ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 08-05-2012 04:13:56

Supedro
Invité

Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Bonjour,

je cree ce fil pour essayer d'y regrouper les attentats bancals, les made by FBI reguliers et autres attentats au slip ou à la basket piégées

Pour commencer le dernier en date (attribué à al-asiri le génie créateur du slip piégé d'abdulmuttalab

Ouuuuh j'ai peur

Publié le 07 mai 2012 à 18h00

La CIA a déjoué un complot d'Al-Qaïda contre un avion de ligne

La CIA a déjoué un projet d'attentat de la branche yéménite d'Al-Qaïda, qui consistait à détruire un avion de ligne américain en utilisant une nouvelle bombe sophistiquée autour du premier anniversaire de la mort d'Oussama ben Laden.

Le complot impliquait une version améliorée des «sous-vêtements explosifs» utilisés sans succès dans un avion qui s'apprêtait à atterrir à Detroit le 25 décembre 2009. La nouvelle bombe devait aussi être placée dans les sous-vêtements d'un kamikaze, mais cette fois-ci, Al-Qaïda a conçu un système de détonation plus raffiné, selon des responsables.


.../...

Une porte-parole de la Maison-Blanche, Caitlin Hayden, a précisé lundi que le président Barack Obama avait été mis au courant du complot en avril et qu'il s'était assuré que l'engin explosif ne pose aucun danger pour le public.

«Le président remercie tous les professionnels du renseignement et du contre-terrorisme pour leur travail remarquable», a dit Mme Hayden.

 

#2 08-05-2012 04:47:17

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Ah ben tiens je trouve que cette news du meme jour fait déjà bien écho

Un responsable de l’attentat contre l’USS Cole tué par un drone au Yémen
7 mai 2012 – 16:42
Un haut responsable d’al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA), Fahd al-Quso, a trouvé la mort lors d’une frappe aérienne réalisée le 6 mai par un drone probablement américain, dans la province de Shabwa, au sud du Yémen.

Âgé de 37 ans, Fahd al-Quso était notamment recherché par le FBI pour son implication dans l’attentat commis en octobre 2000 contre le destroyer américain USS Cole, alors que ce dernier était au mouillage dans le port d’Aden. Cette attaque avait fait 17 tués et 39 blessés. Les Etats-Unis avaient promis une récompense de 5 millions de dollars pour toute information pouvant conduire à sa capture.

Pourtant, al-Quso avait été condamné, en 2004, à une peine de 5 ans de prison pour son rôle dans l’attentat contre le navire de l’US Navy. Il avait été libéré en 2007. Depuis, son nom avait été de nouveau cité dans l’affaire de l’attentat manqué de Noël 2009 contre un avion américain devant assurer la liaison Amsterdam-Detroit. Il aurait en effet rencontré le Nigérian Umar Farouk Abdulmutallab, le kamikaze chargé de cette opération.


(Celui au slip piégé justement)

Suivi de près par les services américains, ces derniers ont constaté qu’il prenait du grade au sein d’AQAP. Selon un responsable, à Washington, il « planifiait des opérations terroristes contre les intérêts yéménites et américains » au moment de sa mort.

http://www.opex360.com/2012/05/07/un-re … -au-yemen/

Dernière modification par Supedro (08-05-2012 04:49:28)

 

#3 19-05-2012 22:07:34

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Sommet de l'Otan: projet d'attentat contre le QG de campagne d'Obama

CHICAGO - Trois militants arrêtés pour terrorisme projetaient un attentat contre le quartier général de campagne du président américain Barack Obama à Chicago, lors des manifestations organisées en marge du sommet de l'Otan de dimanche et lundi, a-t-on appris de source judiciaire.

Les individus que nous avons inculpés ne sont pas des manifestants pacifiques. Ce sont des terroristes de l'intérieur des Etats-Unis venus à Chicago avec un objectif anarchiste: blesser nos agents de police, intimider nos citoyens et attaquer leurs cibles pour des motifs politiques, a souligné samedi la procureur Anita Alvarez devant des journalistes.

Elle a ajouté que parmi les cibles qu'ils visaient figuraient le siège de campagne du président Barack Obama ou la maison du maire (de Chicago) Rahm Emanuel.

Les avocats de ces trois personnes, arrêtées mercredi lors d'une descente de police, ont affirmé que leurs clients étaient innocents et leurs interpellations un coup monté des forces de l'ordre pour discréditer le mouvement de contestation.

Selon un des avocats, Michael Deutsche, les trois accusés ont été initialement approchés par des informateurs de la police, ou des agents infiltrés, qui les ont finalement piégés.

Ce sont eux qui ont acheté le matériel et essayé d'entraîner nos clients dans des activités illégales, a-t-il affirmé.


La procureur et la police ont indiqué de leur côté détenir de nombreuses preuves que ces anarchistes autoproclamés fabriquaient des cocktails Molotov et envisageaient de semer le trouble en marge du sommet de l'Otan.

Ils ont également évoqué des projets d'attentats contre quatre postes de police, et l'une des personnes interpellées aurait même dit: Avez-vous déjà vu un flic en feu ?, selon Mme Alvarez.

Pour accueillir le sommet de l'Otan, Chicago a placé son centre-ville sous haute sécurité, dans l'attente notamment d'une manifestation d'opposants prévue dimanche midi.

Un responsable policier, Garry McCarthy, a insisté sur le fait qu'il n'y avait pas de menaces imminentes mais n'a pas voulu préciser si d'autres arrestations avaient été effectuées concernant ce projet d'attentat.


http://www.romandie.com/news/n/_Sommet_ … 122159.asp

et hop +1 au compteur

 

#4 06-06-2012 23:26:13

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Purée qu'est ce qu'il ne faut pas lire sur Intel center News

Al-Qaida recrute des kamikazes sur Internet   Le Monde.fr | 06.06.2012

Cherche porteurs de bombe pour opérations kamikazes. La campagne de recrutement a été lancée via des annonces diffusées sur des forums djihadistes par Al-Qaida dans la péninsule arabique (AQPA), qui souhaite développer ses actions, notamment contre les Etats-Unis, la France et Israël. Les annonces, qui invitent les candidats à entrer en contact par e-mail avec l'organisation et à détailler leurs expériences roll , sont parues sur plusieurs sites de ce type dont Honein et Al-Fidaa, a constaté l'AFP.

"Le but de l'entraînement est de travailler avec ceux de nos frères qui souhaitent mener des opérations conduisant à tuer et massacrer beaucoup d'ennemis de l'islam" tongue , peut-on lire sur l'une des annonces, attribuée à AQPA, une organisation basée au Yémen. "Il apparaît clairement que le djihad de l'individu, celui qu'on appelle le loup solitaire, s'est répandu (...), il s'agit d'une opération djihadiste complète qui doit être menée par un seul porteur de bombe", poursuit le texte.

Les cibles doivent être "ceux qui combattent les musulmans et l'islam", notamment "les intérêts économiques, militaires et médiatiques de l'ennemi", souligne-t-il. "Leur identité doit être, selon la priorité, américaine, israélienne, française et britannique", précise l'annonce. Al-Qaida et ses groupes affiliés utilisent souvent les sites djihadistes pour publier des communiqués à l'intention de leurs partisans ou des revendications d'attentat


http://www.lemonde.fr/international/art … L-32280515

 

#5 10-07-2012 21:19:18

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Publié le 10 juillet 2012

Un Américain plaide coupable d'un projet d'attentat avec avions téléguidés

Agence France-Presse Boston

Un Américain qui voulait attaquer le Pentagone et le Congrès à Washington avec des modèles réduits d'avions téléguidés bourrés d'explosifs a plaidé coupable mardi à Boston, a annoncé le procureur fédéral sur place.

Rezwan Ferdaus, 26 ans, arrêté en septembre 2011, « a accepté de plaider coupable de tentative de destruction d'un bâtiment fédéral à l'aide d'explosifs et tentative de soutien à des terroristes », a précisé dans un communiqué la procureure du Massachusetts, Carmen Ortiz.

« Il a également accepté la recommandation commune (avec l'accusation) d'une peine de 17 ans d'emprisonnement suivis de dix ans de liberté surveillée », ajoute le communiqué.

Sa peine sera prononcée le 20 juillet, a-t-on appris de même source.

En échange, le gouvernement a accepté d'abandonner les quatre autres chefs d'accusation pour lesquels il était poursuivi.

Ferdaus avait été arrêté le 28 septembre dernier. Diplômé en physique de la Northeastern University, il préparait ses attentats depuis janvier 2010, selon l'accusation.

Dans des conversations enregistrées par le FBI, il avait expliqué vouloir « attaquer les armées d'infidèles et tuer un maximum de personnes ».

Il avait expliqué à un agent du FBI se faisant passer pour un membre d'Al-Qaïda qu'il voulait attaquer le Pentagone avec des petits avions téléguidés, « semblables à un petit drone », bourrés d'explosifs.

Il avait sélectionné deux modèles, le F-4 Phantom et le F-86 Sabre, qui font entre 1,5 m et 2 m de long, et 1,2 à 1,6 m de large, selon l'acte d'accusation.

En avril 2011, il avait élargi son projet au Congrès, précisant qu'il voulait faire s'écraser un avion télécommandé contre le dôme du Capitole pour « décapiter l'empire tout entier ».

En avril et mai 2011, il avait livré à un agent du FBI se faisant passer pour un agent d'Al-Qaïda deux clés USB détaillant son projet.

Il était allé repérer les lieux et photographier ses cibles en mai, pour ce projet qui prévoyait d'utiliser trois avions en modèle réduit et six personnes armées d'armes automatiques, dont lui, selon l'acte d'accusation.

Et il avait commencé à acquérir son matériel, dont un avion téléguidé F-86 Sabre, 11 kilos d'explosif C4, six fusils d'assaut AK 47 et plusieurs grenades, toutes fournies par les agents infiltrés du FBI travaillant sur le dossier.

En juin 2011, il avait également loué un espace pour stocker son matériel, sous une fausse identité.

Il avait également modifié des téléphones portables pour en faire des détonateurs destinés à être utilisés par Al-Qaïda contre des soldats américains à l'étranger, toujours selon l'acte d'accusation.


http://www.lapresse.ca/international/et … cueil_POS1

 

#6 15-07-2012 19:53:31

Roma
Membre de Soutien
Date d'inscription: 24-11-2007
Messages: 94

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Cette info m'avait échappé.
Quel Kamikaze et quel slip ?
Apparemment une tentative récente (pas celle de 2009 dans laquelle était impliqué un jeune Nigérian)
ça confirme bien le lien entre ce "fake" et l'exécution du Yéménite Fahd al-Quso comme le précisait Supedro.


http://www.lorientlejour.com/category/D … ip+pi.html

Etats-Unis : le kamikaze au "slip piégé" était en fait un agent infiltré

OLJ/Agences | 09/05/2012 | 02h06

Terrorisme   

Le kamikaze qui devait faire exploser une bombe à bord d'un avion à destination des Etats-Unis était en fait un agent infiltré au sein de la branche yéménite d'el-Qaëda par les services secrets américains ou saoudiens, affirme mardi le New York Times.

Interrogées par l'AFP, la CIA et la Maison Blanche n'ont pas fait de commentaire.

L'agent double, dont la nationalité n'a pas été précisée, s'était portée volontaire pour ce projet de mission suicide sur le modèle de l'attentat au slip piégé de Noël 2009, affirme le quotidien.

Il s'est enfui, via les Emirats arabes unis, avec l'engin explosif, désormais entre les mains des techniciens du FBI américain, ainsi que des renseignements "cruciaux".

Ce sont ces renseignements qui ont permis aux services américains d'éliminer dimanche dans un raid aérien au Yémen l'un des principaux dirigeants d'el-Qaëda dans la péninsule arabique (Aqpa), le Yéménite Fahd al-Quso, poursuit le New York Times.

Al-Quso était recherché pour l'attentat contre un navire américain, l'USS Cole, au large du Yémen en 2000.

Le président de la commission de la Sécurité intérieure à la Chambre de représentants, Peter King, a confié mardi matin que le raid aérien et le projet d'attentat étaient liés. "La Maison Blanche m'a dit qu'ils font partie de la même opération, a-t-il déclaré sur CNN.

L'agent double a également fourni à la CIA, aux services saoudiens et à ceux d'autres pays non précisés des renseignements sur d'autres responsables de la branche yéménite d'el-Qaëda, croit savoir le quotidien.

Dernière modification par Roma (15-07-2012 19:58:45)

Hors ligne

 

#7 15-07-2012 20:56:00

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Salut Roma,
sans trop faire la pub, j'avais écrit sur le terroriste au slip piégé de 2009 et celui à la chaussure piégée de 2001, 2 articles sur agoravox qui si tu t'intéresses aux false flags 'les plus célèbres' sont assez exhaustifs (enfin de mon point de vue)

Et qui d'ailleurs ont tout à faire dans ce fil dédié en fait.

Une panique mondiale vite oubliée : l’attentat de Noël au "slip piégé" en 2 parties

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/ar … liee-98996

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/ar … liee-98999

Retour sur l’attentat à la chaussure piégée de décembre 2001

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/ar … -la-106450

qui fait aussi le lien entre les 2 avec un tableau comparatif des modus operandis que je trouve hurlant de coincidences.

Il y a aussi des fils sur le forum Reopen qui regroupe des infos sur ces 2 histoires si similaires à 8 ans de distance

Celui de cette année a été moins médiatisé et a plus servi à des manips inter-services et un forcing 'légal' (autorisation de tir de drone octroyé par le Pentagone apres forcage de main du législatif) qu'à une médiatisation du style 'Bouh t'as peur' destiné aux lobotomisés du 20h

 

#8 16-07-2012 19:57:30

Roma
Membre de Soutien
Date d'inscription: 24-11-2007
Messages: 94

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Merci pour toute cette doc.
Ce qui me désespère, c'est de savoir à l'avance, qu'au prochain pétard mouillé retrouvé au fond d'une dent creuse d'un passager, nos chers médias relaieront sans questionnement la V.O. Al Quaidatesque malgré les précédents plus que douteux.
Leur complicité est-elle active ou passive ?

Hors ligne

 

#9 22-08-2012 00:07:38

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Terrorisme: l'espionnage des musulmans à New York n'a rien donné

NEW YORK (Sipa) — En six plus de six ans de surveillance des quartiers musulmans de New York, d'écoutes et de fichage des mosquées, l'Unité secrète de démographie de la Police de New York (NYPD) n'a obtenu aucune piste ni de quoi déclencher une enquête terroriste.

L'Unité démographique se trouvait au coeur d'un programme d'espionnage policier mis en place avec l'aide de la CIA à la suite des attentats du 11 septembre 2001 pour collecter des données sur les musulmans: domicile, lieu de travail, magasins et mosquée fréquentés. La police a ainsi infiltré des groupes étudiants musulmans, placé des informateurs dans des mosquées, surveillé les prêches et fiché tous les musulmans de New York qui adoptaient des noms américanisés.

La "Demographics Unit" était censée faire office de système d'alerte précoce anti-terrorisme: si par exemple la police avait vent de la présence d'un terroriste afghan dans la ville, elle saurait où il aurait le plus de chances de louer une chambre, de faire ses courses ou de suivre un match. Mais une déposition déclassifiée lundi soir révèle que cela n'a servi à rien.

Le 28 juin, entendu dans le cadre d'une enquête fédérale de très longue haleine sur des allégations de violations des droits civiques, le chef-adjoint Thomas Galati, qui dirige la Division du renseignement du NYPD, a reconnu qu'"à (sa) connaissance" aucune des conversations écoutées par les policiers n'avait servi de "point de départ à une enquête", même s'il continue de considérer que le dispositif est important.

Le NYPD est le plus grand département de police des Etats-Unis et le maire de la ville, Michael Bloomberg, présente ses stratégies antiterrorisme comme un modèle pour le reste du pays. Après la publication d'articles de l'agence Associated Press sur cette stratégie d'espionnage et de fichage en fonction de l'ethnie, de la religion ou de la langue l'an dernier, le NYPD a d'abord nié l'existence de l'Unité démographique, puis ses partisans ont défendu ce dispositif comme crucial pour la sécurité de New York.

Thomas Galati témoignait dans le cadre de l'affaire Handschu, une plainte déposée en 1971 contre le NYPD, accusé d'espionnage d'étudiants, d'organisations de défense des droits civiques et de sympathisants communistes présumés dans les années 1950 et 1960.

A la suite de cela, le NYPD s'est vu interdire de collecter des informations sur les discours politiques à moins d'un risque terroriste. Les avocats des droits civiques estiment que l'Unité de démographie a violé ces règles fédérales. Les documents obtenus par l'AP montrent qu'elle a mené des opérations hors de sa juridiction, notamment dans le New Jersey. Le FBI a déclaré que cela avait nui à ses partenariats avec des musulmans et mis en danger la sécurité nationale des Etats-Unis.

Me Jethro Eisenstein, à l'origine de l'affaire Handschu il y a plus de 40 ans et qui a interrogé M. Galati pendant sa déposition, a déclaré qu'il demanderait bientôt la fermeture de l'Unité démographique. Cette dernière opère désormais sous le nom d'Unité d'évaluation par zone (Zone Assessment Unit) mais a récemment cessé ses activités hors de l'Etat, selon M. Galati.

Des dizaines de membres du Parlement ont demandé au ministère de la Justice d'enquêter sur les pratiques du NYPD mais le principal conseiller du président Barack Obama pour le contre-terrorisme, John Brennan, a déclaré qu'il croyait en la légalité des activités du NYPD et que celles-ci avaient protégé New York.

st/AP-v278

(Sipa / 21.08.2012 16h27)


http://www.romandie.com/news/n/Terroris … 121627.asp

 

#10 28-09-2012 20:59:03

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Je mets ici cet extrait d'une conference par  Patrick Clawson du "think tank" The Washington Institute for near east policy " ( http://en.wikipedia.org/wiki/Washington … ast_Policy '  qui parle. C’est un extrait de cette conférence http://www.washingtoninstitute.org/poli … uclear-bre ( à 1h15 environ )
La conference s'intitule "How to Build U.S.-Israeli Coordination on Preventing an Iranian Nuclear Breakout"

D'apres des commentateurs ayant fouillé, le gars, Patrick Clawson ecrit dans le New York Times, au Wall Street Journal, et au Washington Post ...

j'ai trouvé cà sur agoravox : (Qui sont les conspirationnistes ?)



http://www.agoravox.tv/actualites/inter … stes-36452

Comme évoqué dans les commentaires le 11/9 n'est pas cité roll
En gros (je n'ai pas ecouté la conference) çà demande à quelqu'un de faire le necessaire pour que les US interviennent cool

Il y a un commentaire qui évoque les Yes Men, et je dois dire que çà pourrait le faire, tellement c'est franc et direct hmm

Dernière modification par Supedro (28-09-2012 21:22:41)

 

#11 18-10-2012 02:15:46

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Dans la série attentats volontairement manqués du FBI, voici celui d'octobre 2012 :


New York : un homme qui voulait faire exploser une bombe arrêté

Créé le 17-10-2012 à 22h07 - Par Le Nouvel Observateur avec AFP

Le suspect, qui visait un bâtiment de la réserve fédérale à proximité du site du World Trade Center, se prétend lié à Al-Qaïda.

Un homme se disant lié à Al-Qaïda, qui voulait faire exploser une bombe de 450 kilos devant un bâtiment de la réserve fédérale à New York, a été arrêté mercredi 17 octobre à New York, ont annoncé les autorités judiciaires.

L'homme de 21 ans, originaire du Bangladesh, a été arrêté après avoir tenté en vain de faire exploser sa bombe, rendue inopérante par le FBI qui le surveillait depuis plusieurs mois.

Le bâtiment que visait Quazi Mohammad Rezwanul Ahsan Nafis se trouve à proximité du site du World Trade Center, dans le sud de Manhattan.

Le procureur fédéral de Brooklyn a précisé dans un communiqué que le jeune homme était arrivé aux Etats-Unis en janvier 2012, dans le but de commettre un attentat. Evoquant des liens à l'étranger avec Al-Qaïda, il avait alors cherché à créer une cellule terroriste aux Etats-Unis.

L'une de ses "recrues" était un agent du FBI  roll , qui l'a assisté dans ses préparatifs, lui procurant notamment de prétendus explosifs tout en s'assurant qu'il ne mettait pas en danger ses concitoyens.

Mercredi matin, Nafis, qui avait pour objectif de "détruire l'Amérique" selon le communiqué du procureur, a été arrêté par la police après avoir en vain tenter de faire détonner sa bombe.


http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20 … tor=RSS-19

 

#12 18-01-2013 04:42:06

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

La torture comme source de renseignement
Abou Zoubeida, la « balance d’Al-Qaida »

par Kevin Ryan

Toujours emprisonné à Guantánamo Bay, Abou Zoubeida est la principale source de renseignement occidental sur Al-Qaida. Il a donné sous la torture le nom d’autres responsables de l’organisation terroriste qui ont été arrêtés à leur tour et ont fourni les autres informations dont disposent les autorités états-uniennes.
Bref, ce que les autorités US disent savoir sur Al-Qaida, elles le doivent d’abord à cette source.
Problème : il est aujourd’hui admis qu’Abou Zoubeida n’a jamais été membre d’Al-Qaida et que ses aveux obtenus sous la torture n’étaient qu’un moyen pour lui d’abréger ses souffrances. L’essentiel de ce que le contre-espionnage US déclare savoir d’Al-Qaida est sorti de son imagination fertile. Et tout est faux.

l'article

http://www.voltairenet.org/article177168.html

 

#13 18-01-2013 16:37:04

Redford
Membre du forum
Date d'inscription: 11-09-2007
Messages: 5701

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Cet article est absolument énorme. C'est un évènement aussi gros que le papier sur les nanothermites, je pense.


"Croire l’histoire officielle consiste à croire des meurtriers sur parole"  Simone Weil

Hors ligne

 

#14 18-01-2013 17:38:56

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

La Main rouge (groupe armé)


La Main rouge est le nom d'une organisation armée française obscure opérant dans les années 1950, d'abord en Afrique française du Nord (AFN), puis en Europe.

Sans doute liée aux services secrets français, le Service de documentation extérieure et de contre-espionnage (SDECE), la Main rouge aurait été le nom d'une organisation ayant commis des meurtres et des attentats, aussi bien en Europe qu'en AFN, contre des militants de l'indépendance du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie. Il est toutefois possible qu'il y ait eu en réalité deux organisations : la première créée par des colons radicaux, la seconde constituant une récupération par le SDECE de cette « couverture » pour mener des homicides.


Origine et création

La France n'ayant pas ouvert ses archives secrètes relatives à cette période, on en est réduit à des recoupements de sources diverses.

La Main rouge a été soupçonnée d'être une organisation fictive créée par certains agents des services secrets français, le SDECE, pour attribuer à une fausse officine des activités de sabotages et d'assassinats qu'effectuaient depuis quelques années des colons radicaux anti-indépendantistes. Selon Constantin Melnik, l'inventeur de cette deuxième Main rouge serait le général Paul Grossin, chef du SDECE de 1957 à 1962.

Dans leur ouvrage intitulé Histoire secrète de la Ve République, Roger Faligot et Jean Guisnel désignent la Main rouge comme « la machine à tuer des services secrets français », c'est-à-dire du SDECE. Selon ces auteurs, le feu vert de cette entreprise aurait été donné par le gouvernement socialiste de Guy Mollet.

Premières actions en AFN


En Tunisie, on attribue notamment à la Main rouge l'assassinat du militant et syndicaliste tunisien Farhat Hached, le 5 décembre 1952, ainsi que ceux d'autres figures du mouvement national tunisien : Hédi Chaker le 13 septembre 1953, Abderrahmen Mami, nationaliste et médecin particulier du bey de Tunis, le 13 juillet 1954, puis les frères Taher et Ali Haffouz à Kairouan1. D'après Antoine Méléro, ancien membre de la Main rouge, l'organisation aurait commis une quarantaine d'attentats en Tunisie.

Les milieux nationalistes tunisiens voient une paternité entre l'organisation de la Main rouge et le parti qui représente les colons, le Rassemblement français de Tunisie. Antoine Colonna, le leader de ce parti, est ainsi considéré comme le fondateur de la Main rouge2. Le Néo-Destour organise par le biais de ses partisans armés une campagne d'assassinats ciblés contre les colons soupçonnés être proches de cette organisation3.

Le 11 juin 1955, l'assassinat à Casablanca de Jacques Lemaigre Dubreuil, militant pour l'autonomie du Maroc, est aussi attribué par certains auteurs[Qui ?] à ce groupe.

Actions en Europe contre l'indépendance algérienne

Le premier attentat a lieu le 28 septembre 1956 à Hambourg (Allemagne), chez Otto Schlütter, un trafiquant d'armes qui approvisionne le Front de libération nationale algérien, tuant son employé ; un autre attentat tue sa mère en juin 1957.

Le 9 septembre 1957 à Genève, Georges Geitser, fabricant de détonateurs est poignardé. Puis, le 19, toujours à Genève, c'est Marcel Leopold, autre trafiquant d'armes, qui est assassiné par une flèche empoisonnée tirée à la sarbacane4.

Le 5 novembre 1958, Améziane Aït Ahcène, délégué du Gouvernement provisoire de la République algérienne, essuie des tirs de pistolet au centre de Bonn, la capitale ouest-allemande5 ; Der Spiegel dénonce alors la main de la France, alors que L'Humanité et L'Express accusent un certain colonel Mercier. Une opération ratée, le 5 juillet 1959 à Rome, qui vise le représentant du FLN Taïeb Mohamed Boulhouf, tue quant à elle un enfant de dix ans nommé Rolando Rovai5.

Les assassinats sont nombreux en Allemagne de l'Ouest, Suisse, Belgique, Italie et Pays-Bas d'après Faligot et Guisnel ; Constantin Melnik évoque 135 personnes tuées pour la seule année 1960.
Action en justice

Le 16 mars 2010, la famille de Farhat Hached, la Ligue des droits de l'homme et la FIDH portent plainte au Tribunal de grande instance de Paris pour apologie de crime de guerre contre Antoine Méléro, un ancien policier français, en raison de ses déclarations que diffuse la chaîne de télévision Al Jazeera le 18 décembre 20096. Dans cette émission, Méléro approuve l'opération en ces termes : « Moi, je la trouve légitime, si c'était à refaire, je referais ».

Méléro, entré dans la police au Maroc, en mars 1952, aurait rejoint la Main rouge en décembre de la même année. Suspecté dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de Lemaigre Dubreuil en 1955, il est arrêté lors de son retour en France, placé en détention provisoire puis relâché ; il bénéficie d'un non-lieu en 1964 puis se voit révoqué de la police en 19656.

Références

    ↑ (ar) « Commémoration du 55e anniversaire du martyre des deux frères Haffouz », Al Horria, 26 mai 2009 [archive]
    ↑ (ar) Abid Mansour Chraïti et Béchir Naceur Zidi, Révolte, révolutionnaires et partisans, éd. Imprimerie Reliure D'Art, Sfax, 2007, p. 137 (ISBN 9789973614841)
    ↑ Noura Boursali, Bourguiba à l'épreuve de la démocratie. 1956-1963, éd. Samed, Sfax, 2008, p. 75 (ISBN 9789973380814).
    ↑ Roger Faligot et Jean Guisnel [sous la dir. de], Histoire secrète de la Ve République, coll. Cahiers libres, éd. La Découverte, Paris, 2006, p. 54
    ↑ a et b (fr) Diverses coupures de presse de l'époque (Terminus Carthage) [archive]
    ↑ a et b (fr) Isabelle Mandraud, « L'assassinat d'un nationaliste tunisien en 1952 revient devant la justice française », Le Monde, 20 mars 2010, p. 7 [archive]

http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Main_ro … m%C3%A9%29


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#15 18-01-2013 18:04:01

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Redford a écrit:

Cet article est absolument énorme. C'est un évènement aussi gros que le papier sur les nanothermites, je pense.

Oui, je pense que çà mérite une news

 

#16 02-07-2013 23:14:31

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

En voilà un beau à premiere vue. C'est tout comme du FBI-inside, mais au Canada.
Avec toutes les formules convenues, on dirait un curé relisant sans cesse son missel :

mais les explosifs «étaient inertes et n'ont représenté à aucun moment de menace pour la sécurité du public»

la GRC a toujours gardé un «contrôle étroit» sur les bombes qui ont été saisies

«il n'y a jamais eu de menace réelle pour le public»

«Nous ne nous laisserons pas mener par la peur»

le terrorisme continue d'être une menace réelle


Il ne manque rien au refrain du mantra, et pas non plus la doublepensée avec "n'ayez pas peur" smile  et 'ayez peur' sad dans le meme paragraphe...

Publié le 02 juillet 2013 à 14h33

Attentat déjoué en Colombie-Britannique: deux arrestations

La Presse Canadienne
VANCOUVER

Un attentat à l'explosif visant le parlement de la province canadienne de Colombie-Britannique a été déjoué lundi, jour de la fête nationale, et deux personnes «inspirées par l'idéologie d'Al-Qaïda» ont été arrêtées, a annoncé mardi la police fédérale.

Deux citoyens canadiens, John Stewart Nuttall, 38 ans, et Amanda Marie Korody, «28 ou 29 ans», ont été arrêtés lundi après-midi à Abbotsford, une banlieue de l'est de Vancouver, a annoncé la Gendarmerie royale du Canada (GRC, police fédérale), lors d'une conférence de presse.

Ils avaient conçu des bombes à partir de cocottes-minute, mais les explosifs «étaient inertes et n'ont représenté à aucun moment de menace pour la sécurité du public», ont souligné les autorités.

Informé en février du projet d'attentat par les services-secrets, la GRC a toujours gardé un «contrôle étroit» sur les bombes qui ont été saisies lundi à l'extérieur du parlement provincial, ont dit les enquêteurs, sans vouloir dire s'ils avaient eu des agents infiltrés, comme ce fut le cas dans d'autres affaires de terrorisme au Canada.

Quelque 40 000 personnes étaient réunies lundi devant le parlement de Victoria pour célébrer le 146e anniversaire de la naissance du Canada, a relevé la Première ministre de Colombie-Britannique, Christy Clark, dans un autre point de presse.

Les deux suspects, nés au Canada, se sont «radicalisés par eux-mêmes» après avoir été «inspirés par l'idéologie d'Al-Qaïda», a noté la police fédérale, tout en excluant une aide extérieure.

«Notre enquête a démontré que cette menace était de nature locale, sans liens internationaux», a souligné la GRC.

Rien n'indique que les deux Canadiens étaient liés aux auteurs de l'attentat de Boston, qui avait fait trois morts en avril, ni aux deux suspects de Toronto, arrêtés en avril par la police et accusés d'avoir voulu faire exploser un train de passagers en concertation avec la nébuleuse islamique, a insisté la GRC.

Interrogés par la presse, les enquêteurs ont reconnu que M. Nuttall avait perdu son frère en Afghanistan, tué en 2009 par l'explosion d'un engin improvisé alors qu'il effectuait une patrouille à pied dans une zone tenue par les talibans.

John Nutall avait même reçu les médailles posthumes revenant à son frère lieutenant des mains de David Johnston, Gouverneur général du Canada (représentant de la reine Elizabeth II, chef d'État en titre) en décembre 2011.

La GRC a toutefois répété que le décès du soldat canadien et l'implication de son frère dans un projet terroriste «ne sont pas liés».

La Première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, a loué le travail d'enquête de la GRC, qui a fait en sorte qu'«il n'y a jamais eu de menace réelle pour le public» lors de la fête nationale.

«Nous ne permettrons jamais qu'un tel événement change qui nous sommes», a-t-elle lancé. L'esplanade devant l'assemblée et le bâtiment du parlement «appartiennent au peuple de la Colombie-Britannique, et nous ne permettrons pas qu'ils leur appartiennent» a-t-elle dit en référence aux suspects.

«Nous ne nous laisserons pas mener par la peur», a-t-elle assuré.

M. Nuttall et Mme Korody devaient comparaître mardi devant un juge qui devrait les maintenir en détention, selon la police.

«Les arrestations d'hier démontrent que le terrorisme continue d'être une menace réelle pour le Canada», a déclaré le ministre fédéral de la sécurité publique, Vic Toews.


http://www.lapresse.ca/actualites/natio … ations.php

 

#17 03-07-2013 22:26:25

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Suite du foutage de gueule tabernacle-fashion

Publié le 03 juillet 2013 à 14h20

Le complot terroriste en C.-B. «ne représentait aucun danger»

La procureure générale de la Colombie-Britannique savait qu'un présumé attentat terroriste était planifié contre l'Assemblée législative lors de la fête du Canada, lundi dernier, mais elle n'a pas annulé les festivités, car la Gendarmerie royale du Canada l'avait rassurée.
tongue
John Stuart Nuttall et Amanda Marie Korody ont comparu mardi matin devant un tribunal de Surrey, en Colombie-Britannique. Ils sont accusés d'avoir facilité sciemment une activité terroriste, de fabrication ou possession d'un engin explosif dans un but criminel, et de complot en vue de poser un engin explosif dans l'intention de provoquer la mort ou des dommages corporels graves.

La GRC prétend que les accusés voulaient placer des explosifs lors d'un événement qui allait rassembler des milliers de personnes, et que ce plan était inspiré de l'idéologie d'Al-Qaïda. cool

L'avocat Tom Morino, qui s'est entretenu avec Nuttal lundi, a toutefois pressé la police et la population de ne pas sauter aux conclusions sur les intentions des accusés.

La procureure générale de la Colombie-Britannique, Suzanne Anton, s'est dite soulagée que le présumé complot ait été déjoué, mais elle s'inquiète des allégations de terrorisme.
roll

http://www.lapresse.ca/actualites/natio … danger.php

 

#18 04-08-2013 22:14:53

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Alors il semble bien que ce soit un (ou + ) attentat 'externe' aux USA, mais je le mets quand meme car cela je pense concerne la politique intérieure US (et européenne secondairement)

çà sent fichtrement le foutage de gueule de premiere bourre, surtout après avoir à se justifier à propos d'écoutes téléphoniques à la mode NSA avec Snowden et le procès Manning, au moment ou le nouveau president Iranien essaie de se faire entendre. Dèjà les journalistes cherchent la moindre bombe qui pete, comme il en pete 20 fois par jour en Af-Pak ou au Yémen depuis des années, pour voir si çà ne le ferait pas. Mais non, rien de notable.

Plus grande menace depuis le 11/9, messages interceptés par la grace de la NSA dès le titre etc etc

Menaces d’attentat: des messages d’Al-Qaïda interceptés
4 août 2013

Par AFP

L’inhabituelle wink décision prise par Washington de fermer une vingtaine de représentations diplomatiques a été motivée par l’interception cool de messages émanant de responsables haut placés d’Al-Qaïda, ont déclaré dimanche des responsables et élus américains.

Les Etats-Unis sont en état d’alerte, a souligné Michael McFaul, président de la Commission de la sécurité intérieure de la Chambre des représentants, évoquant «une des menaces les plus crédibles et les plus précises que j’ai vues depuis le 11-Septembre». cool Un attentat semble «imminent» , a-t-il jugé sur CBS.

«Il y a un flot significatif évoquant des menaces et c’est à cela que nous réagissons», a expliqué sur ABC le général Martin Dempsey, le chef d’état-major américain. Les menaces d’attentats d’Al-Qaïda visent l’ensemble des intérêts occidentaux, a-t-il prévenu, ajoutant qu’elles étaient «plus spécifiques» tongue que ce qu’il avait pu y avoir jusqu’à présent.

La cible exacte n’est pas connue, mais «l’intention est claire wink . L’idée est d’attaquer les intérêts occidentaux, pas seulement américains», a-t-il déclaré dans l’émission «This Week».

Les Etats-Unis ont fermé dimanche au moins au moins 25 ambassades et consulats au Moyen-Orient et en Asie, notamment imités au Yémen par la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni.

Les «éléments d’Al-Qaïda sont en place », a ajouté le représentant Dutch Ruppersberg, membre de la Commission sur le renseignement de la Chambre. Les Etats-Unis le savent wink  «parce que nous avons reçu des informations sur le fait que des membres haut placés d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique évoquent un attentat majeur».

Alerte globale de sécurité

Peter King, lui aussi membre de la Commission du renseignement de la Chambre des représentants, a quant à lui souligné que les renseignements évoquaient «le fait que ça doit être un attentat énorme , et quelques dates étaient citées aussi». «Nous pensons que cela va le plus probablement se passer au Moyen-Orient ou autour d’une ambassade, mais il n’y a aucune garantie big_smile », a-t-il ajouté.

«Ce que nous avons entendu (dans les messages interceptés cool ), ce sont des éléments sur ce qu’ils avaient l’intention de faire ou sur certaines personnes élaborant des plans, comme ce que nous avions vu avant le 11-Septembre» tongue, a ajouté sur NBC Saxby Chambliss, membre de la Commission sénatoriale du renseignement.

«Mais nous ne savons pas s’il s’agit d’attentats-suicides ou de véhicules piégés qu’ils envisagent de déplacer», a-t-il poursuivi.


http://www.liberation.fr/monde/2013/08/ … les_922685

Bon va t y peter ou pas? Gros pipeau ou annonce 'prémonitoire'? Dans les 2 cas nickel pour justifier l'espionnage global

Ce W-E ce semble cuit pour les gros titres. Demain?

 

#19 05-08-2013 20:56:20

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Lundi est passé, ben toujours rien. Pas d'ultra mega attentat encore plus sur que le 11/9 (puisque désormais il semble qu'officiellement le 11/9 etait bien annoncé) repéré grace aux oreilles de la NSA qui doit nous surveiller pour cela justement.

Pourtant meme hollande a bien répété texto ce qu'on dit les amerloques, comme de + en + souvent, mais toujours rien. cool

Sur Le Monde comme au Figaro les commentaires se foutent de la gueule de cette derniere alerte. Les dupes sont vraiment minoritaires
Les derniers défenseurs de l'alerte permanente aaaaal qaaaaaida sont dans le theme, "oui mais si çà arrive hein, alors camembert?" roll

Bien sur tot ou tard ils auront raison, mais en attendant l'histoire de "Pierre et le Loup" ne semble toujours pas bien intégrée

 

#20 09-08-2013 20:30:57

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Bon ben c'était bien du pur nanard de bobard comme on pouvait s'y attendre.
Sont vraiment sans aucune crainte les mecs roll

 

#21 09-08-2013 21:54:18

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Bon on reprend les classiques

Trente ans de prison pour le projet d'attaquer la Fed

9 août 2013 à 20:52

Par AFP

Un Bangladais soupçonné d’être lié à Al-Qaeda a été condamné à 30 ans de prison vendredi pour avoir voulu faire exploser une bombe devant la Réserve fédérale à New York en 2012, a indiqué la procureure de Brooklyn.

Quazi Mohammad Rezwanul Ahsan Nafis, 22 ans, était présent lors du prononcé de sa peine par le tribunal fédéral de Brooklyn, au sud-est de New York. «Les tentatives de martyre et de carnage de Nafis ont été déjouées par la vigilance des forces de l’ordre», a fait valoir la procureure Loretta Lynch. «Il va maintenant passer les 30 prochaines années précisément là où ses actions l’ont conduit: dans une cellule de prison», a-t-elle martelé.

Nafis, qui se disait lié à Al-Qaeda, avait été arrêté le 17 octobre près du siège de la Fed, dans le sud de Manhattan, où il avait tenté en vain de faire exploser une bombe de 450 kg, ignorant que le FBI le surveillait depuis des mois roll et avait rendu l’engin inopérant cool . L’un des complices qu’il avait tenté de recruter était en fait un informateur de la police fédérale tongue .
Le jeune homme --entré aux Etats-Unis avec un visa étudiant en janvier 2012-- avait dans un premier temps plaidé non coupable devant un juge fédéral à Brooklyn, qui avait alors ordonné son maintien en détention sans libération possible.

Mais le 7 février dernier, il a finalement roll plaidé coupable de «tentative d’utilisation d’une arme de destruction massive» et reconnu avoir voulu utiliser un téléphone portable pour faire détoner la bombe. Le bâtiment que visait Nafis se trouve à proximité du site du World Trade Center, cible des attentats du 11-Septembre qui avaient fait près de 3 000 morts en 2001.

Dans une déclaration écrite, Nafis avait prévu de revendiquer son acte au nom d’Al-Qaeda, en précisant qu’il voulait «détruire l’Amérique», et que la façon la plus efficace pour le faire était de cibler l’économie du pays. «Nous espérions un peu de pitié, la prise en compte de sa jeunesse, de son adolescence et de ses tentatives pour se racheter», a réagi son avocate Heidi Cesare. Depuis le Bangladesh, son beau-frère Tawfiq Alam a expliqué à l’AFP que la famille de Nafis était «en état de choc. Nous nous attendions à une peine plus légère. Nous continuons de penser qu’il a été piégé. Il n’est pas capable de faire» ce qu’on lui reproche.

Dans une lettre de cinq pages envoyée au juge le 31 juillet, Nafis a décrit ses actes comme «inexcusables et lâches». «Je ne crois plus en une version radicale de l’islam. Je la hais du fond de mon coeur, ce n’est pas l’islam», écrivait-il. «J’ai perdu ma capacité à penser clairement, j’étais devenu fou»


http://www.liberation.fr/monde/2013/08/ … fed_923961

 

#22 23-08-2013 22:53:53

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Suite de la vague de fermeture d'ambassade dans le monde de peur d'un attentat reperé par la Sainte NSA

Al-Qaïda voulait mener un attentat qui changerait l'histoire cool

SANAA - Le président du Yémen a révélé vendredi qu'une promesse du chef de la branche yéménite d'Al-Qaïda au leader du réseau Ayman al-Zawahiri de mener un attentat qui changera l'histoire, était à l'origine de la fermeture début août d'ambassades occidentales.

Le président Abd Rabbo Mansour Hadi, dont les propos ont été rapportés par une source proche de la présidence, a précisé que le président américain Barack Obama l'avait informé le 1er août à la Maison Blanche que les renseignements américains avaient intercepté une communication entre les deux chefs d'Al-Qaïda.

Dans cet entretien, le chef d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), Nasser Al-Whaychi, basé au Yémen, a dit à Zawahiri qu'il allait entendre quelque chose qui va changer le cours de l'histoire, selon M. Hadi.


Les Etats-Unis ont décidé en conséquence de fermer 19 missions diplomatiques dans des pays musulmans, dont le Yémen, le 4 août. La France, le Royaume-Uni ainsi que d'autres pays occidentaux avaient également fermé leurs représentations diplomatiques au Yémen, mais toutes ces ambassades ont depuis été rouvertes.

Selon la source proche de la présidence, M. Hadi a affirmé à ses interlocuteurs américains qu'il ne pensait pas qu'il y aurait d'attaques menées par le réseau hors du Yémen et que leurs précautions étaient exagérées.

Le président, qui s'exprimait devant des officiers de la police yéménite, a indiqué qu'un attentat d'envergure contre l'un des terminaux d'exportation du pétrole yéménite avait été déjoué à la suite de l'interception de cette conversation téléphonique.

Selon lui, Al-Qaïda avait préparé deux camions-citernes piégés de sept tonnes de TNT chacun dont l'un a pu être repéré par un drone début août alors qu'il se rendait au terminal de Daba, dans la province du Hadramout (est) d'où est exporté une partie du pétrole yéménite. Le drone l'a touché avant qu'il atteigne son objectif, ce qui a provoqué une énorme explosion.

Les autorités yéménites avaient affirmé le 7 août avoir mis en échec un projet d'Al-Qaïda visant à s'emparer de villes et d'installations pétrolières dans le sud du pays et d'enlever des étrangers, deux jours avant le passage à l'action prévu par des membres du réseau.

Mais c'est la première fois que des détails sur ce projet déjoué sont dévoilés.

Selon le président yéménite, les autorités recherchent encore le deuxième camion piégé, et ont pu arrêter les membres de la cellule qui devaient faciliter l'opération.

Il a ajouté que les opérations menées par les drones ces deux dernières semaines avaient coûté la vie à 40 membres d'Al-Qaïda dont des chefs du réseau, qui se trouvaient tous dans la région de Sanaa.

L'agence officielle SABA a diffusé vendredi des extraits du discours de M. Hadi devant les officiers de police, sans rapporter les détails au sujet des menaces d'Al-Qaïda.

Selon l'agence, le président a indiqué que le Yémen avait demandé à Washington de lui fournir des drones, et estimé que les frappes menées par ces appareils entrent dans le cadre d'une coopération dans la lutte contre le terrorisme.

Seuls les Etats-Unis possèdent de tels appareils dans la région et ils pourchassent les membres d'Aqpa, actifs dans le sud et l'est du Yémen.

(©AFP / 23 août 2013 21h12)


http://www.romandie.com/news/n/_Al_Qaid … 92912.asp?

 

#23 06-05-2014 18:55:46

Roma
Membre de Soutien
Date d'inscription: 24-11-2007
Messages: 94

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Projet d'attentat à Barcelone - Espagne: un faux témoin pour de vraies condamnations

06 mai 2014 |  Par Braulio García Jaén, Matías Escudero Arce et Andrés Aguayo (Version française : Laurence Rizet, Mediapart)

Le principal témoin qui a fait condamner 11 personnes pour appartenance à Al-Qaïda et tentative d'attentat contre le métro de Barcelone en 2008 était en réalité l'un des trafiquants de personnes les plus recherchés par le Pakistan. Installé en France, il vendait de faux papiers et jouait à l'indic auprès des services français.
   

Le témoin clé du parquet espagnol dans l’affaire du complot islamiste présumé qui préparait un attentat contre le métro de Barcelone en 2008 a décrit au juge un réseau européen de financement d’Al-Qaïda dont il a lui-même juré faire partie. L’homme en question, un Pakistanais aujourd’hui âgé de 41 ans, a aussi affirmé avoir été envoyé de France comme terroriste kamikaze et s’être repenti au dernier moment. À l’issue du procès, le tribunal a condamné les 11 accusés essentiellement sur la foi de son témoignage.

Deux de ses connaissances et l’analyse de plusieurs documents démontent ce prétendu réseau de financement terroriste, selon notre enquête dans plusieurs pays. Le récit du témoin du parquet a en réalité été construit à partir de noms et d’éléments issus de son activité de trafiquant de contrats et de permis de travail en Europe. Cet homme soi-disant repenti, dont nous connaissons la véritable identité, est en réalité l’un des trafiquants de migrants les plus recherchés au Pakistan. Et ces années-là, contrairement à ce qu’il a déclaré au tribunal, il collaborait en plus avec les services secrets français.

Son témoignage a déclenché l’opération Cantata, menée par la garde civile dans le quartier barcelonais du Raval en janvier 2008. Et il a placé en état d’alerte plusieurs pays d’Europe parce que l’attentat contre le métro de Barcelone, pour lequel 14 personnes ont été arrêtées, n’était – selon lui – que la première d’une série d’attaques qui frapperaient quatre autre pays si les demandes d’Al-Qaïda n’étaient pas satisfaites. « D’abord l’Allemagne ; si les demandes ne sont pas satisfaites, la France ; sinon, le Portugal, et ensuite l’Angleterre », a-t-il affirmé. Et quelles allaient être les demandes d’Al-Qaïda ? Le témoin ne l’a jamais expliqué mais a assuré qu’au « Royaume-Uni, beaucoup de personnes étaient préparées » pour commettre des attentats.

Cinq jours après l’opération Cantata, et à partir des informations de cet homme, la police britannique a arrêté six Pakistanais qui venaient d’atterrir à l’aéroport londonien de Gatwick en provenance de Barcelone. Mais les terroristes présumés étaient en fait des parents ou des partisans de l'un des hommes forts de Pervez Musharraf, alors président du Pakistan. Après 21 heures d’interrogatoire et des « excuses diplomatiques humiliantes », selon le Guardian, ils ont été mis hors de cause et libérés. Deux autres terroristes présumés signalés au Portugal dans le même témoignage n’ont même pas été interpellés, selon le quotidien Público. L’imminente série d’attentats en Europe, amplifiée par l’écho des massacres à la gare d’Atocha à Madrid (11 mars 2004) et dans le métro de Londres (7 juillet 2005), n’était qu’un bluff.

En Espagne, en revanche, dix Pakistanais et un Indien ont été finalement accusés d'avoir formé un groupe terroriste et tenté d’organiser un attentat contre le métro de Barcelone.

F1, nom de code du témoin protégé

Leur procès a eu lieu fin 2009. Le faux témoin qui avait provoqué leur arrestation, judiciairement baptisé sous le nom de code F1, a déclaré devant le juge avoir appartenu à Al-Qaïda au moins entre 2005 et 2008. Il a d’abord expliqué qu’il s’occupait de transférer l’argent de Paris à plusieurs pays européens dans un réseau qui manipulait jusqu’à 3 millions d’euros par an. Ensuite il a assuré avoir été entraîné dans des camps djihadistes en Afghanistan et au Pakistan. Et après avoir expliqué au tribunal les attentats prévus en Europe, il a répondu à l’un des avocats qui lui demandait s’il appartenait toujours à Al-Qaïda : « C’est au tribunal de décider qui je suis.

Le jugement condamnant les accusés se base sur une conviction : « Le tribunal arrive à la conclusion d’accepter comme prouvé que les faits se sont produits de la façon dont le témoin les relate. » Et il l’a fait en se basant sur ses diverses déclarations et « sans observer aucune contradiction importante qui mette leur véracité en doute ».

Pourtant, et malgré les conclusions du jugement, l’enquête sur les connexions des personnes mises en cause à Barcelone, avec un présumé réseau de financement d’Al-Qaïda qui comprenait la France, l’Italie, la Belgique et les Pays-Bas, avait été abandonnée au cours de l’instruction faute de preuves, selon un rapport de la garde civile.

La condamnation des dix Pakistanais et de l’Indien accusés de former une cellule terroriste liée à Al-Qaïda par le biais du groupe Tehreek-e-Taliban et de vouloir faire exploser le métro de Barcelone reposait avant tout sur le témoignage du présumé repenti, dont l’identité a été gardée secrète au cours du procès. Pourtant, seulement deux mois plus tard, le procureur Vicente González Mota, chargé de l’affaire, a reconnu en privé qu’il n’y avait « aucun lien avec Al-Qaïda » et que le témoin était en réalité « un agent étranger infiltré », selon un câble envoyé à Washington par l’ambassade américaine le 25 janvier 2010 et révélé par Wikileaks.

Deux des onze hommes condamnés sont toujours en prison : le chef présumé de la cellule terroriste, condamné à huit ans de prison, et celui qui a été arrêté six mois plus tard, après avoir été extradé des Pays-Bas. Mi-janvier, les neuf autres ont purgé leur peine de six ans de prison. La plupart ont été expulsés au Pakistan et en Inde, d’où ils clament toujours leur innocence dans des interviews et des conférences de presse.

Le seul qui reste en Espagne, grâce à sa nationalité espagnole, vit toujours à Barcelone, où il est installé depuis quarante ans. Dans l’appartement de l’un de ses fils dans le quartier du Raval, Mohammed Ayub, 70 ans, se souvient de l’étrange week-end de son arrestation : « En cellule, je me souvenais du garçon qui était venu de France et je pensais : “Le pauvre, parce qu’il était avec nous, il a aussi été arrêté.” »

Tous les hommes condamnés étaient adeptes du Tablighi Jamaat, un courant pacifiste et apolitique de l’islam qui exige de ses membres une sortie d’au moins trois jours par mois pour prier, commenter le coran et prêcher. Cette sortie doit les conduire à une mosquée différente de celle qu’ils fréquentent habituellement, où ils passent aussi la nuit. Le témoin protégé du parquet qui les a conduits en prison est arrivé un mercredi à Barcelone et leur a demandé de venir à une de ces sorties. Le vendredi soir, la garde civile entrait dans la mosquée de la rue Maçanet et procédait à la plupart des arrestations.

F1, le faux terroriste, a indiqué aux agents que la pâtisserie pakistanaise la plus ancienne du quartier du Raval, propriété du retraité Mohammed Ayub, était l’endroit où les bombes destinées au métro de Barcelone allaient être fabriquées. La police a perquisitionné le local sans rien trouver. Ayub, comme les autres détenus, a passé ce week-end à l’isolement et n’imaginait même pas que le « garçon » arrivé de France était celui qui avait déclenché l’opération policière. Le « garçon » était pakistanais, il avait 35 ans, il vivait à Paris et il a assuré aux autorités espagnoles que lui-même allait être l’un des kamikazes chargés de l’attentat, mais qu’il s’était repenti au dernier moment.

Le terroriste présumé n’a même pas été arrêté et a obtenu, à peine quatre jours plus tard, le statut de témoin protégé, qui dans son cas comprenait l’immunité. F1, qui a affirmé au procès s’appeler en réalité Asim, a ainsi pu se présenter devant le juge comme un membre d’Al-Qaïda sans crainte d’être poursuivi. Le ministère de l’intérieur avance des « raisons de sécurité  pour ne pas dire si Asim bénéficie toujours du statut de témoin protégé et s’il continue à percevoir une rétribution pour cela.

« Existe-t-il une raison, une condition ou une circonstance qui pourrait vous empêcher de dire la vérité ou la rendre difficile à dire ? », lui a demandé le président du tribunal, Javier Gómez Bermúdez, en l’appelant à la barre le 16 novembre 2009. « Tout est vrai », a répondu le témoin. Cependant, et contrairement à ce qu’il a déclaré sous serment, il collaborait avec les services secrets français, comme l’a par la suite reconnu le procureur González Mota. Et, selon deux de ses connaissances à Paris et plusieurs documents auxquels nous avons eu accès, le réseau présumé d’Al-Qaïda pour lequel il a affirmé avoir travaillé depuis 2005 n’a jamais existé.

Promesses de faux contrats

Le réseau de financement d’Al-Qaïda décrit par Asim s’étendait de Paris au nord de l’Italie, aux alentours de Brescia. Mais son récit a été construit en utilisant des noms et des données liés à sa véritable activité de trafiquant d’immigrants en France, en Italie et au Portugal. Du reste, les deux personnes que le faux témoin a dénoncées en France comme les principaux porteurs de valises d’Al-Qaïda n’ont pu être accusées de rien.

Asim avait déclaré que les deux hommes chargés de transporter l’argent de Paris à Brescia étaient « fondamentalement » deux citoyens pakistanais : Nadeem, technicien installateur de panneaux électriques « avec résidence portugaise et inscrit à Barcelone », et Tariq, maçon avec « résidence française et italienne ». Les deux vivent depuis dix ans en banlieue parisienne et connaissent bien Asim. 

Dans sa déclaration, Asim a en particulier rappelé « qu’une fois, il est allé avec Tariq et Nadeem dans un petit village près de Milan ». Nadeem comme Tariq confirment que ce voyage a bien eu lieu, mais il n’avait rien à voir avec le terrorisme puisqu’il visait à obtenir un permis de travail qu’Asim leur avait promis. Ensuite, ils ont continué jusqu’à Brescia, où Tariq avait vécu jusqu’en 2003 et où il voulait rendre visite à de vieux amis.

Le voyage en Italie a été vain. « Il nous a dit que le propriétaire du taxiphone où devait être signé le contrat avait dû aller au Pakistan parce que son père était mort », se souvient Tariq, qui réside maintenant légalement en France. Lui y était allé pour accompagner Nadeem, dont il est ami depuis longtemps, et il connaît bien aussi Asim et sa famille. « Moi je disais toujours à Nadeem : Asim est un menteur », nous a-t-il expliqué un vendredi après-midi sur le tapis d’une mosquée de La Courneuve, en Seine-Saint-Denis.

Asim, qui a sa résidence légale en France, avait déjà emmené Nadeem à Barcelone, où il s’est inscrit aux registres en 2005. Quelques mois après le voyage en Italie, Asim a conduit Nadeem et trois de ses compatriotes sans papiers jusqu’au Portugal. De nouveau, l’objectif était d’obtenir de faux contrats de travail pour faciliter leur régularisation et, cette fois, ils les ont obtenus (Nadeem a payé 1 500 euros) grâce à l’entreprise d’un parent d’Asim, comme l’indique une copie de ce contrat signé le 1er août 2006. Néanmoins, Nadeem a reçu quelques mois plus tard une notification du gouvernement portugais déclarant la nullité du contrat. Il n’a pas revu Asim depuis.

En janvier 2008, au moment des arrestations à Barcelone, la véritable activité criminelle d’Asim – obtenir des papiers contre de l’argent – était un secret de Polichinelle en France. La communauté pakistanaise des environs de Paris le savait – et certains payaient – depuis au moins trois ans, selon plusieurs personnes que nous avons rencontrées. Au cours de la dernière année, des parents de certaines de ses victimes résidant à Paris le cherchaient aussi pour arnaque : Asim avait empoché l’argent mais il n’avait rien fait pour aider à faire entrer en Europe les migrants qui avaient payé. Depuis 2007, ses activités étaient connues des autorités pakistanaises. Quelques mois avant son apparition à Barcelone comme témoin clé, la police de Rawalpindi (Pendjab) avait enregistré trois plaintes contre lui pour offre de « permis de travail pour l’Italie ». 

En 2009, le livre rouge contre le trafic de personnes de l’agence fédérale d’investigation, un bureau d’enquête policière pakistanais, l’a inscrit sur la liste des 76 trafiquants d’êtres humains les plus recherchés du Pakistan, comme on peut le voir sur son site internet. Quatre mois avant le procès des onze immigrés de Barcelone, il était officiellement déclaré en fuite au Pakistan. Depuis avril 2010, trois mois après le jugement, il est recherché, comme le montre la dernière édition de ce livre rouge daté de 2012. Mais le statut de témoin protégé octroyé par l’Espagne entrave l’aboutissement de cette recherche.

Les avocats des 11 condamnés regrettent que cette information n’ait pas été portée à la connaissance de la défense durant le procès et en imputent la responsabilité au ministère public. « Si nous avions su avec quelles organisations criminelles il travaillait en réalité, et qui n’étaient pas Al-Qaïda, cela aurait miné sa crédibilité », explique l’avocat Benet Salellas. « Non seulement la crédibilité intrinsèque de son récit mais aussi extrinsèque, parce que cela nous aurait servi à montrer que, dès qu’on pouvait vérifier, il apparaissait que ce qu’il racontait était faux », ajoute-t-il.

« Une chose est de cacher l’identité du témoin, ce qui est compréhensible jusqu’à un certain point, une autre est d’occulter les faits et gestes du témoin, ce qui n’arrive dans aucun pays civilisé », ajoute l’autre avocat, Jacobo Teijelo. « Savoir qu’il existe une information d’importance pour la défense et ne pas la communiquer signifie que l’on n’a pas respecté les garanties d’un procès équitable et cela aurait donc dû faire annuler toute la procédure », explique-t-il. Le procureur González Mota, les juges Gómez Bermúdez, Manuela Fernández de Prado et Javier Martínez Lázaro, et le ministère de l’intérieur, ont refusé de répondre à nos questions à ce propos.

Une empreinte anonyme

Les seuls indices matériels sur lesquels le ministère public a fait reposer le témoignage d’Asim sont 18 grammes de poudre extraits de feux de Bengale pour enfants et 783 plombs d’armes à air comprimé. Ils étaient dans deux sacs en plastique dans la mosquée de la rue Maçanet, où dormaient la plupart des personnes interpellées à l’aube du 19 janvier 2008 par la garde civile, alertée par le Centre national du renseignement (CNI), qui avait été lui-même alerté par les services de renseignement français.

Mais les empreintes trouvées sur les sacs n’appartiennent à aucun des 11 condamnés. La défense a toujours soutenu que c’est Asim qui a placé les sacs dans la mosquée et a utilisé ses contacts avec les services secrets à Paris pour déclencher l’opération policière. L’enquête judiciaire n’a jamais vérifié si ces empreintes appartenaient au témoin protégé.

« Tous ces produits étaient français », a souligné l’avocat Salellas dans sa dernière plaidoirie. Les plombs avaient été achetés dans un magasin d’Unifrance, qui était la seule entreprise à en distribuer en janvier 2008 sur le territoire national. Les feux de Bengale, fabriqués en Chine, avaient été importés par une entreprise du sud-est de Paris pour être distribués en France.

Outre le témoignage de F1, l’autre preuve à charge prise en considération était une vidéo diffusée par l’organisation américaine Nine Eleven Finding Answers Foundation, dans laquelle un porte-parole du groupe terroriste Tehreek-e-Taliban Pakistan, se faisant appeler Maulvi Omar, revendiquait l’attentat de Barcelone, qui n’avait pas eu lieu.

Techniquement, l’enregistrement était un montage d’une bande audio et d’une bande vidéo séparées. Son auteur présumé, le journaliste indépendant Claudio Franco, a déclaré par vidéoconférence au procès qu’il n’avait pas réalisé l’entretien avec Omar, mais n’a pas identifié son auteur. Malgré cela, les 11 immigrés du Raval ont été condamnés sur la foi d’un faux témoin et de la déclaration d’un porte-parole terroriste présumé.

La connexion du témoin protégé avec les services secrets français, et non avec Al-Qaïda, était connue non seulement du parquet, comme l’a révélé Wikileaks des années après, mais aussi de la presse. Les journaux espagnols ont indiqué avant le procès qu’il s’agissait de quelqu’un en lien avec les services de renseignement français, en citant souvent des sources du ministère de l’intérieur. Le New York Times a fait de même dans un long reportage consacré à l’opération Cantata : « Asim (…) était un informateur des services de renseignement français qui travaillait dans les zones tribales du Waziristan (Pakistan). » Le jour du procès, le témoin protégé ne s’est pas senti visé. L’avocat Jacobo Teijelo lui a demandé s’il collaborait comme informateur : « Jamais de la vie », a répondu F1, qui a seulement admis que son nom était Asim.

Le juge Javier Gómez Bermúdez, président du tribunal qui a condamné les 11 prévenus, ne veut quasiment pas s’exprimer sur cette affaire. Il affirme qu’il ne donnera « jamais » son « avis sur une chose obtenue illégalement », en référence à l’information révélée par Wikileaks. Les deux autres juges, Manuela Fernández de Prado et Javier Martínez Lázaro, savaient-ils qu’Asim se présentait comme un agent infiltré ? « Quand je sais qu’un témoin protégé ment, je l’écris dans la sentence et cela a des conséquences légales », assure Gómez Bermúdez. Pourtant, le jugement prononcé à l’unanimité avance expressément que ce fait aurait mérité d’être pris en compte par le tribunal : « Même dans le cas où il serait membre des services secrets français, il n’aurait pas de motifs suffisants pour mentir. »

Malgré cela, dans ses conversations avec l’ambassade, le procureur a affirmé que « les juges étaient conscients que le témoin était plus un agent infiltré qu’un membre d’Al-Qaïda », selon le câble de l’ambassade. Une autre source de l’Audience nationale confirmait aussi la relation d’Asim avec les services de renseignement français. En février 2011, le journal 20 Minutes Espagne avait publié une partie du contenu du câble révélé par Wikileaks, en titrant qu’une « taupe » avait évité à Barcelone, à la France et à l'Allemagne un nouvel attentat comme celui de Madrid. González Mota a refusé de répondre à nos questions.

Nadeem, l’un des hommes qui démontent la thèse du réseau de financement d’Al-Qaïda, assure qu’Asim a aussi menti en niant toute collaboration avec les services français. Selon lui, il le faisait depuis au moins trois ans avant les arrestations à Barcelone. Et il mentionne un épisode singulier : le 16 juin 2005, une vingtaine de policiers masqués ont fait irruption à l’aube dans l’appartement qu’il partageait avec trois compatriotes à Paris. Les quatre (dont Farooq A., qui avait sa résidence légale en Espagne) ont été arrêtés par des agents de la 12e section des Renseignements généraux. Ils ont été interrogés puis remis en liberté sans charge trente-six heures plus tard, selon un document de la Cimade daté du 22 juin 2005. « Ce jour-là, Asim était au commissariat, mais en liberté. Il était là-bas pour vérifier que j’étais l’homme qu’il avait dénoncé », a affirmé Nadeem le 10 janvier 2014, sans savoir qu’Asim l’avait de nouveau dénoncé dans sa déclaration sur l’opération Cantata en 2008.

Nadeem, qui avait une relation cordiale avec Asim, avait été prévenu par l’un de ses compatriotes que celui qui obtenait les faux papiers était aussi un informateur de la police. « Je suis clean, ça m’est égal. » C’est ce qu’il pensait en 2005. Ensuite il y a eu les voyages pour obtenir des papiers et l’argent perdu. « Aujourd’hui je regrette », dit-il en pensant à ceux qui ont été condamnés à Barcelone, avec lesquels il partage le même mépris religieux pour les mondanités. Une vision modelée par le Tabligh Jaamat, ce courant apolitique de l’islam dont ils sont tous adeptes. « Je regrette de n’avoir rien fait à ce moment-là. Cela a envoyé mes frères en prison. » Cette fois, il est prêt à témoigner si un procès est ouvert pour faux témoignage contre Asim.

Le temps passant, le parquet a changé de vocabulaire pour décrire son témoin protégé. Le pompeux « agent infiltré » dont parlait González Mota à l’ambassade américaine est devenu autre chose : « Vous aviez raison, le témoin protégé était un rebut de tous les services secrets d’Europe ; il ne valait rien pour personne », a avoué un membre du parquet un an plus tard à l’avocat Teijelo. Les résultats de ses confidences en Europe confirment cette description : les six interpellés de Londres, les quatre de Paris et deux dénoncés au Portugal n’ont jamais été accusés de quoi que ce soit.

Fin 2006, par ailleurs, avant les trois avis de recherche pour trafic de personnes lancés par le Pakistan contre lui, Asim, le courageux informateur des services de renseignement français décrit par le New York Times comme l’« extraordinaire source » qui allait et venait entre les camps de djihadistes et les Champs-Élysées, avait quelques affaires en attente en France : des amendes de la RATP pour avoir voyagé avec un titre de transport non identifié (même si lui et sa famille avaient droit au tarif réduit), des réclamations du département de Seine-Saint-Denis pour plus de 600 euros d’amendes de stationnement impayées de sa Mercedes 200 (modèle 1984) et des poursuites de la BNP pour chèques sans provisions, qui avait aussi constaté des impayés sur son assurance-vie. Le Trésor public, de son côté, lui avait réclamé sa déclaration d’impôts.

Le mercredi 16 janvier 2008, il est arrivé à Barcelone, soi-disant investi d’une mission terroriste. Objectif : un attentat contre le métro de la ville. Deux jours plus tard, le vendredi soir, quand la garde civile a fait irruption dans la mosquée, il a abandonné les lieux en toute discrétion et accompagné d’un agent. Le mardi, il a officiellement obtenu le statut de témoin protégé. À la fin du mois, sa femme, ses trois enfants et sa belle-mère avaient abandonné l’appartement HLM dans lequel ils vivaient à Villepinte, au nord-est de Paris. Au moins deux commerces de la région parisienne ont gardé des notes impayées d’avant-Noël : 214 euros en tout. Quatre mois plus tard, installé en Espagne comme témoin protégé, il touchait encore les aides sociales de la France pour le mois d’avril : 972 euros.

http://www.mediapart.fr/journal/interna … _article=1

Hors ligne

 

#24 06-05-2014 22:00:43

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6600

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Merci pour l'article Roma.

Hors ligne

 

#25 03-07-2014 22:37:57

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Evidemment çà peut, çà va peter, çà ne peut pas ne pas peter, mais la gestion de la psychose est déjà sur les rails.

Sécurité renforcée sur certains vols directs vers les Etats-Unis

Reuters – il y a 14 heures

WASHINGTON (Reuters) - Les Etats-Unis vont renforcer les mesures de sécurité dans "certains aéroports étrangers d'où partent des vols directs vers le territoire américain", a annoncé mercredi le département de la Sécurité intérieure.

Les autorités américaines soupçonnent des franchises d'Al Qaïda en Syrie et au Yémen de vouloir développer des explosifs indétectables par les systèmes de protection en vigueur, dit-on de sources gouvernementales.

Le département de la Sécurité intérieure n'a pas précisé quels pays et quels aéroports seraient concernés, ni le motif de cette décision.

Des responsables gouvernementaux ont indiqué par la suite que ces nouvelles mesures concerneraient des aéroports en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient. "Nous partageons des informations récentes et pertinentes avec nos alliés étrangers et nous consultons le secteur du transport aérien", a déclaré Jeh Johnson, le secrétaire à la Sécurité intérieure, dans un communiqué.

Parmi les nouvelles mesures envisagées figure une fouille renforcée des chaussures et des affaires des passagers, a dit un responsable américain. Il a ajouté que Washington avait l'autorité légale pour faire appliquer ces nouvelles directives car il s'agit de vols directs vers son territoire.

Les autorités américaines et européennes envisagent également l'installation de nouveaux détecteurs de bombes. cool

D'après des responsables de la sécurité nationale américaine, des artificiers du Front al Nosra, branche syrienne d'Al Qaïda, et d'Al Qaïda dans la Péninsule arabique, basé au Yémen, collaboreraient pour développer des explosifs impossibles à détecter par les systèmes de protection en vigueur dans les aéroports, y compris des explosifs non métalliques.

Des responsables américains redoutent également que des attentats soient perpétrés par des militants djihadistes américains ou européens ayant, grâce à leurs passeports, un accès plus facile aux vols vers les Etats-Unis.


https://fr.news.yahoo.com/s%C3%A9curit% … 01375.html

 

#26 04-07-2014 23:50:35

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Aaaaaaaahhhhhhhhh.
Surtout pas de panique!

Aaaaaaatlantico concourt pour le podium.




Effrayant tongue

Terrorisme : l'alerte au fabricant de "bombe invisible" qui terrifie les aéroports des Etats-Unis et du Royaume Uni


Publié le 4 Juillet 2014

Des milliers de familles font face à un été chaotique après une alerte de sécurité sur des bombes qui ne peuvent pas être détectées par les scanners des aéroports.

C'est le nouveau nom qui terrorise l'Amérique. Ibrahim Al-Asiri est un étudiant en chimie, originaire d'Arabie saoudite. Le jeune homme est décrit comme le "fabricant de bombe invisible" par les autorités américaines, qui le qualifient également de "génie diabolique" roll . Les deux pays craignent qu'il devienne un acteur clé dans les menaces terroristes potentielles aux Etats-Unis et au Royaume-Uni.

Sa découverte : il a su mettre en place des dispositifs qui peuvent être cousus à l'intérieur du corps humain, pratiquement indétectables à la sécurité des aéroports. Les explosifs en question, qui n'ont pas de pièces métalliques, pourraient être cachés dans les vêtements ou implantés chirurgicalement dans le corps d'une personne voulant commettre un attentat.

Ce dispositif aurait déjà atteint les djihadistes britanniques combattant en Syrie et en Irak. D'après les autorités britanniques et américaines, il est à craindre que ces djihadistes ciblent des vols au Royaume-Uni.

David Cameron a insisté que la sécurité devait primer avant tout. "C'est un sujet dont nous avons discuté avec les Américains et nous avons décidé de mettre en place certaines précautions et contrôles supplémentaires" a déclaré le Premier ministre anglais. "La sécurité du voyageur doit venir en premier. Nous ne devons pas prendre de risques", a-t-il ajouté.

Cette alerte a conduit le nombre de scanners corporels dans les aéroports britanniques sophistiqués à passer de 10 à 21 ce jeudi. Les aéroports au Royaume Uni ont insisté sur le fait que les avions ne seraient pas retardés. En revanche, les passagers vont sûrement devoir arriver plus tôt à leur porte pour passer de nouveaux contrôles.

Ce renforcement de sécurité est intervenu après qu'un message suspect ait été envoyé sur la page Twitter d'un prétendu djihadiste britannique vivant en Irak. Dans le message, l'homme affirmait que le Royaume-Uni avait "peur" qu'il puisse revenir avec des compétences apprises lors de son séjour avec le groupe terroriste ISIS.

L'expert fabricant d'explosifs saoudien avait d'abord testé sa bombe invisible sur ​​son jeune frère, Abdullah. Bien que le jeune homme de 22 ans ait été tué, il n'a pas réussir à atteindre sa cible.



http://www.atlantico.fr/pepites/terrori … WprMyFa.99

 

#27 04-07-2014 23:54:23

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6600

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Dans la série "Ayez peur et laissez nous faire", superbe article du Figaro qui restera dans les annales (oui, c'est facile).
Nous ne sommes pas le 1er avril pourtant.

L'explosif en suppositoire, pire cauchemar de la police des airs et des frontières
EXCLUSIF - Dans le cadre de leurs échanges d'informations, les services de renseignement se diffusent la photo d'un «explosif intrarectal» utilisé par les terroristes d'al-Qaida.

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/04/PHO8b4d5e86-0386-11e4-83c8-aad16bd96e46-805x453.jpg

La menace de «l'explosif en suppositoire» est cependant toujours valable, assurent les experts.

Si les experts le disent.

Hors ligne

 

#28 05-07-2014 00:01:00

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Ah super. Ils mixent toutes les legendes de SITE et compagnie en un seul delire tongue

 

#29 05-07-2014 02:25:27

Tree-Tree
Membre du forum
Date d'inscription: 10-09-2008
Messages: 2757

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Ca fait quand même plus de 40cm à s'enfoncer dans l'cul. hmm

Les terroristes plus forts que certains acteurs gay hardcore... smile

Hors ligne

 

#30 05-07-2014 21:17:58

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6600

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Faut surtout pas que la peur refroidisse...

http://www.francetvinfo.fr/monde/ameriq … article%5D

La France renforce la sécurité pour les vols vers les Etats-Unis, retards possibles
Washington redoute des attentats, particulièrement le 4 juillet, jour de fête nationale.


Par Francetv info avec AFP
Mis à jour le 04/07/2014 | 08:47 , publié le 04/07/2014 | 08:29


Paris a annoncé, vendredi 4 juillet, qu'il allait renforcer, à la demande de Washington, les mesures de sûreté aéroportuaire pour les vols à destination des Etats-Unis pendant la période estivale. Selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC), "ces mesures complémentaires seront déployées de façon à apporter le moins de désagrément possible aux passagers. Cependant, des retards sont possibles."

La DGAC recommande aux passagers à destination des Etats-Unis "de prendre les dispositions nécessaires pour se rendre à l'aéroport suffisamment à l'avance pour éviter désagréments et difficultés lors de l'embarquement".

Des bombes ultrasophistiquées

Les Etats-Unis ont lancé, mercredi, un appel à la vigilance dans les aéroports européens et proche-orientaux desservant les Etats-Unis, car ils craignent que des terroristes utilisent des bombes ultrasophistiquées. "Il n'y a pas de menace précise mais les services de renseignements américains savent qu'Al-Qaïda travaille sur des nouvelles technologies difficiles à détecter", explique un expert américain en sécurité aérienne.

Les Etats-Unis n'ont pas spécifié la nature exacte, la localisation ou l'imminence du nouveau péril, mais cette mise en garde intervient dans un contexte de regain de tension au Proche-Orient, en particulier en Syrie et en Irak menacé d'éclatement par l'offensive des jihadistes sunnites de l'Etat islamique en Irak et au Levant.

Hors ligne

 

#31 10-07-2014 01:11:19

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6600

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Conséquence des posts précédents sur "l'explosif en suppositoire ", entre autre :

http://fr.ubergizmo.com/2014/07/royaume … newsfrance

Le Royaume-Uni empêche les passagers de monter à bord avec des appareils déchargés
Prenant en compte les rapports de renseignements selon lesquels les terroristes ont créé de nouveaux explosifs qui pourraient passer à travers les contrôles de sécurité, les U.S. obligent les passagers à montrer que tous les appareils électroniques qu’ils ont sur eux peuvent s’allumer. Si les appareils sont à court de batterie ou ne s’allument pas, les passagers ne seront pas autorisés à les prendre à bord. Le Royaume-Uni les a suivi, car le Ministère des Transports a annoncé que les passagers des avions qui entrent et sortent du Royaume-Uni devront montrer que leurs appareils sont assez chargés pour s’allumer.

Le Ministère des Transports déclare que cette politique s’appliquera aux passagers « sur certains trajets vers et depuis le Royaume-Uni. » Pour des raisons de sécurité, il n’a pas été révélé les trajets sur lesquels la politique sera strictement appliquée, mais le Telegraph pense que les trajets vers le Moyen-Orient et une partie de l’Asie seront très probablement affectés.

Tout d’abord, British Airways a déclaré que les passagers sur ces trajets ne seront pas autorisés à monter à bord avec ou sans les appareils s’ils ne s’allument pas. Cependant, la compagnie aérienne a changé sa position et elle permettra aux passagers de monter dans les avions. Leurs appareils peuvent alors être laissés à la compagnie aérienne et ils sont à prendre au retour, ils peuvent être envoyés à l’adresse qu’ils souhaitent ou les passagers peuvent réserver un autre vol et charger leurs appareils pendant ce temps-là.

Tout cela semble pénible, mais c’est une question de sécurité. Comme cela va probablement rallonger les files d’attente aux contrôles de sécurité, les passagers vers les trajets vers le Moyen-Orient ou dans des parties de l’Asie devraient venir plus tôt à l’aéroport.

Hors ligne

 

#32 10-07-2014 16:23:27

pepette
Membre du forum
Date d'inscription: 22-05-2011
Messages: 100

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Larez a écrit:

Dans la série "Ayez peur et laissez nous faire", superbe article du Figaro qui restera dans les annales (oui, c'est facile).
Nous ne sommes pas le 1er avril pourtant.

L'explosif en suppositoire, pire cauchemar de la police des airs et des frontières
EXCLUSIF - Dans le cadre de leurs échanges d'informations, les services de renseignement se diffusent la photo d'un «explosif intrarectal» utilisé par les terroristes d'al-Qaida.

http://www.lefigaro.fr/medias/2014/07/0 … 05x453.jpg

La menace de «l'explosif en suppositoire» est cependant toujours valable, assurent les experts.

Si les experts le disent.

C'est bien la preuve que l'inside job existe.


Pull it or not pull it : this is the question

Hors ligne

 

#33 10-07-2014 17:00:20

Redford
Membre du forum
Date d'inscription: 11-09-2007
Messages: 5701

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

lol Elle s'imposait mais j'y avais pas pensé...


"Croire l’histoire officielle consiste à croire des meurtriers sur parole"  Simone Weil

Hors ligne

 

#34 21-07-2014 20:30:14

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Le Point et d'autres ouvrent un oeil, avant de le refermer surement bien vite


Le FBI aurait poussé des Américains musulmans à commettre des attentats

Le Point.fr - Publié le 21/07/2014 à 16:41

Selon Human Rights Watch, le FBI a mené après le 11 Septembre des opérations clandestines de contre-terrorisme abusives.

Selon HRW, le FBI a aussi souvent ciblé des personnes vulnérables, souffrant de troubles mentaux et intellectuels. Selon HRW, le FBI a aussi souvent ciblé des personnes vulnérables, souffrant de troubles mentaux et intellectuels. ©

BRENDAN SMIALOWSKI / AFP

Le FBI a "encouragé, poussé et parfois même payé" des musulmans américains pour les inciter à commettre des attentats, au cours d'opérations montées de toutes pièces, après le 11 Septembre, affirme lundi un rapport de Human Rights Watch. Dans nombre des plus de 500 affaires de terrorisme conduites par les tribunaux américains depuis le 11 septembre 2001, "le ministère américain de la Justice et le FBI ont ciblé des musulmans américains dans des opérations clandestines de contre-terrorisme abusives, fondées sur l'appartenance religieuse et ethnique", dénonce ce rapport étayé de nombreux exemples.

L'organisation, aidée de l'Institut des droits de l'homme de l'école de droit de l'Université de Columbia, a en particulier étudié 27 affaires, de l'enquête au procès, en passant par l'inculpation et les conditions de détention, et interviewé 215 personnes, qu'il s'agisse des inculpés ou condamnés eux-mêmes ou de leurs proches, d'avocats, juges ou procureurs. "Dans certains cas, le FBI pourrait avoir créé des terroristes chez des individus respectueux de la loi en leur suggérant l'idée de commettre un acte terroriste", résume un communiqué, estimant que la moitié des condamnations résultent de coups montés ou guet-apens. Dans 30 % des cas, l'agent infiltré a joué un rôle actif dans la tentative d'attentat.

Une "bouffonnerie shakespearienne"

"On a dit aux Américains que leur gouvernement assurait leur sécurité en empêchant et en punissant le terrorisme à l'intérieur des États-Unis", a déclaré Andrea Prasow, l'un des auteurs du rapport. "Mais regardez de plus près et vous réaliserez que nombre de ces personnes n'auraient jamais commis de crime si les forces de l'ordre ne les avaient pas encouragées, poussées, et parfois même payées pour commettre des actes terroristes." L'étude cite notamment les quatre de Newburgh, accusés d'avoir planifié des attentats contre des synagogues et une base militaire américaine, alors que le gouvernement avait, selon un juge, "fourni l'idée du crime, les moyens, et dégagé la voie" et transformé en "terroristes" des hommes "dont la bouffonnerie était shakespearienne".

Selon HRW, le FBI a aussi souvent ciblé des personnes vulnérables, souffrant de troubles mentaux et intellectuels. Le rapport cite également le cas de Rezwan Ferdaus, condamné à 17 ans de prison à l'âge de 27 ans pour avoir voulu attaquer le Pentagone et le Congrès avec des mini-drones bourrés d'explosifs. Un agent du FBI avait dit de Ferdaus qu'il avait "de toute évidence" des problèmes mentaux, mais le plan avait été entièrement conçu avec le policier


http://www.lepoint.fr/monde/le-fbi-aura … or=CS3-190

Dernière modification par Supedro (21-07-2014 20:31:20)

 

#35 21-07-2014 23:07:34

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6600

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Post transféré.
Article similaire à celui du Point du post précédent.

poip a écrit:

Le FBI aurait poussé des Américains musulmans à commettre des attentats http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/In … -hrw.shtml

Hors ligne

 

#36 22-07-2014 23:27:41

Reno
Membre du forum
Date d'inscription: 13-02-2007
Messages: 1701

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Larez a écrit:

Conséquence des posts précédents sur "l'explosif en suppositoire ", entre autre :

http://fr.ubergizmo.com/2014/07/royaume … newsfrance

Le Royaume-Uni empêche les passagers de monter à bord avec des appareils déchargés
Prenant en compte les rapports de renseignements selon lesquels les terroristes ont créé de nouveaux explosifs qui pourraient passer à travers les contrôles de sécurité, les U.S. obligent les passagers à montrer que tous les appareils électroniques qu’ils ont sur eux peuvent s’allumer. Si les appareils sont à court de batterie ou ne s’allument pas, les passagers ne seront pas autorisés à les prendre à bord. Le Royaume-Uni les a suivi, car le Ministère des Transports a annoncé que les passagers des avions qui entrent et sortent du Royaume-Uni devront montrer que leurs appareils sont assez chargés pour s’allumer.

Le Ministère des Transports déclare que cette politique s’appliquera aux passagers « sur certains trajets vers et depuis le Royaume-Uni. » Pour des raisons de sécurité, il n’a pas été révélé les trajets sur lesquels la politique sera strictement appliquée, mais le Telegraph pense que les trajets vers le Moyen-Orient et une partie de l’Asie seront très probablement affectés.

Tout d’abord, British Airways a déclaré que les passagers sur ces trajets ne seront pas autorisés à monter à bord avec ou sans les appareils s’ils ne s’allument pas. Cependant, la compagnie aérienne a changé sa position et elle permettra aux passagers de monter dans les avions. Leurs appareils peuvent alors être laissés à la compagnie aérienne et ils sont à prendre au retour, ils peuvent être envoyés à l’adresse qu’ils souhaitent ou les passagers peuvent réserver un autre vol et charger leurs appareils pendant ce temps-là.

Tout cela semble pénible, mais c’est une question de sécurité. Comme cela va probablement rallonger les files d’attente aux contrôles de sécurité, les passagers vers les trajets vers le Moyen-Orient ou dans des parties de l’Asie devraient venir plus tôt à l’aéroport.

Vu et lu mais pas comprendu...

C'est quoi le souci avec un appareil déchargé?
A l'heure du wifi a la limite, interdire les appareils chargés ok, mais déchargés... où est le souci?

D'autant qu'un appareil éteint est souvent bien moins détectable qu'un appareil allumé, d'où la double charge de travail aux douanes...dans quel but?


"Il suffit d'avoir un quotient intellectuel supérieur à la température ambiante pour comprendre que le 11 septembre est une affaire montée de toutes pièces."
Tout a été rendu possible le jour où le Lion est mort dans la vallée du Panshir.

Hors ligne

 

#37 23-07-2014 00:17:53

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

La booooombe, à la place de la batterie! wink

 

#38 23-07-2014 04:52:07

Reno
Membre du forum
Date d'inscription: 13-02-2007
Messages: 1701

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Ah ben oui suis-je bête....

Quand on peut la placer dans le fondement, on peut la mettre a la place de la batterie.


"Il suffit d'avoir un quotient intellectuel supérieur à la température ambiante pour comprendre que le 11 septembre est une affaire montée de toutes pièces."
Tout a été rendu possible le jour où le Lion est mort dans la vallée du Panshir.

Hors ligne

 

#39 23-07-2014 04:57:33

Supedro
Invité

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Jusqu'au jour ou les laboratoires al qaida inventeront la bombe-batterie fonctionnelle twittant à un suppositoire en semtex. Là ce sera un vrai défi sécuritaire. cool

Dernière modification par Supedro (23-07-2014 05:02:09)

 

#40 18-11-2014 18:43:29

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1221

Re: Attentats internes de confort, false flags et pipeaux divers

Je suis tombé sur ça ; quelqu'un en sait-il plus ?

http://www.mai68.org/spip/spip.php?article8155

LES LOIS SCÉLÉRATES DE 1893-1894,
par Françis de Pressensé un juriste, et Émile Pouget (PDF et htm)
jeudi 6 novembre 2014, par anonyme (Date de rédaction antérieure : 6 novembre 2014).
Note de do : Il est à noter que dans les deux cas, aussi bien pour les Lois Scélérates de 1893-94 que pour celles d’aujourd’hui, en 2014, soit pile 120 ans après, c’est du terrorisme manipulé par l’État qui sert de justification.

Pour les Lois Scélérates de 1893-94, c’est l’attentat d’Auguste Vaillant à la chambre des députés. Et on sait aujourd’hui que Vaillant était manipulé par un flic pour faire cet attentat, car le policier qui avait manipulé Auguste Vaillant écrivit plus tard lui-même un livre où il expliquait la manipulation : « La marmite pleine de ferrailles qui a explosé dans l’enceinte de l’Assemblée ne pouvait pas faire beaucoup de morts, mais allait beaucoup impressionner les députés et les inciter à voter diverses lois liberticides. »

Pour les Lois Scélérates de 2014, c’est encore du terrorisme commandité par l’État lui-même qui sert d’excuse. L’État développe la "théorie du loup solitaire" aussi bien que la "peur" du retour de terroristes qu’il a entraînés et armés lui-même pour combattre le régime antisioniste de Bachar el-Assad en syrie.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr