ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 01-11-2014 06:53:05

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Les rapports de RJ Lee Group

Le présent fil dérive de la discussion relative à l'hypothèse de démolitions nucléaires au WTC.

En septembre 2001 la Deutsche Bank occupait le Bankers Trust, désormais devenu le WTC 5. Par son cabinet d'avocat, la banque a commandé une expertise à RJ Lee Group en avril 2002. Deux rapports ont été remis, indiqués ensemble sur ce wiki de 911encyclopedia. Désignons-les par Lee3 (décembre 2003) et Lee4 (mai 2004).

Les deux ont le même titre : Évaluation de dommages à la propriété du 130 Liberty Street.
Le sous-titre de Lee3 est Rapport sur la signature de la poussière du WTC – Composition et Morphologie, avec plus bas la mention Rapport-Résumé (Summary Report).
Le sous-titre de Lee4 est Rapport d'Expert – Signature de la poussière du WTC.

Dernière modification par Noisse (17-01-2016 22:38:05)

Hors ligne

 

#2 01-11-2014 07:12:44

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

On trouve mention de ce(s) rapport(s) sous la plume de David Ray Griffin, par exemple dans un article de Global Research (il ne semble pas que Mondialisation.ca en ait fourni une version en français), ainsi que dans un dossier de ReOpen.

Griffin a aussi écrit dans Cognitive Infiltration (note 294, p. 178), en présentant Lee4 comme une seconde version de Lee3  : « Dans cette version, la plupart des résultats pointant vers des températures extrêmement élevées furent enlevées, mais elle rapporta encore l'existence de ''fer sphérique ... résultant de l'exposition à de hautes températures''  —  signifiant une température suffisamment élevée pour faire fondre le fer. ».

De fait, une recherche dans les deux pdf amène 14 fois ''iron'' dans Lee3 ; dans Lee4 on trouve 5 fois le mot, mais en réalité une seule mention dans le cadre de l'expertise (p. 11).

On peut également remarquer en cette occasion que, contrairement à ''barium'', ''lead'' (plomb) et quelques autres désignations d'éléments chimiques, le mot ''strontium'' est totalement absent de ces deux rapports.

Hors ligne

 

#3 01-11-2014 07:43:45

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Table des Matières de Lee3

1.0   Résumé
     1.1   Investigation
     1.2   Constituants de la Poussière de l'Événement du WTC
     1.3   Protocole de testage
     1.4   Résultats
2.0   Composition de la poussière du WTC
     2.1   Caractéristiques de la poussière de fond
     2.2   Caractéristiques de la poussière pré-Événement du WTC
     2.3   Caractéristiques de la Poussière du WTC
          2.3.1   Amiante chrysotile
          2.3.2   Gypse
          2.3.3   Fibres vitreuses synthétiques
          2.3.4   Vermiculite
          2.3.5   Matière particulaire affectée par la chaleur et produits de combustion
     2.4   Autres types de particules
     2.5   Résumé
3.0   Caractéristiques d'une autre poussière du WTC : les revêtements
4.0   Analyse statistique
5.0   Addenda
     5.1   Définition d'échantillonnage et analyse statistique
     5.2   Échantillonnage
     5.3   Sélection de la localisation d'échantillonnage
     5.4   Procédures d'échantillonnage
     5.5   Échantillons levés
     5.6   Analyse d'échantillon

Dernière modification par Noisse (01-11-2014 22:38:57)

Hors ligne

 

#4 01-11-2014 22:44:04

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

En parcourant le rapport Lee3, on constate une insistance à évoquer les particularités exceptionnelles de la poussière venue des tours jumelles ; en particulier la présence des sphérules métalliques, mais pas seulement. Les formes prises par plusieurs produits témoignent, selon l'auteur, de fusion et de vaporisation, phénomènes attribués d'une manière tout à fait vague aux feux et aux hautes températures.

►  Page 1   (1.0 : Résumé)
Par définition Événement du WTC désigne « la destruction commençant le 11 septembre 2001  (destruction commencing in September 11, 2001).
Le sigle WTC paraît désigner toujours les tours jumelles prises ensemble, sans que ce soit énoncé avec netteté.

►  Page 1   (1.0 : Résumé)
Mission confiée à RJ Lee Group en avril 2002 :
« superviser et rechercher la présence, le type, l'abondance, et l'extension des contaminants environnementaux dans l'Immeuble et de recommander des stratégies de remédiation »
to oversee and investigate the presence, type, amount, and extent of environmental contaminants in the Building and to recommend remediation strategies

►  Page 2   (1.1 : Investigation)
La Poussière du WTC (toujours avec un P) est celle qui est entrée dans l'Immeuble. Il s'agit d'en établir la « Signature », qui la distingue de toute autre. Plus précisément :
« poussière contenant des particules qui, lorsqu'elles se présentent ensemble, peuvent être considérées comme des traceurs sources d'identification. »
dust containing particles that, when occurring together, can be considered to act as identifying source tracers

►  Page 2   (1.1 : Investigation)
Trois catégries de poussière sont prises en compte dans l'étude :
•  La poussière de fond (background), trouvée dans des immeubles semblables des environs, ou encore de la poussière de la ville analysée avant l'Événement.
•  La poussière pré-Événement du WTC, celle que l'on trouvait dans les tours avant l'Événement. Elle est connue grâce à une étude réalisée au printemps 2000.
•  La Poussière du WTC, telle qu'elle a résulté de l'Événement.

►  Page 3   (1.2 : Constituants de la Poussière de l'Événement du WTC)
Évocation d'un rapport de 2002 du National Resources Defense Council. Le NRDC avait estimé que les tours avaient abrité, entre autres sources de produits à risque, 50'000 PC, chacun d'eux contenant 4 livres de plomb.

►  Page 3   (1.2 : Constituants de la Poussière de l'Événement du WTC)
Le Résumé en vient au cœur du sujet :
« La conflagration activa des processus qui eurent pour effet que des matériaux ont pris la forme de particules sphériques tels que des métaux (p. ex. Fe, Zn, Pb) et des silicates ou des cendres volantes sphériques ou vésiculaires. La chaleur générée pendant l'Événement du WTC a eu pour effet que des plastiques prirent forme de particules résiduelles carbonisées sphériques, et que des peintures prirent forme de particules résiduelles sphériques. Des métaux, des plastiques et d'autres matériaux furent vaporisés produisant ainsi de nouveaux [produits] chimiques qui se déposèrent sur les surfaces de matières particulaires solides, telles que l'amiante, le quartz et la laine minérale. Cette poussière et ces constituants dûs à des processus thermiques ne se rencontrent pas typiquement associés avec des environnements typiques d'immeubles de bureau. Pour prouver que l'Immeuble a été contaminé par les retombées de l'effondrement du WTC, RJ Lee Group a entrepris une approche d'échantillonnage statistique en collectant des échantillons issus de divers parties de l'Immeuble et les a analysés pour [déterminer les] types et niveaux de contaminants. »
The conflagration activated processes that caused materials to form into spherical particles such as metals (e.g., Fe, Zn, Pb) and spherical or vesicular silicates or fly ash. The heat generated during the WTC Event caused some plastics to form residual vesicular carbonaceous particles, and paints to form residual spherical particles. Some metals, plastics and other materials were vaporized thus producing new chemicals that were deposited onto the surfaces of solid particulate matter, such as asbestos, quartz, and mineral wool. These dust and heat-processed constituents are not typically found associated with typical office building environments. To prove that the Building has been contaminated with the fallout from the WTC collapse, RJ
Lee Group undertook a statistical sampling approach in collecting samples from various regions of the Building and analyzed them for the types and levels of contaminants.

Observer que la « conflagration » n'est définie nulle part. Le mot sera employé une deuxième fois, page 21.

►  Page 3   (1.3 : Protocole de testage)
Les prélèvements nécessaires à l'étude ont été effectués au printemps 2002 et en 2003.

►  Page 5   (1.4 : Résultats)
La signature se présente comme un profil constitué de marqueurs, identifiables avec un
haut degré de certitude scientifique. Parmi eux : chrysotile (amiante), laine minérale, le gypse (abondance élevée et petite taille des particules ; mais aussi :
« Des particules de plastique partiellement brûlé ou fondu (particules vésiculaires carbonisées), pas attendues dans une poussière ''normale'', furent observées communément dans la Poussière du WTC dues au feu qui accompagna l'Événement du WTC. »
Particles of partially burned or melted plastic (vesicular carbonaceous particles), not expected in “normal” dust, were commonly observed in WTC Dust due to the fire that accompanied the WTC Event.
Et encore :
« Des particules de matériaux qui avaient été modifiés par exposition à une température élevée, telles que des particules sphériques de fer et de silicates, sont communes dans la Poussière du WTC à cause du feu qui accompagna l'Événement du WTC, mais ne sont pas communes dans la poussière normale d'un bureau intérieur. »
Particles of materials that had been modified by exposure to high temperature, such as spherical particles of iron and silicates, are common in WTC Dust because of the fire that accompanied the WTC Event, but are not common in “normal” interior office dust.

Dans Lee3 on trouve à quinze reprises l'expression high temperature(s). Ces « températures élevées » ne sont jamais quantifiées (absence complète des symboles °F et °C ; trois occurrence de degree, toutes qualitatives).

►  Page 7   (1.4 : Résultats)
Au total :
« En plus des composants vésiculaires de carbone, l'exposition de la Poussière du WTC à une température élevée a créé également d'autres variété morphologiquement spécifiques de matière particulaire incluant des composants métalliques sphériques, des composants siliceux vésiculaires et des composants de cendre volante sphérique. »
In addition to the vesicular carbon components, the high heat exposure of the WTC Dust has also created other morphologically specific varieties of particulate matter including spherical metallic, vesicular siliceous and spherical fly ash components.

►  Page 8   (2.1 : Caractéristiques de la poussière de fond)
Les caractéristiques de la poussière de fond ont fait l'objet d'un rapport séparé : Background Levels in Buildings report (décember 2003).

►  Page 12   (2.3.2 : Gypse)
Pour ce qui est de la Poussière du WTC :
« Une portion significative du gypse qui avait été détecté dans l'Immeuble apparu sous la forme d'une fine poussière qui était pulvérisée à un degré pas vu dans de la poussière ordinaire d'immeuble. »
A significant portion of the gypsum that has been detected in the Building appeared in the form of fine dust that was pulverized to a degree not seen in ordinary building dust.

►  Page 16   (2.3.5 : Matière particulaire affectée par la chaleur et produits de combustion)
« Les particules qui soit s'étaient formées en conséquence d'une température élevée soit avaient été modifiées par exposition à une haute température sont d'importants Marqueurs de Poussière du WTC pour la Poussière du WTC. En considérant les hautes températures atteintes durant la destruction du WTC, on pouvait s'attendre à ce que soient présents dans la Poussière du WTC les trois types suivants de produits de combustion. Ces produits sont :
•  Des particules carbonisées vésiculaires [provenant] essentiellement des plastiques
•  Des sphères riches en fer [venant] des composantes en fer porteuses de construction ou de contenus
•  Des aluminosilicates de haute température venant de matériaux de construction
Il y avait des quantités considérables de plastiques dans les bâtiments du WTC, qui sur chauffage et libération des [produits] volatils produisirent des particules sphériques (ou presque) riches en carbone avec des vésicules en rapport avec l'émission des [produits] volatils.
Particles that either were formed as a consequence of high temperature or were modified by exposure to high temperature are important WTC Dust Markers for WTC Dust. Fires that were a part of the WTC Event produced combustion-modified products that traveled with other components of WTC Dust. Considering the high temperatures reached during the destruction of the WTC, the following three types of combustion products would be expected to be present in WTC Dust. These products are:
• Vesicular carbonaceous particles primarily from plastics
• Iron-rich spheres from iron-bearing building components or contents
• High temperature aluminosilicate from building materials
There were considerable amounts of plastics in the WTC buildings, that upon heating and liberation of volatiles produced spherical (or nearly so) carbon-rich particles with vesicles related to emission of volatiles.


►  Page 17  (2.3.5 : Matière particulaire affectée par la chaleur et produits de combustion)
« Divers métaux (les plus notables étant le fer et le plomb) fondirent durant l'Événement du WTC, produisant des particules métalliques sphériques. L'exposition des phases à une température élevée conduit à la formation de particules sphériques du fait de la tension superficielle. La Figure 1 et la Figure 2 montrent une particule de fer sphérique provenant d'une fusion du fer (ou de l'acier). »
Various metals (most notably iron and lead) were melted during the WTC Event, producing spherical metallic particles. Exposure of phases to high heat results in the formation of spherical particles due to surface tension. Figure 21 and Figure 22 show a spherical iron particle resulting from the melting of iron (or steel).

►  Page 18   (2.3.5 : Matière particulaire affectée par la chaleur et produits de combustion)
Présence d'aluminosilicates (les silicates abondent dans la construction).

►  Page 19   (2.3.5 : Matière particulaire affectée par la chaleur et produits de combustion)
« En plus des particules sphériques de fer et d'aluminosilicate, une diversité de particules de métaux lourds incluant du plomb, du cadmium, du vanadium, de l'yttrium, de l'arsenic, du bismuth, et du baryum furent produites par pulvérisation, fusion et/ou combustion des matériels hôtes tels que soudures, écrans d'ordinateur, et peinture durant l'Événement du WTC.
Les produits en relation avec une combustion sont de significatifs Marqueurs de la Poussière du WTC, particulièrement si on les rencontre combinés. Cependant, il est bon de noter que la cendre volante et les produits partiellement brûlés peuvent apparaître avec des concentrations de trace dans les poussières des immeubles ordinaires, mais pas avec les concentrations observées dans la Poussière du WTC. »
In addition to the spherical iron and aluminosilicate particles, a variety of heavy metal particles including lead, cadmium, vanadium, yttrium, arsenic, bismuth, and barium particles were produced by the pulverizing, melting and/or combustion of the host materials such as solder, computer screens, and paint during the WTC Event.
Combustion-related products are significant WTC Dust Markers, particularly if seen in combination. However, it is worth noting that fly ash and partially combusted products can occur in trace concentrations in ordinary building dusts, but not in the concentrations observed in WTC Dust.


►  Page 20   (2.3.5 : Matière particulaire affectée par la chaleur et produits de combustion)
En passant :
« aussi bien que la fréquence d'occurrence des particules sphériques produites par le feu et la chaleur »
as well as the frequency of occurrence of spherical particles produced by fire and heat

►  Page 21   (3.0 : Caractéristiques d'une autre poussière du WTC : les revêtements)
« La quantité d'énergie introduite pendant la génération de la Poussière du WTC et la conflagration subséquente causa la vaporisation de divers composants. Des composants en phase vapeur avec un point d'ébullition élevée et un point de fusion élevé auraient, en se refroidissant, tendu à former des précipités de particules ou de fines pellicules de dépôts sur les surfaces de la matière particulaire de poussière. Beaucoup de matériaux, comme le plomb, le cadmium, le mercure et divers composants organiques, se vaporisèrent et puis se condensèrent pendant l'Événement du WTC. »
The amount of energy introduced during the generation of the WTC Dust and the ensuing conflagration caused various components to vaporize. Vapor phase components with high boiling point and high melting point would have, as they cooled, tended to form precipitated particles or thin film deposits on available surfaces through condensation mechanisms. The results of this process would be the presence of a thin layer of deposited material on the surfaces of the dust particulate matter. Many of the materials, such as lead, cadmium, mercury and various organic compounds, vaporized and then condensed during the WTC Event.

►  Page 21   (3.0 : Caractéristiques d'une autre poussière du WTC : les revêtements)
« La présence d'oxydes de plomb sur la surface des laines minérales indique l'exposition à de hautes températures auxquelles le plomb aurait subi vaporisation, oxydation, et condensation sur la surface de la laine minérale. »
The presence of lead oxides on the surface of mineral wool indicates the exposure of high temperatures at which lead would have undergone vaporization, oxidation, and condensation on the surface of mineral wool.

►  Page 24   (4.0 : Analyse statistique)
Le Tableau 3 donne pour le fer 6 % en poids alors que l'USGS lui accorde environ 2 % à extérieur du site.

Dernière modification par Noisse (17-01-2016 22:05:07)

Hors ligne

 

#5 02-11-2014 11:23:23

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Le « rapport d'expert » Lee4 ne comportant pas de table des matières, il en est constituée une ici, en encadrement des extraits et observations proposés. Ceux-ci portent sur divers points par lesquels Lee4 complète Lee3 ou s'en différencie.

1.0   Domaine d'expertise et résumé des qualifications.

2.0   Qualifications d'expert

3.0   Curriculum Vitæ

4.0   Propos et sujet de ce rapport

Il semblerait que Lee3 soit incorporé à Lee4, en tout cas pour ce qui est des « données analytiques » :
« Les résultats de précédents Rapports de Contamination [...] ; les données analytiques sous-jacentes qui ont été précédemment publiées ; les notes techniques produites en conjonction avec ce rapport sont incorporés par référence dans ce rapport. » (p. 2)

5.0   Opinions

•  1.  Le cadre est défini avec plus de précision :
« Les caractéristiques de la poussière sont une conséquence de l'effondrement des Tours du WTC et des feux subséquents sur le site du WTC qui furent les uniques événements qui produisirent cette poussière unique. »
The characteristics of the dust are a result of the collapse of the WTC Towers and the subsequent fires at the WTC site which collectively were unique events that produced unique dust. (p. 2)

•  2.  Les substances à risque présentes dans la Poussière du WTC sont avant tout l'amiante, le plomb, le mercure, le cadmium, etc. (p. 2).

(...)

•  5.  Les fibres de l'amiante inspirable (respirable) sont plus facilement aérosolisées (more readily aerosolizied) que celles d'immeubles non impactés (p. 3).

•  6.  Même chose qu'en 5 pour le plomb (p. 3).

•  7.  Même chose qu'en 5 pour d'autres substances à risque (p. 3).

•  8.  « Le plomb de la Poussière du WTC a une spécification et une morphologie qui le distinguent des autres sources potentielles. »
Lead in the WTC Dust has an identifiable speciation and morphology which distinguishes it from other potential sources. (p. 3)

6.0   Faits de base / méthodologie

La Poussière a pénétré dans l'immeuble par un effet d'aspiration :
« Le différentiel de pression fut causé par la ruée du nuage de Poussière du WTC qui fut créé par l'effondrement des Tours du WTC avec une basse pression à l'intérieur des composantes de l'Immeuble et une pression élevée en dehors. Il se créa une très grande différence de pression qui fit que de grandes quantités d'air chargé de poussière se déplaça par des voies imprévues. Les composantes ou les dispositifs avec espaces intérieurs agirent de fait comme des aspirateurs attirant la poussière à l'intérieur d'eux-mêmes avec une grande force. » (p. 4)
The pressure differential was caused by the onrush of the WTC Dust cloud that was created by the collapse of the WTC Towers with a low pressure inside Building components and high pressure outside. A huge pressure difference was created that caused large quantities of dust laden air to move through unplanned pathways. Individual components or devices with internal spaces effectively acted like a vacuum cleaner pulling the dust into them with great force.

Contre la position prise par l'assureur, il s'agit de prouver que c'est bien la poussière des tours qui est présente dans tout l'Immeuble, dangereuse pour la santé et demandant des techniques spécifiques de nettoyage.

Parmi les études citées page 6, on remarque l'article de Lioy de juillet 2002 (note 27), mais pas le rapport de l'USGS. En outre aucun des titres indiqués en note n'évoque, explicitement du moins, une recherche de radioactivité.

7.0   Résumé des fondements spécifiques à chacune des Opinions

•  1.  Au sujet de la source des constituants de la poussière (p. 9) :
« Les composants fragiles et friables de ces matériels furent pulvérisés pendant l'effondrement et les composants combustibles furent partiellement brûlés dans les feux qui s'ensuivirent.
Dans un désastre relatif à une construction, la poussière et les émissions reflètent la nature précise de l'événement. L'Événement du WTC combina plusieurs processus de sévère destruction cataclysmique en un seul événement. ce rapport complète les rapports préliminaires et se fixe sur les caractéristiques uniques de la Poussière du WTC et les Substances à Risque du WTC déposées dans l'Immeuble en conséquence des impacts des avions,sur les Tours du WTC, l'effondrement des Tours jumelles du WTC, l'impact au sol de cet effondrement, les feux, les forces de pression, et des autres phénomènes résultants de l'Événement du WTC. »
The brittle and friable components of these materials were pulverized during the collapse and the combustible components were partially burned in the ensuing fires.
In a building related disaster, the dust and emissions reflect the precise nature of the event. The WTC Event combined several cataclysmic destructive processes in a single event. This report supplements prior reports and focuses on the unique characteristics of WTC Dust and WTC Hazardous Substances deposited in the Building as a result of the aircraft impacts on the WTC Towers, the collapse of the twin WTC Towers, ground
impact of that collapse, fires, pressure forces, and other phenomena arising from the WTC Event.


La Figure 1 montre la Signature de la Poussière du WTC comparée à celle des immeubles de fond. (p. 10)
L'échelle est semi-logarithmique. La signification précise des ordonnées n'est pas indiquée (origine en 1) ; il ne s'agit ici que de comparer les hauteurs entre elles.

Évocation on ne peut plus fugace du fer sphérique, page 11.

Le plomb trouvé sur la laine minérale (p. 12).

•  2.  Tableau 1 : concentrations de quatorze composants analysés (p. 14).

•  3.  La poursuite de l'examen des produits contaminants ignore toujours le fer.

•  4.  Évocation de « contraintes » :
« Les Marqueurs de la Poussière du WTC exhibent des caractéristiques de particules qui ont subi des contraintes élevées et une température élevée. »
WTC Dust Markers exhibit characteristics of particles that have undergone high stress and high temperature. (p. 17)

(Ajout du 3 novembre ; voir #9).
•  4.  Évocation d'une conflagration :
« Certaines particules montrent de façon probante qu'elles ont été exposées à une conflagration telles que  des métaux et des silicates sphériques, et des particules vésiculaires (des structures poreuses à trous ronds ayant l'apparence d'un fromage suisse comme par effet d'ébullition et d'évaporation). »
Some particles show evidence of being exposed to a conflagration such as spherical metals and silicates, and vesicular particles (round open porous structure having a Swiss cheese appearance as a result of boiling and evaporation). (p. 18)

•  5.  Tableaux 2 et 3 : dimensions des fibres d'amiante (p. 18 et 21).

•  6.  Tableau 4 : dimensions des « occurrences » du plomb (p. 21).

•  7.  Distances de transport :
« La Poussière du WTC fut transportée jusqu'à l'Immeuble sur une distance horizontale de plus de deux cents pieds depuis le WTC 2. »
The WTC Dust was transported into the Building over a horizontal distance of more than two hundred fifty feet from WTC 2.

•  8.  Forme du plomb :
« Les particules de plomb dans la poussière du WTC sont de façon prédominante des particules sphériques qui font entre 0,25 et 5 µm de diamètre »
Lead particles in WTC Dust are predominantly spherical particles that are between 0.25 and 5 µm in diameter. (p. 24)
1 µm = 1 micromètre (alias un micron) = un millième de millimètre.

(...)

Dans l'Appendice : curriculum vitæ et publications personnelles de Richard J. Lee.

Dernière modification par Noisse (17-01-2016 22:12:20)

Hors ligne

 

#6 02-11-2014 13:02:45

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Dans le passage de Lee3 à Lee4, la disparition du fer avait déjà été relevée par David Griffin (voir plus haut). Une autre (qui m'avait échappé lors de la première lecture) mérite l'attention : celle des aluminosilicates, une variété de silicates. Ces derniers sont des minéraux que l'on s'attend (si j'ai bien compris) à trouver dans le béton.

Lee3 affirme que la Poussière du WTC contenait des particules sphériques de fer et des particules sphériques d'aluminosilicate. Il en est fait mention de ces dernières en quelques passages.

Lee4 n'évoque plus le fer que page 11, une fois dans le texte, une autre fois dans la légende de la Figure 2. Les aluminosilicates, pour leur part, ne sont plus évoqués, en tant que tels, qu'une seule fois, à savoir dans cette même légende.

Or leur importance pour nous tient à leurs températures de changement d'état. Alors que la température de fusion des aluminosilicates est un peu inférieure à celle du fer (1440 °C contre 1535 °C), la température de vaporisation des aluminosilicates est légèrement supérieure à celle du fer : 2760 °C contre 2750 °C. (Sur ce point, toutefois, quelques réserves sont formulées par Jones et ses cosignataires dans l'article faisant l'objet d'une traduction en tant que dossier Analyses chimiques des poussières du World Trade Center.)

Hors ligne

 

#7 02-11-2014 19:11:21

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1583

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Trois catégries de poussière sont prises en compte dans l'étude :
•  La poussière de fond (background), trouvée dans des immeubles semblables des environs, ou encore de la poussière de la ville analysée avant l'Événement.
•  La poussière pré-Événement du WTC, celle que l'on trouvait dans les tours avant l'Événement. Elle est connue grâce à une étude réalisée au printemps 2000.
•  La Poussière du WTC, telle qu'elle a résulté de l'Événement.

►  Page 3   (1.3 : Protocole de testage)
Les prélèvements nécessaires à l'étude ont été effectués au printemps 2002 et en 2003.

Donc, les analyses, leurs interprétations et les conclusions valent pour une partie de poussière déposée pendant au moins 6 mois après le 11.9. C'est à dire, que ces éléments de poussière analysés peuvent avoir subi des hautes températures pendant la destruction (du à des mini-nuke) ou même bien après (corium et/ou combustion d'amalgame de matériaux divers) .

Dernière modification par Mariflo (02-11-2014 20:33:15)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

En ligne

 

#8 02-11-2014 20:42:48

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Mariflo a écrit:

Donc, les analyses, leurs interprétations et les conclusions valent pour une partie de poussière déposée pendant au moins 6 mois après le 11.9.

Et même neuf mois, car les prélèvements avaientnt commencé très exactement le 8 juin 2002 (p.3). La poussière était restée relativement à l'abri, mais les conséquences de ce délai méritent effectivement d'être envisagées. Dans les rapports je n'ai rien remarqué sur ce point.

Dernière modification par Noisse (29-01-2016 21:27:26)

Hors ligne

 

#9 03-11-2014 12:36:51

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Il y a également ce passage que, sauf erreur, tu n'as pas repris, Noisse :

“WTC dust markers exhibit characteristics of particles that have undergone high stress and high temperature. Asbestos in the WTC dust was reduced to thin bundles and fibrils as opposed to the complex particles found in a building having asbestos-containing surfacing materials. Gypsum in the WTC dust is finely pulverized to a degree not seen in other building debris. Mineral wool fibers have a short and fractured nature that can be attributed to the catastrophic collapse. Lead was present as ultra fine spherical particles. Some particles show evidence of being exposed to a conflagration such as spherical metals and silicates, and vesicular particles (round open porous structure having a Swiss cheese appearance as a result of boiling and evaporation).” [RJ LEEGROUP, INC., 5/2004, PP. 17-18 ]

Il est important car il fait référence à ce fameux morceau de structure devenu poreux et ayant une apparence de fromage suisse suite à un phénomène d'évaporation ou de vaporisation. Or, la vaporisation de l'acier suppose des températures affolement hautes etla théorie officielle - les ingénieurs du Nist - n'a jamais réussi à donner d'explication concluante pour l'apparition de ce type de phénomènes, l'hypothèse prise par les scientifiques n'ayant jamais été étayée par des expériences concluantes, ainsi que les scientifiques du Nist l'ont eux-mêmes admis.

Dernière modification par charmord (03-11-2014 12:55:42)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#10 03-11-2014 19:16:04

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Ce passage de Lee4 est la suite immédiate de la phrase qui évoque les « contraintes » (stress), à la page 17 (point 4 de 7.0) Je n'avais pas jugé bon de le donner parce qu'en apparence il ne fait qu'énumérer divers acquis. Mais il est vrai que la dernière phrase mérite de prendre sa place dans #5, parce qu'elle comporte un aspect notable. Tu as bien fait, charmord, d'attirer notre attention dessus.

Texte rajouté en #5 :

•  4.  Évocation d'une conflagration :
« Certaines particules montrent de façon probante qu'elles ont été exposées à une conflagration telles que  des métaux et des silicates sphériques, et des particules vésiculaires (des structures poreuses à trous ronds ayant l'apparence d'un fromage suisse comme par effet d'ébullition et d'évaporation). »
Some particles show evidence of being exposed to a conflagration such as spherical metals and silicates, and vesicular particles (round open porous structure having a Swiss cheese appearance as a result of boiling and evaporation). (p. 18)

Commentaire dans le fil des attaques nucléaires.

Dernière modification par Noisse (29-01-2016 21:28:17)

Hors ligne

 

#11 03-11-2014 19:45:46

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Récréation helvético-fromagère
Nos amis américains donnent l'impression de croire que tout fromage suisse a des trous. Les connaissent-ils bien ? Même avec trous, pensent-ils à l'appenzeller, ou au bagnes ? Plus probablement à l'emmental(er). Attention à ne pas le confondre avec le gruyère : seul le gruyère français a des trous !

Récréation logico-fromagère : le célèbre syllogisme du fromage à trous.
     Plus il y a de fromage plus il y a de trous.
     Or plus il y a de trous moins il y a de fromage.
     Donc plus il y a de fromage moins il y a de fromage.
Ce n'est peut être pas sans rapport avec le mot d'ordre NVNC ITE* qui inspire certains d'en-face.

*  Ni vu ni connu je t'embrouille.

Hors ligne

 

#12 04-11-2014 09:00:39

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Sur le sens et la traduction de conflagration

Sans être un véritable faux-ami, le mot conflagration ne s'emploie pas tout à fait de la même manière en anglais qu'en français. En anglais, une conflagration n'est ni plus ni moins, usuellement, qu'un incendie important et destructeur, sans qu'il y ait à y mettre la moindre nuance explosive. Sa traduction par le mot français ''conflagration'' peut être maintenue, à condition de prendre ce dernier dans le même sens, ce qui est légitime.

La consultation de quelques sources permet de comprendre les choses comme suit.

La proximité des mots ''conflagration'' et ''déflagration'' jouant un rôle dans l'affaire, commençons par une mise au point relative à ce dernier.

Techniquement parlant, une explosion est classée détonation ou déflagration selon que le souffle soit supersonique ou subsonique. Les équivalents anglais (explosion, detonation, deflagration) s'emploient de la même façon.

En latin flagrare signifie brûler, être en feu, au sens propre mais aussi bien au sens figuré. Ainsi se comprend que :
–  deflagrare signifie brûler complètement, se consummer, voire s'éteindre (le préfixe de marque l'éloignement) ; une deflagratio est une consummation. (Et Ivpiter tonans assure à lui seul l'essentiel des détonations.)
–  conflagare signifie aussi brûler, mais avec une nuance d'événement de quelque importance ; une conflagratio est un embrasement ; c'est l'incendie qui ravage un immeuble, une ville ou une flotte par exemple (le préfixe con évoque une pluralité d'objets affectés ensemble).

En français, dans le prolongement du latin, ''conflagration'' a d'abord désigné un incendie (sens A dans la fiche du CNRTL) ; puis la nuance d'embrasement général et même de cataclysme s'est imposée. Le mot s'emploie surtout en histoire et en politique : la conflagration européenne de 1914, etc.
Par ailleurs qu'y a-t-il de plus cataclysmique qu'une explosion ? Et de fait, à côté du sens de catastrophe, ''conflagration'' est souvent employé avec une idée d'explosion, sans doute sous l'influence de ''déflagration'', lui-même utilisé désormais avec son sens explosif. Le bruit d'une conflagration est évoqué dans divers exemples littéraires.
En résumé, dans notre langue l'idée d'explosion a tout attiré à elle, peu (conflagration) ou prou (déflagration).

L'anglais n'a pas connu cette dérive pour conflagration, qui y a conservé le sens latin d'incendie important et destructeur. Dans l'article que Wikipedia lui consacre, la liste des exemples historiques comporte, par exemple, les incendies ravageurs de Dresde et de Tokyo causés par les bombardements de 1945, mais également les incendies d'Hiroshima et de Nagasaki consécutifs aux explosions atomiques ; ce ne sont pas elles qui sont désignées par le mot conflagration. Et pour le WTC, il y est bien écrit que le mot désigne les incendies (fires).

En conclusion, le mot anglais conflagration doit être compris comme désignant un incendie ravageur. Il pourrait se traduire en français par ''grand incendie''. La traduction par ''conflagration'' est cependant légitime, pourvu qu'elle n'induise aucune idée d'explosion, conformément à l'étymologie et à l'usage ancien du mot.

En illustre renfort : « Les géans, voyant que tout leur camp estoit noyé, emportèrent leur Roy Anarche a leur col, le mieulx qu'ilz peurent, hors du fort, comme fist Æneas son père Anchises, de la conflagration de Troye. » (Pantagruel, xxiiij : Comment Pantagruel deffit les troys cens Géans armez de pierre de taille. Et Loupgarou leur capitaine.)

Dernière modification par Noisse (05-11-2014 23:58:39)

Hors ligne

 

#13 05-11-2014 23:59:46

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 701

Re: Les rapports de RJ Lee Group

Comment tirer des conclusions de ces rapports pour ce qui est des températures atteintes lors de l'Événement ?
Une piste envisageable est la dimension de certains types de particules. Des données sont disponibles dans Lee4 pour l'amiante (7.5, pp.18-21) ainsi que pour le plomb (7.6 p.21 et 7.8 p.24).
L'autre piste, sûrement plus aisée, est celle des changements d'état. En la suivant plus méthodiquement qu'auparavant, même sans déboucher sur des conclusions véritablement nouvelles, on maîtrisera mieux cette source précieuse que sont les rapports Lee.
Dans ce qui vient, une notation telle que 3-5 est l'abréviation de ''Lee3, p.5''.

1)  Recension exhaustive (ou espérée telle) des propos touchant à la fusion ou à la vaporisation, tant des métaux que des silicates. Ces extraits ne sont pas des morceaux de texte traduits, seule l'idée étant épinglée.
Deux propos ici distincts peuvent avoir été extraits d'un même passage, voire d'une même phrase (3-3-a et 3-3-b en offrent un premier exemple).
  •  3-3-a : présence de particules sphériques de métaux : fer, zinc, plomb.
  •  3-3-b : présence de particules sphériques d'aluminosilicates.
  •  3-3-c : présence de particules vésiculaires d'aluminosilicates.
  •  3-3-d : des métaux furent vaporisés.
  •  3-3-e : il y eut fusion de métaux.
  •  3-3-f : il y eut vaporisation de métaux.
  •  3-5-a : présence de particules sphériques de fer.
  •  3-5-b : présence de particules sphériques de silicates.
  •  3-16 : présence de sphères riches en fer provenant des composants de support en fer des immeubles et des contenus (évoque donc l'acier de la structure).
  •  3-17 : fusion de divers métaux, notamment fer (ou acier) et plomb, produisant des particules sphériques.
  •  3-18-a : fusion de silicates, produisant des particules sphériques.
  •  3-18-b : fusion de silicates, produisant des particules vésiculaires.
  •  3-19 : particules de métaux lourds, dont plomb, cadmium, vanadium, yttrium, arsenic, bismuth, baryum produites par pulvérisation, fusion et/ou combustion de matériel durant l'Événement.
  •  3-21-a : vaporisation de plomb, de cadmium, de mercure
  •  3-21-b : vaporisation, oxydation et condensation d'oxyde de plomb.
  •  4-11-a : présence de particules sphériques de fer.
  •  4-11-b : présence de particules sphériques de silicates.
  •  4-11-c : présence de particules vésiculaires de silicates.
  •  4-18-a : exposition à la conflagration pour des métaux décelable par la forme sphérique des particules.
  •  4-18-b : exposition à la conflagration pour des silicates décelable par la forme sphérique des particules.
  •  4-18-c : exposition à la conflagration pour des silicates décelable par la forme vésiculaires des particules « comme par effet [ou sous l'effet] d'ébullition et d'évaporation », lesquelles sont deux modalités de la vaporisation).

2)  Classement de ces relevés par sujet (les aluminosilicates et les silicates ne sont plus distingués)
► 9 observations sur les formes sans attribution de cause :
  •  présence de particules sphériques de métaux : 3-3-a, 3-5-a, 3-16, 4-11-a
  •  présence de particules sphériques de silicates : 3-3-b, 3-5-b, 4-11-b
  •  présence de particules vésiculaires de silicates : 3-3-c, 4-11-c
► 2 expositions à la conflagration causes de forme sphérique : 4-18-a, 4-18-b
► 1 exposition à la conflagration, (comme) avec ébullition et évaporation, cause de forme vésiculaire : 4-18-c.
► 9 changements d'état, dont 3 sont donnés comme causes de forme sphérique ou vésiculaire :
  •  fusion de métaux sans précision de forme : 3-3-e, 3-19
  •  fusion de métaux produisant des sphérules : 3-17
  •  fusion de silicates produisant des sphérules : 3-18-a
  •  fusion de silicates produisant des vésicules : 3-18-b
  •  vaporisation de métaux : 3-3-d, 3-3-f, 3-21-a, 3-21-b

3)  Observations sur les changements d'états évoqués
  •  fusion de fer et de plomb productrice de sphérules (3-17)
  •  fusion de silicates productrice de sphérules et de vésicules (3-18-a, 3-18-b)
  •  vaporisation de métaux dont plomb, oxyde de plomb, cadmium, sans évocation du fer (3-21-a, 3-21-b)
  •  vaporisation des silicates, formulée de façon ambigüe (4-18-c)

4)  Données : les températures de changement d'état à la pression atmosphériques.
Sources principales :
  •  Wikipédia, articles Point de fusion et Point d'ébullition.
  •  FHC = Frédéric Henry-Couannier, diaporama Métal fondu, p.51
►  Fusion
  •  Cadmium : 321 °C
  •  Plomb : 327 °C
  •  Acier : 1515 °C  (FHC)
  •  Fer : 1538 °C
  •  Oxyde de fer : 1565  (FHC)
  •  Aluminosilicates : 1540 (FHC)
►  Vaporisation (par ébullition)
  •  Cadmium : 767 °C
  •  Oxyde de plomb : 1470 °C  (fiche de sécurité)
  •  Plomb : 1749 °C
  •  Aluminosilicates : 2760 (FHC)

5)  Conclusion : sur ces bases on devrait conclure que des températures d'au moins 1750 °C  (vaporisation de plomb) ont été atteintes lors de l'Événement du WTC ; l'affirmation qu'il y a eu des températures de plus de 2760 °C (vaporisation d'aluminosilicates) est laissée pour une part à l'appréciation du lecteur.

6)  Réserves : l'application brute de ces données de températures de changement d'état pourrait n'être pas légitime. Outre qu'elles ne sont valables qu'à la pression atmosphérique, elles peuvent être affectées par certaines conditions (mélanges eutectiques, etc.).

Dernière modification par Noisse (06-11-2014 07:15:41)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr