ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 04-10-2009 19:33:33

Raj0r
Membre Actif
Lieu: Paris
Date d'inscription: 08-05-2006
Messages: 3414

Mineta et l'ordre secret de Cheney VO



Ce n'est plus la même version.

Dernière modification par Raj0r (04-10-2009 19:34:58)

Hors ligne

 

#2 04-10-2009 21:56:54

fedup
Membre Actif
Lieu: Finistère Nord
Date d'inscription: 02-10-2006
Messages: 4013
Site web

Re: Mineta et l'ordre secret de Cheney VO

Arturo Saw6 a écrit:

On pense aussi que l'on aurait d'avantage besoin de confirmer un ordre de ne pas abattre qu'un ordre d'abattre.. Une fois l'ordre d'abattre confirmé, inutile de redemander 3 fois.

On pense ce qu'on veut... ça ne constitue pas une preuve pour autant ! wink

Et je suis plutôt d'accord avec la conclusion de ta vidéo de debunker : "Il n'est fait référence nulle part à un ordre de rester au sol".

J'ai toujours été sceptique vis à vis de l'intérêt de ce témoignage, et je m'étonne qu'il ait été autant repris, même par des gens aussi intelligents que Griffin. La vidéo de Rajor vient confirmer le fait qu'on ne peut décidément pas s'appuyer là-dessus lors d'un argumentaire.


Il est bien trop tard, et la situation est bien trop mauvaise, pour être pessimiste. (Dee Hock)

Hors ligne

 

#3 05-10-2009 09:24:16

Winston
Membre Actif
Lieu: Annecy
Date d'inscription: 17-09-2006
Messages: 2083

Re: Mineta et l'ordre secret de Cheney VO

En attendant, il aurait été normal que la commission fasse son boulot et demande à Cheney devant la Cour ce qu'il entendait dire par ce mystérieux ordre !
Moi, en tout cas, je veux savoir !

C'est suffisement important. Car si on fait co-incider les heures avec les 3 ordres, on se rends certainement compte qu'aucun d'eux ne correspond avec le décollage ou la prise de contact entre un chasseur et l'avion détourné, vu que ce n'est pas arrivé. Ce qui signifie que Cheney parle d'autre chose. Peut-être,  pour aller dans le sens de la vidéo du CIT, est-il en train de confirmer que l'exercice de détournement d'avion devait bien se poursuivre, avec l'avion qui frôle le toit du pentagone et la synchronisation avec une bombe placée à l'intérieur. Sans compter les agents prêt à venir confisquer les 83 vidéos de surveillance dès que le drame s'est produit, peut-être même placer de faux débris et gérer (tant bien que mal) la mise en scène des lampadaires et du taximan.


"Ceux qui ont le privilège de savoir ont le devoir d'agir." Albert Einstein

Hors ligne

 

#4 03-12-2009 19:13:46

Jonas061
Membre du forum
Date d'inscription: 03-12-2009
Messages: 532

Re: Mineta et l'ordre secret de Cheney VO

Bonjour à tous,
Très récemment inscrit sur ce forum, je tenais à vous faire part de mon avis au sujet de ce fameux témoignage de Norman Mineta.
Selon moi, si les propos du secrétaire d'état aux transports sont véridiques, ils ruinent de fait toute la chronologie retenue dans le rapport final de la Commission d'enquête.
Que nous dit spécifiquement ce rapport:
http://books.google.fr/books?id=xG2bvlz … mp;f=false

Page 90:
"Le vice-président se souvient avoir appelé le président juste après son entrée dans la salle de conférence de l'abri. Il y a contradiction sur le moment où le vice-président est entré dans cette salle. D'après les preuves que nous possédons, il yest arrivé juste avant 10h, peut-être à 9h58."

"A 10h02, dans l'abri, les communicants commencent à recevoir des informations des services de protections concernant un appareil, vraisemblablement détourné, qui se dirige vers Washington. C'était le vol 93 d'United Airlines. Les services de protections du président tiennent l'information directement de la FAA qui avait peut-être suivi le vol 93 sur un écran qui montrait son trajet projeté vers Washington et non son retour radar réel. (...)
Entre 10h10 et 10h15, un aide de camp informe le vice-président Cheney et les autres que l'appareil se trouve à 130 km (80 miles). On demande alors au vice-président l'ordre de tirer si il y a lieu. Sa réaction a été décrite par Scooter Libby comme rapide et ferme: "Environ le temps nécessaire à un batteur de décider de swinguer". Le vice-président autorise les chasseurs à tirer. Il nous dira avoir fondé sa décision sur la conversation qu'il venait d'avoir avec le président".


Il résulte de ce passage que le témoignage de Norman Mineta en date de 2003 a bien été pris en compte par la Commission.
Cependant, l'heure à laquelle ce dernier se serait rendu au Centre d'Oprération d'Urgence (entre 9h20 et 9h25) n'a pas été jugée réaliste par les membres de cette Commission qui ont préféré retenir 10h10, en pariant sur une erreur chronologique de Mineta.
Toutefois, le dialogue intervenu entre Dick Cheney et son aide de camp, tel qu'il a été retranscrit par le secrétaire d'état aux transports à bien été repris dans le rapport final.
Mais pour la Commission, ce dialogue ne devait concerner que le vol 93...
Pourtant, selon Mineta, il devait s'agir du vol 77:


Lee Hamilton: Je voudrais porter notre attention un moment sur le Centre Présidentiel des Opérations d’Urgence [PEOC]. Vous vous y trouviez pour une bonne partie de la journée. Je crois que vous y étiez avec le vice-président [Dick Cheney]. Et quand l’ordre fut donné, je crois que c’était par le président, d’autoriser d’abattre les avions commerciaux qui étaient suspectés d’être sous le contrôle des terroristes, y étiez-vous lorsque cet ordre fut donné?

Norman Mineta: Non, je n’y étais pas. J’en ai été informé pendant que l’avion se dirigeait vers le Pentagone. Un jeune homme est entré et a dit au vice-président ‘L’avion se trouve à 50 milles [80 kilomètres]. L’avion se trouve à 30 milles [48 kilomètres].’ Et lorsqu’il en fut à dire ‘L’avion est à 10 milles [16 kilomètres]’, le jeune homme a également demandé au vice-président ‘Est-ce que les ordres tiennent toujours?’ Le vice-président s’est retourné et a rapidement tourné la tête en disant ‘Évidemment que les ordres tiennent toujours. As-tu entendu quelque chose qui indique le contraire?’ Alors, à ce moment je ne savais pas ce que cela signifiait.

Lee Hamilton: Le vol auquel vous faites référence est celui qui...

Norman Mineta: Le vol qui a percuté le Pentagone

http://www.youtube.com/watch?v=Zcih4Y9Qafw

C'est vrai qu'en l'absence de plus de précisions, on aurait pu imaginer que Norman Mineta ait pu tout simplement se tromper d'heure...

Mais c'était sans compter sur cette nouvelle interview du secrétaire d'état aux transports, en date de 2006 (et dont la vidéo a été postée plus haut):

I grabbed some manuals and some papers, went down to the car, and we went over to the White House. As we went in West Executive Drive, people pouring out of the Executive Office building, people running out of the White House, and I said to my driver and security guy, "Is there something wrong with this picture? We are driving in, and everybody else is running away." So I went into the White House and someone said, "You have to be briefed by Dick Clark in the Situation Room." So I went in there, he talked to me for four or five minutes, and he said, "You have got to go to the PEOC." I said, "What's the PEOC?" He said, "That's the Presidential Emergency Operations Center." I said, "I don't know where that is or what it is." There was a Secret Service agent standing there, says, "I'll take you." Well, it's that bunker that's way under the White House.

I got to the PEOC and the Vice President was already there. Big conference table, and there are phones all along here. I took a phone and called my office, kept it an open line, and then I took another phone, called FAA -- Federal Aviation Administration Operations Center -- and kept it at open line and kept working the two phones. 

Some young man came in and said to the Vice President, "There's a plane 50 miles out coming towards D.C." So I said to Monty Belger, who is the No. 2 at FAA, I said, "Monty, what do you have on radar on this plane coming in?" He said, "Well, the transponder has been turned off, so we don't know who it is, and we don't know the altitude or speed." I said, "Well, where is it?" He said, "It's somewhere beyond Great Falls right now." Then, the young man came in and said it's 20 miles away. I'd say, "Well, Monty, where is this plane in relationship to the ground?" On radar it is hard to associate with a ground point, but they'd be able to tell you roughly the distance from wherever you are, but he couldn't tell you the speed or altitude, and then all of a sudden, as I was talking to him, he said, "Oh, I lost the bogie. Lost the target." I said, "Well, where is it?" He said, "Well, it's somewhere between Rosslyn and National Airport," and about that time someone broke into the conversation and said, "Mr. Secretary, we just had a confirmation from an Arlington County police officer saying that he saw an American Airlines plane go into the Pentagon." So then I said, "Monty, bring all the airplanes down." When you see one of something happen, it's an accident; when you see two of the same thing happening, it's a trend, something. When you see three, it's a plan. So I said, "Bring all the planes down."

http://www.achievement.org/autodoc/prin … /min0int-1

A moins de considérer que Norman Mineta ait pu mentir sur toute la ligne en inventant de toute pièce sa conversation téléphonique avec Monty Belger, ce dernier témoignage est la preuve irréfutable que la discussion qui s'était déroulée entre Cheney et son aide de camp concernait non pas le vol 93 mais bel et bien le vol 77 (le seule qui se soit trouvé entre Rosslyn et l'aéroport de Arlington).

Par ailleurs, outre le fait que cette révélation a pour effet de rendre complètement irréaliste l'heure retenue par la Commission quant à l'arrivée effective de Dick Cheney au PEOC, elle remet également sérieusement en cause l'heure à laquelle ce dernier aurait reçu du président Bush, toujours selon la Commission, l'autorisation d'abattre tout avion détourné:

Page 91:
« Le Vice-président dit qu’il a appelé le Président pour définir des instructions de combat pour la CAP (note : les règles d’emploi des armes). Il se souvient qu’il n’avait pas touché l’opportunité d’envoyer une CAP sans que les pilotes sachent s’ils peuvent tirer si l’avion n’obtempère pas.
Il dit que le Président a reconnu la justesse de sa remarque. Le Président nous confiera qu’il se souvient de cette conversation car cela lui avait rappelé l’époque où il était lui-même pilote intercepteur.Il nous a bien fait comprendre que, ce matin là, il a donné l’autorisation d’abattre l’appareil piraté.
L’aide de camp du Président croit se souvenir que le vice-président a parlé à celui-ci juste après son arrivée dans la salle de Conférence souterraine, mais il n’a pas entendu la conversation.
Condoleezza Rice, arrivée peu après le vice-président, s’assit à côté de lui. Elle se souvient l’avoir entendu dire au Président : « Monsieur, la CAP a décollé. Ils vont vouloir savoir ce qu’ils doivent faire, monsieur ». Puis elle entendit : « Oui monsieur ».
Nous croyons que cet appel a eu lieu avant 10h10 et 10h15. Parmi les témoignages d’autres évènements importants de cette matinée, il n’y a pas de preuve documentaire de cet appel mais les sources sont incomplètes. Des personnes présentes qui prenaient des notes, comme le secrétaire général du vice-président, Scooter Libby, qui était assis à côté de lui, et Mme Cheney, n’ont pas consigné d’entretien entre le président et le vice-président juste après l’arrivée de ce dernier dans la salle de Conférence ».


Il est clair que si on donne du crédit au témoignage de Norman Mineta, l'autorisation de tir donnée par Georges Bush à Dick Cheney l'a forcément été bien avant 10h10.
Lorsque l'on s'intéresse de nouveau au passage du rapport consacré au moment où Cheney aurait donné son autorisation d'abattre le vol en approche de Washington, on est assez intrigué de lire ceci:
"Le vice-président autorise les chasseurs à tirer. Il nous dira avoir fondé sa décision sur la conversation qu'il venait d'avoir avec le président".

Bref, tout ça pour dire que le témoignage de Mineta est loin d'être inutile à aborder.
Au contraire, il semble ébranler l'ensemble de la chronologie présentée dans le rapport final de la Commission d'enquête concernant la réaction des autorités militaires face au détournement des vols 77 et 93...


"Pour enchainer les peuples, on commence par les endormir" Jean-Paul Marat.

Hors ligne

 

#5 04-12-2009 00:16:28

cristof
Membre Actif Asso
Lieu: Poitou-Charentes
Date d'inscription: 13-02-2007
Messages: 1457

Re: Mineta et l'ordre secret de Cheney VO

Bienvenu à toi Jonas061 smile

J'aime bien ton avatar qui est approprié à la teneur de ton premier message big_smile


Membre du GT Edition Vidéos   
Pour soumettre une vidéo à traduire pour publication sur Reopen911, rendez-vous sur ce fil http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=13262
Pour soumettre une vidéo en français ou déjà traduite, utilisez notre formulaire en ligne http://www.reopen911.info/videos/soumet … video.html

Hors ligne

 

#6 04-12-2009 15:31:40

Jonas061
Membre du forum
Date d'inscription: 03-12-2009
Messages: 532

Re: Mineta et l'ordre secret de Cheney VO

Merci Cristof smile
Et oui, ce qui me turlupine le plus dans cette version officielle, c'est toute la partie concernant le crash du vol 77 au Pentagone...
C'est vrai que mon avatar fait un petit peu "village people" mais je le trouve assez marant big_smile
J'espère seulement qu'en 2001, entre le peuple et les représentants des autorités américaines de l'époque, la situation n'a pas été inversée...

Dernière modification par Jonas061 (04-12-2009 15:32:00)


"Pour enchainer les peuples, on commence par les endormir" Jean-Paul Marat.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr