Giraud fait exprès d'écrire des bêtises (Heartbleed, quel rapport avec TrueCrypt ? Effectivement, aucun.).
Je ne crois pas à l'ignorance des journalistes français, mais à une volonté de désinformer.

PS : j'écris depuis Windows 7, je pense qu'il faut abandonner ce système.

Dernière modification par Westgate (31-05-2014 20:46:30)


Membre du club des 5 au regard de taupe tongue

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr