ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 07-09-2020 18:22:15

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Alberto MIATELLO, physicien a mis en ligne en septembre 2015 sur Academia.edu une étude de 25 pages réfutant la version officielle des effondrements des Wtcs le 11 septembre 2001.

WORLD TRADE CENTER COLLAPSE AS INELASTIC COLLISION, AND THE “VARIABLE MASS” PROBLEMS IN PHYSICS.
WHY- WITHOUT A CONTROLLED DEMOLITION OF BASEMENT – WTC1 COLLAPSE WOULD HAVE STOPPED 15 STORIES BENEATH

LE CENTRE DU COMMERCE MONDIAL S'EFFRONDRE EN TANT QUE COLLISION INELASTIQUE ET LES PROBLEMES DE «MASSE VARIABLE» EN PHYSIQUE.
POURQUOI - SANS DÉMOLITION CONTRÔLÉE A PARTIR DU SOUS-SOL, L'effondrement du WTC1 aurait stoppé 15 étages plus bas.

https://www.academia.edu/13907138/World … in_Physics


Abstract

In these years since September 11, 2001, many remarkable studies and specialists have correctly criticized and challenged the “official” version and hypothesis that just a “gravity-driven” collapse of top buildings, after structural weakening by airliners crashes and fires, could have possessed energy enough to totally crushing down both Twin Towers, (and especially WTC1, whose top damaged and falling 12 stories were only 10% of total building) and also WTC7(which suffered neither an airliner crash nor big fires!).
However, no alternative study – as far as known – proposed yet a physical/mathematical model explaining why, how and where the collapse of top WTC1 alone would have stopped long before the total destruction of building.
Therefore, this paper is the first trying to set out and modellize the problem of WTC1(and WTC2) collapse as an inelastic collision in the frame of “variable-mass” problems of physics, in which a variable initial mass (Mi) - here the top 12 falling stories - with a known accretion/ablation factor, under two contrary forces (here gravity (g) against structural resistance (n) of steel beams, concrete flooring, etc. ) and thereby receiving a constant “thrust”, gets turned into a final mass (Mf).
How powerful and correct this model is, can be evaluated just thinking that the “variable mass” approach in physics and engineering was many times used, since the beginning of XX century, to precisely calculate the energy to send rockets to space and to the Moon (it is also known as the “rocket equation”).
Hence, just the many times suggested hypothesis of a controlled demolition, i.e. the demolition of Twin Towers mainly through blasting charges at the basement, can explain their total and quick collapse. whereas the “gravity-driven” total demolition of Twin Towers by the collapse of top buildings alone is an impossible mechanism in physics.
This model can also explain what really happens, in physical/mathematical terms, both when a controlled demolition succeeds in totally destroying a building, and when it fails with just a resulting partial destruction.
“A problem well put is a problem half-solved”
John Dewey

Voici la traduction approximative à améliorer du sujet de l'étude:

Ces années depuis le 11 septembre 2001, de nombreuses études et spécialistes remarquables ont correctement critiqué et confronté la version et l'hypothèse «officielles» selon lesquelles un simple effondrement «causé par la gravité» des bâtiments supérieurs, après un affaiblissement structurel par des accidents d'avion et des incendies, aurait pu posséder assez d'énergie pour écraser totalement les deux tours jumelles (et en particulier le WTC1, dont le sommet de 12 étages endommagé et en chute ne représentait que 10% du bâtiment total) et aussi le WTC7 (qui n'a subi ni crash d'avion ni gros incendies!).
Cependant, aucune étude alternative - pour autant que l'on sache - n'a proposé encore un modèle physique / mathématique expliquant pourquoi, comment et où l'effondrement du seul haut WTC1 se serait arrêté bien avant la destruction totale du bâtiment.
Par conséquent, cet article est le premier à essayer d'exposer et de modéliser le problème de l'effondrement du WTC1 (et du WTC2) comme une collision inélastique dans le cadre des problèmes de physique à «masse variable», dans laquelle une masse initiale variable (Mi) - ici les 12 étages supérieurs qui tombent - avec un facteur d'accrétion / ablation connu, sous deux forces contraires (ici la gravité (g) contre la résistance structurelle de (n) poutres en acier, des sols en béton, etc.) et recevant ainsi une «poussée» constante, obtient transformé en une masse finale (Mf).
La puissance et la correction de ce modèle peuvent être évaluées en pensant simplement que l'approche de la «masse variable» en physique et en ingénierie a été plusieurs fois utilisée, depuis le début du XXe siècle, pour calculer précisément l'énergie nécessaire pour envoyer des fusées dans l'espace et sur la Lune. (elle est également connue sous le nom d '«équation de fusée»).
Ainsi, seule l'hypothèse maintes fois suggérée d'une démolition contrôlée, c'est-à-dire la démolition des Twin Towers principalement par des charges de dynamitage au sous-sol, peut expliquer leur effondrement total et rapide. alors que la démolition totale «gravitationnelle» des tours jumelles par l'effondrement des seuls bâtiments supérieurs est un mécanisme impossible en physique.
Ce modèle peut également expliquer ce qui se passe réellement, en termes physiques / mathématiques, à la fois lorsqu'une démolition contrôlée réussit à détruire totalement un bâtiment, et lorsqu'elle échoue avec juste une destruction partielle qui en résulte.
«Un problème bien posé est un problème à moitié résolu» John Dewey

Dernière modification par Mariflo (07-09-2020 18:26:40)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#2 07-09-2020 22:56:48

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Ce PDF de 25 pages contient à partir de la page 17 un addendum daté du 9 septembre 2015. Il s'agit de 6 questions de lecteurs avec les réponses de l'auteur.


J'ai retenu pour l'instant la question 6 avec sa réponse car elle traite de BAZANT (traduction approximative à améliorer ci-après):

6) In your paper you mentioned a movie (“Caro Diario”) saying about several very expert dermatologists who released a wrong diagnosis of skin disease, whereas a more “generalist” doctor (an internist and radiologist) found the correct diagnosis (Hodgkin disease) and saved the protagonist. It is not totally clear to me how this “curious” example can be compared with those experts and professors releasing a wrong “diagnosis” of WTC collapse by “structural failure” only, denying a controlled demolition.
Because the experts in civil engineering (such as Prof. Bazant) who released the final opinion of a “structural failure” made – in my modest opinion – the same error of the dermatologists in the movie, namely they focused too much to the “particular”, while disregarding the whole “physical frame”.
If you read the technical papers by Prof. Bazant, it is astonishing to see the accuracy he (and his colleagues) devoted to “marginal” issues such as: “rotation angle of hinges”, “plastic rotation of buckling”, “dynamics of steel fractures”, etc., writing many long and complicate equations to describe those points.
That was clearly a very specialist approach, by a very specialist civil engineer, who unfortunately is totally disregarding the main “general” concepts of general physics clearly explaining the reasons of WTC collapses, i.e.: loss of kinetic energy after inelastic collisions, 3rd law of Newton of action-reaction (several critics of the official collapse theory noticed that Bazant never mentioned the fundamental 3rd law of Newton, and he paid a little attention to the problem of floor resistance, curiously it is very difficult to find even the word “resistance” in his papers on WTC collapse.
Read, for instance, this incredible statement:
“The energy dissipation, particularly that due to the inelastic deformation of columns during the initial drop of the upper part, may be neglected” (??) (Z. Bazant: “Why did the WTC Collapse?” p.2).
This is a total violation of the main laws of physics and dynamics!
Neglecting to evaluate the energy dissipation in inelastic collisions, during the initial moments of collapse, would be like – for a mechanical engineer and expert of car engines – neglecting to examine the initial acceleration of a car, and pretending in the same time to calculate the actual power of the engine.
Of course, this does not mean that all specialists and civil engineers made the same error as Bazant!
Thousands of architects and civil engineers in the world criticized the official theory of collapse.
However, the (wrong) approach by Bazant is clearly the one of a very “sophisticated” specialist, who is immediately sure (Bazant was sure that WTC collapsed for just a “structural failure” after only 2 days after 9/11!) that the solution could be just one, and he was immediately focusing on many “particulars”, unfortunately by wrongly disregarding the”general frame” of physics.

Traduction:

6) Dans votre article, vous avez mentionné un film («Caro Diario») parlant de plusieurs dermatologues très experts qui ont publié un mauvais diagnostic de maladie de la peau, alors qu'un médecin plus «généraliste» (un interniste et un radiologue) a trouvé le bon diagnostic (maladie de Hodgkin ) et a sauvé le protagoniste. Il n'est pas tout à fait clair pour moi comment cet exemple «curieux» peut être comparé à ces experts et professeurs qui publient un mauvais «diagnostic» d'effondrement du WTC par «défaillance structurelle» uniquement, niant une démolition contrôlée.

Parce que les experts en génie civil (comme le professeur Bazant) qui ont rendu l'avis final d'une «défaillance structurelle» ont fait - à mon avis modeste - la même erreur des dermatologues du film, à savoir qu'ils se sont trop concentrés sur le «particulier », Sans tenir compte de l'ensemble du« cadre physique ».
Si vous lisez les articles techniques du professeur Bazant, il est étonnant de voir la précision que lui (et ses collègues) a consacrée aux questions «marginales» telles que: «l'angle de rotation des charnières», «la rotation plastique du flambement», «la dynamique de fractures d'acier », etc., en écrivant de nombreuses équations longues et compliquées pour décrire ces points.
C'était clairement une approche très spécialisée, de la part d'un ingénieur civil très spécialisé, qui ignore malheureusement totalement les principaux concepts «généraux» de la physique générale expliquant clairement les raisons des effondrements du WTC, à savoir: perte d'énergie cinétique après des collisions inélastiques, 3ème loi de Newton de l'action-réaction (plusieurs critiques de la théorie officielle de l'effondrement ont remarqué que Bazant n'a jamais mentionné la 3ème loi fondamentale de Newton, et il a accordé un peu d'attention au problème de la résistance au sol, curieusement, il est très difficile de trouver même le mot «résistance »Dans ses articles sur l'effondrement du WTC.
Lisez, par exemple, cette déclaration incroyable:
«La dissipation d'énergie, notamment celle due à la déformation inélastique des colonnes lors de la chute initiale de la partie supérieure, peut être négligée» (??) (Z. Bazant: «Pourquoi le WTC s'est-il effondré?» P.2).
C'est une violation totale des principales lois de la physique et de la dynamique!
Négliger d'évaluer la dissipation d'énergie dans les collisions inélastiques, pendant les premiers instants de l'effondrement, serait comme - pour un ingénieur en mécanique et expert des moteurs automobiles - négliger d'examiner l'accélération initiale d'une voiture, et faire semblant dans le même temps de calculer la puissance réelle du moteur.
Bien entendu, cela ne veut pas dire que tous les spécialistes et ingénieurs civils ont fait la même erreur que Bazant!
Des milliers d'architectes et d'ingénieurs civils dans le monde ont critiqué la théorie officielle de l'effondrement.
Cependant, la (fausse) approche de Bazant est clairement celle d'un spécialiste très «sophistiqué», qui est immédiatement sûr (Bazant était sûr que le WTC s'est effondré pour une simple «défaillance structurelle» après seulement 2 jours après le 11 septembre!) Que la solution pouvait être une seule, et il se concentrait immédiatement sur de nombreux «détails», malheureusement en négligeant à tort le «cadre général» de la physique.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#3 08-09-2020 18:39:30

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Cette étude me semble intéressante et inédite à l'époque.  Je vais donc traduire approximativement le texte de cette étude, mais je laisse les experts critiquer les calculs et formules.



Introduction:  pourquoi les «super-experts» échouent parfois.


Commençons cet article par une digression et un souvenir un peu ironique. En 1993, un film italien, «Caro Diario», lauréat du Festival de Cannes 1994 [1] décrivait les mésaventures du protagoniste, Nanni Moretti (qui était également le réalisateur et producteur du film), lorsqu'il fut diagnostiqué une maladie de Hodgkin, une forme de cancer du système lymphatique.

Au début, son premier symptôme était juste une démangeaison persistante de la peau, en particulier pendant la nuit. Moretti pensait donc être atteint d'une maladie de peau, et consulta plusieurs dermatologues, même les plus renommés et les plus chers, et il fut diagnostiqué de différentes manières, et on lui prescrivit de nombreux médicaments pour les maladies de la peau.
Cependant, comme son état de santé ne s’améliorait pas du tout et qu’il perdait également du poids, il a finalement consulté un médecin interniste et un radiologue, qui a rapidement diagnostiqué la maladie réelle de Moretti et l’a orienté vers une thérapie efficace, le sauvant.

Maintenant la question est: pourquoi ces «super-spécialistes» et dermatologues ont échoué, alors que l'interniste médical a trouvé le bon diagnostic ?

Probablement parce que ces dermatologues étaient trop - sûrement pour une tendance professionnelle - se concentrant sur une «spécialité», c'est-à-dire la peau, plutôt que de penser correctement à placer ce symptôme dans le cadre «général» du corps du patient.

Quelque chose de très similaire s'est produit avec l'analyse scientifique de l'effondrement du WTC. Le professeur Bazant, spécialiste renommé en génie civil dont les analyses sont presque totalement en accord avec la conclusion officielle du NIST, a écrit [2]: «… Quand la boucle suivante avec son groupe de charnières en plastique se forme [traduction à améliorer], la partie supérieure a déjà parcouru de nombreux planchers vers le bas et a acquis une énergie cinétique beaucoup plus élevée »(??).
Malheureusement pour Bazant, mais le mécanisme qu'il a décrit est une violation flagrante des principales lois de la physique! En fait, il est tout simplement impossible qu'une masse A qui frappe une masse B au repos puisse acquérir plus d'énergie cinétique.
Au contraire - comme n'importe quel manuel de physique peut vous le dire et nous le verrons - l'énergie finale après impact sera toujours et mathématiquement plus faible qu'avant! Une erreur comme celle-là est si grande que toute l'analyse suivante est fatalement gâchée.

Un autre architecte célèbre, le professeur Renzo Piano, a déclaré dans une interview, en septembre 2011: «J'ai immédiatement réalisé, après l'impact, que les tours jumelles allaient bientôt s'effondrer. Un incendie comme celui-là peut provoquer des incendies atteignant plus de 2 000 ° C! » [3]
Désolé pour le professeur Piano, mais la température la plus élevée à l'intérieur du WTC après le crash des avions de ligne aurait difficilement pu atteindre 800 ° C, comme le suggèrent de nombreuses analyses thermiques précises. De plus, comme les incendies brûlaient vers le haut, dans les étages des deux tours aux alentours des accidents et des incendies, à savoir l'étage 92 pour la tour nord et l'étage 82 pour la tour sud, la chaleur diminuait rapidement et algorithmiquement, selon un gradient thermique négatif et la loi de Fourier de la conduction thermique. Aussi  5 étages en dessous des feux, les températures des charpentes en acier étaient largement inférieures à la limite de sécurité de 300 ° C.

D'où la question: pourquoi tant d'experts techniques ont exprimé à cet égard des opinions aussi erronées telles que celles ci-dessus?

Bien entendu, nous ne pouvons pas mettre le blâme sur une prétendue «mauvaise foi» ou «stratégie de couverture». Cela peut parfois arriver avec les médias ou les enquêtes, mais sûrement pas avec plusieurs experts indépendants, provenant de nombreuses institutions différentes.
La réponse la plus vraisemblable semble que malheureusement un très bon bagage technique et spécialisé n'est pas du tout une garantie contre les erreurs. Même les spécialistes échouent parfois, car, comme dans le cas médical avec Moretti, ils ont tendance - parfois inconsciemment - à placer certains faits dans un cadre biaisé de théories qu'ils aiment, refusant ou ignorant de considérer d'autres explications qui ne «cadrent» pas avec leurs cadres biaisés.

Moi-même - pour être honnête - pendant plusieurs années après 2001, je croyais que les accidents d'avion + les incendies étaient seuls capables de détruire les Twin Towers, et je souriais quand quelqu'un parlait de «démolitions contrôlées» ou d'explosifs cachés.

Mais lorsque j'ai pu analyser toutes les données techniques pertinentes et les paramètres impliqués dans l'effondrement du WTC, je n'ai pas pu m'empêcher d'admettre qu'une démolition contrôlée est la seule explication possible, alors qu'un effondrement total des bâtiments en conséquence de la «gravité » de la chute des étages supérieurs était impossible, selon les principales lois de la physique que nous analyserons.


à suivre :

1. Les crashes des avions de ligne plus les incendies et leurs effets combinés : dommages  sur les structures du WTC. Les analyses thermiques.

Dernière modification par Mariflo (08-09-2020 21:14:16)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#4 09-09-2020 14:37:54

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

(j'ai reproduit le gras du texte de l'auteur)


1. Les crashes des avions de ligne plus les incendies et leurs effets combinés : dommages  sur les structures du WTC. Les analyses thermiques..

Le rapport technique officiel de l'effondrement du WTC, par l'Institut national des normes et de la technologie (NIST), [4] était que - bien que les tours jumelles aient été construites pour résister à un impact par un Boeing 707 (seulement un peu plus petit que le Boeing 767 qui s'est écrasé le 11 septembre) à une vitesse d'environ 600 miles / h (= 965 km / h) - personne ne pouvait clairement prévoir l'affaiblissement fatal des structures en acier et en béton sous des incendies de plus d'une heure. Par conséquent, bien que les températures des incendies - autour de 800 ° C - ne fussent pas suffisantes pour la fusion de l'acier, elles étaient suffisantes - selon le NIST - pour «ramollir» fatalement de nombreuses grosses colonnes, car l'acier commence à se ramollir et à se déformer à des températures plus basses autour de 300 °. C. En outre, un autre rapport officiel de la FEMA [5], a souligné que les crashes des avions de ligne - bien que rapidement «absorbés» par la structure des bâtiments, dans leur ensemble - ont de toute façon causé une défaillance structurelle sur de nombreuses colonnes porteuses, et ainsi  la charge statique totale a été redistribuée sur un nombre de colonnes bien inférieur. Ces deux facteurs combinés - et non une «démolition contrôlée» - étaient, selon le rapport officiel du gouvernement, les seules raisons techniques des effondrements du haut du WTC qui, à leur tour, ont provoqué les effondrements «par gravité» des parties sous-jacentes du bâtiments.

Cependant, si nous prêtons attention à l'analyse thermique et à la transmission de chaleur des incendies à l'intérieur du WTC, nous pouvons rapidement réaliser à quel point les explications ci-dessus sont pleines de lacunes.

Les analyses thermiques

En ce qui concerne les températures les plus élevées qui étaient effectivement atteintes à l'intérieur des tours jumelles, pendant les 56'et 102' de durée des incendies, de nombreuses spéculations ont surgi, car nous n'en possédons aucun enregistrement, et nous ne pouvons faire qu'un calcul et une reconstitution.
À cet égard, les sources les plus fiables limitent les températures les plus élevées bien en dessous de 1 000 ° C, dans une fourchette comprise entre 700 et 800 ° C, comme dans ce rapport d'Eagar et Musso [6]
«Mais il est très difficile d'atteindre cette température maximale avec une flamme diffuse. Rien ne garantit que le carburant et l'air d'une flamme diffuse soient mélangés dans le meilleur rapport. En règle générale, les flammes diffuses sont riches en carburant, ce qui signifie que les molécules de carburant en excès, qui ne sont pas brûlées, doivent également être chauffées. On sait que la plupart des incendies diffus sont riches en carburant, car souffler sur un feu de camp ou utiliser le soufflet d’un forgeron augmente le taux de combustion en ajoutant plus d’oxygène. Cette flamme diffuse riche en carburant peut à nouveau faire baisser la température d'un facteur deux. C'est pourquoi les températures d'un incendie résidentiel sont généralement comprises entre 500°C et 650°C. On sait que l'incendie du WTC était une flamme diffuse riche en carburant, comme en témoigne la fumée noire abondante. La suie est générée par du carburant incomplètement brûlé; par conséquent, l'incendie du WTC était riche en carburant, ce qui n'est guère surprenant avec  90 000L de carburéacteur disponibles.
Des facteurs tels que le volume de la flamme et la quantité de suie diminuent la perte de chaleur radiative dans le feu, rapprochant la température du maximum de 1 000°C. Cependant, il est hautement improbable que l'acier du WTC ait subi des températures supérieures à 750–800°C. Tous les rapports indiquant que l'acier a fondu à 1 500°C utilisent au mieux une terminologie imprécise. »
Maintenant comme les flammes brûlent vers le haut, nous pouvons facilement deviner que les températures les plus élevées autour de 800°C ont été atteintes dans les 5-6 étages entre 92-98 (pour la tour nord) et entre 77-82 (pour la tour sud) et les étages voisins, impactés par les avions de ligne.

Mais, à des fins d'analyse structurelle, il est également extrêmement important de calculer comment les températures ont changé et diminué (selon la loi de conduction de Fourier et la 2e loi de la thermodynamique) dans les étages sous les planchers d'impact, dans lesquels il n'y avait pas de flammes.

Comme nous le verrons, à 5 étages en dessous de 92 NT (Nord Tour) et 77 ST (Sud Tour), les températures étaient inférieures à 200°C, et ainsi nous pouvons en déduire que 5 étages en dessous de 92 et 77, les bâtiments n'ont subi aucun dommage ou flambage pour surchauffe.

Il n'est pas si difficile de connaître les températures, si l'on prend cela comme un problème de conductivité thermique dans un matériau multicouche

On sait que tout étage de WCT était un sol en béton (épaisseur = 0,40 m) plus quelques colonnes porteuses en acier (longueur = 3,30 m), pour une longueur totale = 3,7 m.

Conductivité thermique (λ) de l'acier = 50 W / (mK)
λ de béton = 1,91 W / (mK)

L'équation de conductivité dans un matériau multicouche «acier-béton» est:

(1)           Tf = Ti - (Ri "/ Rtot") * (Ti - Tf)

où:
Tf = température finale
Ti = température initiale
Ri”= résistance thermique initiale (Δx / λ) de la première couche
Rtot”= résistance thermique totale = Σ des résistances thermiques de toutes les couches.

Ainsi nous avons:

R” d'acier = 3,30 m / 50 W / (mK) = 0,066 m2K / W
R” de béton = 0,4 / 1,91 = 0,21 m2K / W

Et enfin nous avons, en prenant une température initiale à l'intérieur du WTC autour de 20 ° C:

Tf = 20 - (0,21 / 0,276) * (20-800) dont le résultat est: 612 ° C et c'était presque la température de l'étage 91 (et 76 pour la tour sud)

Ensuite, nous pouvons répéter cette formule pour les étages ci-dessous  du 91, une par une, et nous obtenons:

T90 = 20 + (0,76 * 592) = 469 ° C
T89 = 20 + (0,76 * 449) = 364 ° C
T88 = 20 + (0,76 * 341) = 279 ° C
T87 = 20 + (0,76 * 259) = 217 ° C


Le résultat ci-dessus est très important, car il montre clairement que la température des incendies après les accidents était très élevée, autour de 800 ° C, juste aux 1 à 3 étages d'impact, et ceux immédiatement au-dessus (où les flammes ascendantes dévoraient tous les matériaux qu’ils rencontraient sur leur chemin).

Cependant, dans les étages inférieurs à 91 de NT (et 76 pour ST), les températures diminuaient de façon logarithmique, et en dessous de l'étage 87 NT (et 72 ST) les températures étaient encore relativement élevées, autour de 200 ° C, mais elles ne pouvaient pas du tout endommager l'acier et structures en béton.

On peut reprendre dans ce schéma et graphique ci-dessous la courbe des températures à l'intérieur du WTC1 (et du WTC2), et leurs effets plus ou moins dommageables sur les structures acier + béton.
Ce diagramme des températures montre clairement et visuellement qu'à seulement 5 étages sous le plancher le plus bas de l'impact (92), les structures en béton et en acier n'ont pas été endommagées par la chaleur, et elles étaient sûrement «plus résistantes» que les structures en acier + béton au-dessus.

https://nsm09.casimages.com/img/2020/09/08//bPGpKb-diagram-temperatures-feu.jpg


à suivre :

2. L'effondrement du haut WTC1 comme une collision inélastique avec une masse sous-jacente au repos. Pourquoi l'énergie cinétique diminue toujours, et la fausse théorie du «pancaking» (c'est-à-dire «l'échec progressif de la colonne»).

Dernière modification par Mariflo (11-09-2020 08:37:15)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#5 10-09-2020 07:48:20

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

en rouge mes ajouts: il s'agit des liens en rapport aux renvois de l'auteur


2. L'effondrement du haut WTC1 comme une collision inélastique avec une masse sous-jacente au repos. Pourquoi l'énergie cinétique diminue toujours, et la fausse théorie du «pancake» (c'est-à-dire «l'échec progressif de la colonne»).


Dans l'effondrement du WTC1, d'un point de vue physique, nous avons une masse supérieure m1 ( les 12 étages supérieurs du bâtiment) se déplaçant soudainement et tombant sur la partie inférieure (et beaucoup plus grande, près de 90% du gratte-ciel total) masse m2 de bâtiment au repos .

Il s'agit clairement d'une collision inélastique, où les deux masses m1 + m2 collent et se déplacent ensemble à une vitesse commune, après l'impact, ou s'arrêtent, si m2 peut totalement «absorber» l'énergie reçue par m1

Ce postulat, couplé à celui de la conservation de la quantité de mouvement, peut être exprimé comme suit:

(2)           (m1 + m2) vf = m1 v1i + m2 v2i

où:

m1 = masse du sommet tombant WTC1
m2 = masse de 98 étages en dessous au repos
vf = vitesse finale de deux masses après impact
v1i = vitesse initiale du WTC1 supérieur
v2i = vitesse initiale de 98 étages ci-dessous, avant impact = 0
Après la collision, ils se déplacent tous les deux à la même vitesse.

Nous pouvons écrire l'énergie cinétique initiale de m1 comme:

(3)           Kei = ½ m1 v1i²

Et après avoir réarrangé en multipliant pour m1 / m1, afin d'extrapoler la quantité de mouvement (p = mv), nous avons:

(4)           Kei = (m1 v1i) ² / 2m1 = p² / 2m1

Puisque la quantité de mouvement est conservée après l'impact, et qu'elle est égale à (4), la seule différence étant la masse, qui est maintenant m1 + m2, nous pouvons écrire l'énergie cinétique finale comme:

(5)           Kef = p² / 2 (m1 + m2)

Maintenant, si nous comparons eq. (4) et (5), nous pouvons clairement découvrir que l'énergie finale est mathématiquement inférieure à l'énergie initiale, étant le rapport entre les deux énergies:

(6)           Kef / Kei = m1 / (m1 + m2)

Bien sûr, cette équation peut être trouvée dans tous les manuels de physique [7], [8], [9], et c'est une démystification totale du concept exprimé par Bazant et al., À savoir que l'effondrement des 12 étages du haut WTC1 acquiert «Une énergie cinétique beaucoup plus élevée».

Au contraire, lors d'une collision inélastique entre une masse en mouvement contre une autre masse au repos, l'énergie cinétique finale résultante est toujours plus faible qu'avant, tout d'abord parce que l'énergie cinétique précédente et initiale est maintenant distribuée ou «dissipée» dans un masse plus importante, et pour la loi fondamentale de la conservation de l'énergie, vous ne pouvez pas obtenir une énergie plus élevée «ex nihilo», c'est-à-dire à partir de rien.



La vidéo de l'effondrement supérieur du WTC1 est une preuve irréfutable contre la fausse théorie du «Progressive Column Failure» (PCF) (ou en Français "défaillance progressive des colonnes», ou «pancake».


Selon la version officielle de l'effondrement du WTC, les principaux bâtiments du WTC - une fois que les incendies ont fatalement adouci les structures en acier, après 1 à 2 heures - ont commencé à s'effondrer à partir des étages où les colonnes étaient tellement déformées qu'elles ne pouvaient plus supporter la grande charge au-dessus.

Puis - la version officielle continue - les étages du dessus seraient tombés, déclenchant une avalanche tragique et imparable, ou «effet domino» ou «pancake», c'est-à-dire: les étages  du dessus (12 pour WTC1 et 30 pour WTC2) auraient traîné les étages en bas: l'étage 98 tombe sur l'étage 97, qui tombe sur l'étage 96, qui tombe sur l’étages 95… et ainsi de suite, jusqu'à l'effondrement total.

Ce mécanisme a été appelé: «PCF» ou « défaillance progressive des colonnes», ou «pancake».

Avant de l'analyser d'un point de vue physique / mathématique, afin de prouver à quel point cela aurait pu être impossible, il est très facile de le démystifier totalement, simplement en regardant la vidéo de l'effondrement du sommet du WTC1, qui a été "étrangement" plusieurs fois censuré dans le plan filmé du sommet  par de nombreux médias «officiels».

Plusieurs sites Web [10] [11] proposent une petite «animation» de l'effondrement initial des 12 étages du sommet du WTC1, ce qui est une preuve irréfutable et indubitable du mensonge de cette théorie du «pancake».

https://nsm09.casimages.com/img/2020/09/11//XKDqKb-6F670E99-816B-42B9-AE77-88321BED461F.gif
extrait du site de Judy Wood (11)

(10)   https://911research.wtc7.net/wtc/eviden … index.html
(11)     https://www.drjudywood.com/articles/BBE … Balls.html[/color]
On voit clairement qu'il n'y a pas du tout de «pancake»!

Au contraire, on voit exactement le phénomène inverse!

Nous pouvons voir les étages au-dessus du 98 (où le mouvement vers le bas commence) s'effondrer d'affilée (après quelques éclairs rouges et une éjection de poussière par les fenêtres du 98, qui a également été interprétée comme un signe d'explosifs) sur 98, puis le 99 s'effondre sur 98, puis étage 100 s'effondrant sur l'étage 98, étage 101 s'effondrant sur l'étage 98, etc.
Ensuite, une deuxième série d'éclairs rouges, à partir de l'étage 92, est suivie de l'effondrement final des étages supérieurs, avant qu'un dense nuage de fumée noire à la fin ne masque tout.

Ainsi, l'étage 92 reste immobile, tandis que les étages supérieurs s'effondrent rapidement dessus!

On peut voir la séquence animée d'images, de l'image 01 à l'image 067, qui démystifie clairement la théorie du «pancake».
Selon la théorie des crêpes, nous aurions dû voir le plancher 98 s'effondrer sur l'étage 97, puis l'étage 97 s'effondrer sur l'étage 96, l'étage 96 sur l'étage 95, et ainsi de suite, mais cela n'arrive pas du tout!



Cela suggère exactement ce que notre analyse thermique + analyse de collision inélastique a prouvé ci-dessus, à savoir:

a) Les structures en acier des étages inférieurs à 92 du WTC1 étaient «plus solides» et «plus froides» que celles des étages supérieurs à 92, également parce que les températures étaient sûrement plus basses et diminuaient rapidement de manière logarithmique de l'étage 92 à l'étage 1. Ceci est également démontré par l'absence des fumées sombres remontant, de l'étage 92 vers le bas, prouvant que les incendies n'ont pas affecté les étages inférieurs à 92.

b) Il n'y a eu absolument aucune «acquisition d'énergie cinétique beaucoup plus élevée», comme le prétendent Bazant, Eagar, etc., puisque les étages 98 et 92 ralentissaient clairement le mouvement descendant des étages supérieurs.

c) Bien entendu, le point (b) est également confirmé par l'équation fondamentale  (6) sur les collisions inélastiques contre une masse au repos, car nous savions déjà que l'énergie ne peut que diminuer et que la vitesse des corps qui tombent / s'effondrent et qui heurtent des corps au repos ne peut que ralentir.

Ainsi, le mouvement vers le bas des 12 étages du sommet du WTC1 peut être interprété de deux manières:


1) Rupture structurelle du plancher 98, suivie d’une défaillance structurelle de l’étage 92, mortellement affaiblie après 102 minutes d’incendies, puis démolition contrôlée du sous-sol, faisant s'écrouler tout le WTC1.
Cette option est étayée par les preuves ci-dessus, selon lesquelles les 12 étages du sommet d'effondrement du WTC1 n'avaient pas assez d'énergie pour écraser tout le bâtiment, et par conséquent, une fois que les terroristes ont vu le bâtiment supérieur commencer à s'effondrer, ils ont déclenché simultanément (via des télécommandes) les charges de dynamitage au sous-sol, provoquant l'implosion finale de tout le WTC1.


2) Démolition contrôlée des deux derniers étages du WTC1 (et des 30 étages supérieurs du WTC2) par des charges de dynamitage, avec détonation simultanée d'explosifs au sous-sol.


Cette autre alternative est confirmée par des indices de flashs rouges et d'éjection violente de poussière des fenêtres des étages 98 et 92 pour le WTC1 (et des étages 75 et 82 pour le WTC2), suggérant clairement une détonation d'explosifs précédemment placés. De plus, comme les flammes avaient déjà brûlé et consumé toutes les choses à l'intérieur des étages, après une et presque deux heures d'incendies, l'apparition soudaine d'éclats rouges est inexplicable, dans ces étages, comme rien d'autre que des signes de détonations.




à suivre :

3. L'effondrement du sommet du WTC en tant que problème de «masse variable» et l'équation de «fusée». Nouveau modèle pour le mouvement d'effondrement supérieur WTC1 et WTC2.

Dernière modification par Mariflo (11-09-2020 09:51:18)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#6 10-09-2020 12:26:40

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Beau travail, Mariflo.

Une modification nécessaire au troisième paragraphe : remplacer « conservation de la dynamique » par « conservation de la quantité de mouvement ».

Miatello démontre que l'énergie cinétique d'un corps en mouvement (le haut de la tour) ne peut que diminuer lors du choc avec un corps au repos (le bas de la tour).
Il reproche à Bazant d'avoir soutenu le contraire dans Baz-1.
Cette accusation me paraît infondée : selon Bazant un tel gain d'énergie se produisit, non pas lors du choc même, mais pendant la chute le précédant, chute que Miatello ne prend pas en compte ici.

Hors ligne

 

#7 10-09-2020 13:55:44

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

...un tel gain d'énergie se produisit, non pas lors du choc même, mais pendant la chute le précédant, chute que Miatello ne prend pas en compte ici.

MIATELLO parle bien de « masse variable » pour les 12 étages du sommet en chute.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#8 10-09-2020 17:40:02

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Miatello épingle Bazant lors d'une réponse à une question d'un lecteur. C'est au post 2:

Bazant a écrit:

«La dissipation d'énergie, notamment celle due à la déformation inélastique des colonnes lors de la chute initiale de la partie supérieure, peut être négligée» (??) (Z. Bazant: «Pourquoi le WTC s'est-il effondré?» P.2).

Et Donc Miatello répond:

C'est une violation totale des principales lois de la physique et de la dynamique!

Le débat à mon avis se joue là-dessus: La partie inférieure du WTC1 peu abimée qui représente environ 90% du bâtiment était-elle capable d'arrêter la chute des 12 étages supérieurs ? Miatello s'efforce dans ses calculs de démontrer que oui. Ses calculs sont-ils justes, sa démonstration est-elle correcte ? Là sont les questions !

Dernière modification par Mariflo (10-09-2020 18:30:38)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#9 10-09-2020 18:26:36

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

3. L'effondrement du sommet du WTC en tant que problème de «masse variable» et l'équation de «fusée». Nouveau modèle pour le mouvement d'effondrement supérieur WTC1 et WTC2.


Selon les versions «officielles», et du point de vue des physiciens, le problème de l'effondrement du WTC devrait également être analysé comme un problème de physique à «masse variable», où une masse d'effondrement plus faible (sommet du WTC) devrait s'accroître par un impact avec une autre masse au repos, puis réussit à détruire la masse en dessous.

Cette approche soulève un problème théorique très intéressant, impliquant le comportement de masses variables.

Par conséquent, dans cette section, nous consacrerons notre attention au problème de la masse variable en physique et en mécanique.

Nous découvrirons que nous pouvons utiliser une équation (l'équation «fusée») qui peut être applicable en général à tout corps dont les masses varient avec le temps, à la fois lorsqu'une accrétion / ablation de masse a lieu, mais aussi, en général, lorsque la masse ne change pas.

L'importance de la solution de ce problème peut être vue en pensant aux nombreuses situations très intéressantes dans lesquelles une masse change après une collision:

a) Accrétions de masse: météores ou planètes dans l'espace entrant en collision avec d'autres planètes ou impactant la surface de notre Terre, accidents de voiture, balles impactant des cibles, personnes tombant sur des arbres de grandes altitudes pour atténuer l'impact, bâtiments tombant sur d'autres bâtiments, etc.


b) ablations de masse: roquettes brûlant de gros volumes de carburants, voitures et autres véhicules utilisant des carburants, démolitions contrôlées «ratées» de bâtiments (où seule une partie du bâtiment est détruite)

c) masses restées constantes: démolition contrôlée réussie (où 100% de la masse initiale est écrasée), etc.

Une solution fondamentale de ce problème a été trouvée au début du XXe siècle, avec la soi-disant «équation de fusée», par le scientifique russe Tsiolkovsky. [12] [13] [14]

Si nous considérons le mouvement d'une fusée dans l'espace, nous nous rendons compte que son mouvement est produit par la «poussée» de combustibles en feu, qui poussent violemment la fusée en avant.
Lorsque la quantité de mouvement (p = mv) est conservée et que la masse initiale diminue, tandis que le carburant est consommé, nous pouvons noter la variation de la quantité de mouvement comme:


(7)           Δp = m Δv - ux | Δm |


où ux est la vitesse, ou «poussée» négative, ou impulsion, que la fusée reçoit, parce que la direction des gaz d'échappement est opposée à celle du mouvement de la fusée.

Maintenant, si nous intégrons l'équation ci-dessus, nous obtenons:

(8)           ∫ dv = - ux ∫ dm / m  (pour ∫ intégrales de I à F)

soit

(9)           Vf = Vi - ux ln (Mf / Mi)

où Vf et Vi sont la vitesse finale et initiale de la fusée, tandis que Mf et Mi sont les masses finale et initiale de la fusée, et la charge utile est la masse de la fusée sans carburant.

Généralement éq. (9) s'écrit aussi: Vf = Vi - ux ln (Mf / Mi) + Fext

car lorsqu'une fusée commence à se déplacer vers le haut, à partir de la surface de la terre, Fext indique le poids de la fusée elle-même, comme une force «externe» qui contrecarre la «poussée» des combustibles brûlants.
Cependant, cette habitude n'est pas totalement correcte, car le poids n'est pas vraiment une force «externe», mais plutôt une force «intérieure» de la fusée elle-même. Par conséquent, il est préférable d'indiquer comme Fext uniquement les forces externes réelles, telles que - par exemple - les vents forts et le frottement de l'air sur la trajectoire de la fusée, et il est préférable d'utiliser normalement eq. (9)


Mais pour revenir à notre objectif, c'est-à-dire en utilisant l'équation de la fusée pour évaluer comment la masse changeante d'un bâtiment qui s'effondre sur un autre peut influencer sa vitesse finale, il est important de noter que eq. (9) peut être différenciée davantage, si nous introduisons le temps (t), et enfin l'accélération (a), pour évaluer comment une masse changeant avec le temps peut influencer son accélération.


Si nous différencions davantage eq. (9) avec le temps (t), on a:


(10)           d (Vf) / dt = d (Vi) / dt - d (ux) / dt ln (Mf / Mi)

et enfin:

(11)               af = ai –ax ln (Mf / Mi)

ou, dans l'autre version, pour la définition de l'intégrale,

                    af = ai + ax ln (/ Mi / Mf)

À cet égard, puisque nous devons analyser le comportement d'un corps qui tombe / s'effondre, également en prenant en compte l'équation de base de la chute des corps:

(12)                s = ½ at²

où: s = déplacement
a = accélération (soit 9,8 m / s² l'accélération en «chute libre»)
t = temps

il est très utile pour nous d'extrapoler l'accélération «a»

Un autre point important est que ax peut être encore élargi et peut être considéré comme une composante «nette» (ax) de la force F (= ma).


Étant une différence vectorielle entre l'accélération de la gravité (g) et la résistance structurelle (n) par opposition à tous les étages inférieurs à l'impact et à la chute libre des étages supérieurs, y compris non seulement la résistance des poutres en acier à la contrainte-contrainte, mais également la résistance de tout objet meubles, sols en béton, équipements, etc., ce composant est très important pour nos besoins, car il peut nous donner immédiatement - en soustrayant simplement ai à l'accélération gravitationnelle g - la «poussée» négative ralentissant et même parfois arrêtant l'effondrement du WTC.

De plus, l'équation (11) est un outil très utile, car c'est le seul et le plus simple moyen de relier la vitesse / accélération de l'effondrement au changement de masse.

Il est facile de comprendre que lorsque la masse initiale augmente, alors le rapport Mf / Mi est > 1 et ln (Mf / Mi) est > 0. Pourtant, étant - (moins) ln (Mf / Mi), à la fin l'accrétion de masse a un effet négatif sur la vitesse / accélération initiale, à savoir que toute accrétion de masse ralentit l'effondrement du bâtiment, également en accord total avec notre formule de base (6) des collisions inélastiques avec des masses au repos. (voir Prof. D. Chandler: «… Toute accumulation de matière dans le bloc supérieur aurait agi comme un frein inertiel, réduisant encore plus la force d'interaction.» [15])

Au contraire, chaque fois que la masse initiale est en cours d'ablation, comme pour les fusées, alors Mf / Mi est < 1 et ln (Mf / Mi) est < 0.
Ainsi, moins (-) ln (Mf / Mi) donne un effet positif sur la vitesse / accélération initiale.

Un cas particulier est celui d'une démolition contrôlée partielle / échouée.


Cette situation ne peut être considérée - à proprement parler - comme une variation de masse. Par conséquent, comme nous le verrons, la meilleure façon de traiter ce cas est de prendre la masse réellement détruite à la place de la masse initiale et la masse totale à la place de la masse finale, de sorte que:

Md = masse réellement détruite = Mi

Mt = masse totale = Mf

En d'autres termes, il suffit de prendre le pourcentage de masse détruite sur la masse totale.


Et maintenant, il est temps d'introduire des quantités dans les équations ci-dessus, pour mieux voir ce qui se passe normalement lorsqu'une masse inférieure s'effondre sur une masse plus grande, comme avec le WTC.



à suivre :

l’effondrement du WTC1

Dernière modification par Mariflo (14-09-2020 08:39:36)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#10 10-09-2020 21:24:10

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Symboles : copier Δ (ou tout autre) dans les Caractères spéciaux (par exemple) et coller ici. Pour les intégrales on peut se contenter de coller le symbole ∫ en précisant de manière annexe qu’il s’agit des « intégrales de I à F ».

Dans toute cette section je trouve la démarche de Miatello difficile à saisir...

Hors ligne

 

#11 11-09-2020 07:56:57

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

(symboles corrigés, merci)

Noisse énigmatique:

Dans toute cette section je trouve la démarche de Miatello difficile à saisir...

Les trois petits points de la fin me laisse espérer d'en savoir plus ! wink

Dernière modification par Mariflo (11-09-2020 08:38:30)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#12 11-09-2020 09:48:52

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Obscurités à répétition ; un peu tout fait problème.
Ça commence par ux : force ? vitesse (absolue, relative) ?
Notion de charge utile, de poids, etc.
Les grandeurs non vectorielles sont-elles algébriques ou arithmétique ?
Désolé, mais je ne consacrerai pas plus de temps à ce mauvais exposé.

Hors ligne

 

#13 12-09-2020 09:11:51

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Noisse a écrit :

Désolé, mais je ne consacrerai pas plus de temps à ce mauvais exposé

Au point d’attribuer un zéro pointé à la copie du cancre MIATELLO, physicien de son état, pour cause de formules mal rédigées, faux calculs, démonstration opaque et conclusions fausses ?
Son papier ne vaudrait-il plus la peine d’être traduit ?


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#14 12-09-2020 12:41:24

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Je ne me prononce que sur la section 3, traduite en #9 : cet exposé de mécanique ne vaut rien. Pour le reste, pas d'avis.

Hors ligne

 

#15 14-09-2020 08:37:39

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

"cet exposé mécanique ne vaut rien" !

Je poursuis malgré tout cette traduction car peut-être ce papier a quelque chose de bon !? Il faudrait un deuxième avis.



L’effondrement du WTC1

Dans l'effondrement  des 12 étages supérieurs du WTC1, l'accélération «nette» initiale (ai) a été calculée, après avoir regardé des vidéos, à 5,11 m / s² [16]. Cela signifie que la résistance structurelle moyenne opposée η des étages inférieurs était simplement la différence entre une accélération de «chute libre» (= chute de corps ne recevant aucune résistance lors de leur chute), c'est-à-dire une accélération de gravité (g) = 9,8 m / s² et l'accélération nette moyenne initiale.

Par conséquent:

(13)           η = g - ai = 9,81 m / s² - 5,11 m / s² = 4,7 m / s²


Par conséquent, les 12 étages supérieurs se sont effondrés depuis l'étage 98 jusqu’à l'étage 92, c'est-à-dire qu'ils ont reçu une résistance moyenne de 4,7 η,  pendant la première phase d'effondrement, sur les planchers les plus chauds et brûlants en dessous.

Introduire des quantités de l’éq. (11), et en prenant η comme une «poussée» négative, on a, après un effondrement de 12 étages sur 6 étages en dessous, dans lequel la masse initiale (12 étages) s'accrétait pour un 50%, soit masse finale = 1,5 masse après avoir traîné 6 étages supplémentaires en dessous:

(14)           af = 5,11 - 4,7 * ln 1,5 = 5,11 - (4,7 * 0,4) = 5,11 - 1,88 = 3,23 m / s²

Ainsi, après un premier effondrement du sommet du WTC1 sur 6 planchers en feu et très abîmés, l'accélération initiale de 5,11 m / s² se serait réduite à 3,23 m / s².

Ensuite, la nouvelle masse de 18 planchers tombants aurait rencontré une résistance supplémentaire - et plus grande - car les planchers inférieurs à 92 étaient de plus en plus froids et en bon état.

Donc, si η à l'étage 92 passait à: 9,8 m / s² - 3,23 m / s² = 6,57 m / s², alors le nouveau η - de l'étage 92 à l'étage 1 - aurait simplement été la quantité moyenne entre 6,57 m / s² de l'étage 92 et le η max  = 9,8 m / s² de l'étage 1, qui était totalement froid et en bon état, et aussi le point d'arrêt le plus bas, lors de l'effondrement du WTC1, c'est-à-dire: (6,57 + 9,8) / 2 = 8,18 = résistance moyenne des histoires «froides». 

Puis, en introduisant des quantités, on peut facilement trouver le point / étage, où la masse finale met à zéro la nouvelle accélération de 3,23 m / s² avec 8,18 m / s² comme résistance moyenne η.

Nous avons:

(15)           af = 3,23 - 8,18 ln (Mf / Mi) = 0

dont la solution est clairement - 8,18 * 0,3948, qui est le logarithme de 1,4842 (= Mf / Mi)


Par conséquent, la masse «d'arrêt» finale du WTC1, aurait dû être 1,48 fois la deuxième masse initiale de 18 étages, soit: 26,6 = près de 27 étages.
Mais cela signifie simplement et mathématiquement que les 12 derniers étages du WTC1 tombant seuls et pour une simple défaillance structurelle se seraient effondrés sur seulement 15 étages en dessous, avant que la somme de la résistance causée par la collision inélastique + l'augmentation de la résistance structurelle de la masse accrétée ne soit atteinte lors de leur effondrement, aurait fatalement arrêté leur chute au 83ème étage!


à suivre: l'effondrement du WTC2

Dernière modification par Mariflo (14-09-2020 08:40:40)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#16 15-09-2020 09:05:02

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Effondrement du WTC2


L'effondrement du WTC2 / tour sud a commencé seulement 56 'après le crash de l'avion de ligne, et bien sûr, l'explication la plus courante était que la charge beaucoup plus grande et plus lourde de 30 étages portée par les structures en acier affaiblies sous l'incendie - entre les étages 77 et 83 - pouvait maintenir la masse au-dessus  et résister beaucoup moins longtemps que le WTC1, dont les structures en acier en feu devaient supporter une charge presque 2 et ½ inférieure.

Cependant, si nous prenons notre «équation fusée réarrangée». (11), et calculer l'ampleur de l'effondrement des 30 étages du sommet pour la seule défaillance structurelle, nous découvririons que - bien que bien sûr une masse plus grande au-dessus détruirait une masse plus grande en dessous - à la fin, même 30 étages effondrés n'étaient pas suffisants pour écraser totalement le WTC2, et l'effondrement se serait arrêté au 47ème étage!

Nous pouvons prendre les mêmes paramètres d'entrée que dans l'équation du WTC1, cependant, puisque les 6 étages flamboyants en dessous du point de départ de l'effondrement n'étaient que 6/30 = 20% de la masse d'effondrement au-dessus, nous avons, comme première masse «accrétée»: 1+ 0,2 = 1,2 = Mf / Mi, et donc, comme notre première «accélération finale»:

(15)           af = 5,11 - 4,7 ln 1,2 = 5,11 - (4,7 * 0,18) = 5,11 - 0,84 = 4,27 m / s²

Ensuite, au-dessous de l'étage 75, nos 36 derniers étages qui s'effondrent auraient rencontré - comme l'a fait le WTC1 - une résistance plus forte et croissante η pour une moyenne (5,53 m / s² + 9,8 m / s²) par les étages plus froids et non endommagés, ralentissant l'accélération comme suit:

(16)           af = 4,27 - [(5,53 + 9,8) / 2] ln (Mf / Mi) = 4,27 - 7,66 ln (Mf / Mi) = 0

dont la solution d'entrée inconnue Mf / Mi, à savoir la masse finale où l'effondrement s'arrête et met à 0 l'accélération initiale est de 1,75, dont le logarithme est de 0,55.

Et enfin, l'effondrement de 1,75 * 36 étages (30 + 6) donne suite à l'accrétion de masse finale 63.
Ainsi, notre top WTC2 sous la seule défaillance structurelle, se serait effondré pendant 30 + 6 + 27 = 63 étages sous l'étage 110, c'est-à-dire que l'effondrement du WTC2 se serait arrêté à l'étage 47!


De plus, étant donné que les deux tours jumelles ont été littéralement pulvérisées lors de leur effondrement [17], et que la plupart de leurs masses ont été violemment éjectées (ce qui est normalement un indice clair d'explosifs) sous forme de poussière à l'extérieur de la zone de plancher en chute, et ne pouvaient pas faire une «contribution » à la force et à l'énergie cinétique des masses qui s'effondrent, il est évident que le calcul du« modèle »ci-dessus devrait être encore réduit, et ces effondrements se seraient très probablement arrêtés avant même l'étage 83 pour le WTC1 et l'étage 47 pour le WTC2.

De surcroît, comme l'a souligné le professeur Wood dans son article («A Refutation of the Official Collapse Theory. The Billiard Ball Example»), une «crêpe» de WTC (au moins pour les murs d'enceinte) aurait pris un temps d'effondrement trop long.

«… Avec ce modèle, il faut un minimum de 30,6 secondes pour que le toit touche le sol. Bien sûr, cela prendrait plus de temps si l'on tenait compte de la résistance de l'air. Cela prendrait plus de temps si l'on tenait compte de la résistance de la structure qui permet la pulvérisation. Les colonnes à chaque niveau devraient absorber une grande partie de l'énergie des planchers qui tombent. Ainsi, au contraire, cela signifie que les temps d'effondrement calculés sont plus généreux pour l'histoire officielle qu'ils ne devraient l'être. »

Ce qui semble important à esquisser avec ce modèle physique / mathématique, pour nous, c'est principalement que 2 effondrements «à partir du sommet» comme ceux du WTC, n'avaient pas assez d'énergie pour effondrer la masse restante de bâtiments en dessous.

Comme nous l'avons vu, les 12 étages du haut du WTC1 pourraient - tout au plus! - abattre une masse totale de seulement 27 étages, soit une quantité juste 2,25 fois plus grande que sa propre masse.
Et les 30 étages supérieurs du WTC2 pourraient - tout au plus - détruire un total de 63 étages (laissant près de la moitié du bâtiment encore debout!), Soit une quantité 2,1 fois plus petite que sa propre masse.


Ainsi, il est clair que la physique et les mathématiques réfutent totalement l'hypothèse selon laquelle ces bâtiments qui tombent du haut pourraient écraser de plus grandes masses de bâtiment en dessous, et cela est particulièrement évident avec le WTC1. Comme nous l'avons vu plus haut, ces 12 premiers étages qui s'effondrent auraient eu besoin d'une énergie 110/27 = 4 FOIS PLUS GRANDE que celle qu'ils affichaient au début du mouvement descendant pour émietter tout le bâtiment! Mais aussi la masse tombante beaucoup plus grande du haut du WTC2 avait besoin d'une énergie de 110/63 = 1,74 FOIS PLUS GRANDE pour raser le WTC2.

En outre, de nombreuses analyses et sources «officielles» ont totalement ignoré la grande résistance  η  qui est généralement développée par les poutres en acier + les sols en béton et autres objets aux impacts vers le bas.

Comme nous le verrons, une autre «légende urbaine» répandue dit que le WTC chutait à une accélération presque «en chute libre», près de 9,8 m / s².


Au contraire, nous verrons que même dans des démolitions contrôlées, loin d'atteindre une accélération en «chute libre», les accélérations en baisse sont normalement dans une plage de 4,7 / 5,7 m / s², car il n'est pas si facile de désintégrer totalement les sous-sols en évitant dans le même temps de mettre en danger les habitants et les structures des bâtiments voisins, en utilisant des explosifs trop puissants. Par conséquent, une accélération d'effondrement proche de la moitié d'une accélération de «chute libre» est suffisante pour la destruction des sous-sols et ensuite l'effondrement total et l'effritement des bâtiments dans des conditions de sécurité.


Désormais, le temps total d'effondrement du WTC1 a été calculé autour de 12 "/ 13" [18], ce qui est en accord total avec une accélération moyenne d'environ 5 m / s², et est également presque identique à l'accélération initiale de 5,11 m / s² des 12 étages supérieurs !


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#17 15-09-2020 09:12:38

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

j'ai une question à poser:

Miatello utilise pour les accélérations des m / s² ou mètre par seconde au carré, c'est bien cela ? Si oui, pourquoi utiliser des s² ? Si non, serait-ce une erreur de traduction ?


à suivre...traduction partielle du reste, seulement les titres de section et conclusion, références et notes.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#18 15-09-2020 09:43:10

Ronny1
Modérateur
Date d'inscription: 30-04-2013
Messages: 676

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Je ne suis pas ingénieur mais il n'y a pas que la masse supérieure qui est supposée défoncer les étages inférieurs, la masse de chaque étage inférieur vient se rajouter au fur et à mesure à la masse supérieure, non ?

Hors ligne

 

#19 15-09-2020 10:40:10

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

D’après MIATELLO, les mathématiques et la physique, non !
Les étages inférieurs peu abîmés par les crashes opposent une résistance aux étages en mouvement au dessus, suffisamment pour arrêter l’effondrement.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#20 15-09-2020 10:47:40

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Dans le Système International, celui des scientifiques, l'unité de vitesse est le mètre par seconde (m/s) et celle de l'accélération est bien le mètre par seconde au carré (m/s²). Donc pas d'erreur de traduction.

Miatello parle d'accrétion, c'est-à-dire d'une matière venant s'ajouter. Une fusée perd de la matière (carburant et comburant). La masse du haut de la tour, à l'inverse, est augmentée de celle l'étage écrasé (en faisant abstraction des éjections d'acier et de béton...). C'est pourquoi Miatello en parle comme d'une  « fusée inversée ». Dans les équations il doit effectivement suffire de changer en plus en un moins ou le contraire. Au-delà de cette idée de base, je regrette de ne pas pouvoir expliquer plus comment il procède. Il ne définit même pas les systèmes pris en considération !

Hors ligne

 

#21 15-09-2020 11:08:59

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Au-delà de cette idée de base, je regrette de ne pas pouvoir expliquer plus comment il procède. Il ne définit même pas les systèmes pris en considération !

Nous pourrions essayer de lui envoyer un message pour avoir ces précisions ?
C’est possible ici.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#22 15-09-2020 13:27:50

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Il ne s'agit pas d'obtenir quelques précisions de Miatello, mais un exposé bien construit. Autrement dit il lui faudrait reprendre complètement cette section.

Hors ligne

 

#23 15-09-2020 13:37:14

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Et je pense que tu es compétent pour le faire !


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#24 15-09-2020 17:53:09

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1894

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Non Ronny, je ne sais pas si je vais réussir à m'expliquer clairement, mais le pouvoir de casser un étage lambda  est directement lié à la masse qui surplombe l'étage en question, mais aussi à la vitesse de descente et donc de frappe de cette masse OK ?
A chaque fois que cette masse va casser l'étage situé dessous, elle perd de la vitesse et donc de la force puisque l'étage rencontré oppose une résistance. Il est évident qu'au bout d'un certain nombre d'étage nous retomberons dans l'équilibre de toute chose chère à notre ami Isaac Newton et que la casse s'arrêtera, c'est une des spécificités de ce dossier et sans doute la plus grosse bavure - volontaire - du NIST.

Hors ligne

 

#25 15-09-2020 20:30:50

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

nanard a écrit:

Non Ronny, je ne sais pas si je vais réussir à m'expliquer clairement, mais le pouvoir de casser un étage lambda  est directement lié à la masse qui surplombe l'étage en question, mais aussi à la vitesse de descente et donc de frappe de cette masse OK ?

En effet : masse et vitesse conjointes dans l'énergie cinétique.

A chaque fois que cette masse va casser l'étage situé dessous, elle perd de la vitesse et donc de la force puisque l'étage rencontré oppose une résistance.

Pour atteindre l'étage du dessous, il faut perdre de l'énergie potentielle, donc gagner de l'énergie cinétique, ''avant'' d'en perdre, bien sûr, dans la destruction. Quel bilan ?

Il est évident qu'au bout d'un certain nombre d'étage nous retomberons dans l'équilibre de toute chose chère à notre ami Isaac Newton et que la casse s'arrêtera, c'est une des spécificités de ce dossier et sans doute la plus grosse bavure - volontaire - du NIST.

Désolé, rien d'évident à mes yeux : tout cela demande démonstration en bonne et due forme.

Dernière modification par Noisse (15-09-2020 20:36:51)

Hors ligne

 

#26 16-09-2020 09:15:01

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

La suite est importante et fait partie de la démonstration de l'auteur.  Je continue de traduire de façon complète avec de possibles "coquilles" que vous ne manquerez pas de corriger !

Rappel: les textes  en gras et soulignés ici reproduisent ceux de l'auteur.
complément d'information sur la mise en forme: MIATELLO, dans son texte, surligne en jaune certaines parties de sa démonstration qui sont déjà en gras et soulignées ! Ce sont donc des passages extrêmement importants à ses yeux. Mais je n'ai pas pu reproduire ce surlignement ici hmm


4. Comment fonctionnent les démolitions contrôlées en physique

De nombreux chercheurs, à la fois parmi ceux qui croient à la théorie officielle de «l'échec structurel» du WTC mais aussi parmi les critiques soutenant l'idée d'une «démolition contrôlée», ont été persuadés qu'une démolition contrôlée du WTC avait besoin de beaucoup d'explosifs, car après leur écroulement, les deux bâtiments ont été totalement effondrés et réduits en poudre.

Ce n'est pas totalement correct, mieux, ce n'est correct que pour l'énergie et les explosifs nécessaires pour faire exploser et enlever les sous-sols des bâtiments.

Contrairement à une pratique courante, l'enlèvement des sous-sols des immeubles de grande hauteur au moyen d'explosifs, afin de garantir une accélération d'effondrement de la taille de près de la moitié de la gravité (environ 5 m / s²) n'est pas si facile à réaliser, et demande  beaucoup de professionnalisme et d'expertise, mais c'est toujours suffisant pour faire s'écrouler l'ensemble du bâtiment.

Il n'est pas si difficile de comprendre pourquoi, si l'on pense que les 12 premiers planchers en chute du WTC1 s'effondraient avec une accélération initiale de 5,11 m / s², l'énergie serait en effet suffisante pour les faire s'effondrer et tomber en ruines

Désormais, les démolitions contrôlées signifient d'abord que les principaux points cibles pour démarrer la démolition sont les sous-sols. La suppression des sous-sols du WTC1 avec des explosifs, par exemple, signifiait que 108-109 étages du WTC1 pouvaient commencer à s'effondrer en tant que 12 étages supérieurs du WTC1, et à la même accélération, mais dont l'énergie cinétique (1/2 mv²) et dont la force (ma) aurait été 109/12 = 9 FOIS PLUS GRAND que ceux des 12 derniers étages! Comme on peut facilement le comprendre, cette énergie était vraiment plus que suffisante pour effondrer l'ensemble des bâtiments!

Pour mieux comprendre comment les démolitions contrôlées fonctionnent selon les lois de la physique, revenons à notre belle et élégante «fusée réarrangée». (11) c'est-à-dire

af = ai + ax ln (/ Mi / Mf)

Maintenant, que se passe-t-il lorsqu'une démolition contrôlée est en cours?

La réponse est que dans une démolition contrôlée nous n'avons ni ablations ni accrétions de la masse initiale Mi.

En d'autres termes, lorsque nous mettons des explosifs au sous-sol du bâtiment, puis que toute la masse d'effondrement initiale est émiettée à 100%, cela signifie, en termes physiques / mathématiques, que le rapport Mi / Mf est toujours = 1.

Par conséquent, comme ln1 = 0, alors le 2e terme de l'équation s'annule, et eq. (11) simplifie et réduit à

(17)           af = ai


Ainsi, dans les démolitions contrôlées, l'accélération initiale de l'effondrement du bâtiment est fondamentalement égale à l'accélération finale, simplement parce qu'il n'y a pas d '«effet de relâchement» de l'accrétion de masse, c'est-à-dire que la quantité de masse d'effondrement initiale, à partir du sous-sol, est la même que celle de la masse détruite finale, à la fin du processus. Cela signifie qu'une fois que le bâtiment a eu un impact sur le sol, après une violente explosion / retrait du sous-sol, le bâtiment reçoit l'énergie la plus élevée dans le sens ascendant, et que l'énergie est transmise de manière homogène (en supposant que les dimensions, les caractéristiques et les matériaux des bâtiments sont symétriques et homogènes) vers le haut pour tout le bâtiment.


Mais c'est la raison pour laquelle aucun technicien expert en démolitions contrôlées ne mettrait des explosifs juste au sommet des bâtiments !  Ce serait totalement fou, tout simplement parce que - comme nous l'avons vu – au sommet des bâtiments, l'énergie cinétique et la force des planchers qui s'effondrent sont mathématiquement beaucoup plus faibles que celles des mêmes bâtiments qui s'effondrent des sous-sols!

La physique et les mathématiques garantissent que l'énergie cinétique et la force de chute les plus élevées d'un bâtiment qui s'effondre est l'endroit où toute sa masse s'effondre, et cela peut se produire juste à chaque fois qu'un bâtiment s'effondre du sous-sol, pas du haut !



Ainsi, dans les démolitions contrôlées, nous pouvons éviter l'effet de «relâchement» de l'accrétion de masse, et en même temps nous avons une masse d'effondrement plus importante, une énergie cinétique plus importante, une force plus grande que dans les bâtiments dont les étages supérieurs s'effondrent.

C'est la raison pour laquelle nous pouvons identifier où une démolition contrôlée est en cours, en comparant simplement l'accélération initiale et finale d'un bâtiment: si ces quantités sont les mêmes, ce bâtiment a certainement fait l'objet d'une démolition contrôlée.

Mais c'est une autre raison mathématique convaincante qui soutient la thèse des démolitions contrôlées derrière l'effondrement du WTC
:


car l'accélération initiale du WTC1 était de 5,11 m / s²

puis nous savons que son temps d’effondrement total était compris entre 12 "/ 13"

maintenant, selon l'équation universelle d’un corps tombant  a = 2s / t², et sachant que la hauteur du WTC était de 417 mètres, alors nous avons:


(18)           a = (2 * 417) /12,77² = 834/163 = 5,11 m / s²


Ainsi, on peut facilement comprendre que l'accélération initiale à la baisse des 12 derniers étages (5,11 m / s²) était aussi l'accélération finale de l'ensemble du bâtiment, car alors que le haut du bâtiment s'effondrait, le sous-sol s'effondrait aussi !

Cela signifie que soit les terroristes ont mis des explosifs juste sur les sous-sols, et lorsque le haut des bâtiments a commencé à s'effondrer en raison d'une défaillance structurelle (1 à 2 heures après les impacts), ils ont déclenché des explosifs dans les sous-sols, ou peut-être qu'ils ont simultanément déclenché des explosifs à la fois sur les sous-sols et à proximité des planchers d'impacts d'avions de ligne.

De nombreuses personnes ont probablement sous-estimé la puissance des démolitions contrôlées depuis le sol, parce qu'elles ont peut-être été induites en erreur par le fait qu'en 1993, une première attaque visant à raser le WTC à l'aide d'explosifs au sous-sol a échoué. [19]

Par conséquent, de nombreuses personnes - après les attentats du 11 septembre - ont probablement été persuadées qu'impacter des immeubles de grande hauteur avec des avions peut être beaucoup plus «efficace» et destructeur que de placer des explosifs à leurs bases.

Bien sûr, ce n’est pas correct, car la seule raison de l’avortement de l’attaque de 1993 était que les terroristes utilisaient à cette époque des explosifs de faible qualité (nitrate d’urée-hydrogène).

Peut-être était  ce aussi une stratégie «réussie» de la part des terroristes du 11 septembre, c'est-à-dire de concentrer et de détourner l'attention des gens sur les impacts «spectaculaires» des avions de ligne, afin de cacher autant que possible le moyen le plus important de destruction du WTC.

Mais la raison de l’échec ne résidait certainement pas dans le choix du placement des explosifs, car le sous-sol est l’endroit le plus efficace pour les explosifs, dans les démolitions contrôlées.

De plus, comme plusieurs sources [20] [21] [22] l’indiquent,  dans le tas de ferraille du WTC, il a été découvert des preuves convaincantes de composants de thermite ou de nano-thermite, nous sommes nécessairement amenés à penser qu'un mélange de composants très puissants était utilisé dans les attentats du 11 septembre, afin d'éviter «l'erreur» du groupe de terroristes précédent.


à suivre :

5. Des exemples de démolitions contrôlées montrent des similitudes impressionnantes avec les implosions du WTC.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#27 16-09-2020 20:20:32

Ronny1
Modérateur
Date d'inscription: 30-04-2013
Messages: 676

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

L'effondrement des WTC semble plutôt partir du haut vers le bas, j'attends de voir la suite.

Hors ligne

 

#28 17-09-2020 18:52:48

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Oui bien sûr Ronny, un effondrement du haut vers le bas mais pour MIATELLO il y a en plus forcément une démolition controlée car sinon la chute se serait arrêtée. Tu n’as pas à attendre la suite, c’est écrit au post 5 1), et 2)

Dernière modification par Mariflo (17-09-2020 18:55:38)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#29 18-09-2020 11:47:52

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 885

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Observations sur ux

Un certain Gary Novak avait soutenu que la mécanique newtonienne est fausse en ce qu’elle confond, depuis deux siècles, les notions d’énergie cinétique et de quantité de mouvement. Le malheureux avait même cru bon d’évoquer le cas des fusées, sans se douter qu’Alberto Miatello l’attendait au virage...
Un article de ce dernier, « Momentum, Kinetic Energy, and the Misuse of Physics and Mathematics [Quantité de mouvement, énergie cinétique et le mésusage de la physique et des mathématiques] », publié en 2013 sur Principia Scientific, mit les choses au point sur la notion d’énergie cinétique. Ce qui nous intéresse, en rapport avec le sujet du présent fil, n’est pas la volée de bois vert bien méritée reçue en l’occasion par le sieur Novak, mais que Miatello en ait profité pour exposer l’Équation de la Fusée presque dans les mêmes termes que dans la section 3 traduite ci-dessus (#9).

Passons discrètement sur la déclaration de Miatello, dans cet article de 2013, selon laquelle le produit m*dv/dt est une quantité de mouvement ( momentum)... Plus intéressante est la définition qui y est donnée pour ux : c’est la vitesse d’expulsion des gaz ( velocity of expelled gases). Bien que Miatello néglige de préciser si cette vitesse est absolue ou relative à la fusée et, plus largement, comment elle arrive dans ces calculs, ces derniers nous apprennent au moins une chose : ux devrait être constante. Voyons ce qui le révèle et quel embarras en résulte.

Cela se voit lors de l’intégration de dv ; en (7) dans l’article, en (8) dans la section 3 :
                                                          de               m*(dv/dt) – Fext = ux |dm/dt|
                                                         il est tiré      ∫dv = ux ∫dm/m (intégration de I à F).
Ce calcul est correct à condition :
1) De faire fi de l’éventuelle force extérieure Fext. La section 3 résout le problème en déclarant le poids «  force interne » (?)
2) Que la quantité ux ainsi ‘’sortie’’ de l’intégrale intermédiaire implicite soit une constante.
En effet, le cheminement complet, est :
                                                      ∫dv  =  ∫ux.(dm/m)  =  ux ∫dm/m
Or la règle de calcul ici appliquée – à savoir ∫ k.f(x)dx = k.∫ f(x)dx  – ne vaut que pour un facteur k constant (la variable étant x).

De ce que ux serait une constante, il suit que sa dérivée dux/dt serait nulle. Or celle-ci n’est autre, dans la section 3, que l’accélération ax ; voir (10) et (11) : af = ai + ax.ln (Mi / Mf). Il en sort af = ai, en contradiction, selon toute apparence, avec le reste de l’étude. Pour le WTC 1, par exemple, on a, en (13)–(14) : ai = 5,11 m/s² et af = 3,23 m/s².

Que penser de la théorie de l’antifusée ?

Hors ligne

 

#30 18-09-2020 12:24:04

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2233

Re: Alberto MIATELLO refute la version officielle des effondrements du WTC

Merci Noisse de t'intéresser aux calculs, formules et démonstration de MIATELLO. J'espère qu'un spécialiste de la question pourra échanger avec toi.

En attendant je finis la traduction:


5. Des exemples de démolitions contrôlées montrent des similitudes impressionnantes avec les implosions du WTC.


Si nous jetons un coup d'œil à certaines démolitions contrôlées d'immeubles de grande hauteur, partout dans le monde, du point de vue du physicien, nous ne pouvons que rester étonnés par les similitudes profondes de ces démolitions avec les implosions du WTC, en ce qui concerne les accélérations, les durées, la régularité des effondrements et des effets finaux sur les bâtiments.


a ) Démolition contrôlée par Ocean Tower (2009)



Ce gratte-ciel en béton de 115,5 mètres de haut a été démoli en 2009, au Texas. Il existe plusieurs vidéos en ligne (https://www.youtube.com/watch?v=SaBQ3AkRetI) montrant comment la démolition contrôlée a été effectuée, à partir de différentes angulations.


Comme nous pouvons le voir, le temps total d'effondrement a été de près de 7 secondes, bien qu'il ait fallu 2-3 secondes supplémentaires pour finalement effondrer la partie supérieure (et plus solide) du bâtiment. Mais c'est tout à fait normal, car les bâtiments réels ne peuvent pas être totalement homogènes, comme dans les modèles idéaux, et souvent, il y a des pièces dans le même bâtiment qui peuvent être plus faibles / plus solides. De plus, le rapport du NIST dit aussi - bien que ce point soit très controversé, car un nuage de fumée dense empêchait toute vision claire et il n'y a pas de photos / vidéos claires - que les noyaux centraux (très puissants) du WTC1 et du WTC2 ont mis 15 à 25 secondes avant de finalement s'effondrer. [23]

Par conséquent, un effondrement / déplacement de 115 x 2 mètres, divisé pendant un peu moins de 7 secondes au carré (disons 6,8 ”) fournit une accélération = près de 5 m / s², selon l'équation. (12) d'un corps qui tombe.

Comme on peut le voir, cette accélération est quasiment égale à celle (5,11 m / s²) du WTC1!



b ) Démolition contrôlée du 500 Wood Street Building (1997)



Cette démolition contrôlée a été effectuée à Pittsburgh / Pennsylvanie, en 1997.
La hauteur du bâtiment était de 344,5 pieds (= 105 mètres).

Comme nous pouvons le voir sur cette vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=60ekZeAtBbU), il a fallu 6 secondes de temps total d'implosion pour effondrer ce bâtiment.

Cela correspond, pour un déplacement de 105 x 2 mètres, en 36 secondes au carré, à une accélération de 5,83 mètres / s².

Comme on peut le voir, et contrairement à la croyance répandue, dans les démolitions contrôlées, il faut normalement une accélération (initiale, qui est égale à finale) d'environ 5 m / s² d'effondrement, pour démolir  totalement un immeuble de grande hauteur.

Il n'est pas du tout nécessaire - nous le répétons - de réaliser une accélération d'effondrement «mythique» de 9,8 m / s² en «chute libre» pour détruire totalement un bâtiment, même en démolitions contrôlées, car pour cela il faudrait littéralement  désintégrer 1 à 2 étages de sous-sol, pour éliminer totalement toute résistance structurelle contraire η, mais cela impliquerait de prendre un risque élevé de dommages (destruction des verres, éjection de débris à grande vitesse, etc.) pour les bâtiments voisins, risque élevé de dommages pour les personnes, l'utilisation d'explosifs trop chers, de bruits très intenses, etc., qui ne seraient pas non plus autorisés par la loi.

Ainsi, une fois que nous obtenons - grâce à l'explosion de 2-3 étages de sous-sol - une accélération d'effondrement initial / final d'environ 5 m / s², c'est-à-dire que nous éliminons avec des explosifs ½ résistance structurelle, alors nous pouvons mathématiquement être sûrs que l'effondrement de l'ensemble du bâtiment ci-dessus sera vraiment capable d'atteindre la plus grande énergie cinétique et la force destructrice, pour effondrer totalement tous les immeubles de grande hauteur.


c) Échec de la démolition contrôlée du silo de Redbank (2013)



Cette démolition infructueuse et seulement partielle a été réalisée en Australie, près de Bisbane, en 2013.

Comme nous pouvons le voir sur cette vidéo (https://www.youtube.com/watch?v=Z27UBazwPrI) une quantité insuffisante d'explosif (100 kg) et peut-être son placement incorrect et / ou sa mauvaise qualité, a causé l'échec de la démolition et de la destruction d'un seul côté du sous-sol.

Comme on peut le voir, après l'explosion, le silo s'incline et bascule vers la gauche, puis s'arrête après 4,5 ”, toujours debout, sauf destruction partielle du sous-sol.

Cette démolition partielle, cependant, est très intéressante pour le physicien et mérite une analyse approfondie.

Tout d’abord, la hauteur du silo étant d’environ 50 mètres, on peut dire que cette démolition partielle a réussi à détruire seulement 10 mètres de sous-sol, soit 20% de la structure totale.

De plus, comme le temps d'effondrement était d'environ 4,5 secondes, un déplacement de 10 x 2 = 20 mètres / 4,5 secondes au carré = 20,25 donne une accélération de 0,98 m / s² seulement.

Si nous voulons connaître l'ampleur de la «poussée» négative qui a rapidement stoppé l'accélération de ce silo faiblement effondré, nous devons simplement égaliser à 0 notre «équation fusée réarrangée», c'est-à-dire:

(11) af = ai + ax ln (/ Mi / Mf)

où:

af = 0
ai = 0,98

et
Mi / Mf, ou mieux Md / Mt = 0,2,

pourcentage de masse réellement détruite sur la masse totale, comme nous l'avons vu plus haut, avant l'analyse de l'effondrement du WCT1.

Ainsi, nous avons:

0,98 + ax ln 0,2 = 0

et puisque ln 0,2 = - 1,6

à la fin, nous avons:

ax = 0,6125 m / s²

et c'est la «poussée» négative, ou résistance structurelle, qui a arrêté l'accélération de l'effondrement de notre silo Redbank à Brisbane.

Cette analyse est très importante, tout d'abord parce qu'elle prouve que même une accélération d'effondrement modeste, à peine 0,98 m / s², soit 1/10 de g de «chute libre» peut produire des effets destructeurs, à savoir une démolition partielle.

Encore une fois, il n'est pas exact qu'il faille une accélération en «chute libre» pour détruire un bâtiment, même en démolitions contrôlées.

En fait, une accélération d'effondrement de l'ordre de 5 m / s² est plus que suffisante pour effondrer totalement un bâtiment, à condition que cette accélération part du sous-sol, après élimination de la moitié de la résistance structurelle η par les explosifs.






Conclusion

Sur le chemin épineux et douloureux vers la Vérité sur l'une des plus terribles tragédies de l'histoire contemporaine, une contribution très importante peut venir - une fois de plus - de la physique et des mathématiques. Après 14 ans, nous pouvons prouver mathématiquement que ni le sommet effondré du WTC2 ni (surtout) le sommet du WTC1 n'auraient pu écraser une masse nettement plus grande que la sienne.

Les 30 étages supérieurs du WTC2 qui s'effondrent pourraient détruire - tout au plus - 33 étages supplémentaires en dessous, et les 12 étages effondrés du WTC1 pourraient à peine posséder l'énergie nécessaire pour écraser 15 étages supplémentaires en dessous.

Le Dr Pettit de la NASA a écrit que la «tyrannie» de l'équation de la fusée impose des limites rigides et insurmontables aux vitesses / accélérations les plus élevées qu'une fusée peut atteindre (voir www.nasa.gov/mission_pages/station/expe … yanny.html) .

De la même manière que l'équation de la fusée empêche logarithmiquement une augmentation des vitesses et des accélérations en réduisant la masse ou la charge utile d'une fusée (même en la remplissant avec 10 fois plus de carburant, le gain de vitesse ne serait que le double de ce qu'il était auparavant), pire encore, dans les situations que nous avons vues plus haut, où une masse croît en s'effondrant sur une autre, la même équation puissante et précise dicte qu'un tel effet de «relâchement» condamne l'effondrement à s'arrêter très bientôt.

La «tyrannie» de l'équation de la fusée fonctionne à chaque fois qu'une masse variable est en phase d'ablation (fusées) ou d'accrétion (WTC) sous l'influence d'une «poussée» / force positive ou négative (puissance des propulseurs éjectés, ou résistance structurelle η par l'acier et structures en béton).

Ce modèle est également en accord total avec les lois de base de la dynamique, c'est-à-dire la quantité de mouvement + la conservation de l'énergie, et la loi de l'énergie cinétique décroissante après des collisions inélastiques avec des masses au repos.

Enfin, notre modèle inclut également les dommages structurels subis par les Twin Towers suite à des accidents d'avion et des incendies atteignant (à certains endroits) jusqu'à 800 ° C, comme en témoigne la réduction de la résistance structurelle η. Par conséquent, la seule explication possible des effondrements du WTC1 et du WTC2 semble la destruction des colonnes de support centrales dans leurs sous-sols par des charges de dynamitage, qui était également le seul moyen de produire la grande énergie cinétique destructrice, plutôt que par l'effondrement des sommets des immeubles.


Alberto Miatello
11 juillet 2015
© Alberto Miatello 2015


RECONNAISSANCE
Merci au général Williams, pour ses archives historiques et ses tableaux de fusées Saturn V allumées, propulseurs, poussée. Cependant, les opinions exprimées ici sont uniquement les miennes.



REFERENCES
[1] Wikipedia item “Caro Diario” (retrieved on July 2015)

[2] Z. Bazant, Y. Zhou; “Why Did the World Trade Center Collapse? – Simple Analysis” 2002

[3] “Sarebbe una follia ricostruire le Twin Towers” Interview, September 21, 2001. Repubblica.it (retrieved on July 2015 Italian version only available)

[4] National Institute of Standards and Technology “Final Reports from the NIST Investigation of the World Trade Center Disaster” 2012

[5] FEMA Report 403 “World Trade Center Building Performance Study: Data Collection, Preliminary Observations and Recommendations” 2012

[6] T.W. Eagar, C. Musso “Why did the world trade center collapse? Science, engineering, and speculation” 2001

[7] P. A. Tipler, G. Mosca “Physics for Scientists and Engineers” 2007 ed.

[8] website “Hyperphysics” Inelastic Collisions (retrieved on July 2015)

[9] MIT, Department of Physics : Table Problem: Totally Inelastic Collisions Solution (retrieved on July 2015)

[10] 9/11 Research “Evidence of Explosive in The Twin Tower Collapses” (retrieved on July 2015)

[11] J. Wood “A Refutation of the Official Collapse Theory” 2005

[12] Wikipedia item “Konstantin Tsiolkovsky” (retrieved on July 2015)

[13] H. D. Curtis “Orbital Mechanics for Engineering Students” (see chapter 11: “Rocket Vehicle Dynamics”) 2014

[14] W. Johnson “Contents and commentary on William Moore’s a treatise on the motion of rockets…” 1995

[15] D. Chandler “Destruction of the World Trade Center North Tower and Fundamental Physics” 2010

[16] G. Szuladzinski, A. Szamboti, R. Johns “Some Misunderstandings Related to WTC Collapse Analysis” 2013

Dernière modification par Mariflo (18-09-2020 12:36:06)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr