ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 27-03-2017 22:27:06

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

C'est très important cette plainte: c'est une des conséquence des 28 pages déclassifiées. Quelles suites peuvent découler de cette plainte ?
Lien vers la plainte (document 194 pages)
https://embed.contagiousmedia.com/embed … 8&rds=


Voir aussi la reopen news


11-Septembre : 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie saoudite
source: http://pix11.com/2017/03/20/911-familie … t-attacks/

https://francais.rt.com/international/3 … e-saoudite (lien brisé !)
21 mars 2017, 23:16

Aide matérielle et financière des pirates de l'air, financement du groupe terroriste Al-Qaïda via des associations caritatives : les familles de victimes du 11-Septembre attaquent en justice l'Arabie saoudite, 15 ans après.

Pix 11, un média new-yorkais, rapporte que 800 familles de victimes ont intenté une action en justice contre l'Arabie saoudite pour son rôle dans les attentats du 11 septembre 2001.

Représentés par le cabinet d'avocats Kreindler & Kreindler, ils ont porté plainte devant une cour fédérale de Manhattan, à New York, et dénoncent l'implication de responsables saoudiens dans l'attaque.
«La plainte détaille comment l'ambassade saoudienne a apporté son soutien aux terroristes Salem al-Hazmi et Khalid Al-Mindhar, 18 mois avant le 11 septembre 2001», précise notamment le média new-yorkais. «Les responsables saoudiens ont aidé les terroristes à trouver des appartements, apprendre l'anglais, obtenir des cartes de crédit et de l'argent liquide», poursuit-il, avant de résumer ainsi leur implication :  «Ils les ont aidé à se fondre dans le paysage américain».

Selon la plainte (PDF de 194 pages !), des fonctionnaires de l'ambassade d'Arabie saoudite en Allemagne ont en outre directement soutenu l'un des principaux pirate de l'air, Mohamed Atta. L'avocat James Kreindler – qui précise que de nombreuses informations contenues dans la plainte émanent de l'enquête réalisée par le FBI – assure qu'un responsable saoudien a passé la nuit précédant l'attaque dans le même hôtel que plusieurs des terroristes.
L'Arabie saoudite accusée d'avoir financé Al-Qaïda via des associations caritatives

«Les associations caritatives [saoudiennes] sont l'alter ego du gouvernement saoudien», explique en préambule James Kreindler. Et il compte bien démontrer lors du procès que ces organismes de bienfaisance finançaient directement des organisations terroristes telles qu'Al-Qaïda.

Dès lors, non seulement les responsables saoudiens étaient parfaitement au courant de ces agissements, avance t-il, mais ils ont également utilisé divers moyens pour masquer ce financement indirect d'Al-Qaïda.

«Les Saoudiens font preuve de duplicité, ils affirment être des alliés [des Etats-Unis] contre l'Iran, alors que dans le même temps, ils travaillent avec les terroristes», affirme l'avocat, avant de conclure sa plaidoirie sans ambiguïté : «Leur implication dans les attaques du 11-Septembre ne fait aucun doute.»
Un procès longtemps repoussé

La maison des Saoud est un allié clé des Etats-Unis au Moyen-Orient, ce qui a conduit les administration précédentes à faire leur possible pour empêcher la tenue d'un tel procès.

En septembre dernier, Barack Obama avait notamment opposé son veto à la loi autorisant les proches des victimes du 11-Septembre à poursuivre l'Arabie saoudite. Mais dans la foulée, les deux chambres du Congrès avaient rejeté ce veto, ouvrant ainsi la voie à ce procès. Riyad a eu beau faire du lobbying pour persuader les législateurs américains de retoquer la loi, elle n'y est pas parvenue.
«Ce procès est une démonstration de l'engagement inébranlable des familles des victimes pour que le rôle critique de l'Arabie saoudite dans l'attaque soit pris en compte», conclut James Kreindler.

Dernière modification par Mariflo (29-03-2017 19:08:06)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#2 27-03-2017 23:22:07

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 358

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

Il y a le risque que choisir  Kreindler & Kreindler comme avocats,c'est comme nommer Kissinger à la tête de la Commission d'Enquête sur les Attentats du 11 Septembre 2001.
De plus,les familles semblent croire à la V.O. avec son histoire de pirates de l'air,pas sur que lorsque çà va commencer à pointer en direction d'Israël,qu'ils vont suivre le bateau.

Hors ligne

 

#3 28-03-2017 18:08:41

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

kidkodak a écrit:

Il y a le risque que choisir  Kreindler & Kreindler comme avocats,c'est comme nommer Kissinger à la tête de la Commission d'Enquête sur les Attentats du 11 Septembre 2001.

Tu peux nous en dire plus ?

De plus,les familles semblent croire à la V.O. avec son histoire de pirates de l'air

Cela n’empêche pas de porter plainte ! A mon avis, pour formuler cette plainte et pour que celle-ci soit recevable,  les familles et les survivants doivent au départ aller dans le sens de la V.O. quitte par la suite à préciser, fignoler développer  leurs accusations. De plus, et là je demande l'aide et des précisions des juristes ou avocats fréquentant le forum (Charmord tu es là ?), le fait de porter plainte permettrait aux avocats l'accès à des pièces de l'enquête ?

Dernière modification par Mariflo (28-03-2017 18:09:49)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#4 28-03-2017 19:42:45

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

En attendant une meilleure traduction de la plainte , je me suis mis en quête de traduire via Google traduction !

Donc la source: https://embed.contagiousmedia.com/embed … 8&rds=

Dans un 1er temps, à partir de la page 135 (avant ce sont les noms de ceux qui portent plainte) jusqu'à la page 150

PLAINTE
Les demanderesses, par et par l'entremise de leur avocat soussigné, allèguent par la présente:
1.

Les demandeurs sont les conjoints survivants, les enfants, les parents, les frères et sœurs et la succession

Représentants des victimes assassinées lors des attentats terroristes du 11 septembre 2001 contre les
États-Unis (les «attaques du 11 septembre») et les personnes qui ont subi des
11 septembre Attaques.
2.

Les demanderesses intentent le présent recours contre le Royaume défendeur de l'Arabie saoudite

La Loi de 2016 sur la justice contre les commanditaires du terrorisme (JASTA), que le Congrès a promulguée
Veto présidentiel
À fournir aux parties civiles la base la plus large possible, conformément à la Constitution
Des États-Unis, de demander réparation contre ... les pays étrangers, où qu'ils agissent et
Où qu'ils se trouvent, qui ont apporté un soutien matériel, direct ou indirect,
À des organisations étrangères ou à des personnes qui se livrent à des activités terroristes
États...
28 U.S.C. §2333 note; Par conséquent, JASTA établit la compétence de la cour fédérale sur le
Les actes d'un État étranger dans le monde qui causent des blessures et la mort dans une attaque
les États Unis.
3.

Les demandeurs demandent un tel redressement contre le Royaume d'Arabie Saoudite pour

Actes des ministères et organismes gouvernementaux du Royaume, des alter-ego, des officiers, des employés

Page 136

Et les agents agissant dans le cadre de leur charge, de leur emploi ou de leur agence en
Fournissant un appui matériel et des ressources à l'organisation terroriste Al-Qaida et facilitant
Les attaques du 11 septembre, en ce que, comme il est exposé en détail ci-après, ils:
une.

Soulevé, blanchi et versé un soutien financier substantiel à al-Qaïda pour financer

Budget et les activités terroristes, y compris la préparation et l'exécution du 11 septembre
Attaques;
B.

A financé les camps d'entraînement terroriste en Afghanistan où Al-Qaïda a endoctriné

Et ont enseigné à leurs pirates de l'air les compétences qu'ils ont employées pour accomplir les attaques du 11 septembre;
C.

Fourni un soutien logistique et des ressources critiques à Al-Qaïda dans le monde,

Le financement de maisons sécuritaires, l'équipement de faux passeport et de documents de voyage, le transfert d'al-Qaïda
D'argent, d'armes et de matériel à travers les frontières internationales et d'autres
Permis à Al-Qaïda de mener les attaques du 11 septembre;
ré.

A activement soutenu Al Qaïda dans ses derniers préparatifs pour le 11 septembre

Attaques par le biais d'un réseau de dirigeants, employés et / ou agents du Royaume qui ont rencontré
Et aidé les pirates de l'air, leur fournissant de l'argent, de la couverture, des conseils, des contacts, du transport,
L'aide à la langue et à la culture des États-Unis, l'identification, l'accès à la formation
Le soutien matériel et les ressources.
4.

Le Royaume défendeur de l'Arabie saoudite est un État étranger au sens de

28 U.S.C. § 1603 a), et "Arabie Saoudite", tel qu'utilisé ci-après, désigne le Royaume d'Arabie Saoudite
L'Arabie saoudite, ses ministères et autres organismes (y compris, mais non exclusivement, son
Affaires Islamiques, Ministère de l'Intérieur, Ministère des Affaires Etrangères et des Ambassades
Le monde), ses alter-ego, et ses fonctionnaires, employés ou agents, non seulement aux États-Unis mais
Dans le monde entier, tout en agissant dans le cadre de leur mandat, de leur emploi ou de leur organisme.

Page 137

5.

Le Royaume défendeur de l'Arabie saoudite est soumis à la juridiction en vertu du 28

U.S.C. §1330 et JASTA 28 U.S.C. § 1605B, en ce que, comme exposé en détail ci-dessous, cette action:
Demande des dommages-intérêts contre le Royaume d'Arabie saoudite pour les dommages et les
11 septembre Les attaques, qui constituent un acte de «terrorisme international» aux États-Unis
Comme défini dans 18 U.S.C. §2331; Allègue que les attaques du 11 septembre et les blessures qui en ont résulté
Et les décès ont été causés par un ou plusieurs actes de l'Arabie saoudite, en fournissant un soutien matériel
Et des ressources pour les dirigeants d'Al-Qaida, les planificateurs et les pirates
11 septembre Les attaques, et que ce ou ces actes constituent plus qu'une simple négligence, et
Étaient intentionnels, sages, imprudents, volontaires et / ou négligents.
6.

Le Royaume défendeur de l'Arabie saoudite est également soumis à la compétence

28 U.S.C. §1330 et 28 U.S.C. §1605 (a) (5), en ce que, tel qu'exposé en détail ci-dessous, la présente action
D'argent contre le Royaume d'Arabie saoudite pour les blessures et les décès survenus
États-Unis et causée par l'acte ou l'omission du Royaume d'Arabie Saoudite et / ou
Un ou plusieurs de ses fonctionnaires ou employés agissant dans le cadre de leur charge ou de leur emploi.
7.

Lieu dans ce district est approprié en vertu de 28 U.S.C. §§1391 (b) (2) et

1391 (f) (1), étant donné qu'une partie substantielle des événements ayant donné lieu à ce litige
District, ainsi que 28 U.S.C. §2334 (a).
8.

Les demandeurs qui sont les représentants successoraux d'une personne décédée sont

La légende, ont été dûment nommés par un tribunal avant le début de la présente action et
Ont le pouvoir légal d'intenter une action en recouvrement des dommages-intérêts énoncés aux présentes, y compris
Indemnités de décès pour le compte de tous les ayants droit du défunt et
Dommages de survie pour les blessures personnelles du défunt.

Page 138

9.

Pendant des années avant et le 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite a établi, détenu,

Dirigé et contrôlé une série d'organisations d'État «de charité», à savoir










La Ligue musulmane mondiale (MWL),
L'Organisation internationale de secours islamique (IIRO),
Le Rabita Trust,
L'Assemblée mondiale de la jeunesse musulmane (WAMY),
La Fondation Bénévolat International (BIF),
La Fondation islamique al-Haramain (AHIF),
Le Haut Commissariat saoudien pour le secours de Bosnie-Herzégovine (SHC),
Le Comité mixte saoudien de secours pour le Kosovo et l'Albanie (SJRC), et
Le Croissant-Rouge saoudien (SRC),

Et ces organisations sont appelées ci-après «les organisations caritatives de l'Arabie saoudite» et,
Comme décrit plus en détail dans le présent mémoire, chacune de ces organisations (i) était si étroitement apparentée à l'Arabie Saoudite
Arabie saoudite qu'ils doivent être considérés comme faisant partie de l'Arabie saoudite, et / ou (ii) étaient des agents du gouvernement
D'Arabie saoudite et / ou iii) étaient des alter ego de l'Arabie saoudite, parce que l'Arabie saoudite: établie,
Contrôlé, exploité et réglementé chaque organisation à travers son Roi, le Conseil des ministres,
Conseil suprême des affaires islamiques, le Conseil des hauts Ulema, le Ministère des affaires islamiques,
Ministère des affaires étrangères, autres ministères et organismes et ambassades d'Arabie saoudite
à travers le monde; Maintient un contrôle significatif, répété et étendu du quotidien
Opérations de chaque organisation; Fourni à chaque organisation la quasi-totalité de son financement et
Déterminé le mode de répartition de ses fonds; Établi des lignes directrices, des plans et des politiques
L'organisation était tenue de suivre; Fonctionnaires et employés de l'Arabie saoudite à la tête du
Positions au sein de chaque organisation; Personnel de chaque organisation avec des fonctionnaires et des
employés; Embauché, viré et dirigé les dirigeants et les employés de chaque organisation; Requis chaque
Pour obtenir son approbation pour les décisions commerciales courantes, y compris les achats,
Les emplacements de ses opérations et de ses bureaux, ses opérations bancaires, son budget et ses décisions en matière de subventions; Utilisé chaque
Le personnel de l'organisation et ses biens; Ignoré le statut juridique distinct, le cas échéant, de chaque

Page 139

organisation; Traité chaque organisation comme faisant partie de l'Arabie Saoudite; Utilisé chaque organisation pour
Ses principales fonctions gouvernementales, y compris les affaires étrangères et l'avancement de la
La religion d'état d'Arabie du wahhabisme dans le monde entier; Et exploités, contrôlés et utilisés
Chaque organisation de telle manière qu'il ferait une fraude ou une injustice
Organisation en tant qu'entité juridique distincte de l'Arabie saoudite.

JE.
La connaissance de l'Arabie Saoudite
Al-Qaïda et son programme terroriste contre
Les États-Unis avant le 11 septembre 2001
dix.

En 1986-89, la MWL de l'Arabie Saoudite, l'IIRO, le WAMY, le BIF, le SRC et l'AHIF

A collaboré avec Osama Ben Laden pour ouvrir des bureaux au Pakistan et en Afghanistan afin de
D'établir Al-Qaida et de fournir un soutien matériel et des ressources pour ses opérations terroristes et un
Fonctionnaire de haut rang de l'Arabie saoudite avec d'autres fonctionnaires, employés et agents de l'Arabie Saoudite
L'Arabie s'est jointe à cet effort, notamment:


SRC Directeur-Pakistan Wael Jelaidan, un ami proche et camarade d'école d'Osama Bin
Laden, qui, avec l'Aqeel Abdulaziz al Aqeel de la SRC, a fondé l'AHIF
Pakistan en 1988 en tant que division de la SRC et en 1989 a pris en charge le MWL / IIRO
Bureau au Pakistan;



MWL Mohamed Khalifa, beau-frère d'Osama Bin Laden, qui a créé le
Bureaux de la MWL et de l'IIRO à Peshawar, au Pakistan, en 1986, en utilisant les
Oussama ben Laden, conformément aux instructions d'Abdullah Naseef, puis de MWL
Secrétaire général;



Adel Batterjee de WAMY, un ami proche d'Osama Ben Laden qui en 1988-89 a établi
Les opérations du WAMY et du BIF (alors appelées Lajnat al Bir al Islamiyah, ou LBI)
Pakistan;



Un haut fonctionnaire saoudien de l'Arabie saoudite qui contrôlait le Comité de soutien du Jihad afghan
Et l'a utilisé pour financer Al-Qaïda par le biais des diverses organisations caritatives, en conjonction avec
Avec un discours prononcé en 1988 par Osama Ben Laden en Arabie saoudite
Comité;

Page 140

• Naseef, de MWL, qui s'est rencontré au bureau de MWL à Peshawar au Pakistan en 1988 avec Osama
Ben Laden et a discuté de la façon dont le MWL pourrait apporter un soutien opérationnel à Al-Qaïda,
Y compris, mais sans s'y limiter, l'utilisation des bureaux de MWL comme base pour les opérations d'Al-Qaïda et
Fournir une assistance secrète aux agents d'Al-Qaïda pour traverser les frontières internationales;
Avec le soutien matériel et les ressources fournies par les fonctionnaires, les employés et les
Agents, et ses MWL, IIRO, WAMY, BIF, SRC et AHIF, Osama Ben Laden, Wael Jelaidan,
Mohamed Khalifa, Abdullah Naseef, Adel Batterjee et d'autres ont fondé Al-Qaïda au Pakistan en
Fin 1988 - début 1989.
11.

À tous les moments pertinents mentionnés ici, l'Arabie saoudite a adopté un

Version de l'islam, le wahhabisme, comme religion d'État; Déclaré que sa propagation était un
Fonction de l'état; Et, a cherché à le faire avancer dans le monde à travers le ministère de l'Arabie saoudite
Des affaires islamiques, des ambassades, des organisations caritatives d'Arabie saoudite et d'autres
agents.
12.

Comme il est indiqué dans le présent document, l'Arabie saoudite savait depuis au moins le début des années 1990 qu'Al Qaïda

Ont commencé à poursuivre et à mener des attaques terroristes contre les États-Unis et ont
Le Wahhabisme pour justifier sa campagne de violence anti-américaine, mais l'Arabie saoudite
D'Arabie Saoudite, les fonctionnaires, les employés et les agents de l'Arabie saoudite ont continué
De soutien et de ressources pour Al-Qaïda jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement.
13.

De 1988 à 1990, l'Arabie saoudite savait qu'Oussama Ben Laden rendait public

Discours à la mosquée de sa famille à Djeddah et à d'autres endroits en Arabie Saoudite où il a déclaré
Que les États-Unis étaient la cible principale d'al-Qaïda; À titre d'exemple, en 1990, il a déclaré ce qui suit:
Les Américains n'arrêteront pas leur soutien aux Juifs en Palestine jusqu'à ce que nous leur donnions un
Beaucoup de coups. Ils ne s'arrêteront pas tant que nous ne jihad contre eux.
14.

Pour les années antérieures au 11 septembre 2001, tel qu'indiqué ci-après, l'Arabie saoudite,

Y compris, mais sans s'y limiter, ses ambassades, son ministère des affaires islamiques, son ministère

Page 141

Les organisations caritatives de l'intérieur et de l'Arabie saoudite ont entretenu des relations et
Osama Ben Laden et les agents, associés et activités d'al-Qaïda à travers le monde.
15.

Au moins une décennie avant et le 11 septembre 2001, tel que détaillé dans le présent

L'Arabie savait que de nombreux fonctionnaires, employés et agents de l'Arabie saoudite étaient Al-Qaïda
Opérateurs ou sympathisants qui ont activement soutenu l'agenda terroriste d'al-Qaïda contre les
États.
16.

Pour les années antérieures au 11 septembre 2001 inclusivement, le passeport de l'Arabie saoudite

Les bureaux et les autorités ont appliqué un marqueur / indicateur secret aux passeports des personnes
Liens connus avec Al-Qaïda, et ce marqueur / indicateur a été trouvé dans les passeports d'au moins
Les 19 pirates de l'air responsables des attentats du 11 septembre, y compris Nawaf al Hazmi et
Khalid al Mihdhar et d'autres personnes qui les ont aidés, dont Omar al Bayoumi, Arabie saoudite
Employé et agent qui a aidé les pirates de l'air en 2000-2001 en Californie, comme détaillé ici, et
L'information sur ce marqueur / indicateur n'était pas connue des officiers consulaires des États-Unis,
D'immigration ou d'application de la loi.
17.

Au moins une décennie avant et le 11 septembre 2001, tel que détaillé dans le présent

L'Arabie avait connaissance des objectifs violents d'al-Qaïda et de son chef Osama Ben Laden à
Attentats terroristes contre les États-Unis et leurs citoyens et qu'Al-Qaïda avait
De nombreuses attaques terroristes et tentatives d'attaques contre des cibles américaines.
18.

Pendant au moins une décennie avant et le 11 septembre 2001, le soutien à Al-Qaïda

Terroriste contre les États-Unis était omniprésent parmi les fonctionnaires et les employés
L'Arabie saoudite et l'Arabie saoudite était double: elle présentait un visage public aux
D'autres pays occidentaux d'une nation luttant contre Al-Qaïda et le terrorisme tout en


Page 142

Les acteurs du gouvernement saoudien ont donné à Al-Qaïda un appui matériel substantiel et
Ressources.
19.

Pendant de nombreuses années avant et le 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite connaissait

Tentatives d'al-Qaida de mener des attaques terroristes dirigées contre les États-Unis,
Décembre 1992 tentative par al-Qaïda d'attaquer les Etats-Unis en bombardant deux hôtels à Sanaa,
Yémen, où Al-Qaïda pensait que le personnel militaire des États-Unis était en séjour.
20.

Le 26 février 1993 ou peu après, l'Arabie saoudite savait que les terroristes affiliés

Avec Al Qaïda a explosé un camion-bombe dans le garage de stationnement du World Trade Center à New
York, avec l'intention de renverser l'une des tours dans l'autre, avec pour résultat 6
Plus de 1 000 blessés.
21.

En octobre 1993, ou vers cette date, l'Arabie saoudite savait qu'Al-Qaïda était impliqué dans

Attaque contre les forces militaires américaines en Somalie qui ont fait 18 morts et de nombreuses blessures aux États-Unis.
soldats.
22.

Dès au moins au début de 1995, l'Arabie saoudite était au courant d'un plan d'al-Qaïda visant à

Les États-Unis ont appelé l'intrigue "Bojinka" pour bombarder simultanément 10 avions commerciaux ou plus
Exploités par des transporteurs américains sur le Pacifique et qu'Al-Qaïda a effectué un essai de ce
Le 11 décembre 1994, quand il a bombardé un vol Philippine Airlines, tuant un passager et
Blessant de nombreux autres.
23.

Depuis le moins jusqu'en 1996 jusqu'au 11 septembre 2001, les États-Unis ont partagé

L'Arabie saoudite des informations précises sur la menace d'attentats terroristes d'al-Qaïda contre
États-Unis, y compris la menace spécifique de détournement par Al-Qaïda d'aéronefs commerciaux
Exploité par des transporteurs américains.

Page 143

24.

Plus précisément, entre le premier semestre de 1996 et le 11 septembre inclusivement,

2001, les États-Unis ont d'urgence déclaré à l'Arabie saoudite qu'il avait besoin de
D'informations et de toute autre assistance concernant le chef d'Al-Qaida, Osama Ben Laden, afin de
Perturber ou interdire la menace d'attentats terroristes d'al-Qaïda contre les États-Unis et
Nationaux.
25.

En mai 1996, l'Arabie saoudite savait qu'Oussama Ben Laden devait déplacer les forces d'al-Qaïda

Base d'opérations du Soudan à l'Afghanistan et que la fuite d'Oussama ben Laden du Soudan vers
L'Afghanistan a reçu des services de contrôle de la circulation aérienne et un dédouanement de l'Arabie saoudite pour
territoire.

26.

En août 1996, l'Arabie saoudite savait qu'Al Qaïda par l'intermédiaire de son chef Osama Bin

Laden déclara et publia une fatwa pour le djihad demandant l'utilisation du terrorisme pour attaquer le United
États-Unis.
27.

De 1996 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite savait que

Les dirigeants talibans en Afghanistan fournissaient un havre sûr pour Al-Qaïda, Oussama ben Laden
Et leurs opérations terroristes, y compris les camps d'entraînement terroristes afghans et les maisons de sécurité
Décrite ici.
28.

En février 1998, l'Arabie saoudite savait qu'Al Qaïda par l'intermédiaire de son chef Osama Bin

Laden déclara et publia une deuxième fatwa pour le djihad demandant l'utilisation du terrorisme pour attaquer le
États-Unis et ses ressortissants dans toutes les nations du monde entier.
29.

Pendant au moins un an avant le 7 août 1998 inclusivement, l'AHIF de l'Arabie saoudite

Savait que Al Qaïda envisageait de mener une attaque terroriste contre les États-Unis
Des ambassades au Kenya et en Tanzanie, et avait des informations précises selon lesquelles l'attaque
L'ambassade des États-Unis au Kenya serait un attentat suicide commis par un véhicule



Page 144

La porte de l'ambassade et l'AHIF et l'IIRO de l'Arabie Saoudite ont fourni un soutien matériel et
Al-Qaïda pour mener l'attaque.
30.

Le 7 août 1998, ou peu de temps après, l'Arabie saoudite savait qu'Al-Qaïda avait

Les attentats-suicides jumeaux des ambassades des États-Unis au Kenya et en Tanzanie qui
Ont entraîné plus de 200 décès.
31.

Le ou peu de temps après le 20 août 1998, l'Arabie saoudite savait que le Président Clinton

A publié l'ordre exécutif 13099, définissant Al Qaeda et son chef Osama Ben Laden comme des terroristes
En raison de leur rôle dans les attentats à la bombe des États-Unis et ont ordonné aux
Grève de missiles de croisière pour détruire les bases terroristes d'Al Qaïda en Afghanistan.
32.

Le 8 octobre 1999 ou peu de temps après, l'Arabie saoudite

Annonces faites par le gouvernement des États-Unis et d'autres sources, selon lesquelles Al-Qaïda était formellement
Désigné par le Secrétaire d'État des États-Unis en vertu de l'article 219 de la Loi sur l'immigration et la nationalité
Loi, 8 U.S.C. §1189, en tant qu'organisation terroriste étrangère, et l'Arabie saoudite savait par la suite
Que la désignation d'Al-Qaida en tant qu'organisation terroriste étrangère est restée en vigueur
Octobre 1999 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement.
33.

Dans ou peu de temps après décembre 1999, l'Arabie saoudite savait qu'Al Qaïda préparait et

A tenté d'exécuter un attentat à la bombe «millénaire» contre les États-Unis, prévu pour le 1er janvier,
2000 à l'aéroport international de Los Angeles, mais a été contrariée par les États-Unis et le Canada
les autorités.
34.

Le 12 octobre 2000, ou peu après, l'Arabie saoudite savait que Al Qaïda avait bombardé

Les Etats-Unis Cole alors qu'il était en train d'être ravitaillé au Yémen, entraînant 17 décès et
Blessures aux marins de la Marine américaine.

Page 145

35.

De mai 2001 au 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite savait que les États-Unis

A fait des demandes urgentes d'assistance de l'Arabie saoudite concernant une personne en Arabie saoudite
Qui était en contact avec un coordonnateur opérationnel principal d'al-Qaïda concernant un al
Qaïda contre les États-Unis; Un haut fonctionnaire du gouvernement américain a déclaré plus tard
Si ces demandes avaient été prises en compte, les attaques du 11 septembre auraient pu être évitées.
II.
Les actes délictueux de l'Arabie saoudite
Cause prochaine des attentats du 11 septembre
36.

La planification des attentats du 11 septembre a commencé en 1996 avec

Les discussions entre les membres d'Al Qaeda sur la faisabilité du détournement d'avions et de leur écrasement
Aux points de repère aux États-Unis et à la suggestion d'Oussama ben Laden selon laquelle les
L'aéronef utilisé comme mode d'attaque; Entre 1997 et 1999, les équipes de reconnaissance d'al-Qaida
S'est rendu aux États-Unis pour examiner les cibles potentielles; En novembre 1999, une «série sèche» a été menée
Un vol de passagers des États-Unis pour vérifier la sécurité du poste de pilotage; 1999 et 2000, les pirates de l'air
Recrutés par Al-Qaïda, principalement en Arabie Saoudite, puis endoctrinés et formés à divers
Terroristes en Afghanistan; En janvier 2000, les deux premiers pirates de l'air sont arrivés aux États-Unis
États-Unis, et en 2000 et 2001, des pirates de l'air supplémentaires sont venus aux États
Formation et ont fait leurs derniers préparatifs, puis se sont réunis en septembre 2001 pour
Attaques.
37.

Le 11 septembre 2001, les 19 pirates de l'air d'al-Qaïda ont violemment

Cockpits de quatre avions de ligne commerciaux et ont piloté ces avions comme des armes dans un
Attentat terroriste contre les États-Unis et ses citoyens, faisant monter deux avions dans le
Center Towers à New York et un troisième avion dans le Pentagone en Virginie; Le quatrième plan

Page 146

S'est écrasé à Shanksville en Pennsylvanie alors que les passagers se battaient avec les pirates de
L'avion et a contrarié leurs plans pour détruire le US Capitol ou la Maison Blanche.
38.

Comme détaillé dans le présent document, à chaque étape de la planification et de l'exécution d'Al Qaïda

Aux attentats du 11 septembre, l'Arabie saoudite a délibérément apporté son soutien à Al-Qaïda,
Financement et des ressources matérielles, substantielles et critiques pour le succès de la
11 septembre Attaques.
A. Le financement direct d'Al-Qaïda par l'Arabie saoudite
39.

Au cours de la décennie qui a précédé le 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite

Responsable du financement substantiel d'Al-Qaïda qui était vitale pour le fonctionnement de ce terroriste
Organisation et ses préparatifs et la réalisation des attaques du 11 septembre,
Ne se limitant pas aux éléments suivants:
une.

Arabie Saoudite, l'IIRO, Rabita Trust, WAMY, BIF, AHIF, SJC, SHC et

SRC a apporté d'importantes contributions financières à al-Qaïda, comme l'ont confirmé les États-Unis, le français,
Allemande, suisse et saoudite, des rapports des Nations Unies, la déclaration de
Qaida Zacarias Moussaoui et d'autres sources;
B.

Les hauts fonctionnaires saoudiens ont apporté des contributions financières

C.

Depuis le 1er septembre 2001 jusqu'au 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite,

Qaïda;

Par l'entremise de ses employés et agents, y compris Khalid al Suwailem, diplomate et haut fonctionnaire
Du Ministère des Affaires Islamiques à l'Ambassade d'Arabie Saoudite à Washington, D.C. et Omar
Abdi Mohamed, employé par le Ministère des Affaires Islamiques d'Arabie Saoudite avec le titre de
"Propagateur": frauduleusement demandé et obtenu un visa pour que Mohamed puisse entrer aux États-Unis
Un «travailleur religieux» et a intentionnellement déguisé le fait que Mohamed était une Arabie saoudite

Page 147

employé; Mohamed a créé et exploité l'Agence de secours de l'Ouest somalien (WSRA), un
Californie sans but lucratif corporation à San Diego, en Californie; Et, utilisé WSRA dans un schéma pour envoyer
Des fonds substantiels à al-Qaïda;
ré.

À partir de 1998 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite,

Par l'intermédiaire de ses employés et représentants du Ministère des affaires islamiques d'Arabie saoudite: i)
Frauduleusement obtenus et / ou entretenus 26 U.S.C. §501 (c) (3) statut de bienfaisance pour WSRA de
L'Internal Revenue Service, malgré le fait que WSRA n'a jamais effectué d'actes de bienfaisance;
(Ii) ont utilisé WSRA pour recevoir de l'argent de diverses sources affiliées à al-Qaida, y compris mais
Non limité à l'AHIF, et (iii) l'AFSS a-t-elle envoyé plus de 350 000 $ à al-Qaïda, via Dahab Shil, un
Agence de transfert d'argent utilisée par al-Qaïda, y compris, mais sans s'y limiter, le bureau Dahab Shil
Karachi, au Pakistan, qui a été fondée, dotée en personnel et contrôlée par Al-Qaïda;
E.

Pendant la même période que les employés et agents de l'Arabie saoudite ont envoyé

350 000 dollars par l'entremise de WSRA à Al-Qaïda, y compris par le biais du bureau Dahab Shil de Karachi au Pakistan,
Khalid Sheikh Mohamed, le cerveau des attentats du 11 septembre, était situé à Karachi
Et a envoyé et envoyé un total d'environ 400 000 $ en espèces aux pirates de l'air qui
Constituait le principal financement des attentats du 11 septembre;
F.

À partir de 1998 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite,

Par l'entremise de ses employés et agents, y compris, mais sans s'y limiter, Fahad al Thumairy,
Qaïda en envoyant d'importantes sommes d'argent de l'Arabie Saoudite à travers le roi Fahad
Mosquée Ibn Tamiyah, à Culver City, en Californie, à Al-Qaïda, ou
Par l'entremise de diverses organisations, particuliers et / ou entreprises privées, y compris, mais sans s'y limiter,
Des organismes de bienfaisance et / ou d'autres entreprises, à al-Qaïda;

Page 148

g.

Fahad al Thumairy, de 1998 à septembre 2001, y compris le 11 septembre 2001: (i) a été

Un diplomate accrédité travaillant au Consulat de Los Angeles en Arabie saoudite
Ministère des affaires islamiques; (Ii) signalé à d'autres hauts fonctionnaires du Ministère de la
Affaires Islamiques à l'Ambassade d'Arabie Saoudite à Washington, D.C .; (Iii) avait été choisi pour son
À Los Angeles par le chef des affaires islamiques d'Arabie Saoudite à Washington, D.C .; Et (iv) était
Un imam extrémiste à la mosquée du roi Fahad, qui a été fondée et financée par l'Arabie saoudite;
H.

À partir de 1998 jusqu'au 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite a financé

Qaïda en envoyant d'importantes sommes d'argent par l'intermédiaire du Centre islamique de San Diego ou
Par l'entremise de diverses organisations, particuliers et / ou entreprises privées, y compris, mais sans s'y limiter,
À des organismes de bienfaisance somaliens et / ou à d'autres entreprises, à Al-Qaïda;
je.

L'Arabie saoudite a embauché et payé des employés et des agents, dont Omar al-Bayoumi

Et Osama Basnan, dont l'Arabie saoudite savait qu'il s'agissait d'agents d'Al-Qaïda et / ou de sympathisants et
Qui a fourni à Al-Qaïda une aide substantielle pour se préparer aux attaques du 11 septembre;
J.

Bayoumi a été employé par l'Arabie saoudite à partir des années 1970, et à partir de 1995

Jusqu'au 11 septembre 2001, il a été affecté par l'Arabie saoudite à travailler à San
Diego et a été compensé par l'Arabie saoudite à travers divers "emplois fantômes" que Bayoumi jamais
Effectivement effectuée;
K.

En 2000, Bayoumi a eu un emploi fantôme en tant que «Senior DSS Programmer» et en Arabie saoudite

L'Arabie lui payait 3 000 $ par mois lorsque, comme il est indiqué dans le présent document,
Des représentants officiels du Ministère des affaires islamiques d'Arabie saoudite afin de fournir
Deux pirates de l'air d'al-Qaïda en Californie, et l'Arabie saoudite a payé Bayoumi un $ 4.000 supplémentaire par
Mois, catégorisé comme «autres allocations», qui était lié à son travail pour aider ces pirates de l'air et
A porté sa rémunération totale à 7 000 dollars par mois entre avril 2000 et septembre 2001,

Page 149

Après quoi ce paiement mensuel supplémentaire a pris fin et sa rémunération a été ramenée à 3 000 $ par
mois;
1.

Basnan, qui a également fourni un soutien matériel et des services aux pirates de

Californie, tel que détaillé dans le présent document, a reçu environ 75 000 $ en
Riggs Compte en banque de l'ambassade d'Arabie Saoudite à Washington, DC de 1998 à
Septembre 2001, y compris 25 000 $ versés par l'ambassade à Basnan et à son épouse en 1998,
A été remboursé à l'ambassade par Yasin Kadi, un agent financier connu d'Al-Qaida, qui a câblé
L'ambassade de 25 000 $ en mai 1998 à partir de son compte bancaire suisse;
M.

De la fin des années 1990 jusqu'au 11 septembre 2001, Ahmed al

Dubayan et Mohamed Jaber Hassan Fakihi, travaillant pour le ministère de l'Islam
En Allemagne et agissant dans le cours et la portée de leur emploi pour l'Arabie Saoudite en tant que
Son bureau des affaires islamiques à l'ambassade d'Arabie saoudite à Bonn et / ou à Berlin,
D'environ 800 000 dollars de l'ambassade d'Arabie Saoudite pour soutenir Al-Qaïda dans
Allemagne, y compris la mosquée Al Nur à Berlin;
N.

En outre, Dubayan, Fakihi et le ministère des Affaires islamiques ont organisé

AHIF, avec l'approbation et la participation directe du directeur général de l'AHIF, Aqeel Abdulaziz al
Aqeel, de fournir des fonds de plus de 1 000 000 $ pour soutenir Al-Qaïda dans la mosquée Al Nur;
O.

Les fonds ont été payés par l'ambassade d'Arabie Saoudite et l'AHIF à l'al Nur

Mosquée aux instructions spécifiques des agents d'Al-Qaïda et d'Oussama Ben Laden; Cette mosquée
Était fréquenté par des membres de la cellule d'Al-Qaïda de Hambourg dirigée par Mohamed Atta qui
Coordonné et mené à bien les attaques du 11 septembre; Et les autorités américaines ont conclu que
Fakihi était "plus qu'un simple sympathisant de Ben Laden" et était "impliqué dans l'organisation"
Avec Al-Qaïda;

Page 150

P.

De 1996 à y compris le 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite a financé

Qaida en Allemagne en envoyant de l'argent à des particuliers, des organisations et / ou des
Y compris, mais sans s'y limiter, l'agent financier d'Al-Qaïda, Mamoun Darkazanli,
Darkazanli Import Export et Abdelfatah Zammar, et ces fonds ont souscrit au recrutement
Par Mamoun Darkazanli, Abdelfatah Zammar et Mohamed Zammar à la mosquée Al Quds en
Hambourg, en Allemagne, des membres de la cellule d'Al-Qaida de Hambourg qui ont
11e Attaques, y compris les pirates de l'air Mohamed Atta, Ziad Jarrah et Marwan al Shehhi et autres
Qaïda qui ont contribué à la réalisation des attaques du 11 septembre, dont Ramzi bin alShibh;
Q.

À compter du 11 septembre 2001 inclusivement, les fonds

1 000 000 $ pour Al-Qaida de la part de donateurs en Arabie saoudite et a demandé à l'employé et / ou au
Agent Abdulaziz Abdulrahman al Baddah d'envoyer ces fonds à al-Qaïda via le Dahab Shil
À Karachi, au Pakistan et à l'organisation humanitaire Al Wafa au Pakistan;
R.

À partir de 1988 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, les cadres supérieurs de la

L'OIRI d'Arabie, par l'intermédiaire de son bureau au Pakistan, a blanchi et détourné les fonds de l'IIRO vers Al-Qaida et
Utilisé de fausses listes de distribution de bénéficiaires orphelins en Afghanistan comme un subterfuge à des fonds directs
À al-Qaïda, comme l'a confirmé Jamal al Fadl, un transfuge d'al-Qaïda et des hauts fonctionnaires du
Les bureaux du MWL et de l'IIRO étaient conscients du fait que les fonds de l'IIRO étaient
Qaida en 1994, sinon plus tôt, mais la pratique s'est poursuivie;
S.

Le financement d'Al-Qaïda par l'IIRO a été confirmé par un rapport d'Ernst & Young 2001

Comptable, qui a examiné les dossiers de l'IIRO de 1996 à 2001 et a détaillé
Graves divergences dans les états financiers et les comptes de l'IIRO, y compris, mais sans
Que: plus de la moitié des fonds transférés du siège de l'IIRO ne peuvent être comptabilisés;


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#5 28-03-2017 19:45:54

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

suite: de la page 151 à 162

Page 151

Des dépenses de plus de 3 millions de dollars n'ont pu être expliquées; Environ 250 000 $ prétendument consacrés à l'aide
À des orphelins afghans ont disparu; Les signatures sur les documents financiers étaient falsifiées ou falsifiées;
Les factures de construction ont été falsifiées; Et des fonds ont été envoyés à des sociétés fictives
Directeurs de l'IIRO;
T.

De 1993 à 1998, l'IIRO de l'Arabie saoudite a financé Al Qaeda en envoyant

Environ 500 000 $ de l'IIRO à l'organisme de dotation de l'IIRO, Sana-Bell, administré
Par l'IIRO Suliman al Ali, pour un prétendu projet immobilier à Fort Washington, MD,
Géré par Soliman Biheiri, et la totalité ou la grande majorité de cet argent,
Les contributions faites par la mère et les sœurs d'Osama Bin Laden, Abdullah Ben Laden, Osama Bin
Le neveu de Laden, Yasin Kadi, un agent d'al-Qaïda, et d'autres, totalisant
Environ 2 millions de dollars, et le comptable de Biheiri a déclaré au FBI que les fonds étaient
Transférés à l'étranger à Al-Qaïda, ou par le biais de diverses organisations, individus et / ou
Affaires à al-Qaïda, et Biheiri a été jugé dans le district est de la Virginie et condamné le
Les accusations fédérales pour fraude de passeport et faire de fausses déclarations officielles pour obstruer un terrorisme
enquête;
U.

De 2000 à y compris le 11 septembre 2001, le WAMY d'Arabie saoudite

A financé Al Qaïda en envoyant plus de 50 000 $ au compte de WAMY au Canada qui a été canalisé
Par le biais du programme orphelin du BIF en Afghanistan à Al-Qaïda, ou par le biais de diverses organisations,
Des particuliers et / ou des entreprises privées à Al-Qaïda, et moins de 25% du financement des BIF
Orphelin était effectivement utilisé pour les orphelins;
V.

En 1996-1999, sous prétexte de faire des travaux de construction en Bosnie, en Arabie Saoudite

Le SHC d'Arabie a acheminé des centaines de milliers de dollars à Al-Qaïda par le biais d'entreprises
Établi par les membres d'Al-Qaïda Wael Jelaidan, Yasin Kadi et Shafiq Ayadi, qui ont été

Page 152

Désignés par les États-Unis comme des terroristes terroristes spécialement désignés en raison
Activités pour appuyer Al Qaïda pour la décennie précédant les attaques du 11 septembre;
W

À partir de 1998 jusqu'au 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite a créé le

SJRC et nommé Wael Jelaidan, employé de l'Arabie saoudite depuis 1985 et ancien
Le MWL, en tant que directeur exécutif, malgré le fait que l'Arabie saoudite savait que Jelaidan était un
Actif d'Al-Qaïda et l'un des fondateurs d'al-Qaïda;
X.

Jelaidan a utilisé son poste de directeur exécutif du SJRC en Albanie et

Kosovo de fournir un soutien financier et logistique à Al-Qaïda par le biais d'entreprises en Albanie qui
Étaient détenus et exploités par (i) Yasin Kadi, un agent financier connu d'Al-Qaida, (ii) Abdelatif
Saleh, un collaborateur et un soutien financier connus d'Al-Qaïda et ayant des liens avec Osama Bin Laden et (iii)
Jelaidan lui-même;
Y.

En septembre 1999, Jelaidan a été déclaré «indésirable» par l'Albanie et

A ordonné de quitter le pays en raison de ses liens avec un complot terroriste d'al-Qaïda 1998 contre les États-Unis.
Ambassade en Albanie, mais après son expulsion, l'Arabie saoudite a continué à retenir Jelaidan comme SJRC
Directeur général, et Jelaidan a été invité à se joindre aux hauts fonctionnaires saoudiens
Arabie voyage d'affaires du gouvernement;
Z.

En 1997-2000, le BIF de l'Arabie saoudite a envoyé environ 80 000 dollars à al-Qaïda

Par l'intermédiaire d'une société de pointe appelée Maram, à Istanbul, en Turquie, apparemment
A été fondée, détenue et dirigée par al-Qaïda, par l'intermédiaire de ses opérateurs Mahmdou Salim (également un BIF
Wael Jelaidan et Mohamed Bayazid (président du BIF);
Aa.

En février 2000, l'AHIF de l'Arabie saoudite a envoyé environ 150 000 dollars

Al-Qaïda par le biais d'un régime de blanchiment de capitaux par lequel des fonds ont été reçus
Compte bancaire des États-Unis, puis retiré de ce compte et illégalement

Page 153

Soliman al Buthe, membre de haut rang de la communauté saoudienne
Gouvernement de la ville de Riyadh, fonctionnaire de l'AHIF et président de l'AH1F aux États-Unis, puis
Distribué par divers canaux à al-Qaïda;
Bb.

À la fin des années 1980, MWL Arabie Saoudite a envoyé son employé et agent Mohamed

Khalifa, le beau-frère d'Osama Bin Laden, de fonder un bureau de MWL / IIRO aux Philippines et
Par la suite vers ou vers 1994, de l'argent de l'IIRO de l'Arabie saoudite via son bureau aux Philippines
A été utilisé pour financer une cellule terroriste affiliée à Al-Qaïda, dirigée par Ramzi Yousef,
Bombardier du Centre de commerce pour mener des attaques terroristes contre les États-Unis,
Bojinka et son essai, le bombardement de décembre 1994 de Philippine Airlines, qui
Précurseurs des attentats du 11 septembre;
Cc.

Suite aux attentats du 11 septembre, les États-Unis ont formellement déclaré

Exec. N ° 13224 (publié en 2001 et mis à jour en 2001, 2002, 2004, 2006 et 2008) qui
Tout ou partie de quatre organisations caritatives d'Arabie saoudite, à savoir l'AHIF, l'IIRO, Rabita
Trust et BIF, et de nombreux employés des organisations caritatives d'Arabie saoudite, dont Wael
Jelaidan (MWL, IIRO, SRC, SJRC, Rabita Trust), Abdelhamid al Mujil (IIRO), Soliman al
Buthe (AHIF), Aqeel al Aqeel (AHIF), Adel Batterjee (WAMY, BIF), Enaam Arnaout (MWL,
WAMY, BIF) étaient des Terroristes Globalement Désignés, basés sur le soutien matériel et
Les ressources qu'ils ont fournies à Al-Qaïda avant les attentats du 11 septembre; et
Dd.

Avant et y compris le 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite a financé Al-Qaïda

D'autres moyens, comme cela sera déterminé par une enquête plus approfondie, la divulgation et la
Arabie Saoudite.
B. Le soutien matériel de l'Arabie saoudite
Les camps de formation terroristes afghans
Endoctriner et fournir une formation terroriste aux 19 pirates de l'air

Page 154

40.

Chacun des 19 pirates de l'air et autres personnes impliquées dans le soutien du 11 septembre

Les attaques ont été endoctrinées et leur entraînement terroriste nécessaire pour préparer et exécuter
Les attentats du 11 septembre sur un ou plusieurs camps d'entraînement terroristes d'al-Qaïda
Afghanistan, ci-après dénommés «camps d'entraînement terroristes afghans», y compris:


"Al Farouq 1" (les pirates de l'air Nawaf al Hazmi et Khalid al Mihdhar);

• «Al Farouq 2» (les pirates de l'air Abdelaziz al Omari, Ahmed al-Ghamdi, Ahmed al Haznawi,
Ahmed al-Nami, Fayez Banihammad, Hamza al Ghamdi, Hani Hanjour, Mohand Shehri,
Salem al Hazmi, Sayid al Ghamdi, Wail al Shehri et Walid al Shehri);


"Khalden" (les pirates Khalid al Mihdhar, Majed al Moqed, Satam al Suqami);



"Al Matar" (les pirates de l'air Abdelaziz al Omari, Ahmed al Ghamdi, Ahmed al Haznawi,
Ahmed al-Nami, Fayez Banihammad, Hamza al-Ghamdi, Mohand Shehri, Salem al
Hazmi, Sayid al Ghamdi, Wail al Shehri et Walid al Shehri);



"Mes Aynak" (les pirates de l'air Nawaf al Hazmi et Khalid al Mihdhar); et



"Les fermes de Tarnak" (les pirates Ziad Jarrah, Mohamed Atta et Marwan al Shehhi).
41.

Ces camps d'entraînement terroristes afghans ont donné une formation aux 19 pirates de

Diverses compétences qu'ils ont utilisé pour exécuter les attentats du 11 septembre, y compris le détournement d'avions,
La discipline, le combat corps-à-corps, l'armement (y compris l'utilisation de couteaux et de lames pour meurtre),
La prise d'otage, l'endoctrinement religieux, l'anglais et la culture américaine.
42.

Pour les années antérieures au 11 septembre 2001 inclusivement, l'IIRO, l'AHIF de l'Arabie saoudite

Et MWL ont fourni un financement substantiel et d'autres formes de soutien matériel pour les terroristes afghans
Camps d'entraînement auxquels ont participé les 19 pirates de l'air en Afghanistan, y compris, mais sans
Suivant:
une.

L'IIRO de l'Arabie saoudite était la principale source de financement et d'autres

Soutien à l'établissement et à l'exploitation des camps d'entraînement terroristes afghans, confirmés par:

Page 155

je.
A 1996 C.I.A. Rapport, qui indique que l'IIRO a financé six
Camps d'entraînement en Afghanistan;
Ii.
Un rapport de 2003 du Conseil de sécurité des Nations Unies, qui
"Les fonds de l'IIRO ont directement soutenu six camps d'entraînement d'Al-Qaida en Afghanistan avant
11 septembre";
Iii.
Un câble du département d'État des États-Unis en 2004, qui décrivait l'IIRO
Principal commanditaire des camps d'entraînement terroriste en Afghanistan pendant le régime taliban »,
À savoir de 1996 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement;
Iv.
Rapport d'un rapport de 2003 selon lequel un employé de l'IIR, Abu Nasir,
Informé par ses supérieurs dans les années 1990 que près de 40 à 50 pour cent de l 'IIRO
Des fonds de bienfaisance destinés à financer des camps d'entraînement terroriste en Afghanistan et
Cachemire;
V.
Vi.

Un rapport de renseignement français de janvier 2001;
La déclaration de Zacarias Moussaoui;

Vii.
États-Unis concernant les attaques du 11 septembre qui ont lié l'IIRO à
Financement des camps d'entraînement afghans; et
Viii.
En 2001 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, au moins un IIRO
Employé a également été formateur dans les camps d'entraînement terroristes afghans;
B.

L'AHIF de l'Arabie saoudite a fourni des fonds importants pour l'établissement et l'exploitation

Camps d'entraînement, comme confirmé par:
je.

La déclaration de Zacarias Moussaoui;

Ii.
Les rapports des États-Unis concernant les attaques du 11 septembre lient l'AHIF
Financement des camps d'entraînement afghans; et
Iii.
Dans les années 90, y compris le 11 septembre 2001, un représentant
De l'AHIF d'Arabie saoudite en Belgique était un recruteur pour la formation terroriste afghane d'al-Qaïda
Camps;
C.

Le MWL, l'IIRO et l'AHIF payés pour le transport des agents d'Al-Qaïda

Assister aux camps d'entraînement terroristes afghans;
ré.

La MWL, l'IIRO et l'AHIF payés pour les matériaux de construction et les fournitures électriques

Nécessaires pour construire les camps d'entraînement terroristes afghans; et

Page 156

E.

La LMM, l'IIRO et l'AHIF ont financé et fourni un soutien matériel à l'Afghanistan

Terroristes d'autres manières, comme cela sera déterminé par une enquête plus approfondie,
Divulgation et découverte de l'Arabie Saoudite.
C. L'appui logistique de l'Arabie saoudite à Al-Qaïda
43.

Au cours de la décennie qui a précédé le 11 septembre 2001 et

Période où Al-Qaïda planifiait activement les attaques du 11 septembre, l'Arabie saoudite
Le soutien logistique et les ressources matérielles à Al-Qaïda, y compris, sans s'y limiter, les éléments suivants:
une.

Les fonctionnaires du Département d'Etat des États-Unis ont conclu qu'Oussama Ben Laden "

IIRO pour ses activités terroristes ";
B.

À la fin des années 90, y compris le 11 septembre 2001, le bureau et

L'hôtelier de l'IIRO d'Arabie saoudite à Kandahar, l'Afghanistan a été exploité comme une
Maison sûre pour les agents d'Al-Qaïda qui se rendent dans les camps d'entraînement terroristes afghans;
C.

Vers octobre 1998 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, les autorités saoudiennes

L'Arabie a annoncé qu'elle a fermé sa résidence à Kaboul, en Afghanistan
(Suite aux attentats d'al-Qaida contre les ambassades des États-Unis en Tanzanie et au Kenya) et, par la suite,
Directeur de l'AHIF en Afghanistan a été instruit par "Riyadh" (la capitale de l'Arabie saoudite
Et l'emplacement du siège de l'AHIF en Arabie Saoudite) pour ouvrir un bureau à ce
Ambassade / résidence de l'ambassadeur; Et l'AHIF a exploité un tel bureau et a fourni du matériel
Soutien et ressources à Al-Qaïda par l'entremise de ce bureau;
ré.

Vers octobre 1998 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, les autorités saoudiennes

L'ambassade d'Arabie et la résidence de l'ambassadeur à Kaboul servaient de «maison d'hôtes»,
Par Al-Qaïda; Oussama ben Laden et de nombreux autres agents d'al-Qaïda, notamment
Plusieurs des 19 pirates de l'air, sont restés dans cette maison sûre;

Page 157

E.

De 1998 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite a fourni des

Le financement et l'équipement militaire aux Taliban, y compris par l'intermédiaire de l'organisme de bienfaisance de l'Arabie Saoudite
Organisations non gouvernementales, y compris, mais sans s'y limiter, l'AHIF, afin de soutenir l'utilisation de
Paradis pour al-Qaïda;
F.

De 1998 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite a facilité

Et a fourni un soutien et des services à la compagnie aérienne contrôlée par les Taliban, Afghan Ariana Airlines,
Entre l'Afghanistan et l'Arabie saoudite, que l'Arabie saoudite savait
D'Al Qaïda à des canons à navettes, à de l'argent et à des recrues d'Al-Qaïda et
En Afghanistan;
g.

Avant le 11 septembre 2001, les diplomates de l'ambassade d'Arabie saoudite

La Bosnie a coordonné le soutien financier de l'AHIF de l'Arabie Saoudite aux agents d'Al-Qaïda;
H.

En 1997 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, l'AHIF de l'Arabie saoudite

A organisé un programme en Azerbaïdjan qui a dispensé une formation aux employés de l'AHIF en argent
Blanchiment pour financer Al Qaïda en utilisant des comptes bancaires, des sociétés de
Des agents de messagerie et ces employés ont ensuite été déployés au Pakistan et ont utilisé ces
Techniques pour recevoir des fonds de l'AHIF en Arabie Saoudite et envoyer ces fonds à Al Qaïda
Le Pakistan et l'Afghanistan, comme décrit ici;
je.

De 1998 à y compris le 11 septembre 2001, le BIF de l'Arabie saoudite,

A aidé Al Qaïda et Osama Ben Laden à acquérir et à transporter des matériaux et des
D'armes et le transfert des fonds d'al-Qaïda, y compris via l'utilisation de «sociétés de
Divers pays, notamment le Soudan, la Turquie et l'U.A.E .;
J

L'université islamique Imam Muhammad Ibn Saud de l'Etat d'Arabie Saoudite ("Imam

Université ") employait de nombreux instructeurs qui étaient des agents d'Al-Qaida ou des sympathisants,

Page 158

Recruté et endoctriné ses étudiants pour rejoindre Al-Qaïda, et au moins cinq des 19 pirates de l'air
Responsable des attentats du 11 septembre, ainsi que d'autres agents d'al-Qaïda qui
L'Université Imam, ont probablement été recrutés comme agents d'al-Qaïda par l'Arabie saoudite
Employés et agents;
K.

En juillet 2001, le bureau des passeports de l'Arabie saoudite et les autorités

Passe sous un faux nom à Khalid Sheikh Mohamed, un citoyen pakistanais qui a travaillé avec
Et que Al-Qaïda planifie, réalise et dirige les attentats du 11 septembre;
1.

De 1996 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite a aidé

Divers employés et agents qui ont fourni un soutien matériel et des ressources à Al-Qaïda pour
Les attentats du 11 septembre pour obtenir des visas frauduleux pour entrer aux États-Unis, en violation
Fédérale et n'a pas informé les fonctionnaires des États-Unis, y compris le procureur général
Employés et agents travaillent pour l'Arabie saoudite à l'intérieur des États-Unis, en violation
Fédérale, y compris, mais sans s'y limiter, les dispositions suivantes:


Omar Abdi Mohamed, qui est entré pour la première fois aux États-Unis sur un visa frauduleux
1995, et n'a pas déclaré qu'il travaillait réellement pour l'Arabie saoudite,
Condamnés et déportés des États-Unis en 2006 pour
Fausses déclarations;



Omar al Bayoumi, qui est entré plusieurs fois aux États-Unis avec un visa d'étudiant depuis plusieurs années
Avant 1999-2000, même s'il ne fréquentait pas l'école, était
Salaire pour un «emploi fantôme» tout en travaillant réellement pour l'Arabie saoudite, et
Le soutien matériel et les ressources pour les pirates de l'air d'al-Qaïda, comme décrit ici;



Osama Basnan, qui est entré aux États-Unis avec un visa de touriste en 1996, alors qu'il travaillait pour
L'Arabie saoudite, et fourni un soutien matériel et des ressources aux pirates de l'air
Décrite ici et n'a quitté les États-Unis qu'après août 2002, après avoir été déclaré coupable
Fraude aux visas et déportation;
M.

Les bureaux et les autorités des passeports de l'Arabie saoudite ont fourni des agents d'al-Qaïda,

Y compris plusieurs des 19 pirates de l'air impliqués dans les attaques du 11 septembre, Avec de nouveaux,

Page 159

Des passeports «nettoyés» pour leur permettre de voyager et d'obtenir des visas sans soupçon, y compris
Limité à supprimer les références à des voyages à travers le Pakistan vers les camps d'entraînement terroristes afghans;
N.

Saoudien SRC, MWL, IIRO, WAMY et / ou AHIF fourni Osama Bin

Laden et d'autres membres d'Al-Qaïda munis d'une carte d'identité et de visas de voyage,
Les camps d'entraînement terroristes afghans;
O.

L'AHIF de l'Arabie Saoudite a fourni des services secrets de messagerie à Al-Qaïda,

Non limitée à ces services fournis par l'employé et / ou l'agent de l'AHIF Abdirashid Aidid, qui
Était basée au Pakistan en 2000;
P

L'AHIF de l'Arabie Saoudite a faxé des messages codés pour al-Qaïda, y compris mais pas

Limitée à un message envoyé par l'AHIF en Albanie à un agent d'Al-Qaïda à Londres en 1998
Liée à un complot d'al-Qaïda à l'été 1998 pour attaquer l'ambassade des États-Unis à Tirana (Albanie);

Q.

En 1998-1999, l'IIRO et l'AHIF de l'Arabie saoudite ont fourni des ordinateurs et d'autres

À Al-Qaïda en Afghanistan;
R.

En 1999-2000, l'Arabie saoudite a fourni des livres et des ouvrages wahhabistes à al-Qaïda

À Kandahar, en Afghanistan, qui étaient utilisés pour endoctriner les dirigeants talibans et Al-Qaïda
Recrues, y compris les 19 pirates de l'air impliqués dans les attentats du 11 septembre;
S.

En 1992-1996, Al Qaïda a envoyé des agents pour combattre dans la guerre de Bosnie, y compris deux

Des 19 pirates de l'air, et des organisations caritatives d'Arabie saoudite, y compris le SHC, WAMY, BIF
Et AHIF, ont fourni à ces agents d'Al-Qaïda des emplois, des pièces d'identité, des vivres, des armes
Et l'équipement, et le SHC a employé divers agents d'al-Qaïda, y compris Ali Ahmed Ali
Hamad, Abdelsamad al Bahrani, Hassam al Din, Abou Miqdad al Dosari, Abu Abdelmalik al Libi,
Et Yusuf Rahman en Bosnie, et Abdullah al Matrafi à La Mecque;

Page 160

T.

De 1992 à 1996, un haut fonctionnaire saoudien, le SHC et l'IIRO ont envoyé

Des millions de dollars à l'organisation de secours du tiers monde, un front d'al-Qaïda, avec les connaissances
Qu'une partie substantielle de ces contributions financerait Al-Qaïda, y compris le transport
Des membres d'Al-Qaïda à la guerre en Bosnie, et l'achat de diverses armes,
Les lance-grenades, les fusils, les armes à feu et les cartouches chimiques;
U.

En 1993, le SHC de l'Arabie Saoudite, qui était à l'époque géré par un

Arabie Saoudite, tel que confirmé par l'Agence de renseignement de la Défense des États-Unis, a fourni
Les factions somaliennes qui étaient entraînées par Al-Qaïda et ces armes ont été utilisées pour tuer
De nombreux militaires américains qui assuraient la sécurité d'une mission humanitaire
Somalie; et,
V.

Avant le 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite a fourni des services logistiques

Soutien à Al-Qaïda de façon supplémentaire, comme cela sera déterminé par une enquête plus approfondie,
Divulgation et découverte de l'Arabie Saoudite.
D. Le soutien matériel de l'Arabie saoudite à Al-Qaïda
La planification et l'exécution des attentats du 11 septembre
44.

L'Arabie saoudite a fourni un soutien matériel et des ressources pour Al-Qaida et les 19

Les pirates de l'air directement liés à la planification réelle et l'exécution des attaques du 11 septembre,
Y compris, mais sans s'y limiter, les éléments suivants:
une.

Comme détaillé ci-dessus, l'Arabie saoudite était responsable du financement de la parcelle

Par le biais de divers régimes qui ont financé Al-Qaïda en même temps que les 19 pirates de l'air
(39c - h, ¶39q, ¶43h); Les agents et employés de l'Arabie Saoudite pour leurs
Travail pour aider les pirates de l'air (T39i-1); A fourni des fonds pour le recrutement et le soutien
Qaida à Hambourg (¶39rn-p); Financé les camps d'entraînement terroristes afghans auxquels ont assisté

Page 161

19 pirates de l'air (¶ 40 - 42); Et, l'aide logistique utilisée par les pirates de l'air et leur réseau de soutien,
Y compris les logements sûrs et l'identification (¶43b-d, ¶43k-n);
B.

En janvier 2000, un haut responsable de l'Arabie Saoudite au

Ambassade à Washington, D.C. a donné des instructions au diplomate saoudien Fahad al Thumairy et Omar
Al Bayoumi, un autre agent et employé travaillant pour l'Arabie saoudite, y compris pour son ambassade à
Washington, D.C., son Consulat à Los Angeles, le Ministère de l'Enseignement Supérieur, le Ministère
Des Affaires Islamiques, du Ministère de la Défense et / ou d'autres agences, pour rencontrer et couvrir,
Les conseils, la planification, les maisons sûres et tout autre appui matériel et ressources aux pirates de l'air d'al-Qaïda
Khalid al Mihdhar et Nawaf al Hazmi, le premier des 19 pirates de l'air à arriver aux États-Unis
États;
C.

Dans ou autour de janvier 2000, Thumairy s'est rencontré en personne à Los Angeles avec Mihdhar

Et Hazmi à leur arrivée aux États-Unis, les a aidés avec le transport et le logement,
Y compris l'organisation d'un appartement pour les pirates de l'air à l'Avalon Westside appartements à Los
Angeles, et a rencontré et dirigé Bayoumi et d'autres, y compris mais non limité à Oualid
Benomrane et Mohdar Abdullah, pour fournir un soutien matériel et des ressources aux pirates de l'air
Mihdhar et Hazmi;
ré.

De janvier 2000 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, Bayoumi,

Dans le cours et la portée de son emploi auprès de l'Arabie saoudite et / ou en qualité d'agent de l'Arabie saoudite,
Fournir de l'argent, de la couverture, des conseils, de la planification, de la sécurité des maisons et d'autres
Al-Qaïda Mihdhar et Hazmi, y compris: les aider à apprendre l'anglais et l'américain
La culture et l'assimilation aux États-Unis sans attirer l'attention sur eux-mêmes; Les trouver
Appartements à San Diego; Co-signer leur bail et fournir de l'argent pour le loyer et la sécurité
dépôt; Leur prêtant son téléphone portable; Les aider à ouvrir des comptes bancaires; Leur présentation

Page 162

Autres personnes qui pourraient leur fournir des informations et une assistance, y compris, mais sans s'y limiter: (i)
Osama Basnan, employé et agent de l'Arabie saoudite travaillant pour l'Arabie saoudite, (ii) Yazeed al
Salmi (le neveu du supérieur de Bayoumi dans le ministère de la défense de l'Arabie saoudite), (iii) Anwar al
Aulaqi, un agent d'Al-Qaïda à San Diego et en Virginie (plus tard désigné par les
Un terroriste mondial spécialement désigné), qui avait des réunions non seulement avec Mihdhar et Hazmi,
Mais aussi avec le pirate Hani Hanjour, et leur a fourni des conseils, des encouragements et d'autres
Le soutien matériel et les ressources, et (iv) Osama Nooh et Lafi al Harb, deux navals de l'Arabie saoudite
Les officiers qui ont participé à la formation de la Marine américaine à San Diego; Et, autrement, les aider avec leur
Préparatifs pour les attentats du 11 septembre;
E.

À partir de janvier 2000 et par la suite avant le 11 septembre 2001, Mohdar Abdullah,

À la direction de Thumairy et / ou de Bayoumi, a fourni un soutien matériel et des ressources
Les pirates de l'air Mihdhar et Hazmi, y compris, mais sans s'y limiter: les aider à s'acclimater et vivre
en Californie; En leur assurant le transport vers divers endroits; En les aidant à obtenir des
Des numéros de sécurité et des permis de conduire authentiques en Californie; En les aidant à localiser et à obtenir
Permis de conduire faux et illégaux en Californie; En les aidant à localiser et à appliquer à la langue et
Écoles de vol; Effectuer la surveillance des installations aéroportuaires avec eux; En leur apportant un visa
Des questions visant à maintenir leur statut juridique aux États-Unis; Et, régulièrement, des repas et divers
Les contacts sociaux avec eux;
F.

À partir de janvier 2000 et par la suite avant le 11 septembre 2001, Oualid Benomrane,

À la direction de Thumairy et un autre employé ou agent de l'Arabie saoudite à son Los Angeles
Consulat, et pour l'indemnisation versée par l'Arabie saoudite, a fourni un soutien matériel et des ressources
Aux pirates de l'air Mihdhar et Hazmi, y compris, mais sans s'y limiter: leur fournir des moyens de transport
À divers endroits, en les aidant en tant que traducteur et en les aidant à apprendre l'anglais; et,


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#6 28-03-2017 19:48:34

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

suite:de la page 163 à 174

Page 163

Benomrane a déclaré aux autorités de police des États-Unis que: (i) Thumairy lui a demandé d'aider Mihdhar
Et Hazmi et lui a dit de ne pas dire à personne sur les deux hommes et de garder leur présence dans
Californie pour lui-même, (ii) Thumairy lui a dit que les deux hommes étaient à Los Angeles pour visiter leur
Père malade dans un hôpital local et (iii) le consulat saoudien avait ramassé les deux hommes au
Angeles et trouvé un appartement pour eux;
g.

À partir de janvier 2000 et par la suite avant le 11 septembre 2001, Osama Basnan,

Al-Qaïda, membre de l'équipe d'Al-Qaïda, agissant dans le cadre et la portée de son emploi en Arabie Saoudite
Et / ou comme un agent de l'Arabie saoudite, a rencontré et a eu des centaines de conversations téléphoniques avec
Bayoumi, a vécu en face des pirates de l'air Mihdhar et Hazmi à San Diego et a rencontré
Et leur a fourni un soutien matériel et des ressources, y compris en les mettant en contact avec un
Pilote de ligne aérienne commerciale, Khaled al-Kayed;
H.

Basnan travaillait à l'ambassade d'Arabie saoudite à Washington, en 1992

Quand il a organisé un événement en l'honneur d'Omar Abdul Rahman, le «cheikh aveugle», qui était un al-Qaïda
Supporter condamné en 1995 pour son rôle de responsable d'une attaque terroriste déjouée contre diverses
Les ponts, tunnels et monuments de New York; En 1998, Basnan et son épouse ont reçu 25 000 $
À travers l'ambassade saoudienne à Washington, D.C. qui a été remboursée à l'ambassade par Yasin
Kadi, un financier connu d'Al Qaïda; De février 1999 à mai inclusivement
2002, la femme de Basnan a été payé $ 2.000 - $ 3.000 chaque mois par les chèques de cette même ambassade;
Avant le 11 septembre 2001, Basnan a parlé d'Osama Ben Laden «comme s'il était un Dieu»; non plus
Basnan ou un associé a eu des contacts téléphoniques avec les membres de la cellule d'Al Qaïda à Hambourg et
Basnan a fait des appels réguliers aux membres de la famille d'Osama Bin Laden; Et, après le mois de septembre
11e Attaque, Basnan a célébré lors d'une partie disant que les pirates de l'air étaient des «héros» et a remarqué

Page 164

«Quel jour merveilleux et glorieux il avait été» et il se vante plus tard que «qu'il a fait plus pour le
Des pirates de l'air que Bayoumi n'a ";
je.

Vers juin 2000, conformément aux instructions de Thumiary et / ou de Bayoumi,

Mohdar Abdullah a amené Mihdhar et Hazmi à Los Angeles pour des réunions privées tenues au
La mosquée King Fahad et un motel de Los Angeles avec un autre agent d'al-Qaïda;
J.

À partir de juin 2000 et par la suite avant le 11 septembre 2001, après un voyage en

Arabie par Bayoumi, neveu de son supérieur au ministère de la Défense, Yazid Salmi,
A voyagé à San Diego, et Bayoumi a trouvé l'hébergement de Salmi avec le pirate de l'air Hazmi, et
Salmi a fourni de l'argent, dont 1 900 $ en chèques de voyage, à Hazmi en septembre 2000;
K.

En novembre 1999, Hamdan Shalawi et Mohamed Qudhaieen, tous deux

Qaida et les diplômés de l'Université Imam, ont été embauchés et rémunérés par
L'Arabie saoudite pour suivre des études supérieures en Arizona et accomplir d'autres tâches
L'ambassade d'Arabie saoudite à Washington, D.C., et agissaient dans le cours et la portée de leur
L'Arabie saoudite et / ou en qualité d'agents de l'Arabie saoudite lorsqu'ils ont voyagé
Vol commercial entre Phoenix et Washington, D.C. et tenté intentionnellement le
Au moins deux fois pour entrer dans l'habitacle de l'avion pour tester et apprendre la sécurité des compagnies aériennes américaines
Procédures en cours d'exécution des attaques du 11 septembre;
1.

Shalawi et Qudhaieen voyagent sur ce vol en utilisant les billets payés par

L'Arabie Saoudite avec l'intention apparente d'assister à un symposium à l'Institut de
Islamique et arabe en Amérique (IIASA) avec des hauts fonctionnaires de l'Arabie saoudite,
Notamment Abdullah Naseef, ancien secrétaire général du MWL et vice-président du Shura
Conseil;

Page 165

M.

À la fin des années 1980, Shalawi a suivi et reçu une formation terroriste à Masadat al

Ansar, puis le camp d'entraînement principal d'Oussama Ben Laden; Avant et après la «course à sec», Shalawi
Et / ou Qudhaieen a rencontré d'autres personnes impliquées dans la planification et l'exécution du 11 septembre
Les attaques, y compris (i) le pirate Hani Hanjour, qu'ils ont rencontré de 1997 à 1999 au Centre islamique Tempe de l'Arabie Saoudite à Tempe, AZ; (Ii) Thumairy, qu'ils ont rencontré à l'ouverture de la
King Fahad Mosque à Culver City, CA en 1998; Et (iii) plusieurs des pirates de l'air musculaire
Impliqué dans les attentats du 11 septembre, qui ont suivi une formation à l'automne et à l'hiver 2000-2001 dans un camp d'entraînement terroriste afghan en même temps que Shalawi; Suite à la participation
Ce camp, Shalawi a été observé par les États-Unis comme un terroriste potentiel et a refusé un visa
Lorsqu'il a tenté de rentrer aux États-Unis en août 2001 (probablement dans le cadre d'un programme d'al-Qaïda
Opération terroriste); Et, en 2000-2001, Shalawi et Qudhaieen ont poursuivi leur travail pour
Arabie Saoudite, et ont été employés comme professeurs comme l'université d'Imam;
N.

De 1996 à 1999, un haut fonctionnaire saoudien a envoyé de l'argent à un

En Espagne qui a été exploité comme un stratagème pour financer la cellule espagnole d'Al-Qaïda, qui
A utilisé l'argent reçu pour: (i) mener des activités de surveillance et prendre des vidéos de terroristes potentiels
Cible, y compris le World Trade Center, pour Al-Qaïda aux États-Unis, (ii) envoyer des bandes
Ces objectifs à Osama Ben Laden pour son examen; Et iii) mettre en place une cellule logistique en
D'aider le mouvement des recrues d'Al-Qaïda en provenance d'Europe en Tchétchénie et en Afghanistan,
Pris par des membres de la cellule de Hambourg d'Al-Qaïda, y compris plusieurs des 19 pirates de l'air;
O.

Il est probable que d'autres employés et agents de l'Arabie saoudite ont fourni les 19

Les pirates de l'air avec le soutien matériel et les ressources pour mener à bien les attaques du 11 septembre, y compris
mais pas limité a:
je.
Saleh al Hussayen, employé du ministère de l'Intérieur de l'Arabie saoudite qui
Au même hôtel que les pirates de l'air le soir du 10 septembre 2001;

Page 166

Les pilotes de l'Arabie saoudite, qui étaient situés de manière
Ii.
Formation en vol spécialisée obtenue par les pirates de l'air, comme en témoignent les
Les pirates de l'air utilisés pour exécuter les attaques du 11 septembre, y compris Fahad Bakalka, un
Arabie Saoudite pilote qui a volé pour la famille royale, Osama Bin Laden et Arabie Saoudite
National Commercial Bank et était un ami de deux des 19 pirates de l'air, et Mohamed
Tahsin, qui a également volé pour la Banque commerciale nationale d'Arabie saoudite et a été
Enquêté par le FBI pour être un associé financier de l'un des 19 pirates de l'air;
Sayid Rageah, employé de WAMY et collecteur de fonds pour Al Qaïda,
Iii.
L'Imam à une mosquée dans le Maryland visité par les pirates de l'air le 10 septembre 2001;
De 1999 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement, Abdullah Bin
Iv.
Laden, neveu d'Osama Bin Laden, était le responsable administratif de l'Arabie saoudite à
Ambassade des États-Unis et chef de la filiale de WAMY aux États-Unis, et
A entretenu une relation étroite et personnelle avec Mohamed Harunani, un
WAMY (Abdullah Bin Laden a été désigné comme le contact d'urgence pour
Les enfants de Harunani et ils ont souvent appelé et envoyé des messages les uns aux autres), et
Harunani était en contact avec plusieurs des pirates de l'air d'Al-Qaïda et des
Hambourg, y compris Mohamed Atta et Marwan al Shehhi;
P.

Le directeur de l'AHIF en Belgique, Tarek Maroufi, a été embauché par l'AHIF

Janvier 2001 malgré son histoire connue en tant qu'officier d'Al-Qaïda qui a purgé une peine de prison
Pour un attentat terroriste antérieur en Belgique, et Maroufi a organisé le meurtre du 9 septembre
Ahmad Shah Massoud, commandant de l'Alliance du Nord, une force d'opposition
Taliban et al-Qaïda en Afghanistan, en recrutant les assassins et en leur fournissant des faux
Les passeports belges et l'assassinat de Massoud ont été organisés pour réduire le risque d'une attaque
Des forces de l'Alliance du Nord qu'Al Qaïda s'attendait à suivre à partir du 11 septembre
Attaques;

Q.

Dans les entrevues menées par les autorités américaines après le 11 septembre

Attaques, les officiers, employés et agents de l'Arabie saoudite ont menti à maintes reprises à leurs contacts clés
Et des informations concernant l'assistance matérielle qu'ils ont fournie aux pirates de l'air et à Al-Qaïda,
comprenant:

Page 167

je.
Thumairy a faussement déclaré que: il ne reconnaissait pas le nom de Bayoumi et
Bayoumi à Los Angeles (mais ils s'y étaient rencontrés à plusieurs reprises et
Échangé de nombreux appels téléphoniques); Il ne connaissait pas Abdullah ou Benomrane (malgré
Réunion avec eux et leur demandant d'aider les deux pirates de l'air); Ni lui, le roi Fahad
La Mosquée et le Consulat Saoudien ont loué plus d'un appartement à l'Avalon Westside
Appartements à Los Angeles (où ils ont effectivement de nombreuses locations supplémentaires et
Où Thumairy a arrangé pour que les pirates de l'air restent à leur arrivée);
Ii.
Bayoumi a faussement affirmé que: il n'avait qu'une minute aléatoire
Rencontre avec les pirates de l'air dans un restaurant de Los Angeles (lorsque des témoins
Déjeuner avec eux); Après avoir quitté le restaurant il a essayé de visiter la mosquée King Fahad mais
N'a pas pu le trouver et est rentré chez lui sans jamais le visiter (mais un témoin a
Bayoumi a visité la mosquée avant et après aller au restaurant); Il ne savait pas
Où les pirates de l'air sont restés immédiatement après leur arrivée à San Diego (bien que
Bayoumi lui-même a rempli un formulaire de demande pour l'appartement des pirates de
Que les pirates de l'air vivaient avec lui depuis leur arrivée); Suivant son initiale
Contacts avec les pirates de l'air, Bayoumi ne pouvait se rappeler qu'une seule fois
Les pirates de l'air et c'était par hasard et de loin (alors que Bayoumi vivait à côté de
Les pirates de l'air et un témoin ont déclaré qu'il a vu Bayoumi avec les pirates de l'air à leur
Appartement à de nombreuses reprises); Il n'a pas dit à Mohdar de venir en aide à la
Pirates de l'air (alors que Mohdar a dit aux autorités que Bayoumi lui avait demandé de conduire les pirates de l'air
Autour de San Diego et de les aider à s'inscrire à des cours); Il n'avait aucune relation avec
Basnan (mais les enquêteurs ont conclu qu'ils étaient extrêmement proches, avec plus de
Appels échangés entre eux); Personne ne lui a dit d'aider les pirates de l'air (alors que Thumairy
Et un supérieur à Washington, D.C. donne à Bayoumi ces instructions et Bayoumi
Les enregistrements téléphoniques confirment ces contacts);
Iii.
Basnan a été trouvé par les autorités pour avoir un "manque total de crédibilité
Sur pratiquement tous les sujets matériels ", et a faussement prétendu ne pas connaître Bayoumi (malgré
Leurs nombreux contacts et appels téléphoniques); A nié connaître Omar Bakarbashat, un ami
Et partisan des pirates de l'air (malgré le fait que Bakarbashat était le beau-frère de Basnan); Et, a nié avoir jamais vu les pirates de l'air ou dire qu'il l'avait fait (mais s'est vanté devant un témoin
Qu'il a fourni plus de soutien aux pirates de l'air que Bayoumi et a vécu de l'autre côté de la rue
Pendant plusieurs mois);
Iv.
Saleh al Hussayen a falsifié une saisie lors de son entrevue avec le
Autorités, a été emmené à l'hôpital, où les médecins l'ont trouvé en bonne santé, et
Par la suite Hussayen a rapidement fui les États-Unis;
V.
Omar Abdi Mohamed a faussement déclaré que la "charité"
Entité en nom seulement, n'avait jamais reçu de fonds et n'avait pas d'argent (plus de 350 000 $
Reçu et envoyé du compte bancaire de WSRA) et a omis de révéler qu'il avait
Été employé par le Ministère des affaires islamiques d'Arabie saoudite pendant 10 ans;
Vi.
Qudhaieen a faussement déclaré que: il ne s'est jamais approché du cockpit sur la piste sèche
Vol (alors que les témoins le voyaient essayer d'entrer et de sonner la porte du cockpit sur au moins deux

Page 168

Occasions); Il ne connaissait pas Thumairy (mais plus tard il s'est rétracté et a admis qu'il savait
Thumairy); et,
Shalawi a déclaré qu'il était inscrit et présent à l'Arizona State University
Vii.
Pendant toute l'année scolaire 2000-2001 (mais n'a pas dit aux autorités qu'il était allé à
Un camp d'entraînement terroriste afghan d'al-Qaïda à l'automne 2000);
R.

Plusieurs des 19 pirates de l'air et d'autres qui ont participé aux attaques du 11 septembre

L'Arabie saoudite, bien que l'Arabie saoudite ait été
Associés à Al Qaïda, y compris, mais sans s'y limiter:
Hani Hanjour, un pirate de l'air qui a travaillé pour l'IIRO de 1989-1991 à
je.
Pakistan et l'Afghanistan et a probablement reçu des paiements de l'Arabie saoudite
Aux États-Unis à divers moments à partir de 1992, y compris à partir de décembre
2000 jusqu'au 11 septembre 2001 inclusivement;
Mohand Shehri, un pirate de l'air qui a travaillé pour l'IIRO en logistique,
Ii.
Marchandises de Peshawar, Pakistan à Kaboul, en Afghanistan, à partir de 1999;
Wail al Shehri, un pirate de l'air qui a travaillé pour l'Arabie Saoudite en tant
Iii.
Base militaire de l'Arabie saoudite de 1999 à 2001, au cours de laquelle il a
Qaida en Afghanistan;
Omar Abdi Mohamed, un employé du ministère de la
Iv.
Qui, conformément aux directives d'un supérieur hiérarchique du ministère, ont obtenu frauduleusement
Un visa pour entrer aux États-Unis et a fourni un financement substantiel à al-Qaïda par
L'organisme de bienfaisance WSRA, tel que détaillé ici;
Omar al Bayoumi, un employé de l'Arabie saoudite qui a fourni des
V.
Assistance aux pirates de l'air, et qui avait un indicateur dans son passeport en Arabie Saoudite de liens
À Al-Qaïda, tel que détaillé ici;
Fahad al Thumairy, un diplomate d'Arabie saoudite à son consulat de Los Angeles,
Vi.
Qui a fourni une assistance matérielle aux pirates de l'air et s'est vu refuser l'entrée
États après le 11 Septembre Attaques en raison de ses liens avec le terrorisme;
Osama Basnan, employé et / ou agent de l'Arabie saoudite et fréquent
Vii.
Contact de Bayoumi, qui était un associé et / ou un collaborateur connu d'Al Qaeda;
Hamdan Shalawi, employé d'Arabie saoudite et agent d'al-Qaïda qui
Viii.
Assisté au principal camp d'entraînement d'Oussama ben Laden en Afghanistan à la fin des années 1980;
et,

Page 169

Ix.
associer.

Mohamed Qudhaieen, un employé d'Arabie Saoudite et connu Al Qaïda

Avant et y compris le 11 septembre 2001, l'Arabie saoudite a fourni du matériel

S.

Le soutien et les ressources directement liés à la planification et à l'exécution du 11 septembre
Des attaques supplémentaires, qui seront déterminées par des enquêtes plus approfondies, des divulgations et des
Découverte de l'Arabie Saoudite.

III.
La domination et le contrôle des organisations caritatives par l'Arabie saoudite
45.

Conformément aux présentes, à toutes les époques pertinentes avant et le 11 septembre 2001, les

L'Arabie a utilisé ses organismes de bienfaisance pour remplir des fonctions gouvernementales
Les organisations ont agi comme alter ego et / ou agent de l'Arabie saoudite.
46.

À tout moment pertinent avant le 11 septembre 2001, le MWL, l'IIRO et le

Rabita Trust faisaient chacun partie de l'Arabie saoudite, des alter ego de l'Arabie Saoudite et / ou des agents de l'Arabie saoudite
L'Arabie saoudite, et il serait commis une fraude ou une injustice de les considérer comme des
Arabie saoudite, comme en témoigne ce qui suit:
une.

Dans les plaidoiries déposées devant cette Cour, la MWL et l'IIRO ont affirmé

Immunité de poursuites en raison de leur statut de souverain étranger, à savoir l'Arabie saoudite;
B.

La MWL, l'IIRO et la Rabita Trust ont été créées par l'Arabie saoudite et

Des organisations étroitement liées avec des employés partagés, des comptes bancaires et des
Le secrétaire général de MWL, qui a été nommé et dirigé par
Arabie Saoudite;

Page 170

C.

Le Secrétaire Général de la MWL était un Ministre d'Arabie Saoudite

Nommé par décret royal et a exercé les fonctions de président de l'IIRO, a nommé
Secrétaire général de l'IIRO, et avait le pouvoir d'embaucher et de licencier des employés de l'IIRO;
ré.

Le Rabita Trust faisait partie de la MWL et la MWL exploitait les

Rabita Trust sur une base au jour le jour et avait le pouvoir d'embaucher et de congédier les employés de Rabita Trust;
E.

MWL, IIRO et Rabita Trust ont reçu des instructions de la part de

Le roi de l'Arabie saoudite, le ministre des Affaires islamiques et d'autres hauts fonctionnaires d'Arabie saoudite
Concernant tous les aspects de leurs activités, y compris, mais sans s'y limiter, le personnel, les finances,
Les comptes, les dons, le financement, les voyages et les décisions de projets, tels que:
je.

L'approbation du Roi a été obtenue pour des campagnes de collecte de fonds;

La MWL a demandé l'approbation du ministère des Affaires Islamiques pour
Ii.
Voyages à l'étranger;
Les fonctionnaires de l'ambassade saoudienne ont fourni à l'IIRO des instructions strictes
Iii.
Concernant les déclarations à la presse;
Le Conseil suprême des affaires islamiques a ordonné à la MWL de fournir
Iv.
L'aide aux projets, y compris pour les réfugiés birmans en 1999;
Secrétaire général de l'IIRO a confirmé dans une lettre de septembre 2000
V.
L'IIRO a été supervisé par le Comité Dawa du Ministère des Affaires Islamiques;
F.

L'existence de la MWL, de l'IIRO et de Rabita Trust était

Approbation de l'Arabie saoudite et pourrait être résiliée à tout moment par l'Arabie saoudite;

g.

Secrétaire Général de MWL de 1995-2000, Abdullah bin Saleh al Obaid,

Confirmé sous serment qu'il a été nommé à son poste par décret royal de l'Arabie saoudite et
Que le MWL était «parrainé et soutenu financièrement par le gouvernement saoudien»;
H.

Le Ministre des Affaires Islamiques de l'Arabie saoudite Saleh bin Abdulaziz Al Ash-Shaikh

A décrit MWL comme une institution «publique» de l'Arabie saoudite;

Page 171

je.

Le budget annuel de la MWL, de l'IIRO et du Rabita Trust a été financé presque

Exclusivement par l'Arabie saoudite et, par exemple, les dossiers financiers de MWL pour 2000-01
98,5% des revenus de MWL ont été payés par l'Arabie saoudite;
J.

Les politiques suivies par MWL, IIRO et Rabita Trust ont été déterminées par un

Conseil Constitutif présidé par le Grand Mufti nommé par le Roi d'Arabie Saoudite;
K.

Les plus hauts fonctionnaires de la MWL, de l'IIRO et de Rabita Trust

D'autres postes à titre de fonctionnaires de l'Arabie saoudite,
Les fonctionnaires de rang supérieur de l'Arabie saoudite, y compris, mais sans s'y limiter:
je.
Le secrétaire général de MWL était un membre du
Conseil des affaires islamiques;
Ii.
Le membre du Conseil de Jurisprudence de MWL était le Chef de
Conseil de Shura;
Iii.

Le directeur du conseil de l'IIRO était membre du conseil de la Shura;

Iv.
Le secrétaire général de Rabita Trust était le directeur exécutif de la
SJRC d'Arabie;
V.
Le président du conseil constitutif de MWL était président du conseil
Ulemâ d'Arabie Saoudite;
1.

Employés de la MWL, de l'IIRO et de Rabita Trust ont été employés simultanément par

L'Arabie saoudite à une autre fonction, souvent en tant qu'employés d'une ambassade d'Arabie Saoudite ou
Arabie Saoudite, et a fait rapport quotidiennement aux employés et cadres supérieurs de la
Arabie Saoudite;
M.

Les employés de niveau inférieur de la MWL, de l'IIRO et de Rabita Trust ont déclaré,

À des employés plus âgés de la MWL, de l'IIRO et de la Rabita Trust et
Travaillaient simultanément pour l'Arabie saoudite à un autre titre, souvent en tant qu'employés

Page 172

Arabie Saoudite et qui, à son tour, rapportait au quotidien
Encore plus de cadres supérieurs et d'officiers d'Arabie Saoudite;
N.

MWL, IIRO et les responsables et employés de Rabita Trust ont reçu l'Arabie saoudite

Des passeports diplomatiques et se sont rendus au nom et en qualité de représentants de l'Arabie saoudite;
O.

Les employés et dirigeants de la MWL, de l'IIRO et de Rabita Trust

Employés et dirigeants de l'Arabie saoudite sous le contrôle exclusif de
Arabie Saoudite;
P.

Un employé de MWL et directeur de l'IIRO au Canada, a témoigné en 1999

MWL "est une organisation entièrement financée par le gouvernement" et que "[en d'autres termes, je travaille pour le
Gouvernement d'Arabie Saoudite "et" suis un employé de ce gouvernement ... ", que" l'IIRO est le
La branche de secours de cette organisation [la MWL] ce qui signifie que nous sommes contrôlés dans tous nos
Activités et plans du gouvernement de l'Arabie Saoudite ... »et que la MWL et l'IIRO« doivent
La politique du Gouvernement de l'Arabie Saoudite ... »et que« si quelqu'un s'écarte
Que, il serait tiré; Il ne travaillerait pas du tout avec l'IIRO ou avec le [MWL] ... ";

Q.

L'Arabie saoudite a donné aux employés de la MWL, de l'IIRO et de Rabita Trust la même

Les protections et les privilèges qu'elle a fournis à ses propres employés travaillant à l'étranger;
R.

Les ambassades d'Arabie Saoudite ont payé les salaires des employés de MWL et de l'IIRO et / ou

Si le MWL et l'IIRO payaient les salaires des employés des ambassades d'Arabie saoudite;
S.

Les bureaux communs de la MWL, de l'IIRO et de la Rabita Trust, fournis par des

Arabie Saoudite, à des endroits choisis par l'Arabie saoudite, y compris, mais sans s'y limiter,
Les ambassades d'Arabie Saoudite à travers le monde et, par exemple, un bureau de MWL au Pakistan
Exploité par le bureau du Ministère des Affaires Islamiques de l'Arabie saoudite à l'ambassade d'Arabie Saoudite;

Page 173

T.

Arabie saoudite Ambassade comptes bancaires détenaient les fonds de la MWL et IIRO,

L'ambassade d'Arabie saoudite avec les fonds de la MWL et de l'IIRO et utilisé
Arabie Saoudite Comptes bancaires de l'Ambassade pour recevoir et débourser les fonds MWL et IIRO;
U.

Les ambassades d'Arabie saoudite ont pris des décisions d'achat pour la MWL et l'IIRO;

V.

Les ambassades d'Arabie Saoudite ont fourni à la MWL et à l'IIRO des

Équipement et / ou si le MWL et l'IIRO fournissaient aux ambassades d'Arabie Saoudite
équipement;
W

Les fonctionnaires de l'ambassade de l'Arabie saoudite ont examiné et déterminé

Octroyer des demandes de financement présentées par des tiers à la MWL et à l'IIRO;
X.

Les fonctionnaires de l'ambassade d'Arabie saoudite ont mis en cause les différends entre le MWL et l'IIRO

Et d'autres organisations caritatives en Arabie saoudite;
Y.

Les représentants de l'ambassade d'Arabie saoudite ont contacté les gouvernements étrangers et

Au nom du MWL et de l'IIRO et de leurs employés, y compris permettre à la MWL et à l'IIRO de
Maintenir leur présence dans les pays étrangers, les différends juridiques et l'obtention d'une licence diplomatique
Plaques;
Z.

L'Arabie Saoudite a autorisé la MWL à accorder des prêts à l'ambassade d'Arabie Saoudite

Aa.

La MWL avait l'autorisation officielle de l'Arabie Saoudite de voir l'Arabie saoudite classée

Personnel;

Documents du Conseil des ministres de l'Arabie Saoudite; et
Bb.

Faits supplémentaires énoncés dans le présent document ou qui peuvent être déterminés

Enquête et découverte.
47.

À tout moment pertinent avant et le 11 septembre 2001, le WAMY et le BIF ont été

D'Arabie saoudite et / ou d'Arabie saoudite, et il serait

Page 174

Fraude ou l'injustice de les considérer comme des entités juridiques distinctes de l'Arabie Saoudite,
Démontrée par ce qui suit:
une.

Depuis sa création en 1972, WAMY a été créé et exploité par l'Arabie saoudite

Conformément à un décret royal de l'Arabie saoudite;
B.

Le BIF a été établi en tant que partie de WAMY en 1987 et WAMY a financé le

Les opérations du BIF et avait le pouvoir d'embaucher et de congédier les employés du BIF;
C.

Les opérations quotidiennes de WAMY et de BIF étaient soumises au contrôle et à la

Direction du Ministère des affaires islamiques de l'Arabie saoudite, des ambassades et des hauts fonctionnaires;
ré.

L'existence du WAMY et du BIF ont été assujettis à l'approbation

Arabie saoudite et pourrait être résiliée à tout moment par l'Arabie saoudite;
E.

Le budget annuel de WAMY et BIF a été financé par l'Arabie saoudite et Mutaz

Saleh Abu Unuq, directeur financier de WAMY, a confirmé dans un affidavit de 2003 qu'il a passé en revue
Les finances de WAMY de 1994 à septembre 11 septembre 2001, et a déclaré que les
L'Arabie a financé «une grande partie» du budget de la WAMY, y compris, mais sans s'y limiter,
WAMY du Ministère des finances de l'Arabie saoudite, sur la recommandation de la
Arabie Conseil suprême des affaires islamiques;
F.

WAMY et BIF étaient dirigés par le président de WAMY et cette position était

Tenu par le ministre des affaires islamiques d'Arabie saoudite, y compris de 1999 à
Le 11 septembre 2001, lorsque Saleh bin Abdulaziz Al Ash-Shaikh, agissait
L'Arabie comme le Président de WAMY et comme le Ministre des Affaires Islamiques d'Arabie Saoudite;
g.

Le ministre des Affaires Islamiques d'Arabie Saoudite et le président de Saleh bin de WAMY

Abdulaziz Al Ash-Shaikh a décrit WAMY comme une charité "publique" de l'Arabie Saoudite.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#7 28-03-2017 22:22:41

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1186

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

Ben mon cher Mariflo, quel boulot abattu !

Ce qui est poilant dans cette énumération où il ne manque qu'un raton laveur, c'est qu'apparaissent au grand jour les structures saoudiennes tournées vers la diffusion toujours plus grande de la pensée wahhabite, en gros le moyen-âge qu'on aime bien chez nous aussi d'ailleurs, de part le vaste monde. C'est même à la lecture la seule certitude de cet acte d'accusation !

Je te rejoins pour demander à Kidkodak s'il peut éclairer nos lanternes concernant le cabinet d'avocat choisi par les familles des victimes, puisqu'il a l'air d'avoir des infos pas très favorables sur eux...

Hors ligne

 

#8 29-03-2017 18:36:05

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

nanard a écrit:

Ben mon cher Mariflo, quel boulot abattu !

Le rendu de la traduction est assez indigeste !

Lors de ces attentats il y a eu des victimes Françaises décédées ou blessées. Il doit bien exister une version Française de cette plainte si au moins une victime de notre pays s'y est jointe ?


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#9 29-03-2017 19:02:51

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

suite de la traduction de la plainte:

Page 175 à 183

Page 175

H.

L'Arabie saoudite a nommé le Président, le Secrétaire général et les membres

L'Assemblée générale de WAMY, qui, avec le Président de WAMY, a dirigé WAMY et BIF;
je.

WAMY et BIF ont reçu des instructions de la part de l'Arabie Saoudite

Roi d'Arabie, ministre des Affaires islamiques et d'autres hauts fonctionnaires d'Arabie saoudite
Tous les aspects de leurs opérations, y compris, mais sans s'y limiter, les finances, le personnel, les dons,
De financement, de voyages et de projets, tels que:
je.
De 1999 à la date du 11 septembre 2001 inclusivement, WAMY
Président de la République était le ministre des affaires islamiques d'Arabie saoudite;
Ii.
En février 2000, le Secrétaire général de la WAMY a confirmé à la
Gouvernement que WAMY a opéré conformément aux instructions de l'Arabie saoudite
Ministre des affaires islamiques;
Le rapport annuel de WAMY a été soumis et examiné par un
Iii.
Officiel de l'Arabie Saoudite;
Iv.
Un haut fonctionnaire de l'Arabie saoudite a demandé à WAMY de fournir
placement
Pour des étudiants étrangers spécifiques;
Université
Le Ministère des affaires islamiques de l'Arabie saoudite a sélectionné et nommé
V.
Les employés d'outremer de WAMY;
Le Ministère des affaires islamiques de l'Arabie saoudite a ordonné à WAMY
Vi.
Assistance à certaines mosquées et centres islamiques;
J.

Tous les officiers de WAMY et BIF ont été nommés par l'Arabie Saoudite et de nombreux

De ces fonctionnaires occupent d'autres fonctions à titre de fonctionnaires de l'Arabie saoudite, y compris, mais sans s'y limiter,
Dr. Maneh el Johani, Secrétaire Général de la WAMY de 1987 à Septembre inclusivement
11, 2001, qui a également servi en tant que membre du Conseil Shura d'Arabie saoudite et chef de
Commission des affaires étrangères et Abdullah Naseef, vice-président du WAMY et vice-président du
Shura (qui, tel qu'indiqué dans le présent document, a rencontré et aidé Osama Ben Laden à établir
Qaïda);

Page 176

K.

Employés de WAMY et de BIF ont été employés simultanément par

Arabie Saoudite à une autre fonction, en tant qu'employés d'une ambassade d'Arabie saoudite ou d'autres Arabie saoudite
Agence, et rapporté au jour le jour à des cadres supérieurs et à des dirigeants
L'Arabie, par exemple, Abdullah bin Laden, le neveu d'Osama Bin Laden et l'Arabie saoudite
Administratif de son ambassade des États-Unis pendant près d'une décennie, était en même temps
Le chef de la filiale de WAMY aux États-Unis;
1.

Employés de niveau inférieur de WAMY et de BIF rapportés au jour le jour à

Des employés et des officiers supérieurs du WAMY et du BIF qui travaillaient simultanément pour
Une autre, en tant qu'employés d'une ambassade d'Arabie Saoudite ou d'une autre agence en Arabie saoudite, et
Qui, à son tour, faisaient rapport quotidiennement à d'autres cadres supérieurs et dirigeants d'Arabie saoudite
Saoudite;
M.

Employés et fonctionnaires de WAMY ont reçu des passeports diplomatiques d'Arabie saoudite

Et a voyagé au nom de et comme représentants de l'Arabie saoudite;
N.

Employés et les dirigeants de WAMY et BIF se considéraient comme

Employés et dirigeants de l'Arabie saoudite sous le contrôle exclusif de l'Arabie saoudite;
O.

L'Arabie saoudite a donné aux employés de WAMY et BIF les mêmes protections et

Privilèges qu'il a fournis à ses propres employés travaillant à l'étranger;
P

L'Ambassade des États-Unis d'Arabie Saoudite a payé les salaires des employés de WAMY, y compris

Par exemple Abdullah Bin Laden et Mohamed Faris;

Q.

Les bureaux de WAMY et BIF ont été fournis par l'Arabie Saoudite, à des endroits

Choisi par l'Arabie Saoudite, y compris, mais sans s'y limiter, les bureaux dans les ambassades d'Arabie Saoudite
autour du monde;

Page 177

R.

Arabie saoudite Ambassade comptes bancaires détenaient les fonds de la WAMY,

A mélangé les fonds de l'ambassade d'Arabie saoudite avec les fonds du WAMY et a utilisé l'Arabie saoudite
Comptes bancaires de l'Ambassade pour recevoir et débourser des fonds WAMY;
S.

Les ambassades d'Arabie Saoudite ont fourni à WAMY et au BIF des fournitures, des

Équipement et / ou avait WAMY et BIF fournir des ambassades de l'Arabie saoudite avec des fournitures, des services
et l'équipement; et
T.

Faits supplémentaires énoncés dans le présent document ou qui peuvent être déterminés

Enquête et découverte.
48.

À tout moment pertinent avant et le 11 septembre 2001, l'AHIF faisait partie de

L'Arabie saoudite, un alter ego de l'Arabie saoudite et / ou un agent de l'Arabie saoudite, et
Frauduleuse ou injuste de la considérer comme une entité juridique distincte de l'Arabie Saoudite,
Suivant:
une.

En 1988-89, Wael Jelaidan, alors directeur du SRC de l'Arabie saoudite au Pakistan

A dirigé un employé de SRC, Aqeel Abdulaziz al Aqeel, pour créer l'AHIF à Quetta,
Pakistan en tant que division de la SRC d'Arabie Saoudite, et l'AHIF a été créé en tant que
SRC; En 1992, l'AHIF a établi son siège social à Riyadh, capitale de l'Arabie saoudite,
Sous le patronage officiel d'un haut fonctionnaire de l'Arabie Saoudite et Saleh bin Abdulaziz Al
Ash-Shaikh, qui fut nommé adjoint puis ministre des affaires islamiques;
B.

AHIF était régie par le président de l'AHIF et cette position était détenue par les

Le ministre des affaires islamiques d'Arabie, y compris de 1999 jusqu'au 11 septembre,
2001, quand Saleh ben Abdulaziz Al Ash-Cheikh a simultanément occupé des positions pour l'Arabie saoudite
En tant que président de l'AHIF et ministre des Affaires islamiques d'Arabie saoudite;

Page 178

C.

Le ministère des affaires islamiques de l'Arabie saoudite nomme le conseil d'administration de l'AHIF,

Directeur général et cadre supérieur; Selon l'affidavit témoignage de l'AHIF
Directeur financier et administratif, Khalid bin Obaid Azzahri, «[AHIF]
Ministre saoudien des affaires islamiques, qui nomme son conseil d'administration et
Personnel de la haute direction »;
ré.

Directeur général de l'AHIF à partir de la création de l'AHIF

Le 11 septembre 2001, Aqeel Abdulaziz al Aqeel, a confirmé que «nous travaillons sous la supervision
Du gouvernement saoudien "et les enquêtes du gouvernement des États-Unis ont montré qu'au moins deux Arabie saoudite
Les ministres ont supervisé les fonds alternatifs;
E.

Le budget annuel de l'AHIF a été financé par l'Arabie saoudite, et le Fonds

Le directeur Al Aqeel a reconnu que plus de 95% du financement de l'AHIF provient
Arabie Saoudite;
F.

Les opérations quotidiennes de l'AHIF étaient assujetties au contrôle et à la direction de

Le Ministère des affaires islamiques et des ambassades de l'Arabie saoudite;

g.

L'existence de l'AHIF était soumise à l'approbation continue de l'Arabie saoudite et

Pourrait être résiliée à tout moment par l'Arabie saoudite et, vers juin 2004, l'Arabie saoudite
La décision de mettre fin à l'AHIF et à l'Arabie saoudite a retenu les avoirs de l'AHIF comme étant sa propriété;
H.

L'AHIF reçut des instructions de la part du Roi d'Arabie Saoudite et demanda l'approbation du roi,

Ministre des Affaires Islamiques, Ministère des Affaires Islamiques, les Bureaux des Affaires Islamiques au sein de la
Les ambassades d'Arabie et d'autres officiels d'Arabie Saoudite concernant tous les aspects de leurs opérations,
Y compris, mais sans s'y limiter, les décisions de personnel, les finances, les comptes bancaires, le financement,
Les décisions du projet;

Page 179

i.

De nombreux dirigeants et employés de l'AHIF ont occupé d'autres

Arabie saoudite, dont son président, son comptable au siège de l'AHIF, Abdulaziz al
Shoumar, et le dirigeant de l'AHIF et président de sa succursale américaine, Soliman al Buthe, et a
Au jour le jour, à des cadres supérieurs et à des dirigeants d'Arabie saoudite;
J.

Les employés de niveau inférieur de l'AHIF ont déclaré au jour le jour à des personnes plus âgées

Les employés et les dirigeants de l'AHIF qui travaillaient simultanément pour l'Arabie saoudite dans une autre fonction,
Employés d'une ambassade d'Arabie Saoudite ou d'une autre agence en Arabie saoudite et qui,
Rapporté au jour le jour à des cadres supérieurs et à des dirigeants d'Arabie saoudite;
K.

Bureaux de l'AHIF ont été fournis par l'Arabie saoudite, aux endroits choisis par les

Arabie Saoudite, y compris, mais sans s'y limiter, les bureaux dans les ambassades d'Arabie saoudite dans le monde
Et dans les ambassades de l'Arabie saoudite et le ministère des affaires islamiques, où les fonds de l'AHIF
Administration;
1.

Les ambassades d'Arabie saoudite ont fourni à l'AHIF des fournitures, des services et du matériel

Et / ou avait AHIF fournir des ambassades de l'Arabie saoudite avec des fournitures, des services et de l'équipement;
M.

Employés de l'AHIF se considéraient comme des employés de l'Arabie

Suivre les politiques et les prescriptions établies par l'Arabie saoudite;
N.

Après que l'Arabie saoudite ait retiré son ambassadeur de l'ambassade d'Arabie Saoudite à

Kaboul, en Afghanistan, le Directeur de l'AHIF en Afghanistan a été chargé de prendre possession de
Que l'ambassade et l'AHIF ont occupé cette ambassade, tel que décrit dans le présent document;
O.

Arabie Saoudite Des fonctionnaires de l'ambassade ont offert de dissimuler des documents de l'AHIF

Les organismes d'application de la loi; et
P

Faits supplémentaires énoncés dans le présent document ou qui peuvent être déterminés

Enquête et découverte.

Page 180

49.

À tous les moments pertinents avant et le 11 septembre 2001, le SHC faisait partie

L'Arabie saoudite, un alter ego de l'Arabie saoudite et / ou un agent de l'Arabie saoudite, et
Frauduleuse ou injuste de la considérer comme une entité juridique distincte de l'Arabie Saoudite,
Suivant:
une.

Dans une plaidoirie précédemment déposée devant cette Cour, la SHC a spécifiquement affirmé que

Il était immunisé contre la poursuite en raison de son statut de souverain étranger, à savoir l'Arabie saoudite;
B.

D'après le témoignage sous serment du Ministre d'État du Conseil de

Ministres d'Arabie Saoudite, Dr. Mutlib bin Abdullah al Nafissa, le SHC "est un bras de la
Gouvernement arabe "et" les décisions prises par le SHC sont considérées comme des
Gouvernement de l'Arabie saoudite ... ";
C.

Selon l'affidavit témoignage de Saud bin Mohammad al Roshood, directeur de

Le SHC, le SHC a été créé par une décision du Président de la Commission
Conseil des ministres de l'Arabie saoudite, a été en permanence dirigée par Prince (maintenant Roi)
Salman, et le Comité Exécutif de SHC et la Commission Suprême de la SHC comprennent Arabie Saoudite
Arabie Saoudite;
ré.

Le Directeur de la SHC était un employé de l'Arabie Saoudite et membre de la

Arabie Saoudite et rapporté à d'autres employés de l'Arabie Saoudite;
E.

L'Arabie saoudite a fourni tous les fonds nécessaires à l'exploitation du SHC; Tout le fonds

L'augmentation du SHC a été sanctionnée par l'Arabie Saoudite; L'Arabie saoudite était la principale source de
Financement de charité pour le SHC;
F.

L'existence de la SHC était soumise à l'approbation continue de l'Arabie saoudite et

Pourrait être résiliée à tout moment par l'Arabie saoudite;

g.

L'Arabie saoudite a décidé les bénéficiaires et les montants des subventions accordées par le SHC;


Page 181

H.

Employés de SHC étaient considérés comme des employés de l'Arabie saoudite et

Membres de la fonction publique de l'Arabie saoudite et se sont considérés employés de l'Arabie saoudite
Tenu de suivre les politiques et les prescriptions établies par l'Arabie saoudite;
je.

Fonctionnaires de l'Arabie saoudite ont été

D'autres ministères et organes administratifs d'Arabie saoudite et ces employés ont été rémunérés
Ministères et organes administratifs respectifs, plutôt que par le SHC; et
J.

Faits supplémentaires énoncés dans le présent document ou qui peuvent être déterminés

Enquête et découverte.
50.

À tout moment pertinent avant et le 11 septembre 2001, le SJRC faisait partie de

L'Arabie saoudite, un alter ego de l'Arabie saoudite et / ou un agent de l'Arabie saoudite, et
Frauduleuse ou injuste de la considérer comme une entité juridique distincte de l'Arabie Saoudite,
Suivant:
une.

Dans un plaidoyer déposé antérieurement devant cette Cour, le SJRC a spécifiquement affirmé

Qu'elle était immunisée contre la poursuite en raison de son statut de souverain étranger, à savoir l'Arabie saoudite;
B.

Le Dr Abdulrahman al Swailem, président du SJRC, a fourni un témoignage sous serment

Que le SJRC a été créé en 1999 en vertu d'un ordre élevé émis par le roi d'Arabie saoudite
Sur la recommandation du Conseil des ministres de l'Arabie saoudite et a
Fonctionnait comme une subdivision politique, une agence ou un organisme du Royaume d'Arabie saoudite
Saoudite";
C.

Le SJRC et les organisations qui le composent, le MWL, l'IIRO, le WAMY, l'AHIF et

SRC, a été dirigée et contrôlée par le ministre de l'Intérieur de l'Arabie Saoudite avec d'autres
Des représentants de rang élevé des ministères de l'Arabie saoudite;
ré.

L'Arabie saoudite a fourni tout le financement du SJRC;

Page 182

E.

L'existence du SJRC était soumise à l'approbation continue de l'Arabie saoudite

Et pourrait être résiliée à tout moment par l'Arabie saoudite;
F.

Employés du SJRC étaient considérés comme des employés de l'Arabie saoudite et

Se considèrent comme des employés de l'Arabie saoudite qui doivent respecter les politiques et les
Arabie Saoudite; et

g.

Faits supplémentaires énoncés dans le présent document ou qui peuvent être déterminés

Enquête et découverte.
51.

À tous les moments pertinents avant et le 11 septembre 2001, la SRC faisait partie

L'Arabie saoudite, un alter ego de l'Arabie saoudite et / ou un agent de l'Arabie saoudite, et
Frauduleuse ou injuste de la considérer comme une entité juridique distincte de l'Arabie Saoudite,
Suivant:
une.

Dans une plaidoirie déposée antérieurement devant notre Cour, la SRC a spécifiquement affirmé que

Il était immunisé contre la poursuite en raison de son statut de souverain étranger, à savoir l'Arabie saoudite;
B.

Abdulrahman al Swailem, président de la Société du Croissant-Rouge d'Arabie saoudite,

A déclaré qu'il avait été nommé par l'Ordre royal du roi de l'Arabie saoudite,
Au sein du gouvernement saoudien ", et que l'Arabie saoudite" parraine et
Supervise le [SRC], et ... nomme tous ses administrateurs. "
C.

La SRC exige que les administrateurs de la SRC comprennent des membres de l'Arabie saoudite

Conseil des ministres;
ré.

L'Arabie saoudite a fourni tout le financement de la SRC;

E.

L'existence de la SRC était soumise à l'approbation continue de l'Arabie saoudite et

Pourrait être résiliée à tout moment par l'Arabie saoudite;

Page 183

F.

Employés de SRC étaient considérés comme des employés de l'Arabie saoudite et

Eux-mêmes des employés de l'Arabie saoudite lié à suivre les politiques et les prescriptions établies par l'Arabie saoudite;
et
g-

Faits supplémentaires énoncés dans le présent document ou qui peuvent être déterminés

Enquête et découverte.

PREMIÈRE CAUSE D'ACTION DE RÉCUPÉRATION
LES BLESSURES PERSONNELLES ET LES DOMMAGES FUTURS
EN VERTU DE LA JASTA ET DE LA LOI ANTITERRORISTE
52.

Les demandeurs répètent et revendiquent tous les paragraphes précédents comme s'ils étaient pleinement énoncés

53.

Cette action est intentée en vertu de 18 U.S.C. § 2333 (a) pour les blessures et les décès

Présent.

Subis par des ressortissants des États-Unis lors des attentats du 11 septembre.
54.

Ces attaques constituaient des actes de terrorisme international en vertu de 18 États-Unis.

§2331 qui viole les lois fédérales et étatiques contre les meurtres, les enlèvements, les agressions et les avions
Détournement, y compris mais sans s'y limiter 18 U.S.C. § 2332b (interdisant les actes terroristes d'enlèvement,
Assaut et meurtre) et 49 États-Unis. §46502 (interdisant le détournement d'aéronefs), et à l'époque
Actes ont été commis, planifiés et autorisés, al-Qaïda a été désigné comme terroriste étranger
Organisation en vertu de l'article 219 de la Loi sur l'immigration et la nationalité, 8 U.S.C. §1189.
55.

Conformément à 18 U.S.C. §2333 (a), (d), l'Arabie Saoudite a aidé et encouragé Al-Qaïda

Par de nombreux actes détaillés dans le présent document en lui fournissant sciemment une assistance
Préparer et exécuter un acte ou des actes de terrorisme international.
56.

Conformément à 18 U.S.C. §2333 (a), (d), l'Arabie Saoudite a conspiré avec Al-Qaïda et

Autres à lui fournir un soutien matériel et des ressources considérables, en partageant


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#10 29-03-2017 19:05:23

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1181

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

Page 184 à 194 (fin)

Page 184

La compréhension, la connaissance et l'intention que ledit soutien et les ressources seraient utilisés par al-Qaïda
De préparer et d'exécuter un acte ou des actes de terrorisme international.
57.

Les autres membres de la conspiration actuellement connue des demandeurs sont nommés dans les présentes, et

Y compris les fonctionnaires, les employés et les agents de l'Arabie saoudite, les organisations caritatives de l'Arabie saoudite,
Osama Bin Laden et les membres d'Al-Qaïda; Les noms des personnes supplémentaires impliquées dans
Conspiration attendent la découverte et une enquête plus approfondie.
58.

Conformément au §2333 (a), l'Arabie saoudite a commis un acte ou des actes

Terrorisme, tel que défini dans 18 U.S.C. § 2331 (1) (A), en violation des lois pénales fédérales et étatiques, ou
Qui aurait été une infraction pénale si elle était commise aux États-Unis ou dans tout autre État,
Y compris, mais sans s'y limiter, une violation de ce qui suit:
















18 U.S.C. § 2 a) - Aider, encourager, conseiller, commander, inciter ou obtenir un
Criminalité fédérale;
18 U.S.C. §371 - Conspiration pour commettre un crime fédéral;
18 U.S.C. § 2332 - Conspiration pour tenter de tuer ou de tuer un ressortissant des États-Unis;
18 U.S.C. §2332a - Conspiration pour utiliser une arme de destruction massive;
18 U.S.C. § 2332b - Conspiration pour commettre un acte de terrorisme;
18 U.S.C. §2339A - Fournir un soutien matériel aux terroristes;
18 U.S.C. §2339B - Fournir un soutien ou des ressources matérielles à des organismes
Terroristes;
18 U.S.C. §2339C - Interdiction du financement du terrorisme;
49 U.S.C. §46502 - Conspiration contre le piratage d'aéronefs;
NJ.S.A. §2C: 2-6 - Responsabilité du complice;
N.Y. Droit pénal §20.00 - Responsabilité pénale pour conduite d'autrui;
N.Y. Droit pénal §115.00 - Facilitation criminelle au quatrième degré;
Mass. Gen. Laws ch. 274, §2 - Accessoire ou aidant à la commission d'un crime;
18 Pa. C.S. § 306 - Responsabilité du complice; et
Va. Code Ann. §18.2-18 - Accessoire avant le fait.
59.

Le comportement du Royaume de l'Arabie Saoudite constituait une violation de 18 États-Unis.

A) parce que l'Arabie saoudite a intentionnellement aidé, encouragé et conseillé la commission d'une
D'actes criminels ou d'actes de terrorisme international commis par al-Qaïda, y compris ses
En fournissant à l'organisation terroriste un soutien matériel, des ressources et un financement

Page 185

Sachant qu'Al-Qaïda utiliserait cette aide pour préparer et
Un ou plusieurs actes criminels.
60.

Le comportement de l'Arabie saoudite constituait une violation de 18 États-Unis. §371 parce que

Conspiraient avec Al-Qaïda et d'autres pour lui fournir un soutien matériel substantiel et des ressources
Avec la compréhension, la connaissance et l'intention partagées que le soutien et les ressources seraient
Utilisés par Al-Qaïda pour préparer et mener à bien un acte criminel ou des actes de terrorisme international.
61.

Le comportement de l'Arabie saoudite constituait une violation de 18 États-Unis. §2339A en ce que

Et avant le 11 septembre 2001, elle a fourni un appui ou des ressources matérielles à Al-Qaïda et / ou
Conspiraient avec Al-Qaïda et d'autres pour fournir un soutien matériel ou des ressources à Al Qaïda, avec
La connaissance ou l'intention qu'ils seraient utilisés dans la préparation ou dans l'exécution d'une violation
Des statuts spécifiés dans 18 U.S.C. §2339A, incluant 18 U.S.C. § 2332b (interdiction des activités terroristes
Actes d'enlèvement, d'agression et de meurtre) et 49 U.S.C. §46502 (interdisant le détournement d'aéronefs).
62.

Le comportement de l'Arabie saoudite constituait une violation de 18 États-Unis. § 2339A en ce que le

Avant le 11 septembre 2001, il cachait ou déguisait la nature, l'emplacement, la source ou
La propriété du soutien ou des ressources matérielles d'Al-Qaïda et / ou conspiré avec l'Arabie Saoudite
Employés et agents, des organisations caritatives d'Arabie saoudite, d'Al-Qaïda, d'agents d'al-Qaïda et
Sympathisants et autres, connus et inconnus, pour cacher ou déguiser la nature, l'emplacement, la source
Ou la propriété du soutien ou des ressources matérielles d'Al-Qaïda, avec la connaissance ou l'intention qu'ils
Serait utilisée en vue de la préparation ou de la violation des lois prévues au paragraphe 18
U.S.C. §2339A, incluant 18 U.S.C. § 2332b (interdisant les actes terroristes d'enlèvement, d'agression et
Meurtre) et 49 États-Unis. §46502 (interdisant le détournement d'aéronefs).
63.

Le comportement de l'Arabie saoudite constituait une violation de 18 États-Unis. §2339B en ce que

Et avant le 11 septembre 2001, il a sciemment fourni un soutien matériel ou des ressources à

Page 186

Qaida et / ou l'Arabie saoudite ont conspiré pour fournir sciemment du matériel ou des ressources à
Qaïda avec des employés et agents de l'Arabie saoudite, des organisations caritatives
Qaida, des agents et sympathisants d'Al Qaïda et / ou d'autres personnes, connues et inconnues,
Al-Qaïda était une organisation terroriste étrangère désignée, a engagé ou
S'engage dans une activité terroriste ou a engagé ou s'est livré au terrorisme.
64.

Le comportement de l'Arabie saoudite constituait une violation de 18 États-Unis. §2339C en ce que

Et avant le 11 septembre 2001, tel que détaillé, il a fourni ou recueilli des fonds pour Al-Qaïda
Et / ou conspiré avec les employés et agents de l'Arabie saoudite, l'association caritative saoudienne
Organisations, al-Qaïda, agents et sympathisants d'Al-Qaïda et autres, connus et inconnus,
À fournir ou à collecter des fonds pour Al-Qaida, dans l'intention de les utiliser ou
Que ces fonds devaient être utilisés, en tout ou en partie, pour accomplir un ou des actes
Terrorisme international.
65.

Le comportement de l'Arabie saoudite constituait une violation des lois pénales

Faciliter, aider et encourager un crime et complot, y compris, mais sans s'y limiter, ceux cités
Dessus, en ce qu'il:
une.

A aidé, encouragé et conseillé intentionnellement Al-Qaïda en lui fournissant du matériel

L'appui, les ressources et le financement, sachant qu'Al-Qaïda utiliserait cette aide pour
Commettre un acte ou des actes de terrorisme international; Et / ou
B.

Croyant que c'était probablement une aide sous forme de soutien matériel ou

Ressources et fonds à Al-Qaïda pour commettre un crime, a fourni à Al-Qaïda les moyens ou
L'occasion pour la commission de cette commission et qui a en fait aidé Al-Qaïda à
11 septembre Attaques; Et / ou

Page 187

C.

Conspiré avec les employés et agents de l'Arabie saoudite, l'association caritative saoudienne

Organisations, al-Qaïda, agents et sympathisants d'Al-Qaïda et autres connus et inconnus,
Violer les lois pénales pertinentes de l'État concernant la facilitation, l'aide et la complicité
Commettre un acte ou des actes de terrorisme, y compris des voies de fait, des détournements, des enlèvements et des meurtres.
66.
une.

Tel que détaillé ici, le ou les actes susmentionnés du terrorisme international:
D'actes violents ou d'actes dangereux pour la vie humaine, comme en témoignent les

Résultats connus et prévisibles des blessures et des décès résultant d'une
L'aide aux terroristes d'al-Qaïda;
B.

Ont été commises principalement en dehors de la juridiction territoriale des États-Unis

Et a également transcendé les frontières nationales en termes de moyens par lesquels elles étaient
Accomplies, les personnes qu'elles semblent vouloir intimider ou contraindre, et les lieux
Leurs agresseurs; et
C.

Semblait avoir pour but d'intimider ou de forcer une population civile; influencer

La politique d'un gouvernement par intimidation ou coercition; Ou, pour affecter la conduite d'un gouvernement
Par des destructions massives, des enlèvements ou des assassinats.
67.

Les actes susmentionnés de l'Arabie saoudite ne sont pas une simple négligence, mais chaque acte

Individuellement et / ou en combinaison avec un ou plusieurs actes, constitue une conduite
Intentionnel, téméraire, intentionnel et / ou négligent grave et chacun de ces actes individuellement et / ou
En combinaison avec un ou plusieurs de ces actes était une cause immédiate du 11 septembre
Les attaques et les blessures et les décès qui en résultent pour les décédés des demandeurs.
68.

Les attentats du 11 septembre n'auraient pas pu se produire en l'absence des

L'aide substantielle fournie à Al-Qaïda par l'Arabie saoudite et à ces attaques et

Page 188

Blessures et décès étaient une conséquence naturelle, probable et raisonnablement prévisible de la
La conduite d'Arabie.
69.

En conséquence, le Royaume d'Arabie saoudite est responsable des demandeurs pour tous les dommages

Résultant des blessures et des décès lors des attentats du 11 septembre.
70.

Les demandeurs, les membres survivants de la famille de chaque défunt, les défunts et leurs

Les successions ont souffert et continueront de subir des dommages passés et futurs à la suite de la
Blessures et décès subis lors des attentats du 11 septembre, y compris, mais sans s'y limiter:
Dommages corporels, dommages mortels, dommages à la survie, dommages économiques,
La perte pécuniaire, les dommages non économiques, la douleur et la souffrance, la torture, l'emprisonnement, l'enlèvement,
Peur de mort imminente, traumatisme physique, angoisse mentale, détresse mentale, chagrin, perte de
Jouissance de la vie, perte de revenus, soutien financier, services, compagnonnage, soins, conseils,
Consortium, solatium, frais d'inhumation, frais médicaux et autres et autres dommages prouvables
Permis par la loi.
PAR CONSÉQUENT, les demandeurs prient le / les jugement (s) pour obtenir un dédommagement sous forme de
Dommages-intérêts pécuniaires pour préjudice corporel, mort fautive, toutes pertes récupérables en vertu de 28
U.S.C. §2333 et d'autres mesures de redressement appropriées soient inscrites sur leur première cause d'action en faveur du
Individuellement et en qualité de représentants successoraux et contre le défendeur Royaume d'Arabie saoudite
Arabie saoudite, avec des distinctions distinctes pour chaque demandeur, le cas échéant, plus les intérêts, les
Les dommages-intérêts, les dommages-intérêts aux aigus, les honoraires d'avocat et toute autre réparation que la Cour juge juste et équitable.
correct.
DEUXIÈME CAUSE D'ACTION POUR LES BLESSURES ET
DES DOMMAGES FUTURS EN VERTU DE LA LOI SUR LES TORTES

Page 189

71.

Les demandeurs répètent et revendiquent tous les paragraphes précédents comme s'ils étaient pleinement énoncés

72.

Le 10 mars 2004, une plainte en recours collectif visant à obtenir des dommages-intérêts pour une

Présent.

Comme les conjoints, les enfants, les parents, les frères et sœurs et les représentants légaux des personnes
Les attaques du 11 septembre (à l'exception des 19 pirates de l'air) ont été déposées en temps
Arabie saoudite sous la rubrique O'Neill c. Royaume d'Arabie Saoudite, et al., 04-CV-01922 (GBD),
Et l'affaire O'Neill est toujours pendante devant notre Cour.
73.

O'Neill a fait valoir des allégations d'État en matière de responsabilité délictuelle à l'encontre du Royaume d'Arabie Saoudite pour

Causant la mort des décédés des plaignants lors des attaques du 11 septembre, y compris les
La mort illicite, la survie, l'aide et la complicité, la conspiration et la négligence, y compris intentionnelle,
Sage, délibéré, délibéré, délibéré, négligent et / ou négligent et
Omissions.
74.

Les demandeurs ici comprennent des membres de la catégorie définie dans O'Neill, mais à ce jour, aucun

Détermination concernant la certification de classe a été faite par notre Cour.
75.

Cette cause d'action est portée devant cette décision et les demandeurs présents

Ces allégations relatives à la responsabilité délictuelle de l'État affirment et protègent leur droit de faire valoir leurs droits, par exemple en
Le cas où la classe O'Neill n'est pas certifiée par cette Cour.
76.

Conformément à la doctrine d'abord déclarée par la Cour suprême dans American Pipe &

Utah c. Utah, 414 U.S. 538 (1974), le temps pour les demandeurs qui sont membres du
O 'Neill pour introduire leurs revendications de la loi de l'État a été tolled à compter de la date de l'action O'Neill a été
Jusqu'à ce que notre Cour statue sur la certification de classe.
77.

Pendant des années avant le 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite a participé

Et associé à al-Qaïda dans son programme terroriste tel qu'énoncé ici; A fourni à Al-Qaïda et à sa

Page 190

Les pirates de l'air avec un soutien substantiel matériel, le financement et les ressources; Savait qu'il était en train d'aider un
Terroriste qui avait mené et planifiait activement des attaques contre les États-Unis
États; Et commis des actes délictueux et des omissions qui étaient intentionnels, sachant, imprudente,
Volontaire, délibéré, grossièrement négligent et / ou négligent.
78.

La conduite de l'Arabie saoudite a été une cause immédiate des décès, des blessures et des

Dommages subis par les plaignants, car elle fournissait les réseaux de soutien essentiels, la couverture et le financement
Utilisé par Al-Qaïda pour planifier et exécuter avec succès les attaques du 11 septembre.
79.

L'Arabie saoudite a aidé et encouragé tacitement Al Qaïda en

L'aide sous forme de financement, de soutien et de ressources à Al-Qaïda et ses pirates de
Qu'ils avaient l'intention de recourir à cette assistance pour se préparer et mener des attaques terroristes
Contre les États-Unis et ses citoyens et / ou avec un mépris imprudent de la
Risque que cette aide soit utilisée à des fins terroristes.
80.

L'Arabie saoudite a conspiré avec al-Qaïda et d'autres pour fournir à Al-Qaïda

Et ses pirates de l'air avec un soutien matériel substantiel et des ressources, avec l'accord partagé,
La compréhension, la connaissance et l'intention que ledit soutien et les ressources seraient utilisés par al-Qaïda
Pour planifier et mener des actes terroristes contre les États-Unis.
81.

Pendant des années avant le 11 septembre 2001 inclusivement, l'Arabie saoudite savait que

Fonctionnaires, employés et agents et les organisations caritatives de l'Arabie saoudite
Illicite et / ou criminelle en utilisant les bureaux, le matériel et les autres ressources de l'Arabie saoudite pour
Fournir un soutien matériel et des ressources substantielles à Al-Qaïda et que les officiers de l'Arabie saoudite,
Employés et agents, y compris mais non limité à Adel Batterjee, Wael Jelaidan. Soliman al
Buthe, Aqeel al Aqeel, Abdelhamid al Mujil, Enaam Arnaout, Fahad al Thumairy, Omar al
Bayoumi, Omar Abdi Mohamed, Osman Basnan, Hamdan Shalawi, Mohamed al Qudhaieen

Page 191

Mohamed al Fakihi et d'autres étaient des membres d'Al-Qaïda ou des sympathisants qui utilisaient leur
Gouvernementales pour fournir une aide substantielle à Al-Qaïda.
82.

En dépit de ces connaissances, l'Arabie saoudite a délibérément et / ou

Superviser adéquatement ses dirigeants, employés et agents et les organisations caritatives d'Arabie saoudite
Pour les empêcher d'utiliser les bureaux, le matériel et les autres ressources de l'Arabie saoudite pour
Une assistance substantielle à Al-Qaïda en dépit du risque connu et / ou prévisible que cette assistance
Était utilisé par Al-Qaïda pour préparer et mener une attaque terroriste contre les États-Unis
Et ses citoyens.
83.

De plus, l'Arabie Saoudite a volontairement et / ou témérairement choisi, embauché et

A conservé à titre de dirigeants, employés et agents diverses personnes, dont Adel Batterjee, Wael
Jelaidan. Soliman al Buthe, Aqeel al Aqeel, Abdelhamid al Mujil, Enaam Arnaout, Fahad al
Thumairy, Omar al Bayoumi, Omar Abdi Mohamed, Osman Basnan, Hamdan Shalawi,
Mohamed Qudhaieen, Mohamed Fakihi et d'autres, que l'Arabie saoudite savait étaient Al-Qaïda
Travailleurs ou sympathisants, en dépit du risque connu et / ou prévisible que ces employés et
Les agents utiliseraient et / ou utiliseraient leurs positions gouvernementales pour fournir une aide substantielle
À Al-Qaïda de préparer et de mener une attaque terroriste contre les États-Unis et ses citoyens.
84.

Le susdit intentionnel, criminel, sachant, imprudent, volontaire, délibéré, grossièrement

Négligents et / ou négligents et / ou omissions de l'Arabie Saoudite étaient individuellement et / ou
Combinaison avec un ou plusieurs de ces actes et / ou omissions, une cause immédiate et
Les attentats du 11 septembre et les blessures, décès et dommages résultant des demandeurs.
PAR CONSÉQUENT, les demandeurs prient le / les jugement (s) pour obtenir un dédommagement sous forme de
Dommages-intérêts pour dommages corporels, blessures mortelles et autres mesures
Ont introduit leur deuxième cause d'action en faveur des plaignants individuellement et en tant que succession

Page 192

Représentants des États-Unis et contre le Royaume défendeur de l'Arabie saoudite, avec des
Chaque demandeur, le cas échéant, majoré des intérêts, des dépens, des dommages-intérêts punitifs, des dommages-
Les honoraires d'avocat et tout autre redressement que la Cour jugera juste et approprié.
TROISIÈME CAUSE D'ACTION
BLESSURE PERSONNELLE ET MORT FUTURE
DOMMAGES EN VERTU DE LA LOI SUR LES RÉCLAMATIONS ALÉATOIRES
85.

Les demandeurs répètent et revendiquent tous les paragraphes précédents comme s'ils étaient pleinement énoncés

86.

O'Neill a fait valoir des allégations au titre de la Loi sur les

Présent.

Arabie Saoudite pour avoir causé la mort de décédés des demandeurs dans les attaques du 11 septembre
Sur les violations du droit international entraînant des blessures et des décès lors des attentats du 11 septembre.
87.

Les demandeurs ici comprennent des membres de la catégorie définie dans O'Neill, mais à ce jour, aucun

Détermination concernant la certification de classe a été faite par notre Cour.
88.

Cette cause d'action est portée devant cette décision et les demandeurs présents

La Loi sur les revendications territoriales d'extraterrestres prétend faire valoir et protéger leurs droits
Par exemple, dans le cas où la classe O'Neill n'est pas certifiée par notre Cour.
89.

L'Alien Tort Claims Act, 28 U.S.C. §1350, permet aux étrangers de poursuivre en justice

Commis en violation du droit des gens, du droit international ou d'un traité des États-Unis.
90.

La conduite de l'Arabie saoudite, telle qu'elle est détaillée dans le présent document,

L'appui, les ressources et le parrainage d'Al-Qaïda et de ses actes de terrorisme international
Les attaques du 11 septembre constitue une violation flagrante du droit des
Qui comprend les normes juridiques internationales interdisant les crimes contre l'humanité, les meurtres de masse,
Génocide, la torture, les exécutions extrajudiciaires, la piraterie aérienne, le financement du terrorisme et le

Page 193

Peuvent être trouvés dans et dérivés, entre autres, des conventions, accords,
Déclarations et résolutions des États-Unis, et autres documents:
(1)
(2)
(3)
(4)
(5)
(6)
(7)
(8)
(9)
(dix)

(11)

(12)

(13)

(14)
(15)

91.

Charte du Tribunal militaire international, 8 août 1945, 59 Stat. 1544, 82
U.N.T.S. 279;
Loi n ° 10 du Conseil de contrôle allié (20 décembre 1945);
Convention sur la prévention et la répression du crime de génocide, 9 décembre
1948, 78 U.N.T.S. 277;
Convention de Genève (IV) relative à la protection des personnes civiles en temps
Guerre, 12 août 1949, 75 U.N.T.S. 287;
Convention de La Haye pour la répression de la capture illicite d'aéronefs (détournement),
16 décembre 1970, 22 U.S.T. 1641, 860 U.N.T.S. 105;
Convention internationale pour la répression des attentats terroristes à l'explosif, 15 décembre 1997,
2149 U.N.T.S. 284 (entré en vigueur le 23 mai 2001);
Convention internationale pour la répression du financement du terrorisme, 9 décembre,
1999, 2178 U.N.T.S. 229 (entré en vigueur le 10 avril 2002);
U.N. Résolution 1267 du Conseil de sécurité, Doc. S / RES / 1267 (15 octobre 1999);
U.N. Résolution 1373 du Conseil de sécurité, Doc. S / RES / 1373 (28 septembre 2001);
Protocole additionnel (I) aux Conventions de Genève du 12 août 1949, et
À la protection des victimes des conflits armés internationaux, 8 juin 1977, 1125
U.N.T.S. 3;
Protocole additionnel (II) aux Conventions de Genève du 12 août 1949, et
À la protection des victimes des conflits armés non internationaux, 8 juin 1977,
1125 U.N.T.S. 609;
Statut du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), en
Rapport du Secrétaire général conformément au paragraphe 2 de la résolution C-808,
1993, U.N. Doc. 8/25704, adoptée à l'unanimité par S.C. Res. 827, U.N. SCOR, 48e
Sess., 3217e mtg., 16, U.N. Doc. S / PV.3217 (1993);
La Convention pour la prévention et la répression des infractions contre les
Personnes protégées, y compris les agents diplomatiques, 28 U.S.T. 1975, T.I.A.S. No. 8532
(1977), mis en œuvre dans 18 U.S.C. § 1121;
Les résolutions de l'Assemblée générale sur les mesures visant à prévenir le terrorisme international,
GÉORGIE. Res. 40/61 (1985) et G.A. Res. 42/159 (1987); et
La Convention sur la haute mer, 29 avril 1958, art. 14-22 (piratage), 13 U.S.T.
2312, 450 U.N.T.S. 11.
La conduite de l'Arabie saoudite a été une cause importante des attentats du 11 septembre

Les blessures des demandeurs, les décès et les dommages qui en résultent.
PAR CONSÉQUENT, les demandeurs prient le / les jugement (s) pour obtenir un dédommagement sous forme de
Dommages-intérêts pour dommages corporels, blessures mortelles et autres mesures
Ont introduit leur troisième cause d'action en faveur des plaignants individuellement et en tant que succession

Page 194

Représentants des États-Unis et contre le Royaume défendeur de l'Arabie saoudite, avec des
Chaque demandeur, le cas échéant, majoré des intérêts, des dépens, des dommages-intérêts punitifs, des dommages-
Les honoraires d'avocat et tout autre redressement que la Cour jugera juste et approprié.
Date: New York, New York
17 mars 2017
KREINDLER & KREINDLER LLP
Par:

/ S / James P. Kreindler
James P. Kreindler (JK7084)
Justin T. Green (JG0318)
Andrew J. Maloney, III (AM8684)
Steven R. Pounian (SP5795)
750, troisième avenue
New York, NY 10017
(212) 687-8181
(212) 972-9432 (télécopieur)
Barasch McGarry Salzman Penson & Lim
Michael Barasch, Esq.
11 Park Place, Suite 1801
New York, NY, 10007
(212) 385-8000
(212) 385-7845 (télécopieur)
Baumeister et Samuels, P.C.
Michel Baumeister, Esq.
Une place d'échange
New York, NY 10006
(212) 363-1200
(212) 363-1346 (télécopieur)
Speiser Krause
Frank Granito, Esq.
800, avenue Westchester, bureau S-608
Rye Brook, New York 10573
(914) 220-5333
Jonathan C. Reiter cabinet d'avocats PLLC
Jonathan C. Reiter, Esq.
350 Fifth Avenue, Suite 6400
New York, NY 10118
(212) 244-2000


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#11 29-03-2017 20:17:05

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 358

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

nanard a écrit:

Ben mon cher Mariflo, quel boulot abattu !

Je te rejoins pour demander à Kidkodak s'il peut éclairer nos lanternes concernant le cabinet d'avocat choisi par les familles des victimes, puisqu'il a l'air d'avoir des infos pas très favorables sur eux...

Bravo à Mariflo,en effet tout un travail.
En ce qui concerne la demande au sujet du cabinet d'avocats,je vais attendre le développement des évènements pour voir si mon intuition est la bonne,sinon je ferai amende honorable si le procès (ou plainte) se conclue de façon satisfaisante pour les familles.

Je laisse en lien un article contenant des points intéressants sur ces 29 pages.

29 pages déclassifiées sur le 11-Septembre : entre « gaslighting » et « false flag operation »
par Taïké Eilée
http://www.agoravox.fr/actualites/inter … -11-183075

Hors ligne

 

#12 21-05-2017 20:51:40

kidkodak
Membre du forum
Date d'inscription: 06-03-2008
Messages: 358

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

J'avais espoir au début que Trump serait différent.Après l'avoir entendu dire publiquement en 2001 que les Tours n'auraient pas pu s'effondrer de la sorte seulement à cause de l'impact des avions,je me disais qu'une nouvelle enquête allait voir le jour lors de son inauguration comme président.
Puis arriva la déclassification des 28 pages,laissant entrevoir l'implication directe de l'Arabie Saoudite.
Et Trump vient justement(mai 2017) de signer de juteux contrats en armements avec l'Arabie Saoudite et fait un discours là-bas sur l'importance de combattre le terrorisme... Allô la terre,y a-t-il quelqu'un dans l'avion?
Est-ce le même Trump?roll

Hors ligne

 

#13 21-07-2017 09:46:29

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6434

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/ar … may-195242

9.11 : que sait Theresa May ?

par Jeussey de Sourcesûre 
jeudi 20 juillet 2017

Dans le cadre d'un accord visant à obtenir un soutien politique pour un vote parlementaire sur les frappes aériennes du Royaume-Uni en Syrie (les pays membres de l’OTAN ne commettent pas d’attentats : ils combattent le mal), le Premier Ministre prédécesseur de Theresa May, David Cameron, avait commandé un rapport sur l'importance du financement des extrémistes islamiques en Grande-Bretagne par l'Arabie saoudite et d'autres pays. Or, ces jours-ci, les survivants des attentats du 11 septembre à New-Yok ont écrit à Mme May pour lui demander de publier ce rapport. Pourquoi ?

Une lettre signée par 15 personnes contient la réponse à cette question : "Le Royaume-Uni a l'occasion historique unique d'arrêter la folie meurtrière des terroristes inspirés par le Wahhabisme en publiant le rapport du gouvernement britannique sur le financement du terrorisme au Royaume-Uni qui, selon les médias, place l'Arabie Saoudite au centre d’un faisceau de présomptions. Les terroristes continueront leurs tueries aussi longtemps que l’implication de l'Arabie saoudite ne sera pas mise en évidence. Ils doivent être arrêtés. Mais qui les arrêtera ? Nous pensons que vous êtes la mieux placée pour éclairer les consciences.

Nous vous prions de publier ce rapport dès maintenant, qu’il soit terminé ou pas. Nous vous demandons de prendre en considération toutes les victimes du terrorisme financé par l'Arabie saoudite, de leurs familles et des survivants au Royaume-Uni comme dans le monde entier ".

Une des signataires de la lettre, Mme Sharon Premoli, était au 80e étage de la tour nord du World Trade Center lorsque le premier avion l’a percutée. Elle fait partie de ceux qui ont intenté une action en justice contre l'Arabie Saoudite. Elle a déclaré à The Independent que, depuis 16 ans, elle et d'autres ont enquêté sur les sources de financement : "Nous sommes toujours amenés à la même source : l’Arabie Saoudite". Mme Premoli affirme que le gouvernement américain contribue à une dissimulation du rôle de l'Arabie saoudite, et que les États-Unis ainsi que la Grande-Bretagne entretiennent des liens étroits avec Riyad dans le cadre de la vente d’armes et de munitions. Elle ajoute que les armes sont actuellement utilisées au Yémen, où les Saoudiens combattent les « rebelles » Shia Houthi avec des effets dévastateurs qui se comptent en milliers de morts civiles.

Des copies de la lettre ont été envoyées à Jeremy Corbyn, dirigeant du Parti Travailliste au Royaume Uni à Sir Kim Darroch, ambassadeur de Grande-Bretagne à Washington et à d’autres personnalités.

Bien que 15 des 19 « pirates de l'air » auteurs des attaques contre New York et Washington aient été identifiés come Saoudiens, le gouvernement étasunien a toujours refusé intervenir. Le rapport bipartite de la commission d’enquête sur 11 septembre conclut même : "Aucune preuve ne montre que le gouvernement saoudien en tant qu'institution ou les hauts fonctionnaires saoudiens ont financé individuellement l'organisation". Chaque mot compte !

Un procès a été intenté au printemps 2017 au nom des familles de 850 personnes tuées et 1 500 blessées devant un tribunal fédéral dans le district sud de New York. Le juge de district George Daniels, demande des dommages et intérêts non précisés et affirme que l'Arabie Saoudite a soutenu Al-Qaïda sur des points cruciaux :
•Gestion d’organismes « de bienfaisance » liés au gouvernement dont les membres avaient suivi une formation dans des camps,
•financement direct du groupe terroriste d'Osama Ben Laden,
•aide logistique aux « pirates de l'air » en leur fournissant des passeports
•soutien sur le terrain aux « pirates de l'air » pendant les 18 mois qui ont précédé les attaques.

"Le 11 septembre n'a pas pu se passer sans le soutien de l'Arabie saoudite à Al-Qaeda", a déclaré l'avocat général Jim Kreindler. Beaucoup de gens pensent que la Grande-Bretagne et les États-Unis partagent une longue histoire de promotion et d'utilisation d'extrémistes islamistes qui ont bénéficié de leurs aides stratégiques, économiques ou militaires. Mark Curtis, historien et auteur de « Secret Affairs : Collusion britannique avec l'islam radical », a écrit récemment que le rôle de l'Arabie saoudite dans la promotion du wahhabisme était connu depuis des décennies : "L'élite britannique est parfaitement consciente du rôle insidieux que joue l'Arabie saoudite dans la promotion du terrorisme. En octobre 2014, le général Jonathan Shaw, ancien chef adjoint de l'état-major de la Défense, a déclaré au Telegraph que l'Arabie saoudite et le Qatar étaient principalement responsables de la montée de l'Islam extrémiste qui inspire les terroristes d'Isis".

Ce n'est pas la première fois qu'un gouvernement britannique cherche à protéger ses liens stratégiques avec l'Arabie saoudite en étouffant des informations embarrassantes ou dangereuses. En 2006, Tony Blair avait interrompu une enquête criminelle majeure sur la corruption alléguée par la société d'armement BAE Systems et les pots de vin versés aux responsables saoudiens impliqués dans l'accord d'armes Al-Yamamah. Il avait estimé que la poursuite de l’enquête « mettrait en danger la sécurité de la Grande-Bretagne ».

Les attentats de 2001 ont tué des personnes de toutes nationalités. Outre les 2 600 victimes américaines, 372 ressortissants étrangers de 61 pays y ont perdu la vie. 67 étaient britanniques.

Mme Lucas, députée britannique a déclaré dans un communiqué : "Le gouvernement reconnait que le financement étranger constitue une source importante de revenus pour certains groupes extrémistes ici en Grande-Bretagne, mais ils ne diront pas en public d'où provient cet argent. Ce groupe de survivants du 11 septembre a raison d'exiger des réponses ... et j'espère que Theresa May prendra en compte leur demande. "

_________________________________________________________________________________

Source : independent.co.uk

Réf : « Autumn : On the Way Back from 9/11 » - Sharon Premoli

Hors ligne

 

#14 21-07-2017 16:55:00

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1186

Re: 800 familles de victimes portent plainte contre l'Arabie Saoudite

Très bon article, à ne pas lire en diagonale, mais sur le fond.
Tout est écrit, personne ne le voit ou ne veut le voir !
Reprenez les 4 points cruciaux énoncés lors du procès mené par les familles de 850 victimes que je profite de l'occasion pour saluer une nouvelle fois. Comment ne pas être d'accord avec ces points ?...

Seulement cet excellent papier oublie juste un détail qui explique sans doute le comportement des gouvernements successifs des USA et de leurs larbins européens, Angleterre en tête, où sont les preuves IRRÉFUTABLES de la présence des soi-disant terroristes dans les 4 avions ?
Le clef du problème est là, tant que ce point ne sera pas éclairci, on tournera en rond à s'occuper de problèmes de financement qui ne sont finalement que secondaires. Si nos arabes à tout faire étaient bien dans les avions, il y a longtemps qu'on le saurait et l'Arabie excusée parce qu'ils se seraient avoir de bonne foi par des sales types ayant abusé pour vivre sur un grand pied aux frais de la princesse (on ne saurait mieux dire dans ce cas).

Ce nouvel enfumage est destiné à détourner l'attention sur les pays arabes en général et l'Arabie moyenâgeuse en particulier pour éviter de se pencher sur cette question cruciale. Peu de gens, mondialement, aiment les arabes en général et leurs gouvernements en particulier. Alors, comme le taureau sur la muleta, on se précipite sur ce nouveau leurre, faisant intellectuellement l’amalgame entre présence sur le sol US, certifiée, et dans les avions, restant entièrement à prouver.
Meilleur preuve que c'est tout pipeau, Lou Ravi Bush à renouveler avec eux le pacte du Quincy et le gorille blondinet vient de leur balancer des milliards d'armement. Je ne suis pas sur que le comportement serait le même si l'Arabie avait réellement la responsabilité de ces attaques et non du financement...
A quoi ont servi officiellement ces attentats ? A attaquer l'Afghanistan pour faire semblant à cause de Ben Laden et surtout l'Irak, pays bourré de pétrole (pour les Américains) et laïc, frontalier de l’Arabie, mauvais exemple pour ces coincés du Coran, puisqu'ils démontraient, au-delà de tous les accrocs, que plusieurs versions de l'Islam et d'autres religions pouvaient vivre ensemble. La suite fut la Libye, pour les mêmes raisons, l'os se révéla être la Syrie, dernier mauvais exemple du coin.
Ces guerres, comme le crime, cherchez à qui il profita et peut-être perdrons nous moins de temps dans les chemins de traverse et autres impasses de ce dossier, régulièrement semés par les coupables pour faire regarder ailleurs. C'est la technique bien-connue du pyromane criant au feu pour détourner l'attention.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr