ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#161 27-07-2019 23:20:24

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Ben coudons,on dirait que la poursuite contre le FBI par le comité des juristes commence à faire effet.
18 ans plus tard,des pompiers commencent à sortir du placard.

Hors ligne

 

#162 28-07-2019 07:52:25

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

kidkodak a écrit:

Ben coudons,on dirait que la poursuite contre le FBI par le comité des juristes commence à faire effet.
18 ans plus tard,des pompiers commencent à sortir du placard.

« coudons » ! N’ayant jamais été au Canada, je ne connaissais pas ce mot !
Alors cela veut dire: « Ecoute donc. Ex. Coudon, m’as-tu bien compris ? »

Oui, j’ai trouvé cette info très intéressante, les pompiers en ont « gros sur la patate » et veulent savoir maintenant ce qu’il s’est réellement passé et surtout comment cela s’est passé ! Notamment, ces casernements là sont en phase avec le comité de Juristes et donc persuadés que les tours ont été descendues à l’aide d’explosifs et d’incendiaires pré-implantés, voir en gras dans la « résolution du 11 septembre sur le Franklin Square et le quartier des pompiers de Munso » du post 160.

Dernière modification par Mariflo (28-07-2019 08:05:25)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#163 28-07-2019 16:17:25

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Ouais,çà commence tellement à se resserrer, soit avec le comité des juristes,l'association des pompiers, et j'ajouterai également l'affaire Epstein qui détient des secrets à faire chanter les puissants,qu'il n'auront pas le choix de déclencher la guerre contre l'Iran pour éloigner nos regards de cette vérité qui dérange.Irak,prise 2.Car peut importe qui sera identifié comme principal responsable des Attentats du 11 septembre 2001,les E.U. auront à faire face à des accusations de complicité et cela aura été jusqu'ici la pire menace de chantage qu'aura eu à subir ce pays baptisé ''land of the free'' .
Mais quel travail médiatique de masse tout de mème,jumelé au département de la ''Justice'', d'avoir su maintenir en place dans la majorité des esprits,pendant 18 ans, la version officielle.neutral
Internet aura permis de fissurer graduellement ce mur. Je m'ennuie de Colombo...

Hors ligne

 

#164 28-07-2019 16:54:32

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Reste à savoir ce que peut apporter cette résolution de ces deux districts de pompiers ? C’est seulement un soutien à l’action en justice du comité des Juristes. Si, comme espéré, d’autres casernements pouvaient se rallier à cette résolution et pouvaient  in fine influencer le procureur ? J’en doute tout de même un peu !

Dernière modification par Mariflo (28-07-2019 16:56:35)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#165 28-07-2019 23:41:00

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Mariflo a écrit:

Reste à savoir ce que peut apporter cette résolution de ces deux districts de pompiers ? C’est seulement un soutien à l’action en justice du comité des Juristes. Si, comme espéré, d’autres casernements pouvaient se rallier à cette résolution et pouvaient  in fine influencer le procureur ?

-Çà dépend aussi de l’âge de la retraite.Plusieurs d'entre eux ont perdus des frères au combat cette journée-là,puis ont entendu la V.O. du 11 septembre 2001...  Ceux-là ne pourront se retenir et repartiront en guerre le couteau entre les dents contre les institutions qui ont laissé passer la version officielle,puis remonteront la source jusqu'à sa tête.Et là cà va faire : PACLOW!

Hum,me suis peut-être un peu emporté...

Hors ligne

 

#166 31-07-2019 13:47:09

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Le video de la résolution :
July 24, 2019 Franklin Square/Munson Fire District Meeting https://www.youtube.com/watch?v=5yDLbgbaxS8

Hors ligne

 

#167 05-08-2019 10:44:45

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

https://www.ae911truth.org/news/541-see … pher-gioia

Seeking Justice for 9/11 Heroes: An Interview with New York Area Fire Commissioner Christopher Gioia
Traduction Google :
À la recherche de la justice pour les héros du 11 septembre: un entretien avec le commissaire aux incendies de la région de New York, Christopher Gioia 

On this week's episode of 9/11 Free Fall, host Andy Steele is joined by Franklin Square Fire Commissioner Christopher Gioia to discuss his fire district’s recent passage of a historic resolution supporting a new investigation into events of 9/11.
Traduction Google :
Dans l'épisode de cette semaine de la chute libre du 11 septembre, l'hôte, Andy Steele, est rejoint par le commissaire aux incendies de Franklin Square, Christopher Gioia, pour discuter de l'adoption récente par son district des incendies d'une résolution historique appuyant une nouvelle enquête sur les événements du 11 septembre.

Toute l’interview a été retranscrite en Américain:
Traduction à venir:

Dernière modification par Mariflo (05-08-2019 10:45:36)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#168 05-08-2019 17:08:15

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Bonne entrevue.

Réussir à éviter d’être enquêté pendant 18 ans, laisse soupçonner que le coupable a déjà ses entrées au cœur du gouvernement américain et a réussit à le faire entrer en guerre au Moyen Orient et déclarer la guerre aux ''conspirationnistes'' qui mettent en doute la Version Officielle.

La question qui tue: mais de qui s'agit-il?

Hors ligne

 

#169 05-08-2019 19:29:27

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

traduction Google de l'interview de Christopher Gioia.
https://www.ae911truth.org/news/541-see … pher-gioia


Andrew Steele: Le 24 juillet 2019, le quartier des pompiers de Franklin Square et de Munson, qui supervise un service d'incendie volontaire desservant un hameau de 30 000 habitants, situé juste à l'extérieur de Queens, à New York, a marqué l'histoire en adoptant à l'unanimité une résolution enquête sur les événements du 11 septembre 2001, devenant ainsi le premier organe législatif du pays à le faire.

Nous sommes aujourd'hui rejoints par l'homme qui a présenté cette résolution, Christopher Gioia. Ancien pompier et chef des services d'incendie de Franklin Square et de Munson, il est maintenant commissaire à la supervision de ce service. M. Gioia, bienvenue à l'émission.

Christopher Gioia: Merci beaucoup, monsieur Steele.

Steele: Avant d'entrer dans les grandes nouvelles dont tout le monde parle dans le mouvement, et dans tous les médias alternatifs, nous voulons apprendre à vous connaître un peu plus, alors parlez-nous de vous et de votre carrière.

Gioia: Eh bien, voyons. Je suis présentement dans l'industrie de la construction. Franklin Square Fire Department est un service d'incendie volontaire. Nous sommes composés de personnes de tous les horizons et de tous les métiers. J'ai été à Franklin Square, je suppose, presque toute ma vie. J'ai grandi peut-être à un pâté de maisons de la caserne de pompiers, alors quand je grandissais, je restais assis sur le trottoir et regardais passer les camions de pompiers. J'ai toujours voulu être pompier.

Entre temps, j'ai terminé mes études secondaires et je suis entré dans le Corps des marines. Quand je suis sorti du Corps des marines, je suis rentré en ville et je voulais continuer mon service, car le service des incendies est une organisation paramilitaire, je suis donc allé au service des incendies et j'ai rejoint le service d'incendie local. Je travaille au service d'incendie de Franklin Square / Munson depuis maintenant 32 ans. J'ai gravi les échelons, lieutenant et capitaine. Je suis passé par le bureau du chef. Nous avons trois chefs, un deuxième assistant, un premier assistant, puis vous devenez chef de département. Ce sont des mandats de deux ans.

Puis quelques années passèrent. Nous avons également le service des incendies, composé de cinq commissaires aux incendies, responsables des bâtiments et des terrains, de l’entretien du matériel, des uniformes, etc. En gros, c’est administratif, et vous payez les factures, mais c’est un poste élu, vous devez présenter une pétition et vous porter candidat, et vous devez vous battre contre d’autres personnes, alors vous devez monter une campagne. Alors, quel que soit l'argent, puisqu'il s'agit d'argent public, tout doit être fait conformément à la loi de l'État. Tout doit être voté, et il y a des politiques et des procédures, et tout doit être au sommet et au-dessus.

Nous sommes audités par l'Etat. Nous avons nos propres auditeurs internes. Chaque centime est comptabilisé, et nous courons un navire étroit ici. Je suis commissaire depuis environ trois ans, je suppose. Ce sont des mandats de cinq ans, alors je suis probablement à mi-chemin. Vous perdez la notion du temps. Quand on vieillit, les choses ont tendance à s'estomper un peu.

Steele: Est-ce seulement un terme que vous avez ou êtes autorisé, ou avez-vous le droit de vous représenter, lorsque les cinq années sont écoulées?

Gioia: Vous pouvez vous représenter pour un autre mandat de cinq ans. Vous pouvez en fait rester au bureau. Les quatre autres commissaires sont au pouvoir depuis 10, 15, voire 20 ans. Je suis donc à peu près le nouveau venu. Les autres membres ... Nous avons un autre ancien chef, qui siège également au conseil. Il était chef du département à la fin des années 80 ou au début des années 90. Ce serait en fait le commissaire Malloy. Ensuite, vous avez le commissaire Saltzman, qui est membre de Engine Company Number Three. Vous avez le commissaire Lyons, qui est membre de Engine Company Number Two. Le commissaire Joseph Torregrossa, il est président et membre du groupe Engine Company Number Two.

Vous pouvez courir à nouveau. Un mandat de cinq ans, c'est long, mais si vous y êtes et que vous aimez ce que vous faites, c'est plutôt procédural après ... Pour moi personnellement, après avoir été chef et commissaire, entrer dans le district, c'est en fait un rythme moins agité. Lorsque vous êtes chef, vous répondez à tous les appels et vous êtes sur la ligne de front. En gros, ce sont les commissaires à l’arrière-plan qui paient toutes les factures. C'est beaucoup moins agité. C'est plus détendu. Quand tu vieillis un peu, tu veux être un peu plus détendu.

Steele: Je le comprends moi-même en vieillissant. Crois moi. Parlez-nous maintenant de votre histoire du 11 septembre. Où étiez-vous le jour du 11 septembre et comment avez-vous entendu la nouvelle pour la première fois?

Gioia: Le 11 septembre, je travaillais ... Comme je l'ai dit, je fais de la construction pour gagner ma vie. Je suis un arpenteur en construction. Je travaille pour une grande entreprise de construction. Je travaillais à la construction d'une nouvelle centrale électrique au bord de la rivière, l'East River à Brooklyn, juste au nord du pont de Williamsburg. Je travaillais avec un homme qui travaille dans le nord de l'État de New York. Nous travaillions Nous sommes à moins de trois kilomètres du Trade Center et vous avez une vue spectaculaire sur Manhattan du côté de Brooklyn.

Nous avons entendu cette explosion, moi et mon partenaire, et il a dit quelque chose du genre: «Quelqu'un a-t-il des explosions dans les parages ici?» Parce qu'il savait quel était le son. Il ne s'est pas enregistré, alors nous avons regardé autour de nous et quelqu'un a dit: «Hé, regarde! Le Trade Centre, les Twin Towers, sont en feu. »Nous l'examinions et nous nous sommes dit… Nous le savions déjà assez vite. Nous sommes comme, d'accord, un avion ou un hélicoptère l'a touché. Il y avait suffisamment de fumée et de feu pour que nous puissions voir.

Puis quelqu'un est tombé en panne d'une des remorques et a dit qu'un avion avait heurté la tour nord. Ce fut une journée spectaculaire. C'était juste ce beau ciel bleu. Il n'y avait pas de nuage dans le ciel et c'était ce jour parfait. Je me dis, je suis comme ce type, quel que soit le pilote de l'avion, comment as-tu pu toucher le bâtiment? C'est un temps de vol absolument parfait.

J'ai du matériel d'étude, qui ressemble assez à un télescope, alors nous avons concentré les instruments sur la tour nord et j'ai pu voir l'empreinte de l'avion. Je pouvais réellement tout voir. En regardant cela, nous avions tous l'impression qu'il s'agissait peut-être d'un petit avion à hélice, comme un Piper Cub ou quelque chose du genre, mais rien qu'en regardant les dégâts, c'était comme si vous saviez que c'était quelque chose de plus grand.

Dans l’intervalle, alors, la personne ... Les gens couraient dans tous les sens, ils ne savaient pas ce qui se passait, et tout à coup, nous regardions. Ensuite, de notre point de vue, nous ne pouvions pas voir l’avion venant de l’autre côté, car le deuxième avion qui a percuté la tour sud provenait du côté de la Statue de la Liberté, qui est du côté du New Jersey, et le bâtiment a explosé. soufflé sur le côté, puis tout l'enfer s'est déchaîné. Nous étions comme, nous sommes attaqués, vous savez?

Les gens voulaient juste quitter leur emploi. Moi et mon partenaire, nous étions bouleversés par ce que nous voyions, car nous avions les instruments en place et les gens voulaient voir ce qui se passait. En fait, nous pouvions voir des gens demander de l'aide. Je pouvais voir des gens agiter leurs vêtements par la fenêtre. En fait, j'ai vu la dame qui était perchée au fond du trou d'impact de la tour nord. Je crois qu'elle a été identifiée et qu'elle a finalement été tuée, mais je l'ai vue.

Ensuite, la situation a empiré, car à ce moment-là, des gens ont sauté hors du bâtiment et c’était fini. Je ne pouvais plus le regarder et je devais rentrer chez moi avec ma femme et mes enfants. Mon fils avait à peu près un an. J'ai dit à mon patron. J'ai dit: «Écoute, je sors de là», alors j'ai sauté dans mon camion et nous sommes à peu près… De Brooklyn à ma maison est probablement à peu près à 20 milles, et il faut peut-être environ cinq ou six milles à la Brooklyn Queens Expressway.

Après avoir parcouru environ cinq miles pour me rendre sur l'autoroute, je me suis regardé dans le rétroviseur et tout le ciel de Manhattan situé près des centres commerciaux a été masqué par ce nuage. Je suppose que la tour nord s'est effondrée, mais je ne le savais pas encore. Les gens venaient de s'arrêter sur l'autoroute et tout le monde regardait. J'ai allumé la radio, puis toutes sortes de reportages ont été diffusés. Je viens de rentrer à la maison et je suis rentré chez moi en un temps record. Cela a dû me prendre 15 à 20 minutes, parce que je faisais littéralement 90 milles à l'heure sur l'autoroute pour rentrer chez moi.

Je suis rentré chez moi et j'ai ouvert la porte. Ma femme m'a regardé, et elle s'en va, la tour sud s'est effondrée. Je ne pouvais pas comprendre. Je lui ai dit: «Qu'est-ce que tu veux dire par la tour sud qui vient de s'effondrer?». Je dis: «Qu'est-ce qui est arrivé à la tour nord? le canapé avec ma femme, nous nous sommes assis et avons regardé la télévision. Nous étions juste sous le choc, car il y avait trop à assimiler. Nous nous sommes assis, nous avons regardé, regardé la télévision, et nous avons simplement regardé tout ce qui se passait.

Steele: C'était assez horrible de le regarder à la télévision depuis la Floride, où j'étais à l'époque. Je ne peux pas imaginer rester là à regarder ce que vous venez de décrire dans votre équipement ce jour-là et à le voir. Pour les New-Yorkais, je sais que cela a eu, bien sûr, un impact plus profond, car ils l'ont vécu, à New York et dans les régions environnantes. C'est arrivé juste devant eux. Je comprends que vous avez des amis qui sont décédés le 11 septembre. Voulez-vous nous parler d'eux et de la vie qu'ils ont vécue?

Gioia: Oui, c'est bien ça, Andrew. J'ai perdu trois de mes amis, qui étaient des pompiers de la ville. L'un d'entre eux, Thomas Hetzel, était dans le département ici à Franklin Square. Les deux autres vivaient à Franklin Square et j'étais ami avec eux. J'ai grandi avec le pompier Robert Evans. Nous avions l'habitude de traîner, peut-être au parc. C'était un ami d'école. Ensuite, l’autre pompier, Michael Kiefer, était l’un de ces enfants qui fréquentait la caserne à bicyclette, et il était ... Nous l’appellerions un buff. Il aurait son scanner et il suivrait les camions. Il a grandi et il a rejoint le service d'incendie.

Il entra dans les tours. Il a répondu. Ils ne l'ont jamais trouvé. Je pense qu'ils ont trouvé des morceaux de Bobby. Je parlais à sa sœur l'autre jour. Ils ont en fait récupéré quelques pièces ou fragments d'os. Tom ils ont trouvé dans une cage d'escalier. Il sortait de l'immeuble. J'étais vraiment bon ami avec Tom. J'ai pas mal grandi avec lui. Je suis allé à son mariage. Nous avons fait des choses ensemble et il était un bon ami. Ils étaient tous de bonnes personnes.

Steele: Le 11 septembre s'est passé. De toute évidence, vous avez un lien personnel avec l'événement par le biais de vos amis décédés, des pompiers. Comment avez-vous découvert les preuves du World Trade Center présentées par AE911Truth?

Gioia: Après le 11 septembre, la ville s'est vraiment unie, la ville de Franklin Square. Nous avons ouvert la caserne des pompiers et on a demandé aux gens de déposer des dons, qu’ils puissent en acheter de la nourriture, de l’eau, des vêtements, tout ce dont ils pourraient penser, que nous avons emballé dans un camion, et nous avons en fait à Ground Zero pour donner aux sauveteurs. Un de mes amis des pompiers est un pilote de ligne à la retraite. Il était instructeur à la FAA. Il pilotait tous les types d’aéronefs et connaissait parfaitement les avions à réaction et tout le reste.

L’une des histoires qui nous ont frappés dès le début, et il a même dit cela, est qu’ils ont mentionné que les pirates de l’air avaient éteint le système dans l’avion et que cela empêchait les contrôleurs aériens de les voir. Il disait: "Eh bien, s'ils désactivent cela, cela n'effacera pas la signature radar." Cela m'a toujours semblé étrange, et même incroyable, parce qu'ils disaient: eh bien, ils ne pouvaient pas suivre la trace. avion, mais ce n'est pas vrai.

Cela me restait toujours dans la tête, puis des années passaient et je n'y pensais plus. Pratiquement, nous essayions de remettre nos vies sur les rails, je dirais que pendant la première année, nous avons assisté à de nombreux rassemblements et funérailles pendant une année complète, uniquement des pompiers, des policiers et des civils qui ont été tués. Ce n'était pas un moment agréable. C’était en fait une époque que je ne voudrais vraiment pas trop me rappeler. Je suppose que j'ai refoulé les souvenirs et que c'est un peu brumeux, mais je m'en souviens assez.

Ensuite, nous avons progressivement reconstruit notre vie, et la vie est quasiment revenue à la normale, même si les guerres se poursuivent et que vous avez ... Toutes sortes de choses se passaient, mais les gens l'acceptaient et nous devions déménager sur. Nous avons dû continuer et nous l'avons fait.

Étant dans le secteur de la construction, je parle avec beaucoup de gens. Je parlais avec certaines personnes, nous parlions de la construction de bâtiments et nous avons commencé à parler de la façon dont les tours s'étaient effondrées. Puis l'un des gars avec qui je parlais a dit: «Vous connaissez le bâtiment 7?

Je me suis dit: «Et le bâtiment 7? Qu'Est-ce que c'est? Qu'est-ce que c'était? »Je ne savais vraiment pas grand chose à ce sujet. Je savais qu'un troisième bâtiment avait été détruit, mais au moment où vous regardez ceci, je suppose que j'ai vraiment commencé à regarder les informations quelques jours après le 11 septembre, lorsque Franklin Square a été appelé dans la ville et nous avons dû faire la garde dans une caserne de pompiers de la ville. Nous étions tous collés autour de la télévision et ils continuaient de montrer le bâtiment 7 depuis le centre-ville, comme autour de l'Empire State Building, pour que vous puissiez voir le bâtiment s'effondrer. À l'époque, personne ne se souciait vraiment du bâtiment 7, car tout le monde était plus obsédé par les tours jumelles.

Ensuite, cette personne à qui je parlais, un autre des ouvriers de la construction, disait: «Ouais», dit-il, «ce bâtiment est tombé. Il n’a pas été touché par un avion, et j’en ai de très bonnes photos / vidéos en gros plan. »Il a commencé à me montrer cela, puis sur l’une des vidéos, on pouvait voir les fenêtres s’éteindre, et les fenêtres a soufflé sur plusieurs étages, tous en même temps, puis le bâtiment a gondolé aux deux extrémités, puis le toit ... Le toit s’est effondré au début, puis tout le bâtiment s’est effondré de manière symétrique.

Je suis juste resté là et je l'ai regardé. Je me suis dit: «Vous vous moquez de moi. Où as-tu eu ça?"

Il est comme: «C'est sur le Web. Vous pouvez aller en ligne et apporter des photos de tout cela. "

C'est ce qui a stimulé ma curiosité, alors je suis allé en ligne et j'ai commencé à rechercher des images des effondrements. Je regarde les effondrements, puis je visite différents sites Web. Il y a beaucoup de merde là-bas, et beaucoup de gens ont des théories différentes sur tout, mais cela ne m'intéressait pas. J'étais plus intéressé par la dynamique de l'effondrement.

J'ai regardé le bâtiment 7 dans le gros plan, puis quelqu'un a assemblé, je suppose, quelques photos d'une démolition contrôlée, et ils l'ont mise côte à côte, à côté du bâtiment 7. Ensuite, je regardais ... j'allais à travers les interviews, puis je regardais les reportages. Il y avait eu un reportage de Dan Rather, qui disait qu'il surveillait le bâtiment 7 et que cela lui rappelait une démolition contrôlée.

Je regarde ce bâtiment, et maintenant, du point de vue de la construction, puis du statut de pompier, je me dis "Il y a quelque chose qui cloche dans cette photo, car le feu ne se comporte pas comme ça." Si le bâtiment n'a pas été touché par un avion ... Ils ont dit que les incendies faisaient rage et qu'il n'y en avait pas dans le bâtiment 7. Il y avait des incendies à quelques étages et au moment de l'effondrement, ils avaient à peu près sorti. Il y a eu des dégâts lorsque la tour nord s'est effondrée. D'accord, je comprends, mais le bâtiment se serait effondré du côté endommagé, et ce serait un effondrement asymétrique. Cela n'aurait pas été un effondrement symétrique.

Même si vous regardez la vidéo du bâtiment qui tombe, elle ne s'effondre pas du haut. Vous voyez le toit s'abaisser, mais il commence à s'effondrer par le bas. Je sais depuis la construction que toutes les colonnes de base doivent avoir été coupées en même temps, pour obtenir un effondrement uniforme et symétrique comme celui-ci. Il n'y a pas deux manières de le faire, jamais un bâtiment à ossature d'acier ne s'effondrera de cette façon sans autre chose.

Cela m'a poussé encore plus loin et j'ai commencé à regarder plus de vidéos. Ensuite, je me suis intéressé à ce que les témoins oculaires avaient à dire, parce que je ne ... Je ne parle pas de ouï-dire ni de théories. Je veux savoir ce que les gens ont vu. Les pompiers et la police, les premiers intervenants, ont fourni de nombreux témoignages sur ce qu'ils ont vu et entendu. Je pense qu'environ 200 environ mentionnent des explosions. Ils ont vu des éclairs rouges. Il y avait beaucoup d'éclatement, d'explosions, et tout le monde en avait beaucoup ... Il y avait un thème commun. Ils ont tous dit qu'ils pensaient que c'était ... Cela ressemblait presque à une démolition contrôlée. Les gens ont effectivement dit cela.

Ensuite, je suis d'accord, mais vous savez, je passe à travers. Je surfe sur le Web, puis sur le site Web des architectes et ingénieurs. Ce site Web a tout réuni et l'a présenté de manière logique. Oui, d'accord, c'est ce qui s'est passé. Ensuite, ils font appel à des professionnels, et ils ... s'appuient sur des témoignages oculaires et sur le fait que certaines choses ne sont tout simplement pas possibles. Vous ne pouvez pas suspendre les lois de la physique. La gravité ne fonctionne que vers le bas. Cela ne fonctionne pas de l'extérieur. Les lois de la science s'appliquent très certainement. Les lois du bâtiment, la façon dont les bâtiments ont été construits, cela s'applique. Si vous mettez les théories à l'épreuve, ce qu'elles ont déjà fait, vous montrez que ce n'est plus vraiment une théorie ou que vous éliminez des choses impossibles à réaliser.

Cela a fusé dans mon esprit. Ensuite, après deux ou trois ans de recherche, de fouilles, de témoignages, de photos et de sites Web, il était évident que le discours officiel du gouvernement n’est pas vraiment ce qu’il est arrivé ce jour-là. C'est absolument loin de la vérité et ce n'est pas une bonne chose.

Ce qui a été fait, c’était quelque chose… C’était terrible, et cela a été commis par le public américain par, je vais juste dire, un groupe de voyous, et il y avait un ordre du jour. Il y avait certainement un agenda. Il se passait beaucoup de choses et beaucoup de bonnes personnes ont été tuées. C'est quelque chose que ce pays ne peut tolérer, car cela va à l'encontre de tout ce que nous défendons. Des gens ont été assassinés pour cela, et c'est quelque chose qui ... Vous savez quoi? Cela me dérange vraiment et je sais que cela dérange beaucoup d'autres personnes aussi.

Steele: Absolument, et je pense que vous exposez très bien les preuves, à partir de vos propres recherches et perspectives. Quand vous vous êtes rendu compte de cela, à travers votre lent processus de recherche en profondeur, comme beaucoup d'entre nous, en avez-vous parlé à d'autres personnes, à d'autres pompiers? Quelles ont été leurs réactions? J'aimerais aussi savoir, qu'est-ce que cela a fait à votre vision du monde?

Gioia: Quand j'ai commencé à parler aux gens à ce sujet, ils en ont plutôt ri, et ils étaient comme, tu es fou, et tu ne sais pas de quoi tu parles. Ils ont juste en quelque sorte arrêté le problème. Ensuite, je dirais: «Eh bien, attendez une minute. Regardez ces images avec moi. »Vous pouvez voir que, si vous regardez les tours jumelles en train d'exploser et que vous regardez vraiment au-dessous de l'effondrement, au début, vous pourriez réellement voir les sols exploser. Ensuite, les débris des sols qui s’effondrent le recouvrent, mais vous pouvez réellement voir les sols s’étouffer. Il y a de très bonnes photos de cela.

J'essaierais de dire aux gens que ce n'est peut-être pas tout comme il semble, et qu'il y a certainement quelque chose d'autre que nous devons examiner. Au départ, les gens ne voulaient pas savoir, et c’est assurément une question délicate, car nous avons bien raison, mais je suis persévérant. Je l'ai évoqué à quelques personnes et je leur ai montré quelques éléments pour stimuler leur curiosité. Je ne pense pas que cela a changé ma vision du monde. Je pense que j'ai toujours su que l'autre monde était un endroit fou.

Steele: Qu'est-ce qui vous a donné l'idée de poursuivre cette résolution et à quel point la décision vous a-t-elle été difficile d'aller de l'avant et d'aborder ce sujet avec vos collègues?

Gioia: Je le publie depuis quelques années dans les pompiers. En tant que commissaire, j'assiste à des réunions avec d'autres districts d'incendies et, en tant qu'ancien chef, j'assiste également à des réunions de chefs, The Chiefs Association, dans le comté de Nassau. Je l'ai évoqué lors d'une réunion de pompiers. J'ai effectivement lu la pétition. J'ai vu la pétition. J'étais d'accord avec la nécessité de procéder à une autre enquête, car de nombreuses preuves doivent être examinées au cours des 18 dernières années. Une grande partie a été découverte par des architectes et des ingénieurs. Il a été découvert par beaucoup de personnes, qui ont pris le temps d'analyser et de rendre un avis professionnel sur ce que les preuves montrent. Cela était pour moi très important.

J'ai commencé à parler de la pétition aux gens. J'ai dit que le procureur américain du district sud de New York avait en fait cette pétition demandant l'ouverture d'une enquête par un grand jury. J'ai dit: "C'est là que nous devons aller." J'ai dit: "Mes sentiments à ce sujet ne veulent rien dire." J'ai dit: "Nous ne nous engageons pas du tout dans des théories du complot. Examinons les preuves et laissez-les nous guider sur la direction que nous devons prendre. »C'est tellement important. Je pense que le peuple américain, je pense que toute personne rationnelle serait d'accord avec cela, que vous excluez tout le reste. Vous ne pouvez pas parler par ouï-dire. Examinons attentivement ce qui se trouve là-bas et laissez-nous simplement nous guider. Nous le devons aux personnes qui ont été assassinées le 11 septembre et aux innombrables milliers, voire des dizaines de milliers de personnes qui ont été tuées lors de ces guerres à l'étranger, au nom de la lutte contre le terrorisme ou de ce que vous voulez appeler ainsi. cœur de la question, et aller à la vérité.

Si les éléments de preuve nous mènent dans cette direction et que nous découvrons qu'il y a d'autres personnes responsables, et qu'elles sont au gouvernement, ou si elles sont au Pentagone, ou dans le secteur des entreprises, ces personnes doivent être tenus pour responsables. Ils doivent être traduits en justice. Nous devons remettre ce pays sur les rails.

Steele: Absolument. Je suis tout à fait d'accord avec toi. Tant de choses ont été touchées par le 11 septembre. Nous en vivons encore les ramifications à ce jour. C'est pourquoi tant de gens sont dévoués, et je peux dire, probablement l'une des raisons pour lesquelles vous l'êtes aussi. Je suis curieux de connaître les interactions en discutant de cette résolution. Quelles ont été les réactions et la discussion qui ont eu lieu avant que vous ne rencontriez et passiez ce truc?

Gioia: J'ai approché les autres commissaires et j'ai dit: «Écoutez, je veux parrainer une résolution en faveur de la pétition présentée au bureau du procureur américain.» Les autres commissaires ont été réceptifs. Ils sont dans les pompiers depuis de nombreuses années. Nous avons été intimement impliqués dans tout ce qui s'est passé avec le 11 septembre, et ils savent d'où je viens. Ils savent que je ne me mêle de rien à moins d'y croire à 100%. Ils ont regardé. Ils ont écouté ce que j'avais à dire. J'ai dit: «J'aimerais faire, présenter une résolution.» J'ai dit: «J'ai examiné la question, et une résolution, une résolution juridique est ... Ce n'est pas vraiment contraignant. C'est à peu près essentiellement symbolique, mais c'est une déclaration d'un groupe législatif, et où un élu est une déclaration selon laquelle nous reconnaissons certaines choses et soutenons l'enquête. En venant d’un service d’incendie, cela donnerait un peu de poids au mouvement pour que le bureau du procureur américain présente la pétition », ce dont je comprends bien qu’ils ne parlent pas, et cela depuis environ un an.

C'était l'impulsion pour obtenir la résolution. C'était juste pour ajouter du poids et pour apporter un soutien considérable au mouvement qui est là-bas. Je pense que nous avons accompli cela.

Steele: Tu l'as fait absolument. D'après l'article, je comprends maintenant que AE911Truth a posté et envoyé à tous nos partisans que vous aviez des membres de la famille de la famille décédée lors de cette réunion. Pouvez-vous parler de ça?

Gioia: J'ai invité les parents de Tommy Hetzel, sa veuve, sa soeur; et j'ai invité mon ami, Bobby Evans ... Sa mère et sa soeur étaient là. Nous les avons assis assis devant. La famille de Michael Kiefer, ils ont vraiment pris le coup, parce que Mike était leur étoile brillante, et je ne pense pas qu'ils aient jamais complètement récupéré de perdre Michael. Il avait quelques soeurs et tout le reste. Je pense qu'il était le seul fils. C'était une grosse perte là-bas. Je sais que la famille Evans a définitivement pris le risque. Je connais sa maman. Sa mère était dévastée.

Je ne saurais en dire assez sur la famille Hetzel, car ils ont tant souffert. Il y a eu une autre tragédie dans la famille. Sa mère et son père ainsi que son frère et sa sœur, ses frères et soeurs restants, ont toujours été si forts, et je ne peux tout simplement pas imaginer la force qu'il leur faut pour continuer, mais ils le font. Oui, ils étaient là pour le vote sur la résolution.

Steele: Évidemment, vous savez à quel point c'était important. Encore une fois, il s’agit du premier organe législatif du pays à adopter une telle résolution. Les autres commissaires de cet organe étaient-ils conscients de l’importance historique de cette résolution?

Gioia: Je ne pense pas qu'ils ont réalisé tout l'impact de ce que nous faisions avant la fin des travaux. Ils savaient que c'était important, cependant, parce que je leur ai dit. Tout est transparent avec le quartier des pompiers. Un commissaire ne fait rien sans laisser les autres commissaires ... Nous ne fonctionnons pas de manière indépendante et nous avons un conseil de district, qui supervise tout ce que nous faisons et nous guide, et ils donnent des conseils juridiques sur tout.

La résolution a été rédigée. Les commissaires, nous avons tous eu l'occasion de l'examiner. Il a été organisé par un avocat pour s’assurer que les “T” étaient croisés et les “I” dispersés, et que cela était présenté de manière légale. Qu'ils connaissent ou non l'impact de la résolution, je pense qu'aucun d'entre nous ne le savait. Je pense que nous avions une vision étroite, et c'était juste pour soutenir la résolution, puis pour avoir cette chose à la lettre ... Ça a été très vite, et je pense que cela a pris tout le monde, y compris moi-même, par surprise, mais non. Ils savaient que cela allait avoir un impact, mais je ne pense pas que nous ayons tous réalisé l'impact énorme que cela allait avoir.

Steele: Nous, les anciens combattants du mouvement, sommes pleinement conscients que, souvent, ceux qui ne veulent pas discuter des preuves, qui ne veulent pas parler de cette question, qui veulent étouffer toute question sur le 11 septembre vont souvent essayer invoquer les pompiers et l'impact émotionnel de cette journée sur eux, pour tenter de clore la discussion. Quelle est votre réaction face à ce type de méthodes pour tenter d’étouffer la discussion sur les preuves?

Gioia: Je pense que c'est une tactique de diversion. Je pense que les implications psychologiques du 11/9 ont été clairement discutées et mises en œuvre, que le 11/9 était une attaque et un complot très sophistiqués, que c'était très bien planifié et qu'ils couvraient toutes les bases. Pour moi, c'est comme une guerre psychologique, donc si vous déplacez constamment l'attention des faits sur l'effet dramatique, alors vous réussissez, car maintenant vous vous concentrez là où vous en avez besoin.

Je dirais simplement aux gens, écoutez, j'ai toujours dit que le 11 septembre devait être envisagé d'un point de vue clinique, dans lequel vous vous dissociiez de toute émotion, et vous ne regardiez que les faits, et voilà tout. Vous ne vous impliquez pas dans le drame. Vous ne vous impliquez pas dans l'émotion, les sentiments, rien de tout cela. C'est un non sequitur. Cela n'a aucune incidence sur ce que nous essayons de faire.

Je dis carrément aux gens, écoute. Vous savez quoi? C'est un crime. C'était un meurtre de masse. C'est ce que c'était, d'accord? C'est tout ce que c'était. C'était un meurtre de masse; 3000 personnes ont été assassinées de sang-froid, à la télévision ou devant vos yeux, d'accord? Les bâtiments se sont effondrés et des avions se sont écrasés dessus, et toutes sortes de choses se sont passées. Nous devons l'examiner et tout mettre littéralement sous le microscope. Tout doit être examiné et analysé. Il faut l’analyser d’un point de vue scientifique sans émotion. C'est ça, et c'est ça.

Si c'est le cas, nous devons y aller. Si c'est ça, il faut y aller. Si vous examinez les éléments de preuve et les témoignages, toute personne raisonnable dira qu’il existe beaucoup de doutes raisonnables, et vous savez quoi? Vous ne pouvez pas enfreindre les lois de la physique et vous ne pouvez pas dire que des bâtiments à charpente d'acier s'effondrent sans raison en chute libre. Vous ne pouvez tout simplement pas faire de ces déclarations de la même manière que le gouvernement les publie. Ils ne voulaient même pas entendre certaines des preuves. Ce qu'ils ne voulaient pas regarder, ils ne le regardaient pas.

Pour vous donner un exemple, dans le cas du bâtiment 7, ils ont demandé au monsieur qui était en train de donner le rapport ... En fait, il est sorti et a dit, il a dit: "Oh, il n'y a aucune preuve d'explosifs trouvés." ils lui ont demandé: "Bien, as-tu cherché des explosifs?" Il a répondu: "Non, nous n'avons pas cherché d'explosifs." Comment est-ce malhonnête de dire que nous n'avons pas trouvé d'explosifs parce que nous n'avons pas cherché d'explosifs? Il y a beaucoup de double langage.

Steele: Maintenant, vous avez adopté cette résolution. Internet attire de plus en plus l'attention des médias alternatifs, et je pense que les médias institutionnels sont probablement au courant de cela, qu'ils choisissent ou non de le signaler. Nous connaissons tous la situation avec eux, mais pensez-vous que les autres pompiers qui pourraient en entendre parler, en particulier à New York, dans les environs, pensez-vous qu'ils sont prêts à entendre parler de cette question avec un esprit ouvert, ou pensez-vous que l'émotion de cette journée porte encore 18 ans plus tard?

Gioia: Je pense, Andrew, ça va dans les deux sens. Je pense que vous avez des pompiers qui acceptent cela, car ils savent que quelque chose ne va pas. Je le sais pertinemment, car des réunions auxquelles j'ai assisté avec les chefs, les anciens chefs, les commissaires de pompiers des autres villes du comté de Nassau, expliquent qu'il y a des gens qui n'acceptent pas le récit officiel. . Ils savent que quelque chose ne va pas et ils sont tout à fait disposés à examiner les preuves et ils souhaitent voir un mouvement. Ils veulent voir une autre enquête, car ils savent que les choses ne s'additionnent pas.

Vous avez des gens qui, ils refusent carrément, et ils ne veulent plus s'engager dans cette voie, car ils ont été tellement touchés que ... Nous avons été détruits ici à New York . On a. Nous avons pris le coup. Les gens, ils ont juste ... Vous parlez du 11 septembre, et ils vont directement dans la coquille. Ils vont droit dans une posture défensive.

Maintenant que le temps s’est écoulé un peu, vous avez un public plus jeune qui n’est pas vraiment aussi important, et ils sont prêts à accepter les preuves et à accepter ceux qui en parlent, car si vous vous en tenez aux faits, et que tout ce que nous avons à faire, c'est simplement s'en tenir aux faits et dire, écoutez, ce sont les faits, et ceci est la preuve, et nous devons examiner cela, alors personne ne discutera avec cette. D'accord, nous avons besoin d'une autre enquête. Parlons de choses. Parlons de ça. Nous sommes tous des adultes. Nous avons tous un intérêt dans cela.

Il n'y a aucune personne rationnelle qui puisse me dire, en tant que pompier: «Vous savez quoi? Oh, nous ne pouvons pas en parler », car je serais le premier à leur dire:« Vous savez quoi? Tu sais quoi? Je vais en parler. Mes amis ont été assassinés. Ils ont été assassinés juste devant moi. Vous savez quoi? Je veux aller au fond des choses, alors que me dites-vous? Tu vas me dire, non, tu ne veux pas d'une enquête? Qu'est-ce qui se passe avec ça?

Il est impossible de croire qu'il y a des gens qui n'accepteraient pas une nouvelle enquête afin de connaître la vérité. Nous pourrions aussi examiner des preuves qui n'ont pas été examinées et qui sont mandatées par le Congrès pour les montrer. , et la loi oblige le procureur américain à le présenter à un grand jury. C'est la règle de droit et c'est ce qu'est notre pays. C'est ce qui fait de ce pays ce qu'il est. C'est ce qui distingue ce pays des autres pays du monde, c'est que nous respectons la loi et l'ordre. Il y a la primauté du droit et cela a été violé. Il a été violé de manière flagrante, et nous devons y revenir, car si nous ne revenons pas à la règle de droit, alors ce pays, ses idéaux, tout ce qui a été construit pour lui va en subir les conséquences.

Vous savez quoi? Je ne pense pas que vous allez laisser cela se produire. Je sais bien que je ne le laisserai pas arriver.

Steele: Ce sont des mots puissants, et je sais qu'il y a d'autres pompiers, partout en Amérique, qui ont eu vent de ce qui s'est passé à Franklin Square et au quartier des pompiers de Munson et qui écoutent peut-être même cette interview, désireux de se rencontrer. l'homme qui a proposé cette résolution. Ils peuvent être inspirés, mais ils peuvent se retenir pour diverses raisons. Ils voudront peut-être faire la même chose dans leurs districts de pompiers, peut-être d'autres commissaires aux incendies dotés de cette autorité. Que leur diriez-vous, alors qu'ils envisagent cela? Que leur diriez-vous, pourquoi est-ce si important et pourquoi devraient-ils poursuivre les mêmes actions que votre district?

Gioia: Andrew, je dirais ceci aux autres pompiers, aux policiers, à n'importe qui, n'importe qui, n'importe quel Américain, tu sais quoi? Nous sommes tous américains ici et croyons aux idéaux qui font de notre pays un pays exceptionnel. Il arrive un moment dans la vie de tout le monde où il faut prendre position, et c'est une chose vraiment difficile à faire pour les gens. Vous prenez une décision qui, vous savez quoi? Vous allez défendre quelque chose.

Maintenant, beaucoup de gens parlent fort et beaucoup de gens, ils ont juste ... C'est tout. Ils sont juste en train de parler, et ils n'agissent pas vraiment, et le soutiennent avec des actions, mais cela incombe surtout aux pompiers. Nous avons franchi une étape supplémentaire. Nous avons fait un effort supplémentaire. Nous protégeons des vies et préservons des biens, et nous sommes à l'avant-garde de tout cela.

Je dirais à quiconque croit en ce pays qu'il est temps de prendre position, car 3 000 personnes ont été assassinées et vous ne pouvez pas laisser passer cela. Vous n'allez pas laisser tomber, parce que s'ils vont assassiner 3 000 personnes, que vont-ils faire ensuite? Je ne vais pas mettre mes enfants en péril. Je n'aime pas vraiment la façon dont le pays a été guidé dans cette sombre voie. Nous devons nous remettre sur la bonne voie, et c’est aux citoyens de ce pays, les braves gens.

Les Américains, pour moi, n'ont pas peur de défendre ce en quoi ils croient. Nous avons été battus à ce point, vous savez quoi? Vous avez peur de parler, parce que, Dieu nous en préserve, ils vont dire: «Oh, tu es un haineux» ou «Tu es un raciste» ou «Tu es un vrai» ou quelque chose comme ca. Vous savez quoi? Je n'ai pas peur de sortir et de dire ce que je pense. Vous savez, vous parlez intelligemment, et vous parlez armé des faits, mais vous savez quoi? Tu dois parler. Les gens ont vraiment besoin de prendre position sur celui-ci, parce que si nous ne le faisons pas, sinon, il se passera quelque chose de pire encore, car cela ne ferait qu'encourager de tels événements.

Je pense qu'il y a une citation. Il dit: «Pour que le mal triomphe, les braves gens n'ont rien à faire.» C'est tellement vrai que cela dépend de la personne. J'encouragerais simplement les gens là-bas, écoutez, si cela vous tient à cœur, faites quelque chose. Ne reste pas assis là. Lève-toi et fais quelque chose à ce sujet, car il y a beaucoup de gens qui vont t'aider, qui vont embrasser ça. Comme vous l'avez dit, il y a un mouvement de personnes qui, pour une raison quelconque, ne croient pas ce que l'on nous dit.

Plus vous le regardez, vous pouvez voir la vérité. Je dis aux gens, écoutez. Je ne vais pas vous dire comment penser, d'accord? Je ne vais pas vous parler d'une manière ou d'une autre de ce qui s'est passé le 11 septembre. Vous faites cela vous-même. Vous le regardez. Vous faites des recherches. Vous venez à vos propres conclusions, d'accord? Ensuite, peut-être quelques mois ou un an plus tard, nous pourrions nous revoir et en discuter, et voir si votre position a changé. Nous devons nous associer à l'enquête. Les gens doivent accepter cela, lancer l'enquête et laisser les rouages ​​de la justice faire leur travail.

Steele: Quelque chose que je mentionne souvent, ou que je fais depuis environ un an, est que nous sommes ici 18 ans après cet événement. Si le monde de l’après-11 septembre était une personne, il serait assez âgé pour voter à ce stade, ou je suppose que ce serait en septembre, c’est donc une longue période. Certaines personnes disent, pourquoi restez-vous là? C'était il y a si longtemps. Peut-être que c'était une démolition contrôlée. Peut-être que non, mais toutes ces personnes, ou la plupart d'entre elles, sont maintenant démises de leurs fonctions. Pourquoi ne pouvons-nous pas simplement avancer? Pourquoi devons-nous nous concentrer sur le négatif? Je veux dire, c’est une attitude qui existe parmi la base américaine. Je l'entends souvent. Quelle est votre réponse à cela? Qu'avez-vous à dire à ces sentiments?

Gioia: J'entends la même chose, Andrew. Je l'entends. C'est 18 ans plus tard. Pourquoi vous dérangez-vous? Je dis à ces gens, parce que ces gens étaient nos amis. Ils étaient nos voisins. Ils étaient des fils. Ils étaient filles. C'étaient des maris. C'étaient des épouses. Ils ont eu des vies. C'étaient des Américains qui sont allés travailler. Ils se contentaient de vaquer à leurs occupations et ils moururent de mort horrible.

C'étaient mes amis, et je ne vais pas l'oublier. Je ne suis pas satisfait de la façon dont ils ont été traités. Comme je l'ai dit, réexaminez. Je m'étouffe. Je suis émue. Je devenais ému avec les gens et disais simplement, écoute, à moins que tu n'aies perdu quelqu'un, et je dis toujours, écoute, si quelqu'un assassine quelqu'un dans ta famille, et qu'il y a des preuves qui sont venues après, qui ont pointé à quelqu'un d'autre, ou cela vous a pris dans une direction différente, ne voudriez-vous pas poursuivre dans cette voie? Il n'y a pas de délai de prescription pour les meurtres et ces personnes ont été assassinées.

C'est pourquoi, après 18 ans, je cherche toujours à obtenir justice pour mes amis, car je sais qu'il y a des gens qui doivent être tenus pour responsables. Je ne vais pas lâcher. Je ne vais pas lâcher. Si je passe le reste de ma vie à rechercher la justice pour mes amis, je le ferai.

Maintenant, en ce qui concerne cela, être pompier et pompier ... Ceci est pour tous les pompiers là-bas. Vous savez que c'est une fraternité et nous avons appris que lorsque vous combattez le feu, vous entrez. Vous n'entrez pas seul. Tu entres avec ton frère ou ta soeur. Vous entrez ensemble et si quelque chose se passe, vous sortez ensemble. Vous ne laissez pas cette personne derrière, alors je dirais ceci.

Nous n'abandonnons pas nos frères. Nous ne laissons pas ces gens derrière. C'étaient des Américains. C'étaient des pompiers, des flics, des EMS et c'étaient juste des gens ordinaires qui se consacraient à leurs affaires ce jour-là. Nous ne les laissons pas derrière. Nous ne les oublions pas. Ils méritent justice, et nous allons voir que justice est faite.

Steele: Oui, nous sommes, grâce aux efforts comme le vôtre, comme ceux déployés par AE911Truth, le comité des avocats pour l'enquête du 11 septembre. Personne ne sera laissé pour compte, en particulier les victimes, pour qui nous faisons ce travail en quête de justice.

Christopher Gioia, je tiens à vous remercier pour ce que vous avez commencé dans votre district et pour ce que je pense que vous avez commencé dans le reste de l'Amérique et dans le monde entier. Bien sûr, merci beaucoup d’être venu le 9/11, automne libre, aujourd’hui.

Gioia: D'accord, merci beaucoup, monsieur Steele.

Dernière modification par Mariflo (05-08-2019 19:33:58)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#170 01-09-2019 07:02:35

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Je ne me souviens pas d'avoir vu son nom dans la liste des personnes à faire témoigner devant le grand jury,mais il serait intéressant que les juristes le nomment.
Anthony Saltalamacchia travaillait dans le WTC le 11 septembre 2001 et lui aussi a entendu de très fortes explosions provenant du sous-sol du WTC avant l'impact de l'avion:
https://www.youtube.com/watch?v=JJFJNuNas5E

Ceci  confirme en tout point le témoignage de William Rodriguez.

Puis,les commentaires de Jason Bermas suite à ce témoignage et autres sujets connexes:
https://www.youtube.com/watch?v=ijUmGr_RCAc

Dernière modification par kidkodak (01-09-2019 07:07:11)

Hors ligne

 

#171 30-10-2019 21:22:45

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Incroyable tout de même ce décalage d'informations avec les élus.Ici la conférence de Presse de Tulsi Gabbard en présence de victimes des Attentats du 11 septembre 2001(candidate à la présidence du parti démocrate et future candidate à la présidentielle Américaine) qui ne parle que du rôle de l'Arabie Saoudite au sujet des documents à déclassifier.Évidemment que c'est mieux que la gagne de serpentins qui n'en parlent même pas,mais en 2019,ne pas parler des explosifs préinstallés qui de toute évidence ont provoqué l'effondrement des 3 tours du WTC,ni du rôle qu’Israël a joué avec sa préconnaissance de l'événement(les Israéliens dansants)ainsi que de la complicité américaine, nous donne une idée du pouvoir exercé sur quiconque tenterait de dévoiler la vérité.On a qu'à penser à Donald Trump qui disait en 2001 que les tours Jumelles n'auraient pu s'effondrer seulement par le choc des avions.Depuis qu'il est président,plus un mot.Il est rentré dans le rang comme les autres.Terrifiant comme constat.hmm
Tulsi Gabbard LIVE on the road - 9/11 Press Conference - New York, NY (en anglais)
https://www.youtube.com/watch?time_cont … 9N2YZtFHdA 
29-10-2019

Dernière modification par kidkodak (30-10-2019 21:41:38)

Hors ligne

 

#172 31-10-2019 10:50:12

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1819

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Eh oui mon bon Kidkodak!
Dis-toi bien que si Gabbard s'était lancée dans ce genre d'explication (les explosifs) elle serait déjà ostracisée par la totalité des médias et des politicards, eux-mêmes soutenus par la majorité des étasuniens et des habitants de la planète, traitée de folle et de complotiste, bref, sa candidature au sommet elle pourrait en faire son deuil;

Autre solution elle serait dans les rubriques nécrologiques. L'Etat profond n'acceptera jamais un début d'explication rationnelle sur ce sujet capable de les faire définitivement disparaître ! Alors, l'Arabie Saoudite qui n'explique rien, sinon une aide logistique aux 19 idiots utiles, c'est bien, c'est complaisant, tu te démarques des autres rigolos tout en restant dans les clous...

Hors ligne

 

#173 01-11-2019 15:10:47

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

En complément sur l'émission de Tucker Carlson du 31-10-2019:
9/11 families demand government release all documents implicating Saudi Arabia in terror attacks
https://video.foxnews.com/v/60996141960 … show-clips

Hors ligne

 

#174 02-11-2019 20:46:18

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Action en justice de la part des juristes,action en justice de la part des familles des victimes,18 ans plus tard la pression ne cesse d'augmenter.Il ne peut en être autrement avec ce torchon qu'est la VO des attentats du 11 septembre 2001.

Hors ligne

 

#175 03-11-2019 15:04:17

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Et pour les convaincus qui ne seraient pas encore assez convaincus,ce texte paru hier sur le site de AE911Truth et passé dans le traducteur automatique.

Un nouveau document sur les "effondrements" du WTC s'ajoute à la littérature réfutant la théorie de l'effondrement progressif

    Ted Walter
    2 novembre 2019

Peu de gens savent que le récit officiel de la destruction des tours jumelles repose entièrement sur quatre journaux. Zdeněk Bažant, professeur d'ingénierie à la Northwestern University, a co-écrit ces quatre articles et les quatre ont été publiés dans le Journal of Engineering Mechanics de l'ASCE entre 2002 et 2011 (Bažant a soumis le premier article seulement deux jours après le 11/9). 1 2 3 4

Cela peut surprendre beaucoup de gens, car on pourrait supposer que le gouvernement lui-même a pleinement enquêté sur la destruction des tours jumelles et a présenté une théorie complète expliquant ces défaillances catastrophiques des bâtiments. Mais cette hypothèse est loin de la marque.

Ansgar Schneider

En fait, l’Institut national des normes et de la technologie (NIST) a limité la portée de son enquête à «la séquence des événements depuis l’impact de l’aéronef jusqu’au début de l’effondrement». Étonnamment, le NIST a admis avoir mené «peu d’analyses de le comportement structurel de la tour après que les conditions pour le début de l'effondrement ont été atteintes »et qu'il était« impossible de fournir une explication complète de l'effondrement total ». 5 6

En d'autres termes, le gouvernement n'a pas expliqué comment les sommets des tours jumelles ont pu écraser les énormes structures en acier situées au-dessous d'eux "essentiellement en chute libre" 7. La seule analyse jamais produite à l'appui de cette notion a été celle de Bažant et divers co-auteurs.

En septembre dernier, le plus récent article réfutant la théorie de Bažant a été présenté par le mathématicien et physicien allemand Ansgar Schneider au congrès annuel de l’Association internationale des ingénieurs en ponts et structures (IABSE) à New York. Le document de Schneider, «La dynamique structurelle de la catastrophe du World Trade Center», figure désormais dans les actes de la conférence. Il est également disponible gratuitement sur arXiv, le serveur d’impression électronique de la bibliothèque de l’Université Cornell.8

Papier Schneider

En complément des recherches antérieures, le document de Schneider propose une approche nouvelle et unique pour falsifier la théorie de Bažant. Des documents précédents ont montré que Bažant avait énormément sous-estimé l'aptitude de la section inférieure du WTC 1 à résister à la chute de la section supérieure et avait indiqué qu'il y aurait eu une décélération importante et observable du mouvement vers le bas de la section supérieure - ce qui n'aurait pas été le cas - touché la section inférieure intacte. 9 10 11

L’approche de Schneider est de supposer que le modèle mathématique de Bažant pour un effondrement progressif est valide. Ensuite, en intégrant au modèle les données réelles relatives à la chute de la section supérieure, il calcule la résistance à la hausse fournie par la section inférieure.

Peut-être surprenant peut-être, Schneider constate que, de 4,6 à 7,7 secondes après l'effondrement, la résistance calculée de la section inférieure est tellement grande que l'effondrement aurait été arrêté si la résistance à la hausse était constante sur toute la longueur verticale du bâtiment.

Cependant, Schneider constate également que la résistance à la hausse pendant les 4,6 premières secondes et après 7,7 secondes est presque aussi basse que le dixième de la résistance moyenne possible à la hausse sur la longueur verticale du bâtiment - plus précisément 66 méganewtons contre 500 mégawlton. Cette constatation est conforme à l’estimation de David Chandler selon laquelle, sur la base de la partie supérieure accélérant constamment à 64% de chute libre pendant les quatre premières secondes de l’effondrement, «près de 90% de la résistance de la partie inférieure de l’immeuble devait être éliminé. »12

Schneider en arrive ainsi à la question: quel mécanisme a réduit de manière aussi spectaculaire la résistance de la structure du bâtiment au début et à la fin de l'effondrement? La réponse évidente, à la lumière de toutes les preuves ignorées par le NIST mais connues du public depuis de nombreuses années, est que des explosifs et des incendiaires ont été utilisés pour détruire la structure.

Malheureusement, M. Schneider n'a pas été autorisé à faire sa présentation au congrès IABSE de 2019 dans le format qu'il aurait souhaité. En août, il s’est vu refuser l’entrée aux États-Unis parce que ses deux voyages précédents en Iran pour enseigner des cours et prendre la parole lors de conférences de mathématiques l’avaient rendu inéligible pour le programme de dispense de visa offert à la plupart des Européens. une invitation de IABSE.

Incapable d'assister à la conférence en personne, Schneider a enregistré une présentation de 15 minutes à laquelle les organisateurs ont gentiment joué lors de sa session. Une version révisée de cette présentation est disponible ci-dessous.

Schneider et AE911Truth remercient les nombreuses personnes qui ont fait un don pour pouvoir s’inscrire au Congrès IABSE de 2019, ce qui lui a permis de présenter cet important document et de le publier dans les actes de la conférence.
Références

[1] Bažant, Zdeněk et Zhou, Yong: «Pourquoi le World Trade Center s'est-il effondré? Analyse simple»: Journal of Engineering Mechanics, vol. 128, n ° 1, 1er janvier 2002.

https://www.ae911truth.org/news/604-new … pse-theory

[2] Bažant, Zdenek et Verdure, Mathieu: «Mécanique de P

Hors ligne

 

#176 13-11-2019 04:10:01

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

L'action en justice contre l'Arabie Saoudite est discutée avec Tulsi Gabbard au Jimmy Dore Show 12-11-2019
https://www.youtube.com/watch?v=O_0_CQ7umic

Hors ligne

 

#177 13-11-2019 11:24:19

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4833

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Merci pour cet article très intéressant de Ansgar Schneider que j'avais loupé Kidkodak.


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#178 13-11-2019 14:35:23

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Merci Kidkodak. Y a-t-il dans cette vidéo des éléments nouveaux ?


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#179 13-11-2019 17:05:21

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Mariflo:Y a-t-il dans cette vidéo des éléments nouveaux ?
-D'une certaine manière oui, dans le sens ou le Jimmy Dore Show est une tribune importante aux E.U. Le vidéo est sorti hier et est rendu à 100,000 visionnements et Gabbard est une future candidate à la présidentielle Américaine.De plus, ce vidéo provoque une tonne de réactions indiquant à Tulsi Gabbard que l'Arabie Saoudite n'est pas le principal suspect des attentats du 11 septembre 2001,même si elle a pu participer au financement.  4162 commentaires en déjà si peu de temps,c'est dire que même après 18 ans,énormément de gens sont toujours intéressés par le sujet.En résumé,à mon avis,le fait d'en parler ouvertement sur une si grande tribune est une excellente chose.
Quant au contenu que promeut Tulsi,c'est la même chose.Elle veut aider les familles des victimes à poursuivre l'Arabie Saoudite pour complicité dans les évènements du 11 septembre 2001.Elle ne touche pas aux danseurs israéliens ni aux explosifs installés  dans les 3 tours et dit toujours que l'Amérique a été attaquée par ALQAIDA. Finalement,elle est pro VO à l'exception d'une petite ouverture concernant les 28 pages qu'elle a lues.

Dernière modification par kidkodak (13-11-2019 17:06:56)

Hors ligne

 

#180 13-11-2019 18:15:03

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Merci Kidkodak. Effectivement en parler c'est bien.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#181 16-11-2019 23:36:26

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Intéressant l'émission Free Fall avec 2 membres du comité d'administration du AE911truth qui parlent de leur expérience lors de leur présentation devant la  Societé des ingénieurs professionnels de Georgie et aussi à Miami cette année.
L'A.S.C.E.(American Society of Civil Engineers) est rendu à bout de nerfs et menace même le AE911Truth de les expulser de la place,ce qui est très bon signe évidemment.L'ASCE ne pensaient pas que 18 ans plus tard,il y aurait encore autant de contestations et d'informations circulant sur ces attentats du 11 septembre 2001.Le poil commence à r'voller entre ceux qui veulent garder la marmite fermée et ceux qui veulent l'ouvrir.
Project Due Diligence Goes to the Georgia Society of Professional Engineers and Beyond
https://www.youtube.com/watch?time_cont … e=emb_logo

Dernière modification par kidkodak (17-11-2019 00:26:39)

Hors ligne

 

#182 25-11-2019 21:54:23

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Le AE911Truth trouve aussi que Tulsi Gabbard est frileuse lorsqu'il s'agit de parler des attentats du 11 septembre 2001.
Sur leur site aujourd'hui,passé dans la moulinette du traducteur informatisé:

Demandez à Tulsi si elle appuiera les familles et les premiers intervenants qui exigent une nouvelle enquête sur les attentats du 11 septembre.
Le représentant et candidat à la présidence des États-Unis, Tulsi Gabbard, a fait la une des journaux ces dernières semaines en se joignant aux membres des familles des victimes pour demander la publication de documents qui lient les autorités saoudiennes au 11 septembre.

La grande question qui préoccupe de nombreux membres du Mouvement de la vérité sur les événements du 11 septembre, y compris les familles des victimes et les premiers intervenants, est de savoir si Tulsi s'attaquera un jour à l'événement qui a tué la grande majorité des victimes ce jour-là - la démolition explosive des tours jumelles.

En fait, on lui a présenté à maintes reprises la loi Bobby McIlvaine Act et les preuves accablantes d'une démolition contrôlée - dont plusieurs membres de la famille savent qu'elle est responsable de la mort de leurs proches.

Jack Bucklin, activiste de Bucklin et de Tulsi 768 v2Iowa, a partagé la littérature de Bobby McIlvaine Act et AE911Truth avec le représentant Gabbard lors de deux campagnes distinctes.
Dans la foulée des déclarations audacieuses de Tulsi à l'appui des familles du 11 septembre, il est maintenant temps de lui demander si elle appuiera également les familles et les premiers intervenants qui exigent une nouvelle enquête sur le 11 septembre.

Veuillez prendre cinq minutes aujourd'hui pour écrire la campagne de Tulsi (www.tulsi2020.com/contact) et son bureau du Congrès (gabbard.house.gov/connect/share-your-ideas) - leur envoyant chacun le même message.

Nous vous encourageons à inclure la déclaration signée par 19 membres de votre famille ainsi que la résolution adoptée en juillet par les commissaires du Franklin Square et du Munson Fire District, tous deux indiqués ci-dessous, et à demander à Tulsi :
"Serez-vous du côté des familles et des premiers intervenants qui réclament une nouvelle enquête sur le 11 septembre ?"

Une fois que vous aurez écrit à la campagne de Tulsi et à son bureau du Congrès, veuillez nous envoyer un courriel à Congress@AE911Truth.org afin que nous puissions savoir combien de personnes l'ont contactée. Et, si vous recevez une réponse significative, veuillez l'envoyer à Congress@AE911Truth.org

Pour un copier-coller facile, consultez notre version texte des énoncés ci-dessous.
Les familles du 11 septembre appuient la loi Bobby McIlvaine

Nous, dont les proches ont été tués dans les événements du 11 septembre 2001, nous nous joignons à ceux qui appuient l'ouverture d'une nouvelle enquête véritablement indépendante sur la destruction des tours jumelles et du bâtiment 7 du World Trade Center.

Pendant dix-huit longues années, nous avons attendu la vérité et la justice. Au cours de cette période, de nombreuses preuves ont été recueillies qui jettent un doute sérieux sur l'explication officielle de la destruction de ces trois gratte-ciel.

Nous demandons donc au Congrès américain d'adopter immédiatement la loi Bobby McIlvaine World Trade Center Investigation Act. Ce n'est qu'en menant une enquête ouverte et honnête que les millions de personnes touchées par cette tragédie auront enfin la vérité qu'elles méritent.

Source : https://AE911Truth.org/justice
La résolution 9/11 du Franklin Square et du district des pompiers de Munson

Attendu que les attaques du 11 septembre 2001 sont inextricablement et à jamais liées au service d'incendie de Franklin Square et Munson ;

Attendu que, le 11 septembre 2001, alors qu'il travaillait au World Trade Center à New York, le pompier Thomas J. Hetzel, titulaire de l'insigne no 290 de la Hook and Ladder Company no 1, Franklin Square and Munson Fire Department of New York, ainsi que 2 976 autres intervenants et civils ont été tués dans l'exercice de ses fonctions

Attendu que les membres du service d'incendie de Franklin Square et de Munson ont été appelés à participer aux opérations subséquentes de sauvetage et de récupération et au nettoyage du site du World Trade Center, où ils ont été atteints de maladies potentiellement mortelles par suite de la respiration des toxines mortelles présentes sur le site ;

Attendu que le Conseil des commissaires des incendies du Franklin Square and Munson Fire District reconnaît l'importance et le caractère convaincant de la requête présentée devant le procureur du district sud de New York qui signale des crimes fédéraux non poursuivis au World Trade Center le 11 septembre 2001 et demande au procureur des États-Unis de présenter cette requête à un grand jury spécial conformément à la Constitution américaine et à la norme 18 USC SS 3332A) ;

Attendu que la preuve accablante présentée dans ladite pétition démontre hors de tout doute que les explosifs et/ou les incendiaires préplantés - et pas seulement les avions et les incendies qui ont suivi - ont causé la destruction des trois bâtiments du World Trade Center, tuant la grande majorité des victimes qui ont péri ce jour-là ;

Attendu que les victimes du 11 septembre 2001, leurs familles, la population de New York et notre pays méritent que tous les crimes liés aux attentats du 11 septembre 2001 fassent l'objet d'une enquête approfondie et que toute personne responsable soit traduite en justice ;

PAR CONSÉQUENT, IL EST RÉSOLU QUE le conseil des commissaires des incendies du district de Franklin Square et Munson appuie pleinement une enquête et des poursuites exhaustives par un grand jury fédéral pour chaque crime lié aux attaques du 11 septembre 2001, ainsi que tous les efforts des autres entités gouvernementales pour enquêter et découvrir toute la vérité entourant les événements de cette horrible journée.
https://www.ae911truth.org/news/624-ask … estigation

Hors ligne

 

#183 10-12-2019 01:35:52

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Hum,me semble que si j'étais un de ces juristes et que j'entendais dire de la part d'un membre de l'équipe médicale d'urgence à Ground Zero,
que son équipe se faisait régulièrement avertir  de ne rien sortir,car c'était une scène de crime,me semble que j’essaierais de le contacter...
Ha la belle question en cours: Et les colonnes mon colonel ???
C'est une lettre que Paul Craig Roberts a reçue d'un membre de cette unité médicale d'urgence présent sur place.
Passé dans la moulinette du traducteur virtuel.

De la part d'un membre de l'équipe d'intervention médicale ayant travaillé sur le site de Ground Zero : 9 décembre 2019
Je vous remercie. Vous dites la vérité. J'ai passé quelques semaines à Ground Zero, quelques jours après la chute des Tours. J'étais dans une équipe médicale d'urgence et quelque chose ne m'a jamais semblé normal.Nos sacs étaient fouillés à l'entrée et à la sortie. Aucune caméra n'était autorisée. On nous disait  de ne pas écouter les rumeurs qui circulaient et de ne rien retirer du site, car disaient-ils,c'était une scène de crime.
Quand ils ont dit qu'ils avaient trouvé le passeport du gars qui avait dirigé le détournement d'avion,on a tous ri.
Le tas de débris mesurait deux milles de circonférence et une centaine de pieds de hauteur, et il brûlait.
C'était difficile d'identifier un corps et encore moins de trouver un bout de papier après une semaine.
La seule façon de reconnaître un pompier,c'était grâce à leurs manteaux ignifuges.
Personne ne cherchait de papier. Après des semaines, le pompier passait encore
trois paires de bottes par jour parce que les semelles fondaient. Ils cherchaient leurs amis.
Personne sur cette pile ne faisait autre chose.
Immédiatement après mon retour à la maison, la peur de l'anthrax a commencé. Les lettres ont été envoyées par mon bureau de poste local à Hamilton Twp NJ. L'employé du bureau de poste qui a ramassé le courrier et qui a été le premier à recevoir un diagnostic d'anthrax n'a jamais été interrogé par le FBI. Je connais le médecin qui l'a diagnostiqué et qui s'est présenté au FBI. Le patient et le médecin attendaient que le FBI vienne leur parler et ils ne l'ont jamais fait. Après ces étranges expériences, j'ai commencé à avoir de gros doutes sur mon employeur,le gouvernement,pour lequel je travaillais. Il n'a pas passé le smell test.
En passant, j'ai développé une maladie pulmonaire grave et un cancer de la peau à cause de mon passage à Ground Zero.
Je pensais faire quelque chose de noble, mais j'ai plutôt eu l'impression d’être un pantin.

Merci d'avoir dit la vérité.

https://www.paulcraigroberts.org/2019/1 … ster-team/

Dernière modification par kidkodak (10-12-2019 05:46:01)

Hors ligne

 

#184 11-12-2019 23:08:25

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

mise à jour de fin d’année
Sur la voie de la justice contre le 11 septembre: mise à jour de fin d’année du Comité des avocats pour l’enquête sur le 11 septembre

Mick Harrison 10 décembre 2019

Traduction automatique:

Ce qui suit est une mise à jour complète de Mick Harrison, directeur du contentieux du Lawyers 'Committee for 9/11 Inquiry, des initiatives juridiques en cours de l'organisation, y compris le Grand Jury Investigation Project et le FBI 9/11 Review Commission Lawsuit.  Ayant établi un partenariat avec le Comité des avocats sur ces projets, nous, Architects & Engineers for 9/11 Truth, sommes reconnaissants pour l'expertise, la créativité et la persévérance qu'ils ont apportées à la poursuite de la justice du 11 septembre.  Nous remercions également les nombreux militants et donateurs dévoués qui ont rendu ces efforts possibles au cours de la dernière année.

Le Lawyers 'Committee for 9/11 Inquiry, Inc. est une organisation à but non lucratif dont la mission est de promouvoir la transparence et la responsabilité concernant le 11 septembre.  Le Comité des avocats s'est engagé à découvrir et à faire en sorte que le public soit pleinement informé de la vérité complète sur les événements entourant la tragédie survenue le 11 septembre 2001. La principale méthodologie du Comité des avocats est d'appliquer la loi aux nombreux  des années de recherches, d'enquêtes et d'analyses par des scientifiques, des ingénieurs, des architectes et des enquêteurs et utilisent les options juridiques, y compris les litiges devant les tribunaux fédéraux, pour révéler toute la vérité concernant le 11 septembre et pour s'assurer que les victimes (directes et indirectes) du 9 /  11 reçoivent une justice substantielle.

Bien que les travaux antérieurs de chercheurs indépendants, d'enquêteurs et de scientifiques aient beaucoup contribué à découvrir et à informer le public de la vérité sur ce qui s'est produit le 11 septembre, de nombreux faits clés doivent encore être divulgués ou reconnus.  Parce que, comme l'indiquent les preuves développées à ce jour, des activités criminelles et de la corruption sont impliquées, et parce que certaines ou toutes les agences fédérales (et les parties privées) impliquées n'ont pas communiqué avec le public concernant toutes les informations dont elles disposent concernant cette tragédie, le  l'utilisation des litiges en vertu de la Loi sur l'accès à l'information et les pouvoirs d'assignation et de découverte qui accompagnent d'autres options de litige civil fédéral sont essentiels pour assurer la transparence et la reddition de comptes concernant le 11 septembre.  Dans ces conditions, les informations clés nécessaires pour bien comprendre ce qui s'est passé le 11 septembre ne peuvent être obtenues que par contrainte légale.

Dans le cadre de sa mission, le Comité des avocats mène actuellement de multiples poursuites fédérales et plusieurs enquêtes indépendantes sur divers aspects des événements entourant le 11 septembre.  Une mise à jour sur l'état de ces efforts est fournie ci-dessous.

Poursuite fédérale du Comité des avocats contre le FBI pour la divulgation des preuves du 11 septembre

Des pressions publiques considérables de la part des membres des familles des victimes ont finalement provoqué le Congrès via une loi signée par le Président en novembre 2002 pour créer la Commission nationale sur les attaques terroristes contre les États-Unis (communément appelée «Commission du 11 septembre»).  La Commission du 11 septembre a été chargée de préparer un compte rendu complet des circonstances entourant les attentats du 11 septembre.  Cependant, la Commission du 11 septembre a souffert de plusieurs limitations reconnues publiquement.  Le coprésident de la Commission, Hamilton, a déclaré qu'il y avait toutes sortes de raisons pour lesquelles lui et d'autres membres de la Commission pensaient qu'elles étaient vouées à l'échec.  En fin de compte, la Commission sur le 11/9 a produit un volumineux rapport qui traitait de certaines, mais pas de toutes, des preuves alors disponibles concernant les attentats du 11 septembre.  Le rapport de 2004 de la Commission sur le 11/9 a laissé (encore une fois) bon nombre des questions clés des membres de la famille des victimes du 11/9.  Les membres de la Commission du 11/9 ont eux-mêmes reconnu que des éléments de preuve supplémentaires concernant les attaques seraient probablement présentés après la publication de leur rapport.  Au cours des dix années qui ont suivi, des preuves supplémentaires importantes concernant les attentats du 11 septembre ont en fait été rendues publiques.

La Commission d'examen du Bureau fédéral d'investigation (FBI) du 11 septembre a été créée une dizaine d'années plus tard, en janvier 2014, conformément à un mandat du Congrès.  La Commission d'examen a été spécifiquement chargée par le Congrès de produire, entre plusieurs autres évaluations indépendantes, «3) Une évaluation de toute preuve maintenant connue du FBI qui n'a pas été examinée par la Commission du 11/9 liée à des facteurs qui ont contribué de quelque manière à  les attentats terroristes du 11 septembre 2001. »La loi habilitante exigeait également que le directeur du FBI fasse rapport aux comités de juridiction du Congrès sur les conclusions et recommandations résultant de cet examen.

Le procès actif du Comité des avocats contre le FBI devant le tribunal de district américain du district de Columbia (affaire n ° 1: 19-cv-00824) vise à obtenir une ordonnance du tribunal fédéral pour forcer le FBI à évaluer et à divulguer au Congrès, comme  mandaté par le Congrès, toutes les preuves du 11 septembre n'ont pas été examinées par la Commission d'origine du 11 septembre, notamment: 1) des preuves de l'utilisation d'explosifs et d'incendiaires pré-plantés au World Trade Center (WTC) le 11 septembre;  2) des preuves concernant l'arrestation et la libération ultérieure de plusieurs individus qui ont été observés célébrant les attaques au WTC au début du 11 septembre (appelés dans les rapports du FBI les «High-Fivers»);  3) des preuves de financement saoudien et autre du terrorisme et une assistance aux prétendus pirates de l'air du 11 septembre;  4) des preuves vidéo concernant l'attaque du Pentagone le 9/11;  5) des preuves concernant l'épave et les pièces d'avion récupérées au Pentagone, à Shanksville et au WTC;  et 6) des éléments de preuve concernant les appels téléphoniques qui auraient été faits le 11 septembre avec des avions détournés.  La Commission d'examen du 11 septembre 2014-2015 n'a évalué aucune des catégories susmentionnées de preuves significatives du 11 septembre.

Cette poursuite fédérale a le potentiel pour le Comité des avocats d'obtenir et d'utiliser des pouvoirs de découverte autorisés par le tribunal, y compris un pouvoir d'assignation pour obtenir des preuves et des témoignages clés dans le processus d'obtention de l'ordonnance judiciaire requise pour s'assurer que toutes ces preuves du 11 septembre sont fournies au Congrès.  et rendu public, comme le voulait le Congrès.  Le Comité des avocats a déposé une plainte fédérale pour introduire cette affaire devant le tribunal de district des États-Unis pour le district de Columbia et le gouvernement a reçu signification de la citation et de la plainte.  Le FBI a déposé une requête pour rejeter l’affaire pour des motifs de procédure juridique contestant la position du Comité des avocats et des autres demandeurs ainsi que le caractère exécutoire du mandat du Congrès en cause.  Le Comité des avocats a déposé son mémorandum en opposition à la requête du gouvernement et une décision du tribunal de district pourrait être rendue à tout moment.  Si les plaignants survivent à la requête procédurale du gouvernement, les parties informeront le fond des allégations du Comité des avocats concernant le non-respect par le FBI de ce mandat du Congrès et le tribunal décidera si le FBI et le ministère de la Justice (DOJ) seront  ordonné de prendre les mesures appropriées pour évaluer et faire rapport au Congrès de toutes ces catégories clés de preuves du 11 septembre.

Pétition du Comité des avocats auprès du procureur américain pour soumission au grand jury spécial et poursuite fédérale du Mandamus

Le Comité des avocats s'est engagé publiquement à demander au procureur américain de présenter des preuves du 11 septembre concernant la démolition du WTC à un grand jury spécial.  Conformément à cet engagement, le 10 avril 2018, le Lawyers 'Committee a déposé une pétition originale de plus de cinquante pages auprès du procureur américain du district sud de New York.  La pétition était accompagnée de cinquante-sept pièces contenant de nombreuses preuves scientifiques et des témoins oculaires confirmant que des explosifs avaient été utilisés pour détruire trois bâtiments du WTC (WTC1, WTC2 et WTC7) le 9/11.  Ces preuves comprenaient une analyse scientifique indépendante en laboratoire d'échantillons de poussière du WTC montrant la présence d'explosifs et / ou d'incendiaires de haute technologie;  de nombreux rapports de première main d'explosifs survenus au WTC le 9/11;  analyse par des experts des preuves sismiques selon lesquelles des explosions se sont produites aux tours du WTC le 11 septembre avant les impacts de l'avion et avant l'effondrement du bâtiment;  et une analyse d'experts par des architectes, des ingénieurs et des scientifiques concluant que l'effondrement accéléré de l'accélération de la chute libre symétrique près de trois immeubles de grande hauteur du WTC le 11 septembre présentait les principales caractéristiques de la démolition contrôlée.

Au cours des mois qui ont suivi, le Lawyers 'Committee a également déposé auprès du procureur américain une pétition modifiée le 30 juillet 2018, ajoutant plusieurs infractions fédérales liées au 11 septembre et des suppléments à la pétition modifiée (y compris concernant des personnes qui peuvent avoir des informations importantes concernant  les crimes signalés) qui, comme la pétition originale, portaient sur la question de l'utilisation (jusqu'ici non enquêtée ou poursuivie) d'explosifs au WTC le 9/11.  Le procureur américain a répondu au Lawyers 'Committee dans une lettre datée du 7 novembre 2018, déclarant: «Nous avons reçu et examiné les observations du 10/11 et du 30 juillet 2018 de The Lawyers' Committee for 9/11 Inquiry, Inc.  se conformera aux dispositions de 18 USC  § 3332 en ce qui concerne vos soumissions. "

La pétition du Comité des avocats demande au procureur américain de présenter ces preuves à un grand jury spécial fédéral conformément à une obligation légale, et le procureur américain a répondu au comité des avocats par le biais de la lettre susmentionnée qu'il a l'intention de se conformer.  Les suppléments de pétition du grand jury / MJ déposés contiennent des informations sur les personnes et entités qui peuvent avoir des informations importantes concernant ces crimes du 11 septembre, y compris ceux qui connaissent ou ont été impliqués dans le financement et l'aide à des pirates de l'air ou à d'autres auteurs présumés.  et planificateurs des crimes du 11 septembre.  La pétition du Comité des avocats auprès du MJ pour soumettre des preuves du 11 septembre à un grand jury spécial fédéral est destinée à aider un grand jury à utiliser son propre pouvoir d'assignation pour aller au fond des événements du 11 septembre et déterminer qui a perpétré la  crimes du 11 septembre et qui ont financé et autrement aidé à la commission de ces crimes.

Les avocats de la commission des avocats ont eu une conversation téléphonique avec l'un des assistants des avocats américains (AUSA) qui a signé la lettre du procureur américain au comité des avocats, demandant si le procureur américain pouvait divulguer au comité des avocats le statut des avocats.  Pétition du Comité et si les preuves du Comité des Avocats ont bien été soumises au Grand Jury Spécial.  L’AUSA a déclaré qu’il ne pouvait pas partager ces informations avec le Comité des avocats.  Les avocats du Comité des avocats ont indiqué qu'ils espéraient éviter d'avoir à déposer une plainte fédérale contre le procureur américain contre le procureur américain concernant leur pétition et ont demandé s'il y avait des informations que l'AUSA pourrait partager avec le Comité des avocats concernant le statut des avocats.  Processus de pétition ou de grand jury du comité qui empêcherait le comité des avocats d'avoir à déposer une telle action de mandamus.  L'AUSA a déclaré qu'il ne pouvait pas divulguer de telles informations.  En conséquence, concluant qu'il n'y avait pas d'autre option pour confirmer que la pétition du Comité des avocats et les preuves avaient été soumises au Grand Jury spécial (et que le procureur américain s'était en fait conformé à la loi), le Comité des avocats a déposé un dossier fédéral.  mandamus Plainte et requête pour divulgation des dossiers du grand jury au tribunal de district américain du district sud de New York.

Loi fédérale, 28 U.S.C.  Le § 1361, prévoit une action pour contraindre un fonctionnaire fédéral à accomplir une tâche obligatoire (non discrétionnaire), et la règle 6 des Règles fédérales de procédure pénale autorise les requêtes visant à ce qu'un tribunal divulgue une partie ou la totalité d'une procédure devant un grand jury pour  bonne cause.  Si le tribunal rejette la requête en divulgation du Comité des avocats, ou accède à la requête et que la divulgation montre que le procureur américain n'a pas présenté la pétition modifiée et les preuves du Comité des avocats au Grand Jury spécial, alors le Comité des avocats procéderait via le  mandamus pétition pour demander une ordonnance obligeant le procureur américain à se conformer à 18 USC  § 3332 et soumettre la pétition modifiée du Comité des avocats et les preuves, telles que complétées, au Grand Jury spécial.

La citation à comparaître et la plainte dans cette affaire (cas n ° 1: 19-cv-08312) ont été signifiées au procureur américain, au procureur général américain et au MJ le 5 décembre 2019. Le gouvernement aura 60 jours pour déposer sa réponse au  les allégations contenues dans la plainte et les deux parties sont susceptibles de déposer des requêtes auprès du tribunal par la suite pour informer le tribunal du bien-fondé des réclamations du Comité des avocats.  Une décision pourrait venir du tribunal dès le printemps de l'année prochaine.

Campagne de la loi sur la liberté d'information du Comité des avocats

La loi fédérale sur la liberté de l'information (FOIA) autorise les poursuites pour obliger les agences fédérales à produire des documents indûment retenus aux citoyens qui en font la demande.  Le FOIA est un outil important pour promouvoir la transparence concernant le 11 septembre.  Pour que les victimes du 11 septembre prévalent dans les litiges fédéraux concernant les crimes du 11 septembre, elles doivent avoir accès à autant de dossiers du gouvernement, y compris les dossiers du FBI et de la CIA, concernant les événements du 11 septembre, et  concernant les auteurs potentiels et les aides et les complices, dans la mesure du possible.  Le public et le Congrès ont également besoin de voir, et ont le droit de voir, ces mêmes documents afin que des mesures appropriées puissent être prises pour empêcher que de tels crimes horribles ne se reproduisent.  Ce n'est que lorsque de tels crimes, et tous leurs auteurs, seront pleinement compris, que cette histoire tragique ne pourra plus se répéter et que justice sera rendue.  À cette fin, le Comité des avocats poursuit plusieurs poursuites judiciaires contre la FOIA, des recours administratifs contre la FOIA et des demandes de la FOIA.

Le Comité des avocats a jusqu'à présent déposé trois poursuites devant les tribunaux fédéraux, toutes en cours, devant le tribunal de district des États-Unis pour le district de Columbia en vertu de la FOIA afin d'obtenir les dossiers des agences fédérales concernant la démolition des bâtiments du WTC le 9/11.  Ces poursuites en cours visent à obtenir toutes les données brutes collectées lors de l'étude de performance des bâtiments de l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) (cas n ° 1: 15-cv-01991), à obtenir des enregistrements d'entretiens réalisés par le National Institute of Standards and Technology (NIST).  avec les premiers intervenants au cours de 2003-2004 (cas n ° 1: 19-cv-01070), et l'obtention de données WTC7 sur les mesures de la colonne 79 (la colonne 79 est l'endroit où le NIST prétend que l'effondrement du bâtiment 7 a commencé) (cas n ° 1: 19-cv-  01182).  Le Comité des avocats poursuit également activement un appel dans le cadre d'un procès ouvert par le New Jersey (NJ) Open Public Records Act (OPRA) devant les tribunaux du NJ, qui vise à obtenir des dossiers, y compris des photographies liées à l'arrestation le 9/11 d'individus auxquels le FBI fait référence.  en tant que «High-Fivers». En outre, le Comité des avocats a joué un rôle clé en soutenant l'avocat David Meiswinkle (à titre personnel) dans la poursuite des dossiers du 11 septembre concernant l'accident du vol 93 près de Shanksville, en Pennsylvanie.  La demande de dossier de l'avocat Meiswinkle et l'appel subséquent ont conduit à une médiation qui a ensuite conduit à deux visites sur place de l'avocat Meiswinkle, du directeur exécutif du comité des avocats et du directeur du contentieux Mick Harrison au bureau du coroner près de Shanksville où de volumineux dossiers du 11 septembre ont été conservés.  En conséquence, le Comité des avocats a obtenu de nombreux dossiers du 11 septembre non disponibles concernant l’incident de Shanksville et les victimes du vol 93.

Le Comité des avocats prévoit une campagne plus complète de la FOIA pour obtenir les dossiers des organismes gouvernementaux liés à tous les domaines clés de l'enquête du Comité des avocats sur le 11 septembre, y compris le financement et l'assistance aux pirates de l'air présumés ou à d'autres auteurs ou planificateurs des crimes du 11 septembre.  , l'incident du Pentagone, l'incident de Shanksville et les fautes potentielles du FBI et d'autres agences liées au 11 septembre.  Le Comité des avocats, si les ressources disponibles le permettent, intentera plusieurs autres procès FOIA concernant les dossiers du gouvernement dans chacun de ces domaines d'enquête du 11 septembre qui ont été retenus par diverses agences, y compris le FBI, le DOD et les agences de sécurité nationale et de renseignement.

Enquêtes multifocales du Comité des avocats sur le 11 septembre et nouvelles pétitions du grand jury

En plus de notre enquête en cours sur ce qui s'est passé au WTC le 11 septembre, le Comité des avocats ouvre, dans les limites des ressources disponibles, des enquêtes, y compris des enquêtes sur le terrain et des entretiens avec des témoins, concernant plusieurs aspects majeurs du 911, y compris la  Pentagone, Shanksville, et inconduite potentielle du gouvernement et entrave à la justice.  Ces nouvelles enquêtes du Comité des avocats comprendront un effort pour développer et préserver les dépositions des témoins, y compris par des dépositions et des affidavits volontaires, et pour obtenir et conserver des preuves matérielles liées aux aspects clés du 11 septembre.  Le public sera invité à contribuer à ces nouvelles enquêtes.  Une fois terminé, en fonction des résultats de ces nouvelles enquêtes, le Comité des avocats prévoit que des pétitions supplémentaires pourraient être soumises à un ou plusieurs avocats américains pour des soumissions de preuves supplémentaires à de grands jurys spéciaux liés à Shanksville, au Pentagone et à l'inconduite / obstruction du gouvernement.  Justice.

Autres enquêtes et actions en justice potentielles par le Comité des avocats

Le Comité des avocats évalue également la faisabilité que le Comité des avocats prépare et soumette des pétitions et des témoignages aux comités et sous-comités compétents du Congrès à l'appui d'un effort d'enquête et de contrôle formel du Congrès sur les questions clés du 11 septembre.  Le Congrès a le pouvoir de superviser le FBI et d'autres agences fédérales, ainsi que le pouvoir de citer à comparaître le FBI, la CIA et d'autres documents liés au 9/11 et les témoignages de responsables clés du gouvernement.  Les autres actions en justice et enquêtes du Comité des avocats décrites ci-dessus visent à produire à la fois des informations suffisantes pour éclairer ces efforts d'enquête du Congrès et à motiver ces efforts d'enquête par le Congrès.  En mettant en œuvre des stratégies juridiques axées sur les trois branches du gouvernement, le Comité des avocats entend créer une synergie permettant à chaque action de renforcer et de faciliter les autres.

Bien qu'aucune de ces actions légales et d'enquête ne puisse, à elle seule, révéler la pleine vérité du 11 septembre et rendre justice aux familles et rendre des comptes au nom du public, l'utilisation de toutes les actions et enquêtes judiciaires ci-dessus maximise la  potentiel pour atteindre ces objectifs louables.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#185 15-12-2019 02:54:40

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Lorsque cela va devenir trop serré pour le gouvernement,la marionnette Trump va signer un autre ''executive order'' pour interdire de mettre en doute la VO du 11 septembre 2001,comme il l'a fait cette semaine pour le monde étudiant des universités,collèges,campus, qui osaient critiquer Israël, ses politiques d'expansion et son pouvoir démesuré sur le Congres américain, et cela, en pleine contradiction avec la constitution américaine et le 1er amendement.
Le premier amendement de la Constitution des États-Unis d'Amérique fait partie des dix amendements ratifiés en 1791 et connus collectivement comme la Déclaration des Droits (Bill of Rights). Il interdit au Congrès des États-Unis d'adopter des lois limitant la liberté de religion et d'expression, la liberté de la presse ou le droit à « s'assembler pacifiquement ». https://fr.wikipedia.org/wiki/Premier_a … 9tats-Unis
On revient à une vieille discussion,celle de la force brute contre la force de la vérité.
Nous devons garder la foi.cool

Hors ligne

 

#186 17-12-2019 04:13:42

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Ha là va falloir qu'il se passe quelque chose.Nous sommes au seuil de 2020 et voici la ''vérité'' Wikipédia.C'est la totale.Aucun décoiffement,aucune ride,une version originale qui,même après 19 ans,n'a pas pris un pli.Et Assange qui n'a pas droit à ses avocats ni à ses documents pour se défendre. Le Crime organisé est au pouvoir.
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Les attentats du 11 septembre 2001 (communément appelés 11 Septembre, ou 9/11 et Nine eleven en anglais) sont quatre attentats-suicides perpétrés le même jour aux États-Unis, en moins de deux heures, entre 8 h 14 et 10 h 3, par des membres du réseau djihadiste Al-Qaïda1, visant des bâtiments symboliques du nord-est du pays3 (dont le World Trade Center déjà attaqué en 1993) et faisant 2 977 morts. L’opération Bojinka est considérée comme un plan précurseur de ces attentats, commis deux jours après l'attentat-suicide ayant tué le commandant Ahmed Chah Massoud.

Au matin du mardi 11 septembre 2001, dix-neuf terroristes détournent quatre avions de ligne. Deux avions sont projetés sur les tours jumelles du World Trade Center (WTC) à Manhattan (New York) et un troisième sur le Pentagone, siège du département de la Défense, à Washington, tuant toutes les personnes à bord et de nombreuses autres travaillant dans ces immeubles. Les deux tours (dont les sommets culminent à un peu plus de 415 m de hauteur) s'effondrent moins de deux heures plus tard, provoquant l'anéantissement de deux autres immeubles4. Le quatrième avion, volant en direction de Washington, s'écrase en rase campagne à Shanksville, en Pennsylvanie, après que des passagers et membres d'équipage, prévenus par téléphone de ce qui se passait ailleurs, ont essayé d'en reprendre le contrôle. 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Attentats … embre_2001

Hors ligne

 

#187 21-12-2019 19:34:27

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Encore une fois le Commissaire aux incendies de New York réaffirme l'importance d'avoir des représentants des pompiers dans cette réouverture de l'enquete sur les attentats du 11 septembre 2001.

NY Fire Commissioner Christopher Gioia in NYC December 11, 2019 https://www.youtube.com/watch?v=Twcv9ey … =emb_title

Hors ligne

 

#188 22-12-2019 03:33:20

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

James Corbett revient sur la raison officielle ayant permis de déclencher l'invasion de l'Afghanistan par les E.U.  et autres pays alliés des ricains fin 2001. À partir de la 28eme minute,il revient sur le rapport Taylor,remis en secret et classifié immédiatement,ayant servi de prétexte à l'invasion.Après avoir réussi beaucoup plus tard à faire déclassifier ce document,on se rend compte qu'il n'y a rien là dedans justifiant l'invasion d'un pays souverain.
J’espère que les juristes en prendront bonne note également dans le volet CUI BONO?
The Afghanistan Papers Are Establishment Whitewash BS
https://www.youtube.com/watch?v=Cb8Wn6b … e=emb_logo

Dernière modification par kidkodak (22-12-2019 03:34:41)

Hors ligne

 

#189 13-01-2020 15:03:14

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Nouvelle entrevue de Dave Meiswinkle et Mick Harrison par Christopher Irons du site Quoth the Raven .Débute à 6min. 10sec. (audio seulement et en anglais)
Quoth the Raven | Christopher Irons Interviews The Lawyers' Committee for 9/11 - January 10, 2020
https://www.youtube.com/watch?time_cont … =emb_title

Hors ligne

 

#190 13-01-2020 15:55:01

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Merci Kidkodak.
Dis-nous un peu ce qu’ils disent ? In French please wink


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#191 13-01-2020 23:10:24

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Impossible de résumer 1hre 43min ici.Quelques grandes lignes:à les entendre parler,ils referaient l'enquëte au complet,pas seulement  le WTC.
Deux points également sur lesquels ils ont insisté(en plus de l'effondrement du WTC 7),sont les appels téléphoniques en vol et les explosions dans les sous sols du WTC avant impact de l'avion.Ils ont plusieurs témoins à leur disposition.

Hors ligne

 

#192 21-02-2020 15:15:16

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Richard Gage parle(sur le site de  Press For Truth)du rapport du Dr. J Leroy Hulsey complet qui sortira  dans 1 mois et qui invalidera complétement le rapport du NIST,avec toutes les mesures de publications qui s'en suivront aux E.U. et partout à travers le monde. https://www.youtube.com/watch?v=27UXE6h … =emb_title
Il parle aussi du film qui sortira bientot sur ce sujet,film réalisé par Dylan Avery(Losse Change).La coordination des deux évenements à l'échelle mondiale devrait obliger les autorités à aborder le sujet publiquenent.
À moins que ces dirigeants de l'ombre à l'origine du 11 septembre, jamais incommodés jusqu'ici, ne partent une guerre contre l'Iran qui se propagera à tout le Moyen- Orient et peut-être plus.

Dernière modification par kidkodak (21-02-2020 15:17:54)

Hors ligne

 

#193 21-02-2020 17:50:20

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1819

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Ils ont le dos au mur, si ce rapport - au moins s'il est aussi prometteur que ce que tu en dis - sort, c'est l'empire étasunien qui implose. En dehors de la guerre contre l'Iran où ils savent qu'ils vont ramasser grave, la solution serait sans doute quelques brebis galeuses jetées en pâture aux foules, si possible vieilles et malades, donc à traiter malgré tout avec précaution !

Hors ligne

 

#194 22-02-2020 18:29:22

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Entretient intéressant sur FreeFall avec les avocats du commité des juristes.Je l'ai passé dans le moulin à traduire mais pour ceux qui veulent l'entendre en version originale anglaise voici le lien:
https://www.youtube.com/watch?v=e84FnYG … =emb_title
Les embuches commencent parce qu'on commencent à parler des vraies affaires.

Le Grand Jury et les poursuites judiciaires contre le FBI entrent dans une nouvelle phase : Entretien avec Mick Harrison et John O'Kelly
  AE911Vérité
    21 février 2020

Dans l'épisode de cette semaine de Free Fall sur le 11 septembre, l'animateur Andy Steele est rejoint par Mick Harrison et John O'Kelly du Comité des avocats pour l'enquête sur le 11 septembre pour discuter des derniers développements dans deux affaires majeures : la requête pour une enquête du grand jury fédéral, que le Comité des avocats a déposée pour la première fois en avril 2018, et le procès de la Commission de révision du 11 septembre du FBI déposé en mars dernier.

Le Comité des avocats et ses co-plaignants se trouvent à un moment critique dans les deux cas. Dans la première, ils sont sur le point d'engager une bataille juridique avec le procureur américain Geoffrey Berman pour savoir s'il est tenu de divulguer certaines informations concernant la manière dont son bureau a traité la requête du grand jury et sur son obligation légale de présenter cette requête à un grand jury spécial. Dans ce dernier cas, ils interjetteront bientôt appel de la récente décision de la Cour de district de Washington, D.C., selon laquelle les plaignants - dont Bob McIlvaine, membre de la famille du 11 septembre - n'ont pas qualité pour engager des poursuites contre le FBI.

Nous vous invitons à écouter ou à lire ci-dessous une mise à jour détaillée de M. Harrison et M. O'Kelly.

Andy Steele :

Je suis heureux d'être rejoint par mes estimés invités aujourd'hui. Le premier est Mick Harrison. Mick est le directeur du contentieux de la Commission des avocats pour l'enquête sur le 11 septembre. C'est un avocat d'intérêt public. Il est diplômé summa cum laude de la faculté de droit de l'université du district de Columbia. Il a une pratique nationale axée sur les affaires qui concernent la protection des dénonciateurs, la responsabilité du gouvernement, la fraude et les fausses déclarations des entreprises, et les dangers pour la santé publique ou l'environnement. Nous l'avons suivi tout au long de ces deux affaires, et la lutte a été longue. Mais nous allons de l'avant. Et nous rencontrons tout ce qui se présente sur notre chemin. Et quand je dis nous, je veux vraiment dire eux. Je vous apporte simplement la nouvelle. Mais Mick, bienvenue dans l'émission.

Mick Harrison :

Merci beaucoup. C'est bon d'être ici.

Andy Steele :

Et il est rejoint aujourd'hui par John O'Kelly. John est un nouveau membre du conseil d'administration du Comité des avocats. Et c'est la première fois que je le rencontre moi-même ici. Nous allons donc apprendre à connaître un peu John au début de cet épisode. Alors John, merci d'avoir pris les devants et d'avoir servi non seulement la communauté de la vérité sur le 11 septembre, mais aussi toute l'Amérique. Alors merci pour cela et bienvenue à la chute libre du 11 septembre.

John O'Kelly :

Oh, c'est génial d'être ici. C'est génial d'être ici. Un peu sur moi. Vous voulez que je dise quelque chose ?

Andy Steele :

S'il vous plaît. C'était ma première question. Alors, s'il vous plaît, dites-nous en plus sur votre parcours.

John O'Kelly :

Je suis un avocat de New York dans le comté de Nassau maintenant. J'ai grandi dans le Queens. Admis au barreau depuis environ 35 ans. J'ai travaillé pour la défense et pour les plaignants dans le cadre de litiges commerciaux et de préjudices corporels, principalement dans la région de New York. J'ai suivi le 11 septembre depuis la seconde où il s'est produit. J'étais conscient que ce n'était pas ce que le gouvernement décrivait dès le début. Mais je n'ai pas été formellement impliqué, sauf occasionnellement avec AE911Truth, à quelques reprises avec leur campagne de pétition à New York pour mettre sur le bulletin de vote la résolution d'avoir une véritable enquête que, bien sûr, les tribunaux ont rejetée après avoir invalidé certaines signatures.

Je me suis réengagé ici quand j'ai vu la résolution de Franklin Square. Franklin Square n'est qu'à quelques quartiers de la mienne. Je suis heureux de la voir. J'ai vu une opportunité : Peut-être qu'on peut briser le barrage ici. Et je me suis impliqué dans la pétition actuelle devant le District Sud.

Andy Steele :

C'est incroyable. Et ce qui est si étonnant pour moi, c'est que cela prouve vraiment toute cette histoire ou cette légende sur les ailes de papillon. On dit qu'un papillon qui bat des ailes quelque part peut provoquer un ouragan dans une autre partie du monde. Je ne sais pas si c'est scientifiquement exact. Mais je comprends que ce qu'il essaie de dire, c'est qu'une chose influence l'autre. Et vous n'avez aucune idée de la personne à qui vous vous adressez lorsque vous parlez de ces preuves. Et j'ai été réveillé parce que quelqu'un avait décidé de télécharger une vidéo sur le 11 septembre sur un site web, un peu comme YouTube - je n'existe plus. Elle n'a évidemment pas survécu à la grande bataille pour la vie ici dans le monde de l'internet. Mais quelqu'un l'a mise en ligne. À deux heures du matin, je suis tombé sur cette vidéo en pensant que c'était autre chose. Et me voilà. Et parce que Chris Gioia a mené cet effort à Franklin Square et au Munson Fire District, vous êtes là. Vous êtes impliqué. Et donc je veux dire aux autres, diffusez vos informations, faites votre travail de militant. Même si vous ne savez pas à qui vous vous adressez, vous pourriez avoir un impact énorme sans même le savoir. C'est donc formidable pour moi de l'entendre. C'est la preuve de ce que je viens de dire.

Eh bien, John, je demande toujours cela à chaque invité la première fois qu'il vient ici. Où étiez-vous quand vous avez appris que nous étions attaqués aujourd'hui ?



John O'Kelly :

Oh, bien sûr. J'étais à la maison. Nous avons reçu un appel de ma soeur nous parlant du premier avion qui a frappé. J'ai allumé la télévision.
J'ai vu le deuxième avion qui a frappé. Et le premier avion qui a frappé, j'ai pensé "Terrorisme". Le deuxième avion qui a frappé, j'ai dit "CIA". Mon frère est avec les pompiers. Il a pris sa retraite en tant que chef récemment. Donc nous étions inquiets de savoir où il était. J'ai aussi une soeur qui avait son bureau dans la tour sud. Heureusement, elle venait de descendre du bus pour le pont de Brooklyn quand le deuxième avion a frappé. Elle n'était donc pas dans son bureau à ce moment-là. Ils avaient une réunion à 10 heures moins le quart ce matin-là. Elle n'était pas là-haut à ce moment-là. Heureusement, elle a été épargnée. Bien qu'un de ses collègues qui était là-haut à ce moment-là soit mort.

Andy Steele :

C'est terrible. Et surtout dans une région comme New York City. Vu le nombre de personnes qui sont mortes dans les tours ce jour-là, c'est comme si tout le monde connaissait quelqu'un, même si c'était une sorte de situation à deux vitesses. Il pouvait s'agir d'un ancien colocataire de l'université ou de quelqu'un avec qui ils avaient travaillé. Cela montre donc vraiment comment cette tragédie a touché tant de gens.

Très bien, nous sommes ici aujourd'hui pour une raison, cependant. Parce qu'il y a eu des développements sur les deux fronts. Nous avons la requête du grand jury qui a été déposée et nous avons aussi le procès du FBI, qui ont tous deux été présentés dans cette émission. Et chaque fois qu'il y a un nouveau développement, nous voulons en parler à nos supporters. Nous faisons venir Mick Harrison et un autre membre du conseil d'administration du comité des avocats pour en parler, afin que vous soyez ici, impliqués dans ce que nous faisons. Quand je dis "vous", je parle au public parce que nous voulons être totalement transparents et divulguer entièrement ce qui se passe avec les procès que vous aidez à financer.

Andy Steele :

Donc, dans un souci de clarté, nous allons en prendre un, puis nous allons parler de l'autre. Nous allons commencer et parler pendant un certain temps de la requête du grand jury. Mick, au cas où il y aurait des nouveaux venus dans ce mouvement, dans l'émission, pouvez-vous d'abord rappeler à notre public en quoi consiste la pétition du grand jury et quelles mesures ont été prises jusqu'à présent pour nous amener à ce point ?

Mick Harrison :

Oui. Le comité des avocats a préparé une pétition d'une cinquantaine de pages à l'attention du procureur du district sud de New York. Elle a été déposée en juillet 2018, je crois. L'objectif de cette pétition, à laquelle était jointe une quantité considérable de preuves scientifiques qui ont été contestées par des architectes, des ingénieurs et d'autres scientifiques indépendants concernant la démolition des tours du Trade Center et du Building Seven le 11 septembre, était d'amener le procureur à transmettre toutes ces preuves à un grand jury spécial fédéral et de faire en sorte que le grand jury enquête, pour la première fois, sur ces preuves très convaincantes et, comme nous le disons, juridiquement déterminantes de l'utilisation d'explosifs au Trade Center le 11 septembre.

Pour ceux qui n'ont jamais entendu parler de cela auparavant et qui ne s'en rendent peut-être pas compte, il existe une loi fédérale qui stipule qu'un procureur américain, où qu'il se trouve, recevant un rapport d'un citoyen sur un crime fédéral, doit transmettre l'information sur ce crime à un grand jury spécial. La loi ne précise pas ce qui se passe ensuite. Ce sont les autres devoirs imposés au grand jury d'enquêter sur les crimes de manière approfondie et au procureur d'enquêter sur tout crime fédéral, bien entendu.

Mick Harrison :

Mais le principal devoir obligatoire est que les preuves doivent être remises au grand jury spécial pour qu'il en fasse ce qu'il juge approprié. L'objectif était donc assez simple pour cette pétition. Mettre les preuves entre les mains de 16 à 21 citoyens ordinaires assignés à un grand jury spécial avec tout le pouvoir d'assignation - le pouvoir d'accorder éventuellement l'immunité, peut-être par l'intermédiaire du bureau du procureur américain ; de mener des enquêtes ; de faire venir des témoins ; d'acquérir des documents ; et même de faire, s'ils le souhaitent, des analyses de laboratoire et des choses de ce genre.

Nous voulions donc lancer ce processus. Nous ne pouvons pas contrôler où cela va, mais nous voulions que cela commence. À notre grande surprise - mais ce fut une agréable surprise - après avoir déposé cette requête, nous avons reçu une lettre du bureau du procureur américain. L'un des assistants du procureur, Michael Ferrara, et un autre de ses collègues ont signé la lettre. Et ils ont dit : Nous avons reçu vos soumissions en juillet - je pense qu'avril était le mois le plus ancien, qui était la pétition et la pétition modifiée - et nous nous conformerons à la loi fédérale spéciale sur le grand jury en ce qui concerne vos soumissions.

Et nous avons pris cela comme signifiant à peu près ce qu'elle dit littéralement : que l'exigence de la loi spéciale sur le grand jury selon laquelle le procureur américain doit remettre à un grand jury les preuves qui lui ont été données sur un crime fédéral, allait en fait s'appliquer dans notre cas. Et nous avons pris cela comme un développement positif. Mais comme nous n'avons plus eu de nouvelles pendant quelques mois, nous avons appelé le bureau du procureur et avons parlé avec M. Ferrara, qui a eu la gentillesse de prendre notre appel. Nous lui avons simplement demandé quel était le statut de notre pétition et si les preuves avaient été fournies au grand jury.
Il nous a dit que, malheureusement, il n'avait pas l'impression de pouvoir nous dire quoi que ce soit sur le statut en raison de cette règle fédérale de procédure pénale, la règle six, qui impose dans une certaine mesure le secret concernant les procédures du grand jury. Il y a, je pense, une différence d'opinion quant à l'étendue de ce secret. Donc Dave Meiswinkle et moi avons discuté avec lui et nous lui avons dit en gros : "Écoutez, nous essayons d'éviter d'avoir à intenter un procès en mandamus devant la cour fédérale à ce sujet. Y a-t-il autre chose que vous pouvez nous dire qui pourrait nous aider à éviter d'intenter cette poursuite ? Ce que nous voulons vraiment savoir, c'est que le grand jury a reçu les documents ?" Et il a dit : "Non, je ne peux rien vous dire de plus."

C'est pourquoi, malheureusement, nous avons été obligés d'intenter une action en justice devant le tribunal fédéral du district sud de New York. Et c'est le procès que John O'Kelly nous aide à mener à bien. Nous avons beaucoup de chance d'avoir John comme co-conseil sur cette affaire. Cette affaire est en cours depuis un certain temps déjà. Le but de cette affaire est assez simple. Il y a deux composantes. Le premier est que nous voulons que le procureur américain nous révèle ou révèle au tribunal - au public, espérons-le - que nos preuves ont été données au grand jury sur la démolition des bâtiments du Trade Center le 11 septembre. Ou bien il ne l'a pas fait. Quoi qu'il en soit, nous voulons savoir.

Et si la réponse est la dernière - que les preuves n'ont pas été données au grand jury - alors la deuxième partie de notre procès sera active. Sinon, elle serait sans objet. Mais la deuxième partie l'est : Si le procureur n'a pas respecté la loi sur le grand jury, nous voulons que la cour ordonne qu'il en soit ainsi. Cela signifie que nous voulons une ordonnance du tribunal exigeant du procureur américain qu'il remette notre requête et les preuves que nous avons soumises au grand jury spécial. C'est donc l'objet de ce procès. Et si vous êtes prêts, je peux vous dire où en est le procès, mais vous avez peut-être des questions.

Andy Steele :

Pas vraiment. Je veux juste que tout le monde connaisse le contexte parce que je suis conscient que nous accueillons toujours de nouvelles personnes. C'est là où nous en étions, alors s'il vous plaît, partagez ce nouveau développement avec notre public.

Mick Harrison :

Très bien. Alors, John, voulez-vous expliquer l'historique de la procédure ou dois-je le faire ?

John O'Kelly :

Non, vous pouvez, Mick.

Mick Harrison :

Ok, donc la version courte, Andy, c'est qu'une fois que nous avons déposé la plainte pour mandamus au tribunal du district sud de New York, le gouvernement a eu 60 jours pour y répondre. Et normalement, la réponse est une réponse paragraphe par paragraphe à chaque allégation de la plainte, soit en admettant soit en niant chaque allégation. Toutefois, dans le cas présent, au lieu de faire cela, ce qui, je pense, aurait mieux servi l'intérêt public, ce que le gouvernement, dans sa sagesse, a choisi de faire, c'est de déposer une lettre d'information, une lettre de motion, auprès du juge local de la Cour de district des États-Unis, demandant une conférence, selon la procédure locale, avant qu'ils ne déposent ce qu'ils prévoient de déposer, à savoir une motion de rejet de notre plainte pour des raisons de procédure, sans se demander si nous avons raison ou tort quant à leurs devoirs et à leur respect.

John et moi avons répondu à la motion de la lettre du gouvernement par une lettre d'information de notre part. Les deux parties sont donc maintenant présentées devant la Cour de district des États-Unis. Ce que j'appellerais l'essentiel de l'argument anticipé du gouvernement est que nous n'avons pas la qualité pour intenter ce procès et que la loi que nous essayons de faire appliquer n'est pas vraiment applicable par les citoyens. Et même si elle l'était, il n'y a pas d'obligation imposée au gouvernement. C'est donc la version courte de la position du gouvernement. Ils ont pris soin de dire qu'ils ne disaient pas dans leur lettre au juge qu'ils n'avaient pas donné notre preuve au grand jury et qu'ils ne disaient pas qu'ils l'avaient fait.

Ce qu'ils disaient, c'est que nous n'avions pas le droit de le découvrir, en gros, par ce procès. Nous avons donc répondu et avons dit en gros le contraire : Que nous avons qualité pour agir. Il y a en fait une affaire dans le district sud de New York où quelqu'un a déjà fait cela auparavant et a soumis à un procureur américain des preuves qu'il voulait donner au grand jury, et cela n'a pas été fait. Cette personne a donc intenté un procès, et le tribunal de district a en fait conclu, dans une décision très bien analysée, que le citoyen qui avait signalé le crime avait qualité pour intenter un procès afin de faire respecter l'obligation de présenter les preuves au grand jury. Nous avons donc expliqué cela au juge dans notre brève lettre d'information, et [expliqué] que la loi était applicable en vertu de deux lois fédérales différentes.

L'une était la loi sur les procédures administratives, qui permet aux citoyens de poursuivre une agence fédérale qui ne remplit pas une obligation légale ou qui retarde de manière déraisonnable l'action qui lui est demandée par la loi.

Nous avons également engagé des poursuites en vertu de la loi fédérale sur le mandamus, qui permet aux citoyens de poursuivre les fonctionnaires fédéraux pour manquement à une obligation légale. Le juge a examiné les deux dossiers et a ensuite annulé la conférence de statut prévue. Il n'a pas dit pourquoi il l'avait annulée, mais je suppose qu'il a obtenu des réponses à ses questions par les deux voies officielles.Il est donc maintenant essentiellement délivré un ordre de briefing - un calendrier de briefing.

Le gouvernement prévoit donc de déposer sa motion officielle de rejet dans une dizaine de jours. Le tribunal nous a donné un délai assez court pour répondre - seulement sept jours. Et je pense que la raison de ce court délai est que nous avons dit à la cour que nous prévoyions de déposer une plainte modifiée après le dépôt de la motion de rejet, ce qui est notre droit selon les règles de procédure fédérales. Et cela ajouterait, nous l'espérons, de nouveaux plaignants, y compris un ou plusieurs membres de la famille du 11 septembre. Nous espérons en fait que Architects & Engineers [pour la vérité sur le 11 septembre] se joindra à nous dans ce procès. Actuellement, Richard Gage est déjà co-demandeur. Mais nous espérons que [le juge] envisagera [de l'ajouter] en tant qu'organisation.

Ensuite, nous allons renforcer nos allégations permanentes, probablement soumettre des déclarations sous serment pour soutenir notre position plus clairement au profit du juge, et articuler aussi clairement que possible nos revendications juridiques. Une fois que nous aurons déposé cette plainte amendée, elle sera essentiellement à l'origine de la motion de rejet que le gouvernement aura déjà déposée à ce moment-là, parce que nous avons le droit d'amender, et l'amendement remplace l'original. Donc, comme la première motion du gouvernement visait la plainte initiale, elle devient maintenant sans objet. Et le gouvernement doit déposer une nouvelle motion s'il le souhaite.


[Le gouvernement] n'est pas obligé de le faire, mais nous prévoyons qu'il le fera probablement. Mais une fois qu'ils auront lu notre plainte modifiée, s'ils estiment toujours, dans leur propre esprit, que leur position et autres arguments sont corrects, ils déposeront probablement une nouvelle motion de rejet. À ce moment-là, nous déposerons notre opposition. Et finalement, nous obtiendrons une décision du tribunal du district sud de New York sur la question de savoir si nous avons le droit ou non de poursuivre ce procès.

Si nous avons ce droit, cela deviendra très vite intéressant, car le gouvernement devra répondre au fond de nos allégations concernant son devoir de présenter les preuves au grand jury et s'il l'a fait ou non, ce qu'il ne semble pas vouloir divulguer. Si le tribunal de district décide que nous n'avons pas le droit de poursuivre cette action en justice, nous ferons alors appel devant la Cour d'appel américaine pour le deuxième circuit et nous verrons si la Cour d'appel peut établir notre droit de poursuivre. Voilà donc où en est cette affaire pour le moment.

Andy Steele :

Maintenant, je veux juste clarifier les choses pour notre public, parce qu'il y a beaucoup de discussions en jargon juridique, et cela peut devenir un peu confus : C'est seulement en ce qui concerne le procès en mandamus. La requête du grand jury elle-même n'a pas été rejetée. Il s'agit seulement de votre tentative de faire en sorte que le bureau du procureur américain révèle s'il en fait ou non usage. Est-ce exact ?

Mick Harrison :

C'est tout à fait exact. C'est un bon point. Que nous ayons ou non le droit d'intenter un procès en mandamus pour connaître l'état d'avancement de la procédure du grand jury, la procédure du grand jury a déjà été lancée par notre requête initiale. Elle pourrait donc, à notre connaissance, se dérouler à plein régime. Malheureusement, nous ne le savons pas. Mais que ce soit le cas ou non, notre droit de présenter des preuves est... Je pense que personne ne le conteste, même pas le gouvernement. Leur seul argument est de savoir ce qu'ils sont obligés de faire une fois que nous les avons présentées.

Nous ne savons donc pas si la procédure du grand jury est en cours, mais même si nous perdons le procès en mandamus, ce qui, je pense, est le but de votre clarification, la requête du grand jury ira toujours où elle ira.

Andy Steele :

Très bien. Je veux juste que cela soit établi avec le public. C'est juste vous qui essayez de forcer le procureur à vous dire ce qu'il en est. Et ce n'est pas comme si vous demandiez à être présent dans la salle au moment où ils présentent la pétition. Nous voulons juste savoir s'ils font leur travail. S'ils suivent ce qu'ils ont dit qu'ils allaient faire dans cette lettre initiale.

Maintenant, l'un ou l'autre d'entre vous est libre d'intervenir sur cette question : Quels sont certains des motifs invoqués par le procureur américain contre cette action en mandamus ? J'aimerais en particulier vous entendre : Quelle est votre réponse à cette question ?

Mick Harrison :

Ok, John, vous voulez choisir votre préféré ?

John O'Kelly :

Eh bien, ce serait principalement l'argument permanent. Vraiment, je pense qu'ils ne considèrent pas l'organisation comme une personne ayant un intérêt suffisamment concret dans l'affaire pour intenter un procès. Pour moi, la qualité pour agir est une doctrine militarisée. Si vous êtes favorisé, ils considèrent que vous avez la qualité pour agir. Si vous n'êtes pas favorisé, vous n'avez pas qualité pour agir.

Ou pour des raisons politiques : Les tribunaux ne cherchent pas à faire plus d'affaires. Ils ont déjà trop d'affaires en cours. Une façon de limiter le nombre d'affaires est donc de constater l'absence de qualité pour agir dans certains cas pour des raisons politiques. Et je pense que c'est l'un de ces domaines, car ils craignent que s'ils ouvrent les portes pour nous permettre d'introduire la requête du grand jury et de la forcer à être entendue, vous aurez beaucoup de plaignants font de même. C'est similaire aux statuts de la RICO, que le Second Circuit décourage toujours au maximum.

C'est donc un problème permanent. Et pour y remédier, nos meilleurs arguments en faveur de la qualité pour agir seront davantage de plaignants qui ont été directement blessés ou dont des membres de la famille ont été tués dans les attentats. Ce serait notre meilleur argument. Donc s'il y a des membres de la famille ou des personnes qui ont été blessées - et il y en a encore. Il y a beaucoup de pompiers et d'autres personnes qui souffrent encore de cancers et de différentes blessures à l'heure actuelle. Certains d'entre eux ne l'ont découvert que ces dernières années. Ces personnes pourraient être nos plaignants.

Je pense que ce sera le cas, c'est l'argument principal. C'est le champ de bataille.

Mick Harrison :

Très bien. Je vais ajouter un peu à ce que John dit au sujet de la qualité pour agir, puis il y a quelques autres points que vous voudrez peut-être connaître en ce qui concerne les arguments du gouvernement - des points qui ne sont pas aussi centraux que l'argument de la qualité pour agir. Pour ceux d'entre vous qui n'ont pas fait d'études de droit et qui se demandent sur quoi porte toute cette controverse sur la qualité pour agir : La version courte est que la Constitution donne aux tribunaux le droit de décider ce que l'on appelle "les affaires et les controverses". Au fil des ans, la Cour suprême a déterminé que cela signifiait de véritables litiges, entre de vraies personnes, sur des choses qui comptent. Au fil des ans, elle a décortiqué cette question et, malheureusement, elle est devenue de plus en plus exigeante quant au type d'affaires que les tribunaux ont le pouvoir de trancher. En d'autres termes, qui a qualité pour saisir le tribunal de son litige.

En gros, ils disent que vous devez être affecté d'une manière ou d'une autre par ce dont vous vous plaignez. Par exemple, si vous vous plaignez d'une violation d'une loi fédérale, ce qui est notre cas, que c'est le genre de loi dont le Congrès voulait vous faire bénéficier, et que vous avez été lésé d'une manière ou d'une autre par cette non-conformité. Si les tribunaux estiment que vous avez été lésé et que vous entrez dans la zone que le Congrès voulait que les gens soient protégés par la loi, alors ils vous laisseront poursuivre votre action en justice - vous aurez alors qualité pour agir.

Et s'ils constatent que vous n'avez subi aucun préjudice légalement reconnaissable ou que vous n'appartenez pas au groupe que le Congrès voulait protéger par la loi, alors les tribunaux diront que vous n'avez pas qualité pour agir et que ce n'est pas le type d'affaire qu'ils ont le pouvoir d'entendre. C'est donc ce qui sous-tend toute cette affaire. Mais, comme le souligne John, la jurisprudence a évolué au cours des dernières décennies pour restreindre de plus en plus le droit des citoyens à intenter des procès. Vous voyez beaucoup de procès environnementaux rejetés par des associations à but non lucratif pour manque de fondement, etc.

Je suis d'accord avec John pour dire que la doctrine a été développée de manière trop restrictive. Et elle empêche essentiellement les citoyens de ce que j'appellerais demander réparation pour les torts du gouvernement par le biais des tribunaux. Et je pense que c'est en fait contraire à la Constitution. Un de ces jours, toute cette affaire pourrait faire l'objet d'une autre décision de la Cour suprême et, espérons-le, ouvrir davantage les tribunaux aux citoyens.

En attendant, nous avons affaire à des lois telles qu'elles existent. Maintenant, en plus de l'argument permanent, le gouvernement prétend que nous n'avons pas le droit d'appliquer la loi spéciale sur le grand jury parce que ce n'est pas une de ces lois qui crée ou implique un droit de poursuite. Le problème avec l'argument du gouvernement à ce sujet est que nous avons deux autres lois qui nous donnent le droit d'intenter des poursuites dans cette affaire. Je les ai mentionnées : La loi sur les procédures administratives et la loi sur le mandamus. Le gouvernement a donc tort sur ce point.

Et puis, ils soutiennent aussi, de manière quelque peu mystérieuse, que la loi sur le grand jury n'impose pas au procureur américain l'obligation de fournir des preuves rapportées par les citoyens à un grand jury. Presque tous les tribunaux ont examiné cette question, [bien qu'il y ait] quelques exceptions. Mais le second circuit, je pense que c'en est une, et le circuit de D.C. en est une autre. Et le District Sud de New York lui-même l'a examiné. Et ils ont tous dit oui, le devoir est obligatoire pour le procureur de transmettre les preuves au grand jury. La seule question est de savoir qui a le droit de faire appliquer la loi si ce n'est pas le cas. C'est donc la version courte de ce que le gouvernement soutient.

Andy Steele :

Il est fascinant pour moi, lorsque vous vous plongez dans le discours juridique, de voir comment ils ont essayé de rejeter cette affaire en se basant sur la question de la qualité pour agir. Je veux dire que pour un citoyen ordinaire, c'est comme si nous avions tous été affectés par le 11 septembre. Je sais que les choses ne sont pas aussi simples quand vous entrez dans une salle d'audience. Mais il est difficile de croire que vous puissiez vous retrouver dans une situation où la corruption est si importante - et vous pouvez le voir à la télévision avec les médias et vous pouvez le voir avec les politiciens qui refusent de faire quoi que ce soit - qu'il n'y a pas de recours si toutes les institutions sont si corrompues que vous ne pouvez pas passer par le FBI pour essayer d'obtenir justice sur ce point, vous ne pouvez pas passer par le Congrès, qu'il n'y a pas quelque chose pour que les gens apportent de nouvelles preuves que quelqu'un pourrait avoir sur une affaire aussi importante que celle-ci.

Maintenant, pourquoi croyez-vous que nous avons la qualité pour agir. Quel est votre argument ?

Mick Harrison :

Eh bien, c'est assez simple. Je vous encourage à lire cette décision du tribunal de district du district sud de New York. Elle retrace l'historique de la loi spéciale sur le grand jury qui impose cette obligation au procureur. Et il y a un historique clair de ce que le Congrès voulait faire lorsqu'il a adopté cette loi. C'était déjà le défaut en termes de citoyens qui essayaient de forcer un procureur à faire quelque chose que, en règle générale, les procureurs fédéraux ont le pouvoir discrétionnaire de décider s'ils appliquent une loi donnée, comment ils l'appliquent et quand ils l'appliquent. La question de savoir si c'est bon pour l'intérêt public ou non est une autre question. Mais cela a été la loi.

Mick Harrison :

Mais lorsque le Congrès a adopté la loi spéciale sur les grands jurys, il a clairement indiqué qu'il voulait supprimer le pouvoir discrétionnaire du procureur américain sur cette action particulière qui consiste, lorsqu'un citoyen signale un crime, à transmettre l'information à un grand jury spécial. Et le district sud de New York a bien fait les choses en rendant sa décision dans cette affaire appelée "In Re" : Grand Jury Spécial". Je pense que c'est en 1982, 1986, quelque chose comme ça qu'ils ont décidé cela. Et ils ont dit qu'il est clair que la loi impose le devoir. Il est clair que le Congrès avait l'intention de retirer au gouvernement son pouvoir discrétionnaire. Il est clair que ce devoir crée un droit qui revient au citoyen plaignant qui signale le crime et qu'il a le droit et la possibilité de le faire respecter lorsque ce devoir n'est pas respecté.

L'affaire fait l'objet d'une analyse plus convaincante que ce que je viens de dire, et je crois qu'elle est tout à fait correcte. Nous avons donc essentiellement adopté le raisonnement que ce tribunal particulier a rendu explicite dans une décision d'il y a une vingtaine d'années, qui, selon nous, est correcte. Et comme vous l'avez dit, presque tout le monde a subi les conséquences négatives du 11 septembre. Mais comme le dit John, les membres de la famille des victimes ont des répercussions particulièrement graves, ce qui devrait leur donner qualité pour agir. Et nous pensons que le comité des avocats et les architectes et ingénieurs ont des intérêts organisationnels uniques dans ce domaine. En tant qu'associations à but non lucratif qui tentent de faire éclater la vérité et d'obtenir une certaine transparence et responsabilité sur cette question, nous aurions également le droit de nous faire entendre en raison de nos intérêts organisationnels particuliers qui sont affectés par le secret.

C'est la version courte. Je ne sais pas, John, voulez-vous ajouter quelque chose à notre position ?

John O'Kelly :

Non, je veux faire un commentaire sur ce qu'Andy a dit plus tôt : Avec cette augmentation de la corruption, nous avons une relation inverse maintenant sur la position debout. Plus il y a de corruption, moins nous avons de standing. Et c'est quand nous en avons le plus besoin. Et il y a une raison à cela. La corruption va de pair avec la restriction de nos droits à demander réparation, je pense. C'est politique. En ce qui concerne la question de la qualité pour agir, Mick peut nous en dire plus à ce sujet. Mais il a déjà mentionné que nous ferons appel si notre demande est rejetée, et que cela mettra la question carrément devant le Second Circuit, et cela pourrait être intéressant.

Andy Steele :

Oui, ce sera le cas. Et je veux juste y revenir parce que j'ai oublié maintenant. Mais n'y a-t-il pas un délai dans lequel le bureau du procureur doit faire cela ? Doit-il soumettre cela au grand jury ? Quand ce délai a-t-il été fixé, et à quel point en sommes-nous proches ?

Mick Harrison :

Il n'y a pas de délai légal pour que le procureur américain fasse son travail en soumettant au grand jury les preuves d'un crime fédéral rapportées par les citoyens, ce qui, je pense que la loi dirait alors qu'elle crée implicitement un délai "raisonnable". Il ne s'agit pas d'un certain nombre de mois ou de jours ou quelque chose comme ça. Il est obligatoire de le faire, et en vertu de la loi sur les procédures administratives, s'il y a une exigence ou un devoir légal et qu'il n'est pas respecté à court terme, vous pouvez en gros poursuivre une agence gouvernementale ou un fonctionnaire pour ce qu'on appelle "une action de l'agence refusée ou retardée de manière déraisonnable".

Les tribunaux doivent alors décider de la réponse à votre question, qui est : Qu'est-ce qu'un retard déraisonnable ?

Andy Steele :

Eh bien, cela me semble si étrange qu'ils puissent mettre cela dans un trou noir et ne pas vous dire ce qu'il en est. Et maintenant, cela devient un problème à cause du procès en mandamus. La pression est donc sur eux. Et le mouvement pour la vérité sur le 11 septembre nous regarde. Tous ceux qui s'intéressent à cette question les regardent. Je ne pense pas qu'ils puissent s'en tirer en le mettant dans un dossier quelque part et en espérant que cela disparaîtra. Je veux dire, les gens seront au courant. Donc vous faites tout ce que vous pouvez en faire. De toute évidence, le problème est de savoir ce qu'il en est. La situation est ce qu'elle est. Ils vont essayer de nous défier à tous les niveaux possibles. Ce sera donc un long combat.

Je pense que vous y avez déjà fait allusion, mais je veux que notre public en prenne note. ThIls attendent toujours la prochaine grande étape. Quelle est la prochaine grande chose que nous devons attendre ?

Mick Harrison :

Sur le mandamus ou la pétition du grand jury ?

Andy Steele :

Eh bien, sur le mandamus, puisqu'on parle de ça.

Mick Harrison :

Eh bien, la prochaine grande étape serait la motion de rejet du gouvernement, comme je l'ai dit, qui doit être déposée dans une dizaine de jours. La deuxième grande étape serait notre plainte modifiée. La troisième grande étape serait le renouvellement de la motion de rejet du gouvernement, ou ce serait une étape encore plus importante s'ils disaient : "Oh, nous avons lu la plainte modifiée. En fait, nous sommes d'accord avec les plaignants. Ils ont le droit de poursuivre, donc nous allons déposer une réponse substantielle à la plainte". Et ce serait un grand pas. Je ne retiendrais pas mon souffle en attendant, mais j'espère que cela se fera.

Andy Steele :

Eh bien, nous allons la suivre et nous informerons nos partisans dès qu'il se passera quelque chose d'important. Encore une fois, il faut parfois beaucoup de temps pour que ces choses se manifestent. Donc, quand nous saurons quelque chose, vous [les supporters] saurez quelque chose. Maintenant, je veux m'assurer que nous couvrons le procès du FBI parce que c'est tout aussi important ici.

Mick Harrison :

Hey, Andy, désolé de vous interrompre. Avant que vous n'alliez au procès du FBI, il y a un autre rebondissement qui va vous permettre d'activer la pétition du grand jury et le mandamus que vos auditeurs pourraient vouloir connaître. C'est un de nos arguments plus qu'un des arguments du gouvernement, alors ils ont répondu. Il y a une catégorie de documents relatifs aux procédures du grand jury que nous appelons ministérielle. Et ce ne sont pas les transcriptions des témoignages ni les copies des pièces à conviction effectivement remises au grand jury lorsqu'il examine les preuves.

Il ne s'agit donc pas de procédures se déroulant directement devant les grands jurés. Mais les dossiers ministériels ont trait à la mise en place et au fonctionnement du grand jury et à la manière dont il procède. Et il existe une jurisprudence dans certains circuits, du moins, selon laquelle les dossiers ministériels ne sont pas soumis à l'exigence de secret de la règle six ou, s'ils le sont, ils sont accessibles au public selon une norme beaucoup plus souple en ce qui concerne la preuve de la nécessité des dossiers, parce qu'ils ne révèlent pas vraiment les preuves données au grand jury - témoignages ou pièces à conviction. Et ils peuvent être facilement expurgés pour en retirer les noms des témoins ou des grands jurés. Il n'y a donc pas de risque réel de préjudice lié à la publication de ce type de documents ministériels.

Disons que les grands jurés ont été informés de leur nomination ou de la convocation de la première réunion du grand jury. Peut-être un ordre du jour à traiter. Ce genre de choses. Nous avons donc demandé dans notre motion de divulgation, qui fait partie de la pétition de mandamus, de recevoir au moins suffisamment de documents ministériels pour nous permettre de savoir si le grand jury examine notre pétition. Et même s'ils nous donnaient juste cela, cela rendrait sans objet l'ensemble du procès, parce que c'est tout ce que nous essayons de savoir. Ont-ils fait leur travail en donnant cela au grand jury ? Je voulais juste que vous sachiez que le gouvernement essaie de faire valoir - et il n'a pas une très bonne autorité pour cela - que le dossier ministériel devrait être aussi secret que le témoignage devant le grand jury. Et je ne m'attends pas à ce que les tribunaux soient d'accord avec cela. Nous devrons attendre et voir.

Andy Steele :

Oui, cela ne me surprend pas qu'ils soient si secrets sur ce qui se passe, parce qu'ils espèrent probablement que cela va disparaître. Très bien, passons au procès du FBI. Tout d'abord, Mick, comme avant, pouvez-vous nous donner le contexte de ce dont il s'agit et ensuite nous donner la nouvelle mise à jour.

Mick Harrison :

Le procès a commencé parce qu'il y a eu un autre mandat du Congrès en 2013-2014 - pour le FBI dans ce cas. Le FBI a été mandaté par le Congrès pour faire une nouvelle évaluation indépendante liée au 11 septembre. Le FBI devait faire plusieurs choses dans le cadre de ce mandat du Congrès, qui a été intégré dans un projet de loi de crédits par le Congrès, mais qui est toujours applicable, à notre avis, et qui impose toujours des devoirs au FBI, tout comme dans une loi ordinaire qui devient un statut.

Ainsi, les exigences du nouveau mandat du Congrès étaient que le FBI examine et évalue la façon dont le FBI mettait en œuvre les recommandations de la commission initiale du 11 septembre en 2004, mais aussi qu'il évalue toutes les preuves liées au 11 septembre qui n'avaient pas été évaluées par la commission initiale du 11 septembre.

En réponse à ce mandat, le FBI a créé ce qu'il appelle la commission d'examen du 11 septembre. Certaines personnes ne savent même pas que cette commission a été créée en 2014. Elle était dirigée par un petit groupe de personnes nommées par le DOJ. Le président était Ed Meese, ancien procureur général, si je me souviens bien.

Cette nouvelle commission d'examen du 11 septembre a publié un rapport en mars 2015, et elle a prétendu, au moins, répondre au mandat du Congrès d'examiner toutes les nouvelles preuves du 11 septembre. Le problème, c'est qu'ils ne l'ont pas fait. En fait, ils ont examiné très peu de choses qui pourraient être décrites comme de nouvelles preuves du 11 septembre. Et ils ont ignoré l'ensemble des preuves de la démolition - l'utilisationd'explosifs au Trade Center le 11 septembre. Ils ont ignoré les preuves concernant les "High Fivers" qui ont été arrêtés en célébrant les attaques du 11 septembre au matin du 11 septembre. Ils ont ignoré les preuves des vidéos du Pentagone qui n'ont pas encore été publiées. Ils ont ignoré les preuves du financement saoudien et d'autres financements internationaux des pirates de l'air présumés et d'autres aspects des actes terroristes du 11 septembre. Ils ont ignoré les preuves de pièces d'avion récupérées sur les scènes de crime et ce que ces pièces montraient. Et ils ont ignoré quelques autres catégories de preuves.

Donc, parce que ce devoir, à notre avis, était un autre de ces devoirs obligatoires - le FBI n'avait pas le pouvoir discrétionnaire de faire un pied de nez au Congrès sur ce point - et parce qu'ils n'ont pas honoré ce devoir, ils ne l'ont pas respecté, nous avons décidé de les poursuivre, encore une fois, en vertu de la loi sur les procédures administratives et de la loi fédérale sur le mandamus. Et c'est ce que nous avons fait. Cette plainte a ensuite fait l'objet d'une motion de rejet du gouvernement, assez prévisible, pour des motifs similaires à ceux dont nous parlions pour l'affaire du mandamus. Le gouvernement a demandé que l'affaire soit rejetée sur requête et [a déclaré] que la loi en question n'était pas applicable.

Nous l'avons informé et avons présenté nos arguments en sens contraire. Malheureusement, la Cour de district a donné raison au gouvernement sur la question de la qualité pour agir et a décidé que nous - nous sommes le Comité des avocats et les architectes et ingénieurs et Bob McIlvaine, le père de Bobby McIlvaine, qui a été tué au Trade Center le 11 septembre - qu'aucun d'entre nous n'avait qualité pour exiger du FBI qu'il se conforme à ce mandat du Congrès. Nous allons donc faire appel devant la Cour d'appel des États-Unis pour le district de Columbia, car cette action a été intentée devant la Cour de district de Washington et la date limite pour le dépôt de notre avis d'appel dans cette affaire - demandant à la Cour d'appel d'annuler la décision de la Cour de district - approche. Et c'est aux alentours du 3 mars. C'est donc l'état d'avancement de cette affaire et nous avons bien l'intention de faire appel.

Andy Steele :

Comment se fait-il que Bob McIlvaine n'ait pas qualité pour agir ? Un type qui a perdu son fils ce jour-là. Cela me déconcerte. Que les membres des familles des victimes du 11 septembre n'aient pas le droit d'obliger le FBI à examiner des preuves raisonnables. Encore une fois, c'est une preuve raisonnable. Et s'ils ne croient pas qu'elle soit raisonnable, alors ils doivent expliquer pourquoi ils ne la croient pas raisonnable, ce que je ne crois pas qu'ils aient fait. Vous pouvez me corriger si je me trompe. Je veux vous entendre tous les deux. Je veux dire, que pensez-vous de ce que je viens de dire ?

John O'Kelly :

Oui, cela va à Bob McIlvaine. C'est une excellente remarque : jusqu'où pouvez-vous vous rapprocher ? Et ce que le gouvernement pourrait soutenir - et c'est pourquoi, encore une fois, je vais insister pour que nous ayons plus de plaignants dans notre affaire - ils pourraient, par exemple, soutenir que le fils avait plus de 18 ans. Il est donc émancipé. Ou bien il ne vivait pas [avec ses parents], donc ils ne sont pas habilités à intenter ce procès en son nom. Cela montre à quel point ils vont porter cet argument, à moins d'être absolument coincés dans un coin où ils n'ont nulle part où se tourner. C'est pourquoi il est si important que nous ayons le plus grand nombre possible de personnes directement blessées, afin qu'elles ne puissent pas s'échapper. Et si nous obtenons un non-lieu dans un tribunal de district, nous pouvons le porter devant une cour de circuit et le leur soumettre sans détour.

Mick Harrison :

Je veux juste ajouter mes deux cents à votre question sur le rejet du procès du FBI sur la question permanente. Je trouve offensant que la Cour ait jugé que Bob McIlvaine n'avait pas qualité pour agir. Je pense qu'il était erroné de conclure que les architectes et ingénieurs et le comité des avocats n'ont pas qualité pour agir, mais je ne suis pas aussi offensé par cela. Mais je suis offensé que la Cour dise qu'un membre de la famille qui a perdu un membre de sa famille le 11 septembre n'avait pas qualité pour agir pour faire appliquer l'exigence selon laquelle le FBI doit examiner toutes les preuves concernant l'événement qui a causé la mort de ce membre de la famille.

Je pense donc que c'est tout à fait faux. L'un des arguments avancés par le gouvernement, et sur lequel le tribunal s'est appuyé, était qu'à son avis - et je pense que le tribunal s'est trompé sur ce point - cette loi ne comportait aucune obligation de déclaration. C'était juste une loi pour évaluer les preuves et non une obligation de rendre compte au Congrès de ce qu'ils avaient trouvé en évaluant les preuves. Ce qui, à mon avis, serait stupide de la part du Congrès de dépenser quelques millions de dollars pour une étude et de ne jamais avoir la chance d'en voir les résultats.

Mais c'est en gros ce que la Cour a dit : Qu'il n'y avait pas d'obligation de rendre compte, et que s'il n'y avait pas d'obligation de communiquer les résultats à qui que ce soit, y compris au Congrès, alors nous, les plaignants, n'étions pas non plus censés recevoir ces résultats et être les bénéficiaires de cette information. C'est ce que nous appelons un argument de qualité pour agir en matière d'information. Et le tribunal a tort sur ce point. Le Congrès a clairement indiqué plus d'une fois qu'il souhaitait une transparence maximale avec le public sur les faits concernant le 11 septembre. Et ils veulent que les membres de la famille en sachent le plus possible sur les faits concernant le 11 septembre. Et ils veulent que les membres de la famille en sachent autant que possible sur ce qui s'est passé le 11 septembre.

Il ne fait aucun doute que le Congrès, s'il avait reçu ce rapport du FBI - et, soit dit en passant, il l'a effectivement reçu, il leur a été rapporté, [mais] le tribunal dit, je suppose, qu'ils n'étaient pas obligés, mais ils ont choisi de le rapporter au Congrès, ce qui est contraire à ce que dit la loi. Il est donc clair qu'il y avait une obligation de signalement. Il y a eu une déclaration spéciale de la commission du renseignement du Sénat - non, du président de la commission des crédits du Sénat, je crois à l'époque - qui a essentiellement exposé ce que le Congrès attendait de cette loi, où ils ont chargé le FBI de faire l'étude. Elle était très explicite en disant que le FBI rendrait compte de ses conclusions - après avoir évalué toutes ces preuves de manière indépendante - au Congrès. Le Congrès tout entier a en fait voté et approuvé le projet de loi sur une déclaration qui disait que cette déclaration, cette déclaration de clarification du sénateur, serait traitée comme s'il s'agissait d'une déclaration conjointe d'un comité de conférence, ce qui signifie que les deux Chambres disent : Voici ce que nous pensons que cette loi exige. C'est la preuve de l'intention législative du Congrès que vous pouvez trouver.

Et je suppose que je devrais ajouter que ce n'est pas seulement notre point de vue sur l'intention du Congrès. Le rapport de la commission d'examen du 11 septembre Ed Meese au début, lorsqu'ils décrivent comment ils en sont arrivés là et quelle était leur tâche, ils disent essentiellement Nous avons reçu un mandat du Congrès. Le FBI avait un mandat du Congrès pour faire cette évaluation et en rendre compte au Congrès. Donc, même le FBI et sa nouvelle commission ont lu la loi de la même façon que nous la lisons maintenant. Ils l'ont lue au bon moment. Mais après que nous les ayons poursuivis, ils ont soudainement eu une vision différente de la loi.

Andy Steele :

Il me semble assez contradictoire que nous ayons un mandat pour faire ce travail et faire rapport au Congrès, et qu'ensuite ils disent qu'ils n'ont pas à le faire - que tout rapport qu'ils ont fait est volontaire. Cela vous fait vous demander qui dirigeait vraiment le pays, et cela vous fait aussi vous demander ce que la loi signifie réellement si on peut simplement nier ce qui est juste devant soi. Si vous pouvez porter une chemise rouge et que quelqu'un vous dit qu'elle est bleue. J'ai vu des sketches dans des émissions comiques où des gens sont au tribunal et quelqu'un dit que vous étiez là, un couteau à la main, et il dit : "Non, je n'étais pas là". Et cela devient toute une routine et c'est censé être une blague, mais cette affaire ressemble beaucoup à la précédente. Nous sommes mandatés. Nous ne sommes pas mandatés. Cela dépend de qui le demande. Et, bien sûr, les gens qui demandent ne sont pas seulement des architectes et des ingénieurs pour la vérité sur le 11 septembre. Pas seulement le Comité des avocats. Ce sont les membres de la famille. Ce sont les Américains. Des gens inquiets qui n'ont aucune raison de poursuivre cette affaire autrement que pour le bien de la justice et qui veulent que justice soit faite pour ceux que nous avons perdus ce jour-là. Je pense donc que c'est absolument dégoûtant ce que vous devez endurer pour poursuivre cette affaire.

Même question que pour la pétition du grand jury, quelle est la prochaine grande étape que nos partisans peuvent espérer dans cette affaire ? Vous l'avez peut-être dit, mais je veux juste le souligner ici pour eux ?

Mick Harrison :

Oui, ce n'est pas un problème. La prochaine étape serait notre avis d'appel, qui sera publié aux alentours du 3 mars. Et puis il y a quelques documents préliminaires qui doivent être déposés, ce que je n'appellerais pas une grande étape. Mais la prochaine grande étape serait les mémoires d'appel proprement dits, où vous exposez vos arguments à la Cour d'appel, et ce calendrier vous donne normalement environ 30 jours pour que les plaignants et les appelants, c'est-à-dire nous, déposent le premier mémoire.

Ces 30 jours commenceront probablement à compter après le dépôt de tous les documents préliminaires. Je suppose donc - et c'est un peu une supposition - que nous parlons probablement de la mi-avril à la fin avril pour notre mémoire d'appel. Bien sûr, nous l'afficherons, mais nos arguments seront exposés sur les raisons pour lesquelles la Cour de district a eu tort de rejeter notre procès contre le FBI.

Andy Steele :

Maintenant, concentrons-nous sur ce qui se passe chez les supporters. Parce que nous recevons beaucoup de questions sur ces deux affaires judiciaires - la requête du grand jury et le procès du FBI. Et parfois, il ne se passe rien, car il faut du temps pour que ces choses avancent. Nous disons donc d'être patients et de ne pas se laisser aller à la frustration. Je veux donc vous entendre tous les deux : Pourquoi est-il si important de continuer à poursuivre cette affaire ? Même si nous pouvons constater un manque de volonté évident de la part des institutions auxquelles nous essayons de faire appel, pourquoi est-il si important de continuer à frapper à la porte et à attendre d'elles qu'elles répondent, même si elles continuent à essayer de la fermer ? Nous allons commencer par John.

John O'Kelly :

D'abord, nous développons sans cesse de nouvelles informations. Bien que nous ne puissions pas parler de ce que nous faisons - et je pense que Mick sera d'accord avec nous - nous examinons très activement les nouvelles informations en ce moment sur différents aspects de ces affaires - les événements sous-jacents qui peuvent peut-être aider à faire passer le problème au second plan. [Information] qui peut contribuer à donner un élan supplémentaire, soit politique, soit juridique. C'est donc une des raisons.

Et les gens continuent de se joindre à nous ou de se manifester. Ils vont entendre quelque chose. Quelqu'un établit un contact. Cela mène à autre chose. Ça mène à autre chose. Donc le barrage peut se rompre. En général, les gens à travers le pays, dans beaucoup de domaines différents, voient beaucoup de cette corruption, beaucoup de cette malhonnêteté dans beaucoup de domaines différents. Et il y a une certaine dynamique qui se développe en dessous. Comment cela va-t-il se passer ? Je ne sais pas. Mais je pense que c'est là.

Andy Steele :

Mick, même question ?

Mick Harrison :

Eh bien, je suis d'accord avec ce que John a dit. Et puis, comme réponse supplémentaire, il y a ce vieux dicton qui dit que la persistance est la clé - ou la version alternative : N'abandonnez jamais. Il y a une raison pour laquelle ces vieux dictons sont de vieux dictons. Et c'est parce qu'ils contiennent beaucoup de vérité. Je peux vous le dire d'après ma propre expérience. J'ai eu un cas de dénonciation où mes collègues et moi-même, au sein de l'organisation Public Employees for Environmental Responsibility, avons représenté la première femme chef de la police des parcs américains, Teresa Chambers, et elle avait révélé au Washington Post que l'administration Bush ne finançait pas suffisamment la police des parcs américains pour protéger les citoyens dans les parcs ou pour protéger les monuments nationaux, y compris contre le terrorisme.

Elle a été rapidement licenciée pour avoir eu le courage de critiquer publiquement l'administration Bush. Nous l'avons donc représentée et avons engagé des poursuites en son nom dans le cadre de la protection fédérale des dénonciateurs. Et nous avons perdu le premier tour, au niveau des juges administratifs, au conseil de protection du système du mérite. Et nous avons perdu - je crois que nous avons perdu ; cela fait un certain temps maintenant, ce qui est le point de cette histoire, que cela fait un certain temps - nous avons perdu, je pense au deuxième niveau avec le conseil de protection du système du mérite. Puis nous avons gagné au troisième niveau, qui était la Cour d'appel américaine pour le circuit fédéral. Et puis nous avons fini par gagner à nouveau au niveau du conseil de protection du système du mérite.

Tout ce processus nous a pris sept à dix ans pour la faire réintégrer dans son poste, ce qu'elle a été, en tant que première femme chef de la police des parcs américains. Et si nous n'avions pas été persévérants, et en particulier si elle n'avait pas été persévérante, elle n'aurait pas réussi.

J'ai eu un autre cas, très similaire : Un scientifique de l'EPA qui avait dénoncé les dangers de la poussière du World Trade Center après l'effondrement des bâtiments le 11 septembre, et nous savons maintenant à quel point cela était dangereux pour tous ceux qui sont malheureusement tombés malades et sont morts des années après. Elle a donc fait un rapport au Congrès et au FBI et, bien sûr, ils l'ont rapidement renvoyée.

Il nous a fallu, je pense, environ sept ans pour la faire réintégrer dans ses fonctions, à travers différents niveaux de litiges. Et nous l'avons fait. Nous avons gagné. Mais si nous n'avions pas été persévérants, nous n'y serions pas arrivés. Je ne sais donc pas si je veux dire aux gens d'être patients ou de ne pas être frustrés ; je pense que nous avons tous probablement le droit d'être frustrés en ce moment. Mais cela ne veut pas dire que nous ne devons pas être persistants.

Andy Steele :

C'est vrai. Je pense que c'est bien d'être frustré. Il faut simplement que cela s'adresse au bureau du procureur et au FBI, et non aux personnes qui se battent ici pour que justice soit faite. Et je suis d'accord avec vous : La persévérance est si importante. Et rien n'a jamais été accompli sans persévérance. Il y a une citation - je ne me souviens pas de sa formulation exacte, mais elle dit que le talent n'est pas si important, c'est la persévérance qui paie vraiment. Et ce sont ces personnes qui réussissent dans n'importe quelle entreprise.

Les gars, nous allons continuer à suivre ce dossier. Et nous vous félicitons d'avoir accepté cette mission. Pendant des années, nous avons attendu qu'un groupe d'avocats se présente et fasse ceci - faire le travail que vous faites. Et maintenant, vous êtes là. Alors, merci beaucoup, et merci d'être venus aujourd'hui à l'occasion de la chute libre du 11 septembre.

John O'Kelly :

Merci, Andy.

Mick Harrison :

De rien, Andy.
Tweet

Hors ligne

 

#195 23-02-2020 11:34:07

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 2120

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Merci beaucoup Kidkodak smile
Pas sorti d’affaire encore ! Ils font tout pour ralentir la procédure.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#196 Hier 01:11:18

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 641

Re: Action en justice du Comité des Juristes

Mariflo a écrit:

Pas sorti d’affaire encore ! Ils font tout pour ralentir la procédure.

Ils ont froidement assassiné 3000 civils comme si de rien était et ont pour leur dire que ce n'est pas 2 ou 3 avocats qui vont maintenant réussir à révéler la vérité au monde entier,surtout après avoir réussi à maintenir le bouchon bien étanche sur celle-ci pendant 19 ans.J’espère que le comité des juristes a un bon service de sécurité, car ils vont en avoir besoin.La vraie joute vient de commencer.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr