ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 12-06-2013 08:09:45

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Les USA surveillent les serveurs de Google et Facebook

Communications— Le renseignement américain récolte les relevés téléphoniques aux Etats-Unis et aurait accès aux serveurs de groupes informatiques comme Google et Facebook révèlent le Guardian et le Washington Post.

La classe politique américaine a vivement réagi jeudi aux révélations du Guardian et du Washington Post sur les pratiques, dont l'existence était soupçonnée mais n'avait encore jamais été confirmée.

Le directeur du renseignement américain James Clapper a ainsi estimé que ces fuites menaçaient la sécurité nationale. Ces divulgations constituent «une menace potentielle à notre capacité à identifier et à répondre aux risques auxquels est confronté notre pays», a-t-il écrit dans un communiqué publié en fin de soirée.

De son côté, la Maison Blanche a démenti espionner les citoyens américains ou les personnes vivant aux Etats-Unis, selon un responsable de l'administration Obama ayant requis l'anonymat.

Le quotidien britannique The Guardian a publié une ordonnance de justice secrète forçant l'opérateur américain Verizon à livrer à l'Agence nationale de sécurité (NSA), à la demande du FBI, la totalité des données téléphoniques de ses abonnés, d'avril à juillet, en vertu d'une loi votée dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001.

Des parlementaires ont ensuite confirmé que le programme existait sous cette forme systématique depuis 2007, mais ne concernait que les «métadonnées» telles que le numéro appelé et la durée d'appel, et non le contenu des conversations.

Réaction de la Maison Blanche

Sans confirmer formellement l'existence de ce programme, la Maison Blanche a assuré qu'il était indispensable à la lutte antiterroriste. «La priorité numéro un du président est la sécurité nationale des Etats-Unis. Nous devons avoir les outils nécessaires pour faire face aux menaces posées par les terroristes», a déclaré un porte-parole de la Maison Blanche, Josh Earnest.

Le système a permis d'éviter «un attentat terroriste important» aux Etats-Unis «ces dernières années», a même assuré le président républicain de la commission du Renseignement de la Chambre des représentants, Mike Rogers.

Les informations sont accumulées dans les serveurs de la NSA, ont expliqué d'autres élus, mais ne sont analysées que lorsqu'il existe des soupçons précis. «Si un numéro correspond à un numéro terroriste appelé depuis un numéro américain (...) alors il peut être signalé, et ils peuvent demander une ordonnance de justice pour aller plus loin dans ce cas précis», a précisé Saxby Chambliss, vice-président républicain de la commission du Renseignement du Sénat, lors d'une conférence de presse.

Accès aux serveurs de Google

Quelques heures plus tard, le Washington Post et le Guardian ont affirmé sur la base de fuites d'un ancien employé du renseignement que la NSA avait un accès direct aux serveurs de neuf sociétés internet, dont Facebook, Microsoft, (MSFT 34.84 -1.78%) Apple (AAPL 332.065 -1.60%) et Google. (GOOG 666.549 -0.63%)

Grâce à un partenariat conclu avec ces compagnies, l'agence d'espionnage pourrait directement et sans ordonnance de justice lire les courriers électroniques et écouter les conversations des utilisateurs, tant qu'il existe une probabilité «raisonnable» que l'un des interlocuteurs se situe à l'étranger, la loi américaine exigeant une ordonnance dans le cas d'Américains.

Google a répondu dans un communiqué aux deux médias qu'il n'existait pas de «porte d'entrée cachée» à ses serveurs pour les services fédéraux. Apple a lui aussi nié avoir connaissance de ce programme: «Nous ne fournissons aucun accès direct à nos serveurs à des agences gouvernementales, et toute agence de ce type recherchant des données sur un client doit obtenir un mandat judiciaire», a affirmé un porte-parole, Steve Dowling.

Atteinte à la vie privée

Mais ces révélations ont concrétisé les pires craintes des défenseurs des libertés individuelles, qui tentent depuis des années de faire la lumière sur l'utilisation par le gouvernement du «Patriot Act», la loi votée après le 11-Septembre. «Cela va au-delà d'Orwell», a dénoncé Jameel Jaffer, de l'ONG American Civil Liberties Union (ACLU), en référence au livre futuriste de George Orwell, «1984».

Une poignée d'élus, démocrates comme républicains, a dénoncé une atteinte à la vie privée «indéfendable et inacceptable», selon les mots du sénateur Bernie Sanders. «La saisie et la surveillance par la NSA de quasiment tous les clients de Verizon est une attaque stupéfiante contre la Constitution», a dénoncé le républicain Rand Paul.

En 2006, le quotidien USA Today avait provoqué la stupeur en révélant que la NSA récoltait secrètement les données de communications d'Américains auprès des grands opérateurs. Le programme ne concernait alors que les communications entre un interlocuteur situé aux Etats-Unis et un autre à l'étranger. Il avait ensuite été transféré sous l'autorité d'une cour secrète de 11 juges chargés d'approuver toute écoute. Verizon s'est contenté de relever dans un communiqué que la compagnie était légalement obligée d'obéir à une telle ordonnance.

http://www.lematin.ch/monde/ameriques/L … y/11698693

Hors ligne

 

#2 12-06-2013 08:11:31

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Julian Assange: «Edward Snowden est un héros»

Espionnage— Edward Snowden, un jeune homme qui travaillait pour l'agence américaine d'espionnage NSA, a révélé être la source des fuites sur le programme secret américain de surveillance électronique.

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a qualifié mardi de «héros» l'Américain à l'origine des fuites sur le programme secret américain de surveillance électronique et indiqué qu'il avait été en contact indirect avec son entourage.

«Edward Snowden est un héros qui a informé le public sur l'un des faits les plus graves de la décennie, à savoir la formation insidieuse d'un Etat de surveillance à grande échelle», a déclaré à la télévision australienne Sky News Julian Assange, depuis l'ambassade équatorienne à Londres, où il est reclus depuis près d'une année.

Assange ajoute que lui, des journalistes et des défenseurs des libertés individuelles se plaignent depuis longtemps de l'espionnage sur internet. «Il est donc agréable de voir des preuves aussi fortes et concrètes présentées au public», déclare l'Australien de 41 ans.

Situation «très très grave»

Edward Snowden, un jeune homme âgé de 29 ans qui travaillait pour la toute puissante agence américaine d'espionnage NSA, a révélé dimanche être la source des fuites sur le programme secret américain de surveillance électronique et une enquête a été ouverte à son encontre.

Il a indiqué avoir fait ces révélations parce qu'il ne pouvait «permettre au gouvernement américain de détruire la vie privée, la liberté d'Internet et les libertés fondamentales des personnes avec ce système gigantesque de surveillance qu'ils sont en train de bâtir secrètement».

Snowden s'est réfugié à Hong Kong le 20 mai après avoir copié les derniers documents qu'il voulait divulguer au bureau de la NSA à HawaÏ, selon le quotidien britannique The Guardian auquel il a accordé un entretien.

Pour Assange, la situation du jeune Américain est «très très grave». «Les autres pays doivent le soutenir. Tout le monde doit aller voir son représentant politique local et lui demander instamment de réclamer l'asile politique pour Edward Snowden dans son pays», a déclaré le fondateur de WikiLeaks.

«Contacts indirects»

Dans un autre entretien, avec la télévision publique australienne ABC, Assange indique avoir eu «des contacts indirects avec l'entourage» de Snowden. «Je ne pense que je puisse donner plus de détails pour le moment», a-t-il ajouté.

Ex-technicien à la CIA, Snowden travaillait depuis quatre ans à la NSA en tant qu'employé de divers sous-traitants, dont Dell ou Booz Allen Hamilton, son dernier employeur. Le chef des services de renseignement américains James Clapper a dénoncé les «ravages» causés par ces révélations.

http://www.lematin.ch/monde/Julian-Assa … y/28780631

Hors ligne

 

#3 12-06-2013 08:13:34

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

à voir aussi

Hors ligne

 

#4 17-06-2013 13:09:43

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Dick Cheney qualifie Snowden de traître et estime qu'il est un espion à la solde des Chinois.



De la part du Dark Vader de l'ère GW Bush, du cerveau du 11 septembre, c'est vraiment un COMPLIMENT !!! roll

Dernière modification par Frenchie (17-06-2013 13:11:28)

 

#5 17-06-2013 13:32:22

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Chez eux peux être, mais chez nous...hmm

Surveillance électronique— Barack Obama ne croit pas que le programme Prism de surveillance des réseaux téléphone et internet par la NSA viole les libertés individuelles des Américains.

Mais il «accueillerait favorablement un débat public sur cette question», a déclaré dimanche le chef d'état-major de la Maison blanche, Denis McDonough.

Le président «dit et redira dans les jours qui viennent qu'il nous faut trouver le bon équilibre et qu'on ne peut pas se maintenir ad vitam eternam sur un pied de guerre», a expliqué ce proche collaborateur du président américain sur CBS.

Tout en prenant la défense de ce programme, qui permet au gouvernement d'accéder aux données privées de géants de la communication comme Verizon, Google (GOOG 661.97 0.77%) et Facebook, le chef d'état-major de la Maison blanche a reconnu que «l'existence de semblables programmes a, à l'évidence, déstabilisé pas mal de gens».

Denis McDonough a par ailleurs assuré ne pas savoir où se trouve Edward Snowden, l'ancien sous-traitant de l'Agence nationale de sécurité qui a dévoilé l'existence de Prism par le biais du «Guardian» britannique et du «Washington Post».

http://www.lematin.ch/monde/ameriques/O … y/29594631


effet collatéral

L'ouvrage, publié en 1949, évoque la présence de Big Brother dans une Grande-Bretagne totalitaire. Le livre connaît un regain de succès après les révélations de Snowden sur les programmes de surveillance de la NSA.
Big Brother, personnage métaphorique de la surveillance de masse telle qu’imaginée par George Orwell dans «1984», connaît un nouveau succès commercial dopé par les révélations récentes sur un système d’espionnage électronique géant mis en place par le renseignement américain.

Sur Amazon, principal site de vente de livres en ligne, les ventes de «1984» n’ont cessé de grimper ces derniers jours.

Le récit futuriste publié en 1949, un an avant la mort de son auteur, faisait partie mardi à 15h30 (heure locale) des cinq plus grosses progressions de ces dernières 24 heures. Il est ainsi passé du 6208e au 193e rang.

Oeuvre prophétique

L’oeuvre rencontre un regain de valeur prophétique en plein scandale sur des saisies de relevés téléphoniques par l’administration américaine et son accès direct revendiqué par un ancien agent du renseignement, Edward Snowden, aux communications électroniques.

Sur la base des informations de ce jeune consultant de 29 ans, le quotidien britannique The Guardian et l’américain The Washington Post ont révélé la semaine dernière deux programmes secrets de l’agence nationale de sécurité américaine (NSA) basés sur la collecte de données téléphoniques et internet.

Le président Barack Obama les a défendus au nom de la sécurité des Américains, comme un moyen de lutter contre le terrorisme.

http://www.lematin.ch/culture/livres/Le … y/17971555

Hors ligne

 

#6 17-06-2013 17:00:11

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Sacré Cheney! On hésite toujours entre rire et vomir roll

 

#7 17-06-2013 21:58:47

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

66% des américains trouvent qu'il est normal que l'administration Obama collecte et analyse les données sur Internet.

A new CNN poll finds that 66 percent of American adults believe that it's "right" for the Obama administration to analyze and collect Internet data. Only 33 percent believe the action is "wrong," and 1 percent have "No opinion."

Source :http://www.weeklystandard.com/blogs/66- … 35401.html

 

#8 17-06-2013 22:38:59

Jonas061
Membre du forum
Date d'inscription: 03-12-2009
Messages: 532

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Frenchie a écrit:

66% des américains trouvent qu'il est normal que l'administration Obama collecte et analyse les données sur Internet.

A new CNN poll finds that 66 percent of American adults believe that it's "right" for the Obama administration to analyze and collect Internet data. Only 33 percent believe the action is "wrong," and 1 percent have "No opinion."

Source :http://www.weeklystandard.com/blogs/66- … 35401.html

Les mêmes, probablement, qui ont fêté dans les rues la mort de Ben Laden...

Dernière modification par Jonas061 (17-06-2013 22:39:17)


"Pour enchainer les peuples, on commence par les endormir" Jean-Paul Marat.

Hors ligne

 

#9 18-06-2013 01:07:14

Francky la Hache
Membre du forum
Date d'inscription: 07-08-2008
Messages: 984

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

INTRO :
Slate c'est pas mon truc du tout, mais on m'a envoyé le lien ci-dessous. Slate ferait-il quelques efforts ?
En parcourant la ligne éditoriale vite fait, j'ai l'impression que l'ambiance est un peu différente d'il y a quelques mois.
Ils parlent même de la parenthèse enchantée (non, je déconne, hélas, mais qui sait : http://www.slate.fr/story/74041/istanbu … cuee-apres  présentée dans cet encart )

Slate.fr a écrit:

Une parenthèse enchantée?
L'évacuation violente, samedi soir, des occupants de la place et du parc d'Istanbul symbole de ces jours de révolte marque-t-elle le début ou la fin d'un mouvement contre la politique islamiste du gouvernement?

=====
Sinon l'objet principal de mon post est là :

http://www.slate.fr/monde/73943/prism-metadonnees-nsa

Slate.fr a écrit:

Révélations sur la NSA: il y a pire que Prism

Oubliez Prism, le système de la NSA permettant d'extraire des données à partir de Google, Facebook et consorts. Le programme secret le plus effrayant révélé par les récentes fuites concerne la collecte et le stockage de millions de relevés et de géolocalisations téléphoniques de citoyens américains.

Si on en croit des employés de l'agence de renseignement, passés comme présents et qui ont tous utilisé l'énorme base de métadonnées obtenue auprès des principaux opérateurs télécoms du pays, ces informations sont tout ce qu'il y a de plus accessible pour la communauté du renseignement, et ce depuis de simples ordinateurs.

Les données servent à relier des terroristes connus ou présumés à des individus situés sur le territoire américain et à faciliter leur localisation. Elles ont aussi été utilisées dans le cadre d'enquêtes criminelles se déroulant à l'étranger et pour assister les forces armées postées à l'extérieur des Etats-Unis.

Mais les législations régentant la collecte et l'usage de ces informations n'ont rien de limpide. Et elles ne sont pas non plus aussi solides que celles associées à Prism, le système que la NSA utilise pour extirper des informations des serveurs des mastodontes technologiques américains.

Les métadonnées ne sont pas protégées par le Quatrième Amendement. Les contenus des mails et des messages instantanés (ce que Prism permet de récolter), si.

Une ordonnance émise par le tribunal FISA à l'intention de Verizon demande que l'entreprise fournisse les relevés de toutes ses métadonnées téléphoniques, et ce «dans le cadre d'un suivi quotidien».

Des experts juridiques ont beau estimer probable la légalité de ce type de collecte, pour Paul Rosenzweig, un ancien responsable du Département de la Sécurité Intérieure des Etats-Unis sous l'administration Bush, elle est «remarquablement invasive et sans doute très peu judicieuse». «Difficile d'imaginer des faits susceptibles de justifier la collecte de l'intégralité des métadonnées américaines. Certes, le monde dans lequel nous vivons a changé depuis le 11-Septembre, mais il n'a pas non plus tant changé que ça», poursuit-il.

En comparaison, les limitations de Prism semblent plus sérieuses et son assise juridique plus solide. Plusieurs officiels, passés et présents et ayant vu passer les énormes bases de données dont se servent les analystes du renseignement, affirment que le champ d'application de Prism est précisément celui qu'ont défini le Congrès et le gouvernement en 2008, au moment de la modification du Foreign Intelligence Surveillance Act. Le but, c'était de permettre aux agences de renseignement de cibler et d'intercepter les communications d'étrangers lors de leur passage dans des réseaux présents aux États-Unis.

Cette loi interdit de viser un citoyen ou un résident officiel américain sans mandat, un document qui doit préciser sur quelles bases rationnelles l'individu concerné se voit suspecté de liens avec le terrorisme ou d'être un agent à la solde d'une puissance étrangère.

Ces derniers jours, dans leur défense de Prism, des officiels n'ont pas cessé de mettre en avant le fait que le tribunal FISA supervisait le programme de collecte, afin de s'assurer qu'il ne ciblait que des entités étrangères et que toute donnée américaine collectée accidentellement était expurgée. Et selon eux, tous les articles mentionnant un «accès direct» du système aux serveurs des entreprises se trompent. Par ailleurs, un responsable du renseignement américain a aussi précisé que le système ne pouvait pas interroger directement les données d'une entreprise Internet.

Mais l'administration n'a pas expliqué pourquoi la collecte des métadonnées de millions de citoyens et de résidents officiels américains, de manière aussi étendue et avec aussi peu de discernement, relève d'une loi conçue pour éviter à des innocents de voir leurs informations personnelles révélées à des analystes du renseignement.

De même, personne n'a indiqué pourquoi la NSA avait besoin d'un accès continu et quotidien à toutes ces informations et pendant tant d'années, surtout que n'importe quelle information spécifique peut être ponctuellement obtenue par voie d'assignation. (...)

Hors ligne

 

#10 18-06-2013 07:36:49

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Le chat de Snowden relaté par le Guardian
Titre de l'article du Guardian : Edward Snowden Q&A: Dick Cheney traitor charge is 'the highest honor'
Lien : http://www.guardian.co.uk/world/2013/ju … stleblower
Cet article, c'est la transcription écrite des Questions/Réponses du chat.

 

#11 19-06-2013 12:08:54

Redford
Membre du forum
Date d'inscription: 11-09-2007
Messages: 5701

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

C'est terrifiant ces deux tiers d'américains qui se disent que ça va. Je ne sais pas si on ferait mieux ici. Mais bon sang, quelle honte pour nos sociétés.


"Croire l’histoire officielle consiste à croire des meurtriers sur parole"  Simone Weil

Hors ligne

 

#12 19-06-2013 12:49:11

poip
Membre du forum
Lieu: Québec
Date d'inscription: 05-08-2006
Messages: 2715

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Pour être bien protégé il y a ce moteur de recherches spécialisé https://startpage.com

Startpage Protège Votre Vie Privée!

La page d'accueil et le moteur de recherche Ixquick sont les seuls moteurs de recherche au monde certifés par une autorité indépendante qui ne gardent trace ni de votre adresse IP ni de vos recherches.

Dernière modification par poip (19-06-2013 12:52:12)


------Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d'un pas ferme.------

Hors ligne

 

#13 19-06-2013 14:53:27

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Le président américain s'est montré rassurant devant la chancelière allemande qui lui rappelait que la surveillance d'internet doit avoir des limites.

Barack Obama a rappelé que le programme Prism de la NSA (National Security Agency) ne s'appliquait qu'à la lutte contre le terrorisme et le trafic d'armes. «J'ai pris mes fonctions avec la détermination de protéger le peuple américain mais aussi de défendre nos valeurs et nos idéaux, et l'un de nos plus importants idéaux, ce sont les libertés individuelles et le respect de la vie privée», a déclaré Barack Obama. «Je suis convaincu que nous avons trouvé le bon équilibre», a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis «ne fouinent pas»

«On est pas dans une situation où (les services de renseignement américains) fouinent dans les courriers électroniques ordinaires de citoyens allemands, de citoyens américains, de citoyens français ou de qui que ce soit d'autre», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au côté de la chancelière allemande Angela Merkel.

Reprenant les chiffres fournis mardi par le directeur de la NSA, le général Keith Alexander, Barack Obama a assuré que le programme Prism avait permis de déjouer une cinquantaine d'attentats, «y compris en Allemagne». Angela Merkel l'avait auparavant invité à manipuler avec prudence la surveillance d'internet.

«J'ai dit clairement que bien que voyant l'intérêt de recueillir des informations, la question de la proportionnalité reste importante et l'ordre démocratique repose sur le sentiment de sécurité personnelle des gens», a dit la chancelière au début de la conférence de presse.

«C'est pour cela que nous continuerons à discuter de la question de l'équilibre et de la proportionnalité et que nous nous sommes entendus sur un échange d'informations plus poussé entre le ministère de l'Intérieur allemand et les autorités concernées aux Etats-Unis», a-t-elle dit.

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story … --31039945

Hors ligne

 

#14 20-06-2013 15:09:21

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

PRISM, c'est formidable smile

Prism aurait permis d'empêcher un attentat en Belgique

Le Monde.fr | 20.06.2013 à 10h15 | Par Jean-Pierre Stroobants

Selon les dirigeants des services de renseignement américains et Keith Alexander, le directeur général de l'Agence de sécurité nationale (NSA), le système de surveillance généralisée Prism aurait permis d'éviter une cinquantaine d'attentats dans le monde depuis 2001. Quatre cas ont été détaillés, mercredi 19 juin, devant une commission spécialisée du Congrès.
D'après la chaîne de télévision américaine CNN, un projet d'attentat visant la Belgique en 2008 a notamment pu être déjoué grâce aux écoutes et à l'analyse de courriels. Les fournisseurs d'accès Yahoo et Microsoft auraient volontairement transmis ces informations, en vertu du Patriot Act. L'information est confirmée par divers documents judiciaires et le témoignage d'un avocat de l'un des prévenus d'un procès pour terrorisme qui s'est tenu en 2010 à Bruxelles.

Les services américains auraient intercepté des informations évoquant une action terroriste à commettre par une cellule liée au réseau Al-Qaida. La police belge a notamment arrêté, en décembre 2008, Malika El-Aroud, l'ex-compagne d'Abdessatar Dahmane, l'un des deux assassins d'Ahmed Chah Massoud, dirigeant de la résistance afghane et opposant aux talibans, tué à la veille du 11 septembre 2001. Abdessatar Dahmane avait obtenu, en se faisant passer pour un journaliste, une interview du "Lion du Panshir". Le terroriste avait déclenché des explosifs au moment de la rencontre. Son action devait apparemment servir de déclencheur pour les attentats antiaméricains.

UNE ACTION-SUICIDE EN BELGIQUE ÉVOQUÉE LE 7 DÉCEMBRE 2008

Malika El-Aroud, rentrée d'Afghanistan en 2001, avait été arrêtée mais relaxée à l'issue d'un procès en 2003, faute de preuves suffisantes de son implication dans le réseau Al-Qaida. En 2007, avec son nouveau compagnon, Moëz Garsallaoui, elle avait recruté les jeunes membres d'une cellule, envoyés ensuite dans un camp d'entraînement au Pakistan. C'est au cours d'une communication du 7 décembre 2008, entre un membre de la cellule belge et M. Garsallaoui, qu'aurait été évoquée une action-suicide en Belgique.

Les enquêteurs bruxellois n'ont pas obtenu de preuves matérielles mais la justice a condamné, en 2010, Malika El-Aroud à huit années de prison pour activités terroristes. Moëz Garsallaoui a, depuis, été tué dans des combats au Waziristan.

Avec PRISM, nous dormons tranquilles. smile

 

#15 20-06-2013 16:50:30

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Ben voyons..... comme par hasard, faut bien qu'il légitime leur truc...

Hors ligne

 

#16 20-06-2013 18:20:11

Jonas061
Membre du forum
Date d'inscription: 03-12-2009
Messages: 532

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Pourquoi les grands partis politiques n'en font-ils pas autant?

Scandale « PRISM » : L’UPR demande l’ouverture d’une procédure judiciaire à l’encontre des sociétés de l’Internet ayant transmis à l’administration américaine des informations privées concernant des citoyens français

Publié le 20 juin 2013 dans Communiqués de presse
Share on emailShare on printShare on favorites| More Sharing ServicesPartager

Scandale PRISM : L’UPR demande l’ouverture d’une procédure à l’encontre des géants de l’Internet qui y sont impliqués


Le 6 juin 2013 les journaux The Guardian et The Washington Post ont révélé l’existence d’un programme de surveillance généralisée d’Internet, mis en oeuvre par les services de renseignements américains et dénommé « PRISM ».

Le Wall Street Journal du 7 juin 2013 a précisé que les communications de quiconque étant « raisonnablement considéré comme vivant à l’extérieur des États-Unis » peuvent être collectées dans le cadre du programme incriminé. Les citoyens français sont donc inclus dans ce périmètre planétaire de surveillance potentielle.

Or, toute surveillance de cette nature à l’endroit de citoyens français viole :

-la Constitution française, et particulièrement l’article 11 de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.
-la Convention européenne des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, et particulièrement son article 8 qui dispose que « toute personne a droit au respect de sa vie privée et familiale, de son domicile et de sa correspondance » et qu’ « il ne peut y avoir ingérence d’une autorité publique dans l’exercice de ce droit que pour autant que cette ingérence est prévue par la loi ».
-l’article 432-9 du Code pénal, relatif au secret des correspondances, qui punit de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende le fait pour « un agent d’un exploitant de réseaux ouverts au public de communications électroniques ou d’un fournisseur de services de télécommunications, agissant dans l’exercice de ses fonctions, d’ordonner, de commettre ou de faciliter, hors les cas prévus par la loi, l’interception ou le détournement des correspondances émises, transmises ou reçues par la voie des télécommunications, l’utilisation ou la divulgation de leur contenu. »

Le gouvernement français s’est contenté pour l’heure d’une réaction de principe, adressée au gouvernement des États-Unis par la seule ministre déléguée aux PME, à l’Innovation et à l’Economie numérique, comme s’il ne s’agissait que d’une question subalterne et technique.

Cette réaction molle et sans conséquence n’est pas seulement inacceptable du point de vue des valeurs républicaines ; elle ne fait pas respecter la loi. Le scandale PRISM est d’une telle importance qu’il impose l’ouverture d’une procédure judiciaire à l’encontre des géants de l’Internet qui y sont impliqués : Microsoft (via Hotmail, entre autres), Google, Yahoo!, Facebook, YouTube, Skype, AOL et Apple.

L’Union Populaire Républicaine (UPR) demande au gouvernement français d’ouvrir cette procédure et d’exiger immédiatement des sociétés ayant collaboré au programme PRISM de lui remettre toutes les informations qu’elles ont transmises aux services de renseignements américains concernant des citoyens français.

L’UPR demande en outre que le gouvernement précise à l’opinion publique les dispositions qu’il entend prendre pour empêcher la poursuite de ce scandale et pour faire respecter les textes relatifs à la protection de la vie privée en France

http://www.u-p-r.fr/presse/communiques- … e-internet

Dernière modification par Jonas061 (20-06-2013 20:54:20)


"Pour enchainer les peuples, on commence par les endormir" Jean-Paul Marat.

Hors ligne

 

#17 21-06-2013 12:16:13

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Skype ! Skype est crypté, et fonctionne selon un principe P2P.
Mais le code source de Skype est toujours resté secret.
Et des changements sont intervenus dès 2010, avec l'apparition de supernodes. En clair, des noeuds par lesquels transitent l'essentiel des données, donc sur les serveurs Skype, on voit tout passer.
Crypté, Skype? A moins d'une backdoor. On doit toujours soupçonner une backdoor lorsque le source n'est pas publié.
Et bien, on apprend que c'est le cas, c'est le Projet Chess, mis en oeuvre par Skype avant même le rachat par Microsoft.
Donc, ce qui passe par Skype est écouté.

Bien fait pour vous, quand on vous a répété qu'en matière de sécurité, de crypto, on ne peut faire confiance qu'à des logiciels OpenSource.
La source de cette info, cherchez "Projet Chess".

Autre info, celle-là EFFRAYANTE. La NSA a acquis un ordinateur quantique de 512 qubit. Tiens, on pensait qu'on en était encore à quelques qubit, c'est ce que les publications universitaires veulent nous faire croire.
Donc, dans 10 ans au MAX (sûrement beaucoup moins), plus aucune crypto ne tiendra devant les ordinateurs quantiques de la NSA.
Les sources, cherchez "NSA 512 qubit"

Bon,  les carottes sont cuites, de toute façon, le public majoritairement aime être surveillé, géolocalisé avec son GSM, enregistré etc...

END GAME

Dernière modification par Frenchie (21-06-2013 12:17:06)

 

#18 21-06-2013 12:26:42

Ronny1
Modérateur
Date d'inscription: 30-04-2013
Messages: 528

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

On n'ose imaginer si les nazis avaient eu ça ! Effarant !

Hors ligne

 

#19 21-06-2013 12:54:27

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

J'explicite un peu mon post précédent.
Un article de Wired sur D-Wave, le constructeur de l'ordinateur quantique et ses projets de "Cloud quantique". http://www.wired.com/wiredenterprise/20 … loud/all/1
Un autre article de Next Big Future : http://nextbigfuture.com/2013/05/dwave- … aster.html
Un article qui analyse la problématique de Natural News : http://www.naturalnews.com/040859_Skyne … stems.html

Ce que nous voyons poindre, c'est l'émergence des machines autonomes. Robots volants (drones), robots terrestres (voir les prototypes financés par le DARPA), robots autonomes agissant en réseau sans ordre direct. L'ordinateur quantique en réseau, c'est le cerveau de ces machines reliées en réseau. Avec Internet, pour l'instant, ce sont des hommes reliés grâce à des machines. Demain, si l'on ne fait rien, les machines agiront avec une conscience autonome. Un "futur" possible de l'humanité est en train d'émerger.

 

#20 21-06-2013 14:11:25

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4798

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

http://static.pcinpact.com/images/bd/news/134461.jpeg


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#21 21-06-2013 14:28:19

Griffin
Membre du forum
Date d'inscription: 19-07-2011
Messages: 815

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Pour ma culture personnelle, 512 qubit, c'est quoi et c'est capable de quoi ?

Hors ligne

 

#22 21-06-2013 14:39:47

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

https://fr.wikipedia.org/wiki/Qubit

L'intérêt principal de l'ordinateur quantique serait que sa puissance est une fonction exponentielle au sens propre du nombre de qbits. En effet, si un qbit est dans une quelconque superposition d'états \alpha \cdot \left| 0 \right\rangle + \beta \cdot \left| 1 \right\rangle, deux qbits réunis sont quant à eux dans une superposition d'états \alpha \cdot \left| 00 \right\rangle + \beta \cdot \left| 01 \right\rangle + \gamma \cdot \left| 10 \right\rangle + \delta \cdot \left| 11 \right\rangle, avec |\alpha|^2 + |\beta|^2 + |\gamma|^2 + |\delta|^2=1. Il s'agit cette fois d'employer la superposition des quatre états pour le calcul. Avec 10 qbits, on a 1024 états superposables, et avec n qbits, 2^n.
Donc, quand un opérateur est appliqué à l'ensemble des qbits, il est appliqué à 2^n états en même temps, ce qui équivaut à un calcul parallèle sur 2^n données en même temps. C'est pourquoi la puissance de calcul théorique d'un ordinateur quantique double à chaque fois qu'on lui adjoint un qbit.

L'enjeu de l'informatique quantique est de concevoir des algorithmes, et les structures physiques pour les exécuter, tels que toutes les propriétés de la superposition soient utilisées pour le calcul, les qubits devant à la fin de l'exécution se trouver dans un état donnant le résultat de calcul sans risque d'obtenir un résultat aléatoire. On ne peut donc pas obtenir plus de données en autant de cycles qu'avec un ordinateur classique, mais on peut obtenir des résultats qui nécessiteraient plus de cycles. Pour la Science a par exemple expliqué qu'un algorithme quantique pouvait répondre à la question, à propos de deux cartes à jouer, « les deux cartes sont-elles de la même couleur », en autant de cycles qu'un algorithme classique en aurait besoin pour donner la couleur d'une seule des cartes. L'algorithme classique ne pouvait en revanche pas déterminer si les deux cartes étaient de la même couleur sans connaître les couleurs des deux cartes (attention, à la fin de l'exécution de l'algorithme quantique, on ne connaît pas les couleurs, on sait juste si elles sont identiques ou non). L'algorithme quantique qui permet ceci est appelé algorithme de Deutsch-Jozsa, du nom de ses inventeurs.

C'est lumineux, non? Bon, mon copy paste en personne n'a pas voulu inscrire correctement les formules mathématiques mais cela ne change pas des masses la compréhension du passage pour le citoyen lambda que je suis wink


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#23 21-06-2013 16:09:47

Redford
Membre du forum
Date d'inscription: 11-09-2007
Messages: 5701

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

De ce que je comprends (un docu vu dessus, peut être un peu enthousiaste), l'ordinateur quantique effectue un saut radical dans la puissance de calcul. On change d'ordre de grandeur. Même si ça lui prend quatre fois plus de cycle, ça lui prendra probablement beaucoup moins de temps de casser un cryptage.

Celà "End Game", faut voir: ce type de processeur arrivera immanquablement dans le grand public et pendant ce temps là l'armée aura également mis en place des procédés de cryptages quantiques proof. Il y aura peut être une décennie de grace  pour l'appareil d'état US mais je doute que ce soit éternel. En fait, on pourra toujours lancer des applis qui feront des tas de messages cryptés semblables aux vrais messages, saturant complètement le contenu investigable, etc.

Et puis qui sait, il y aura peut être un Snowden dans les opérateurs de l'ordinateur...


"Croire l’histoire officielle consiste à croire des meurtriers sur parole"  Simone Weil

Hors ligne

 

#24 21-06-2013 17:38:56

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6558

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

On va revenir aux bons vieux pigeons pour les messages importants ! Faudra juste être patient...

Hors ligne

 

#25 21-06-2013 17:40:46

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Fais comme moi : prenom.nom@gmail.com. lol
Comme ça, je suis SÛR d'être écouté. Sinon, j'ai une boîte mail russe, même si Poutine ne m'a pas encore envoyé mon passeport. roll

PS : ça me rappelle l'époque (années 80-90) où ma femme était secrétaire académique du SNES (syndicat enseignant). Chaque année, nous avions un coup de fil des R.G. qui nous demandaient si quelque chose avait changé dans sa situation, afin de mettre à jour leur fiche.
Comme ça, ils avaient plus de temps pour bronzer à la plage (en Guadeloupe). lol lol lol

 

#26 21-06-2013 23:19:29

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Les services secrets auraient «secrètement accès» au réseau de câbles sous-marins transatlantique, et s'en servent pour surveiller Internet. Les données sont partagées avec les USA.¨

Les services d'écoutes britanniques (Government Communications Headquarters: GCHQ) espionnent des communications téléphoniques et informatiques transmises par câbles à fibre optique sous-marins reliant l'Amérique du Nord à l'Europe, révèle le «Guardian». Les données, en grandes quantités des informations personnelles, sont partagées avec la NSA (National Security Agency) américaine. L'agence est au coeur du scandale, révélé par l'ex-consultant Edward Snowden, avec un programme de surveillance des communications controversé.

Le journal britannique explique que la «taupe», réfugiée à Hong Kong, lui a montré des documents sur ce projet baptisé «Tempora». Les Britanniques sont pires que les Américains aurait expliqué Snowden au «Guardian». En place depuis un an et demi, le programme permet au service des écoutes britanniques d'espionner et de conserver pendant trente jours d'énormes quantités de données «puisées» dans les câbles à fibre optique.

Le Government Communications Headquarters n'a pas souhaité commenté ces révélations.

Les révélations d'Edward Snowden concernent un programme secret baptisé Prism. Par ce biais, les autorités américaines accédent directement aux serveurs de sociétés telles que Google, Facebook, Twitter et Skype pour surveiller les courriels, les discussions sur internet et les dossiers personnels d'utilisateurs.

le sous marin en question c'est le USS Jimmy Carter (SSN-23)
http://fr.wikipedia.org/wiki/USS_Jimmy_Carter_(SSN-23)


Mais !
http://fr.wikipedia.org/wiki/Renseignem … C3%A9tique

Selon un article du Wall Street Journal, la NSA aurait au moins expérimenté la mise sur écoute d'un câble sous-marin à fibre optique au milieu des années 1990. Les résultats auraient été mitigés, pas tant à cause de la difficulté à placer une écoute mais plutôt en raison du volume important de données interceptées dans ce type de câble très haut débit, qui rend difficile le tri pour en tirer les communications présentant un intérêt pour les services de renseignement. Mais d'après James Bamford, la NSA n'aurait jamais réussi une opération d'écoute de câble en fibre optique.

Dernière modification par florian (21-06-2013 23:19:49)

Hors ligne

 

#27 22-06-2013 09:25:30

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Les Etats-Unis veulent Snowden. Ils ont Manning, ils ont bloqué Assange à l'ambassade de l'Equateur, à présent ils veulent la tête de Snowden. Les Etats-Unis, c'est le pays le plus criminel depuis 1945, ils sont pris la main dans le sac et ils  n'en ont cure. Ils continuent.
La plainte en pdf : http://s3.documentcloud.org/documents/7 … plaint.pdf

Dernière modification par Frenchie (22-06-2013 10:50:07)

 

#28 22-06-2013 21:53:37

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Edward Snowden inculpé pour espionnage

http://www.romandie.com/news/n/Edward_S … 373471.asp

Comme dit Assange (dont je me méfie toujours) '"Le gouvernement espionne chacun de nous, mais c'est Edward Snowden qui est inculpé d'espionnage pour nous avoir avertis"

 

#29 23-06-2013 15:22:48

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Supredo, tu te méfies d'Assange, c'est ton droit, mais fais l'effort de lire la plainte pour espionnage du gouvernement US, tu ne feras pas de redite. En ce moment, Snowden, avec l'aide logistique de Wikileaks, est en route pour Moscou. Destination finale : Cuba, Le Venezuela, l'Equateur? Il s'agit de brouiller les pistes. Pour info, Snowden est un libertarien, qui a soutenu financièrement la dernière campagne de Ron Paul, donc il est proche des idées d'Alex Jones. Les masques tombent. Le gouvernement US apparaît pour ce qu'il est, un ramassis de criminels, républicains ou démocrates, pareil.

Ce qu'a fait Snowden, c'est plus fort que ce qu'a fait Wikileaks, il a montré, preuves à l'appui, que les USA, avec l'aide de leurs vieux complices britanniques, espionnent la planète entière : SMS des chinois, G20, câbles sous-marins transatlantiques, communications satellites, Facebook, Gmail, Skype (backdoor), tout y passe. Le caractère mortifère des élites anglo-saxonnes est mis en évidence. Et les réactions, ou les non réactions des différentes instance/gouvernements nous renseignent sur leur degré de compromission/asservissement.

http://www.zerohedge.com/sites/default/files/images/user5/imageroot/2013/06-2/Snowden%20HK.png

Dernière modification par Frenchie (23-06-2013 15:44:46)

 

#30 23-06-2013 17:35:26

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Salut frenchie,
pas bien suivi ton post,
je ressors ta news mais reprise en français, ce qui est mieux pour nos visiteurs francophones (et pour moi qui suis une peu leger en anglais) pour qui ce n'est ainsi pas une redite mais une simple 'dite' smile
Ou alors j'ai loupé un post.

Ensuite je garde une défiance vis à vis d'Assange, mais outre que je lis tout ce qu'il dit, je reprends sa juste remarque. C'est à dire que je le considere comme une source de 1° bourre, mais comme pour alex jones que j'ecoute regulierement, je garde des pincettes (ceci du au show biz qui entoure ces 2 personnages et qui me parait toujours un brin louche)

Quant à ce que fait snowden, je plussois l'importance de son acte public comme son courage personnel. Wikileaks a balancé beaucoup de réchauffé en comparaison. Manning est un détonateur qui va finir en martyr et je le plains.

Donc en gros on est ok sur tout, mais je garde une poire paranoide pour la soif vis à vis de l'hollywoodesque Assange tongue

 

#31 23-06-2013 17:54:45

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

J'ai l'"impression qu'il va falloir lier un fil avec snowden, assnage et wikileaks dans les jours qui viennent, je ne sais plus ou poser les post sur ces sujets. Comme pour Doha et les talibans.
Je dois dire que la présence du juge baltazar garzon à leurs cotés est rassurante, éthiquement parlant et question sécurité.


WikiLeaks : Snowden est accompagné de diplomates, de nationalité non précisée

LONDRES - L'ex-consultant de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA) Edward Snowden, qui a quitté dimanche Hong Kong pour Moscou, est accompagné par des diplomates, a affirmé le site WikiLeaks, qui n'a pas précisé leur nationalité, ni la destination finale de l'Américain.

Edward Snowden voyage à destination d'une nation démocratique par une route sécurisée, pour y trouver l'asile. Il est escorté par des diplomates et des conseillers juridiques de WikiLeaks, a indiqué le site fondé par Julian Assange dans un communiqué diffusé vers 12H00 GMT.

M. Snowden a demandé à WikiLeaks d'utiliser son expertise juridique et son expérience pour assurer sa sécurité, poursuit le communiqué. Une fois que M. Snowden arrivera à sa destination finale, sa requête sera formellement traitée, ajoute WikiLeaks, sans plus de précision.

L'ancien juge espagnol Baltasar Garzon, avocat de Julian Assange, s'est dit engagé à défendre l'Américain. L'équipe juridique de WikiLeaks et moi-même avons le souci de préserver les droits de M. Snowden et de protéger sa personne, a-t-il dit, cité dans le communiqué de WikiLeaks.

Ce qui est infligé à M. Snowden et à M. Julian Assange, pour avoir fait ou facilité des révélations dans l'intérêt du public, est une agression contre le peuple, a-t-il ajouté.

(©AFP / 23 juin 2013 14h47)


http://www.romandie.com/news/n/_WikiLea … 373645.asp

J'imagine que l'islande pourrait devenir une réserve indienne de whistleblowers et de cyber warriors. Mais ou va t il?

 

#32 23-06-2013 22:45:07

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Edward Snowden demande l'asile à l'Equateur

Le Monde.fr avec AFP et Reuters | 23.06.2013 à 10h14 • Mis à jour le 23.06.2013 à 22h21


Edward Snowden joue à cache-cache avec les Etats-Unis et "la chasse est lancée", a déclaré, dimanche 23 juin, Dianne Feinstein, la présidente de la commission du Renseignement du Sénat américain."Je veux qu'il soit attrapé et ramené pour être jugé. Nous devons savoir ce qu'il détient. Il pourrait avoir beaucoup, beaucoup plus, et risquer de mettre en danger des gens", a-t-elle expliqué sur la chaîne CBS. L'élue a estimé que M. Snowden pourrait détenir plus de 200 documents, citant ses propres sources.

Il "ne doit pas être autorisé à continuer à voyager", a également déclaré dimanche Jen Psaki, porte-parole du département d'Etat. Ce dernier a confirmé que le passeport de l'informaticien à l'origine des fuites sur le programme de surveillance du renseignement américain avait été révoqué en raison de l'émission de "mandats d'arrêt" contre lui. M. Snowden est inculpé d'espionnage aux Etats-Unis.


EN ROUTE POUR L'ÉQUATEUR

Le site WikiLeaks de Julian Assange a déclaré de son côté que l'Américain, arrivé dimanche à Moscou en provenance de Honkong, était "en route pour la République d'Equateur par un chemin sûr afin d'obtenir l'asile".

Alors que, plus tôt, des informations indiquaient qu'il serait en partance pour Caracas via La Havane, a sollicité l'asile auprès de l'Equateur, selon le ministre des affaires étrangères du pays. "Le gouvernement de l'Equateur a reçu une demande d'asile de la part d'Edward Snowden", a déclaré Ricardo Patiño, le chef de la diplomatie équatorienne sur son compte Twitter.

L'avion, en provenance de Hongkong, dans lequel se trouvait Edward Snowden, selon des sources concordantes, a atterri peu après 17 heures locales à l'aéroport de Moscou-Cheremetievo. Une source au sein de la compagnie aérienne russe Aeroflot, citée par les agences russes, a confirmé qu'un passager de ce nom était enregistré sur le vol SU213, dont on a pu suivre le trajet ici.

L'Américain n'était toutefois pas parmi les passagers du vol qui franchissaient le contrôle des passeports au terminal F de l'aéroport, selon une journaliste de l'AFP. Mais plusieurs passagers ont affirmé à l'agence de presse française avoir vu une voiture garée sur le tarmac à côté de l'avion, ce qui pourrait indiquer qu'il a quitté l'aéroport de cette manière. "Ils prenaient des bagages directement dans l'avion, cela semblait étrange", a témoigné un passager américain du vol. Des journalistes de l'AFP ont également vu une voiture diplomatique portant un drapeau équatorien devant le terminal, accompagnée d'un 4X4.

AIDE DE WIKILEAKS

Plus tôt dans la journée, le site Internet WikiLeaks a affirmé sur son compte Twitter avoir apporté son soutien à Edward Snowden.

Le site fondé par le cybermilitant Julian Assange, lui-même réfugié à l'ambassade de l'Equateur à Londres, a ensuite précisé dans un communiqué que Edward Snowden voyageait "à destination d'une nation démocratique par une route sécurisée, pour y trouver l'asile". Et de préciser : "Il est escorté par des diplomates et des conseillers juridiques de WikiLeaks." Selon une source citée par l'agence russe Interfax, Snowden serait accompagné d'une passagère nommée Sarah Harrison, une responsable de WikiLeaks.

Dimanche matin, les autorités hongkongaises ont confirmé le départ d'Edward Snowden, effectué de "façon légale et normale".

Dimanche matin, les autorités hongkongaises avaient confirmé son départ, effectué de "façon légale et normale", du petit territoire autonome chinois où il s'était réfugié le 20 mai dernier. Un porte-parole du gouvernement de Hong Kong avait indiqué que les autorités locales n'avaient "pas obtenu d'informations pertinentes" justifiant l'arrestation de Snowden comme le demandaient les Etats-Unis où il encourt trente ans de réclusion après avoir été inculpé d'espionnage, de vol et d'utilisation illégale de biens gouvernementaux.


DIRECTION CARACAS, VIA CUBA

L'annonce du départ d'Edward Snowden pour Moscou a fait sensation, la Russie - dont les relations avec les Etats-Unis reprennent dernièrement des accents rappelant parfois l'époque de la guerre froide - ayant récemment indiqué qu'elle examinerait le cas échéant une demande d'asile politique du jeune Américain.

Le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, a indiqué ne rien savoir de la destination d'Edward Snowden. Il a cependant maintenu en substance que la Russie ne se refuserait pas le cas échéant à lui accorder l'asile.

Mais des sources russes ont affirmé qu'Edward Snowden ne devrait passer qu'une nuit à Moscou, son nom figurant également sur le vol SU150 décollant lundi à 14 h 05 (10 h 05 GMT) pour La Havane (arrivée 18 h 45 locales), puis sur un vol local La Havane - Caracas. Une source d'Aeroflot a confirmé à la radio Echo de Moscou que le nom de Snowden était enregistré sur un vol La Havane - Caracas, numéro V04101.

Le South China Morning Post, quant à lui, avait avancé l'hypothèse de l'Equateur, comme Julian Assange, ou l'Islande, où opèrent des organisations de défense des droits civiques en lien avec la surveillance des données privées par les gouvernements.

La justice américaine a annoncé qu'elle coopérerait avec les pays où Edward Snowden pourrait se rendre. "Nous avons été informés par les autorités de Hong Kong que M. Snowden était parti de Hong Kong pour un pays tiers. Nous continuerons de discuter de ce sujet avec Hong Kong et mènerons la coopération policière adéquate avec les autres pays où M. Snowden pourrait tenter de se rendre", a déclaré dans un communiqué une porte-parole du département de la justice, Nanda Chitre.

Des partisans d'Edward Snowden devant le siège de la NSA à Washington, le 13 juin 2013.

LA NSA RENFORCE SA SÉCURITÉ CONTRE DE NOUVELLES FUITES

Dans le même temps, le directeur de l'agence américaine d'espionnage a annoncé dimanche que de nouvelles procédures de sécurité informatique étaient mises en place pour empêcher des fuites similaires à celles générées par Edward Snowden.

"Nous mettons en place des actions qui nous donneront la capacité de surveiller nos administrateurs systèmes, ce qu'ils font, ce qu'ils prennent", a déclaré sur la chaîne de télévision ABC le général Keith Alexander, directeur de la NSA. "C'est la règle des deux personnes. Nous avons changé les mots de passe, a-t-il expliqué. Mais au final, nous devons faire confiance à nos employés pour qu'ils fassent ce qu'il faut."

M. Snowden n'était pas un analyste de la NSA, chargé d'espionner ou d'intercepter les communications, mais un administrateur système, employé de la firme privée Booz Allen Hamilton. Il a expliqué au quotidien The Guardian qu'à ce titre, il disposait d'un accès aux bases de données de la NSA.

[http://www.lemonde.fr/technologies/arti … 51865.html]

 

#33 24-06-2013 16:43:18

Supedro
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Snowden : "La chasse est lancée" a déclaré la présidente de la comm du renseignement U.S, Diane Feinstein

hmm

 

#34 24-06-2013 18:22:04

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Londres (AFP) - L'ex-consultant de la CIA Edward Snowden, accusé d'espionnage par Washington qui en demande l'extradition, est "en bonne santé et en sécurité", a affirmé lundi le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, sans révéler où l'Américain se trouvait.

"M. Snowden et Mme Sarah Harrison (une journaliste britannique qui l'accompagne et travaille avec l'équipe juridique d'Assange, NDLR) sont tous les deux en bonne santé et en sécurité", a déclaré M. Assange lors d'une conférence téléphonique depuis l'ambassade d'Équateur à Londres où il est réfugié depuis un an. "Je ne peux pas vous donner plus d'informations sur leur localisation", a-t-il ajouté.


"Nous savons où se trouve M. Snowden, il est dans un endroit sûr et il a bon moral", a-t-il répété. Mais "en raison des menaces belliqueuses venant de l'administration américaine, nous ne pouvons pas donner plus de détails pour l'instant. Malheureusement, nous ne pouvons pas révéler dans quel pays il se trouve", a-t-il encore dit.

M. Snowden, qui a quitté les États-Unis fin mai, est resté invisible depuis son départ de Hong Kong et son arrivée dimanche à Moscou. Lundi, personne ne pouvait affirmer avec certitude qu'il était à Moscou ou qu'il avait quitté la Russie, faute d'information officielle, alors que des informations contradictoires circulaient à ce sujet.

Selon des sources informées citées par l'agence russe Interfax, Moscou étudie la demande d'extradition de M. Snowden présentée par les États-Unis.

"Ce matin, le secrétaire d'État américain" John Kerry a "qualifié M. Snowden de traître, il n'est pas un traître, il n'est pas un espion, c'est quelqu'un qui révèle des secrets, qui a dit au public une vérité importante", a estimé M. Assange, qui craint lui-même d'être extradé pour les États-Unis en raison de la publication par son site de centaines de milliers de documents américains secrets.

Espérons que cela continue et souhaitons-lui autant de chance qu'à Fidel Castro, qui a échappé à 683 tentatives de meurtre roll

 

#35 24-06-2013 20:42:22

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Le mystère restait entier autour de l'ancien consultant de la CIA, Edward Snowden, accusé d'espionnage par Washington. C'est Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, qui a donné des nouvelles lundi.

Edward Snowden était toujours invisible lundi à Moscou, alors que les Etats-Unis ont menacé la Russie de représailles pour avoir ignoré ses demandes d'extradition du fugitif.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a affirmé que Snowden était «en bonne santé et en sécurité», sans préciser évidemment où l'Américain se trouvait, dans une conférence par téléphone à l'ambassade d'Equateur à Londres où il est réfugié depuis un an.

Les informations contradictoires se multipliaient sur le sort de M. Snowden, qui n'a apparemment pas embarqué à bord du vol Moscou-La Havane sur lequel il était enregistré et qui a décollé lundi en début d'après-midi. Selon une source proche du dossier citée par l'agence russe Interfax, Snowden a sans doute déjà quitté la Russie.

Y a-t-il un Snowden dans l'avion?

«Il a pu prendre un autre vol. Il est peu probable que les journalistes aient été témoins du décollage de son avion», a déclaré cette source. Mais une autre source au sein des services de sécurité de l'aéroport a affirmé à l'agence officielle Itar-Tass que M. Snowden se trouvait encore dans la zone de transit de l'aéroport Moscou-Cheremetievo.

Edward Snowden était censé partir à Cuba pour rejoindre ensuite l'Equateur où il a demandé l'asile politique. Mais selon une source au sein des services de sécurité de la capitale russe et des journalistes à bord de l'appareil, il n'était pas dans l'avion.

Après le décollage de l'appareil, l'ambassade d'Equateur à Moscou a déclaré lundi ne pas savoir où se trouvait l'Américain, selon l'agence Ria Novosti. Il est arrivé dimanche à Moscou en provenance de Hong Kong, d'où il avait publié ses révélations fracassantes sur la surveillance opérée par les agences américaines. Il s'était réfugié à Hong Kong le 20 mai après avoir quitté son domicile de Hawaï.

Quel chemin sûr vers l'Equateur

Edward Snowden semblait se trouver dans la nuit de dimanche à lundi dans la zone de transit de l'aéroport, où il y a un hôtel. Cependant, des journalistes de l'AFP sur place ne l'ont pas vu non plus. Dimanche soir, le site WikiLeaks avait annoncé que Snowden était «en route pour la République d'Equateur par un chemin sûr afin d'obtenir l'asile».

Inculpé notamment d'espionnage, Edward Snowden encourt 30 ans de réclusion aux Etats-Unis. Dans un message publié lundi sur Twitter, le président équatorien Rafael Correa, qui ne s'était encore jamais exprimé jusqu'ici sur l'affaire, confirmé que l'Equateur analyserait avec «une très grande responsabilité» la demande d'asile de l'ancien employé de la CIA.

John Kerry se fâche

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry a menacé lundi la Chine et la Russie de conséquences sur leurs relations en jugeant «très décevant» le fait que l'ancien consultant a pu voyager de Hong Kong vers Moscou. M. Snowden a «trahi son pays», a affirmé le chef de la diplomatie américaine, en visite en Inde.

Washington avait exhorté lundi Moscou à l'expulser pour qu'il réponde des charges contre lui, invoquant la coopération entre les deux pays. Des sources informées ont indiqué à l'agence Interfax que la Russie étudiait une demande d'extradition présentée par les Etats-Unis.

L'Equateur examine la demande

Le chef de la diplomatie équatorienne, Ricardo Patino, a pour sa part dévoilé des extraits de la demande d'asile adressée à la présidence socialiste équatorienne, dans laquelle M. Snowden invoque un «risque de persécution de la part du gouvernement des Etats-Unis et de ses agents».

«Il est improbable que j'aie droit à un procès juste ou à un traitement humain», poursuit-il dans sa lettre, invoquant le risque d'«une condamnation à la prison à perpétuité ou (d') une condamnation à mort».

Impact négatif sur les relations sino-américaines

La décision de laisser partir de Hong Kong l'ancien consultant Edward Snowden, accusé d'espionnage par Washington, a «incontestablement» un impact négatif sur les relations sino-américaines, a estimé lundi la Maison Blanche. «Il s'agit d'un choix délibéré du gouvernement (chinois) de libérer un fugitif en dépit d'un mandat d'arrêt valide et cette décision a incontestablement un impact négatif sur la relation» entre les deux pays, a déclaré Jay Carney, porte-parole de la Maison Blanche, au cours d'un point de presse.

Le Conseil de l'Europe veut protéger les donneurs d'alerte
Les donneurs d'alerte qui signalent des abus commis par des Etats doivent être protégés des représailles, s'ils agissent de bonne foi. C'est l'avis exprimé lundi à Strasbourg par des parlementaires du Conseil de l'Europe en marge de l'affaire Edward Snowden. La Commission des questions juridiques et des droits de l'homme de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE) a adopté un rapport en ce sens, intitulé «Sécurité nationale et accès à l'information».

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story … --16878528


Ricardo Patiño, chef de la diplomatie, a défendu lundi la demande d'asile déposée par l'ex-consultant de la CIA Edward Snowden.

L'homme qui tente de faire la lumière et la transparence sur des faits qui affectent tout le monde se voit poursuivi par ceux qui devraient donner des explications aux gouvernements et aux citoyens», a déclaré M. Patiño lors d'une conférence de presse à Hanoï, au Vietnam.

La Russie doit «se conformer à ses lois»
L'Equateur attend de la Russie qu'elle prenne une décision conforme à ses lois concernant le sort de l'ex-agent de la CIA Edward Snowden, qui s'est rendu dimanche à Moscou afin d'échapper à une demande d'extradition de Washington, a annoncé lundi son ministre des Affaires étrangères, Ricardo Patiño.

«L'Equateur a fait savoir qu'il était en train d'examiner la demande d'asile de M. Snowden, afin que le Gouvernement de Russie prenne la décision jugée conforme à ses lois et aux normes internationales», a déclaré M. Patiño lors d'une conférence de presse à Hanoï.[/b]

http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/23664996

Dernière modification par florian (24-06-2013 20:42:55)

Hors ligne

 

#36 25-06-2013 13:22:39

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a exclu tout lien entre la Russie et Edward Snowden. Il a affirmé que l'ex-consultant de la NSA, recherché par les Etats-Unis pour espionnage, «n'a pas traversé la frontière russe».

M. Lavrov, qui a ainsi laissé entendre que Snowden a pu arriver à l'aéroport de Moscou et rester dans la zone de transit, a par ailleurs jugé «inacceptables» les accusations de Washington à l'encontre de Moscou.

«Nous n'avons aucun rapport ni avec M. Snowden, ni avec ses relations avec la justice américaine, ni avec ses déplacements à travers le monde», a déclaré M. Lavrov lors d'une conférence de presse.

«Inacceptable»

«Snowden n'a pas traversé la frontière russe, et nous jugeons tout à fait infondées et inacceptables les tentatives d'accuser la Russie d'avoir violé les lois des Etats-Unis et presque d'avoir monté un complot, le tout accompagné de menaces à notre encontre», a-t-il ajouté.

A l'origine de spectaculaires révélations sur l'espionnage par l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine de communications téléphoniques et internet aux Etats-Unis et à l'étranger, Snowden a été inculpé d'espionnage par les Etats-Unis et encourt 30 ans de réclusion.

Rappel des faits

Le jeune Américain, qui s'était réfugié à Hong Kong le 20 mai, aurait rejoint Moscou dimanche par un vol de la compagnie Aeroflot. Il n'a toutefois été vu par personne depuis l'annonce de sa présence en Russie.

Aucune information n'a été donnée sur l'endroit où il se trouve. Alors qu'il avait été indiqué par diverses sources qu'il devait prendre lundi un avion pour Cuba, avant de rejoindre Quito, Snowden n'a semble-t-il pas pris ce vol.

Un impact sur les conséquences

M. Lavrov n'a ni confirmé ni infirmé le fait que Snowden ait atterri à Moscou. «Il a choisi son itinéraire tout seul. Nous l'avons appris comme de nombreuses personnes ici, par les médias», a-t-il affirmé.

Lundi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a menacé la Chine et la Russie de conséquences sur leurs relations avec Washington, en jugeant «très décevant» le fait que l'ancien consultant de la NSA, ait pu voyager de Hong Kong vers Moscou.

«Il y aura de ce fait et sans aucun doute un effet et un impact sur les relations ainsi que des conséquences», a ajouté le chef de la diplomatie américaine, sans plus de précisions.

Hors ligne

 

#37 25-06-2013 17:43:36

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Les arrogants personnages ! Poutine doit bien rigoler roll
Pour sûr, Poutine ne livrera jamais Snowden à ces personnages ! Ils prétendent jouer les parangons de vertu en matière de démocratie, se comportent comme la STASI, sont pris la main dans le sac et ont le toupet de réclamer celui qui a révélé qu'ils espionnent le MONDE ENTIER !
Et le cerveau du 11 septembre, j'ai nommé Dick Cheney, qui a le culot de monter sur les télés pour affirmer :
1) Que ce programme, c'est son bébé, il l'a mis en place sitôt après le 11 septembre. Un programme de ce type, comme le Patriot Act, se prépare à l'avance. Il affirme en fait que le 11 septembre, c'est LUI.
2) Que ce programme a été tenu secret, à l'abri du Congrès et du Sénat, pour éviter des "fuites". C'est ce qui se fait dans les dictatures.
Cheney, G.W. Bush, Obama, ils sont tous coupables au regard de LEUR constitution.

On peut constater l'ampleur des dégâts lorsqu'on voit le peu de réaction des peuples devant ces révélations. Le peuple américain est comme un mouton depuis le 11 septembre, mais les autres ne sont guère mieux.

On constate une fois de plus l'extraordinaire rapport avantages/coût du 11 septembre. Cheney et ses accolytes doivent tous les jours se féliciter pour cette remarquable mise en scène.

Aucun président US ne lèvera jamais le couvercle. Sa vie même en dépend.

 

#38 25-06-2013 18:11:57

Frenchie
Invité

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

Moutmout a écrit :

Perso je ne fait confiance qu'à mes propres programmes en matière de cryptage.
La technique du masque jetable est fiable et inviolable à jamais, même par les ordinateurs quantiques.
C'est l'affaire d'une petite heure à développer.

Inviolable, mais inutilisable dans un usage quotidien. Une clé par message, à faire parvenir de manière physique? Il n'y a pas d'autre technique pratique que clé publique/clé privée. Il existe de bons serveurs de clés PGP.

Personnellement, j'ai fini par renoncer et en même temps, j'ai basculé sur un webmail (GMail); il existe cependant un add-on (FirePGP) pour Firefox (plus développé, mais il marche sur ma version de Firefox pour Linux).

Le vrai problème de la crypto, c'est que les gens lambda ne veulent pas crypter, même si c'est très simple (GnuPGP, les différentes versions, permettaient de crypter/décrypter d'un clic de souris).

Concernant la protection de la vie privée, ce site n'est pas mieux que les pires. Aux dernières nouvelles, il interdisait le surf à travers Tor. Paradoxal, hein? Et je n'ai jamais eu de justification d'un admin. Il faut dire que l'administration reste quand même opaque. Je pars du principe que tout ce que j'écris ici est lu, et que je ne peux pas dissimuler mon IP réelle. Incroyable !!!

Dernière modification par Frenchie (25-06-2013 18:16:11)

 

#39 25-06-2013 20:05:07

florian
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2008
Messages: 841

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

intéressant ton message Frenchie

les dernières nouvelles:

Vladimir Poutine a annoncé que l'ex-consultant de la NSA, recherché par les Etats-Unis, se trouvait toujours en zone de transit à l'aéroport de Moscou, et que la Russie n'allait pas l'extrader aux Etats-Unis.

Le chef de l'Etat russe a dissipé mardi le mystère sur Edward Snowden.

«Edward Snowden est effectivement arrivé à Moscou. Pour nous, c'était totalement inattendu», a annoncé le président russe.

L'Américain, âgé de 29 ans, à l'origine de spectaculaires révélations sur l'espionnage par l'Agence américaine de sécurité (NSA) de communications téléphoniques et Internet aux Etats-Unis et à l'étranger, était invisible depuis dimanche, jour où selon la presse il avait alors quitté Hong Kong pour Moscou.

«Il est arrivé en tant que passager de transit et en tant que tel il n'a pas besoin de visa ni d'autres documents», a poursuivi Vladimir Poutine, en déplacement à Turku, en Finlande.

Le président russe s'est ensuite empressé de souligner que Moscou n'avait aucun accord d'extradition avec Washington, qui réclame expressément le jeune homme. C'est «un homme libre. Plus vite il choisira sa destination finale, mieux ce sera, et pour nous et pour lui», a déclaré Vladimir Poutine, excluant manifestement toute mesure à l'encontre de Edward Snowden.

Dimanche, les rumeurs s'étaient multipliées sur le fait que l'Américain, qui s'était réfugié à Hong Kong le 20 mai, était arrivé ce jour-là à l'aéroport de Moscou par un vol de la compagnie Aeroflot. Il n'avait toutefois été vu par personne et il n'y avait eu aucune confirmation officielle de sa présence en Russie.

Menaces et réactions

Néanmoins, lundi, le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait menacé la Chine et la Russie de conséquences sur leurs relations avec Washington, en jugeant «très décevant» le fait que l'ex-consultant de la NSA, a pu voyager de Hong Kong à Moscou. Ces déclarations ont été vigoureusement rejetées, à la fois par Pékin et par Moscou.

«Les accusations contre le gouvernement central chinois sont sans fondement», a déclaré mardi le porte-parole de la diplomatie chinoise, alors que le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, jugeait lui «tout à fait infondées et inacceptables les tentatives d'accuser la Russie d'avoir violé les lois des Etats-Unis».

«Toutes les accusations à l'encontre de la Russie sont du délire et des sornettes», a renchéri Vladimir Poutine. Inculpé d'espionnage par les Etats-Unis, le jeune Américain encourt 30 ans de réclusion dans son pays.

Après son arrivée présumée dans la capitale russe, des sources avaient indiqué qu'il pourrait prendre lundi un avion pour Cuba, avant de rejoindre l'Equateur, où il a fait une demande d'asile politique. Mais Edward Snowden n'est jamais monté à bord, déclenchant alors une vague de rumeurs et d'informations contradictoires.

Rencontre Kerry-Lavrov en vue

Edward Snowden est «en bonne santé et en sécurité», a pour sa part affirmé le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange depuis l'ambassade d'Equateur à Londres, où il est lui-même réfugié depuis un an.

Le président équatorien, Rafael Correa, a annoncé lundi que son pays étudiait la demande d'asile d'Edward Snowden. L'Equateur a déjà accordé l'asile à Julian Assange, recherché par Washington pour avoir publié en 2010 des centaines de milliers de documents diplomatiques confidentiels.

L'affaire risque d'aggraver les tensions entre la Russie et les Etats-Unis à un moment où les deux pays tentent de trouver une solution pour mettre fin au conflit en Syrie. John Kerry et Sergueï Lavrov devraient se rencontrer la semaine prochaine à Brunei, a annoncé le ministère russe des Affaires étrangères.

Dans un entretien avec le South China Morning Post réalisé le 12 juin dernier mais publié seulement mardi, Edward Snowden a pour sa part affirmé avoir cherché un emploi dans la firme Booz Allen Hamilton afin de recueillir des preuves des activités de la NSA.

http://www.lematin.ch/monde/poutine-ven … y/22243653

Hors ligne

 

#40 25-06-2013 23:31:40

kézako
Membre du forum
Date d'inscription: 12-02-2007
Messages: 6573

Re: Affaire Snowden : Quand La NSA nous surveille

À propos de cryptages:

LES AMÉRICAINS REFUSENT DE DONNER À LA FRANCE LES INFORMATIONS SUR LE NOYAU WINDOWS ET SONT LES AUTEURS DE L'ATTAQUE DE L'ÉLYSÉE

par François Asselineau - Union Populaire Républicaine (Articles), mardi 25 juin 2013

https://fbcdn-sphotos-h-a.akamaihd.net/hphotos-ak-ash3/s720x720/944143_10151736812917612_13799593_n.jpg

Eric Filiol a été "cryptanalyste" dans les services français de renseignement (Direction Générale de la Sécurité Extérieure ou DGSE),  lieutenant-colonel de l'armée de Terre et directeur de la recherche du groupe ESIEA (École supérieure d'informatique, électronique, automatique).

Dans un entretien au site ITPro diffusé ce mardi 25 juin, cet expert a reconnu que « la France n’a plus les moyens d’assurer sa souveraineté et sa sécurité » face aux multinationales qui disposent de pouvoirs exorbitants, en soulignant qu'il « est beaucoup plus difficile de contraindre une société privée qu’un État ».

En guise d'exemple, il a annoncé publiquement que « l’État français n’arrive pas à obtenir certaines informations techniques précises sur le noyau Windows. Un pays doté de l’arme nucléaire et membre du conseil de sécurité des Nations-Unies ne peut pas contraindre Microsoft de lui donner des informations nécessaires sur un système qui est absolument partout ».


Si Microsoft ne veut pas donner ces informations précises, c'est très probablement parce que cela permettrait de découvrir des portes d'entrée secrètes ("backdoors") mises en place au bénéfice des autorités militaires américaines, ou de Microsoft lui-même dans un but d'espionnage industriel.


Eric Filiol a profité de cet entretien pour affirmer que « l’attaque de l’Élysée en mai 2012, ce ne sont pas des Chinois qui l’ont faite mais bien des Américains ».


[source : http://www.numerama.com/magazine/26360- … ndows.html ]


CONCLUSION : UNE NOUVELLE PREUVE DE HAUTE TRAHISON


---------------------------------------------------------------------------


Compte tenu de l'expertise et du passé professionnel de la personne qui a fait ces révélations, la preuve est faite que les plus hautes autorités de la République savent parfaitement à quoi s'en tenir :

    - quant à l'origine américaine du piratage du site de l’Élysée en mai 2012,
    - et quant au refus de Microsoft de livrer des informations de sécurité essentielle.



Dans ces conditions, il importe de noter que cette guerre informatique qui ne dit pas son nom menée par Washington contre Paris :

   - non seulement n'a suscité aucune réaction de la part des plus hautes autorités de l'État ; après l'attaque cybernétique de l'Élysée, la moindre des réactions aurait été de « rappeler notre ambassadeur à Washington en consultation » selon la formule utilisée par les diplomates pour signifier une crise diplomatique de basse intensité ;

   - mais elle n'a nullement empêché le ministère français de la Défense de reconduire un contrat, passé sans appel d’offre ni procédure publique, précisément avec l’entreprise américaine Microsoft. (cf. http://www.u-p-r.fr/actualite/france/co … etats-unis)



À ce niveau-là, on ne peut plus parler d'incompétence.



Il faut appeler un chat un chat et parler d' « intelligence avec une puissance étrangère ». C'est-à-dire, très exactement, de très exactement de « haute trahison ».





François ASSELINEAU




25 juin 2013

https://www.facebook.com/notes/fran%C3% … 2496162038

Dernière modification par kézako (25-06-2013 23:34:54)


« La première victime d’une guerre, c’est la vérité » Déclaration du sénateur américain Hiram Johnson en 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis.

Vous avez dit anti-américanisme ?

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr