ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 13-06-2009 16:59:04

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4798

Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

On entend souvent dire que des missiles protégeaient l'espace aérien du pentagone le 11 septembre 2001. Est-ce vrai ou non ? On ne trouve que très peu d'information sur ce point précis.


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#2 13-06-2009 19:31:21

neon121
Membre du forum
Date d'inscription: 27-09-2006
Messages: 3409

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

j avais lu que non, depuis quelque annees apres la fin de la guerre froide.


+--++ 0 98 +++restons vigilant 5--+250+0-5

Hors ligne

 

#3 14-06-2009 23:48:17

Sky
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2008
Messages: 1689

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

neon121 a écrit:

j avais lu que non, depuis quelque annees apres la fin de la guerre froide.

TU as lu ça ou?


La plus grand lacune de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle

Hors ligne

 

#4 15-06-2009 19:07:22

genesis666
Membre du forum
Lieu: jette Belgique
Date d'inscription: 18-01-2008
Messages: 270

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

je pense que la proximité de l'aéroport à moins d'un 1,5km du pentagone laisse penser que les batteries anti-aériennes soient plutôt dans le domaine de l'improbable.


Nietzsche : tout esprit profond avance masqué

Hors ligne

 

#5 15-06-2009 19:58:31

Tree-Tree
Membre du forum
Date d'inscription: 10-09-2008
Messages: 2757

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Le "bâtiment le plus protégé du monde" est un mythe. Je pense en effet qu'il n'y pas de batteries anti-aériennes en raison de la présence très proche de l'aéroport. De plus, avez-vous vu de grandes barrières protégeant le bâtiment ou d'autres formes de protection contre disons une "approche terrestre" ? Non. Le premier abruti passant sur l'autoroute pourrait s'arrêter et balancer un coup de bazooka en l'espace d'une minute. Rien qu'à voir les premières photos du supposé crash, on constate que n'importe qui pourrait enjamber la barrière de sécurité et aller faire du golf sur la pelouse. (Ce qui veut bien sûr pas dire qu'il n'y a pas de gardes, mais bon... Rien à voir avec la zone 51 par exemple ou des bases militaires qui elles sont réellement surprotégées...)

Dernière modification par Tree-Tree (15-06-2009 20:00:08)

Hors ligne

 

#6 15-06-2009 22:27:10

Sky
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2008
Messages: 1689

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Dans le film Zero, il y a une longue partie sur les SOL/AIR et les protocoles IFF...


La plus grand lacune de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle

Hors ligne

 

#7 16-06-2009 00:00:31

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Pour l'instant, il n'y a aucune photo des batteries.
Note : la présence d'un aéroport n'empêche en rien la présence de batterie de missiles.
Un radar peut mesurer la vitesse d'un objet qui vient vers lui.
Or un avion va à environ 300 km/h pour un atterrissage, un missile beaucoup plus (>2500 km/h pour les courtes portées).
OVNI qui va sur le Pentagone : ~800 km/h selon la VO -> peut-être dans les limites de sécurité, peut-être pas...


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#8 16-06-2009 10:02:33

phiphi94400
Membre du forum
Date d'inscription: 19-06-2007
Messages: 672

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

MOUAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA!!! lollollollol

C'est vrai aussi que ce jour-là, l'espace aérien (et terrestre) entier des USA était super bien protégé!!! lollollol

C'est vrai aussi que des batteries anti-missiles peuvent être enterrées la plupart du temps - et donc ne pas être visibles la majeure partie du temps - et ne soient déployées qu'en cas de risque.

C'est vrai aussi que le Pentagone est située à Arlington, Virginie, où coule le Potomac, de l'autre côté duquel se trouve Washington DC.
A Washington il y a quand même la Maison Blanche, le Capitole, la Cour Suprême, la Réserve Fédérale, la Banque Mondiale, le FMI etc. ... alors qu'à Arlington il n'y a que le Pentagone, le siège de la Drug Enforcement Administration & de l'United States Army Space and Missile Defense Command (ainsi qu'à Alexandria, Virginia, au sud-ouest de Washington, 11 km)

Au nord-est de Washington DC, à env. 35 km, il y a Odenton, Maryland, à côté duquel se trouve Fort George G. Meade, siège de la NSA.

Au nord-ouest de Washington DC, à env. 13 km, il y a Langley, siège de la CIA.

A l'ouest de Washington DC, à env. 35 km, il y a Chantilly, siège du NRO.

http://img1.uplood.fr/free/j7nd_washington-dc-etc.jpg

EDIT: excusez, j'avais oublié le FBI, qui siège au 935 Pennsylvania Avenue, Washington DC

Je continue:
Au sud de Washington, à env. 22 km, il y a Fort Belvoir, Virginia, où est situé le HQ de l'United States Army Intelligence and Security Command, l'une des 16 Agences de Renseignement US.

Au Pentagone, il y a aussi la Defence Intelligence Agency (DIA), et à Washington DC, basé à Bolling Air Force Base il y a le Defense Intelligence Analysis Center (DIAC), alors qu' à Fort Detrick, Maryland, à 72 km au nord-ouest de Washington DC, il y a le National Center for Medical Intelligence (NCMI) et le labo P4 de l'USAMRIID (U.S. Army Medical Research Institute of Infectious Diseases).

A Quantico, Virginia, sur le Potomac, à env. 47 km au sud-ouest de Washington DC, il y a le Marine Corps Intelligence Activity (MCIA), une autre des 16 agence de renseignement US (d'après l'article Wikipédia en français, "la ville a une superficie totale de 0,2km²", "est complètement entourée par la base du Marine Corps", "est le site de l'une des plus grandes bases de l'US Marine Corps dans le monde, (MCB Quantico). La base est le site de la Marine Corps Combat Development Command (une des composantes du HQ Marine Corps) et HMX-1 (escadron d'hélicoptères de la présidence). Aussi bien l'académie de formation et d'entraînement de la DEA que l'académie du FBI sont situés sur la base." - tout ce qui est en gris sur la carte en-dessous fait partie de la base)

A Bethesda, Maryland, à env. 20 km au nord-ouest de Washington DC, il y a la National Geospatial-Intelligence Agency, une autre agence du renseignement.

A Suitland, Maryland, à 1 dizaine de kms au sud-est de Washington  se trouve le HQ de l'Office of Naval Intelligence (ONI), une de plus.

http://img1.uplood.fr/free/ohk3_washington-1.jpg


Sans oublier la base d'Andrews AFB, Maryland, à 15 km au sud-est de Washington, où est stationnée la flotte Air Force One (base militaire aérienne dont on connaît le rôle lors du 9/11!!)

et le HQ de la Nuclear Regulatory Commission ou NRC (Autorité de sûreté nucléaire américaine) situé à Rockville, Maryland, au nord-ouest de Washington (env. 25 km), ainsi que la Centrale Nucléaire de Claverts Cliff, sise au bord la baie de baie de Chesapeake, à Lusby, Maryland, au sud-est de Washington (env. 80 km)

et je suis sûr que je pourrais continuer...

mais non, tout ce bordel n'est pas protégé... ni par des avions (inexistants quand ils sont plus que requis) ni par des missiles (ou des batteries anti-missiles).

Ce qui signifie, que l'élite  (politique, judiciaire, militaire, administrative, les agences de renseignement etc - bref, le centre nerveux, vital) des USA est livrée à elle-même, tout ce beau monde, y compris les pontes de la BM et du FMI sont livrés à eux-mêmes, et à n'importe quel pékin armé d'un lance-roquette ou d'une AK47 qui passerait par-là, ou encore d'un missile qui viendrait d'Iran, de Chine ou de Russie, voire balancé par la Corée du Nord!! tongue

Rectif: tout ce beau monde a quand une garde rapprochée (et c'est vrai, elle ne baille pas aux corneilles) lol

Bref, il en faut peu pour neutraliser "l'hyperpuissance" américaine: une pichenette, et le château de cartes s'écroule.
Bizarre, pour l'État qui représentait plus de la moitié du budget mondial annuel quant à l'armement déjà en 2001...


Un SCOOP!! I-N-C-R-E-D-I-B-A-B-L-E!!!

lollollollollollollol

Dernière modification par phiphi94400 (02-07-2009 12:19:54)


"Seule l’erreur a besoin du soutien du gouvernement. La vérité peut se débrouiller toute seule." — Thomas Jefferson, Notes on Virginia

"To err is human, but to preserve an error is diabolic" — Etienne de Harven

Hors ligne

 

#9 16-06-2009 10:38:06

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Les missiles étaient à l'école de Sarasota. Voilà l'explication.
Sérieusement comment peut on avoir des informations secret défense sur le forum Reopen??


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#10 16-06-2009 10:42:11

Ronny0
Membre du forum
Date d'inscription: 26-02-2008
Messages: 444

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Il y a surement des rampes de missiles dans les bases militaires entourant Washington mais au pentagone on n'en a aucune preuve.

Hors ligne

 

#11 16-06-2009 11:13:44

phiphi94400
Membre du forum
Date d'inscription: 19-06-2007
Messages: 672

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

c'est claire, pas de preuve donc??

ça n'existe pas ...

un peu de bon sens please ... smile


"Seule l’erreur a besoin du soutien du gouvernement. La vérité peut se débrouiller toute seule." — Thomas Jefferson, Notes on Virginia

"To err is human, but to preserve an error is diabolic" — Etienne de Harven

Hors ligne

 

#12 16-06-2009 12:22:48

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

ragondin a écrit:

Les missiles étaient à l'école de Sarasota. Voilà l'explication.
Sérieusement comment peut on avoir des informations secret défense sur le forum Reopen??

Si Zéro raconte qu'il y en a, il vaudrait mieux avoir des informations dessus...


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#13 16-06-2009 13:03:10

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Traduction de mon message précédent:
"Je dis que ce ne sera pas sur ce forum que sortiront des infos secret défense. "


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#14 16-06-2009 20:50:56

genesis666
Membre du forum
Lieu: jette Belgique
Date d'inscription: 18-01-2008
Messages: 270

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

ragondin a écrit:

Traduction de mon message précédent:
"Je dis que ce ne sera pas sur ce forum que sortiront des infos secret défense. "

L'existence d'une base anti-aérienne serait confinée dans un dossier secret defense?
On la met où cete base ?
Sur le toit?
En dessous de la pelouse?
Au cimetiére d'airlington entre quelques tombes?
Restons sérieux quelques instants s.v.p
De plus Pentagone veut dire 5 côtés,donc n'oublier pas qu'il faut proteger les 5 faces...Pas uniquement le côté que l'on connait depuis le 11/09.
On ne voit que le côté qui a été percuter,mais avant les évenements je suppose que si les bases anti- aériennes existaient,ils devraient se trouvées et existent encore des 5 cotés du batiment.
Le pentagone reste un batiment administratif,et comme le signalait Tree-tree dans ce post il suffit d'enjamber une bête barrière de sécurité pour se retrouver à quelques encablures du bâtiment"le mieux protégé du monde"".

S'il fallait installé des bases anti-missiles sur chaque bâtiment important U.S aux states ou dans n'importe quel partie du monde,ou va t-on?
Bref, l'existence d'une base anti-missile ou anti-aérienne au pentagone n'est basée sur rien.
Et je persiste ,malgré l'intervention de Pole,que la localisation d'un aéroport a 1,5km du pentagone,tend à croire à une non possibilité d'une telle base.

Dernière modification par genesis666 (16-06-2009 21:05:24)


Nietzsche : tout esprit profond avance masqué

Hors ligne

 

#15 16-06-2009 22:22:17

neon121
Membre du forum
Date d'inscription: 27-09-2006
Messages: 3409

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Sky
kje ne sais plus ou j ai lu ca, c etait a mes debut sur le forum.... ca date.
Quand a mettre des anti missile sur le toit de l objets qu on desier defedendre, je pense qu on en est plus la depuis quelques annees.
je pense que la technique permet de surveiller quelques 50 ou 100 km.


+--++ 0 98 +++restons vigilant 5--+250+0-5

Hors ligne

 

#16 16-06-2009 22:42:22

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

genesis666 a écrit:

Et je persiste ,malgré l'intervention de Pole,que la localisation d'un aéroport a 1,5km du pentagone,tend à croire à une non possibilité d'une telle base.

A croire, oui.
A croire seulement.
J'ai juste indiqué qu'il n'était pas impossible d'avoir des lances-missiles près du Pentagone.
Et pas besoin de protéger les 5 côtés par 5 batteries, il en suffit d'une à côté.


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#17 17-06-2009 20:05:31

phiphi94400
Membre du forum
Date d'inscription: 19-06-2007
Messages: 672

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Des ADMs étaient-elles présentes en Irak?
Non, mais on a quand même pu les voir! si si je vous assure!!

Un 767 s'est-il écrasé au Pentagone?
Non; mais on vous montrera des vidéos sur laquelle vous pouvez voir en gros plan le dit avion! si si sans blagué!!

Ben Laden est-il responsable du 11 septembre?
Oui; mais nous vous dispensons de voir les preuves démontrant sa culpabilité! non, mais sans déconner!!

Des buildings à super structure d'acier peuvent-il s'écrouler suite à des incendies?
Non; mais vous avez-vu, vu, vu, vu et encore revu, le 11 septembre 2001, y en a 3 qui ont été dégommés! Si, si, ne me dites que vous ne les avez pas vu tout de même!!

Y a-t-il des batteries anti-missiles au Pentagone?
Oui et non! comment ça? Eh ben, ça dépend de ce qui va tomber dessus.
En tout cas, s'il y en a, vous ne les verrez jamais!! lol

Dernière modification par phiphi94400 (17-06-2009 20:07:16)


"Seule l’erreur a besoin du soutien du gouvernement. La vérité peut se débrouiller toute seule." — Thomas Jefferson, Notes on Virginia

"To err is human, but to preserve an error is diabolic" — Etienne de Harven

Hors ligne

 

#18 18-06-2009 21:17:40

inconnu652000
Membre du forum
Date d'inscription: 15-01-2009
Messages: 134

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Il suffit de lire des revues militaires. certains radars peuvent couvrir des centaines de kilomètres ! Il n'y a d'ailleurs que quelques centres radars par pays. Souvent reliés et partageant les infos.
Je pense que cela doit être le cas du centre de commandement US, le pentagone. Exemple, l'élysée est également protégé par une batterie de missiles, pourtant en plein Paris ...
Croire qu'il n'est pas protégé un minimum c'est quand même fou.  L'avion a disparu des radars donc il a fait quelques centaines de kilomètres en rase motte (dites mois si je me trompe) pourtant personne l'a vu, ça doit faire drôle de voir passer un 757 en rase motte dans un bled sans aéroport, non ?


De plus ces missiles sont le plus souvent a guidage radar donc capable d'être dirigés vers une cible précise par au hasard des passages d'avions lol. Donc même si un avion est en cours d'atterrissage un missile peut aller très facilement (ils sont fait pour ça) frapper un autre avion. Techniquement aucune impossibilité.

Hors ligne

 

#19 18-06-2009 23:26:56

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Officiellement, les radars ont détecté l'avion, mais les contrôleurs étaient branchés sur le mauvais radar et donc ne voyaient rien...
Mais les enregistrements des radars ont été retrouvés et il s'avère qu'un radar aurait détecté l'avion.
Officiellement, bien sûr cool .


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#20 19-06-2009 06:26:00

genesis666
Membre du forum
Lieu: jette Belgique
Date d'inscription: 18-01-2008
Messages: 270

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Je remet ici un lien vers le fil que Counter avait ouvert, ou on peut telecharger en plus des images radars,les conversations entre la tour de contrôle et les pilotes qui volaient au-dessus de Washington:

http://forum.reopen911.info/t12194-decr … tagon.html


Nietzsche : tout esprit profond avance masqué

Hors ligne

 

#21 13-07-2009 15:12:07

henryco
Membre du forum
Date d'inscription: 10-10-2007
Messages: 282

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Qui est à l'origine de ces infos qui sont assez précises puisquil est même mentionné le nombre de batteries anti-missiles: 5 ?! Meyssan, Chiesa? dans les deux cas il suffirait de les interroger au moins pour s'entendre répondre que l'info a été obtenue confidentiellement par untel de la part de XXX travaillant pour tel ou tel organisme:
reopen a t'elle posé cette question indispensable à Meyssan et Chiesa? Si non il serait temps de le faire!
J'ai besoin de sourcer au mieux cette info et je ne connais pas les emais persos de ces gens...HELP!

F H-C

Hors ligne

 

#22 13-07-2009 21:44:34

questionneur
Membre Actif
Date d'inscription: 04-04-2006
Messages: 706

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

henryco. Sur la question des missiles vous pouvez, par exemple, parcourir les deux liens suivants:

1) Context of '(8:45 a.m.-9:37 a.m.) September 11, 2001: Secret Service Does Not Use Its Stinger Missiles to Protect New York and Washington':

http://www.historycommons.org/context.j … ermissiles

Si je comprend bien le contenu de ce premier lien (à lire peut-être plus attentivement que je ne l'ai fait!) on ne signale aucune défense de missiles installée au pentagone le 11 septembre 2001, mais il y en aurait eu une au World Trade Center qui n'a pas été utilisée.

Il y aurait peut être aussi une défense de missiles pour défendre la maison blanche mais les informations à son sujet seraient contradictoires. Le vol 77 aurait  été seulement à 4 miles de la maison blanche et donc à portée de la défense de missiles,  si tant  est qu'il y en a eu une ce jour là pour celle-ci.

2) “Stand Down” In Order

http://911exposed.org/Stand%20Down.htm

Ce second lien évoque le dialogue surpris par le secrétaire américain aux transports de l'époque Norman Mineta entre le vice-président Dick Cheney et un jeune qui l'interrogeait dont on pourrait déduire qu'une défense par missiles située soit  sur le toit du pentagone, soit au sol (ou les deux) était disponible ce matin là.  Mais le témoignage de Norman Mineta n'a jamais fait l'investigation qu'il aurait du faire par l'identification et l'interrogatoire, sous serment, du jeune homme cité, ainsi que de  Dick Cheney lui même et d'autres personnes présentes dans le  Presidential Emergency Operations Center (PEOC) ce matin là.

Le gros problème c'est surtout l'absence des avions de chasses pour intercepter les avions prétendument détournés ce jour là. Quelques  liens :

The F-16s That Failed to Protect Washington on 9/11: Was the Langley Jets' Emergency Response Sabotaged?

http://shoestring911.blogspot.com/2009/ … ngton.html

http://www.reopen911.info/News/2009/06/ … -aerienne/

P-56 Prohibited Airspace de "John Judge":

http://911exposed.org/P56.htm

Citation: "Andrews Air Force base, within 10 miles of the city have provided consistent scramble-ready defenses for the P-56 sector, which protects the most important government buildings.  Having grown up and lived in the area for most of my life, I saw such defensive responses many times, guiding planes away from the restricted area."

Dernière modification par questionneur (14-07-2009 00:11:27)

Hors ligne

 

#23 14-07-2009 03:33:47

neon121
Membre du forum
Date d'inscription: 27-09-2006
Messages: 3409

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Pole
"Officiellement, les radars ont détecté l'avion, mais les contrôleurs étaient branchés sur le mauvais radar et donc ne voyaient rien..."
d apres mes souvenir, on a laissé venir l avion (l OVNI) n est ce pas .?


+--++ 0 98 +++restons vigilant 5--+250+0-5

Hors ligne

 

#24 14-07-2009 09:38:25

questionneur
Membre Actif
Date d'inscription: 04-04-2006
Messages: 706

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Pole a écrit:

Officiellement, les radars ont détecté l'avion, mais les contrôleurs étaient branchés sur le mauvais radar et donc ne voyaient rien...
Mais les enregistrements des radars ont été retrouvés et il s'avère qu'un radar aurait détecté l'avion.
Officiellement, bien sûr cool .

Les contrôleurs si vous parlez des radars civils, eux ne sont pas censés suivrent un avion qui a coupé son transpondeur. Dans ce cas les autorités civiles de l'aviation préviennent les autorités militaires qui prennent en charge le problème. Que sait-on de l'utilisation des radars militaires américains le 11 septembre 2001? Absolument rien à ma connaissance.

Différences entre radars civils et militaires. Discussion dans un forum spécialisé:

http://www.aeroweb-fr.net/forum/pilotage/391/1

"Les radars "militaires" sont en fait des radars primaires qui permettent de voir tout ce qui est en l'air en affichant directement sur un écran les échos qu'ils reçoivent des aéronefs en vol. Sur cette base primaire, un second système (identique aux radars civils dit secondaires) permet d'identifier les avions en vol par IFF (Identify Friend or Foe) pour savoir si c'est un de nos appareils ou un avion indéterminé (potentielle menace).

Les radars civils dit secondaires n'utilisent qu'un dérivé de cet IFF (chronologiquement je ne connais pas l'ordre d'apparition mais c'est pour les explications) c'est le transpondeur. C'est un appareil dans l'avion qui permet d'afficher un code de 4 chiffres (à choisir dans 01234567) sur la demande du contrôleur et qui lui permet au radar secondaire de nous voir (il interroge et en réponse le transpondeur émet des infos). Donc en gros, si on coupe le transpondeur, les radars civils sont aveugles."

"Donc en gros, si on coupe le transpondeur, les radars civils sont aveugles.""oui et non, car même dans le civil, les gros aéroports ont un radar primaire completé d'un radar secondaire."

"Oui effectivement, mais les contrôleurs ne travaillent qu'avec le secondaire en temps normal. De toute façon, les données issues du primaire sont enregistrées pour les besoins d'une éventuelle enquète. "

Repérer les avions soi-disants détournés le 11 septembre 2001, même avec transpondeur coupé, n'était pas un problème pour le système de radars militaires américains dont les performances sont rappelées par ce lien: "P-56 Prohibited Airspace" et dont l'utilisation pour le 11 septembre 2001 est inconnue.

http://911exposed.org/P56.htm

Ce lien, de même que Pierre-Henri Bunel qui est intervenu sur le forum de Reopen, rappellent notamment l'existence, aux USA, d'un système de détection satellitaire.

Citation du lien:

"Precision NORAD satellites are capable of monitoring even moving cars.

The Pentagon is one of the most heavily guarded and watched sites in the U.S., along with Area 51, P-56, and NORAD.  With Radar systems capable of tracking objects right down to sea level, “Friend or Foe” System and Satellite systems.  The Pentagon is equipped with the latest State of the Art technology in their War Room.  Cheyenne Mountain NORAD facility has demonstrated how geosynchronous satellites, over the entirety of the U.S., could monitor all airborne objects in real time."

Citation de Pierre-Henri Bunel:

"La défense aérienne de Washington est un ensemble assez complet en plusieurs niveaux. Il existe notamment un ensemble de bases aériennes qui fournissent des avions en alerte à une minute. Les équipages et les bases d’astreinte tournent suivant un tour de service très précis.

La base de 1ère intervention doit être en mesure de faire décoller une première patrouille de deux avions dans la minute, et deux autres patrouilles à cinq minutes. La réorganisation des bases aériennes (Air Force Bases Bill de 1992) dont le nombre a été réduit par l’administration Clinton n’a pas touché le dispositif existant sur les zones sensibles. Le nombre de ces zones a baissé, mais Washington, New York (à cause de Wall Street) et certaines zones militaires et industrielles ont conservé un dispositif de protection de l’espace aérien intact.

La surveillance du ciel est assurée par les radars du NORAD et les capteurs variés comme les radars aérotransportés du type AWACS, mais aussi par le système d’alerte satellitaire. Le réseau général (Satellites, centres de détection) se complète des réseaux d’alerte rapprochée (Cinquante et vingt kilomètres) puis des réseaux d’alerte immédiate de chaque site (Acquisition à vingt kilomètres et tir à dix, armement sol-air à base de missiles SAMP [Sol-air moyenne portée]). Le Pentagone est un de ces sites protégés, comme la Maison Blanche mais aussi la NSA et la CIA, dont les centres de commandement sont des sites sensibles.

Pour battre en brèche un tel système, il faut accumuler un tel nombre de fautes professionnelles que s’en est invraisemblable."

Pour en revenir à la question des missiles. Abattre un avion détourné ou ayant pris une trajectoire interdite par un missile lancé du sol n'est pas je pense une procédure normale d'action, surtout  dans des régions à forte densité de population. La procédure normale est l'interception par un avion de chasse. Elle a été appliquée avec succès en France, en 2007,  pour un avion qui s'approchait de Paris, lequel a été intercepté par un Mirage 2000 de l'armée de l'air qui l'a "contraint à se poser" à Tours.

http://tf1.lci.fr/infos/france/faits-di … rage-.html

Un avion de détection de type E3F Awacs avait décollé pour faciliter l'identification. "Pendant toute la durée de l'opération, l'appareil a été en permanence suivi par des radars civils et militaires ainsi que par un avion de détection de type E3F Awacs qui était déjà en vol".

Dernière modification par questionneur (14-07-2009 12:05:14)

Hors ligne

 

#25 14-07-2009 12:11:33

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

questionneur a écrit:

Pole a écrit:

Officiellement, les radars ont détecté l'avion, mais les contrôleurs étaient branchés sur le mauvais radar et donc ne voyaient rien...
Mais les enregistrements des radars ont été retrouvés et il s'avère qu'un radar aurait détecté l'avion.
Officiellement, bien sûr cool .

Les contrôleurs si vous parlez des radars civils, eux ne sont pas censés suivrent un avion qui a coupé son transpondeur. Dans ce cas les autorités civiles de l'aviation préviennent les autorités militaires qui prennent en charge le problème. Que sait-on de l'utilisation des radars militaires américains le 11 septembre 2001? Absolument rien à ma connaissance.

Non je parlais des militaires.


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#26 14-07-2009 12:33:42

questionneur
Membre Actif
Date d'inscription: 04-04-2006
Messages: 706

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Citation "Pole" "Non je parlais des militaires."

Il me faudrait les sources de vos informations.

Hors ligne

 

#27 14-07-2009 12:38:07

Calixte
Invité

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

On s'éloigne un peu du sujet là: vous avez un fil intéressant sur les radars ici wink http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=441 .

 

#28 14-07-2009 13:08:15

questionneur
Membre Actif
Date d'inscription: 04-04-2006
Messages: 706

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Calixte a écrit:

On s'éloigne un peu du sujet là: vous avez un fil intéressant sur les radars ici wink http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=441 .

Intéressant ce lien "Calixte" (traduction d’un texte anglais dont l’intérêt réside surtout dans le constat de l’absurdité des trajectoires de vol comme par exemple le vol 77 qui décolle à 22 miles seulement de la cible des terroristes, à savoir le pentagone, mais ces derniers attendent que l’avion ait parcouru des centaines de miles avant de se préoccuper de le détourner ce qui rendait beaucoup plus difficile, pour eux, de retrouver leur cible à partir d’un point beaucoup plus éloigné qu’au moment du décollage de l’avion et ce qui donnait beaucoup plus temps à la défense aérienne américaine d’intercepter l'avion "détourné"), même si je n'y ai pas lu de réponse à la question posée, ni de référence au système de détection satellitaire qui existait aux Etats Unis le 11 septembre 2001, ni de référence aux radars aérotransportés du type AWACS dont l'utilisation relève de l'autorité militaire. Voir mon dernier message de la page 1.

Eventuellement qu'on me réponde sur ce lien.

Dernière modification par questionneur (15-07-2009 10:49:33)

Hors ligne

 

#29 22-07-2009 20:00:37

Idared
Nouveau membre du forum
Date d'inscription: 22-07-2009
Messages: 3

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Il y a eu un exemple récent d'interception dans l'espace aérien interdit de Washington.

Barack Obama "brièvement relogé" pendant une courte alerte aérienne à Washington

Barack Obama a été "brièvement relogé" vendredi en raison de la présence d'un avion dans l'espace aérien interdit au-dessus du Capitol à Washington, a annoncé la présidence américaine.

La Maison Blanche a été bouclée pendant un bref moment et une opération d'évacuation du Capitol a été déclenchée, avant que l'avion ne soit escorté hors de l'espace interdit.

Pendant l'épisode, Barack Obama a été "brièvement relogé" dans un endroit tenu secret, a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche Robert Gibbs, sans préciser si le président américain se trouvait à ce moment à la Maison Blanche.

Deux chasseurs F-16 et deux hélicoptères des gardes-côtes ont intercepté l'avion, un monomoteur parti du Maine vers la Caroline du Nord, et l'ont escorté jusqu'à un aéroport dans le Maryland, selon l'armée et l'Aviation civile américaine (FAA). AP

Hors ligne

 

#30 22-07-2009 22:52:02

theytellulies
Membre du forum
Date d'inscription: 11-04-2008
Messages: 182

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

contrairement au 11 septembre, ce petit monomoteur a eu un traitement VIP : deux F16 et deux hélicos.................................?

Hors ligne

 

#31 23-07-2009 11:37:38

questionneur
Membre Actif
Date d'inscription: 04-04-2006
Messages: 706

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Ce type d’interception est pratique courante, l’auteur de l’étude « P-56 Prohibited Airspace », John Judge, a écrit qu’ayant la vécu une grande partie de sa vie dans cette région, il en a vu a de nombreuses reprises:

http://911exposed.org/P56.htm

Citation: « Andrews Air Force base, within 10 miles of the city have provided consistent scramble-ready defenses for the P-56 sector, which protects the most important government buildings.  Having grown up and lived in the area for most of my life, I saw such defensive responses many times, guiding planes away from the restricted area.”

Autres liens à consulter :

Context of '(8:56 a.m.-9:05 a.m.) September 11, 2001: Flight 77 Disappears from Indianapolis Center Radar Screens:

http://www.historycommons.org/context.j … ight77lost

The Failure to Defend the Skies on 9/11:

http://www.historycommons.org/essay.jsp … airdefense

Ce deuxième lien surtout mérite une lecture attentive. Pourquoi la défense aérienne américaine aurait échoué le 11 septembre 2001? La raison principale serait que les autorités civiles de l’aviation (La FAA) auraient trop tardé à informer des détournements d’avion les autorités militaires (le NORAD) ce qui n’aurait pas donné un temps suffisant à celles-ci pour intercepter les avions détournés.

Prenons l’exemple  du vol 77, celui-ci dévie de sa trajectoire normale à 8h54, son transpondeur est coupé à 8h56.

http://www.9-11commission.gov/report/911Report_Ch1.htm

Alors que la tour nord a été percutée par un avion à 8h46 et la tour sud à 9h03, La FAA n’aurait informé le NORAD (c’est celui-ci qui l’affirme) du détournement du vol 77 qu’à 9h24! Soit une demi-heure environ après qu’elle l’ait su. Dans la vidéo suivante vous pouvez entendre le sénateur Mark Dayton affirmer qu'il s'agit d'un mensonge:

http://www.dailymotion.com/video/x2msea … u11-s_news

Pour le vol 11 les signes du détournement commencent à 8h14, Betty Ong, un agent de bord  de l'avion commence, selon la version officielle des faits, à téléphoner vers l'extérieur à partir de 8h19 pour signaler d'abord que le poste de pilotage ne répond plus, pourtant selon la chronologie du NORAD, la FAA ne l'informe qu'à 8h40 du détournement du vol 11, soit seulement 6 minutes avant que celui-ci percute la tour nord!

Pour le vol 175 dans un premier temps le NORAD a indiqué avoir été informé à 8h43 de son détournement, ce que n'y aurait rien d'anormal contrairement au vol 11, mais dans une deuxième notification, il a affirmé n'avoir été informé du détournement du vol 175 qu'à 9h05, soit deux minutes après que celui-ci ait percuté la tour sud à 9h03!

Évidement si ces informations du NORAD étaient la vérité, les responsables concernés de la FAA auraient du faire l'objet de poursuites judiciaires pour ces signalements tardifs, car ils auraient, dans ce cas, une part de responsabilité incontestable pour la mort de milliers de personnes.

Noter que même si cela avait été vrai le vol 77 n’aurait pas pu s’approcher de l’espace de aérien de Washington puis percuter le pentagone vers 9h38, selon la version officielle des faits, car il n’aurait pas pu normalement échapper aux moyens de détection et d’interception du NORAD dans ces zones très surveillées:

http://www.norad.mil/French/index.html

"Pour accomplir la mission de contrôle aérospatial, le NORAD utilise un réseau de satellites, de radars au sol, de radars aéroportés et d’avions de chasse, afin de détecter, intercepter et, si nécessaire, ouvrir le feu sur toute  menace aérobie contre l’Amérique du Nord." Voir dans le lien "P-56 Prohibited Airspace", donné plus haut, quelles sont les performances des satellites du NORAD.

J'en parle également au sujet de l'action en justice d'April Gallop:

http://forum.reopen911.info/p196008-18- … ml#p196008

Mais en outre, bien évidement, l’affirmation du NORAD que la FAA ne l’aurait notifié du détournement du vol 77 qu’à 9h24 est bien évidemment un mensonge d’Etat. Un de plus  pour ce qui concerne ces évènements du 11 septembre 2001. Citation du lien «historycommons.org»:

« Commissioner Richard ben-Veniste asked tough questions about the 30 minute gap between when the FAA determined Flight 77 had been hijacked and when it formally told this to NORAD.”

“This huge time gap was a contentious point in the May 2003 Independent Commission hearings. Jane Garvey, FAA Administrator on 9/11, claimed that the FAA notified NORAD well before 9:24. In a statement released after her testimony, the FAA claimed, “NORAD logs indicate that the FAA made formal notification about American Flight 77 at 9:24 a.m., but information about the flight was conveyed continuously during the phone bridges [between the FAA, NORAD, the Secret Service, and other agencies] before the formal notification.”

“Cet énorme espace de temps a été un point controversé aux audiences de la Commission Indépendante du mois de mai de 2003. Jane Garvey, l'Administrateur de la FAA le 11 septembre 2001, a affirmé que la FAA a notifié le NORAD bien avant 9h24. Dans une déclaration libérée après son témoignage, la FAA a affirmé : “les logs du NORAD indiquent que la FAA a fait la notification formelle du Vol américain 77 à 9h24, mais les renseignements sur le vol ont été transmis continuellement pendant les liaisons téléphoniques [entre la FAA, le NORAD, le Service Secret et d'autres agences] avant la notification formelle.”

Dernière modification par questionneur (25-07-2009 13:21:33)

Hors ligne

 

#32 23-07-2009 13:20:37

Calixte
Invité

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Très intéressant mais pour rappel, le sujet de ce fil porte sur les missiles censés protéger le Pentagone roll.

Premier post:

On entend souvent dire que des missiles protégeaient l'espace aérien du pentagone le 11 septembre 2001. Est-ce vrai ou non ? On ne trouve que très peu d'information sur ce point précis.

 

#33 22-09-2009 15:55:02

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Cet article datant de 2002 de CNN laisse entendre que les missiles ont été placés en 2002 pour défendre le Pentagone et qu'avant il n'y en avait plus depuis 40 ans. Une copie d'une coupure de presse de 1962 semble attester la décision de fermer les batteries de missile défendant le Pentagone.

Certes, ce n'est pas parole d'évangile mais cela rend d'autant plus criante la nécessité que les films Zero et Th. Meyssan qui soutiennent le contraire argumentent un peu sur ce point.
http://archives.cnn.com/2002/US/09/10/a … r.defense/
http://news.google.com/newspapers?nid=1 … 84,4659422

Dernière modification par charmord (22-09-2009 16:19:17)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#34 03-04-2010 00:26:08

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4798

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Je viens de remarquer un fait tout à fait étonnant.

Le site Jane's, qui est un site spécialisé dans l'armement et la Défense, avait publié un article le 13 octobre 2000 où étaient détaillés les moyens de protection présidentiels.

Cet article a disparu du site alors que des articles de la veille et du lendemain y figurent toujours.

Par chance j'avais fait une sauvegarde il y a déjà un bon moment, j'avais signalé cet article à history commons qui l'avait ajouté parmi sa liste d'article. Depuis lors Jane's s'est empressé de retirer l'article. je vous traduit le passage important :

13.10.2000 La Maison Blanche et les résidences du président, notamment aux alentours de Washington sont protégés par des équipes de défense anti-aériennes en cas d'attaque terroriste aérienne. Une équipe de défense anti aérienne comprend des tireurs équipés lances missiles FIM-92 (portée de 4,8 kilomètre, vitesse mach 2,2), d’un véhicule de défense M998, d’un véhicule de défense HMMWV, d’un système spécial de visée GSQ-137 TADDS, et de deux  receveurs AN/PPX-3 IFF, permettant d’identifier un appareil de type « ami ». Le système de radar TADDS est le système qui permet de signaler l’approche d’un aéronef et ensuite essaye d’obtenir une authentification de l’appareil. Le système d’avant 2000 permettait de détecter une attaque sur un rayon de 15 kilomètre à l’aide des systèmes Doppler D-band MPQ-49 Forward Area Alerting Radars, qui intègrent les systèmes d’identification IFF, qui transmet aussitôt la position par ondes radio au TADDS. « Le système GBS (Ground-Based Sensors) remplace depuis 2000 les anciens systèmes FAARs pour les groupes de défense anti-aériens. Le GBS est équipé d’un système Doppler 3-D à bande X, détectent les cibles potentielles de 0 à 4 kilomètres d’altitude sur un rayon de 40 kilomètres. Ce système peut détecter, classer, identifier et prévenir de la présence d’un aéronef sur la base d’une détection à 360° ».

Jane's se sécrit comme :

Avec plus de 100 années d’expérience, Jane’s, une compagnie appartenant au groupe HIS, possède une réputation inégalée pour la fiabilité, l'exactitude et l'impartialité de ses renseignements ainsi que ses conseils et la confiance apportée aux entreprises, les gouvernements et départements militaires à travers le monde.  Dans les domaines spécialisés de la défense, la sécurité, la sécurité publique, le transport et les forces de l’ordre, Jane's Intelligence est un 'must have' des ressources pour nos clients, qui peuvent faire confiance à notre service plus que de toute autre source.

J'ai appris aussi que le Secret Service possédait des missiles Stingers à détection IFF dans le WTC7 au cas où la ville serait attaquée par un avion.

Je l'ai lu dans "The Man Who Warned America: The Life and Death of John O'Neill, the FBI's Embattled Counterterror Warrior" Le livre est écrit par Murray Weiss, journaliste au New York Post.

Dernière modification par kikujitoh (03-04-2010 15:00:49)


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#35 03-04-2010 00:33:42

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8287

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Très intéressant, Kiku. Tu as le lien sur historycommons?


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#36 03-04-2010 01:23:05

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Et sur archive.org, ça n'y est pas ?


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#37 03-04-2010 01:26:40

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4798

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

charmord, voici le lien :

http://www.historycommons.org/context.j … ermissiles

@ Pole : Jane's est archivé mais je n'arrive pas à à retrouver de page précise car le moteur de recherche interne ne fonctionne pas sur l'archive.

Dernière modification par kikujitoh (03-04-2010 02:10:48)


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#38 03-04-2010 09:29:52

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

kikujitoh a écrit:

Je viens de remarquer un fait tout à fait étonnant.

Le site Jane's, qui est un site spécialisé dans l'armement et la Défense, avait publié un article le 13 octobre 2000 où étaient détaillés les moyens de protection présidentiels.

Cet article a disparu du site alors que des article de la veille et du lendemain y figurent toujours.

Par chance j'avais fait une sauvegarde il y a déjà un bon moment, j'avais signalé cet article à history commons qui l'avait ajouté parmi sa liste d'article. Depuis lors Jane's s'est empressé de retirer l'article. je vous traduit le passage important :

13.10.2000 La Maison Blanche et les résidences du président, notamment aux alentours de Washington sont protégés par des équipes de défense anti-aériennes en cas d'attaque terroriste aérienne. Une équipe de défense anti aérienne comprend des tireurs équipés lances missiles FIM-92 (portée de 4,8 kilomètre, vitesse mach 2,2), d’un véhicule de défense M998, d’un véhicule de défense HMMWV, d’un système spécial de visée GSQ-137 TADDS, et de deux  receveurs AN/PPX-3 IFF, permettant d’identifier un appareil de type « ami ». Le système de radar TADDS est le système qui permet de signaler l’approche d’un aéronef et ensuite essaye d’obtenir une authentification de l’appareil. Le système d’avant 2000 permettait de détecter une attaque sur un rayon de 15 kilomètre à l’aide des systèmes Doppler D-band MPQ-49 Forward Area Alerting Radars, qui intègrent les systèmes d’identification IFF, qui transmet aussitôt la position par ondes radio au TADDS. « Le système GBS (Ground-Based Sensors) remplace depuis 2000 les anciens systèmes FAARs pour les groupes de défense anti-aériens. Le GBS est équipé d’un système Doppler 3-D à bande X, détectent les cibles potentielles de 0 à 4 kilomètres d’altitude sur un rayon de 40 kilomètres. Ce système peut détecter, classer, identifier et prévenir de la présence d’un aéronef sur la base d’une détection à 360° ».

Jane's se sécrit comme :

Avec plus de 100 années d’expérience, Jane’s, une compagnie appartenant au groupe HIS, possède une réputation inégalée pour la fiabilité, l'exactitude et l'impartialité de ses renseignements ainsi que ses conseils et la confiance apportée aux entreprises, les gouvernements et départements militaires à travers le monde.  Dans les domaines spécialisés de la défense, la sécurité, la sécurité publique, le transport et les forces de l’ordre, Jane's Intelligence est un 'must have' des ressources pour nos clients, qui peuvent faire confiance à notre service plus que de toute autre source.

J'ai appris aussi que le Secret Service possédait des missiles Stingers à détection IFF dans le WTC7 au cas où la ville serait attaquée par un avion.

Je l'ai lu dans "The Man Who Warned America: The Life and Death of John O'Neill, the FBI's Embattled Counterterror Warrior" Le livre est écrit par Murray Weiss, journaliste au New York Post.

Kiku,
il me faut cet article impérativement STP


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#39 04-04-2010 19:56:00

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

L'article de Jane's était effectivement archivé sur Web Archive (merci Pole) :


13 October 2000
Raytheon Electronic Systems FIM-92 Stinger low-altitude surface-to-air missile system family

Development
In May 1992, the then Hughes Aircraft Company and General Dynamics Corporation announced that Hughes had agreed to acquire General Dynamics' missile business.
This acquisition included General Dynamics' then Air Defense Systems Division whose primary manufacturing facilities were in Pomona and Rancho Cucamonga, California. The unmanned strike systems portion of the Convair Divisions' primary plants were in San Diego and Sycamore Canyon, California.
In September 1992, Hughes Missile Systems Company announced that it was consolidating missile manufacturing activities from several locations into its plant in Tucson, Arizona. This meant the end of major production lines in San Diego, Pomona and Rancho Cucamonga, California and Camden, Arkansas. The consolidations were completed by 1994. In early 1998 Hughes Missile Systems was taken over by Raytheon and the company is now known as Raytheon Electronic Systems.
General Dynamics' FIM-43A Redeye system achieved its initial operational capability in 1967. Even as it did so, a joint work programme between the US Army and the General Dynamics Pomona Division was in the second year of studying new design concepts and initiating the testing of components for a Redeye II weapon system with an all-aspects target engagement capability.
This Advanced Seeker Development Programme (ASDP) eventually gave rise, in 1972, to the second-generation man-portable XFIM-92A Stinger design with a more sensitive seeker head and a better kinematic performance, compared to its predecessor, with the addition of a forward aspect engagement capability to its flight envelope and an integral IFF system.
However, the first guided tests in 1974 at the White Sands Missile Range resulted in a number of problems being found with Stinger. This caused the US Army Missile Command (MICOM) to request that the Ford Aerospace Aeronutronic Division develop what was designated the Stinger Alternate system, using a reusable laser beam device attached to the launcher assembly as the guidance system.
To cure problems found with the system and to reduce the continually rising costs, General Dynamics initiated a design review which resulted in a 15 per cent reduction in the total number of electronic parts used and the introduction of a separate grip-stock assembly. These changes made a considerable improvement in the test results obtained in the 1975 firings and, by February 1976, the US Department of Defense was satisfied that the early guidance difficulties had been overcome. They were so convinced that, in 1977, the funding used for the development of the Stinger Alternate was stopped. In 1978, following an engineering development programme which had needed only 130 test round firings to validate the design, Stinger was finally released for production. This started in 1979 with the first production systems being delivered the same year and the first military units achieving initial operational capability status in February 1981 with the basic FIM-92A Stinger version.
In mid-1977, after a four-year advanced development programme and just before the basic Stinger was released for production, General Dynamics was awarded a full-scale engineering development contract for the next generation of Stinger. This involved the fitting of a microprocessor-controlled Passive Optical Seeker Technique (POST) homing head which uses a dual Infra-Red (IR) and Ultra-Violet (UV) rosette-pattern image scanning guidance technique to enhance the missile's target detection capabilities. The use of the different seeker only involves a modular change to the weapon and allows it to discriminate effectively between a target, any deployed IR decoy flares and background clutter, when they lie within detectable range, thus preventing a false launch.
Limited procurement of this FIM-92B Stinger-POST version began in 1983 alongside the earlier variant with the production of both ending in 1987. Operational deployment of Stinger-POST systems to the US Army began in July 1987. A total of 15,669 Basic Stinger and just under 600 Stinger-POST missiles were made. The last Stinger-POST rounds were produced by August 1987.
As a further increase to the effectiveness of Stinger, General Dynamics began development in September 1984 of what is essentially a fourth-generation man-portable SAM system. Known as the Stinger-Reprogrammable MicroProcessor (RMP) system, the change allows the onboard digital microprocessor to be periodically updated with new software to counter any new threat technology, instead of having to go through a missile redesign each time. Production of this FIM-92C model began in November 1987 at the General Dynamics Valley Systems Division Stinger plant in California. The export version of the Stinger-RMP does not have the reprogrammable module but contains embedded Infra-Red CounterMeasures (IRCM) to defeat all known NATO threats. In March 1988, Valley Systems Division was awarded a US$695 million multiyear Stinger production contract to produce over 20,000 rounds through to 1991. A final total of 29,108 Stinger-RMP missiles is expected for the US Army. Additional rounds are being procured for foreign military sales and the other US armed forces.
Raytheon Electronic Systems continues production of the Stinger-RMP at its Tucson facility at over 1,000 missiles a year.
Before General Dynamics' production of the Stinger-RMP, on 2 September 1987, the US Army MICOM selected the then Raytheon Missile Systems Division as the second source contractor for production of this version. The initial US$24.6 million contract was for 400 Stingers with a US$54.4 million option for an additional 1,500 missiles which was exercised in 1989. Raytheon was allowed to compete with the Hughes-acquired General Dynamics from 1990 onwards for the annual production contracts. This was done in order to keep the overall acquisition costs down for the US armed services. Raytheon was declared qualified for bidding purposes for the FY91 contract bid. In April 1990, Raytheon received a US$45.1 million contract to produce 1,383 missiles. In the following year General Dynamics reverted to the sole source supplier. The US Army requirement was for 29,108 FIM-92C Stinger-RMP rounds with last funding for procurement being provided in FY92.
In FY92, an upgrade contract was placed to improve the FIM-92A/B/C performance against the latest countermeasures. Known as the FIM-92D Block 1 rounds, modifications were made to the RMP software to see its low-signature targets such as UAVs, cruise missiles and light helicopters in even more cluttered countermeasures environments. A ring-laser gyro roll sensor and a lithium battery are also fitted. First production deliveries were made of the Stinger Block 1 rounds in 1995. The programme will involve upgrading all the remaining FIM-92A and FIM-92B missiles in the inventory to the standard of FIM-92D, involving up to 8,500 rounds plus; it will be finished by FY99. The Stinger Block 1 is also made by the European Stinger Project Group which switched production to this version. Stinger Block 1 is in production as new build and retrofit. Block 1 missiles are deployed with front echelon Bradley Linebacker, Avenger and aviation units as a helicopter air-to-air missile.
In mid-2000, Italy chose the Stinger Block 1 to arm its A129 Mangusta attack helicopter.
Plans are also under way to develop and produce Advanced Stinger (Block 2) from the year 2001 onwards. The Block 2 is an evolutionary technology insertion which will provide for the replacement of the current FIM-92D seeker with an advanced technology Focal Plane Array (FPA) imaging IR seeker, known as the Small Diameter Imaging Seeker (SDIS), to increase the detection range. A total of up to 5,000 missiles would be retrofitted for use in both the forward air defence and air-to-air role against helicopters in clutter, unmanned aerial vehicles, cruise missiles and stealthy modern fixed-wing aircraft.
The European Stinger-RMP Production Programme is covered earlier in this section (qv) under International projects.
In German service it is known as the Fliegerfaust-2 (FLF-2) and is deployed with the army, navy and air force. A series of launch platforms was developed by a subsidiary of Daimler-Benz Aerospace for use on ships, wheeled and tracked vehicles.
Both Germany and the Netherlands have also under-taken trials on their man-portable Stinger systems with an early warning radar system to enhance its performance. The Royal Netherlands Army used the Hollandse Signaalapparaten Radar Equipment Providing Omnidirectional Reporting of Targets at Extended Ranges (REPORTER) mobile trailer-mounted I/J-band radar system with an integral IFF system in a highly successful series of tests in late 1985. The radar provided early warning of targets up to 40 km away and flying between 15 and 4,000 m altitude which were then handed over to a Stinger launch team for engagement.
The Basic Stinger received worldwide attention during the Afghanistan conflict, when over 250 Russian fixed-wing aircraft and helicopters were destroyed by Mujahideen guerrillas using US-supplied Stingers. Despite limited training, the Mujahideen achieved over 80 per cent combat success with the Stinger missile. To date, the Basic Stinger has been responsible for 270 confirmed kills against both fixed- and rotary-wing aircraft types.
Other nations which have received varying numbers of Stinger systems include Bahrain, Chad, France, Iran, Israel, Japan, South Korea, Pakistan, Qatar, Saudi Arabia and the United Kingdom. Of these, France and Chad have used limited numbers successfully against Libyan aircraft during the 1986-87 border skirmishes. The British Special Air Service (SAS) used a small number of FIM-92A Stingers during the 1982 Falklands (Malvinas) conflict, where they destroyed an Argentine Air Force FMA IA 58A Pucara twin-propeller close-support aircraft during the 21 May San Carlos amphibious landings.
In September 1988, Switzerland chose the export variant of the Stinger-RMP for its man-portable air defence system. A maximum of 2,500 will be procured at a cost of US$315 million.
In US service all four armed services use the weapon and the US Air Force has small detachments trained to defend airfields and Vital Points (VPs), especially in Asia at the South Korean airbases used by its units. It has also been revealed that the American President's residences in Washington and elsewhere are protected by specialist Stinger teams in case of an aerial attack by terrorist organisations.
Each of the US Army's armoured, mechanised, light infantry, airborne and air assault divisional Air Defense Artillery (ADA) battalions have a Stinger Platoon (of four sections) with each of its four batteries. For the airborne and air assault divisions three of the sections have five two-man teams each, while the fourth has only three teams to give a divisional total of four two-man section HQs and 72 firing teams. For the division 86 mechanised and armoured units, the number of Stinger teams is reduced to 60 whereas the light infantry divisions only have 40. A team is normally equipped with an M998 series (4 × 4) HMMWV light vehicle, a GSQ-137 Target Alert Data Display Set (TADDS) comprising a 6 kg portable unit with a display, audio warning and VHF receiver, two AN/PPX-3 IFF interrogators and a basic load of six Stingers. The TADDS warns the team of an approaching aircraft, provides a tentative identification and gives approximate range and azimuth to the target. The datalink between the team and the radar can handle 49 friendly and 49 unknown (that is, hostile) targets. Each Patriot fire-control platoon also carries one Stinger team set (less the TADDS) as part of its normal equipment allowance. During a heavy attack both team members would shoulder a launcher providing two independent ready to launch weapons with four extra weapons available.
Early warning is provided by the eight 1 to 15 km (on a 0.2 m2 radar cross-section target) range pulse Doppler D-band MPQ-49 Forward Area Alerting Radars (FAARs), with integral AN/TPX-50 (Mk XII) IFF systems, held in the ADA headquarters radar platoon, which transmit target position data to the TADDS by radio link. Increasingly, however, the FAARs are being used without TADDS and the Stinger teams are being cued on to a target by a voice communication VHF radio link direct to the radar operator.
The Ground-Based Sensors (GBS) are replacing the older FAARs in the division air defence alerting radar role. The GBS is a pulse Doppler, 3-D phased array X-band radar that provides low-altitude target data at altitudes from 0 to 4,000 m and at ranges of up to 40 km. It can automatically detect, track, classify, identify and report a target in 360º azimuth coverage.
In the US Marine Corps the Stinger system is assigned to the Low-Altitude Air Defence (LAAD) battalions which have two firing batteries each of three platoons. A platoon has three sections each of five Stinger teams that are each equipped with an HMMWV light vehicle and four Stinger missiles.
A Marine Expeditionary Force (MEF) is assigned a fully automated Tactical Air Command centre, two Tactical Air Operations Centres, a Light Anti-Aircraft Missile (LAAM) battalion and a complete LAAD battalion (of 90 Stinger teams). A Marine Expeditionary Brigade (MEB) is assigned a Tactical Air Command Centre, a Tactical Air Operations Centre, an LAAM battalion and an LAAD battery (equating to four I-HAWK batteries and 45 Stinger teams), whilst a Marine Expeditionary Unit (MEU) has a single LAAD platoon (of 15 Stinger teams) attached.
The US Navy uses Stinger teams to supplement warship and support vessel close-range air defences in high-threat areas. A team of two is normally employed with the gunner located within a circular pedestal-type open mount. The other team member acts as a target locator using information sent over the vessel's internal communications net. Stinger is also the principal air weapon on the US Navy's fleet of special operations patrol boats.
In 1991-92 the US Army deployed the Bradley SHORAD vehicle to replace Vulcan self-propelled guns in its Heavy Mechanised Divisions (see section later in this entry). This was followed by the M6 Linebacker vehicle (see entry in Self-propelled surface-to-air missile section).
To date, Stinger is integrated or deployed on over 20 vehicle and helicopter platforms in 19 countries and over 40 services.
During the 1999 Kashmir conflict between India and Pakistan, a US-made Stinger was credited with downing one of the three Indian aircraft lost in combat operations.

Stinger weapon systems in Operations Desert Storm and Desert Shield
During the 1991 Gulf War, Stinger systems were deployed extensively by a number of the Coalition forces but, as far as is known, did not engage any Iraqi targets. Post-war debriefing of Iraqi command staff credited Stinger with deterring the use of the 500-strong Iraqi fleet of helicopters that included numerous Hind gunships.
The then latest version of the Stinger - Stinger-RMP equipped with the latest MOD IV software - was deployed with at least three of the four US armed services in support of the Gulf operations. Basic Stinger and export variant Stinger-RMP systems were also deployed with the armed forces of several of the other nations of the Coalition forces.
Virtually every US Army ground combat unit had the Stinger either in the MANPADS role or as the principal armament of the wheeled Avenger PMS fire unit.
Since initial deployment Stinger has, in combat, defeated more modern fixed-wing aircraft and helicopters than any other fighter, helicopter or missile system worldwide since the Second World War.
The US Marine Corps used the same two-man MANPADS team as the US Army, with the team (gunner and team chief) carried in an HMMWV with four ready to fire Stingers and two reload missile rounds.
The US Navy used MANPADS teams aboard its ships, primarily for close in defence against small aircraft and very small surface craft. The US Army used the ATAS variant on its OH-58C helicopter in the air-to-air role, whilst the US Air Force may have deployed some of its specially trained Air Police in the MANPADS role to guard some of the airbases it used in the Arabian Peninsula region.

Description
A Stinger system comprises the launcher assembly with a missile, a grip-stock, an IFF interrogator and an argon gas Battery Coolant Unit (BCU) (which consists of the squib activated argon gas coolant unit and electrical generating chemical battery).
The launcher assembly consists of a glass fibre launch tube with frangible end covers, a sight, desiccant, coolant line, gyro-boresight coil and a carrying sling. A detachable grip-stock which has a receptacle for the BCU is fitted with an IFF connector. The grip-stock is also fitted with an impulse generator (BCU energised), a seeker head uncage bar, a weapon launch trigger, an AN/PPX-1 IFF interrogator switch and a foldable antenna and control electronics for the missile gyro.
The missile has a two-stage, three-phase rocket motor. A separable launch motor ejects the missile followed by an advanced `boost-sustain' motor which provides high supersonic speed and agility out to maximum range. In its FIM-92A version it is fitted with a second-generation cooled passive IR conical scan reticle seeker head with discrete electronic components to provide signal processing. They process the IR energy received from the target in the 4.1 to 4.4 µm wavelength region to determine its relative angle and then, by using a proportional navigation guidance technique, continually predict an intercept point.
In the FIM-92B version the reticle seeker unit is replaced by one that uses an optical processing system. This has two detector materials, one sensitive to IR (in the waveband region 3.5 to 5.0 µm) and the other responsive to UV energy (in the waveband region 0.3 to 0.4 µm), together with two microprocessors which are integrated into microelectronic circuitry for the signal processing phase. The latest Stinger-RMP takes this one stage further by introducing a microprocessor reprogramming facility into the circuitry to allow for new threat characteristics and guidance tailoring. The logic allows for recognition of countermeasures and their filtering out from the seeker's guidance picture.
In all cases the seeker output is sent as steering data to the guidance assembly which converts it into guidance signal format for the control electronics. This module then commands the two movable (of four) forward control surfaces to manoeuvre the weapon on to the required intercept course. The control concept used is known as the single channel rolling airframe type and, as such, considerably reduces both the missile weight and manufacturing costs. As the weapon nears its target, the seeker head activates its Target Adaptive Guidance (TAG) circuit within one second of impact to modify its trajectory away from the exhaust plume towards the critical area of the IR target itself. The fuzing system allows for both contact activation as well as missile self-destruction after 20 seconds of flight time following the launch. The Picatinny Arsenal warhead carried has a smooth fragmentation casing to ensure that the desired blast/fragmentation effect is achieved.
A typical tactical engagement follows this sequence of events. Once alerted to a target the gunner shoulders the system, inserts the BCU into its grip-stock receptacle and unfolds the IFF antenna. They then remove the front protective cover of the launcher tube to reveal the IR or IR/UV transparent frangible disc, raise the open sight assembly and connect their beltpack IFF interrogator unit via a cable to the grip-stock. The gunner is now ready to acquire the target visually. They do this by using the sight and estimating its range with the estimation facility of the system. If required, they now interrogate the target using the AN/PPX-1 system. This can be done by the gunner without having to activate the weapon. The azimuth coverage of the 10 km range IFF system is essentially the same as that of the optical sight enabling the gunner to associate responses with the particular aircraft that is in view. An audio signal 0.7 second after the IFF challenge switch is depressed provides the gunner with the cue as to whether the target is friendly or an unknown for possible engagement.
If they decide that it is unfriendly they continue to track the aircraft and activate the weapon system by depressing the impulse generator switch. This causes the impulse generator to energise the BCU which then releases its 6,000 PSI pressurised argon gas coolant to the IR detector and generates a dual-polarity ±20 V DC output for at least 45 seconds. The cooling takes 3-5 seconds. It provides all the prelaunch electrical power required for the seeker coolant system, gyro spin-up, launcher acquisition electronics, guidance electronics, activation of the missile's onboard thermal battery and ignition of the ejector motor.
The seeker is allowed to look at the target through the IR or IR/UV transparent front launcher disc and, when sufficient energy is received by the detector for acquisition to have occurred, an audio signal is sent to the gunner. Total time required for tracking and missile activation is about 6 seconds. They then depress the seeker uncage bar and, using the open sight, insert the superelevation and lead data.
The newer versions of Stinger (Block 1 and Block 2) preclude the need to superelevate the missile.
Once this is accomplished, the gunner depresses the firing trigger which activates the missile battery. This powers all the missile functions after launch and operates for around 19 seconds until the dual-polarity ±20 V DC output drops below the required minimum for use. A brief time delay operates, following which the umbilical connector to the grip-stock is retracted and a pulse is sent to ignite the ejector motor. Total time to motor ignition from depression of the firing trigger is only 1.7 seconds. Upon ignition the initial thrust generated imparts roll to the missile airframe and starts the fuze timer system. The missile and its exhaust then break through the frangible discs at either end of the launcher tube.
Before the missile completely clears the end of the tube, the ejector motor burns out in order to protect the gunner from the rocket blast, and two movable control surfaces spring out. Once it clears the tube, the two fixed and the four fixed and folded tail fins open out and the ejector motor is jettisoned. The missile then coasts to a predetermined safe distance from the gunner where the fuze timer ignites the dual-thrust Atlantic Research Mk 27 solid-propellant rocket motor. When the correct acceleration rate is reached after one second of flight, the time delayed Magnavox M934 time delayed impact fuzing circuit for the 1 kg HE blast, smooth cased fragmentation warhead is armed and the self-destruct timer started.
The seeker continues to track the target throughout the flight with the electronics processing the received signals to eliminate or reduce the line of sight pointing angle to the target. The weapon flies a proportional navigation path to the interception point near to which the TAG circuit is activated and a signal is generated within the seeker head to add bias to the steering signal causing the missile airframe to guide itself into a vulnerable part of the target. Even if the target is using 8 g manoeuvres the missile is still capable of engaging it.
Once the gunner has depressed the trigger and the missile has left the launch tube, they are free either to get another weapon round, to assemble another missile round for a further engagement (which takes less than 10 seconds), take cover or move to another location.
US Army training needs indicate that 136 hours of instruction are required on the Stinger system before weapon qualification is given. The M60 field handling and M134 tracker head training versions are used for instruction.

Specifications
Missile Type: 2 stage, low altitude
Length: (missile) 1.52 m
Diameter: (missile) 0.070 m
Wing span: 0.091 m
Weight: (missile (at launch)) 10.1 kg
(launcher (plus missile)) 13.3 kg
(launcher (complete)) 15.7 kg
(battery coolant unit) 0.4 kg
(beltpack IFF system (including connecting lead)) 2.6 kg
(grip-stock) 2 kg
Propulsion: solid fuel ejector and dual-thrust boost/sustainer rocket motors
Guidance: FIM-92A passive IR homing; FIM-92B/C passive IR/UV homing
Warhead: 1 kg HE blast smooth-case fragmentation with time-delay contact fuze
Max speed: M2.2
Max range: 8,000 m
Max effective range:
(FIM-92A) greater than 4,000 m
(FIM-92B/C) 4,800 m
Min effective range: 200 m
Max altitude:
(FIM-92A) 3,500 m
(FIM-92B/C) 3,800 m
Min altitude: effectively ground level
Launcher: man-portable single-round disposable with reusable grip-stock

http://web.archive.org/web/200012170614 … _2_n.shtml


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#40 04-04-2010 20:40:14

Sky
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2008
Messages: 1689

Re: Des missiles protégeaient-ils le Pentagone ?

Zorg a écrit:

L'article de Jane's était effectivement archivé sur Web Archive (merci Pole) :

l

BINGO


La plus grand lacune de la race humaine est notre incapacité à comprendre la fonction exponentielle

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr