ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 13-02-2008 11:20:03

Habs
Nouveau membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-09-2007
Messages: 35

Valerie Plame-Wilson commente l'affaire Edmonds!

American AM a recemment interviewe Valerie Plame-Wilson, celle-ci commente l'affaire Sibel Edmonds:

http://www.bradblog.com/?p=5685#more-5685


Valerie Plame Wilson Describes Sibel Edmonds Disclosures as 'Stunning'
Says She Has Been Following Recent Blockbuster Series in British Paper Concerning U.S. Nuclear Secrets Espionage, Allegations That Her Cover Company, Brewster Jennings, Was Exposed by a Former High-Ranking State Department Official as Far Back as 2001...
Former CIA operative Valerie Plame Wilson says the recent disclosures in the UK's Sunday Times concerning the sale of U.S. nuclear secrets to the foreign black market, as aided by high-ranking government officials, are "stunning."

The previously covert agent, who had worked in the agency's counter-proliferation division for years, monitoring traffic in the nuclear black market under the guise of a cover company named Brewster Jennings until being outed by Bush Administration officials, was asked about the recent series of explosive stories in the British paper during an interview this morning with Florida radio host Henry Raines of American AM.

Those disclosures include allegations that Brewster Jennings' real identity as a CIA front company was outed to Turkish officials by then Asst. Sec. of State for European Affairs, Marc Grossman, as early as 2001...


A text transcript of the interview, as well as the audio, is now posted at the end of this article.

The series of three Times stories so far have corroborated information detailed by former FBI translator Sibel Edmonds. Edmonds has been gagged by the Bush Administration's Department of Justice in this country under the "State Secrets Privilege" since 2002, disallowing her from speaking about her work at the bureau. In a BRAD BLOG exclusive late last year, Edmonds announced she would disclose all of the information she'd be barred from revealing to any major U.S. broadcast media outlet who would allow her to tell the full story.

Every U.S. mainstream media outlet failed to take up her offer, though the London Times contacted her through us after we ran our story. After they subsequently ran their first blockbuster in the series early last month, the story became front page news around the world, yet the U.S. media continues, incredibly enough, to ignore it.

The second and third articles in the Times series allege a "senior State Department" official participated, along with a network of moles at sensitive nuclear instillations and military bases, in the sale of nuclear secrets to American allies and enemies alike. The official has subsequently been identified as Grossman, a former U.S. Ambassador to Turkey, and at the time of the alleged disclosures, the #3 State Department official beneath Colin Powell and Richard Armitage.

Grossman, according to the Times' and Edmonds' allegations, even tipped off Turkish officials, as long ago as 2001, to the fact that Plame Wilson's Brewster Jennings was a CIA cover company. Grossman denies the charges.

While Plame Wilson offered today that she has "no insight" into the story, other than what has been published by the Times, she joined Edmonds and other whistleblowers, such as Daniel Ellsberg, in her criticism of the U.S. mainstream media for failing to investigate and report on the story.

"I think it's very interesting that it's showing up across the pond and not here at all, in any of our newspapers," Plame Wilson said.

"It's fair to say that in general the American media has been extremely intimidated, it's been supine, and I think it's let the American people down," she explained, pointing to the run-up to the Iraq War when the U.S. media, "took simply what the Administration was dishing up and didn't question it, didn't analyze it, didn't go seek secondary sources. And look where we are today as a result of that."

While noting that there are "a couple of brighter spots" in the media, Plame Wilson said it's "sort of thin gruel out there right now"

Her comments echo ones made recently in an op/ed originally published by The BRAD BLOG by Ellsberg, the legendary former Defense Department official who released the explosive "Pentagon Papers" to the New York Times in the 70's. He excoriated the U.S. media in light of their failure to cover Edmonds' disclosures, charging that they were "participating in a cover-up of information."

"Many, if not most, covert operations deserve to be disclosed by a free press. They are often covert not only because they are illegal but because they are wildly ill-conceived and reckless," Ellsberg wrote in reference to the disturbing allegations in the Edmonds case. "Such activities persist, covertly, to the point of national disaster because the press neglects what our First Amendment was precisely intended to protect and encourage it to do: expose wrongdoing by officials."

Former CIA agent, Philip Giraldi recently covered the latest Edmonds allegations in some depth, filling in a few details in an article titled "Found in Translation" published by American Conservative Magazine. A few days later he joined the call for additional media coverage, as well as investigations by elected officials, in a subsequent article, "Sibel Edmonds Must be Heard" published at Huffington Post.

When Raines expressed to Plame Wilson during today's interview that he felt the allegations bear further investigation she said again, "I agree! It is stunning," adding, "It's a very frustrating period...I don't have any terrific suggestions on how to get this story played in the United States."

When asked about the allegations that Grossman outed her covert Brewster Jennings network, she said she was unable to speak to those charges.

"Not only can I say, 'no comment,' but I mean 'no comment' because I don't know anything to add to it," she claimed. "Certainly during the run-up to the war and until I was outed, I was focused almost to the exclusion of anything else on just trying to run safe and effective operations, trying to figure out what the hell was going on in Iraq, what were the scientists, what were they doing, where were their secret sites."

Edmonds is currently unavailable for comment while traveling. If we're able to hear from her, we'll update this story appropriately.

BRAD BLOG articles from our own long series of coverage and exclusives on the Sibel Edmonds case can be read here.

American AM's entire interview with Plame Wilson is approximately 30 minutes. The portion during which the Edmonds allegations are discussed begins near the :20 minute mark. That section of the interview has been transcribed below, thanks to VelvetRevolution.us' Emily Levy. MP3 download here, or listen online below...


HENRY RAINES:I imagine that you still follow closely news about the topic that you were working on, the counter-proliferation.

VALERIE PLAME WILSON: Oh, absolutely. I, between that and terrorism, those are the two primary most critical threats facing our nation today.

RAINES: There's a really disturbing series of articles, investigative articles, that have been appearing in the Times of London over the last month or so, I think there've been three installments so far …

VPW: Yes, mm-hmm.

RAINES: …and there's practically a mainstream news blackout here in the United States. We've done numerous shows on it since the very first installment came out. In fact, we about a week and a half ago we interviewed the first person to have a column or article written in a American daily newspaper, which was the North Mississippi Journal. So, you know, we hear all these worries and concerns about Iran building this or …

VPW: Mm-hmm.

RAINES: … some other country building that, but the story in the Times of London front page, respected newspaper, is about the third highest person in the State Department, identified in the American Conservative as Marc Grossman …

VPW: Mm-hmm.

RAINES: … actually selling our secrets to Turkey and to Israel, and then Turkey would resell them to Pakistan …

VPW: Right. No, it's stunning. I've seen the series. I don't, right, I think it's very interesting that it's showing up across the pond and not here at all, in any of our newspapers. I have no insight into it, any more than what you're reading, but it's very interesting. But I think, I think it's fair to say that in general the American media has been extremely intimidated, it's been supine, and I think it's let the American people down. Look at the run-up to the war with Iraq, for starters, and how, again in general, they took simply what the Administration was dishing up and didn't question it, didn't analyze it, didn't go seek secondary sources. And look where we are today as a result of that. I think the media understands this and is grappling with these issues but because of consolidation and increasingly shrinking budgets, foreign and otherwise, devoted to any sort of investigative or foreign reporting, we're just going to, it's sort of thin gruel out there right now, with a couple of brighter spots, but pretty thin otherwise.

RAINES: And how would you suggest our audience can help this story see the light of day? Because it's just amazing to me, an act of, I'm not a legal scholar on this, but an act of treason, I would think, when the third highest person in the State Department is selling this, bears investigation.

VPW: I agree! It is stunning. As I've traveled across the country speaking in the last couple of months, it is clear to me that Americans of all political stripes are really hungry for information. And it comes to, it's so watered down, and you don't, of course, know the veracity of what it is you're reading, whether it's on the Internet or whether it's mainstream media. It's a very frustrating period. And I, I don't have any terrific suggestions on how to get this story played in the United States. Maybe they do have plans, I don't know if they have a sort a sister paper in the United States for it to run here.

RAINES: Well, it would be, I don't know, Fox News. It's a Rupert Murdoch paper. Wouldn't be hard to get the story out if the motivation was there. I understand from Sibel Edmonds that it is, the investigation is increasing. The Times of London is putting more resources into it because it's becoming a prestigious investigation there.

In our last couple of minutes, I want to ask you one more question related to that … because the third installment of the story deals directly, well, you can't acknowledge it directly, but is very similar to what the firestorm around you was. Because the same State Department official is alleged to have tipped off the American Turkish Council …

VPW: Mm-hmm.

RAINES: … which was going to hire a firm called Brewster Jennings, which would have given an insight into what was going on, he tipped them off and said, 'Don't hire them, they're …"

VPW: Yeah.

RAINES: "… CIA." That's got to be disturbing to you.

VPW: Not only can I say, 'No comment,' but I mean 'no comment' because I don't know anything to add to it. Certainly during the run-up to the war and until I was outed, I was focused almost to the exclusion of anything else on just trying to run safe and effective operations, trying to figure out what the hell was going on in Iraq, what were the scientists, what were they doing, where were their secret sites. For me personally it wasn't until Colin Powell, General Colin Powell, gave his speech before the U.N. in February 2003, right before the war, that, as I write in my book, it was sort of the first time that I got my head out of the operational weeds and said, "Wait a minute. What he is saying does not match with my, with my understanding and my knowledge of the intelligence on this issue." And I would, I just felt absolutely sick because I knew that what he was saying, it sounded much more robust than what it was in reality. And I just thought, uh!, I just hope someone well above me in the ranks knew, had much better access to information than I did, because it just did not match up. I felt absolutely sick at heart about it.

RAINES: I apologize to our listeners, they've been ringing off the hook but Alan and I have decided to keep Valerie Plame Wilson all to ourselves …

VPW: [laughs]

RAINES: … and we've got 60 seconds, Alan, if you want to get something else in here.

ALAN CROSS: Just real quick question. In your book Fair Game: My Life as a Spy, My Betrayal by the White House , I guess the question I have is, did you work as a lone operativeall by yourself, or did you have a team of people that worked for you?

VPW: I think that's one of the constructs that Hollywood constantly makes. We think of The Bourne Identity identity or James Bond, the fact is that we're, you are never alone. It is always a team effort. It is not some rogue operator out there changing into his tux to walk into some casino in Monaco. You have the analysts, you have the technical people, you have the folks that are putting together the questions, you have your surveillance team. It really is a team effort. And the people working, my former colleagues at the CIA for the most part are very smart, extremely dedicated people that right now are laboring under a heavily politicized yoke and I hope that that direction can be changed in the future.

Hors ligne

 

#2 15-02-2010 11:25:43

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Valerie Plame-Wilson commente l'affaire Edmonds!

Sans parler de l'affaire Valérie Plame voici un bel exemple de journalisme objectif

Médias 14/05/2003 à 22h59
Un faussaire au«New York Times»
Enquête

Depuis quatre ans, Jayson Blair bidonnait ses articles. Son journal l'a révélé dans une longue enquête publiée dimanche.
http://www.liberation.fr/medias/0101442 … york-times

ROUSSELOT Fabrice

       New York de notre correspondant

Pour la presse américaine, c'était l'histoire à ne pas manquer au beau milieu de la guerre en Irak. Dans la petite ville de Palestine, en Virginie-Occidentale, la famille de Jessica Lynch est prise d'assaut par les journalistes et les caméras de télévision. A 20 ans, la jeune fille a été portée disparue avec plusieurs membres de son unité à la suite de combats avec des troupes de Saddam Hussein, dans le sud du pays. Au New York Times, la rédaction est mobilisée et décide d'envoyer Jayson Blair sur les lieux. Dans un article publié le 27 mars en première page, le jeune journaliste décrit longuement le père de la jeune fille, venu faire une déclaration à la presse : «Gregory Lynch Sr s'étouffe presque en se présentant sur son porche qui offre une vue sur les champs de tabac et les pâturages.» Le lendemain, en découvrant l'article, Gregory Lynch s'esclaffe : il n'y a pas le moindre champ de tabac et pas davantage de pâturages autour de sa maison. Il n'a en outre aucun souvenir d'un reporter du New York Times près de chez lui. Et pour cause. S'il signe bien ses «reportages» de Palestine, Jayson Blair n'y a jamais mis les pieds. Il a tout simplement réalisé son article depuis New York, en recopiant les dépêches d'agence et en inventant les détails à sa convenance.
«Un énorme oeil au beurre noir»

Dimanche dernier, le prestigieux quotidien a révélé dans une enquête de quatre pages que le journaliste de 27 ans, qui a démissionné le 1er mai, avait falsifié «au moins 36 des 73» articles qu'il avait écrits depuis qu'il avait été affecté à la rédaction nationale en octobre. Surtout, selon les aveux du journal, la «fraude» pourrait porter sur plus de 600 articles rédigés par Jayson Blair depuis son arrivée au New York Times en 1999, ainsi que sur d'autres histoires écrites auparavant pour le Boston Globe. «C'est un énorme oeil au beurre noir, une rupture de contrat entre le quotidien et ses lecteurs», a admis le PDG Arthur Sulzberger, dont la famille contrôle le journal depuis plus d'un siècle.

Depuis, le quotidien qui se présente souvent comme le plus prestigieux de la planète, est plongé dans la tourmente. Sur toutes les chaînes de télévision, les experts se demandent comment un journaliste a pu ouvertement mentir à ses chefs de service sans que personne s'en aperçoive. C'est la crédibilité du New York Times qui est remise en cause, mais également celle de la presse américaine dans son ensemble, alors que la profession est contrainte de se remémorer de précédents scandales. Celui de Janet Cooke, du Washington Post, par exemple, qui avait dû rendre son prix Pulitzer en 1981. Prix qui lui avait été attribué pour une enquête sur l'histoire d'un jeune drogué de 8 ans... entièrement inventée. Celui de Stephen Glass encore, licencié de New Republic en 1998 pour avoir lui aussi confondu fiction et réalité. «Il existe depuis plusieurs années une véritable méfiance de l'opinion publique face aux journaux, résume Alex Jones, le directeur du Joan Shorenstein Center on Press Politics and Public Policy à Harvard, et ancien journaliste du New York Times, «mais là, parce que c'est le New York Times qui est touché et parce que la tromperie a l'air énorme, c'est encore plus grave.»

A en croire la minutieuse enquête menée par le New York Times, mais aussi selon plusieurs sources à l'intérieur du journal, l'incroyable saga de Jayson Blair est ainsi parsemée d'indices et de signes avant-coureurs sur les dysfonctionnements du journaliste qui ont tous été largement ignorés par la direction du quotidien et qui n'ont pas été transmis correctement au sein de la hiérarchie. Pour des raisons qui sont souvent difficiles à établir.

Des détails lus dans «San Antonio Express»

Officiellement, c'est à la fin du mois d'avril que le directeur de la rédaction, Howell Raines, et son adjoint, Gerald Boyd, ont décidé de confier à cinq reporters la tâche de découvrir «quelles étaient les pratiques professionnelles» de Jayson Blair. Le 29 avril, un rédacteur en chef de San Antonio Express-News prend en effet contact avec le journal new-yorkais pour s'inquiéter des «profondes ressemblances» entre l'article de l'un de ses journalistes et un article de Blair signé depuis le Texas. Les deux papiers narrent l'angoisse d'une mère de Los Fresnos qui n'a pas de nouvelles de son fils porté disparu en Irak. Blair y évoque notamment «le toit rouge sur la maison blanche, la Jeep rouge dans la cour ou encore les roses en fleur dans le jardin». Des détails qui sont les mêmes que ceux livrés dans San Antonio Express-News vingt-quatre heures plus tôt.

Face à ses supérieurs, Blair maintient sans broncher qu'il s'est bien rendu à Los Fresnos et montre des notes sur un carnet. Après vérification, il s'avère cependant qu'il a interviewé la dame rapidement par téléphone et qu'il a bien plagié le journal texan. Il est contraint à la démission le 1er mai, au prétexte de «problèmes personnels». Selon certains journalistes toutefois, «l'ampleur de la fraude» aurait pu être découverte «bien plus tôt».

Un faux cousin au World Trade Center

En réalité, à peine est-il été nommé en 1999 comme reporter débutant que, déjà, ce jeune journaliste noir tout juste sorti de l'université du Maryland, après un stage au Boston Globe, se fait réprimander pour des erreurs dans ses premiers articles. Après plusieurs semaines de stage, il a été recruté par le New York Times mais cache à tout le monde qu'il n'a pas eu son diplôme, contrairement à ce qu'il affirme. Malgré le manque de précision de ses articles, Jayson Blair trace son chemin au sein de la rédaction, affable et fin manoeuvrier. Il est promu «reporter de terrain» en juin 2001 et travaille pour la section «Metro» (les pages locales). La qualité de sa copie ne s'améliore pas pour autant. Il apparaît instable et rend des articles où il ne cesse de se tromper dans les dates ou les lieux. Le 11 septembre 2001, il argue que l'un de ses cousins a été tué dans l'attaque contre le World Trade Center pour ne pas avoir à écrire les fameux «portraits des victimes» publiés par le quotidien. C'est une nouvelle tromperie.
Après deux semaines de repos imposées par son chef de service, Jonathan Landman, il n'y a pas vraiment d'amélioration. En avril 2002, Landman envoie alors un e-mail très explicite à la direction du journal. «Nous devons empêcher Jayson d'écrire pour le Times. Tout de suite», écrit-il. Il n'est pas suivi. Aujourd'hui, ceux qui connaissent bien le New York Times estiment que l'histoire de Jayson Blair illustre les nombreuses faiblesses du quotidien quant aux mécanismes de contrôle de la copie. Alors que la presse magazine américaine est réputée dans le monde entier pour vérifier les sources et les informations utilisées par ses journalistes, ce n'est pas le cas au New York Times.
«Aucun quotidien ne vérifie les détails de chaque article au jour le jour car ce n'est pas possible », précise Alex Jones, le directeur du Joan Shorenstein Center on Press Politics and Public Policy. « Au New York Times, on estime que les journalistes qui travaillent sont suffisamment professionnels pour ne pas avoir à revoir leur travail. Le seul problème, c'est que quand quelqu'un comme Jayson Blair apparaît, tout le système s'effondre.» Autre problème : celui du manque de communication entre les services éditoriaux du New York Times et les services administratifs. Pendant quatre ans, alors qu'il prétendait parcourir tous les coins du pays, Blair n'a jamais fourni une quelconque note de frais pour un billet d'avion ou pour une nuit d'hôtel. Personne ne s'en est inquiété. Personne ne s'est non plus interrogé sur le fait que le reporter appelait toujours ses chefs de service depuis son téléphone portable, afin de ne pas pouvoir être localisé. «Il y a là une énorme faillite bureaucratique et institutionnelle », assure Steve Randall, directeur de Fair, une association qui se préoccupe de l'éthique dans la presse. «Trop de chefs, trop de services et pas assez de communication.»

Face à ces avalanches de questions sans réponse, l'affaire Jayson Blair a aussi pris une tout autre tournure. Lundi matin, dans les pages «Opinion» du New York Times, le prestigieux éditorialiste William Safire affirmait que «le jeune homme de 27 ans avait bénéficié de trop de deuxièmes chances de la part de rédacteurs en chef qui voulaient voir réussir cet ambitieux journaliste noir.» Et de mettre en cause la politique de discrimination positive que certains auraient voulu pousser dans un journal majoritairement blanc. La même journée, Newsweek publiait un article dans lequel il affirmait que Jayson Blair avait été «protégé» par Gerald Boyd, le numéro deux de la rédaction, noir lui aussi. «C'est un sujet délicat, mais il faut reconnaître que nombreux sont les journalistes qui pensent que les succès professionnels de Jayson tenaient beaucoup à la couleur de sa peau, commente un reporter. Difficile de dire si c'est vrai ou non.»

Interrogée par Libération, l'une des porte-parole du New York Times, Catherine Mathis, nie que la couleur de peau de Jayson Blair ait eu une quelconque incidence dans la tournure des événements, renvoyant aux propos de Gerald Boyd cités dans l'édition de dimanche dernier. Celui-ci confiait alors que les promotions de Blair n'avaient rien à voir avec une «politique de diversité», mais correspondaient au travail d'un «jeune reporter prometteur». Ce qui est sûr, c'est que les remous provoqués par Jayson Blair vont agiter le New York Times encore longtemps, et pourraient engendrer des changements radicaux dans la façon dont travaillent les quotidiens américains. Dans un e-mail envoyé lundi après-midi à la rédaction, Howell Raines a annoncé qu'une commission interne allait être créée afin d'analyser «ce qui avait mal fonctionné». Tout en ajoutant que deux personnes seraient également chargées de faire des propositions afin de mieux gérer les notes de frais des journalistes et de mieux contrôler leurs déplacements. «L'une des solutions pour les journaux pourrait être de faire une évaluation annuelle de leurs reporters et de leurs travaux, cela pourrait rassurer le public», suggère Alex Jones. Lundi, la chaîne câblée MSNBC a demandé à ses auditeurs s'ils «faisaient encore confiance au New York Times après tout cela ?» «Non», ont-ils répondu à 65 %.

http://www.liberation.fr/medias/0101442 … york-times

ragondin a écrit:
Les bidonnages du New York Times
Judith Miller, journaliste d’intoxication massive
par Paul Labarique

La découverte du rôle du vice-président Cheney dans l’intox des « armes de destruction massive » irakiennes a occulté la responsabilité de la presse. Journaliste et écrivain vedette, Judith Miller a largement alimenté le dossier contre Ben Laden. Non contente de lui attribuer divers attentats survenus aux États-Unis depuis 1993, elle a convaincu le monde qu’il était aussi responsable des attaques à l’anthrax. Recevant elle-même une des mystérieuses lettres, elle déclara : « Je suis l’évènement ». Certes, mais elle n’était pas la vérité. Exemple emblématique du « blanchiment de l’information », Judith Miller fonde les scoops du New-York Times sur des sources anonymes proches de Dick Cheney et les voit publiquement confirmées par les autorités... représentées par Dick Cheney.
   
Judith Miller L’inexistence d’un programme d’armement chimique et bactériologique en Irak fait apparaître - quelle surprise ! - que l’administration états-unienne a allègrement menti à l’opinion publique et à la presse internationale. Mais c’est une réflexion bien insuffisante. La démocratie que l’administration Bush prétend diriger aux États-Unis et imposer au reste du monde, implique, dans sa définition idéal-typique, l’existence de contre-pouvoirs, qu’ils soient institutionnels (comme le pouvoir judiciaire et le pouvoir parlementaire) ou en dehors de l’appareil étatique (ONG, presse). Pour reprendre une formule chère au Réseau Voltaire, « les citoyens ne doivent pas s’étonner naïvement de ce que l’État est le paravent du crime. Ils doivent au contraire se souvenir que, par essence, l’État est un Léviathan et que la noblesse de la politique ne consiste pas à administrer l’État, mais à le contrôler pour le mettre au service de l’intérêt général » [1].

La presse occidentale au service des « guerres justes »
En l’espèce, il n’est pas étonnant que les membres de l’administration Bush, dont une large majorité appartient au complexe militaro-industriel, aient tenté d’emmener leurs citoyens dans une guerre meurtrière à plus de 10 000 kilomètres de leurs frontières, le tout afin de satisfaire à la fois les revendications pétrolières des grands groupes industriels et les rêves de grandeur démesurée des néo-conservateurs les plus bellicistes. Ce qui est surprenant, c’est que l’ensemble des contre-pouvoirs existant aux États-Unis, qu’il s’agisse du Congrès ou de la grande presse, qui s’est hissée depuis les années 1970 au rang de « quatrième pouvoir », n’ait pas réagi au tissu de mensonges brodé chaque jour par les experts communiquants de la Maison-Blanche. Comme le fait remarquer Michael Massing dans le dernier numéro de la New York Review of Books, la presse états-unienne a attendu septembre 2003, soit cinq mois après la fin du conflit, pour commencer à publier des informations mettant en doute les raisons officiellement invoquées par le Pentagone pour justifier l’invasion de l’Irak [2].

Les raisons de ce suivisme médiatique ne sont pas à chercher dans l’efficacité de la propagande de Donald Rumsfeld ou Dick Cheney. En réalité, c’est le contraire qui aurait été étonnant. Depuis la fin de la Guerre froide - ou plutôt de l’effondrement du bloc soviétique - les médias ont en effet commencé à être critiqués pour leur couverture des événements majeurs de la planète, toute axée autour de la défense de la position états-unienne, ou même « occidentale ». Ce fût le cas en Roumanie, lors de la chute de Ceaucescu et de la diffusion par les télévisions occidentales des images du faux-charnier de Timisoara. Ce fût le cas, naturellement, lors de la guerre du Golfe, l’un des seuls épisodes que les journalistes d’aujourd’hui acceptent de se voir reprochés sur le mode du « ce qu’il ne faut pas faire et que nous ne referons plus ». Les médias ont pourtant largement répété ces erreurs par la suite, en Somalie, au Rwanda, au Timor-Oriental. Puis il y a eu le 11 septembre 2001 et la croisade qui suivit la désignation immédiate de l’auteur des attentats, Ousama Ben Laden, la phobie de l’anthrax et enfin la seconde guerre du Golfe. À chaque fois, l’argument avancé est le même : il ne s’agit plus de guerres de conquête, mais de « guerres justes », de « droit d’ingérence », voire de « guerres humanitaires » [3].

La liste est longue et éloquente. On ne peut en déduire qu’une chose : dans la stratégie militaire moderne, axée sur la communication, les médias ne se font pas simplement « berner » par la propagande ; ils sont la propagande.






Journaliste spécialisé défense : une profession sous surveillance
Le dossier des armes de destruction massive irakienne est un exemple parfaitement représentatif de la manière dont les gouvernants « communiquent la guerre » aujourd’hui. Dans ce cas précis, Washington a désigné un responsable en communication chargé de gérer le « marketing de la guerre ». Il s’agit de l’ancien directeur général de General Motors, Andrew Card, qui a rempli d’importantes fonctions politiques sous Ronald Reagan. Celui-ci a déclaré au New York Times, le 7 septembre 2002, que l’administration Bush avait mis au point ce que le Times a qualifié de « stratégie méticuleusement planifiée afin de persuader le public, le Congrès et les alliés de la nécessité d’affronter la menace venant de Saddam Hussein ». Concernant le moment choisi pour le début de cette campagne, Andrew Card a expliqué que si l’affaire commençait à sortir fin août-début septembre, c’est parce que « d’un point de vue marketing, on ne lance pas un nouveau produit en août » [4]. Ce plan nécessite naturellement des soutiens dans la presse. Dans ce dossier, ce sera Judith Miller.

Cette journaliste du New York Times fait figure de bouc-émissaire dans l’ensemble des revue média-critiques états-uniennes. Spécialiste des armes de destruction de massive, elle a écrit plusieurs ouvrages sur Saddam Hussein ou la guerre bactériologique. En 2002, elle a partagé un prix Pulitzer pour ses articles consacrés au réseau terroriste fantoche Al-Qaïda. Ce qui fait d’elle une de ses « spécialistes en question de défense », se reposant sur des sources gouvernementales ou militaires.

La chronologie des articles qu’elle a publiés sur le sujet des armes de destruction massive suit de près le timing de la Maison-Blanche. Le 26 août, Dick Cheney ouvre la campagne lors d’un discours prononcé devant une convention nationale d’anciens combattants où il dénonce l’existence d’un programme d’armement chimiques et bactériologique en Irak [5]. Le 7 septembre, Judith Miller co-signe un article avec Michael Gordon sur les fameux « tubes en aluminium » sensés démontrer l’existence d’un programme nucléaire irakien, sur la base d’une source gouvernementale [6]. Le même jour, le vice-président Dick Cheney se rend à l’émission Meet the Press, sur NBC, et évoque la question des tubes en aluminium en accordant le crédit de ce scoop à l’article de Miller et Gordon : « C’est désormais public, [Saddam Hussein] cherche à acquérir » des matériaux nécessaire « pour construire une bombe ». Le même jour, Condoleeza Rice et Colin Powell reprennent ces accusations, puis le président George W. Bush lui-même devant l’Assemblée générale de l’ONU.

Il s’agit ici d’un exemple flagrant de « blanchiment d’information ». Pour valider des informations vitales d’un point de vue stratégique, les responsables de la cellule de propagande au sein du Pentagone s’arrangent pour livrer des « des informations confidentielles » à une journaliste réputée. Celle-ci, pour les vérifier, se tourne vers ses sources gouvernementales qui en sont précisément les auteurs et en confirment donc la véracité. Il suffit ensuite pour les décideurs de reprendre à leur compte l’article de la journaliste pour valider ses propos et pouvoir ainsi se servir de l’article comme base d’argumentation. Le tout s’appuie sur la crédulité de ces « journalistes accrédités défense » par rapport aux responsables militaires qui acceptent de leur parler. La journaliste qui a enquêté sur les relations nucléaires entre la France et l’Iran, Dominique Lorentz, a pourtant clairement exposé les écueils méthodologiques à éviter dans ce genre d’investigations, et notamment « celui qui consiste à croire que les services de renseignement sont là pour [renseigner]. (...) Un flic de renseignement qui apporte à un journaliste un dossier cousu de fil blanc ne le fait ni par probité intellectuelle, ni par sympathie. Encore moins parce qu’il a confiance. Il remplit tout simplement une mission. Au mieux, (...) il l’accomplit pour le pouvoir en place, qu’il a vocation de servir. ». Elle ajoute : « le principal problème que pose l’information délivrée par les services secrets, c’est qu’elle est rarement exacte. (...) Je lirais des fables renversantes, écrites sur la foi d’informations "de source sûre", ou de la plume d’experts patentés. ». En matière de terrorisme, comme sur les questions militaires, « l’expert est celui qui ment » [7].

Judith Miller : l’arme d’« intoxication massive » de la Maison-Blanche
Les sources de Judith Miller ne sont pas que des sources gouvernementales, elle s’est aussi largement reposée sur les « révélations » du Conseil National Irakien et sur son dirigeant emblématique, Ahmed Chalabi. C’est en tout cas ce qui ressort d’un échange d’e-mails entre Miller et son chef de service, John Burns, exhumé par le journaliste du Washington Post, Howard Kurtz. Le premier courrier électronique est adressé par John Burns à Judith Miller, à laquelle il reproche d’avoir écrit un article sur Ahmed Chalabi alors que l’équipe new-yorkaise s’apprêtait à sortir un dossier consacré à cet opposant controversé du régime ba’asiste. La réponse de la lauréate du prix Pulitzer est éloquente : « Je couvre Chalabi depuis plus de dix ans, et j’ai fait la plupart des articles sur lui pour notre journal, notamment le long dossier que nous avons récemment fait sur lui. Il a fourni la plupart des scoops en couverture sur les ADM à notre journal » [8]. Ahmed Chalabi était, par ailleurs, le principal fournisseur d’ « informations » aux hommes du Pentagone, selon le journaliste d’investigation Seymour M. Hersh [9]. Un article de Newsweek de novembre 2003 confirme que les opposants alimentaient allègrement les travaux de Dick Cheney et du Pentagone sur la question [10].

Lorsque l’invasion militaire de l’Irak par les États-Unis prend fin, c’est naturellement vers la journaliste du New York Times que se tournent tous les regards. Le webzine Slate recense tous les principaux mensonges relatés par la journaliste dans un article détonnant [11]. L’administration Bush tente de sauver la face en inventant plusieurs hypothèses pour l’absence d’ADM en Irak. Une nouvelle fois, Judith Miller est mise à contribution : dans un article d’avril 2003, elle relate les propos d’un scientifique irakien selon lequel Saddam Hussein aurait détruit ses armes à l’aube de l’invasion états-unienne. Certains éléments du programme auraient également été envoyés en Syrie. Aucun élément matériel ne permettra de valider cette hypothèse. Qui plus est, on apprendra un peu plus tard que Judith Miller n’a jamais pu, eu égard à son accréditation de « journaliste embarquée », interviewer directement ce scientifique, ni se rendre sur les sites. De plus, elle a dû soumettre son article aux autorités militaires états-uniennes [12].

Dans ce genre de manipulations grossières, la question essentielle qui se pose quant au travail du journaliste est celle de savoir la part d’erreur et la part de calcul dans sa participation à une entreprise de propagande. Pour Judith Miller, de nombreux éléments de son parcours dénotent de liens pour le moins opaques avec les « jusqu’au bout-istes » (« hardliners ») de Washington. Ceux là même qui ont mis en œuvre le programme d’intoxication médiatique pour fabriquer une menace irakienne [13]. Judith Miller s’y intègre à merveille.

« Benladeneries »
Journaliste incontournable au sein de la rédaction du New York Times, Judith Miller ne doit, ni au hasard, ni à sa persévérance les scoops « secret défense » qu’elle publie régulièrement à la une du quotidien. Elle le doit à une série de services rendus dans le cadre de coups tordus organisés par la CIA.

C’est le cas de son travail réalisé sur la Libye en 1986. À l’époque, les États-Unis tentent de renverser le régime de Muhammad Khadafi en l’affaiblissant sur la scène internationale et nationale. Il s’agit donc de lui imputer la plupart des attentats terroristes du momment, tout en le montrant, sur le plan interne, en perte de vitesse. Un mémorandum de l’amiral Poindexter détaillant cette stratégie a été publiée par Bob Woodward dans le Washington Post. Il y explique que « l’un des éléments clés [de la stratégie] est qu’elle combine des événements réels et fictifs - grâce à un programme de désinformation - avec comme objectif final de faire que Khadafi pense qu’il y a une importante opposition interne envers lui en Libye, que ses principaux hommes de confiance sont déloyaux, que les États-Unis sont prêts à agir contre lui militairement ».

L’article de Bob Woodward notait ensuite que principalement le Wall Street Journal, mais aussi d’autres journaux de référence à un niveau moindre, se sont pliés à cette stratégie dans leur traitement du dossier libyen. C’est notamment le cas de l’envoyée spéciale du New York Times à Paris à l’époque, qui n’est autre que Judith Miller. Dans un article co-signé avec Marie Colvin, chef du bureau de l’UPI à Paris, dans Rolling Stone, la doctrine Pointdexter apparaît noir sur blanc : « trois mois et demi après le bombardement américain de la Libye, Muammar Khadafi semble perdre le contrôle de son pays et de lui-même ». D’après des sources non-identifiées, les deux journalistes concluent que « Khadafi subit la poigne paralysante de la dépression », qu’il a disparu et se cache. Ces sources mystérieuses leur affirment également que le leader libyen se drogue. Les deux journalistes reconnaissent par ailleurs avoir discuté avec des « analystes des services de renseignement occidentaux » et des diplomates selon lesquels Khadafi ne tiendrait plus les rênes du pouvoir en Libye. Judith Miller ajoute à cette réthorique que l’on retrouve dans tous les articles de la campagne Pointdexter une petite anecdote personnelle : lors des entretiens avec le leader libyen, celui-ci aurait tenté, comme avec toutes les journalistes femmes, de la séduire. Il aurait renoncé après qu’elle eût déclaré que « son père n’était pas seulement Juif mais aussi un sioniste ardent ».

Le 4 janvier 1987, elle attribue dans le New York Times l’attentat perpétré à Ankara contre une synagogue à la Libye, à la Syrie et à l’Iran, en citant « des analystes des renseignements états-uniens », un « expert en terrorisme israélien » et d’autres sources anonymes [14].

Laurie Mylroie, monomaniaque de Saddam Hussein
Pendant la Première guerre du Golfe, Judith Miller écrit avec Laurie Mylroie un livre intitulé Saddam Hussein and the Crisis in the Gulf. Dans cet ouvrage, les deux auteurs relataient l’horreur du régime ba’assiste irakien et les détails de la décision d’invasion du Koweït prise par Saddam Hussein. L’analyse politique du problème valut néanmoins au livre une sévère critique de Daniel Pipes. Selon lui, le fait d’affirmer que « les Américains sont allés dans le Golfe pour le pétrole » occulte totalement la menace que le programme nucléaire irakien faisait peser sur la région [15]. Petit détail croustillant : en 1987, Laurie Mylroy avait co-signé un article avec Daniel Pipes dans le New Republic dans lequel ils manifestaient leur approbation du soutien états-unien au régime irakien face à la menace iranienne [16].


Germs Inside Ouvrage de Judith Miller sur
les armes bactériologiques. Judith Miller et Laurie Mylroie vont rapidement rejoindre les rangs des sympathisants néo-conservateurs, dans le cadre de la guerre au terrorisme à laquelle elles sont toutes deux confrontées.
Quelques semaines après les attentats du 11 septembre, Judith Miller reçoit en effet une lettre à l’anthrax. Heureusement, elle ne figure pas parmi les cinq victimes, mais bien dans la liste des six contaminées ayant survécu. Compte tenu de son brillant travail passé pour révéler à ses lecteurs le péril islamique de Ben Laden, elle persuade ses concitoyens que cette lettre lui a été envoyée par Al Qaïda pour se venger. À ce moment, elle déclare : « Désormais, je ne couvrais plus l’événement ; j’étais l’événement. » [17]. Ce que confirme sans attendre l’Attorney general John Ashcroft provoquant une psychose planétaire qui justifiera un peu plus l’invasion de l’Afghanistan [18].
Laurie Mylroie est membre de l’American Enterprise Institute, l’un des principaux think-tank néo-conservateurs. Elle édite la lettre d’information Iraq News et a enseigné à l’U.S. Naval War College. Elle compte parmi ses « admirateurs » Richard Perle, James Woolsey, l’ancien directeur de la CIA, et Christopher Hitchens, un « écrivain gauchiste » aujourd’hui proche de Paul Wolfovitz [19]. Les trois hommes ont en effet ardemment défendu son dernier livre, Bush vs. The Beltway, un pamphlet dans lequel elle accuse la CIA d’avoir tout fait pour miner la campagne médiatique de l’administration Bush sur l’Irak [20]. Dans une fumeuse théorie du complot, Laurie Mylroie rend en effet Saddam Hussein responsable de l’attentat contre le World Trade Center en 1993. [21]. Elle est également proche des thèses de la journaliste Jayna Davis, qui attribue aussi au régime irakien l’attentat contre un bâtiment fédéral d’Oklahoma City, en 1995. [22]. Des éléments qui auraient dû, selon elle et James Woolsey, être utilisés par George W. Bush.

C’est donc naturellement que Laurie Mylroie et son amie Judith Miller deviennent toutes deux des clientes du cabinet de relations publiques Eleana Benador, qui représentait les figures pro-guerre en assurant leur passage à la télévision avant le déclenchement de l’offensive en Irak [23].

Au vu du pedigree de ces journalistes, on peut se demander si la Maison-Blanche et le Pentagone ont encore besoin de porte-parole et de dispositifs de désinformation. En France, quelques chercheurs ont osé mettre en cause des journalistes pour leur proximité avec les services de renseignement, notamment dans le dossier rwandais. On en trouvait effectivement dans les rédactions des journaux de référence tels que Le Monde ou Libération. Le phénomène prend une toute autre ampleur avec les manipulations dont s’est rendu complice le New York Times. Il s’agit en effet du plus influent quotidien international puisque, outre son édition aux États-Unis, il édite des versions adaptées à des lecteurs étrangers avec, notamment, l’International Herald Tribune en Europe, le Daily Star au Proche-Orient. Il réalise également des suppléments pour des quotidiens aussi exigeants que lui sur la fiabilité de l’information comme, en France, le journal Le Monde.

http://www.voltairenet.org/article12729.html

Dernière modification par ragondin (22-02-2010 16:13:17)


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr