ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 12-01-2012 18:40:16

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4797

Alan Wallace

Arma : La vitesse finale de 850 km/h relevée par le NTSB est bien au-delà de la vitesse opérationnelle de l'avion. Elle semble également incompatible avec le fait que les pompiers Alan Wallas et Mark Dennis qui se trouvaient à quelques mètres devant leur One Titan 3000 fire crashtruck ont pu se mettre à l'abri.
Alan Wallace a fait une description précise de l'avion, de sa trajectoire et de son altitude. Il a été capable de donner exactement la position du jet au moment où il l'a vu surgir traversant le boulevard ! L'avion était donc à moins de 200 m de lui... Ce qui aurait laissé moins d'une seconde aux deux pompiers pour aller se mettre à l'abri...
Même si Usain Bolt fait un peu plus de 10 m à la seconde sur 100m, la première seconde lui est tout juste suffisante pour jaillir des starting block.

Sauf évidement si Alan Wallace a raconte une VO sur ordre ou/et si l'avion n'a fait que survoler le Pentagone.
Les deux militaires à la tour de l'Heliport se sont montrés discrets tout comme les deux confrères de Wallace.

Tout ce que l'on peut noter c'est que l'héliport datait de janvier/février 2001. Et le One Titan 3000 était aussi un nouveau camion...
Pour ma part je pense que l'histoire racontée par Wallace est rocambolesque... y compris son comportement dans l'aftermath.
mais c'est un autre sujet.
On peut lire un pdf de son récit des évènements ici (Avec un croquis de sa main en dernière page) :

http://www.heartofamericaquilt.org/file … allace.pdf

S'il dit vrai, alors il faut recompter les vitesses ainsi :
je dirais qui lui a fallu au moins 3 secondes pour faire une vingtaine de mètres avant de plonger sous le van (ce qui ferait du 11 secondes départ arrêté au 100m) tandis que l'avion en parcourait 200. Soit 240 km/h pour l'avion.
Bien plus réalistre pour une telle manœuvre, en revanche, comment expliquer la désintégaration de l'appareil ?
A cette vitesse, n'aurait-on pas pu s'attendre à retrouver des gros débris ?
C'est là où je veux bien regarder les théories alternatives... : le survole (version CIT®) ou un avion spécialement préparé pour être guider à distance et se détruire complètement à l'impacte pour faire disparaitre toute trace trop évidente de la préparation (Ce ne doit pas être loin de la théorie MMF...)
La trajectoir NTSB (reconstitution 2006®)pourrait acréditer le survole (version CIT) Mais le CIT n'en veut pas, il défend une autre tajectoire sur la base de témoignages... bon...

Si on reste avec Wallace, on se retrouve avec une vitesse adequat avec la trajectoire via les lampadaires, mais on a l'impression que dans ce cas la vitesse aurait été exagérée dans la VO pour expliquer la disparation quasi totale de l'appareil... Et puis, les vidéos des caméras de sécurité n'auraient pas manqué de capturer l'avion en image...  Autre sujet...

MMF: A 600 km/h, soit 166 m/s, si Wallace aperçoit l'avion alors qu'il est dans les parages de la station Citgo (au sud comme au nord) alors l'avion est à 500m et en 3 secondes il a le temps d'aller se planquer.

On a un élément de parcours final qui serait possible.

Evidemment, à 850 km/h, il n'aurait eu que le temps de voir l'avion et de se dire "je suis mort!".


Arma : Alan Wallace a donné très précisément sa position, il est l'un des pompier de service à l'Héliport, il se trouvait (sur la foi de son seul récit ) devant le OneTitan 3000 fire-crash-truck. Il a  vu surgir l'avion au-dessus du boulevard à "200 yards" de lui, à moins de 200m... à 850 km/h l'avion aurait été sur lui en moins d'une seconde...
Il dit avoir eu le temps de courir sur une vingtaine de yards avant l'impacte et encore 30 yards pour plonger sous le van de service.
L'avion aurait donc parcouru 200m, le temps que Alan Wallace  démarre son spring sur 20 m départ arrêté. En lui accordant des performances d'athlète, je lui donne 3 secondes pour son départ arrêté et parcourir une vingtaine de mètre...
ce qui laisse 3 secondes à l'avion pour parcourir environs 200 m disons même 250 m pour ajouter la distance jusqu'au mur du Pentagone.
Allez... la vitesse de l'avion pourrait être entre 250 et 400 km/h pour prendre une fourchette large.

(Il est à noté que dans ses premiers témoignages, Alan Wallace avait situé l'avion sur une trajectoire à 45° par rapport à la façade du Pentagone. Ce qui aurait été proche de la reconstitution NTSB 2006® (vidéo). Sa version, crayon en main, tête reposée (ou gonflée par la VO), lui a fait placer l'avion à 60 °, exactement sur le parcours des lampadaires, parcours jugé impossible dans le présent sujet par PfT (Balsamo en tête) en raison de la vitesse officielle de 850 km/h combinée à l'obstacle en amont des lampadaires, constitué par le mat de l'antenne du VDOT(vaste sujet)... et des dernières positions relevées par le radar de Reagan air-port ... (Sur ce point, il y a eut peut-être des mise à jour... on parle d'un sujet qui a 3 ans...)

Dernière modification par kikujitoh (13-01-2012 10:25:57)


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#2 12-01-2012 20:11:43

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Alan Wallace

Ce récit étonnant de Wallace l'est d'autant plus quand on le compare avec son récit au sortir de l'hôpital où il avait été admis le matin du 11 septembre :

http://video.google.nl/videoplay?docid= … amp;hl=nl#

Une petite comparaison s'imposerait entre le récit élaboré et le récit brut.

Dernière modification par charmord (12-01-2012 20:13:49)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#3 13-01-2012 10:03:44

Armageddon
Membre du forum
Date d'inscription: 02-08-2007
Messages: 3870

Re: Alan Wallace

charmord a écrit:

Ce récit étonnant de Wallace l'est d'autant plus quand on le compare avec son récit au sortir de l'hôpital où il avait été admis le matin du 11 septembre :

http://video.google.nl/videoplay?docid= … amp;hl=nl#

Une petite comparaison s'imposerait entre le récit élaboré et le récit brut.

En fait, je ne vois pas en quoi le récit de Wallace difère dans ce court passage (étant entendu que seuls les propos qui sortent de la bouche de Wallace peuven être considérés comme un témoignage de Wallace...)

En revanche il a admis avoir rectifier la trajectoire de l'avion. Elle lui avait semblé être proche de 45 ° par rapport à la façade du Pentagone, il l'a ensuite estimée à 60°
=> 45° aurait cadré avec la version NTSB 2006 (vidéo). 60° cadre avec la trajectoire via les lampadaires.
Le 45° serait également proche de la vision de la trajectoire par le responsable à la tour de l'heliport, Sean Berger (US Army), si on en croit la trop courte déclaration qu'il avait fait au CIT...
Je souligne cette modification d'évaluation d'angle de la trajectoire sans y voire forcément une manipulation de témoignage...
Disons qu'en tout cas, l'avion a semblé arriver directement sur eux.


"Oculos habent et non videbunt, aures habent et non audient"

Hors ligne

 

#4 13-01-2012 11:50:06

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Alan Wallace

Voici une analyse comparative (éditée) qui vaut ce qu'elle vaut :


1. Lors de son interview à chaud, A. Wallace parle d'un avion sans en identifier le type. Même, le journaliste ne dit pas en style indirect quel type d'avion il a vu, il parle juste de plane. Dans son rapport écrit d'août 2002, il dit avoir aperçu que c'était un avion gros porteur de type Airbus ou Boeing blanc avec lignes oranges mais son collègue, Mark Skipper a vu lui un avion argenté de la compagnie AA.

2. Dans sa première interview, l'avion a été aperçu alors qu'il était à environ 50 pieds de lui, selon le témoignage indirect qui est rapporté par le journaliste peu avant son interview directe. A noter que le journaliste regarde ses notes en faisant une telle description, ce qui pourrait démontrer que, comme tout bon journaliste, il a pris des notes lors de l'interview. C'est à ce moment là que A. Wallace aurait crié à son partenaire de dégager et qu'il aurait couru vers le nord pour se diriger vers le camion. Il dit que dès qu'il a ressenti le feu, il s'est jeté sous le van.

Il ne précise pas l'intervalle de temps qui s'écoule entre le moment où il se met à courir et le moment où il atteint le van, quand il commence à ressentir le feu.

3. Je ne vois pas où il affirme dans cette interview réalisée à chaud que l'avion empruntait une pente de 45°. Il ne donne aucun détail sur ce point. Il ne dit pas non plus à quelle hauteur se trouvait l'avion dans l'interview réalisée à chaud. Il ne donne aucun détail sur la trajectoire de l'avion.

Existe-t-il une autre interview de A. Wallace où il aurait donné d'autres détails, dont cette pente à 45°?

4. A. Wallace dit être parti en direction du nord tandis que son compagnon a couru un peu "in the field".

Dans le champ (j'imagine qu'il désigne la partie engazonnée).

La première interview en style direct ne permet pas de localiser où se trouvait A. Wallace quand il a vu la première fois l'avion.

On peut toutefois imaginer qu'il devait être proche du "champ", voire dessus, si l'on se fie à cette première interview.

A noter que dans la seconde interview après, il affirme ne plus se souvenir dans quelle direction, son collège Mark est parti. C'est une autre différence non négligeable. La perte de mémoire n'est pas une explication satisfaisante, compte tenu du luxe de détails qu'il a donné dans cette seconde interview.

Le fait est que le 15 septembre 2001, M. Skipper a affirmé avoir détalé avec A. Wallace en direction du Nord. Il a dit aussi que le camion était situé à 300 feet de l'impact et qu'il avait pris feu directement, ce qui est une autre étrangeté qui a déjà été abordé sur ce forum, si mes souvenirs sont bons.

5. Se dirigeant vers le nord, il était nécessairement de dos par rapport à l'endroit de l'impact qu'il n'a donc pas pu voir.

Dans la première interview réalisée à chaud, il ne dit pas explicitement s'il a ou non vu l'impact. Ce n'est que dans sa déclaration postérieure, qu'il met clairement les choses au point sur cette question en affirmant ne pas l'avoir vu.

6. Dans son interview du 11 septembre, il dit qu'il y a eu un flash, un craquement terrible et une boule de feu suivi d'un incendie.

Le flash, rapporté par plusieurs témoins et d'ailleurs visible sur les vidéos de la caméra de sécurité diffusées) a disparu dans sa seconde interview.

En outre, il situe la boule de feu dans cette déclaration écrite qu'après qu'il se soit réfugié sous le véhicule Ford Van situé, selon le plan qu'il dresse à la fin de sa déclaration le long du bâtiment annexe à l'héliport!

La boule de feu serait donc apparue plus tard ou aurait duré plusieurs secondes. Mais on peut aussi se demander s'il était en bonne position pour voir la boule de feu quand il s'était réfugié sous le véhicule Ford...

7. Dans sa seconde interview, A. Wallace se concentre sur le bruit du terrible craquement, qu'il attribue au crash de l'avion proprement dit (crash qu'il n'a pas pu voir, ce qu'il affirme d'ailleurs).
Il ajoute qu'il a entendu le bruit des moteurs de l'avion pendant sa course vers le nord, peu avant le craquement.

Ces témoignage ne sont donc pas concordants et même incompatibles sur certains points à mon avis.

Dernière modification par charmord (13-01-2012 12:45:13)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#5 13-01-2012 13:49:51

Armageddon
Membre du forum
Date d'inscription: 02-08-2007
Messages: 3870

Re: Alan Wallace

charmord a écrit:

Voici une analyse comparative (éditée) qui vaut ce qu'elle vaut :


1. Lors de son interview à chaud, A. Wallace parle d'un avion sans en identifier le type. Même, le journaliste ne dit pas en style indirect quel type d'avion il a vu, il parle juste de plane. Dans son rapport écrit d'août 2002, il dit avoir aperçu que c'était un avion gros porteur de type Airbus ou Boeing blanc avec lignes oranges mais son collègue, Mark Skipper a vu lui un avion argenté de la compagnie AA.

Il précise dans le document 2002 ; Boeing 757 ou A 320 blanc avec des bandes bleue et orange.
(j'ai trouvé curieux qu'il donne le nom des constructeurs et le modèle plutôt que le type genre "avion de ligne bi-réacteurs"
Parce que si les A 320 sont de loin les plus nombreux de la série des bi-réacteurs de chez Airbus, Cette place est tenue de très loin par le B 737 chez Boieng et non le B 757.
D'autre part, pour un pompier qui semble de s'y connaitre en avion de ligne... J'aurais pensé qu'il identifierait à coup sûr un Boeing aux couleurs de la prestigieuse compagnie nationale Américan Airline... plutôt qu'un vague avion avec des bandes bleu et rouge... Surtout que leurs passages autour du Pentagone est assez intense avec Reagan juste à côté... mébon
Je me disais que, pour ma part, j'identifierais un avion "aux couleurs d'Air France" plutôt qu'un avion "blanc avec une queue bleu blanc rouge"...wink
cette extrême précision emballée dans une naïve hésitation m'apparait un peu surfaite.

2. Dans sa première interview, l'avion a été aperçu alors qu'il était à environ 50 pieds de lui, selon le témoignage indirect qui est rapporté par le journaliste peu avant son interview directe. A noter que le journaliste regarde ses notes en faisant une telle description, ce qui pourrait démontrer que, comme tout bon journaliste, il a pris des notes lors de l'interview. C'est à ce moment là que A. Wallace aurait crié à son partenaire de dégager et qu'il aurait couru vers le nord pour se diriger vers le camion. Il dit que dès qu'il a ressenti le feu, il s'est jeté sous le van.

Il ne précise pas l'intervalle de temps qui s'écoule entre le moment où il se met à courir et le moment où il atteint le van, quand il commence à ressentir le feu.

3. Je ne vois pas où il affirme dans cette interview réalisée à chaud que l'avion empruntait une pente de 45°. Il ne donne aucun détail sur ce point. Il ne dit pas non plus à quelle hauteur se trouvait l'avion dans l'interview réalisée à chaud. Il ne donne aucun détail sur la trajectoire de l'avion.
Existe-t-il une autre interview de A. Wallace où il aurait donné d'autres détails, dont cette pente à 45°?

50 pieds... n'est-ce pas plutôt l'altitude ?
l'angle à 45° : Il n'en  pas dans cette vidéo que tu as mis en lien mais il rappelle qu'il l'a dit dans son document de 2002.


4. A. Wallace dit être parti en direction du nord tandis que son compagnon a couru un peu "in the field".

Dans le champ (j'imagine qu'il désigne la partie engazonnée).

La première interview en style direct ne permet pas de localiser où se trouvait A. Wallace quand il a vu la première fois l'avion.

On peut toutefois imaginer qu'il devait être proche du "champ", voire dessus, si l'on se fie à cette première interview.

A noter que dans la seconde interview après, il affirme ne plus se souvenir dans quelle direction, son collège Mark est parti. C'est une autre différence non négligeable. La perte de mémoire n'est pas une explication satisfaisante, compte tenu du luxe de détails qu'il a donné dans cette seconde interview.

D'un autre côté, à la sortie de l'hôpital, il n'était pas supposé faire l'objet d'un interrogatoire. Pourquoi à ce moment là, devrait-il donner autant de précisions ?
Ce qui est intéressant, c'est qu'il ait eut a en donner par la suite. Ce qui montre que tout le monde s'est posé des questions, du coup wallace a tenu le rôle du bon témoin. Sincère ou pas ? influencé ou pas ? C'est toute la question.

J'ai repensé au film des caméras de surveillance du pentagone... Au véhicule de police qui s'est dirigé immédiatement en direction... de quoi ?
n'aurait-il pas dû trouver les deux pompiers sur son passage et s'inquiéter de leur état ? Qui avait-il de si urgent dans cette direction ?

Dernière modification par Armageddon (13-01-2012 14:44:02)


"Oculos habent et non videbunt, aures habent et non audient"

Hors ligne

 

#6 13-01-2012 15:22:17

Armageddon
Membre du forum
Date d'inscription: 02-08-2007
Messages: 3870

Re: Alan Wallace

Un truc curieux tt de même : sur son croquis, il a peut-être donné le bon angle à l'avion, en revanche, il a complètement déformé la position du Columbia pike.
Tel qu'il a dessiné l'échangeur par rapport à l'avion, ça obligerait le B 757 à arriver sur une trajectoire NTSB 2006(vidéo), voir encore plus au nord.

Comme quoi, mm à tête reposée, crayon en main et avec un an de recule. Il est des visions qui ont la vie dure...
il faut se méfier de sa mémoire... wink


"Oculos habent et non videbunt, aures habent et non audient"

Hors ligne

 

#7 16-01-2012 10:44:12

Armageddon
Membre du forum
Date d'inscription: 02-08-2007
Messages: 3870

Re: Alan Wallace

Voila le plan de Wallace
http://img210.imageshack.us/img210/2083/planwallace.jpg

Oui mais, en plaçant l'avion comme il l'a placé, çe ne donne pas l'angle, ni la trajectoire qu'il a décrite...

http://img851.imageshack.us/img851/2742/vuepentagonwallace1109.jpg

Un point partout... ?

Dernière modification par Armageddon (16-01-2012 11:50:13)


"Oculos habent et non videbunt, aures habent et non audient"

Hors ligne

 

#8 29-05-2014 23:04:27

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4797

Re: Alan Wallace

Conversation entre Jeff Hill et Wallace : http://911transcripts.wikispaces.com/Je … an+Wallace


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#9 30-05-2014 14:14:47

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4797

Re: Alan Wallace

Qui est chaud pour nous faire une belle grille pour Wallace ? : http://forum.reopen911.info/p240753-29- … ml#p240753

Dernière modification par kikujitoh (30-05-2014 14:15:41)


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr