ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 02-10-2007 12:33:29

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Décidément, plus on fouille dans les archives du pentagone, plus on tombe sur des sources étonnantes.

Voici un article très étonnant écrit en octobre 2001 dans une revue de médecine par un certain M. Mintka, qui a interrogé un témoin ayant secouru les victimes :

http://www.usmedicine.com/article.cfm?a … issueID=31

Peut-être y-a-t-il un autre topic à ce sujet mais je n'ai pas souvenir d'avoir lu ce témoignage...

Que nous dit cet homme?

Il nous dit tout d'abord en guise de d'apéritif de son article :

"Though the Department of Defense had no capability in place to protect the Pentagon from an ersatz guided missile in the form of a hijacked 757 airliner, DoD medical personnel trained for exactly that scenario in May"

Traduction grossière : Même si l'utilisation d'un 757 comme missile était évidemment imprévisible (sic, on sait que c'est du grand n'importe quoi mais là n'est pas l'important de ce témoignage), un exercice médical s'était déroulé en mai 2001 avec exactement ce même scénario...

Après, quand on poursuit la lecture de l'article, cela devient vraiment étrange :

Dr Baxter (que pouvait-il faire d'autre comme métier?) l bossait le 11 septembre et dit n'avoir rien entendu à 8h42 mais ses collègues lui ont parlé d'une explosion et d'un mouvement dans le building. 7 personnes étaient présentes dans la clinique quand quelqu'un a fait irruption dans le hall et demandé d'évacuer. Ils ont alors senti la fumée et que quelque chose était arrivé.

Ils ont voulu se diriger vers le clinique Di Lorenzo mais ont été arrêté au corridor 5 où ils ont trouvé des survivants en lambeaux gravement brûlés. Un des officiers très brûlés ne cessait de répéter le numéro de son bureau qui était situé dans l'anneau E, juste à côté de l'explosion (blast), nous dit le témoin, Dr Baxter... la Team Airforce s'est ensuite dirigée au cinquième étage et a constaté les dégâts mais vite réalisé qu'il n'y avait pas de survivants de cette explosion dont il ignorait l'origine...

Ils ont ensuite transvasé les blessés dans la cour intérieure et c'est alors, cramponnez-vous, qu'ils ont appris qu'un autre avion détourné allait heurter le Pentagone deux minutes plus tard, raison pour laquelle ils devaient évacuer avec les blessés...

Commentaires :

C'est vraiment très étrange comme témoignage pour différentes raisons :

- l'heure de l'explosion : 8h42, plus d'une heure avant le crash présumé. Sans doute, une erreur matérielle mais sait-on jamais;

- En plus, B. Baxter ne dit pas que l'avion s'est écrasé par après (Il n'en parle pas en fait mais tout de même, on peut penser qu'il en aurait parlé si cela avait été le cas, voire qu'il n'aurait plus été là pour en parler);

- Le plus simple serait de dire que ces dégâts qu'il a constaté étaient en réalité dus à l'avion boeing 77 (ou un missile, drone, etc) et qu'il s'est juste trompé d'une heure.

Mais, dans ce cas, pourquoi une personne renseignée quant au fait que le Pentagone allait être attaqué, irait parler d'un autre avion se dirigeant vers le Pentagone? [

Quelle que soit la réponse à cette dernière question, comment savait-il qu'un avion allait se crasher dans le Pentagone?

Qu'est-ce que cet autre avion? Un autre avion que les deux qui se sont crashés dans les WTC ou un autre avion que celui qui venait de se crasher dans le Pentagone?

Je ne crois pas que cette dernière solution soit possible même si on ne peut rien exclure... Rien dans sa description des lieux et des blessés ne laisse penser que l'explosion dont il a constaté les dégâts ait pu être causée par un avion énorme comme un boeing... Il parle d'une explosion de blast mais jamais d'un avion et l'haure ne correspond pas... En plus, l'équipe semble s'être rendue le plus loin possible vers le cinquième étage et n'a trouvé aucun survivant dans cet anneau E (celui contre la façade). Cela voudrait-il dire que l'anneau E a été touché sur toute sa hauteur?

Votre avis est le bienvenu... Il faut sauvegarder d'urgence cet article.

Je le transcris intégralement ici :

October 2001
Pentagon Medics Trained For Strike - Matt Mientka



Aerial view of the Pentagon crash site on Sept. 14
WASHINGTON-Though the Department of Defense had no capability in place to protect the Pentagon from an ersatz guided missile in the form of a hijacked 757 airliner, DoD medical personnel trained for exactly that scenario in May.

In fact, the tri-Service DiLorenzo Health Care Clinic and the Air Force Flight Medicine Clinic here in the Pentagon trained jointly in May to fine-tune their emergency preparedness, afterward making simple equipment changes that would make a difference Sept. 11 when the hypothetical became reality.

Col. John Baxter, USAF, MC, commander of the Air Force clinic, told U.S. MEDICINE last month that at approximately 8:42 a.m. on Sept. 11 he neither heard nor felt anything while training personnel in the back room of the fourth floor clinic, though people in the reception area heard an "explosion" and felt a movement in the building. The three physicians, three technicians and one nurse then at the clinic grabbed their trauma packs, routinely carried only on overseas missions, when someone in the hallway shouted to evacuate. "We could smell smoke and it was clear that something had occurred," he said.

The Air Force team headed for the DiLorenzo Clinic downstairs to coordinate emergency care but was diverted to corridor five, where survivors had been found. "The first one we came to was an Army lieutenant colonel [who] was lying on his back on the floor somewhere near the fifth floor and had severe burns, his skin peeling back and a severe finger injury," Dr. Baxter said. "He was in such pain that I actually gave him some morphine right out in the hallway because it was difficult to even touch him, and then we moved on to another patient who was similarly injured and then to one more while we were still in the building," he said. While they were assessing those first three patients, Dr. Baxter added, the severely burned Army officer kept repeating his room number, which was in the E ring right by the blast, and pleaded for the team to find the 11 people in the room he had just left.

The Air Force team then ran up the stairs to the fifth floor of the burning building to search for more survivors, checking all five floors. "The smoke was asphyxiating, it was very difficult to breath and you couldn't see much except a little bit of area near the floor, so we went as far as we could go and then came back," he said.

Finding no more survivors in the vicinity, the team directed stretcher crews to move the patients to the Pentagon's inner courtyard, unaware yet of the cause of the blast. After moving the patients to the courtyard, the team was told that another hijacked aircraft was expected to hit the Pentagon in less than two minutes, prompting them to move the patients and equipment back through the building and, finally, outside near Boundary Channel Drive, where a makeshift triage area had been set up.

Col. James Geiling, MC, USA, commander of the DiLorenzo Clinic, happened to be away from the Pentagon during the plane crash, performing critical care work at the nearby Walter Reed Army Medical Center. Dr. Geiling told U.S. MEDICINE last month that soon after seeing the World Trade Center and Pentagon carnage on television, critical care physicians at Walter Reed rushed to receive the first patients from the Pentagon blast while he drove through traffic-laden Washington streets, getting only as far as the 14th Street Bridge before leaving his car at the Jefferson Memorial.

Dr. Geiling said he then attempted to run across the 14th Street Bridge to the Pentagon, dressed in his scrubs and armed with a stethoscope and military I.D., but was stopped by a police officer who would not let him pass. "I could see it, I could smell it, but I couldn't get there," he said. Dr. Geiling said he then returned to Walter Reed, but by 3 p.m. he was able to get to the Pentagon to assist in a medical response that was already winding down. Since the most severe burn patients had already been flown by helicopter to area hospitals, Dr. Geiling said he began to account for all of his people and equipment.

Both Dr. Geiling and Dr. Baxter reported that the May training exercise had prepared them well to respond to last month's terrorist attack. Dr. Baxter said his clinic, for example, retooled its trauma packs and ordered new uniforms that identified clinic personnel by function, allowing the first-responders of the Arlington County emergency medical service to immediately recognize physicians, nurses and technicians.


Une bombe (ou un missile) mais pas d'avion dans le Pentagone?

A vos réflexions et analyses.


PS : je suis tombé sur cet article en en lisant un autre très bien foutu sur les simulations d'attentats et la préconnaissance.

http://www.911blogger.com/node/11761
http://globalresearch.ca/index.php?cont … p;aid=6906

En revanche, l'auteur ne semble pas avoir vu le caractère étrange de ce témoignage... Peut-être est-ce moi qui déraille?

A+

Possible que ton analyse soit bonne et qu'il ne faille pas chipoter...
Mais je ne crois pas...
Comment peut-on savoir qu'un avion va s'écraser deux minutes après sur le Pentagone? Ne crois-tu pas qu'il faille avoir des informations privilégiées qui n'ont jamais été divulguées?
Y avait-il un avion se trouvant si proche du pentagone 20 minutes après le premier crash supposé?

Dernière modification par charmord (02-10-2007 14:33:58)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#2 02-10-2007 14:19:45

vigilant
Membre Actif
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 1691

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Je pense que le medecin se trompe sur l'heure. Si il y avait eu une explosion à cette, heure, on aurait vu de la fumée sortir du pentagone à l'exterieur, ce qui ne semble pas etre le cas avant 9h37 (9h32 ?).

D'autre part, l'avion qui arrive soi-disant sur le pentagone provient surement d'une alerte qui a eu lieu vers 10h00, avertissant de l'arrivée possible d'un deuxieme avion. Les abords du pentagone avaient été evacués vers cette heure-là.

Interessant de voir que les blessures decrites sur un Lt-colonel correspondent à celles d'un blessé secouru par W Rodriguez au sous-sol du WTC.


Je ne suis pas un numéro , je suis un homme libre ! (numéro six)
Reopen avec le FSL33

Hors ligne

 

#3 02-10-2007 14:24:46

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Bon, tout le monde à l'air d'en tapper mais je persiste à dire que ce témoignage pourrait être fondamental!
Je résume pour ceux qui n'auraient pas eu le courage de lire mon long post :

Deux unités opérationnelles de soins spécialement entraînées pour faire face à un scénario identique d'avions détournés pour être crashés contre le pentagone (un exercice similaire avait eu lieu en mai) étaient présentes dans le pentagone le matin du 11 septembre.

D'après le témoignage recueilli auprès d'un médecin militaire, il y aurait eu une forte explosion faisant de nombreux morts à 8h42 du matin. Au moment de secourir les survivants, les médecins auraient été informés par une personne qu'un avion allait s'écraser sur le pentagone deux minutes plus tards. Le témoin ne parle pas du crsh de cet avion.

Ce témoignage pose de nombreuses questions. Je vous engage à très sérieusement l'étudier. 


A+


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#4 02-10-2007 14:35:25

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

on s'en fout pas creuse ton post je fais pareil pour les miens et sache que tu es lu.


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#5 02-10-2007 16:06:58

AtMOH
Membre du C.A.
Lieu: PARIS, FRA
Date d'inscription: 19-03-2006
Messages: 1335

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Oui, c'est a creuser surtout que c'est une source officielle. Il doit y a voir d'autres témoignages.
Par contre on vois mal une forte explosion avoir lieu bien avant, au pentagone, vu le passage qu'il y a devant.

L'exercice similaire pour moi est très important il renfonce encore les preuves de prépartion à ce type d'attaque.

Hors ligne

 

#6 02-10-2007 16:10:43

vigilant
Membre Actif
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 1691

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

charmord a écrit:

Bon, tout le monde à l'air d'en tapper mais je persiste à dire que ce témoignage pourrait être fondamental!
Je résume pour ceux qui n'auraient pas eu le courage de lire mon long post :

Mais si, on lit.. cool

Deux unités opérationnelles de soins spécialement entraînées pour faire face à un scénario identique d'avions détournés pour être crashés contre le pentagone (un exercice similaire avait eu lieu en mai) étaient présentes dans le pentagone le matin du 11 septembre.

D'après le témoignage recueilli auprès d'un médecin militaire, il y aurait eu une forte explosion faisant de nombreux morts à 8h42 du matin. Au moment de secourir les survivants, les médecins auraient été informés par une personne qu'un avion allait s'écraser sur le pentagone deux minutes plus tards. Le témoin ne parle pas du crsh de cet avion.

Ce témoignage pose de nombreuses questions. Je vous engage à très sérieusement l'étudier. 
A+

Ca me rapelle que personne ne savait trop au pentagone ce qui s'etait passé, sauf quand les autorités ont decidé que c'etait un avion. Avant, on avait parlé d'helicoptere, de camion piégé...

L'article qui recapitule les problemes avec le Norad est aussi tres intéréssant, notament la premiere partie.

Extrait :
http://globalresearch.ca/index.php?cont … p;aid=6906

Avant d'examiner les deux côtés de la question, le contexte de ces attaques ne peut être compris qu'à la lumière de trois procédures de défense qui ont été exceptionnellement et significativement changées dans les mois précédant le 9/11 :

1. Le 8 mai 2001, la Décision par le Président a attribué la responsabilité de coordonner, d'entrainer et de planifier tous les programmes de défense nationaux liés aux armes de destruction massive au Vice-président Cheney, dont le bureau ne faisait pas partie de l'Autorité de Commande nationale. Le secrétaire au Transport Norman Mineta a témoigné devant la Commission du 9/11 qu'il était présent et a pu observer Dick Cheney dans le Centre Présidentiel de Fonctionnement en Cas d'urgence, suivant à la trace la position du Vol 77 sur beaucoup de milles, comme il approchait du Pentagone  "Basé sur le témoignage de Minetta et d'autres informations, il apparaît que les militaires ont considéré Cheney comme ' un Commandant en chef Adjoint '. Ils ont aussi compris qu'il est le pouvoir réel derrière le trône.. .. Il apparaît que le Vice-président Dick Cheney était responsable de beaucoup des  exercices de défense aérienne qui ont eu lieu le matin du 11 septembre 2001. "
2. le protocole d'alerte de détournement de 1997 CJCSI 3610, qui distinguait les situations émergentes (l'exigence de l'action immédiate entre le FAA et l'armée(les militaires)) de situations non-émergentes (l'exigence de la prise de décision aux niveaux les plus hauts de DoD) a été récrit le 1er juin 2001, comme ordonné par le Ministre De la Défense Nationale Donald Rumsfeld. En conséquence, le nombre d'alertes d'intercepteur de combat est tombé de la moyenne habituelle de 7-8 par mois avant la réécriture, à zéro pendant les 3.3 mois avant le 11 septembre et à zéro le 11 septembre lui -même.
3. Les changements des dates des exercices de défense aériens militaires annuels et semestriels ont abouti à une concentration sans précédent d'exercices aériens le 11 septembre et ont inclus des détournements et des exercices pendant lesquels des avions percutent des bâtiments. Ceci sera développé plus loin.

Le transfert de deux rôles des lignes de défense aux membres seniors de l'Administration de Bush-Cheney, en plus de la concentration d'exercices aériens ce jour-là, souleve des questions sérieuses sur le succès des attaques.

...

En octobre 2000, un exercice militaire a été mené selon le scénario d'une simulation d'avion de passagers entrant en collision avec le Pentagone. L'exercice a été coordonné par la Defense Protective Services Police et l'Équipe de Réponse de Cas d'urgence de Commandement du Pentagone.

>>> Vu les nombreuses simulations d'évacuation au world trade center les mois précédants, la simulation d'un avion s'écrasant sur le pentagone et les équipes médicales du pentagone s'entrainant en vue d'un attentat, on a du mal à croire que rien n'a été prémédité.

....

Robert Marr, le chef du NEADS le 9/11, dit, "Une fois on m'a dit qu'il y avait environ 29 rapports différents de détournements à travers le pays ."
Le Général Richard Meyers au Pentagone a confirmé que "des rapports nombreux et contradictoires ce matin ont amené la confusion dans le Centre de Commande." La Commission elle-même a documenté, "Pendant la matinée, il y avait les faux rapports de multiples avion détournés dans le système."

Ainsi il apparaîtrait que les exercices de défense aériens simultanés embrouillaient les flux de données de la  défense et que le personnel poursuivait 4 avions détournés réels parmi 29 blips non identifiés.

>>> Je me demande si un petit malin n'aurait pas multiplié les alertes au detournement d'avion afin de brouiller completement la situation. Et les chasseurs sont partis dans de mauvaises directions.

Dernière modification par vigilant (02-10-2007 16:40:29)


Je ne suis pas un numéro , je suis un homme libre ! (numéro six)
Reopen avec le FSL33

Hors ligne

 

#7 02-10-2007 17:41:07

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

vigilant a écrit:

Je me demande si un petit malin n'aurait pas multiplié les alertes au detournement d'avion afin de brouiller completement la situation. Et les chasseurs sont partis dans de mauvaises directions.

Ok, j'ai joué ma vexée, sorry...

Je partage entièrement ton analyse Vigilant.

C'est clair que cet article de globalresearch met en lumière sans aucun doute possible que ce type d'attentat était non seulement prévisible mais bel et bien prévu (et pour le pentagone encore bien) et que toutes les mesures ont même été prises pour que l'on puisse réagir très rapidement en cas de crise.

De manière encore plus claire, cet article synthétise tous les exercices wargame drills qui se sont produits avant et même surtout en même temps que les attentats et je pense comme Vigilant que ceci a brouillé les pistes des subalternes qui ont du réagir lorsqu'il était encore question de les éviter...

Pistes d'autant plus brouillées que comme par hasard, le commandement de ce genre d'opérations de crise avait comme par hasard changé quelques mois auparavant.

Pourquoi n'a-ton pas parlé de ce brouillage? D'une part, parce que les agents subalternes sont tenus par le secret professionnel et d'autre part, parce que quelque part, s'ils parlent de cela, ils découvrent l'échec d'une procédure dans laquelle ils ont été impliqués et ce n'est jamais ce qu'il y a de plus agréable. On peut d'ailleurs imaginer qu'ils ont reçu une instruction claire de ne pas parler de ces exercices qui sont une pièce essentiel de l'échiquier de ces attaques.

Ceci dit, je suis troublé également quant aux circonstances du crash décrites par le témoignage de notre témoin Baxter...

Le témoin ne mentionne à aucun moment qu'un avion ait pu se crasher dans le pentagone comme cause de ce qu'il a constaté...

Il parle d'un blast, pas d'un crash, c'est tout de même différent, non?

Indépendamment de cette déposition, une autre circonstance avait attisé ma curiosité, la nature des incendies. châleurs très élevées : d'après le chef de chantier, l'explosion produite par le crash était si chaude que le verre s'est liquéfié. Est-ce que des feux de kerosène peuvent atteindre des températures aussi élevées approchant les 1500° nécessaires pour produire ce changement d'état du verre? Pourquoi les feux de kerosène auraient-ils pu être à ce point plus chauds que les feux de kerosène dans les WTC 1 et 2 qui ont atteint au plus fort de leur intensité des températures largement inférieures à 1500°?

Ajoutons le punch out dans l'anneau C dans lequel le nez de l'avion serait censé selon la TO avoir terminé sa course folle à travers les 80 mètres de profondeur des trois anneaux du pentagone, comme invraisemblance suprême...

Voici de nouvelles pistes sans doute pour analyser ce qui a pu se passer dans le Pentagone.


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#8 03-10-2007 18:44:26

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

charmord a écrit:

Indépendamment de cette déposition, une autre circonstance avait attisé ma curiosité, la nature des incendies. châleurs très élevées : d'après le chef de chantier, l'explosion produite par le crash était si chaude que le verre s'est liquéfié. Est-ce que des feux de kerosène peuvent atteindre des températures aussi élevées approchant les 1500° nécessaires pour produire ce changement d'état du verre? Pourquoi les feux de kerosène auraient-ils pu être à ce point plus chauds que les feux de kerosène dans les WTC 1 et 2 qui ont atteint au plus fort de leur intensité des températures largement inférieures à 1500°?

Le coup des vitres est d'autant plus surprenant que je viens de voir sur un site de debunking que certains vitres ont résisté au choc et ne se sont pas brisées parce qu'elles étaient exrêmement résistantes.

http://www.popularmechanics.com/technol … e=6#intact Site de debunkage qui plus est!

Extrait :

Some windows near the impact area did indeed survive the crash. But that's what the windows were supposed to do — they're blast-resistant.

"A blast-resistant window must be designed to resist a force significantly higher than a hurricane that's hitting instantaneously," says Ken Hays, executive vice president of Masonry Arts, the Bessemer, Ala., company that designed, manufactured and installed the Pentagon windows. Some were knocked out of the walls by the crash and the outer ring's later collapse. "They were not designed to receive wracking seismic force," Hays notes. "They were designed to take in inward pressure from a blast event, which apparently they did: [Before the collapse] the blinds were still stacked neatly behind the window glass."

Et bien certaines des fenêtres du pentagone se sont liquéfiées d'après un témoignage de première main...
Il faudrait évaluer la chaleur nécessaire pour ce faire. Ce pourrait être un élément important


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#9 03-10-2007 20:57:16

yak
Invité

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

charmord a écrit:

vigilant a écrit:

Je me demande si un petit malin n'aurait pas multiplié les alertes au detournement d'avion afin de brouiller completement la situation. Et les chasseurs sont partis dans de mauvaises directions.

Ok, j'ai joué ma vexée, sorry...

euh mais c'est charmorette?

Très bonne trouvaille en fait. il faudrait voir si on a des plans vidéo du pentagone avant le crash, bon on a ceux de la fameuse caméra de sécurité qui montre un avion, mais une explosion en interne ne se verrait pas forcément en extrérieur si la structure n'a pas été touchée. Le pentagone c'est un peu comme un caisson d'isolation.

Le crash d'un avion/missile donnerait une cause à l'explosion à l'intérieur du batiment à 8h42... non?

 

#10 04-10-2007 18:27:34

vigilant
Membre Actif
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 1691

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

yak a écrit:

Très bonne trouvaille en fait. il faudrait voir si on a des plans vidéo du pentagone avant le crash, bon on a ceux de la fameuse caméra de sécurité qui montre un avion, mais une explosion en interne ne se verrait pas forcément en extrérieur si la structure n'a pas été touchée. Le pentagone c'est un peu comme un caisson d'isolation.

Le crash d'un avion/missile donnerait une cause à l'explosion à l'intérieur du batiment à 8h42... non?

Le docteur dit qu'ily avait plein de fumée et qu'on y voyait pas à deux pas dans la zone concernée. Difficile de penser que ca ne se voyait pas à l'exterieur.

Sinon, j'ai retrouvé un article de 911 Blogger evoquant une "guerre des communications" sur le centre de commandement du Norad.

"Ca sonnait sans arret" : Les U.S. Téléphones militaires ont-ils subi 'Une attaque de guerre' le 9/11 ?

http://www.911blogger.com/node/11795

     
Des activistes et des chercheurs ont longtemps essayé de comprendre comment l'armée des Etats-Unis fortement sophistiquée pourrait avoir échoué si complètement à arrêter les attaques qui ont eu lieu le 11 septembre 2001. Les déclarations faites par plusieurs personnels militaire u.S. qui ont été profondément impliqués dans la réponse de crise ce matin suggèrent une méthode d'alarme qui peut avoir été utilisée pour saboter le potentiel de défense normal. Révélé ici pour la première fois, c'est une raison possible pour que l'armée ait été dans un tel état de paralysie jusqu'à ce qu'il soit trop tard pour faire une différence.

NORAD ET LE NMCC
Une installation militaire clef le 9/11 était le centre de Commande de la Défense Aéronautique Nord-américaine (NORAD) , situé profondément sous la Montagne Cheyenne dans le Colorado.

....

Le Service de presse des Forces américaines a décrit les événements dans le Centre de Commande Militaire national (NMCC), localisé dans le Pentagone, basé sur les souvenirs de deux officiers qui étaient  là.

Comme e centre d'opérations du NORAD, LE NMCC aura été une des parties les plus importantes de l'armée ce matin. Après que le deuxième avion ait frappé le WTC, les téléphones là "ont commencé à sonner à la volée."

Qu'est-ce qui a causé que tous ces téléphones soudainement ont sonné ? Pourrait-il y avoir eu un afflux d'agences préoccupées demandant soudainement l'aide, maintenant que c'était évident que les Etats-Unis étaient attaqués ? Ou est-ce que c'était quelque chose plus sinistre ? Un indice a été trouvé dans un article 1996 du magazine propre de l'Armée de l'air américaine, l'Aviateur. L'article a cité Stacey Knott, un technicien dans le centre d'opérations NORAD : "les Choses peuvent être assez calmes ici." Cependant, elle a ajouté : "un des temps les plus stressant est pendant des exercices. Cette pièce se remplit.... Les téléphones sonnent sans cesse et j'ai des téléphones dans chaque main."

L'ATTAQUE DU RÉSEAU INFORMATIQUE

Il est arrivé justement que NORAD était au milieu d'un exercice annuel majeur le matin du 9/11, appelé Vigilant Guardian. Il a impliqué "tout les niveaux de commande du HQ NORAD ," et "posait une crise imaginaire aux avant-postes Nord-Américains de l'Air Défense à travers tout le pays." Vigilant Guardian a été conduit en accord avec un exercicee de Commande Spatial américain appelé Apollon Guardian et un exercice de Commandement Stratégique américain appelé Global Guardian.  Tandis que l'on connaît peu sur l'Apollon Guardian, le  Global Guardian a été confirmé comme étant "en plein déroulement" au mement où les attaques réelles ont commencé.

En outre, un bulletin militaire a annoncé en 1998 : "Pendant ces dernières années le Commandement Stratégique a incorporé des scénarios de l'attaque de réseaux informatiques (CNA)  dans son exercice majeur annuel connu comme le Global Guardian. Le but primaire d'inclusion du CNA est d'évaluer les processus que nous avons en place en cas d'une attaque réelle contre notre infrastructure de l'information." Pour effectuer ces attaques, la Commandement Stratégique américaine (Stratcom) emploierait "l'équipe rouge" des membres "et d'autres organisations pour agir comme des agents ennemis." Les attaques s'étendraient afin "d'essayer de pénétrer dans le Commandement par Internet 'comme un mauvais' initié avec l'accès à une commande clef et à un système de commande." Plus significativement, "les attaquants aussi ' attaqueraient ' nos téléphones pour les saturer et enverraient des fax à de nombreux télécopieurs partout dans le centre." "Une attaque du réseau informatique" où les téléphones étaient "'saturés" a-t-elle été incorporée dans l'exercice du 9/11 ? L'article 1998 finit : "nous planifions d'augmenter le niveau de CNA dans le futur exerce Global Guardian pour imiter aussi étroitement(de près) que possible les capacités techniques d'une source hostile."

LE BESOIN DE L'ENQUÊTE

Cela lève beaucoup de questions. Est-il possible qu'un CNA incorporé dans Global Guardian a fourni un rideau de fumée pour saboter le système de téléphone, au moment où les militaires u.S. a eu besoin de communiquer le plus efficacement afin de répondre aux attaques mondiales réelles ? S'il en est ainsi qui était derrière cet acte de trahison ? Une enquête criminelle minutieuse doit être exigée pour identifier ces individus dévoyés.

Le Général major Eric Findley a essayé de suggérer que ce n'est pas un problème que tous les téléphones du centre d'opérations NORAD aient soudainement commencé à sonner. Il a dit à CBC : "les bonnes nouvelles sont que nous avions un tas de gens ici et nous avions déjà une architecture opérationnelle. Nous avions déjà le commandement et le contrôle, le réseau, les téléphones, les liaisons de transmission. Tout était déjà en place qui nous a permis de réagir à la situation."  Encore comment est-ce croyable  ? Comme Findley l'avait exposé, "chaque téléphone" avait "sonné à la volée." Maintenant je peux imaginer ce que serait une vraie gene quand vous essayez de répondre à un cas d'urgence sans précédent. Et si les téléphones "sonnant comme des fous" était vraiment une occurrence si inoffensive, l'armée des Etats-Unis n'aurait eu aucun besoin de mettre en pratique  cela pendant la formation d'exercices.


>>>> des appels multiples signalant des detournements avant le 2nd crash, des téléphones sonnant sans arret apres pour paralyser les contacts avec l'exterieur, ca me parait une bonne tactique pour paralyser le centre.

Dernière modification par vigilant (04-10-2007 18:32:48)


Je ne suis pas un numéro , je suis un homme libre ! (numéro six)
Reopen avec le FSL33

Hors ligne

 

#11 09-10-2007 12:03:50

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Plus je pense à ce témoignage du médecin, moins j'y comprends quelque chose...

Je rappelle les faits et demande à chacun d'essayer de comprendre ce que l'on peut en déduire.

Je ne crois pas travestir le témoignage en distant ceci :

Des occupants du pentagone - parmi lesquels un haut gradé miltaire- ont été sévèrement brûlés suite à une explosion alors qu'ils se trouvaient au cinquième étage du bâtiment.

Les médecins ont ensuite inspecté les étages pour retrouver des survivants, en essayant d'aller le plus loin qu'ils ont pu. Il y avait beaucoup de fumée et ils n'y voyaient pas à un mètre mais ils ne parlent pas d'une châleur ou de flammes mais uniquement de la fumée. 

D'où venait l'explosion?

Etait-ce la gerbe de flammes dû à l'inflammation du kerozène que l'on voit sur les images de la camera video du pentagone?

Mais cette gerbe se situe-t-elle à l'extérieur du bâtiment ou également à l'intérieur?

Si l'on part du principe que les ailes renfermant le kerosène se sont heurtés au mur du pentagone et s'y sont brisés voire pulvérisés, le kerosène a du essentiellement s'enflammer à l'extérieur. Or, les témoignages repris dans le rapport de l'ASCE nous apprennent que les fenêtres blast resistant ont résisté au choc, il ne devrait pas en aller autrement des fenêtres du cinquième étage, non?

Si au contraire, les ailes de l'avion ont pu pénétrer le bâtiment et laisser s'échapper les milliers de litres de kerosène à l'intérieur, comment les sauveteurs ont-ils pu évoluer dans le bâtiment qui devait subir un tel incendie, dans les minutes qui ont suivi le crash?

J'avoue ne pas bien visualiser la scène!

A+


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#12 09-10-2007 17:48:24

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Un autre article très intéressant sur les exercices de simulation :

http://www.911truth.org/article.php?sto … 8232126585

Lequel renvoie à un autre article pdf qui reprend des témoignages à examiner en profondeur :

http://www.911truth.org/article.php?sto … 5#_ednref8

J'ai commencé la lecture de ces témoignages des sauveteurs et médecins et c'est assez esssentiel d'en prendre connaissance à mon avis, car c'est la TO. Je retiens déjà de cette lecture que :

- Il y a quelques témoignages de personnes ayant vu l'avion se crasher dans le building (avec un luxe de détails assez surprenant, d'ailleurs) tandis que les autres pensaient que c'était plutôt une bombe;
- Il y a unanimité pour dire que le feu n'était pas très intense juste après l'explosion initiale (que très peu ont vu et dont certains disent qu'elle n'était pas aussi impressionnant que lorsqu'ils l'ont vu à la télé) et que les fumées étaient en revanche très denses. Bcp de personnes retiennent aussi une très forte humidité.
- Il y a quasi unanimité pour dire que les exercices de sauvetages ont été très efficaces grâce aux exercices Mascal antérieurs prévoyant un scénario similaire (un témoin dit même avoir entendu un supérieur lui dire "this is not an exercice, this is real world, tiens tiens comme un air de déjà entendu) mais que les opérations de secours ont dut être interrompu après une petite demi-heure suite à l'alerte qu'un autre avion détourné menaçait de se crasher sur le pentagone. L'alerte semble avoir été donnée quand l'avion était à 20 miles du pentagone. Il s'agit selon certaines personnes interrogées de l'avion manquant qui est censé s'être crashé à Shanksville...


Bref énormément de choses à apprendre en lisant ces témoignages. Et je n'ai lu que le quart. Il y a 130 pages!



A+

Dernière modification par charmord (09-10-2007 18:50:47)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#13 09-10-2007 20:35:52

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

charmord a écrit:

Bref énormément de choses à apprendre en lisant ces témoignages. Et je n'ai lu que le quart. Il y a 130 pages!



A+

C'était pas le bon lien :

http://history.amedd.army.mil/memoirs/s … onding.pdf


J'ai poursuivi la lecture et j'ai trouvé du lourd (Je mets les passages questionnants en rouge gras) :

Excerpts from an interview with Major John H. Grote, Jr., who was working in the Pentagon near the site of the airplane impact.

That morning, I was preparing my boss, a brigadier general, for a briefing of the Army Reserve Forces Policy Committee, the ARFPC, and we heard, shortly after the first plane had impacted in to the World Trade Center, that something had occurred. There was CNN [Cable News Network] on the TV in the office next door to my office. When the first plane hit, it keyed up in my mind the possibility that it was a terrorist incident. I believe I was watching when the second plane came in.

There was such confusion on TV, whether or not they were showing a replay or what it was when the second plane came in. But, after we realized there had, in fact, been a second attack in New York City, I called my wife.

A few minutes later, the impact on the Pentagon occurred. It was obvious when that happened that something large had happened to the Pentagon. My office has windows that overlook the alley in between the B and the C ring of the Pentagon, so I could see the flash of light, could feel the impact, and hear the impact. Of course, at that time we didn’t know it was a plane that had crashed in. We didn’t know if it was just a car bomb which was one of the threats they always assessed that was possible against the Pentagon. Much more likely than a plane being flown into the building.

So, when that occurred, initially, there was a lot of excitement, obviously. A lot of people were running every which way. The primary direction everyone was given was to evacuate the building.

I called my wife back, got her voice mail, and left her a short message just to the effect mainly that the building had been hit, I was OK, and I was going to evacuate the building. Then, being a good son, I immediately called my mother in Iowa, and said, “Mom, the Pentagon has been hit, I’m OK, and I’m getting out of the building.”

When I got to the intersection, right in front of Corridor 5 and 6, there was a gentleman laying there, who when you first looked at him it looked like he must have been an Air Force officer because his uniform was blue. He was an Army officer, who was in green, and had been flash burned from the top of his head to his feet. Around him in his immediate area, there were no signs of explosion or anything. Structurally, the building was very intact in that area. There were people almost jumping over this guy trying to get out of the building and trying to move by. A couple of folks had stopped and started trying to administer some type of first aid and really didn’t have any idea what they were doing, other than trying to help. So, I stopped there.

About that time, some gentlemen came running down Corridor 5, indicating that there were people trapped back in the DCSPER area. Smoke was pouring down the corridor, fairly heavy at that point. We couldn’t make it all of the way to the E ring because of the smoke coming around the corner there. I believe the fire doors were shut, but there was still smoke pouring down the hall. We ended up turning at the D ring and going down towards the point of impact. There was a door there that had been jammed closed. You could hear people screaming behind that and myself and another guy were able to basically rip the door off its hinges. It took a couple of tries because the smoke was so thick that we couldn’t really breathe very well. So, we’d go down there, do what we could, and then come back, get some fresh air and go back down. A couple of folks came out of that office.

After that happened, I was coming back down when I heard people screaming about people trapped on the ground floor of the Pentagon. A hole had been blown in the side of the Pentagon, probably 7 feet high, 8 feet wide, and there were a number of people trying to fight a fire that was coming out of that, because there were some individuals trapped inside an office there. I ended up getting in this line of personnel that was going down the short, 10-15 foot hole that had been blown through the building. Going into that, there were a lot flames and a hot liquid dripping down on top of us.

Basically, by using flashlights to be able to see, because the smoke was thick, and fire extinguishers to try to keep the fire down, we were able to pull people out. After, I’m guessing 5-10 minutes, we were able to get two individuals out of that office. There was a lot of debris on top of them, and we were handing office computers, furniture back out down a line of people that were trying to get in to help, so they could get them uncovered and get them outb]The flames were coming in from the D ring, I guess from deeper inside the building, were coming towards them. [/b]. [We were basically shooting fire extinguishers over their heads to try to keep the flames down.

After that, we went back in the center courtyard and, obviously, medical care was already on the scene. The one thing I couldn’t stress enough is the folks that worked at the DiLorenzo TRICARE Health Clinic were doing a yeoman’s job of setting up medical care in the center courtyard, trying to establish some triage points and some patient care points within the center courtyard. I would have to say, at that time, I was probably a little dazed. I was hacking from breathing in smoke, and still at that point in time didn’t know what had happened. I heard rumors about a plane.
While I was out there trying to do anything I could to help anybody, they were trying to evacuate an older woman, who worked also in the DCSPER office, who had a fractured right leg and burns on her lower legs, and other than that was OK. A little panicked, but she had already received some medical care from somebody. She had an IV started, and her leg was splinted and wrapped. They had her lying on a piece of plywood, but I’m not sure where they had gotten that. We wanted to get her out of the building. They had set up a patient collection point along the river outside of the Corridor 8 entrance to the Pentagon. So, we picked her up on the plywood, and at that point in time she panicked when she realized she had to go back into the building to get outside of the building.

So, we set her down, calmed her down a little bit and told her we’d make it as quick as we could. A lot of smoke was already down in Corridor 8. We picked her up, going in through the apex of where Corridors 7 and 8 meet, and went out Corridor 8, down by the health clinic, and out of the building. Across the road, down below there, the DiLorenzo folks had set up kind of a patient collection point, and an ambulance picked up whenever we could bring ambulances through and pick up the more seriously wounded casualties.

There was a lot of care going on out here, although there was still care going on in the courtyard. I stayed with that woman and ended up putting her in a civilian van an Air Force sergeant had. He didn’t know where the hospital was so we hooked him up with a physician assistant who knew
where the Arlington Hospital was and they evacuated her.

After that, they were forming up teams to go back in to look at possibly extracting more casualties or setting up the interior of the courtyard for additional patient care. I went back in. Probably, there were 100 people lined up in teams to go back in. Inside the Pentagon at that time there was still a lot of confusion going on.

I’m not sure who was actually doing the organizing. There were a number of either strong-willed or organizationally-minded people who were putting people in teams, getting names of who was going back into the building to try to establish some accountability. And then we went back into the building, ten in a line, keeping track of each other. We went back into the courtyard, where they were working to set up patient treatment areas, again based on triage categories or patient casualty types.

I went on one of those missions where we went back in the Corridor 4 entrance. By that time, the Arlington Fire Department was on the scene. They turned us around at that point saying the fire was burning so hot they couldn’t get any closer, so we needed to get outside and wait until they let us know it was safe to come back in.

By the time I left the Pentagon, we’d done what we could logistically as far as getting water for the firefighters, water for the responders, and water pre-positioned for any casualties that we may have been able to get out. And that was kind of a little bit of ingenuity, too. The Center Courtyard Café in the center courtyard had been closed down a few days earlier. I guess it closes at Labor Day. But they closed it down and some ingenious person, I don’t know how they gained entrance into that café, but they had brought out cases and cases of sodas, 16-ounce plastic bottles, and ended up dumping the sodas out and filling them up with water to bring to the firefighters and everybody else that needed water and not soda at that time. So they were adapting very quickly to what they needed, or at least perceived what they needed, to be ready for.



Ce qui est étonnant dans ce témoignage, c'est qu'il parle de fumées épaisses juste après le le supposé crash et c'est bien après alors qu'il fait des allées venues dans le pentagone, qu'il remarque la présence du trou de deux à trois mètres de haut et de large dans l'anneau et à travers lequel le feu s'engouffre. C'est par après que les pompiers interviennent seulement (avant, rien dans les témoignages que j'ai lus ne dit que c'était nécessaire) et le témoin parlent de chaleurs suffocantes.

Donc, la piste de deux événements distincts dans la matinée du 11 septembre au Pentagone me paraît à explorer.

J'attends vos réactions et vous répète qu'il faut lire les témoignages figurant dans le lien ci-dessus (Sauf si c'est déjà fait mais j'ai pas trouvé...)

A+


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#14 09-10-2007 21:35:25

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Autre passage intéressant qui confirme l'irruption soudaine de flammes intenses à travers le trou et des personnes piégées dans les bureaux :

I was standing by the exit point, triaging patients, when [Air Force Surgeon General Lt.] General Carlton came out. He grabbed me by the arm and said, “Look, I need you in here.” I looked at Captain Glidewell and asked, “Ma'am, can I go?” She looked around, and saw that we had enough
medical coverage, and then she looked at me and said, “Just be careful.” I grabbed a litter, an aid bag, and some other stuff and went in. I don't think I'll ever forget the way she looked at me, because it was one of those good-bye kind of looks. We talked about it later, and she really didn't
expect me to come back out.

We went in, and around, some debris and ended up in the C-Ring. When I got out there, the water was up to my ankles. There were about thirty people in the space between the two buildings. I went around and checked to make sure everybody was all right. They all had smoke inhalation, but most were just in shock. I noticed that everybody was staring at this hole, and there was a lot smoke coming out of it. I asked, “[color=red]What’s going on over there?” They said, “There’s people trapped in there.” I looked around and said, “All right, well, I'm not doing anything out here, and there's people in there that need me.” So that’s where I went. When I got to the opening, all I saw was smoke, and people digging. At first when I went in, and I was just helping to clear debris as best I could, it was horrible. There was smoke everywhere, and it burned so bad; it burned your lungs every time you breathed. You couldn’t see a thing.[/color][b]I had to come back out because I couldn't breathe, and I started coughing, and somebody handed me a mask — basically a t-shirt. I saw this guy lie down, and roll around in the water just so he could get his clothes wet, then rip them off and hand them to people as they were coming out.

I went around again to make sure that everybody was fine, and we went back in. About that time the first person from the area was being brought out. As she was brought out, we got her on the litter, and I did a rapid patient assessment on her while they were carrying her to the center courtyard. You could barely see anybody move, and for the most part, you couldn’t hear anything either. There was smoke everywhere, and people yelling. There were three people behind us with fire extinguishers to put out spot fires over our heads, and we were just digging. The guy in front is the one who saw him; up ahead they could see someone who had passed out. When we finally got up to him, we used a wet t-shirt to revive him. We got him out, but when we turned to go back in, we couldn’t because the entire room was just engulfed in flames. We had only been out of that room for about 15 or 20 seconds before it just went up. People were saying that there were still four more people trapped down there around the side. We tried to go back, but we just couldn't do it.

Then I helped evacuate people from that area just to get them out of there. The fire department came, and I told them about the trapped people. I hung around with one of the firefighters for a little bit, because I thought he could go in, and maybe help. He didn't have his respirator or anything. I gave him my wet t-shirt, and held a fire extinguisher and a flashlight to help him out. It was no use. By this time, there were three or four people in the area. When he finally said, “We’ve got to get out of here,” I went out to the courtyard, and they were still evacuating people, and there was Captain Glidewell. She was still there; she wouldn’t leave until all the patients were taken care of. Then, when they were gone, she stayed to direct where people should take all the medical supplies were, so they wouldn't be left behind.
[/b]

On the crash site, all of the medical assists were located underneath an overpass, because there were still fears of another plane attack. Everybody was just hanging out. Captain Durm, who was director of our dental clinic, was down there, and he was saying, “This is ridiculous. The patients aren't here. There’s nobody over there to take care of the patients when they come out. We have to go back over there. I’m going. Who’s coming with me?” Every medic got up, grabbed some gear, and headed out.


Ce trou de 2,5 mètres de haut et large est donc bien mystérieux :

- It has been blown bien après le crash (ou l'explosion initiale);
-  des fumées suffocantes en sortent obligeant les sauveteurs à faire des allées et venues;
- Soudain, des flammes violentes en sortent


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#15 09-10-2007 21:49:56

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Incroyable!
Cela continue, on tient peut-être les preuves de l'existence d'un pénétrateur appauvri!
Et de la propre bouche des militaires :


Lisez-moi ceci :


I was glad I came in BDUs [Battle Dress Uniform] that day. It was the uniform of the day and that’s what we needed to have on. At that point we were able to see the last part of the plane, where it stopped, basically. [b]It was a big 8 by 10 or bigger, I’m just guessing, hole in the wall. You could see the tire, the landing gear, were just forward of it. There was a fire that was burning right up against the wall. Captain Lam-me, an Army captain, was trying to be the lead in what we were trying to do.

We wanted to go in to find anybody who could have been trapped. But he created teams and myself and those three guys, we went and got some gurneys. He created four teams. At first it was only two teams, then more people came, which was a great thing. We were stopped. There was like a turf war going on between the Secret Service, FBI and firemen. They were taking away bags of little things, as evidence. They wouldn’t allow us to go in because we would compromise the crime scene. That’s how they viewed it. The firemen didn’t want to let us in because it was truly an inferno inside there. But they were in there and they were my heroes. I saw those guys and you couldn’t do nothing but swell up with pride. They were trying to keep us out of there because it was just too hot.

The Secret Service and the FBI, or whoever else was out there, they didn’t want us in there because they didn’t want anybody contaminating that particular crime scene. Myself, Sorensen, Pecquet, and Jones decided amongst ourselves ‘somebody has to be still in there.’ They were not allowing us to go over here, and so we departed from the larger group and we went into the building. We saw some DoD personnel driving around in little electric cars. It amazed me. They looked calm. They looked like everything is OK. They weren’t afraid.

We went into this corridor and we went into the basement, because we wanted to find out if there was anybody down there. There’s an area down there that is intact, vaulted up and we knocked on the door. We got a colonel to come out and we asked him, “Is everybody OK? Is there anybody
needs to be evacuated?” He says, “No, are you guys all right?” And at that point he went on to let us know that ‘we’re safe, we’re OK because we’re vaulted down here.’

We went back upstairs and smoke was really starting to billow. I told the guys that we were with that we are not going to go upstairs until these guys give us the clearance. We’ll walk around to see if we can see anybody on this level, and we did. We eventually went back out with Captain Lamme.

They never missed us. They were so busy with everything else, they were concentrating, so that was a good thing, because what we did was on our own and I didn’t want my guys to get in trouble because they followed me.


Pour les modos, je pense que mes derniers messages devraient faire l'objet d'un nouveau topic dans la rubrique pentagone. Vous pouvez l'appellez : Mysterious hole

Merci


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#16 09-10-2007 21:57:37

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Et encore un autre témoignage :

As I was in between two of the rings on the access road in between, I noticed that there was a wide
gaping hole in the office wall. And through that hole I could see the building was on fire. It was the
remnants of an office. You could see desks, telephones, office instruments. There were papers
scattered around, and the smoke was coming out pretty thickly, dark, thick black smoke. There were
several people there who had managed to round up fire extinguishers and were trying to put out the
blaze. They weren’t getting very far with that. In addition to that area, farther down, there was
some more damage and there was more smoke coming out, and there was some more activity in that
area.


There was a stairwell a little closer to where I was, and I went up in there, not far, probably 10-15
feet to the first landing, and there was smoke there. There was debris all over the place. And I
looked up in there, we were hollering, everybody up and down was hollering, “Is anybody there?”
“Is everybody OK?” There were some people coming out of the building that had obviously been
injured. I remember there was one person who had come out and we sat him down almost
immediately upon exiting the building. He was burned front and back. We ended up putting him on
one of the self-propelled vehicles, and evacuating him out towards the Center Court where we were
starting to marshal triage areas. So I stayed in that area for, gosh, I don’t know, a half an hour, an
hour, hour and a half, there’s no real way to tell.


Il faut approfondir car la TO selon laquelle le kerosène a provoqué les incendies dévastateurs ne peut expliquer la présence dee ce trou ni davantage pourquoi le feu s'est déclaré de l'autre côté de ce trou, provoquant dans un premier temps des fumées intenses et asphyxiantes.

A+


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#17 09-10-2007 22:23:25

vigilant
Membre Actif
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 1691

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Ce trou de 2,5 mètres de haut et large est donc bien mystérieux :

- It has been blown bien après le crash (ou l'explosion initiale);
-  des fumées suffocantes en sortent obligeant les sauveteurs à faire des allées et venues;
- Soudain, des flammes violentes en sortent

Pour moi, c'est probablement le trou de sortie de l'anneau C. Ca correspond tout à fait aux dimensions et j'ai lu qu'il avait été utilisé par des secouristes. Le feu expliquerait les traces noires sur le dessus.
http://www.pentagonresearch.com/exit.html

Assez curieuses l'attitude des gens du FBI qui empechent presque que l'on secoure les gens pour "ne pas abimer la scene du crime". Quand on sait la rigolade qu'a été l'enquête...


Je ne suis pas un numéro , je suis un homme libre ! (numéro six)
Reopen avec le FSL33

Hors ligne

 

#18 09-10-2007 22:28:45

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

vigilant a écrit:

Ce trou de 2,5 mètres de haut et large est donc bien mystérieux :

- It has been blown bien après le crash (ou l'explosion initiale);
-  des fumées suffocantes en sortent obligeant les sauveteurs à faire des allées et venues;
- Soudain, des flammes violentes en sortent

Pour moi, c'est probablement le trou de sortie de l'anneau C. Ca correspond tout à fait aux dimensions et j'ai lu qu'il avait été utilisé par des secouristes. Le feu expliquerait les traces noires sur le dessus.
http://www.pentagonresearch.com/exit.html

Assez curieuses l'attitude des gens du FBI qui empechent presque que l'on secoure les gens pour "ne pas abimer la scene du crime". Quand on sait la rigolade qu'a été l'enquête...

Il faut savoir en plus que les colonnes qui se trouvaient proches du punch out hole ont été examinés par le FBI, comme l'indique le rapport de l'ASCE dont certains extraits ont été publiés dans l'étude de Desmoulins.

Je pense que ce trou est fondamental pour comprendre ce qui a du se passer dans le pentagone!


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

#19 09-10-2007 22:53:39

vigilant
Membre Actif
Date d'inscription: 12-09-2006
Messages: 1691

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

charmord a écrit:

Il faut savoir en plus que les colonnes qui se trouvaient proches du punch out hole ont été examinés par le FBI, comme l'indique le rapport de l'ASCE dont certains extraits ont été publiés dans l'étude de Desmoulins.

Je pense que ce trou est fondamental pour comprendre ce qui a du se passer dans le pentagone!

D'apres Russel Pickering (si on peut lui faire confiance), les deux colonnes pres du trou auraient été gravement endommagées, ce qui ne figure pas sur le rapport de l'ASCE. Ca, l'absence de gros debris visible, le caractere preque parfaitement circulaire du trou  me font pencher pour sa version, qui est celle de l'utilisation d'un explosif special militaire prevu pour ouvrir des breches dans des murs.
http://www.pentagonresearch.com/091.html

Je ne vois pas comment expliquer autrement l'aspect circulaire du trou.

Dernière modification par vigilant (09-10-2007 22:54:38)


Je ne suis pas un numéro , je suis un homme libre ! (numéro six)
Reopen avec le FSL33

Hors ligne

 

#20 09-10-2007 22:57:00

franck33
Invité

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

Wé Vigilant, et de plus, ce qui est passé a travers le mur doit bien se trouver de l'autre coté peut etre, sauf si c'est de l'explosif en effet.

 

#21 09-10-2007 23:23:03

charmord
Membre du forum
Lieu: Brussels DC
Date d'inscription: 05-12-2006
Messages: 8296

Re: A lire! témoignage d'un médecin au Pentagone

franck33 a écrit:

Wé Vigilant, et de plus, ce qui est passé a travers le mur doit bien se trouver de l'autre coté peut etre, sauf si c'est de l'explosif en effet.

on peut sans doute faire le rapprochement entre ces témoignages et les éléments indiquant la présence d'uranium appauvri :

- témoignage de Leuren qui rapporte que le taux de radioactivité était anormalement élevé dans les environs du pentagone et qu'une enquête interne au Pentagone aurait été ouverte,

- photos de sauveteurs en tenue de décontamination,

- arrivée rapide du FBI sur les lieux de ce trou, FBI qui effectue des prélèvements de petits échantillons et interdit l'accès aux sauveteurs et pompiers et qui semble, selon le rapport de l'ASCE reproduit par Desmoulins, avoir procédé seul à l'examen des colonnes directement voisines...

Dernière modification par charmord (10-10-2007 00:37:07)


La manière la plus sûre de corrompre une jeunesse est de l'instruire a tenir en plus haute estime ceux qui pensent de même que ceux qui pensent différemment."

Friedrich Nietzsche

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr