ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 21-06-2007 04:05:43

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Les codes de sécurité présidentiels

Petit rappel vite fait :

10h05 : les assaillants joignent par téléphone le Secret Service (chargé de la protection du président) et lui délivrent un message dont la teneur n’est pas connue. Pour créditer leur appel, ils donnent les codes de transmission et d’authentification d’Air Force One et de la Maison-Blanche.

http://www.voltairenet.org/article7609.html



Meyssan sur le plateau de «TOUT LE MONDE EN PARLE» diffusée le 16 mars 2002 :

D'après le secrétaire général de la Maison Blanche et d'après le porte parole de la Maison Blanche qui se sont exprimés dans les jours qui ont suivi le 11 septembre et qui se sont rétractés 18 jours plus tard, ils ont expliqué en détail comment aux environs de 10h le service de protection des hautes personnalités, le secret service, avait reçu un appel des assaillants contenant manifestement quelque chose à négocier et qui pour authentifier cet appel avaient donné les codes secrets d'authentification et de transmission de Air Force One, l'avion présidentiel et de la Maison Blanche. Donc d'abord pour disposer de ces codes secrets, il n'y a que quelques personnes qui ont cela.

http://www.mondialisation.ca/index.php? … cleId=1543



« Michael Ruppert (l’auteur de « Crossing the Rubicon ») affirme même sur base d'une enquête de Fox News que Ben Laden s'est procuré le logiciel Promis via la maffia russe, ce qui lui aurait permis de mettre la main sur les codes de sécurité présidentiels comme les codes relatifs à l'avion Air Force One. »

http://www.karmapolis.be/pipeline/inside_job.htm


Dans l'Effroyable Imposture, Meyssan cite comme source un article de World Net Daily où il est dit que les terroristes disposaient éfalement des codes de la DEA, du NRO, de l'AI, de l"AFI... j'ai retrouvé l'article en question et c'est très intéressant.



Avant de le lire, quelques précisions :


- ce site est clairement pro-conservateur : regardez les pubs, c'est tout simplement surréaliste lol
- ils tentent de mouiller l'Irak (eh oui déja)
- d'autres affirmations aussi grotesques dont celle-là qui franchement est assez osée :

Indeed, they seemed to have at their disposal an electronic capability that was more sophisticated than that of the NSA.

Voici donc cet article de World Net Daily du 20 septembre 2001 :

"Air Force One is next," read the message received by the U.S. Secret Service at 9 a.m. Sept. 11, after two hijacked planes struck the twin towers of the World Trade Center in New York.

Three minutes later, Secret Service agents grabbed Vice President Dick Cheney from his seat opposite a television set in the White House and hustled him down to the president's emergency operations center, a bunker built to withstand a nuclear blast.

The terrorists' message threatening Air Force One was transmitted in that day's top-secret White House code words.
As the clock ticked away, the Secret Service reached a frightening conclusion: The terrorists had obtained the White House code and a whole set of top-secret signals.

This made it possible for a hostile force to pinpoint the exact position of Air Force One, its destination and its classified procedures. In fact, the hijackers were picking up and deciphering the presidential plane's incoming and outgoing transmissions.

The discovery shocked everyone in the president's emergency operations center – Cheney, National Security Adviser Condoleezza Rice and Transportation Secretary Norman Mineta. Their first question was: How did the terrorists access top-secret White House codes and procedures? Is there a mole, or more than one enemy spy in the White House, the Secret Service, the FBI, the CIA or the Federal Aviation Administration?

In the week after the attacks in New York and Washington, more hair-raising facts emerged. The terrorists had also obtained the code groups of the National Security Agency and were able to penetrate the NSA's state-of-the-art electronic surveillance systems. Indeed, they seemed to have at their disposal an electronic capability that was more sophisticated than that of the NSA.

This startling observation came as no surprise to those tracking the globe-spanning investments of Saudi Arabia's bin Laden family and those of its exiled son, Osama, in some of the world's biggest and most advanced satellite and telecommunications companies.

Bin Laden also has the NSA beat on the employment front, hiring the best computer experts on the market. One such is Nabil Khan Kani, a Syrian who lived in Barcelona with his Spanish wife, Jenna Florine, in the late 1980s and early 1990s.

No one ever suspected what the amiable Syrian was really up to until January 2000, when FBI agents found two apartments he used thousands of miles from Barcelona, in the Bab el-Shabaa district of Saana, Yemen. The apartments served as transit points for Egyptians suspected of operational links with the Egyptian Islamic Jihad and Algerians connected with the Armed Islamic Group, or GIA. There, investigators turned up nine fake identity cards in different names, all with Kani's photo, Spanish, Italian, French and Sudanese passports, likewise with the same photo but in different names, and two pistols fitted with silencers.

Kani must have used yet another alias for his getaway. His whereabouts are unknown to this day. Computer and terrorism experts suggest that the missing Syrian computer whiz was the author of the technology known as steganography, as first described in the Washington Post yesterday. This technology enables users to bypass electronic monitoring by hiding messages randomly in seemingly innocent digital files, such as music files, those of the popular online marketplace eBay, pornographic files or even e-mail headers. Scrambled with the help of basic encryption tools, they can only be read by those with a "key." These messages leave no trace of their presence.

U.S. intelligence has been unable to trace their authors and recipients in the three years since first detecting evidence of their existence in the files of the bin Laden organization. U.S. agencies now believe that the attacks in New York and Washington were coordinated through those encrypted electronic messages, which were opened by "key" holders.

They also believe that terrorists are in possession of all or part of the codes used by the Drug Enforcement Administration, the National Reconnaissance Office, Air Force Intelligence, Army Intelligence, Naval Intelligence, Marine Corps Intelligence and the intelligence offices of the State Department and Department of Energy.

Intelligence and counter-terror sources report that, while rescuers in New York and Washington were sifting through rubble inch by inch, US government experts were changing codes one-by-one – and even more difficult, replacing procedures and methods of encryption. The nagging question of a mole in the highest reaches of the U.S. government and intelligence community – with direct or indirect links with bin Laden – remains. Since no single individual has access to every top-level code at any given time – a single mole would not answer the case; it would have to be a large, widely spread number. U.S. experts do not believe bin Laden was capable of infiltrating double agents into the heart of the U.S. administration on a large scale. They are looking elsewhere, instead, at a country with a very well-oiled intelligence apparatus – Iraq.

This theory was argued by an authoritative voice, former CIA Director James Woolsey, in a New Republic article reprinted by London's Daily Telegraph on Sept. 17. He refers to a book called "Study of Revenge: Saddam Hussein's Unfinished War Against America," by Laurie Mylroie, which quotes a senior FBI investigator on the problematical identity of Ramzi Yousef, perpetrator of the first attempt to blow up the World Trade Center in 1993.

For that deed, a U.S. federal court in New York sentenced Yousef Jan. 8, 1998, to 240 years in solitary confinement. He was also indicted for conspiring to hijack 12 U.S. and Asian commercial aircraft on their way to the United States and blow them up over New York. It was claimed that the name Ramzi Yousef was an alias for his real identity, which was a Pakistani called Abdul Basit Karim.

However, the FBI investigator cited in the book said that Basit was not his real identity either; Yousef was actually an Iraqi army agent who stole Basit's identity. Basit and family were resident in Kuwait when Iraq overran the oil emirate in 1990. The Iraqis moved the family to Baghdad with other hostages. Some returned home, but the Basits were never heard of again, probably murdered for the sake of disguising Ramzi Yousef.

The former CIA director's advice is this: Iraq was involved in the first attack on the World Trade Center. Baghdad is therefore the place to look for the conspirators behind the second.

Intelligence sources can disclose that Woolsey's conclusion does not rest exclusively on the Mylroie book. While pointing the finger at Iraqi intelligence, he assigns Baghdad with no more than a partial role both in the1993 World Trade Center bombing and also in last week's suicide attack on its twin towers. His conclusions are based on a CIA investigation opened during his tenure as CIA director from 1993-1995.

Evidence kept in a personal dossier codenamed KG-84-HJ established Iraqi complicity in the 1993 attack. It also contains the first serious evaluations and theories regarding the identity of the high-placed penetration agents in the White House and at the heart of U.S. intelligence.

They appear to be the very moles who made those vital coded signals available to the kamikaze terrorists Sept. 11.


source
: http://www.worldnetdaily.com/news/artic … E_ID=24594


On admirera au passage de la crédibilité de cette affirmation :

It also contains the first serious evaluations and theories regarding the identity of the high-placed penetration agents in the White House and at the heart of U.S. intelligence.

Mais cet article est néanmoins très intéressant : le fait que les terroristes disposaient d'autant de codes, ce qui ne peut s'expliquer que par la présence de nombreuses taupes qui bien sûr sont irakiennes selon eux...

Le hic, c'est qu'on sait qu'il n'existe aucun lien entre Ben Laden et l'Irak donc leur explication concernant l'obtention de ces codes ultra-confidentiels ne tient absolument pas la route.

D'ailleurs, il me semble que l'administraion US a reconnu qu'il n'existait aucun lien entre Al Caida et l'Irak : qui peut me confirmer cela ?

Donc, si ce ne sont des agents bossant pour l'Irak qui ont donné ces codes aux terroristes et vu que ces derniers n'auraient jamais pu les obtenir par eux-mêmes, qui dans ce cas a obtenu ces codes ???

Tout porte à croire à un complot interne...

Je pense qu'une traduction de cet article serait bienvenue car on y apprend pas mal de choses : les intox se révélant toutes aussi instructives que les infos wink

Dernière modification par Zorg (25-06-2007 05:21:42)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#2 22-06-2007 15:41:52

Rand
Membre Actif
Lieu: Gif sur Yvette
Date d'inscription: 22-11-2006
Messages: 124

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Traduction du texte fourni par Zorg

TRAD :


"Air Force One est le suivant" disait le message reçu le 11 septembre à 9h par les services secrets, après que deux avions détournés se soient encastrés dans les tours du World Trade Center à New York.

3 minutes plus tard, les agents des services secrets ont tirés le vice président Dick Cheney de son fauteil en face de la télévision pour le mener vers le centre des opérations d'urgence du président, un bunker construit pour résister à une explosion nucléaire.

Le message des terroristes menacant air force one a été transmis grâce au code secret du jour de la maison blanche.
En quelques instants, les services secrets en sont arrivés à une conclusion terrifiante : les terroristes avaient obtenus le code de la maison blanche et tout un paquet de signaux top-secret.

Cela donnait l'opportunité à une force ennemie de désigner précisemment la position, la destination, et les procédures secrètes d'Air Force One. En fait, les pirates recevaient et déchiffraient les transmissions entrantes et sortantes de l'avion présidentiel.

Cette découverte choqua tout le monde dans le centre des opérations d'urgence du président - Cheney, la conseillère à la sécurité intérieure Condoleezza Rice et le ministre des transports Norman Mineta. Leur première question fut : comment les terroristes ont pu accéder aux codes et aux procédures top-secrètes de la maison blanche? y'a t'il une taupe, ou plus d'un espion ennemie dans la maison blanche, les services secrets, le fbi, la cia ou l'administration de l'aviation civile (NDT : FAA (Federal Aviation Administration)) ?

Dans les semaines qui suivirent les attaques sur New York et Washington, d'autres   faits à faire froid dans le dos sont apparus. Les terroristes avaient également obtenus les groupes de code de l'agence nationale de sécurité (NDT: NSA) et ont pu s'introduire dans les systèmes de surveillance éléctroniques dernier-cri de la NSA. Ils semblaient donc avoir à leur disposition des capacités éléctroniques plus sophistiquées que celles de la NSA.

Cette observation incroyable n'a pourtant pas surprise ceux qui suivaient la piste des investissements mondiaux de la famille Ben Laden d'Arabie Saoudite et de son fils éxilé, Osama, dans les entreprises les plus avancés en matières de sattellites et de télécommunications.

Ben Laden à également battu la NSA sur le plan des embauches, en engageant les meilleurs experts informatiques du marché. L'un d'entre eux est Nabil Khan Kani, un Syrien qui a vécut à Barcelone avec sa femme espagnole, Jenna Florine, dans la fin des années 80, début 90.

Personne n'a soupsonné ce que faisait vraiment cet aimable Syrien avant Janvier 2000, quand 2 agents du FBI ont découvert 2 appartements qu'il utilisait à des milliers de kilomètres de Barcelone, dans le quartier Bab El-Shabaa de Saana, au Yemen. Les appartements servaient de points de transition  à des égyptiens soupsonnés d'avoir des liens avec le Jihad islamique égyptiens et à des algériens  en relation avec le groupe islamique armée ou GIA. Là, les enquêteurs ont trouvés 9 fausses cartes d'identités avec des noms différents, toutes avec la photo de Kani, des passports espagnol, italiens, francais et soudanais, surement avec la même photo mais des noms différents, et 2 pistolets équippés de silencieux.

Kani a dû utiliser une autre identitée pour son départ. Ses occupations sont encore inconnues à ce jour. Des experts informatiques et terroristes ont suggérés que le crack de l'informatique Syrien disparu était l'auteur de la technologie connue sous le nom de steganographie, comme l'a décrit pour la première fois hier le Washington Post. Cette technologie permet de contourner la surveillance éléctronique en cachant des messages dans des fichiers numériques d'apparences bénins, tels que des fichiers musicaux, ceux du marché online populair e-Bay, des fichiers pornographiques ou des en-têtes de mails. Assemblés grâce à des outils de transcriptions basiques, ils ne peuvent être lus que par ceux qui ont une "clé". Ces messages ne laissent aucune trace de leur présence.

Les renseignements américains ont été incapables de remonter jusqu'à leurs auteurs ou à leurs destinataires dans les 3 ans qui ont suivis la découverte de preuves indiquant leur existance dans les dossiers de l'organisation Ben Laden. Les agences des renseignement US pensent dorénavant que les attaques de New York et Washington ont été coordonées grâce à ces messages éléctroniques cryptés, qui étaient décodés par les possesseurs de "clés".

Ils pensent également que les terroristes sont en possession de la totalité ou d'une partie des codes utilisés par l'administration de controle des drogues (NDT: Drug Enforcement Administration = DEA), l'office national d'observation (NDT : National Reconnaissance Office = NRO), les renseignements de l'aviation militaire, de l'armée, de la marine, du corps des Marines, et les agences de renseignement du département d'état et du département de l'énergie.

Les renseignement et des sources anti-terroristes indiquent que, alors que les sauveteurs à Washington et New York se frayaient un chemin centimètre par centimètre dans les décombres, les experts du gouvernement US changeaient les codes un par un - et , plus dur, remplacaient les procédures et les méthodes de cryptage. L'incessante question  d'une taupe dans les plus hauts niveaux du gouvernement US et de la communauté du renseignement - ayant des liens directs ou indirects avec Ben Laden - demeure. Puisqu'aucun individu seul n'a accès à tout les codes "top-niveaux" à un instant précis - (NDT: l'hypothèse d')une taupe seule ne résoudrait pas l'affaire; il faudrait qu'il y en ait un nombre important et bien répartis. Les experts américains ne croient pas que Ben Laden ait pu infiltrer à grande échelle des agents doubles dans le coeur de l'administration US. Ils regardent ailleurs plutot, vers un pays qui, en apparence,  semble maitriser le domaine du renseignement - l'Irak.

Cette théorie a été défendue par une voix autoritaire, l'ancien chef de la CIA James Woolsey, dans un article du New Républic reprit par le Daily Telegraph de Londres le 17 septembre. Il fait référence à un livre intitulé "étude de la revanche : la guerre interrompue de Saddam Hussein contre les états-unis", par Laurie Mylroie, qui cite un enquêteur vétéran du FBI sur l'identité problématique de Ramzi Yousef, responsable de la première tentative d'attentat contre le World Trade Center en 1993.

Pour cet acte, une court fédérale américaine à New York a condamné Yousef le 8 janvier 1998 à 240 années d'isolement. Il a également été jugé pour conspiration de détournement de 12 avions commerciaux américains et asiatiques en routes pour les états unis, afin de les faire exploser au dessus de New York. Certains ont prétendus que le nom Ramzi Yousef  était un alias de sa vraie identité, qui était pakistanais et s'appelait Abdul Basil Karim.

Cependant, l'enquêteur du FBI cité dans le livre disait que Basit n'était pas non plus son vrai nom; Yousef était en fait un agent de l'armée Iraquienne qui a volé l'identité de Basit. Basit et sa famille étaient des résidants du Koweit quand l'Irak a envahie les émirats du pétrole en 1990. Les Irakiens ont déplacés les familles à Bagdad avec d'autres hotages. Quelques uns sont rentrés chez eux, mais on a plus jamais entendu parler des Basit, sans douté assassinés dans le but de déguiser Ramzi Yousef.

Le conseil de l'ancien du directeur de la CIA est le suivant : L'Irak était impliqué dans la première attaque contre le World Trade Center. Baghdad est donc l'endroit où il faut chercher les conspirateurs qui sont à l'origine de la seconde.

Des sources du renseignement ont pu dévoiler que la conclusion de Woolsey ne repose pas uniquement sur le livre de Mylroie. Tout en pointant du doigt les renseignements Irakiens, il n'accuse Baghdad que d'un role partiel dans l' attentat du World Trade Center de 1993 et dans l'attaque suicide des dernières semaines sur les tours jumelles. Ses conclusions sont basées sur une enquête de la CIA ouverte pendant qu'il en était encore le directeur, en 1993-1995.

Des preuves conservées dans un dossier personnel ayant pour code KG-84-HJ ont établies la complicité de l'Irak dans l'attaque de 1993.
Il contient également les premières évaluations sérieuses et théories concernant l'identité d'agents infiltrés haut placés dans la maison blanche et au coeur du renseignement Américain.

Il semblerait qu'il s'agisse des mêmes taupes qui ont fournies ces signals codés vitaux aux kamikazes le 11 septembre.



FIN TRAD

Dernière modification par Rand (22-06-2007 15:58:00)

Hors ligne

 

#3 25-06-2007 05:19:14

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Une fois de plus : merci Rand  smile

Maintenant que cet article de World Net Daily a été traduit, un modo pourrait peut-être le déplacer dans une rubrique plus adaptée...

Dans la rubrique "enquêtes, enquêteurs, témoins, preuves..." ça irait peut-être ?

Dernière modification par Zorg (25-06-2007 05:19:36)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#4 25-06-2007 11:14:27

Demi-Lune
Membre Actif Asso
Lieu: Paris
Date d'inscription: 29-11-2006
Messages: 512
Site web

Re: Les codes de sécurité présidentiels

bonjour et félicitations

cela me rappelle quand même furieusement le chapitre 9 de la Terreur Fabriquée de Tarpley, "Angel is Next/le prochain ce sera l'Ange", chapitre central qui traite justement de cela

mais C bien d'avoir des données, infos et sources supplémentaires... et qui se recoupe (de fait, cela est l'histoire oubliée du 11/9, celle que l'on veut faire disparaître, effacer, et ça fonctionnerait plutôt bien sans des trublions comme Tarpley et Meyssan !)

Dans la même gamme, il y a l'incendie qui se serait déclaré dans une annexe de la Maison Blanche... quelqu'un dispose-t-il d'infos (archives textes ou vidéos) là-dessus ?

Dernière modification par Demi-Lune (25-06-2007 11:15:43)


«Toute vérité passe par trois phases. D’abord, elle est ridiculisée; ensuite, elle rencontre une vive opposition avant d’être acceptée comme une totale évidence»
Arthur Schopenhauer
Courage: vous n'êtes pas seuls... nous sommes des millions!

Hors ligne

 

#5 25-06-2007 12:07:08

Marc
Membre Actif
Date d'inscription: 22-04-2006
Messages: 1065

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Demi-Lune a écrit:

Dans la même gamme, il y a l'incendie qui se serait déclaré dans une annexe de la Maison Blanche... quelqu'un dispose-t-il d'infos (archives textes ou vidéos) là-dessus ?

http://forum.reopen911.info/viewtopic.p … 47&p=1


"The pure and simple truth is rarely pure and never simple"
~Oscar Wilde

Hors ligne

 

#6 25-06-2007 13:44:22

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Qui sait ce que raconte la commission d'enquête au sujet de ces codes présidentiels ?


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#7 25-06-2007 13:47:50

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Zorg a écrit:

Qui sait ce que raconte la commission d'enquête au sujet de ces codes présidentiels ?

Elle n'en dit rien du tout évidemment....

Dernière modification par charmord (25-06-2007 13:53:17)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#8 25-06-2007 14:31:38

Marc
Membre Actif
Date d'inscription: 22-04-2006
Messages: 1065

Re: Les codes de sécurité présidentiels

After the attacks had occurred, while crisis managers were still sorting out a number of unnerving false alarms, Air Force One flew to Barksdale Air Force Base in Louisiana. One of these alarms was of a reported threat against Air Force One itself, a threat eventually run down to a misunderstood communication in the hectic White House Situation Room that morning.[1]

http://pocket-pc-ebook-reader.com/en/91 … ARTIME.htm

1. All times are Eastern Daylight Time. Sometime around 10:30, after the decision had already been made not to return to Washington, a reported threat to "Angel" -- the code word for Air Force One -- was widely disseminated in the Presidential Emergency Operations Center (PEOC) and aboard Air Force One. Notes from the morning indicate that Vice President Cheney informed President Bush in a phone conversation shortly after 10:30 that an anonymous threat had been phoned into the White House that was viewed as credible.At about the same time, news of the threat was conveyed on the air threat conference call. The Secret Service's Intelligence Division tracked down the origin of this threat and, during the day, determined that it had originated in a misunderstanding by a watch officer in the White House Situation Room.The director of the White House Situation Room that day disputes this account. But the Intelligence Division had the primary job of running down the story, and we found their witnesses on this point to be credible.During the afternoon of September 11 the leadership of the Secret Service was satisfied that the reported threat to "Angel" was unfounded. At the White House press briefing on September 12, spokesperson Ari Fleischer described the threat to Air Force One as "real and credible."White House transcript, Press Briefing by Ari Fleischer, Sept. 12, 2001 (online athttp://www.whitehouse.gov/news/releases/2001/09/print/20010912-8.html). Fleischer told us he cited the information in good faith. Indeed, Fleischer had conferred with Vice President Cheney and Karen Hughes before the briefing, and they had decided to let people know about the threat, all of them believing it was true.According to Fleischer, only weeks later did he learn -- from press reports -- that the threat was unfounded.We have not found any evidence that contradicts his account.Ari Fleischer interview (Apr. 22, 2004);Chuck Green interview (Mar. 10, 2004); Deborah Loewer meeting (Feb. 6, 2004); Ralph Sigler meeting (May 10, 2004); Andrew Card meeting (Mar. 31, 2004); Edward Marinzel interview (Apr. 21, 2004); Secret Service briefing (Jan. 29, 2004).

http://pocket-pc-ebook-reader.com/en/91 … R_10.htm#1


"The pure and simple truth is rarely pure and never simple"
~Oscar Wilde

Hors ligne

 

#9 25-06-2007 14:47:23

stangrof
Membre du forum
Lieu: douai 59
Date d'inscription: 08-04-2007
Messages: 674

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Bonjour,je ne comprends pas la relation entre le logiciel promis permettant de suivre les marchés a la seconde prés et les codes présidentiels .Quelqu'un peut'il m'éclairer ? merci


En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un événement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi "franklin delona roosevelt"

Hors ligne

 

#10 25-06-2007 15:15:29

Pete_Bondurant
Membre du forum
Date d'inscription: 04-01-2007
Messages: 295

Re: Les codes de sécurité présidentiels

" Hamilton développe une version 32 bits sur ordinateur Vax VMS : son logiciel amélioré, Promis, devient alors l'objet miracle. D'un Etat à l'autre, d'un pays à l'autre, il peut connecter des notes de gaz et d'électricité, contrôler les flux financiers sur les comptes en banque, les entrées et les sorties de territoire. Tout. Il peut tout faire ! "

http://membres.lycos.fr/ecarl/espionnage.html

donc il ne permet pas que de suivre les marchés !

il permet de récupérer tout plein de données quelles que soient la machine, le systeme d exploitation

de mon point de vue, pas la peine d aller chercher du cote de Promis pour cette histoire de code !
les détenteurs légaux de ces codes doivent etre ds le coup !! (enfin bon, je dis ca mais je dis rien smile )

Hors ligne

 

#11 25-06-2007 15:36:06

entada
Membre Actif Asso
Lieu: Les Abymes:Guadeloupe
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 3583

Re: Les codes de sécurité présidentiels

qq chose peut etre hors sujet: il me semble qu'on ait declaré que Air Force One  avait decollé presque a la verticale :une manoeuvre peu conventionelle
(apres la visite a l'ecole de WG Bush??? quel aeroport??)
egalement pour la maison blanche : l'histoire d'un avion blanc (un post avancé militaire??):ne peut on pas voir cet incendie a la maison blanche sur cette video???
et un autre HS:spéculations à la baisse sur trois compagnies d'aviation : American Airlines, United Airlines et KLM Royal Deutch Airlines:pourquoi KLM Royal Deutch Airlines???
euh qq 'un a trouve les images d'ABC concernant l'incendie de la maison blanche (j'ai pas visionné 45 mn de video:est ce que c'est dessus??)

Dernière modification par entada (25-06-2007 16:06:52)

Hors ligne

 

#12 25-06-2007 16:06:46

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Merci Marc.

Donc la commission d'enquête en parle (enfin, si on veut : page 571 dans les notes du chapitre 10 : et bien sûr pas de précisions, de témoignages...qui a fait cette soi-disante erreur ? Rien n'est dit...)



The Secret Service's Intelligence Division tracked down the origin of this threat and, during the day, determined that it had originated in a misunderstanding by a watch officer in the White House Situation Room.The director of the White House Situation Room that day disputes this account. But the Intelligence Division had the primary job of running down the story, and we found their witnesses on this point to be credible.During the afternoon of September 11 the leadership of the Secret Service was satisfied that the reported threat to "Angel" was unfounded.

Je ne suis pas sûr de bien comprendre :
En gros le Secret Service a déterminé que cette menace provenait d'une "erreur de compréhension" de la part d'un officier de surveillance de la "White House Situation Room". Mais ensuite, je ne suis pas sûr du sens : "le directeur de la "White House Situation Room" conteste cette explication"...

Ce point est très important : s'agit pas de se planter : quelqu'un (Rand ? wink) peut-il traduire ce court passage afin d'éviter toute erreur ?


At the White House press briefing on September 12, spokesperson Ari Fleischer described the threat to Air Force One as "real and credible."White House transcript, Press Briefing by Ari Fleischer, Sept. 12, 2001 (online athttp://www.whitehouse.gov/news/releases/2001/09/print/20010912-8.html). Fleischer told us he cited the information in good faith. Indeed, Fleischer had conferred with Vice President Cheney and Karen Hughes before the briefing, and they had decided to let people know about the threat, all of them believing it was true.According to Fleischer, only weeks later did he learn -- from press reports -- that the threat was unfounded.We have not found any evidence that contradicts his account.

Si j'ai bien compris :

Le Secret Service (chargé de la protection du président) reçoit un appel disant "Air Force One est le suivant".
Ce message des terroristes menacant air force one a été transmis grâce au code secret du jour de la maison blanche, ce qui indiquerait la présence de taupes au sein même du gouvernement.
Mais le rapport de la commission d'enquête nous explique dans une note de bas de page qu'il s'agissait au fait d'une erreur due à un officier de surveillance de la "White House Situation Room" (ce que le directeur semble nier : à vérifier). Cette menace a été jugé infondée par le Secret Service dans l'après-midi même du 11 septembre.

Pourtant, le porte-parole de la Maison blanche Ari Fleischer n'aurait pas été mis au courant de l'inexactitude de cette menace (tout comme le vice-président Dick Cheney et Karen Hughes (conseiller spécial du président)) et et aurait donc parlé de cette menace sur Air Force One lors d'une conférence de presse le 12 septembre !!!

Ceci est difficilement crédible mais la suite l'est plus encore : il aurait appris l'infondé de cette menace plusieurs semaines après (si j'ai bien compris bien sûr).

Donc, Ari Fleischer sort cette bombe à la télé le 12 septembre et y'a pas une personne informée qui ne le prévient lui ou Cheney (vice-président quand même) de l'inexactitude de cette info ???

C'est crédible ça ???

Heureusement, la Commission nous dit finalement :

We have not found any evidence that contradicts his account.

Ouf...


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#13 25-06-2007 16:08:28

stangrof
Membre du forum
Lieu: douai 59
Date d'inscription: 08-04-2007
Messages: 674

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Pete_Bondurant a écrit:

" Hamilton développe une version 32 bits sur ordinateur Vax VMS : son logiciel amélioré, Promis, devient alors l'objet miracle. D'un Etat à l'autre, d'un pays à l'autre, il peut connecter des notes de gaz et d'électricité, contrôler les flux financiers sur les comptes en banque, les entrées et les sorties de territoire. Tout. Il peut tout faire ! "

http://membres.lycos.fr/ecarl/espionnage.html

donc il ne permet pas que de suivre les marchés !

il permet de récupérer tout plein de données quelles que soient la machine, le systeme d exploitation

de mon point de vue, pas la peine d aller chercher du cote de Promis pour cette histoire de code !
les détenteurs légaux de ces codes doivent etre ds le coup !! (enfin bon, je dis ca mais je dis rien smile )

merci puor les précisions


En politique, rien n'arrive par hasard. Chaque fois qu'un événement survient, on peut être certain qu'il avait été prévu pour se dérouler ainsi "franklin delona roosevelt"

Hors ligne

 

#14 25-06-2007 18:10:47

Kenteris
Membre du forum
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 494

Re: Les codes de sécurité présidentiels

The Secret Service's Intelligence Division tracked down the origin of this threat and, during the day, determined that it had originated in a misunderstanding by a watch officer in the White House Situation Room.The director of the White House Situation Room that day disputes this account. But the Intelligence Division had the primary job of running down the story, and we found their witnesses on this point to be credible.During the afternoon of September 11 the leadership of the Secret Service was satisfied that the reported threat to "Angel" was unfounded.

La division de renseignement des services secrets a remonté l'origine de cette menace et, pendant la journée, a déterminé qu'elle était initiallement venu d'une mauvaise interprétation d'un agent de surveillance de la White House Situation Room. Le directeur de la White House Situation Room ce jours conteste ce récit. Mais la division de renseignement à la priorité pour stopper l'affaire, et nous avons trouvé leurs témoins crédibles. Durant l'après-midi du 11/09 la direction du service secret était certaine que la menace "Angel" signalée était infondée.

Ce qu'on peut traduire par:

Il y a bien eu une menace mais les services secret ont fourni de faux témoins pour confirmer leur version, ce que conteste le directeur de cette White House Situation Room qui devrait pourtant être bien placé pour juger de la véracité de cette menace.

Mais ils ont quand même été fort dans la manière de rédiger la Commission d'enquête, la phrase  "The director of the White House Situation Room that day disputes this account" lit vite fait on pourrait croire que ce directeur conteste la version du garde alors qu'en fait il conteste celle des services secrets.

Dernière modification par Kenteris (25-06-2007 18:14:08)

Hors ligne

 

#15 26-06-2007 00:21:21

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Merci Kenteris smile

Kenteris  a écrit:

Mais ils ont quand même été fort dans la manière de rédiger la Commission d'enquête, la phrase  "The director of the White House Situation Room that day disputes this account" lit vite fait on pourrait croire que ce directeur conteste la version du garde alors qu'en fait il conteste celle des services secrets.

Oui, c'est exactement le problème que j'ai eu en lisant cette phrase...on sent les politiciens habitués à la langue de bois : chacun entend ce qu'il veut entendre...

Et bien sûr, ils s'abstiennent de donner les noms :

1. de l'agent de surveillance de la White House Situation Room qui a soi-disant commis l'erreur.
2. du directeur de la White House Situation Room ce jours qui conteste cette version des faits.

Cette omission est très grave car elle rend bien sûr très difficile toute investigation sur ce point extrêmement important.

Le directeur de la White House Situation Room affirme que ses services n'ont commis aucune erreur ce qui invalide donc complètement la version donnée par le Secret Service et la commission d'enquête règle le problème en trois phrases dans une note de bas de page sans donner un seul nom (ni même les noms de ces témoins du secret Service sur lesquels ils se basent pour établir ce qui s'est passé), aucune preuve, aucun élément matériel (enregistrement, fax, mémo, scripts de témoignages...) : bref, rien de rien !!!  Il faut donc les croire sur parole !!!

Y a t-il eu confrontation entre les différents protagonistes de cette affaire afin de voir qui dit la vérité et qui ment ?
C'est apparemment sans importance pour les membres de la commission...

Mais que voulez-vous, ils avaient déja tellement de boulôt :

La commission a interviewé plus de 1 200 personnes dans 10 pays dont les présidents Bill Clinton et George W. Bush ainsi que les principaux responsables de l'administration américaine et inspecté plus de 2,5 millions de pages de documents, y compris des documents classifiés pour cause de sécurité nationale.
Le rapport de 585 pages format A4, dont 157 pages d'annexes (...)

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rapport_fi … s_attaques


But the Intelligence Division had the primary job of running down the story, and we found their witnesses on this point to be credible.

Je trouve bizarre cette phrase, enfin surtout que la commission présente les choses comme ça...Sans remettre en cause la traduction de Kenteris wink, est-ce que traduit comme cela c'est plus "juste" ou pas ?

"Mais la division de renseignement avait comme priorité de désamorcer l'histoire et nous avons trouvé que leurs témoins étaient crédibles sur ce point."

Je ne comprends pas ce que vient faire ici ce "but"...

"White House Situation Room" :"chambre de crise de la Maison Blanche" ?  Correct ?

Ce qui serait très, très bien ce serait de retrouver qui est ce fameux directeur de la White House Situation Room qui conteste cette version des faits et dont le nom a été malencontresement oublié dans le rapport de la commission...

Dernière modification par Zorg (26-06-2007 00:23:39)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#16 26-06-2007 00:52:48

entada
Membre Actif Asso
Lieu: Les Abymes:Guadeloupe
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 3583

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Also photographed are Director of White House Situation Room, National Security Council, Deborah Loewer (directly behind the President)
http://www.whitehouse.gov/president/september11/
Loewer also served as director of the White House Situation Room and System and Technical Planning Staff. On Sept. 11, 2001, Loewer was the first person to inform President Bush of an attack on the World Trade Center.
http://www.wright.edu/cgi-bin/news_item.cgi?651
http://img361.imageshack.us/img361/5732/deborahloewerlgll4.th.jpg

Dernière modification par entada (26-06-2007 00:54:37)

Hors ligne

 

#17 26-06-2007 02:45:19

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Bingo. Merci Entada.

C'est bien cette personne. smile
D'ailleurs son nom apparait en bas de la note 1 du chapitre 10 :

(...)We have not found any evidence that contradicts his account.Ari Fleischer interview (Apr. 22, 2004); Chuck Green interview (Mar. 10, 2004); Deborah Loewer meeting (Feb. 6, 2004); Ralph Sigler meeting (May 10, 2004); Andrew Card meeting (Mar. 31, 2004); Edward Marinzel interview (Apr. 21, 2004); Secret Service briefing (Jan. 29, 2004).

Vraiment quelle bande de ....
Ils donnent son nom mais sans préciser qui elle est...On sent qu'ils ont envie de faciliter les recherches...Mais comme ça, ils peuvent toujours dire qu'ils n'ont pas fait de censure.

Bon. On a présent le nom de la directrice de la White House Situation Room : Deborah Loewer
Et on sait qu'elle est été entendue par la commission le 6 février 2004.

Reste plus qu'à trouver la transcription de cette entrevue. big_smile

Pas grand chose sur Cooperative Research :
http://www.cooperativeresearch.org/sear … ;search=Go

Si ce n'est cette déclaration (plutôt cocasse ? débile ?) de Loewer reportée par Associated Press le 26 novembre 2001 :

"Live your lives, love your families, believe in your government, believe in your families," Loewer said.

http://web.archive.org/web/200302080547 … 112ON.html

Et pour info :

Ohio native Deborah Loewer was the first person to inform President Bush that terrorism had struck New York City the morning of Sept 11.
(...)
Shortly before 9 a.m., Loewer got a call telling her that "an aircraft had impacted the World Trade Center."
Loewer said that when she arrived at the school, she ran hard and fast to the president.
"It's a very good thing the Secret Service know who I am," Loewer said.
Loewer told the president and his chief of staff, Andrew Card, that an aircraft had hit the World Trade Center.


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#18 26-06-2007 09:52:28

Kenteris
Membre du forum
Date d'inscription: 29-08-2006
Messages: 494

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Zorg a écrit:

But the Intelligence Division had the primary job of running down the story, and we found their witnesses on this point to be credible.

Je trouve bizarre cette phrase, enfin surtout que la commission présente les choses comme ça...Sans remettre en cause la traduction de Kenteris wink, est-ce que traduit comme cela c'est plus "juste" ou pas ?

"Mais la division de renseignement avait comme priorité de désamorcer l'histoire et nous avons trouvé que leurs témoins étaient crédibles sur ce point."

Je ne comprends pas ce que vient faire ici ce "but"...

Ta phrase est mieux traduite mot à mot mais je crois que "had the primary job" peut s'interpréter dans le sens "d'avoir autorité pour faire le bilan de l'histoire", à cause du contexte.



Mais je ne suis sûr de rien, si quelqu'un d'autre peut donner son avis?

Dernière modification par Kenteris (26-06-2007 10:00:07)

Hors ligne

 

#19 27-06-2007 04:40:50

Marc
Membre Actif
Date d'inscription: 22-04-2006
Messages: 1065

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Dans Bush Land, pages 348-351

William Reymon a écrit:

Après un arrêt en Louisiane et l'enregistrement d'un bref message diffusé plus tard, George W. Bush s'envola vers le U.S Strategic Command Center d'Offnut dans le Nebraska. Là, le Président passa une partie de la journée dans l'un des abris les plus sécurisés du pays, avant de remonter à bord de son appareil. A dix huit-heures trente-quatre, l'avion présidentiel toucha le tarmac de la base Andrews près de Washington. Et, à vingt heures trente, en direct du Bureau ovale, George W. Bush s'adressa à ses concitoyens.
En somme, le premier magistrat de la première puissance mondiale avait passé une partie de cette journée majeure en plein ciel et sous terre. Un déroulement normal, respectant à la lettre les procédures de sécurité mises au point par le Secret Service. En cas de crise, Air Force One servait justement à ce genre d'opération : garder le Président en haute altitude pour comprendre ce qui se passait à New York et Washington. Dans la confusion du 11 septembre, s'il y avait un évènement logique et simple, c'était bien celui-là.
Sauf que Rydy Guiliani est venu brouiller les cartes. Le maire de New York, lui, directement impliqué, passa la journée du 11 septembre à Ground Zero. Avant même que le second appareil ne s'encastre dans l'une des tours, il arrivait sur les lieux du drame. L'imgae agacait prodigieusement les hommes du Président : le leader actif au coeur de la crise n'était pas celui qu'il voulait voir. Un sentiment exacerbé par les commentaires de certains éditorialistes.
Ainsi, alors que la journée du 11 n'était pas encore terminée, en direct sur CNN le pourtant servile Tucker Carlson se mit à égratiner le Président : "Rudy Guiliani était dans le centre de New Yorklorsque le premier avion s'écrasa contre le World Trade Center. Il se dirigea immédiatement vers les lieux. Il se trouvait sur Barclay Street juste à temps pour assister au deuxième crash. Il était clair, à ce moment là, qu'une attaque terroriste coordonnée était en train de se produire mais Rudy Guiliani ne se sauva pas dans un bunker fortifié. Il n'argumenta pas qu'il s'agissait de son devoir d'être en lieu sûr pour continuer à diriger les opérations. Il comprit immédiatement que la première qualité d'un leader consistait à être là. Que rien n'envoyait un message aussi fort qu'un général montant en première ligne pour se battre avec ses troupes. Il comprit que le symbole était plus important que n'importe quelle décision qu'un dirigeant pouvait prendre, plus important même que sa propre vie."
Par ces mots Carlson avait ouvert la boîte de Pandore. Dès le lendemain, tentant de manier l'analyse malgré l'émotion à son comble, ce thème agitait tous les commentateurs. Certains ne prenaient d'ailleurs pas de gants pour se demander si George W. Bush avait fait preuve des qualités adéquates. Comme d'un côté, on vantait le courage de Guiliani et uqe, de l'autre, on nontait le vol à escales d'Air Force One, la comparaison - profondément injuste il est vrai - prit de l'ampleur et rendit Karle Rove fou de rage.
Le 13, sortant de l'ombre, le conseiller du Président, livra en personne une explication aux médias. Mais, au lieu d'invoquer les règles de procédures de sécurité, il choisit d'inverser la tendance en dramatisant la situation : "Nous avons des preuves solides qu'Air Force One et le président étaient l'une des cibles des terroristes qui ont détourné les avions et les ont écrasés sur le World Trade Center et le Pentagone", déclara-t-il.
Un peu plus tard dans l'après-midi, Ari Fleisher, porte parole de la Maison-Blanche, confirma la confidence de Rove au cours d'une conférence de presse : "Nous parlons ici de renseignements crédibles et spécifiques. Pas de vague suspicion. [...] De l'iterception de communications téléphoniques utilisant les noms de code d'Air Force One et précisant que l'avion avec le Président à son bord était une cible."
Des informations pour le moins étonnantes. Surtout quand on songe que, depuis le 11 septembre, les autorités expliquaient que les terroristes avaient détourné les quatres appareils à l'aide de cutters. Comment des pirates aussi mal outillés pouvaient-ils avoir, dans le même temps, détenu les codes secrets de l'avion le mieux protégé du monde ? Mystère, en tout cas, Karl Rove montrait une nouvelle fois qu'il ne faisait jamais les choses à moitié. Mais pourquoi se serait-il retenu puisque les médias du monde entier répercutèrent l'info et parlèrent de la menace qui avait pesé sur George W. Bush, laquelle justifiait ainsi son absence[1]. Désormais, Rydy Guiliani n'était plus le seul héros.
En fait, l'histoire était si belle que l'intérêt des journalistes devenait finalement gênant. Aussi, le 15 septembre, répondant à des demandes de précisions, Ari Fleischer inaugura un autre grand classique du Bush Land : "Le sujet a été épuisé il y a deux jours déjà et, pour des raisons évidentes, je ne peux pas en dire plus", asséna-t-il. Avec un clin d'oeil complice en supplément, la scène aurait été parfaite.
A vrai dire, dans un tel contexte d'émotion internationale, la presse pouvait-elle faire autre chose que se satisfaire de ce genre de réponse ? Assurément non. Mais, par contre, c'était plus difficile de pardonner ce silence deux semaines plus tard.

*

Le pouvoir est toujours vitime de ses propres fuites. Et si l'administration Bush est parvenue comme jamais à bloquer la transmission d'informations confidentielles aux médias à cette époque, il y eut quand même quelques dérapages.
Ainsi, au début du mois d'octobre, citant des responsables de la Maison-Blanche, Associated Press revint sur l'épisode Air Force One : "Des membres de l'Administration doutent maintenant de l'existence d'un appel téléphonique menaçant la sécurité de l'avion du président." Le Lendemain CBS, seule chaîne à revenir sur le sujet, se montra plus catégorique : "Tous cela ne s'est jamais passé."
Au-delà de ces sources anonymes bien placées, il exista une autre preuve du mensonge proféré le 13 septembre par Karl Rove pour protéger l'image de son patron : la chronologie même de la journée du président.
Lorsque, le 11 septembre à neuf heures cinquante-quatre, Air Force One avait quitté l'aéroport civil de Sarasota[2], il avait opté pour un vol de cent dix minutes à destination de la Louisiane[3]. or si le Président avait constitué une cible des terroristes, pourquoi n'avoir pas choisi plutôt l'une des multiples bases militaires de Floride, dont la plus proche se trouvait à une dizaine de minutes à peine ? Et si la menace avait été apprise en cours de rout, pourquoi le Président n'avait-il pas atterri dans un aéroport moins éloigné ? De la même manière, en considérant l'information comme réelle, pourquoi avoir décollé de Sarasota sans escorte militaire ? E pourquoi une heure s'était-elle écoulée avant que les premiers chasseurs de l'US Air Force viennent encadrer le vol présidentiel ?
On l'a compris, la "cible, Air Force One était tout simplement un arrangement avec la vérité concocté par une Maison-Blanche soucieuse de tier un bénéfice des terribles évènements du 11 septembre 2001.


[1]Ainsi, en décembre 2001, continuant involontairement à promouvoir le mensonge de Karl Rove, M6 diffusa un court documentaire américain illustrant la course aérienne du président tandis qu'il était la cible des terroristes.
[2] Sarasota Bradenton International Airport
[3]Air Force One atterit à Barksdale Air Force Base à onze heures quarante-quatre. Pour une chronologie complète de la journée présidentielle du 11 septembre, se référer à http://www.patriotresource.com/wtc/time … 1pres.html


"The pure and simple truth is rarely pure and never simple"
~Oscar Wilde

Hors ligne

 

#20 07-11-2007 00:03:54

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Mais Bush peut difficilement être à la fois "comploteur" et "victime d'un chantage de la part des comploteurs" à mon sens, voilà notamment pourquoi je dis que tout ceci me paraît... bancal.

David Ray Griffin propose huit scénarios possibles pour la préparation et la mise en oeuvre des attentats du 9/11 (dans l'absolu).

Seulement trois de ceux-ci imaginent la possibilité de l'implication, de près ou de loin, de Bush, ou plutôt de la Maison Blanche.

La première hypothèse impliquant Bush suppose que cette "Maison Blanche" s'attendait à ces attaques et était d'avis à ne prendre aucune mesure pour les en empêcher.

La deuxième suppose que cette "Maison Blanche" était au courant des objectifs et du calendrier des attaques.

Quant à la troisième qui est l'ultime scénario suppose que la "Maison Blanche " aurait pris part à l'organisation des frappes.

Les cinq premiers scénarios n'impliquent en rien la responsabilité de la "Maison Blanche"

Tu es donc convaincu qu'un des trois scénarios est probable, et pourquoi pas ?, quel est donc celui que tu choisirais ?


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#21 07-11-2007 01:23:53

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Pourquoi pas, oui, en effet, je me le demande...


quel est donc celui que tu choisirais ?

Je ne crois pas que "choisir" soit le terme qui convient.

De toute évidence, les attentats du 11/09 n'auraient pu avoir lieu sans une complicité interne au plus haut niveau. Et quand je dis haut niveau, je ne pense pas aux Rothschild, aux Rockefeller, aux illuminatis et autres Vénusiens, mais bien à Cheney, Rumsfeld, Wolfowitz et à Bush.

Excusez ma naïveté !


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#22 07-11-2007 01:51:28

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Je ne crois pas que "choisir" soit le terme qui convient.

De toute évidence, les attentats du 11/09 n'auraient pu avoir lieu sans une complicité interne au plus haut niveau. Et quand je dis haut niveau, je ne pense pas aux Rothschild, aux Rockefeller, aux illuminatis et autres Vénusiens, mais bien à Cheney, Rumsfeld, Wolfowitz et à Bush.

Excusez ma naïveté !

Tout d'abord, tu es tout excusé car rien ne permet de dire que tu sois un pro V-O, au contraire, tu restes par tes posts, équilibré dans ta démarche et parfaitement égal à toi-même.

Tu cites une bonne partie de la fauconnière néo-conservatrice, et il y a de fortes chances pour que Bush n'ait pas eut son mot à dire en ce jour fatidique du 11/09/2001, il lui aura fallut tourner en rond pendant des heures,  dans son "jet privé" Air Force One, afin de décider quelle attitude il devait prendre face à cet "ultimatum".

Nous connaissons la suite, il s'est écrasé à la vitesse de la chute libre, il n'est pas digne de représenter presque 350 000 000 de personnes et surtout de détenir les clefs qui pourraient faire s'évaporer la planète.


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#23 07-11-2007 04:40:22

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

W.Wallace a écrit:

Tu cites une bonne partie de la fauconnière néo-conservatrice, et il y a de fortes chances pour que Bush n'ait pas eut son mot à dire en ce jour fatidique du 11/09/2001, il lui aura fallut tourner en rond pendant des heures, dans son "jet privé" Air Force One, afin de décider quelle attitude il devait prendre face à cet "ultimatum".

Je respecte ton point de vue tout en étant en désaccord avec toi, tu l'auras compris.

Lorsque, le 11 septembre à neuf heures cinquante-quatre, Air Force One avait quitté l'aéroport civil de Sarasota, il avait opté pour un vol de cent dix minutes à destination de la Louisiane. Or si le Président avait constitué une cible des terroristes, pourquoi n'avoir pas choisi plutôt l'une des multiples bases militaires de Floride, dont la plus proche se trouvait à une dizaine de minutes à peine ? Et si la menace avait été apprise en cours de rout, pourquoi le Président n'avait-il pas atterri dans un aéroport moins éloigné ? De la même manière, en considérant l'information comme réelle, pourquoi avoir décollé de Sarasota sans escorte militaire ? Et pourquoi une heure s'était-elle écoulée avant que les premiers chasseurs de l'US Air Force viennent encadrer le vol présidentiel ?

Ca ne réfute rien, mais c'est tout de même intéressant.


***


Penser qu'un homme qui est petit fils d'un Sénateur Skull & Bones ayant financé Hitler, fils d'un Président des Etats-Unis S&B ayant appelé de ses voeux un "nouvel ordre mondial" (un certain 11 septembre 1990), et qui est lui-même Président et S&B soit le genre de personne susceptible d'avoir à faire face à un coup d'Etat venant d'un complexe militaro-industriel (?) courroucé me paraît être une des plus extravagantes théorie du complot qu'il m'ait été donné d'entendre.

Comment croire qu'un homme qui n'a jamais été élu Président et qui a été hissé là où il est par de puissants intérêts puisse subir, moins d'un an après son "élection", pareille mésaventure ?

Bush est assurément l'allié de ces gens-là, pas leur ennemi, ni même un obstacle. C'est l'un d'entre-eux, leur poulain, leur champion, leur leader. C'est à mon avis faux de s'imaginer qu'il n'est qu'un pantin commis d'office pour apparaître à la télé et distraire le peuple, Bush n'est pas Raffarin.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#24 07-11-2007 05:54:47

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

charmord a écrit:

Une émission diffusée le 8 août de cette année sur france 2 qui m'a fait écrire ceci :

http://forums.france2.fr/france2/jtfran … tm#t452210

Ok, merci, mais c'est loin d'être un témoignage du jour-même. tongue

Il y a aussi le témoignage du pilote d'Air Force One himself, le colonel Mark Tillman :

http://www.cbsnews.com/stories/2002/09/ … 1718.shtml


Je veux juste savoir si ce que prétend Reymond est vrai ou faux, si c'est réfutable ou non. J'ai tendance à croire qu'il a peut-être raison, d'autant plus que je ne pense pas que Bush ait été réellement menacé, mais sans exclure que Reymond se trompe et que Tillman ne mente pas, ce qui du reste ne prouverait pas pour autant qu'un gouvernement secret aurait fait pression sur Bush.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#25 07-11-2007 06:05:01

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Génial mjk, tu me donnes du blé à moudre dans mon moulin en panne de news !

mjk a écrit:

Lorsque, le 11 septembre à neuf heures cinquante-quatre, Air Force One avait quitté l'aéroport civil de Sarasota, il avait opté pour un vol de cent dix minutes à destination de la Louisiane. Or si le Président avait constitué une cible des terroristes, pourquoi n'avoir pas choisi plutôt l'une des multiples bases militaires de Floride, dont la plus proche se trouvait à une dizaine de minutes à peine ? Et si la menace avait été apprise en cours de rout, pourquoi le Président n'avait-il pas atterri dans un aéroport moins éloigné ? De la même manière, en considérant l'information comme réelle, pourquoi avoir décollé de Sarasota sans escorte militaire ? Et pourquoi une heure s'était-elle écoulée avant que les premiers chasseurs de l'US Air Force viennent encadrer le vol présidentiel ?

Tout débute à partir du temps de réaction du "grand président", quelles mesures a t-il pris entre le moment qu'il lisait "la petite biquette" aux élèves d'une école de Floride et celui qui menait son pays vers l'enfer ?

Aucune, nous sommes d'accord sur le principe, même s'il semble étrange et pour le moins suspect.

Dès le lendemain, le "grand président" décide de mener une lutte sans merci contre le "mal" , d'accord, on peut toujours trouver l'excuse qu'il n'a pas de mirroirs chez lui.

Tout se joue alors entre le moment dont nous sommes sur qu'il aura apprit l'évènement tragique et celui qu'il aura agit , c'est à dire en gros "vingt quatre heures".

Heureusement que ce n'était pas une alerte nucléaire, sinon les USA étaient rayés de la carte, il y a comme un hic dans la chronologie et le réflexe du président.


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#26 07-11-2007 09:08:09

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Ok, merci, mais c'est loin d'être un témoignage du jour-même. tongue

C'est un témoignage d'une personne qui était en présence du président le jour même et qui se souvient de la menace. Je ne vois pas en quoi cela serait moins fiable a priori qu'un témoignage du jour, sauf à postuler que cette personne ment... Mais si elle ment, c'est à toi de le prouver et de donner des raisons pour lesquelles elle irait inventer qu'une telle menace ait existé.


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#27 07-11-2007 20:02:26

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Quoi qu'il en soit, cela n'enlève en rien la responsabilité de Bush, même s'il n'est pas co-auteur de ces attentats, il n'en reste pas moins le premier responsable, surtout dans la mesure où il lance ses guerriers vers le moyen-orient. Il devrait être jugé pour crimes contre l'humanité.


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#28 07-11-2007 20:11:12

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Je me demande parfois si tu lis ce que les autres écrivent charmord.

Il y aussi des milliers d'experts et de journalistes sur cette planète qui nous parlent à longueur de temps de la "menace" Al-Qaida : ça ne veut pas forcément dire que c'est vrai.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#29 07-11-2007 20:31:08

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Mjk,

Quelle réaction extravagante...

Ta vision selon laquelle tout le monde au sein du Gouvernement et de l'administration américaine était parfaitement en accord est me semble-t-il très simmplificatrice. Sais-tu que GWB était particlulièrement impopulaire auprès des néoconservateurs purs et durs durant tout le début de son mandat parce qu'il restait sourd aux à leur volonté de durcir la politique étrangère? As-tu connaissance des articles au vitriole que ces doctrinaires néoconservateurs ont écrit à propos du début de règne de GWB?


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#30 07-11-2007 21:10:28

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Je n'ai jamais dit ou pensé que l'appareil d'Etat n'était qu'un seul bloc monolithique... tout en n'ignorant pas qu'il y a des désaccords qui ne sont que de façade et simplement destinés à renforcer une impression de pluralisme (c'est un peu plus subtil que ça, certes).

Comment Bush aurait pu être élu Président tout en ayant obtenu moins de voix que Gore s'il dérangeait à ce point l'establishment états-unien va-t-en-guerre ?

Je rappelle ce que je disais plus haut, si quelqu'un se sent de répondre, de préférence pas à côté, qu'il n'hésite surtout pas :

Penser qu'un homme qui est petit fils d'un Sénateur Skull & Bones ayant financé Hitler, fils d'un Président des Etats-Unis S&B ayant appelé de ses voeux un "nouvel ordre mondial" (un certain 11 septembre 1990), et qui est lui-même Président et S&B soit le genre de personne susceptible d'avoir à faire face à un coup d'Etat venant d'un complexe militaro-industriel (?) courroucé me paraît être une des plus extravagantes théorie du complot qu'il m'ait été donné d'entendre.

Comment croire qu'un homme qui n'a jamais été élu Président et qui a été hissé là où il est par de puissants intérêts puisse subir, moins d'un an après son "élection", pareille mésaventure ?

Bush est assurément l'allié de ces gens-là, pas leur ennemi, ni même un obstacle. C'est l'un d'entre-eux, leur poulain, leur champion, leur leader. C'est à mon avis faux de s'imaginer qu'il n'est qu'un pantin commis d'office pour apparaître à la télé et distraire le peuple, Bush n'est pas Raffarin.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#31 07-11-2007 22:03:13

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Comment Bush aurait pu être élu Président tout en ayant obtenu moins de voix que Gore s'il dérangeait à ce point l'establishment états-unien va-t-en-guerre ?

Le système électorale étasunien est tout sauf honnête et même à la limite de la dictature, comme chez nous mais en pire, nous allons bientôt les rattraper, j'en suis convaincu.


Penser qu'un homme qui est petit fils d'un Sénateur Skull & Bones ayant financé Hitler, fils d'un Président des Etats-Unis S&B ayant appelé de ses voeux un "nouvel ordre mondial" (un certain 11 septembre 1990), et qui est lui-même Président et S&B soit le genre de personne susceptible d'avoir à faire face à un coup d'Etat venant d'un complexe militaro-industriel (?) courroucé me paraît être une des plus extravagantes théorie du complot qu'il m'ait été donné d'entendre.

C'est justement son appartenance à cet ordre diabolique qui l'a amené où il est, de plus, il est le parfait manequin que les "think tank" peuvent manipuler à leur guise. Un président américain trop indépendant ne fait pas de vieux os, JFK en est la preuve morte.

Comment croire qu'un homme qui n'a jamais été élu Président et qui a été hissé là où il est par de puissants intérêts puisse subir, moins d'un an après son "élection", pareille mésaventure ?

Bush était le président idéale pour que s'accomplissent les plans du PNAC.

Bush est assurément l'allié de ces gens-là, pas leur ennemi, ni même un obstacle. C'est l'un d'entre-eux, leur poulain, leur champion, leur leader. C'est à mon avis faux de s'imaginer qu'il n'est qu'un pantin commis d'office pour apparaître à la télé et distraire le peuple, Bush n'est pas Raffarin.

Bien sur qu'il est l'allié des néo-conservateurs, il est aussi leur poulain mais de là à dire qu'il est leur leader, ce n'est pas exact, il est plutôt leur marionnette, celui qui représente la fausse démocratie pour le plus grand bonheur des multi-nationnales à travers le monde.

Dernière modification par W.Wallace (07-11-2007 23:04:39)


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#32 07-11-2007 22:15:53

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Je me sens bcp plus proche de l'opinion de Wallace, je dois dire...


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#33 07-11-2007 22:43:00

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Pour ma part, je partage les doutes de mjk : Bush est leur création, leur pantin, donc il leur parfaitement inutile de chercher à le contraindre, à le forcer... Il suffit de lui sortir une bible et de lui dire qu'il est le rempart contre le diable ...fin du monde...jugement dernier...etc etc
L'explication comme quoi cette histoire de codes présidentiels seraient une idée de Karl Rove pour renflouer l'image d'un Bush fuyard me parait assez crédible.
Et l'article du World Net Daily du 20 septembre 2001 me parait vraiment peu crédible (voir notamment leur baratin sur la complicité de l'Irak dans l'attaque de 1993).

Cependant, il reste un point qui me gène :

Si la thèse officielle est de dire que toute cette histoire de codes secrets est le résulat d'une mauvaise interprétation d'un agent de surveillance de la White House Situation Room alors comment expliquer la déclaration à la commission d'enquête le 6 février 2004 de la directrice de la White House Situation Room, Deborah Loewer ?

Pourquoi s'évertue t-elle à déclarer que son agent n'a pas commis d'erreur d'interprétation ?

mjk... une idée ?


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#34 07-11-2007 22:54:07

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Zorg a écrit:

Pour ma part, je partage les doutes de mjk : Bush est leur création, leur pantin, donc il leur parfaitement inutile de chercher à le contraindre, à le forcer... Il suffit de lui sortir une bible et de lui dire qu'il est le rempart contre le diable ...fin du monde...jugement dernier...etc etc
L'explication comme quoi cette histoire de codes présidentiels seraient une idée de Karl Rove pour renflouer l'image d'un Bush fuyard me parait assez crédible.
Et l'article du World Net Daily du 20 septembre 2001 me parait vraiment peu crédible (voir notamment leur baratin sur la complicité de l'Irak dans l'attaque de 1993).

Cependant, il reste un point qui me gène :

Si la thèse officielle est de dire que toute cette histoire de codes secrets est le résulat d'une mauvaise interprétation d'un agent de surveillance de la White House Situation Room alors comment expliquer la déclaration à la commission d'enquête le 6 février 2004 de la directrice de la White House Situation Room, Deborah Loewer ?

Pourquoi s'évertue t-elle à déclarer que son agent n'a pas commis d'erreur d'interprétation ?

mjk... une idée ?

Ne pas oublier que GW Bush "le fuyard" s'est rendu à la base d'Ofutt avant de revenir à Washington. Et qu'y avait-il à Ofutt?
http://www.cooperativeresearch.org/enti … force_base
Pour moi, cet homme me donne l'impression de ruminer des idées noires avec de l'incrédulité lorsqu'il est assis en classe.
A mon avis, il ne comprend rien mais il soupçonne qu'il est en train de se faire entuber à ce moment là.
A mon avis toujours, les quelques heures qui séparent les attentats de son retour à Washington ont été l'occasion d'intenses négociations et chantages et il se pourrait bien que les négociations aient été clôturées par la démolition contrôlée de la tour 7.
Mais, je n'ai pas la moindre preuve à l'appui de ce que j'avance. Juste une intuition.

Dernière modification par charmord (07-11-2007 23:01:11)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#35 08-11-2007 06:13:34

mjk
Date d'inscription: 22-12-2006
Messages: 1205

Re: Les codes de sécurité présidentiels

W.Wallace a écrit:

mjk a écrit:

Comment Bush aurait pu être élu Président tout en ayant obtenu moins de voix que Gore s'il dérangeait à ce point l'establishment états-unien va-t-en-guerre ?

Le système électorale étasunien est tout sauf honnête et même à la limite de la dictature, comme chez nous mais en pire, nous allons bientôt les rattraper, j'en suis convaincu.

Je suis doublement d'accord, mais ça ne répond pas à la question. smile


W.Wallace a écrit:

Comment croire qu'un homme qui n'a jamais été élu Président et qui a été hissé là où il est par de puissants intérêts puisse subir, moins d'un an après son "élection", pareille mésaventure ?

Bush était le président idéale pour que s'accomplissent les plans du PNAC.

Je suis d'accord là aussi, et donc dans ce cas pourquoi le faire chanter ou le menacer pour lui forcer la main, si c'est le partenaire idéal pour mener à bien un tel projet ? Ca ne tient pas debout.


Par rapport à ton post #25, n'oublions pas qu'alors qu'il se trouvait encore à l'école élémentaire Emma Booker (donc avant d'avoir été menacé par qui que ce soit), Bush prononça un mini-discours dans lequel il déclara : "[avoir ordonné] que soit menée une enquête exhaustive pour traquer et retrouver les personnes qui ont commis cet acte" et "le terrorisme contre notre nation ne sera pas toléré". Bon début quand même.



P.S. Zorg, non, pas pour le moment.


Exclu pour cause d'associabilité avérée, et revendiquée.

Hors ligne

 

#36 08-11-2007 08:39:11

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Par rapport à ton post #25, n'oublions pas qu'alors qu'il se trouvait encore à l'école élémentaire Emma Booker (donc avant d'avoir été menacé par qui que ce soit), Bush prononça un mini-discours dans lequel il déclara : "[avoir ordonné] que soit menée une enquête exhaustive pour traquer et retrouver les personnes qui ont commis cet acte" et "le terrorisme contre notre nation ne sera pas toléré". Bon début quand même.

Je ne vois vraiment pas ce que l'on pourrait induire en faveur de la thèse que tu défends de ce passage. Au contraire, il n'y a rien de plus vague que les termes utilisés par GWB dans cet article (terrorisme contre la nation ne veut absolument pas dire terrorisme international. Il a utilisé les termes "those folks" pour parler des responsables) et Meyssan avait d'ailleurs déduit de ces termes vagues que GWB n'avait pas encore reçu à ce moment là le manuel d'instructions pour pointer OBL comme responsable des attentats.

J'ai lu un article hier soir du daily telegraph qui décrit tout le timing du Président le jour du 11 septembre.

http://www.telegraph.co.uk/news/main.jh … amp;page=2

Notamment, le fait qu'Airforce One ait longtemps erré en cercle sans destination dans le ciel avant de se rendre, sur les conseils du vide-président à Offutt.

For much of the next two hours the presidential jet appeared to be going nowhere. The journalists on board - all of whom were barred from communicating with their offices - sensed that the plane was flying in big, slow circles.

Nous savons par divers témoignages que GWB et son petit entourage a été informé à ce moment là d'une menace crédible par les services secrets selon laquelle son avion pourrait être la cible des terroristes. Il aurait déclaré lors d'un entretien avec D. Cheney :

"Somebody's going to pay for this," Mr Bush coldly told the Vice President. "We are going to take care of them. Whoever did this isn't going to like having me as President."

Cette déclaration est en réalité assez étonnante, voire explosive. Elle semblerait en effet pointer un complot interne, puisque le Président vise ces "folks" qui "vont regretter de l'avoir - lui GWB - comme Président"! Evidemment, on sait que GWB n'est pas Sheakspeare mais tout de même, la formulation de cette phrase que je ne connaissais pas est assez intriguante.

Il aurait ensuite atteri à Barksdale pour des raisons qui restent obscure. Le menace aurait alors été elvée à defcon Delta, vers midi. 15 minutes plus tard, les frontières du Mexique et du Canada étaient fermées. Trois heures s'étaient écoulé depuis les attentats et les citoyens américains ne savaient toujours pas ce que faisaient leur Président, raison pour laquelle les intentions immédiates du Président furent à nouveau discutées. Lui voulait retourner à Washington mais les services secrets et D. Cheney voulaient s'y opposer.

But still the debate raged between Mr Bush, Mr Cheney and the Secret Service. In an office on the base, Andrew Card, the White House Chief of Staff, was working the phones, taking soundings on the President's dilemma from whatever trusted quarters he could reach. When he emerged, Mr Card, too, advised that it would be reckless to return to the capital.

The President appeared to be in a double bind: if he insisted on going to Washington he could be accused of concentrating the terrorists' possible targets in one place and thereby endangering the functioning of government; if he stayed away he could just as equally be accused of cowardice.


Selon une autre source que je ne retrouve plus, c'est à Offutt que Tenet aurait dit au Président que cette action devait sans doute être attribuée à OBL car elle en portait les signes, selon un témoignage ultérieur de Condie Rice. C'est en tout cas à Offut que GWB a prononcé ce discours qui est déjà bcp plus orienté sur la théorie officielle :

At 2.50pm, Air Force One touched down at Offutt, and Bush was taken into an underground bunker - again one designed to withstand a nuclear blast. The sprawling base, one of the most heavily-defended in the USA, is home to the US Air Force's 55th Wing, which flies Boeing 747s specially adapted for military use in reconnaissance and intelligence gathering.

As Mr Cheney had pointed out, it also houses an advanced strategic command and communications centre, from which Bush was able to teleconference directly with Mr Cheney and Ms Rice in the White House, Mr Rumsfeld in the Pentagon, and members of the National Security Council. The meeting lasted a full hour.

According to Ms Rice, the President opened it by saying: "This is an attack on freedom, and we're going to treat it as such. We have to minister to the country, and deal with the horrors, but we're not going to lose focus. We have to mobilise the world and rid it of this scourge."



Enfin, il faut préciser que le journal évoque aussi les menaces sur Airforce one.

D'après le journal, la menace sur aireforce one serait tombée bien à pic pour éviter des accusations de couardises...

Mais réfléchissons un instant, en donnant crédit à une telle menace pour éviter de passer pour un couard, on place une mine dans la théorie officielle qui veut que les attentats aient été le fait d'individus isolés pilotés depuis une nation ennemie et sans aucune complicité interne...
il ne faut pas être grand clair pour savoir que l'on casse toute la théorie officielle.

Je n'imagine donc pas bien comment des personnes qui seraient dans le secret d'un complot pourraient avoir eu l'idée saugrenue de risquer de le faire capoter par cette seule nouvelle.

Donc, voilà pourquoi je ne partage pas tes vues, Mjk.

A+


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#37 08-11-2007 09:18:41

franck33
Invité

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Quand un gouvernement manipule la masse a un tel point, pouvont nous comparer cela a une secte d'une envergure mondial?
Car comme nous le pensons a priori, le plus grand des danger est ce qui ne se voit pas mais manipule l'opinion!

Le pire la dedans c'est que le premier manipulé c'est peut etre Bush!
Pourquoi cet homme n'aurait-il pas des faiblesses psychologique aprés tout?

 

#38 08-11-2007 11:18:20

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Bon, c'est peut-être une nième redite mais c'est très important ce point!

Je suis tombé en googelant sur un site remarquable qui examine ce point : http://www.911truth.ie/emails/161170/168.html
Je crois que cela se base essentiellement sur les recherches de Meyssan.

Voici un passage très intéressant (mais il faut tout lire!): c'est le deuxième discours de Bush tenu à Barksdale.

Freedom itself was attacked this morning by a faceless coward, and freedom will be defended. I want to assure the American people that the full resources of the federal government are working to assist local authorities to save lives and to help the victims of these attacks. Make no mistake: The United States will hunt down and punish those responsible for these cowardly acts. I’ve been in regular contact with the vice president, secretary of defense, the national security team and my Cabinet. We have taken all appropriate security precautions to protect the American people. Our military at home and around the world is on high-alert status and we have taken the necessary security precautions to continue the functions of your government. We have been in touch with the leaders of Congress and with world leaders to assure them that we will do whatever is necessary to protect America and Americans. I ask the American people to join me in saying thanks for all the folks who have been fighting hard to rescue our fellow citizens and to join me in saying a prayer for the victims and their families. The resolve of our great nation is being tested. But make no mistake: We will show the world that we will pass this test. God bless.”

Il n'est absolument pas question à ce moment là d'OBL mais d'un faceless coward... soit selon mon dictionnaire d'une lâche ou même d'un  peureux sans visage. A nouveau le choix des termes laisse rêveur et ce n'est certainement pas lui qui a rédigé le discours... 

Autres points intéressants : ce qui s'est passé dans l'avion et pourquoi Barqsdale fut choisi comme destination :

Around 10:55 AM, there was yet another threat to Air Force One. The pilot, Colonel Mark Tillman, said he was warned that a suspect airliner was approaching from dead ahead. “Coming out of Sarasota there was one call that said there was an airliner off our nose that they did not have contact with,” Tillman related. Tillman took evasive action, pulling his plane even higher above normal traffic. (CBS, September 11, 2002) Reporters on board noticed the increased elevation. (Dallas Morning News, August 28, 2002; Salon, September 12, 2001) It has not been possible to establish exactly what the basis of this threat report was. Was the rogue network blackmailing Bush? Was this suspect airliner a military aircraft using participation in Vigilant Guardian/Vigilant Warrior as a cover story for assisting the plot?

Air Force One had some protection against heat-seeking missiles in the form of an infrared jammer code-named “Have Charcoal.” There were also other electronic anti-missile countermeasures. The plane is shielded against the electromagnetic pulse effect (EMP) which can be generated by nuclear explosions, and which causes damage even at a considerable distance. (Bamford 2004 84)


Aboard Air Force One on the way to Barksdale, passengers, including the numerous press corps, were told to turn off their cell phones. The Secret Service then came around and removed the batteries from each phone to prevent the emission of any kind of signal that might reveal the plane’s location. These measures turned out to be of dubious value, since the Shreveport television stations had placed at least one camera crew near the main runway. “The strange part about it was, here we were turning off cell phones and taking precautions, and we could see ourselves landing at Barksdale Air Force Base in Louisiana on the TV,” recalled Eric Draper, Bush’s personal photographer. (Bamford 2004 86)

Air Force One landed at Barksdale Air Force base near Shreveport, Louisiana at about 11:45 a.m. (CBS, September 11, 2002; Daily Telegraph, December 16, 2001) “According to intelligence sources, a key reason for deciding to land there was that Barksdale was home to the US Strategic [Air] Command’s alternate underground command post, a bunker from which Bush could run a war if necessary. It was also a place where the President could rendezvous with ‘Night Watch,’ the ‘Doomsday Plane.’ Once a specially outfitted Boeing 707 known as the National Emergency Airborne Command Post, by 2001 it had become a heavily modified military version of the Boeing 747-200, similar to Air Force One. Renamed the National Airborne Operations Center (NAOC), the aircraft was designed to be used by the President to direct a war in case of nuclear attack. During the Cold War, one of the four Night Watch aircraft was always in the air, twenty-four hours a day. But in the 1990s, the decision was made to keep the alert aircraft on the ground with the ability to take off on fifteen minutes’ notice.” (Bamford 2004 84)

During the morning, Clarke had instituted Continuity of Government, the measures prescribed for emergency rule in the face of a catastrophic emergency. “Our coordinator for Continuity of Government (we will call him Fred here to protect his identity at the request of the government) joined us. ‘How do I activate COG?’ I asked him. In the exercises we had done, the person playing the President had always given that order. ‘You tell me to do it,’ Fred replied.” After relaying messages to Bush and Cheney, Clarke added: “‘Tell them I am instituting COG.’ I turned back to Fred: ‘Go.’” (Clarke 8) Clarke, we see again, was running the country, while Bush zig-zagged.



Autrement dit :

- Les passagers du vol présidentiel se sont tous fait confisquer la batterie de leur gsm pour éviter tout risque d'identfication de la localisation de l'avion présidentiel. Une menace provenant d'un autre avion visualisé par le pilote a été rapportée.

- La raison pour laquelle Airforce One s'est posé à Barksdale est que cette base permettait au Président de superviser une guerre en cas de nécessité (n'oublions pas que c'est à ce moment que la menace passe deafcon 4, soit le niveau d'une alerte nucléaire et que les frontières sont fermées) et qu'en outre elle pourrait être le lieu de rendez-vous du Doomsday Plane, peut-être le fameux avion blanc qui rôdait dans le ciel de Washington et qui a été aperçu par les caméras de CNN juste avant le supposé crash du 77. Ces informations proviennent du renseignement d'après l'article...

- La continuité du Gouvernement a été déclarée pendant que GWB subissait ces menaces.

Penses-tu toujours, mjk, que de telles mesures spéctaculaires auraient été prises par les comploteurs, si leur intention avait été dès le départ d'attribuer la paternité des attentats à OBL?

Ou alors, tu estimes que tout cela est faux? Mais alors pourquoi avoir inventé ces bobards qui ne militent pas mais alors pas du tout en faveur de la TO?

Ceci démontre que la réalité de ces attentats est bien plus compliquée que la théorie selon laquelle tout aurait été comploté par le Gouvernement Us avec la préconnaissance et l'assentiment de tous!

A+,

Dernière modification par charmord (08-11-2007 11:43:11)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#39 08-11-2007 15:42:39

W.Wallace
Lieu: Saint-Nazaire
Date d'inscription: 12-03-2007
Messages: 3235

Re: Les codes de sécurité présidentiels

mjk a écrit:

Par rapport à ton post #25, n'oublions pas qu'alors qu'il se trouvait encore à l'école élémentaire Emma Booker (donc avant d'avoir été menacé par qui que ce soit), Bush prononça un mini-discours dans lequel il déclara : "[avoir ordonné] que soit menée une enquête exhaustive pour traquer et retrouver les personnes qui ont commis cet acte" et "le terrorisme contre notre nation ne sera pas toléré". Bon début quand même.

On peut imaginer le scénario le plus probable. Bush est élevé au pouvoir par la même équipe de faucons qui entoure son père, on lui laisse croire que c'est grace à ses capacités voire même que c'est la volonté de "Dieu", il est convaincu d'être un grand président.

Peu avant le 11 septembre, des bruits courent à la Maison Blanche selon lesquels des attentats sont sur le point d'être commis sur le sol des états unis mais on rassure le président que tout est mis en oeuvre pour empêcher ces attentats. Le 10 septembre, les services secrets préviennent d'une tentative d'assassinat dirigée contre Bush, certainement pour le déstabiliser. Le 11 septembre, les attentats sont commis, le président s'envole à bord d'Air Force One. Il contacte Cheney et lui demande pourquoi la défense aérienne n'a pas fait son boulot, c'est la première question qui vient à l'esprit de chacun dans un cas comme celui-ci, c'est à ce moment que le vice-président lui donne les consignes qui vont être appliquées, Bush s'aperçoit qu'il aura été roulé dans la farine et s'insurge, il croit encore être le premier décideur, on le remet gentiment à sa place avec la menace "Angel is next".

Commence alors la déroute du président et de son avion à travers le pays, les pourparler sont engagés et Bush est bien obligé de se rendre à l'évidence, s'il ne suit pas les consignes il finira comme JFK, il abdique et met sa fierté dans la poche.

On connait la suite.


Agressivité systématique envers des membres et  des modérateurs, zizanie dans les topics, non réponse ou changements d'attitude suite à de nombreux avertissements. Banni pour une durée indéterminée.

Hors ligne

 

#40 08-11-2007 16:50:02

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8286

Re: Les codes de sécurité présidentiels

Voici un long passage extrait de la même source précitée. Ce passage est très intéressant. Je n'ai pas le temps de le traduire.

http://www.911truth.ie/emails/161170/168.html


SAFIRE: INSIDE THE BUNKER


An initial exposition of Bush’s claim to have acted under threats on 9/11 came in a September 13 New York Times column entitled “Inside the Bunker” from William Safire, a hardened old neocon sinner from the Nixon White House. According to Safire, “A threatening message received by the Secret Service was relayed to the agents with the president that ‘Air Force One is next.’ According to the high official, American code words were used showing a knowledge of procedures that made the threat credible.” Safire identified his source as Karl Rove, Bush’s political Svengali. According to Rove, when Bush stubbornly insisted that he was going back to Washington, “the Secret Service informed him that the threat contained language that was evidence that the terrorists had knowledge of his procedures and whereabouts. In light of the specific and credible threat, it was decided to get airborne with a fighter escort.” Another Safire source, who was with Cheney in the White House bunker, related that it was Cheney who “suggested Air Force One go to Offutt Air Force Base in Nebraska, headquarters of the Strategic Air Command, with a communications facility where the president could convene the National Security Council.”

Safire correctly pointed out that “The most worrisome aspect of these revelations has to do with the credibility of the ‘Air Force One is next’ message. It is described clearly as a threat, not a friendly warning – but if so, why would the terrorists send the message? More to the point, how did they get the code-word information and transponder know-how that established their mala fides? That knowledge of code words and presidential whereabouts and possession of secret procedures indicates that the terrorists may have a mole in the White House – that, or informants in the Secret Service, FBI, FAA or CIA. If so, the first thing our war on terror needs is an Angleton-type counterspy.” (New York Times, September 13, 2001) Of course, it may well be that the dubious Angleton networks, given their penchant for fascism, are themselves among the suspects. But that is another story.

The essential details given by Safire were confirmed by an AP wire that same day, also inspired by the opportunistic Rove. Here Ron Fournier wrote:

Hopscotching across half the country while America was under attack, President Bush vented his frustration with Secret Service officials who told him of an anonymous call saying: “Air Force One is next.” According to a senior government official, speaking on condition of anonymity, the caller knew the agency’s code words relating to Air Force One procedures and whereabouts. (AP, September 13, 2001)

Foreign press organs, more critical than the controlled corporate media of the US, reported this story straight. The London Financial Times wrote that after Bush had taken off from Florida, “within an hour, an anonymous call reached the Secret Service. Using code words known only to the agency’s staff, the caller issued a chilling warning: ‘Air Force One is next.’” (Financial Times, September 14, 2001)

The principal clue leading us to the existence of the rogue network behind 9/11 is the “Angel is next” threat. Since hasty attempts to deny that this ever existed came soon after 9/11, we pause to document the evidence that this call really did take place.

In an interview with Tony Snow on Fox News Sunday, National Security Advisor Condoleezza Rice confirmed that the September 11 threat against President Bush’s life included a secret code name.

SNOW: Sept. 11 there was a report that there was a coded message that said, “We’re going to strike Air Force One” that was using specific coded language and made the threat credible. Is that true? RICE: That is true. SNOW: So we have a mole somewhere? RICE: It’s not clear how this coded name was gotten. We’re a very open society and I don’t think it’s any surprise to anyone that leaks happen. So, I don’t know – it’s possible the code name leaked a long time ago and was just used. SNOW: How on earth would that happen? RICE: I don’t know. I don’t know. We’re obviously looking very hard at the situation. But I will tell you that it was plenty of evidence from our point of view to have special measures taken at that moment to make sure the president was safe.

This exchange was reported by Carl Limbacher of NewsMax.com, who added that “US intelligence officials have not ruled out the possibility that a government mole may have given terrorists the top secret code language they used to deliver the threat ‘Air Force One is next’ as the World Trade Center and Pentagon were under attack.” (NewsMax.com, September 23, 2001) Of course, the real imperative was to consider whether the rogue network behind the attacks extended into the ranks of holders of top secret security clearances.

The threat to Air Force One was repeated by others in the administration. In the September 12 White House briefing, Ari Fleischer told reporters, “We have specific and credible information that the White House and Air Force One were also intended targets of these attacks.” The next day Fleischer was asked, “[It was] yesterday reported that some of the people in the Pentagon were a little bit skeptical about your comments yesterday that the White House and Air Force One were attacked – were targets of attack, given that the plane had come from the south. What do you –” Fleischer: “Who are these people?” Reporter: “Well, I don’t know. They weren’t my sources, so…” Fleischer: “No. There’s – I wouldn’t have said it if it wasn’t true.” Reporter: “Can you confirm the substance of that threat that was telephoned in...that Air Force One is next and using code words?” Fleischer: “Yes, I can. That’s correct.”(September 13)

On Meet the Press of September 16, Cheney began to back away from the story, telling Russert: “The president was on Air Force One. We received a threat to Air Force One – came through the Secret Service ...” Russert: “A credible threat to Air Force One. You’re convinced of that.” Cheney: “I’m convinced of that. Now, you know, it may have been phoned in by a crank, but in the midst of what was going on, there was no way to know that. I think it was a credible threat, enough for the Secret Service to bring it to me.” (Meet the Press, September 16) Notice that the top-secret code words, the really sensitive point, have now disappeared. Still, the Bushmen were extremely sensitive to any impugning of their man’s courage under fire. A journalist who said Bush was “flying around the country like a scared child, seeking refuge in his mother’s bed after having a nightmare” and another who said Bush “skedaddled” were fired. (Washington Post, September 29, 2001)

In the short term, the Bushmen were eager to use the threat incidents to defend their leader from the charge of cowardice, and also to provide a cover for the reasons that had actually caused him to flee across the country. However, the “Angel is next” story contained an explosive potential for the longer term, since by pointing toward the existence of highly-placed moles within the administration who had access to top secret code words and procedures, it threatened to explode the official myth of 9/11 which was then taking shape.

As Bush gathered momentum with his “war on terrorism” and Afghan invasion, the need to use the “Angel” story for political cover diminished, and the need to protect the coherence of the official myth became paramount. It was at this time that the threat story began to be denied, not by officials speaking on the record, but by mysterious, anonymous leakers. One of these leaks came two weeks after 9/11: “Finally, there is this postscript to the puzzle of how someone presumed to be a terrorist was able to call in a threat against Air Force One using a secret code name for the president’s plane. Well, as it turns out, that simply never happened. Sources say White House staffers apparently misunderstood comments made by their security detail.” (Jim Stewart, CBS Evening News, September 25, 2001) An AP wire of the same day, also based on an anonymous leak, read: “[Administration officials have] been unsuccessful in trying to track down whether there was such a call, though officials still maintain they were told of a telephone threat Sept. 11 and kept Bush away from Washington for hours because of it.”(AP, September 25, 2001) But the “Angel” story was persistent. One full year after 9/11, CBS revived the story that terrorists had broken Air Force One’s secret codes, even though it was CBS which had aired the leaked denial a year earlier. (CBS, September 11, 2002)

After these leaks, Fleischer also dropped the story. On September 26, a reporter asked about the September 11 warning. Fleischer replied: “I’m not going to comment on any particular threats coming toward the White House. . . it is not an uncommon occurrence for people to threaten the government of the United States, regardless of whether it’s President Bush or any of his predecessors. And that’s why there are security precautions taken at the White House as a matter of routine.” (Washington Post, September 27, 2001)

Latent hatred and resentment of Bush made it easy for reporters to trivialize the threat story, and make it appear as a devious invention of the loathsome Karl Rove. In her column in the September 23 New York Times, the gossipy Maureen Dowd noted that Karl Rove had “called around town, trying to sell reporters the story – now widely discredited – that Mr. Bush didn’t immediately return to Washington on Sept. 11 because the plane that was headed for the Pentagon may have really been targeting the White House, and that Air Force One was in jeopardy, too.” Rove was indeed a scoundrel, but there was something much more important at stake.

Especially eager to dispense with the threat story and focus on the soap opera of Bush the skedaddler were the leftists. To illustrate these, we take the case of Joe Conason, who wrote indignantly that “The Bush administration told an outrageous lie that the president was a target of terrorists – and Americans deserve an explanation.” Conason, already inclining to defend the most reactionary lie of all, the official version, was especially upset about the reference to “code-word confirmation” – since this was the point that threatened the al Qaeda myth. Conason was even more worried about the demand for an investigation to root out the mole network inside the US government:

Only when those assertions were shot down by CBS News and the Associated Press did the spinners back down, claiming that it had all been a “misunderstanding” by staffers, with little elaboration. How serious? In addition to undermining public confidence in the White House during a national emergency, this spinning of the president’s flight from Washington led New York Times columnist William Safire, among others, to demand an internal investigation that would determine whether an administration “mole” had revealed top-secret information to America’s enemies. That paranoid theme was immediately picked up in the foreign media, no doubt worrying allies and potential allies engaged in sensitive discussions with the United States. (Slate, October 5, 2001)

Conason’s reference to foreign paranoids may have been meant for the Réseau Voltaire, which was already performing yeoman service in dismantling the official version. In the 9/11 commission hearings, it was Ben-Veniste who took care to assert that the story was spurious. As a leading public opponent of the Bush dynasty since the time of Bush 41, I yield to nobody in my determination to put an end to the monstrous prominent role of this family in US public life. However, to think that the moron Bush could have organized 9/11 is absurd. As we have seen, part of the project was evidently to liquidate Bush and pass power to Cheney, whose credentials as a possibly witting plotter are infinitely stronger. By surviving the Colony interview hit, Bush lived to encounter 9/11 as a fait accompli, in which he was told at gunpoint to acquiesce, and he promptly did so. To reduce everything to “Bush knew” is a good slogan – far better than the official version – but it does not deal with the rogue network which antedates 9/11, and which remains in place today, posing a constant threat of new terrorist attacks, with or without Bush.

Paul Thompson, whose empirical work on the 9/11 timelines is a valuable resource for all researchers, unfortunately buys into the denials of the threat story. After marshalling the available evidence, Thompson, who prides himself on his empirical precision, concludes: “Was there a mole in the White House? No. It turned out the entire story was made up.” (Citizine, May 9, 2003) But it is far too simple to let this entire complex of problems and the vast issues it raises be swept under the rug by mere anonymous leaks, no matter how many times they might have been repeated. At stake is the most important clue in the entire 9/11 case. The regime is hiding something crucial here, and they must not be allowed to abscond. “Had terrorists hacked their way into sensitive White House computers?” Thompson asks. But the issue is much larger. If the threat to Bush came encrusted with code words, this means that the terror attacks were organized by high-level moles inside the US government – not that a hacker in an Afghan cave had cracked the Pentagon mainframes.

Appréciation.

Que retirer de ce passage rapido :

- De très nombreuses sources ont fait état de la menace qui pesait sur le Président après les attentats. Des journalistes et surtout des membres du Gouvernement dont Rice et Cheney himself...

- Quand ils se sont rendus compte que l'existence de cette menace mettait en péril le mythe 911, de mystérieuses sources sont apparues pour décrédibiliser ces informations et s'est crée petit à petit une théorie de rechange à ce propos selon laquelle cette menace n'aurait jamais existé, la thèse dominante partagée par certains ici étant de dire qu'elle aurait été créée de toute pièce pour éviter que GWB passe pour un peureux, un lâche. Un coward, quoi. C'est cette théorie qui a fini par s'imposer et il est très dommage que Paul Thomson s'y soit ralliée sans pousser le sujet au bout...

Une chose me paraît acquise : Il est très improbable que ce bobard ait pu être le fait de personnes qui ont conçu ces attentats. Je ne crois pas que les Rice, Cheney et Rove seraient assez idiots pour ne pas s'apercevoir qu'en créant de toute pièce la menace angel is next pour protéger leur Président, ils mettraient en péril toute la mythologie 911.

C'est la raison pour laquelle je ne cautionne pas l'idée de mjk.

En fait, de deux choses l'une :

Soit cette menace était réelle et n'a disparu que bien plus tard lorsque GWB a cédé au chantage exercé par les maîtres d'oeuvre qui ont piloté le complot en ce compris les menaces contre le Président...

Soit cette menace était inexistante et a été inventée de toute pièce par Rove. Et dans ce cas, lorsqu'ils ont imaginé ce subterfuge pour ne pas faire passer GWB pour un lâche, Rove et cie ne savaient pas encore qu'ils allaient devoir faire avaler au public la pilule OBL et ne pouvaient se rendre compte que ce mensonge qu'ils fabriquaient, tomberait comme un cheveu dans la soupe indigeste que l'on se verrait servir plus tard, à savoir la TO.

Dans la seconde hypothèse, les concepteurs de ces attentats ne seraient très vraisemblablement pas liés aux auteurs du petit mensonge. Dans le premier cas, difficile de savoir si ceux qui ont appris la menace à Bush faisaient ou non partie du complot...

Je penche pour la première des hypothèses comme Wallace car il n'y pas que l'épisode "Angel is next", il y a Deafcon 4 et la fermeture des frontières, les gsm dans l'avion, l'avion menaçant Airforce One, le meeting video conférence à Offutt, le language de Bush dans son discours et son affirmation reprise dans le Daily Telegraph selon laquellle Ceux qui ont commis ces actes regretteront de m'avoir comme Président, ... Tout de même, c'est énorme!!!

A+

A+

Dernière modification par charmord (08-11-2007 18:27:46)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr