ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#81 12-02-2017 11:11:02

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1361

Re: Comprendre les médias

D'accord avec Kidkodak et le commentaire de son lecteur. Admettre un Décodex alternatif, c'est admettre l'original, or quand on compare la différence de moyens d'action, devinez à qui profitera encore cette idée aussi sotte que grenue !
Le Décodex est une saloperie qui vient s'ajouter à la loi Renseignements et quelques autres "cadeaux" destinés à nous faire taire. Le Décodex doit disparaître, point barre...

Hors ligne

 

#82 12-02-2017 13:33:35

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1230

Re: Comprendre les médias

Mais ce décodex alternatif n'est qu'une parodie, et n'a aucune prétention de rivaliser avec cet insoutenable décodex du monde ! Il le dénonce de cette façon en montrant bien l'absurdité de la démarche du journal le monde.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#83 12-02-2017 14:39:15

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6557

Re: Comprendre les médias

Tout à fait Mariflo. Il s'agit bien là d'une belle parodie de la part du Grand Soir.
Plus quelques tacles au passage en rappelant de belles casseroles que traînent ces chers médias mainstream.
"Quand le singe veut monter au cocotier, il faut qu’il ait les fesses propres"

Hors ligne

 

#84 13-02-2017 09:43:11

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1230

Re: Comprendre les médias

Voilà un contre Décodex présenté sous forme d'une extension à installer sur le navigateur Chrome.
https://chrome.google.com/webstore/deta … ejpjknceaf

Présentation

Avec OpenMind, assurez vous que les sites que vous consultez ne sont pas approuvé par LeMonde.
OpenMind vous permet de vous assurer que le site d'information que vous consultez n'est pas en accord avec l'équipe de LeMonde.


En considérant que la nécessité de contrer les "fausses informations" est réelle, on peut comprendre la volonté d'agir de certains. Cependant, dans la démarche de LeMonde, ce qu'on voit, ce n'est pas un combat contre les hoax, mais des jugements arbitraires, parfois complaisants, parfois rude, d'une équipe qui se fait juge et partie et qui perd son objectif d'origine, en profite pour régler des comptes, pour condamner ce qui ne leur plait pas, au lieu de condamner ce qui est faux.
Il est dit dans leur outil que les idéologies ne sont pas prises en compte, malheureusement ce n'est pas ce qui se ressent dans les faits.
Ce que j'y vois, c'est un danger, je ne me permettrais pas de douter de la volonté originelle de cette équipe, mais ce qui en est ressorti est hautement critiquable.
Proposer un outil aussi intrusif, sous contrôle d'un petit groupe qui n'a de compte à rendre à personne et qui a la prétention de vous dire ce qui est bien et ce qui ne l'est pas, proposer un outil de la sorte en imaginant que ça plait et que ça se popularise, c'est jouer avec le feu.

Un outil collaboratif, soumis au jugement de tous et au débat sur chaque source d'information, serait évidemment plus respectable dans la démarche, même si le côté intrusif est toujours bien embêtant.

Dans sa lutte contre les hoax, LeMonde aurait pu faire les choses différemment, de façon bien plus propre.
Elever la qualité de l'information.
Ne plus sortir de chiffre sans source, de fait, de discours sans les liens officiels/originaux, séparer clairement la partie fait de la partie analyse&interprétation.
Si cet effort était fait, radicalement fait, les autres médias devraient emboiter le pas, la population deviendrait plus critique, plus regardante, et les hoax ne feraient absolument plus long feu, leur caractère mensonger étant difficilement capable de suivre ce niveau d'exigence.

C'est regrettable que LeMonde ai choisi de réprimer plutôt que d'élever l'information.

Dernière modification par Mariflo (13-02-2017 09:47:07)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#85 13-02-2017 10:13:26

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1230

Re: Comprendre les médias

Quelqu'un peut-il essayer avec le site de Reopen !? wink
Il devrait s'afficher en haut à droite :"ce site est mal perçu par l'équipe du journal le Monde, c'est probablement intéressant, allez y!

Dernière modification par Mariflo (13-02-2017 10:17:25)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#86 13-02-2017 13:33:29

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6557

Re: Comprendre les médias

Dans sa lutte contre les hoax, LeMonde aurait pu faire les choses différemment, de façon bien plus propre.
Elever la qualité de l'information.
Ne plus sortir de chiffre sans source, de fait, de discours sans les liens officiels/originaux, séparer clairement la partie fait de la partie analyse&interprétation.
Si cet effort était fait, radicalement fait, les autres médias devraient emboiter le pas, la population deviendrait plus critique, plus regardante, et les hoax ne feraient absolument plus long feu, leur caractère mensonger étant difficilement capable de suivre ce niveau d'exigence.

C'est regrettable que LeMonde ai choisi de réprimer plutôt que d'élever l'information

Tellement évident ! Mais pour ça, faut de vrais journalistes ! C'est là qu'est l'os hélas !

Hors ligne

 

#87 14-02-2017 11:50:32

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6557

Re: Comprendre les médias

www.legrandsoir.info

On avait eu L’Index librorum prohibitorum (Index des livres interdits). Sa création remonte au concile de Trente en 1559 à la demande du pape Paul IV. Le pape Paul VI l’a aboli en 1966.

Pour contrôler notre presse sous l’occupation, on avait eu l’« Escadron de propagande » (La Propagandastaffel) avec sa liste des livres interdits par les nazis. Créé en 1940 par l’ambassadeur du Reich Allemand à Paris, Otto Abetz et des collaborateurs français. Aboli à la Libération.

Sous le nom de Décodex, Le Monde nous propose la version moderne de ces deux abominations : « un outil pour vous aider à vérifier les informations qui circulent sur Internet et dénicher les rumeurs, exagérations ou déformations ».

Notre première question est : « Pourquoi ne pas faire porter les vérifications sur TOUTE la presse ? »

La deuxième question est : Cet « outil de vérification » ne serait-il pas en vérité un outil insidieux de classement arbitraire qui, à l’instar de l’Index du Sabre nazi et de celui du Goupillon de l’Inquisition, proscrit des lectures.

La troisième question est : « Quelle compétence a Le Monde, pour juger ses confrères cyberjournalistes (en épargnant les autres) ? ».

La quatrième question enfin est : « Dans quelle dictature un accusé est-il condamné sans avoir été entendu et sans que soit précisée sa faute ? »

Ainsi, le site Le Grand Soir a droit à :
« Un site peu fiable qui relaie les théories conspirationnistes .
Ce site diffuse régulièrement des fausses informations ou des articles trompeurs. Restez vigilants ou cherchez d’autres sources plus fiables. Si possible, remontez à l’origine de l’information ». http://www.hostingpics.net/viewer.php?i … turemp.jpg) :

Et ce jugement est marqué par la signalétique choisie par les néo-censeurs pour les sites les plus dangereux : une infamante croix rouge dans un cercle.

Exemples de fausses informations diffusées par Le Grand Soir : Le charnier de Timisoara ? Non, c’est Le Monde et les autres. L’antisémitisme de Chavez ? Non, c’est Libération. La pédophilie généralisée à Outreau ? Non, c’est l’ensemble de la presse mainstream. Les frappes chirurgicales de l’OTAN qui ne tuent, en Irak, Libye, Mali, Syrie que des barbus fanatisés ? Non, c’est l’ensemble de la presse mainstream. La petite fiole toxique de Saddam Hussein ? Non, Non, c’est l’ensemble de la presse s’abreuvant aux lèvres de Colin Powell. Etc.

Exemples d’articles trompeurs diffusés par Le Grand Soir : Des couvertures répétées sur Macron ? Non, c’est Paris Match et quelques dizaines d’autres médias. Les lamentations sur la France prise en otage par les grévistes ? Non, ce sont nos confrères mainstream. Le recours à des politologues issus de la banque pour animer des débats ? Non, ce sont nos radios et télés. Des analyses expliquant pourquoi Hillary Clinton et Juppé allaient être désignés aux primaires ? Non, ce sont nos journaux, radios et télés. Le martelage synchronisé appelant à voter oui au référendum sur la Constitution européenne ? Idem.

Quoi d’autre ? LGS faisant semblant d’être neutre comme Le Monde (MDR, LOL et pouf, pouf !) ? Non, LGS rappelle sans cesse « de quels lieux il parle ».

Bref, LGS a décidé de créer un contre-Décodex, alternatif, sévère, juste et parfumé à l’humour (l’arroseur arrosé). On y espère le concours des lecteurs.

Hors ligne

 

#88 21-02-2017 19:14:59

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1230

Re: Comprendre les médias

Je signale cet article du site (classé rouge par le decodex) le monde...des infos alternatives dans lequel l'auteur nous éclaire sur la source de programmation du Decodex et de sa raison d'être. Ainsi on y lit:

....L’outil mis en place par Le Monde a rapidement indexé (c’est le cas de le dire) un territoire vaste et bigarré où pullulent les énergumènes, les paranoïaques et les mythomanes, mais où vivent aussi paisiblement — disons plutôt vivaient jusqu’ici — des tribus de penseurs et des chercheurs d’une haute probité dont les informations n’avaient qu’un seul défaut: celui de ne pas correspondre à la vision du monde univoque du Monde, mètre étalon de la pensée unique française. Traduit en langage technologique: ils ont le tort d’accrocher les fureteurs à mots clefs «chauds» et à sources douteuses du logiciel en question. La mise en place d’une «intelligence artificielle» pour traquer la pensée déviante ajoute un vernis d’«objectivité» impersonnelle et mécanique à ce qui n’est, fondamentalement, qu’une opération assez grossière de gleichschaltung (alignement) médiatique, du reste identifiée comme telle jusque dans les rangs des confrères.

Et bien ceci se vérifie dans les commentaires d'un billet du site les crises intitulé "[À vous !] Grand concours Déconex !" où Berruyer propose d'installer le contre décodex "open mind" afin de protester contre le decodex original qui serait bête et méchant !

Ainsi un certain Wiliam nous informe:

J’ai regardé le code du plugin Decodex. Effectivement, il n’y a pas de “tracking” dans le sens où il n’y a pas de requêtes vers les serveurs du Monde avec des données de navigation de l’utilisateur.
Par ailleurs, la vérification de “moralité” du site visitée est faite en en cherchant l’adresse dans une liste disponible ici (et j’imagine mise à jour régulièrement):
http://www.lemonde.fr/webservice/decodex/updates
Détail important, l’algo de recherche de la “note” de la page consultée se base sur le DEBUT de l’adresse de la page
. Autrement dit, si quelqu'un s’amuse à créer la page suivante:
https://www.facebook.com/lemonde.fr.est.une.misere
Il aura le plaisir de constater que sa page hérite de la bonne note de la page facebook officielle du Monde… Ça marche aussi sur twitter, je vous suggère par exemple la page suivante:
https://twitter.com/lemondefromager
(qui commence par “https://twitter.com/lemondefr”, la page officielle)
Naturellement, ça marche aussi pour les sites hors facebook et twitter. Par exemple, comme l’add-on Firefox recherche “lemonde.fr”, il suffit de créer un sous-domaine de ce nom et on héritera encore une fois de la bonne note. Par exemple…
http://lemonde.fr.les-crises.fr
ou encore:
http://lemonde.fragilise.par.les-crises.fr

Mais revenons à la suite de l'article du monde alternatif où l'auteur nous donne son point de vue sur ce que représente au fond ce decodex, sa raison d'être.

Selon son chef de projet, le Decodex — moteur de recherche et extension pour navigateur — aurait été ficelé avec seulement 50 à 60’000 euros puisés dans le fonds Google. Cette somme et son origine sont hautement intéressantes......De deux choses l’une, donc: soit le Monde a grossièrement menti sur le coût de sa solution; soit le cœur même du Decodex lui a été fourni «clefs en main» dans le cadre bénin de cet «accord commercial» qui libérait Google de toute redevance tout en lui donnant la possibilité de refaçonner le paysage médiatique français empêtré dans sa «conversion numérique».
Il existe de fait auprès de Google un département appelé News Lab, un «laboratoire de nouvelles» qui «collabore avec journalistes et entrepreneurs pour construire l’avenir des médias». La première des missions qu’il revendique s’intitule «Trust & Verification», autrement dit: Fiabilité et vérification — et se résume ainsi: «L’innovation technologique [lisez l’internet] a offert aux journalistes une facilité d’accès sans précédent à l’information. Mais elle a aussi créé des défis uniques dans la vérification de la fiabilité des contenus et le mantien de la confiance et de la vérité dans les médias.» Voilà, tel quel, le credo de base du «Ministère de la Vérité» instauré sous l’égide du Monde….De deux choses l’une, donc: soit le Monde a grossièrement menti sur le coût de sa solution; soit le cœur même du Decodex lui a été fourni «clefs en main» dans le cadre bénin de cet «accord commercial» qui libérait Google de toute redevance tout en lui donnant la possibilité de refaçonner le paysage médiatique français empêtré dans sa «conversion numérique».
Il existe de fait auprès de Google un département appelé News Lab, un «laboratoire de nouvelles» qui «collabore avec journalistes et entrepreneurs pour construire l’avenir des médias». La première des missions qu’il revendique s’intitule «Trust & Verification», autrement dit: Fiabilité et vérification — et se résume ainsi: «L’innovation technologique [lisez l’internet] a offert aux journalistes une facilité d’accès sans précédent à l’information. Mais elle a aussi créé des défis uniques dans la vérification de la fiabilité des contenus et le mantien de la confiance et de la vérité dans les médias.» Voilà, tel quel, le credo de base du «Ministère de la Vérité» instauré sous l’égide du Monde…Certains médias de grand chemin ont de toute évidence décidé de transformer leur faillite éthique et professionnelle en victoire politique. Ils le réalisent au travers d’une conversion à ciel ouvert en outils d’influence et de contrôle. Et là, l’effet de masse compensera sans doute, en partie, les lacunes de qualité et de conception du projet. Des mensonges grossiers répercutés par 100 androïdes alignés passeront plus aisément pour de la vérité que des évidences écrites par des humains isolés

Je suis d'accord avec tout cela, voilà bien le véritable enjeu de cette mise en place du Décodex.

Dernière modification par Mariflo (21-02-2017 22:02:47)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#89 21-02-2017 20:03:47

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6557

Re: Comprendre les médias

« Le Mensonge et la Vérité »
Raymond Belfeuil – Paris 1869.

Le Mensonge et la Vérité,
Un beau matin, se rencontrèrent ;
Or, tous les peuples en glosèrent.
Le Mensonge en riant dit à la Vérité :
« Ma toute belle,
Depuis longtemps,
Il existe entre nous quelques sots différends ;
Terminons la querelle.
Demain Plutus donne un grand bal ;
Venez-y, nous verrons qui plaira davantage,
Et tant pis pour celui qui s’en trouvera mal ! »
La Vérité jamais n’a manqué de courage ;
Elle promit d’aller au bal.
Chez Plutus, le Mensonge arrive de bonne heure.
Chamarré, scintillant,
Parfumé, souriant ;
Plutus lui donne la meilleure
Des places du salon.
Dans un bon fauteuil il s’allonge.
Quel est ce grand seigneur ? demande-t-on.
— C’est Monseigneur Mensonge.
— Ah! ah! vraiment, il est du meilleur ton. »
On l’entoure, on l’admire, il parle, on fait silence.
Avec quelle élégance
Il traite toute question !
Avec quelle grâce il manie
L’arme de la plaisanterie !
Il fait trois calembours et dit quatre bons mots ;
D’honneur et de philosophie,
Il parle à tout propos,
Séduit les gens d’esprit et fascine les sots ;
Il ne pérore plus qu’on l’applaudit, encore :
Bref, Monseigneur Mensonge est l’oracle du jour !
Voici qu’au sein du bal, rose comme l’aurore,
Belle, mais sans atour,
La Vérité se montre. On crie à l’impudence,
Au scandale ! Tremblante elle se nomme. Hélas !
On ne la connaît pas.
On la raille, on l’offense ;
Plutus enfin appelle ses laquais :
La pauvre Vérité fut jetée à la porte.
Le monde n’est-il pas bâti de telle sorte,
Que toujours au mensonge il trouve des attraits,
Qu’à la vérité nue il n’en trouve jamais ?

Hors ligne

 

#90 21-02-2017 21:26:46

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1361

Re: Comprendre les médias

Il y a la même sur les trous du cul.
Au lieu des circonvolutions au-dessus des problèmes, même s'ils ont l'avantage de ne pas les traiter, il serait sans doute temps, avant  que l'anéantissement programmé nous exclue, de donner un point de vue clair sur ce que nous estimons juste ou non dans les problèmes actuels.

Hors ligne

 

#91 24-02-2017 11:48:20

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6557

Re: Comprendre les médias

Pour ceux qui l'auraient raté, ce texte de Frédéric Lordon sur le Décodex :

Charlot ministre de la vérité
https://blog.mondediplo.net/2017-02-22- … -la-verite

Hors ligne

 

#92 24-02-2017 14:11:58

Fredzilla
Nouveau membre du forum
Date d'inscription: 16-07-2015
Messages: 29

Re: Comprendre les médias

Le DECODEX est un dévoiement de la liberté de pensée, d’opinion ou de religion qui porte atteinte à l'ordre public, aux lois ou aux règlements, aux droits fondamentaux, à la sécurité ou à l’intégrité des personnes.

Il se caractérise par la mise en œuvre, par un groupe organisé ou par un individu isolé, quelle que soit sa nature ou son activité, de pressions ou de techniques ayant pour but de créer, de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique, la privant d’une partie de son libre arbitre, avec des conséquences dommageables pour cette personne, son entourage ou pour la société.

Le DECODEX est une dérive sectaire.
http://www.derives-sectes.gouv.fr/quest … e-sectaire

Miviludes ne fait rien contre les fous de Dieu -- il n'y a aucune chance pour que quelqu'un s'en prenne au Monde.

Hors ligne

 

#93 24-02-2017 15:28:44

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1230

Re: Comprendre les médias

Larez a écrit:

Pour ceux qui l'auraient raté, ce texte de Frédéric Lordon sur le Décodex :

Charlot ministre de la vérité
https://blog.mondediplo.net/2017-02-22- … -la-verite

Il est tellement grand ce texte qu'il est difficile à louper ! wink
J'ai commencé à le lire ce matin tôt et je ne l'ai toujours pas fini ! Je dois prendre le dico tous les 5 minutes pour trouver le sens des phrases et bien comprendre !! Mais bon, j'ai saisi le message, pour Lordon le Décodex est une hérésie.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#94 25-02-2017 08:06:16

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 595

Re: Comprendre les médias

Une bonne analyse d'Acrimed (une de plus, dira-t-on), sous la plume de Patrick Michel : «  Post-vérité » et « fake news » : fausses clartés et points aveugles.
Le Decodex y est situé dans le désarroi d'un monde journalistique en perte d'influence. Si l'on comprend bien : une oligarchie – dont les médias dominants ne sont que la courroie de transmission – voit son pouvoir contesté un peu partout et tente de reprendre la main. L'auteur ne développe toutefois pas sa conception de l'oligarchie (constitution et fins poursuivies).

Hors ligne

 

#95 25-02-2017 08:57:45

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1361

Re: Comprendre les médias

Tu es très courageux Mariflo, je t'envie presque ! J'ai aussi commencé ce texte mais ce verbiage étanche d'un personnage un peu trop proche d'une fumisterie comme Nuit debout m'a rapidement bloqué. Quand on veut écrire pour le plus grand nombre, on utilise un langage compréhensible par tous, c'est la marque des vrais grands (Todt, Onfray...).

Par contre, et dans le même registre, belle démonstration, on ne peut plus réaliste de Berruyer concernant le vrai visage de Décodex avec le changement de teinte d'un site médical qui passe de très douteux à parfaitement correct à la suite de son rachat par Lagardère !

Au fait, l'assos s'est-elle manifestée contre le Décodex ?

Noisse, je crois que tu as très bien compris le message ! cool Pour la constitution, ça relève peut-être de blocages journalistiques, mais il n'y a qu'à prendre  le tableau présentant les propriétaires des différents médias français pour éclairer sa lanterne (Bouyges, Dassault, Lagardère, Pinault, Bolloré, etc...). Les fins poursuivies sont dans la droite ligne des noms, maintenir leurs privilèges et nous asservir complètement pour ne plus avoir de contestation à leur pouvoir.
Leur mot d'ordre: Toujours plus !

Dernière modification par nanard (25-02-2017 08:58:43)

Hors ligne

 

#96 01-03-2017 21:33:06

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1184

Re: Comprendre les médias

Cet article, bien que provenant des pages d'un journal clairement néo-conservateur, a le mérite de poser les bonnes questions au sujet de la post-vérité, avant même toute discussion au sujet de la validité des informations "alternatives" contestées, dont on s'accorde ici à dire que beaucoup sont de toute façon valides ; remettant déjà les choses au point en rappelant que la post-vérité, ce concept dont on nous rebat les oreilles depuis quelques mois et qui permet à quelques propagandistes de l'ordre établi de se croire intelligents au motif qu'ils l'auraient découvert, est en fait l'état normal de "l'information" dans les sociétés occidentales depuis déjà de nombreuses années ; au point d'avoir été revendiqué par nombre de promoteurs de cet ordre établi? Mais les choses leur échappant, autant accuser leurs adversaires de leurs propres turpitudes :

http://www.lepoint.fr/chroniques/pour-e … 9448_2.php

Pour en finir avec le concept de "post-vérité" !
Et si la notion de "post-vérité" n'avait rien à voir avec le Brexit ni avec Donald Trump ? C'est du moins l'idée que soutient Andrew Calcutt.
Par Andrew Calcutt*, TheConversation.com
Publié le 10/12/2016 à 13:30 | Le Point.fr

« Post-vérité » : c'est le néologisme que le dictionnaire de l'université d'Oxford a choisi de nommer mot international de l'année. Cette notion est généralement associée aux affirmations fantaisistes et mensongères de Donald Trump et à ceux qui ont voté pour lui, issus des classes populaires de la société américaine. Mais, en réalité, la responsabilité de l'ère post-vérité revient aux professionnels des classes moyennes qui ont préparé le terrain à son récent triomphe. Universitaires, journalistes, « créatifs » et traders : tous ont contribué à l'avènement de la « post-vérité » ; même les politiciens de centre gauche, pourtant durement touchés par le succès du courant anti-factuel.

Le 16 novembre 2016, le dictionnaire de l'université d'Oxford annonçait donc que « post-vérité » était le mot qui, plus que tout autre, reflète « l'année qui vient de s'écouler ». Selon la définition du dictionnaire, on parle de « post-vérité » quand « les faits objectifs ont moins d'influence que les appels à l'émotion et aux opinions personnelles pour modeler l'opinion publique ».

Les premières occurrences du mot apparaissent dès 1992, mais son utilisation documentée a fait un bond de 2 000 % en 2016 par rapport à 2015. Comme l'explique Casper Grathwohl du dictionnaire de l'université d'Oxford :
La fréquence d’utilisation du mot a vraiment augmenté en juin 2016 avec le Brexit et puis à nouveau en juillet, quand Donald Trump a obtenu l’investiture présidentielle du Parti républicain. L’utilisation du terme n’ayant montré aucun signe de ralentissement depuis ces événements, je ne serais pas surpris si la post-vérité devenait l’un des mots définissant le mieux notre époque.

Toute expertise de « l'ère post-vérité » est accompagnée d'une image de Donald Trump (voir par exemple, sur BBC News Online ou dans le Guardian) ou encore d'une photo de ses partisans (The Spectator ). Les commentaires sur la notion de post-vérité vont souvent dans le même sens : ce serait un pur produit du populisme, le fruit de l'union entre des charlatans bas étage et une populace prête à s'enflammer. Enfin, la « post-vérité » est coupable de mépriser l'actualité.

La vérité sur la post-vérité

Mais cette interprétation est coupable de mépriser les véritables origines de la « post-vérité », qui ne vient ni de ceux que les médias jugent sous-éduqués ni de leurs nouveaux champions. Au contraire, le renversement des valeurs qui a abouti à fustiger l'objectivité est le fait des universitaires, aidés par une foule de professionnels des classes moyennes. Libéraux avoués, le cœur à gauche, ils ont cherché à se libérer de la vérité professée par l'État. À la place, ils ont construit une nouvelle forme de fermeture d'esprit – « la post-vérité ».

Il y a plus de 30 ans, les universitaires ont commencé à discréditer la « vérité » comme l'un des « grands récits » que les gens intelligents ne pouvaient plus croire. En lieu et place de « la vérité », qu'il fallait donc considérer comme naïve et/ou répressive, la nouvelle orthodoxie intellectuelle autorisait seulement l'usage des « vérités » – toujours plurielles, souvent personnalisées, inévitablement relativisées.

À partir de ce manifeste, les attitudes de défiance se sont rapidement répandues au sein de la société. Vers le milieu des années 1990, les journalistes emboîtaient le pas aux universitaires en rejetant l'« objectivité » comme rien de plus qu'une manie professionnelle. Les pirates vieux jeu qui ont continué à adhérer à l'objectivité comme principe structurant étaient accusés de tromper le public et de se tromper eux-mêmes.

Ce changement ne s'est pas limité pas à la minorité qui avait adopté le tristement célèbre « journalisme d'attachement » de Martin Bell, ancien correspondant de guerre de la BBC pour qui les journalistes ne peuvent rester neutres face aux événements. En se drapant de pragmatisme, le consensus professionnel permettait ainsi de prôner une version minimisée de la vérité, l'équivalent du relativisme académique. Le journalisme professionnel cherchait à se distinguer de la recherche soi-disant anachronique de la seule vérité vraie, comme le souligne Ivor Gaber dans son livre For Subjectivity : Or, the Crumbling of the Seven Pillars Of Journalistic Wisdom (« Plaidoyer pour la subjectivité : ou l'écroulement des sept piliers de la sagesse journalistique »). Les journalistes étaient mûrs pour la « post-vérité ».

Pendant ce temps, dans l'économie « créative »…

Dans la seconde moitié des années 1990, l'image de marque est devenue le cœur de métier des « industries créatives ». De jeunes gens brillants ont généré une croissance rapide en créant un système de pensée mythique, fondé sur « la marque ». Le « branding » est devenu beaucoup plus important que l'activité banale de conception, de développement et de fabrication d'un produit. En Grande-Bretagne, tandis que la fabrication de produits manufacturés était sur le déclin, la City connaissait une expansion spectaculaire. L'économie nationale a donc été reconfigurée autour de ce que les gens étaient prêts à croire – une sorte de définition de la vérité selon les marchés financiers. Dans les économies occidentales, ce système de gestion des perceptions et de culture de la promotion publicitaire a remplacé en grande partie les faits incontournables que représentaient les produits manufacturés.

La seconde moitié des années 1990 et le début du XXIe siècle ont vu émerger un discours optimiste sur la « nouvelle économie », avec l'expansion des nouvelles technologies et d'Internet. Un discours fondé sur toute une génération d'« analystes symboliques » – terme de Robert Reich pour parler des « travailleurs des économies créatives et de la connaissance » – qui gagnent leur vie grâce à leur ingéniosité. En se déplaçant inexorablement vers des notions « intangibles » (un mot qui faisait le buzz à l'époque), flottantes et à peine vérifiables, les jeunes créatifs et les jeunes financiers de la génération du millénaire ont été un tremplin vers la « post-vérité ».

Post-vérité politique

Le domaine politique a connu des développements parallèles, alignés eux aussi sur la tendance à la « post-vérité ». Aux États-Unis, Bill Clinton a initié la transformation de la politique en spectacle inclusif, réalisé dans une série d'expériences nationales partagées. Au Royaume-Uni, on a assisté au même phénomène avec Tony Blair, qui a fortement influencé les réactions populaires à l'annonce de la mort de la princesse Diana.

Au tournant du siècle, le gouvernement se préoccupait déjà moins de « la vérité » que de façon dont « les vérités » pouvaient être (dé)tournées. Ceux que l'on nomme des « spin doctors » ont investi le devant de la scène. Le gouvernement s'est transformé en bureau de relations publiques – la guerre en Irak en est un excellent exemple. Les faits ont été relégués au second plan. Dans cette perspective, toutes les revendications sur la vérité sont relatives à la personne qui les fait ; en dehors de nos propres particularités, aucune position ne permet d'établir la vérité universelle. C'est l'un des principes fondamentaux du postmodernisme, un concept qui a pris son envol dans les années 1980 après la publication de La Condition postmoderne : rapport sur le savoir de Jean-François Lyotard. Le postmodernisme a créé les fondations de l'ère « post-vérité ».

Pendant ce temps, l'art de gouverner était réduit à un rôle de gestion « fondé sur des preuves » – un processus auquel Hillary Clinton, l'initiée de Washington, a été associée pour son plus grand malheur. Comme Tony Blair l'a fait pendant son mandat de Premier ministre en Grande-Bretagne, ainsi que le président sortant américain Barack Obama et leurs administrations respectives, la subdivision de la politique en a) expérience culturelle et b) système de gestion a apporté une double contribution à la construction sociale de la « post-vérité ». La triade Clinton-Blair-Obama, en se rapprochant des rôles de prêtres ou de stars de la pop dans leurs apparitions presque mythiques, a déplacé la politique plus loin de la vérité et plus près du royaume de l'imagination. Pendant ce temps, dans les mains des gestionnaires, ce qui restait de la vérité – « les faits » – a été rapidement vu comme un outil de manipulation, et par conséquent largement discrédité – d'où l'hostilité croissante envers les experts, sur lequel Brexiteer Michael Gove a cherché à capitaliser dans la préparation du référendum sur la sortie de l'Union européenne.

D'éminents représentants du centre gauche ont ainsi préparé le terrain à l'avènement de la politique de la « post-vérité ». L'ironie de l'histoire, c'est que certains de leurs proches ont été les premières victimes de sa réalisation. La « post-vérité » apparaît donc comme la dernière étape d'une logique établie de longue date dans l'histoire des idées, déjà exprimée par le virage culturel opéré par les professionnels des classes moyennes à la fin du XXe siècle. Alors, au lieu de blâmer le populisme pour avoir promulgué ce que nous avons mis en branle, il serait préférable de balayer devant notre porte.

*Andrew Calcutt est maître de conférences à l'université d'East London (Royaume-Uni). Il y enseigne le journalisme.

Hors ligne

 

#97 02-03-2017 21:22:34

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1184

Re: Comprendre les médias

Un peu plus d'information éclairante sur la façon dont fonctionnent les médias :
http://www.voltairenet.org/article195486.html

Google oriente la campagne électorale française
Réseau Voltaire | 2 mars 2017

Google News Lab et le European Journalism Center (EJC) coordonnent, depuis le 28 février 2017, des sociétés françaises et étrangères pour la durée de la campagne électorale présidentielle française.

Les deux organisations s’appuient sur l’expérience de ProPublica, qui a orienté les médias contre Donald Trump lors de la campagne électorale états-unienne.

Elles réunissent non seulement des médias, mais aussi des écoles qui leur fournissent des « experts ».

Les entreprises ayant conclu un accord avec Google News Lab et le European Journalism Center (EJC), pour la durée de la campagne présidentielle française, sont :

AFP, Bellingcat, Bloomberg, Buzz Feed News, le Centre de formation des journalistes, Centre France, Channel 4, l’École de journalisme de Sciences Po, l’École publique de journalisme de Tours, Euractiv, Euronews, Explicite, Facebook, Factoscope, France24-Les Observateurs, FranceTélévisions, Global Voices, International Business Times, L’Express, La Provence, La Voix du Nord, L’Avenir, LCI, Le Journal du dimanche, Le Monde, Le Télégramme, Les Décodeurs, Les Échos, Libération, London School of Economics, Mashable-France 24, Meedan, Nice-Matin, Ouest-France, Rue 89, StoryFul, Street Press, Sud-Ouest.

À titre d’exemple : durant la période de transition, Buzz Feed News avait publié un canular affirmant que les services secrets russes détenaient un dossier compromettant contre le candidat Donald Trump. Moscou aurait donc été en capacité de faire chanter le président des États-Unis. Les partenaires de ProPublica avaient largement repris cette imputation « vérifiée », malgré les protestations du président élu. Elle s’est avérée depuis purement diffamatoire.

Hors ligne

 

#98 02-03-2017 23:52:12

Indiana
Nouveau membre du forum
Date d'inscription: 21-09-2016
Messages: 2

Re: Comprendre les médias

Taïké Eilée, Désintox sur Fabius et le Front Al-Nosra : les vérificateurs ne font pas du « bon boulot », AgoraVox, 2 mars 2017 http://www.agoravox.fr/actualites/media … -al-190293

Les fact-checkers de France 5 s'en prennent à la complosphère, ainsi qu'à Mélenchon et Le Pen, car ils auraient produit et relayés (et eux seulement) une énorme intox : une fausse déclaration de Fabius disant que le Front al-Nostra faisait "du bon boulot" en Syrie. Le ministre n'aurait fait, en réalité, que rapporter, lors d'un sommet sur la Syrie en 2012, le sentiment de la coalition de l'opposition (pas le sien). Mais, tout en démontrant cela, les fact-checkers de France 5 trouvent le moyen de désinformer, en transformant une simple erreur d'interprétation d'une citation peu claire d'un article du Monde en une véritable opération de manipulation du Réseau Voltaire et d'autres sites, et en passant sous silence que de grands médias et des auteurs renommés (comme Régis Le Sommier) ont eux-mêmes cru que Fabius avait bel et bien tenu ces propos, en son nom. Une manipulation subtile de France 5, relayée par Conspiracy Watch, qui permet d'incriminer les sites alternatifs et deux candidats que les médias ne soutiennent clairement pas.

Hors ligne

 

#99 03-03-2017 09:36:35

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1230

Re: Comprendre les médias

Merci beaucoup indiana et bienvenue sur le forum.
Taïké Eilée est comme à son habitude percutant grâce à ses articles très justement sourcés. Je suggère d'archiver cet article, il pourra servir comme argument.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#100 04-03-2017 14:58:53

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1184

Re: Comprendre les médias

Ce qu'il y a à répliquer à cette contre-enquête de faible valeur de Maxime Darquier, mais qui sera bien entendu reprise par tous les donneurs de leçons, c'est que nos petits malins de pseudo-vérificateurs et traqueurs de fake news passent à côté du sens profond de la déclaration de Fabius, telle qu'elle doit être comprise dans le contexte d'alors.
    Si Fabius a dit que c'était l'opinion des régimes arabes que le Front Al Nosra faisait du bon boulot, enfin, littéralement, pour reprendre les mots exacts, qu'il "menait une action qui était efficace et utile au service des Syriens et contre Bachar el-Assad" (sic !!!), donc l'expression "faire du bon boulot" est une bonne condensation du sens exact de ses paroles, il n'empêche que si ses mots ont été tournés dans le but de paraître neutres, il ressort clairement de l'analyse de son discours un penchant favorable envers l'opinion de ces pays arabes. Il dit que la France réfléchit "profondément", "examine", donc qu'elle hésite à suivre l'attitude des états-uniens à ce sujet, elle trouve donc qu'il peut y avoir du mérite à l'attitude des "arabes" puisqu'il faut en tenir compte, il mentionne les liens de Al Nosra avec Al Qaïda, mais manifestement, cela ne lui suffit pas pour décider de l'attitude à suivre envers Al Nosra, puisque donc, comme il le dit, on y réfléchit du côté français.
    Autrement dit, comme le dit le posteur JL dans la discussion sur Agoravox, "s’il ne l’a pas dit il l’a pensé si fort que tout le monde l’a entendu" ; tout le monde y compris Le Monde. Quel qu'ait été le soin tout diplomatique apporté à son discours. C'est qu'un diplomate français ne va pas admettre comme ça tout de go soutenir Al Qaïda, évidemment ! Là, Fabius pour faire comprendre ce soutien à ses alliés "arabes" s'est exprimé en empruntant un langage chéri des diplomates fait de chemins détournés, usant de maintes contorsions et circonvolutions.
    De toute façon, pour bien comprendre que c'est effectivement là la bonne interprétation de ses propos, il suffit de rappeller quel était le comportement de la France de Mr Fabius à ce moment crucial. Elle soutenait en toute connaissance de cause les rebelles, y compris les pires d'entre eux, toutes les distinctions entre eux que ressortent piteusement les désinformateurs à la solde de l'État n'étant que de grossiers trompe-l'œil, qui ne tromperont que les soutiens aveugles des politiques, incluant les pseudo-vérificateurs et traqueurs de "fake news" ; se rangeant dans ces tactiques bêtes les affirmations selon lesquelles seuls le gouvernement français n'approvisionant que des rebelles "modérés", alors que tout le monde qui n'était pas atteint de déficience mentale savait que les armes livrées atteignaient tous les groupes rebelles. Ces grotesques affirmations ne pouvant que signifier que les services secrets français n'étaient composés que de débiles mentaux. Ensuite, la France "réfléchissait et examinait" peut-être "profondément" à ce sujet, mais elle n'a jamais mis Al Nosra ni les groupes d'idéologie parente parmi les terroristes dans toutes les années qui ont suivi !... Enfin, il était déjà largement connu que les rebelles modérés auxquels ils faisaient référence étaient tout aussi sanguinaires que Al Nosra, l'ASL ne cédant en rien en cruauté en matière d'exactions, ainsi à Houla et Qusseir, s'impliquant encore plus tard lorsqu'un de ses officiers mangeait ses ennemis et lors des attaques chimiques et à Alep-Est. À l'image de son prédécesseur Alain Juppé, et à celle de son président François Hollande, Laurent Fabius est bien un criminel international d'envergure.

Hors ligne

 

#101 08-05-2017 12:17:54

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6557

Re: Comprendre les médias

Je signale au passage cet article du blog de l'association pour ceux qui n'auraient pas récemment jeté un œil sur la page d'accueil du site :
http://www.reopen911.info/11-septembre/ … e-reponse/

Hors ligne

 

#102 22-06-2017 18:01:34

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1230

Re: Comprendre les médias

Je vous invite à aller lire cet article agrémenté d'illustrations sur le blog anticons, l'observatoire du néo-conservatisme, dans lequel de nombreux liens sont actifs. De plus, une carte interactive en PDF  est aussi disponible afin de mieux appréhender leurs arguments. 

Ci-dessous un aperçu du plan de l'article

Le Monde à l’épreuve de la méthode de son « Décodex »
17 juin 2017 à 13 h 56 min

Ukraine, Taguieff, Syrie, Trump : les embardées du Monde…

https://anticons.wordpress.com/2017/06/ … n-decodex/

....En premier lieu, examinons succinctement la méthodologie du Décodex qui – à la bonne heure – préconise de « vérifier une information avant de la partager, de vérifier les sources, de juger de la fiabilité d’un site, ou encore de vérifier une rumeur qui circule sur les réseaux sociaux avec son corollaire, celui de reconnaître une théorie complotiste ». Pour vérifier cette “charte”, revenons sur cinq thèmes, dont quatre souvent abordés sur ce blog.

1/ Ukraine : « le Kremlin multiplie les références à la seconde guerre mondiale » affirme le Monde.
2/ Par qui “Le Monde” est-il lui, influencé ?
3/ Un porte-parole paranoïaque comme référence ?
4/ Attaques chimiques en Syrie : les “certitudes” du Monde à l’épreuve des faits.
5/ Le cas Trump :

Conclusion

« Pourquoi sans le moindre détour ne pas avoir écrit un billet à charge contre le Décodex ? » , nous diront à juste titre, ceux qui pensent qu’il y a beaucoup à dire sur cette initiative du Monde, qui indéniablement a pour objectif la mise à l’index des idées divergentes de celles des forces dirigeantes des pays OTAN. A cette interrogation légitime, nous répondrons simplement que le travail a été fait par d’autres. De ce fait, il nous a semblé utile d’examiner Le Monde lui-même à travers le prisme de son Décodex. Et le moins que l’on puisse dire est que ce journal se trouve discrédité par les méthodes d’investigation de son propre outil. Au final, cet outil nous permet surtout de pointer les influences, le dogmatisme et les contradictions d’un journal qui se targue de cultiver un certain recul. Quoique le journaliste Samuel Laurent puisse en dire, Le Monde est un journal militant et partial, en ce sens qu’il soutient la politique impérialiste de l’OTAN. Son positionnement, parfaitement aligné sur celui du quai d’Orsay, a pour principale conséquence la justification des conflits récents. Le Monde ferme les yeux sur les régimes autoritaires alliés à l’Occident, et diabolise les activistes anti-guerre et anti-impérialistes. De ce fait les journalistes du Décodex rallient le cortège de ceux qui s’efforcent, avec plus ou moins de réussite, de fournir à l’occident des alibis pour toutes les guerres dans lesquelles l’OTAN est directement ou indirectement impliquée.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#103 16-01-2018 14:21:37

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1184

Re: Comprendre les médias

Comme il n'y a pas à ma connaissance de fil consacré spécifiquement à Rudy Reichstatt et Conspiracy Watch, cela me semble le plusà sa place ici :
https://www.legrandsoir.info/rudy-reich … trice.html

Rudy Reichstadt : un opportuniste de la galaxie néo-conservatrice
ANTICONS : Observatoire du néo-conservatisme

Rudy Reichstadt, ce nom vous dit quelque chose ? Probablement pas. Son occupation principale est de tenir un blog nommé pompeusement "Observatoire du Conspirationnisme" (Conspiracy Watch pour les intimes). Expert autoproclamé, ouvertement sioniste, proche de BHL, disciple de Pierre-André Taguieff et très proche de Caroline Fourest, c’est surtout le jeu des réseaux qui lui ont permis d’exister. Il publiera ainsi sur le site de la revue néo-conservatrice "Le Meilleur des mondes", issu du "Cercle de l’oratoire" groupuscule des néo-conservateurs français les plus extrêmes.

Analysons ensemble le réseau de Rudy Reichstadt

Par deux fois, il se voit offrir une tribune aux "séminaires" de"La Règle du jeu" (le site de Bernard-Henri Lévy). Il y revêt maladroitement le costume d’expert en -isme en tous genre, ânonnant des poncifs pour se raccrocher aux branches. Ce fut le cas par exemple lors du fameux documentaire, réalisé par son amie Caroline Fourest, pour lequel sa prestation fut l’objet d’une critique au vitriol de la part de Pascale Bonniface, l’auteur du fameux "Les intellectuels faussaires".

Séminaire de "La Règle du Jeu", « Radicalisation politique et théories du complot », le 16 juin 2013, débat animé par Alexis Lacroix avec, Guy Konopnicki, essayiste et journaliste à Marianne et Rudy Reichstadt, fondateur du site Conspiracy Watch.

Les "Séminaires" de "La Règle du jeu" ont été créés par BHL et Alexis Lacroix. Rudy Reichstadt, fondateur du site Conspiracy Watch, y est invité le 16 juin 2013. Comme à son habitude, il utilise son répertoire de techniques de manipulation : insinuations, amalgames, diffamations, tout en se proclamant défenseur de valeurs universelles inattaquables : laïcité, démocratie, lutte contre le racisme et l’intégrisme, antifasciste, etc.

Puisque le blogueur estime être victime de procès d’intention sur internet de la part de militants "conspirationnistes", nous avons choisi, dans un souci d’équité, d’utiliser ses propres productions chaque fois que c’était possible pour comprendre ses motivations réelles.

Décryptage d’une rhétorique

Rudy Reichstadt est présenté comme un « politologue » par Alexis Lacroix, à mi-chemin entre le monde médiatique et le monde académique. Lacroix ira même jusqu’à rajouter « vous êtes un véritable chasseur de conspirationnistes ». Chasseur Rudy ? Pourtant vous ne trouverez pas la moindre trace d’un débat contradictoire sur son site, alors chasseur peut-être, mais adepte de la chasse gardée, celle qui lui garantit de ne pas croiser de gros gibiers.

Lors de ce séminaire, M. Reichstadt nous explique qu’il a découvert sa photo sur un schéma très complexe dans lequel les « conspirationnistes » relient les gens entre eux en les étiquetant pour donner l’impression d’une vaste conspiration, d’un fantasme « conspirationniste » d’après ses dires. Voici, selon toute vraisemblance, l’organigramme en question :

https://anticons.files.wordpress.com/20 … eocons.jpg
Télécharger la CARTE INTERACTIVE en PDF ( avec LIENS CLIQUABLES)

En quoi ce schéma est-il si compliqué ? Le blogueur y tient sa place entre Caroline Fourest (qui l’a régulièrement publié dans sa revue Prochoix), et Pierre-André Taguieff et son think tank néoconservateur "Le Cercle de l’Oratoire".

Vous pouvez comparer à présent avec un organigramme … choisi par M. Reichstadt via son site Conspiracy Watch. Il y propose un schéma qui est censé nous éclairer sur la nature du conspirationnisme. Titre du billet : L’organigramme qu’« ILS » ne veulent pas que vous voyiez.

En premier lieu, nous pouvons constater que le champ lexical est identique à celui utilisé dans certaines thèses qu’il prétend combattre. Et quand nous observons le schéma, nous constatons qu’il juxtapose des dossiers où le sérieux côtoie l’absurde, et dont les faits sont très diversement documentés : de l’assassinat de Kennedy au voyage sur la lune en passant par la finance, avec l’ufologie en toile de fond… Il brosse en quelque sorte le portrait d’une véritable « conspiration des conspirationnistes ».

Reichstadt et l’extrême droite : entre tabous et amalgames

Pour garder un semblant de crédibilité, M. Reichstadt tient au passage à se démarquer de la théorie islamophobe Eurabia de l’essayiste Bat Ye’or. Eurabia étant un concept repris par la majeure partie des mouvements sionistes ou de l’extrême droite européenne. Signalons au passage que Bat Ye’Or est également l’une des cibles de Caroline Fourest, cependant il ne faut rien y voir de très courageux. Bat Ye’or est en quelque sorte un ectoplasme inconnu du grand public. Néanmoins Alexis Lacroix, l’animateur du débat qui visiblement ne craint pas les paradoxes, nous rappelle que Pierre-André Taguieff devait être associé à Guy Konopnicki et Rudy Reichstadt, mais aucun d’eux ne soulignera l’implication de Pierre-André Taguieff au sein du site DREUZ, site internet de propagande de Bat Ye’or, cette « officine incontournable de la fachosphère » pour paraphraser Alexis Lacroix.

Pierre-André Taguieff cité en préambule du séminaire de "La Règle du Jeu"

A l’affirmation de Lacroix « vous êtes un disciple de Pierre-André Taguieff », M. Reichstadt répondra « oui, un disciple peut-être, en tout cas un lecteur assidu. Je ne l’ai jamais rencontré, je ne lui ai jamais téléphoné, juste quelques mails, pour le reste il s’agit d’un délire conspirationniste. » Quoi qu’il en soit une chose est certaine : Pierre-André Taguieff constitue la référence de choix pour Rudy Reichstadt : 65 résultats sur le moteur de recherche de son blog.

Pour l’occasion, M. Reichstadt nous explique dans un résumé plus que sommaire que l’extrême droite est constituée de deux branches : une extrême droite traditionnelle (antisémite), et l’autre (Eurabia) qu’il compare au Maccarthysme. Surtout habitué des faux-fuyants, il se garde bien de nous dire qu’il y a une extrême droite sioniste (Dreuz, Taguieff, Bat Ye’or) et une extrême droite antisioniste (le GUD), le Front National étant le résultat d’un mixte. Pour la partie sioniste du FN, citons par exemple Louis Aliot qui est allé dans deux colonies juives, et Christian Bouchet pour l’anti-sionisme du FN.

Pro-sioniste à l’extrême, Gilles-William Goldnadel (compagnon de route de Bat Ye’or et de Taguieff) est contributeur très régulier du site Dreuz, avec plus de 105 publication à son nom. Goldnadel ne cache pas ses liens avec l’extrême droite : à plusieurs reprises, il a appelé à l’union entre les droites qu’il appelle « L’alliance avec le FN ». Bien entendu, Goldnadel défenseur de la politique de la droite israélienne la plus dure, star du barreau et omniprésent dans les médias, est épargné de toute critique sur le blog de M. Reichstadt Conspiracy Watch.

Syrie, Libye : un exemple de confusion et d’omission

Vous l’aurez compris, Rudy Reichstadt pratique la « langue de bois » quand il s’agit de développer les propos de l’une des extrêmes droites, alors qu’il est très productif dès lors qu’il va pouvoir tirer profit de l’autre. Les récentes guerres de Libye et Syrie lui ont donné l’occasion de faire valoir tout son savoir-faire en matière de manipulation. L’argumentaire par les amalgames est un principe récurrent dans dans la dialectique utilisée par Reichstadt, il englobe sans vergogne et artificiellement des personnalités de gauche comme Michel Collon et Jean Bricmont, avec d’autre de l’extrême droite (celle qui ne lui plaît pas, bien évidemment !). Nous trouvons le meilleur exemple dans une chronique de juin 2012 écrit par Christophe Ayad pour Le Monde et reprise sur Conspiracy Watch (Le petit monde composite des soutiens au régime syrien).

Utilisant sous entendus et amalgames, Ayad s’efforce (dixit M. Reichstadt lui-même) de décrédibiliser les contestataires qui s’opposèrent à l’intervention de l’OTAN en Libye et à présent en Syrie. Christophe Ayad, un journaliste dont la rigueur professionnelle reste à démonter. Le 27 novembre 2012, il titrait l’une de ses rubriques : L’avancée inexorable des rebelles syriens. Ayad écrivait : "Depuis la mi-novembre, le conflit semble connaître une brusque accélération. Plusieurs bases militaires et aéroports stratégiques sont tombés dans le nord, mais aussi dans l’est du pays". Pourtant, en janvier 2013, d’après Le Guardian, 55% des Syriens désiraient qu’Assad reste au pouvoir, craignant une guerre civile.Most Syrians back President Assad – but you’d never know from western media | Jonathan Steele | Comment is free | The Guardian

Le Journaliste britannique Robert Fisk, dans une tribune publiée par son journal The Independent écrivait : « Le Qatar et l’Arabie Saoudite arment et financent les rebelles en Syrie, Washington n’émet pas une seule critique vis-à-vis d’eux. Le Président Obama et son secrétaire d’État, Hillary Clinton, disent vouloir la démocratie en Syrie, mais le Qatar est une autocratie et l’Arabie Saoudite est parmi les pires exemples de califats autoritaires de tout le monde arabe. Les dirigeants de ces deux États héritent du pouvoir à travers leurs liens familiaux – tout comme Bachar –, et l’Arabie Saoudite est un allié des rebelles salafistes wahhabites en Syrie, exactement comme ils furent les plus fervents supporters du régime médiéval des talibans pendant les années les plus noires en Afghanistan. Rappelons que Robert Fisk est considéré par le New York Times comme étant l’un des plus grand sinon le plus grand reporter britannique au Moyen Orient.

En novembre 2012, le magazine "Spécial investigation" de Canal+ a proposé un reportage sur le thème « Gaz et pétrole : Guerres secrètes ». L’équipe de Canal + est revenue sur l’évènement : « la France a attaqué la Libye du colonel Kadhafi. Officiellement, il s’agissait d’intervenir au nom des Droits de l’Homme. Mais un document a circulé, stipulant que Total pourrait exploiter 35% du pétrole libyen, en cas de changement de régime ».

Extrême droite sioniste : les oublis de M. Reichstadt

En ce qui concerne l’autre extrême droite (sioniste), M. Reichstadt nous ressert en permanence le même refrain : Bat Ye’or, Bat Ye’or et encore Bat Ye’or. Dans le billet intitulé Le "péril islamique" existe-t-il ? Il ne consacre pas la moindre ligne aux auteurs du site Dreuz.info, malgré des liens directs avec Bat Ye’or et l’extrême droite européenne. Les auteurs en question : Alexandre Del Valle, Michel Garroté, Ivan Rioufol, Gilles-William Goldnadel, Guy Millière, Jean-Patrick Grumberg, Michel Gurfinkiel et M. Taguieff.

On trouvera plus d’informations ici : Ils se revendiquent islamophobes

Quant à MM. Longuet, Madelin, et Devedjian, qui auraient quitté une méchante droite au profit d’une gentille droite, nous rappellerons simplement à Guy Konopnicki que tous les anciens de l’extrême droite des années 60-70 furent purement et simplement recyclés par un certain Georges Albertini, ex-collaborateur acquis à l’Allemagne nazie durant l’occupation. Nous conseillons à Guy Konopnicki la lecture de l’Histoire secrète du patronat de 1945 à nos jours : avant sa prochaine conférence sur l’extrême droite, comme dit le proverbe, « un homme averti en vaut deux »…

Et à Alexis Lacroix qui affirme avoir constaté une symétrie entre l’extrême droite et la gauche qu’il n’aime pas, nous lui rappelons bien volontiers que l’histoire est là pour attester qu’il y a surtout une symétrie entre les droites, et même quelquefois avec la gauche qu’il aime bien, par exemple à l’occasion d’une certaine cohabitation récente : Droite et extrême droite : autopsie d’un lien de consanguinité.

Taguieff l’antiraciste (sic), source d’inspiration de Reichstadt l’antifasciste (sic)

Rappelons les mots de Pierre-André Taguieff, à propos de la journaliste islamophobe Oriana Fallaci : « Fallaci vise juste, même si elle peut choquer par certaines formules. » Signalons que Fallaci fut inculpée pour diffamation contre l’islam : Défendre les thèses d’Oriana Fallaci.

A propos des musulmans de France : « Deux millions de musulmans en France, ce sont deux millions d’intégristes potentiels. » déclara Pierre-André Taguieff sur France Inter en 1997.

A propos de Stéphane Hessel, M. Taguieff osera déclarer : « Faut pas exagérer, après tout il n’a été qu’un tout petit peu arrêté par la Gestapo, et un tout petit peu torturé… » M. Taguieff oublie de préciser que Stéphane Hessel fut arrêté par la Gestapo, torturé, mais aussi déporté vers Buchenwald puis Dora. Au décès de Stéphane Hessel, il fera scandale en écrivant : "Le temps n’est pas encore venu pour prononcer un jugement d’ensemble nuancé sur ce personnage surestimé à tous égards, et que je tiens pour un faux grand homme."

Sur notre observatoire du néo-conservatisme, on trouvera plus d’informations sur P.A. Taguieff : Pierre-André Taguieff, le Néo-Con Lajoie

Rudy Reichstadt se dit surpris d’être qualifié de « néoconservateur »

Pourtant le blogueur a bien collaboré à la revue « Le Meilleur des Mondes ». Cette revue qui a cessé de paraître en 2008 fut le prolongement du Cercle de l’Oratoire, un cercle de réflexion néoconservateur composé d’intellectuels français favorables à la guerre en Irak. En 2006, le journal Libération titrait : Les meilleurs amis de l’Amérique. Le journal commente : Depuis les manifestations contre l’intervention des Etats-Unis en Irak, des intellectuels français, révoltés par l’antiaméricanisme, ont fondé le Cercle de l’Oratoire. Inspirés par les néoconservateurs et pourfendeurs de l’islamisme radical, ils se réunissent à Paris dans un temple protestant.

Des néo-cons à la française, ces partisans de la « guerre juste » ? « Je me vois comme une néoconservatrice de gauche » confie, avec un brin de provocation, une jeune journaliste qui souhaite garder l’anonymat. (…) Les philosophes André Glucksmann et Pierre-André Taguieff, l’essayiste Pascal Bruckner, l’universitaire Stéphane Courtois, coauteur du Livre noir du communisme, Jacky Mamou, ancien président de Médecins du monde, Kendal Nezan, président de l’Institut kurde de Paris … mais aussi de jeunes journalistes, des étudiants, des personnalités comme Bernard Kouchner, Nicolas Baverez, Fadela Amara … sont régulièrement invités à débattre. Depuis ce printemps, le groupe publie sa propre revue, « Le Meilleur des Mondes ».

Rudy Reichstadt est également contributeur de la revue « l’Arche » un journal où nous retrouvons Pierre-André Taguieff, Frédéric Encel, Alexandre Adler, tous membres du Cercle de l’Oratoire. L’Arche est édité par le « Fonds Social Juif Unifié » dont le président n’est autre que Pierre Besnainou, également président de la « Fondation du Judaïsme Français ». Mais le blogueur s’offusque une fois de plus quand Pascal Boniface écrit « ce site est principalement consacré à la dénonciation des critiques de la politique israélienne ».

Conspiracy Watch désigne invariablement les cibles américaines de l’Irak à l’Iran

Des cibles américaines définies en grande partie par les politiques étrangères des deux administrations Bush. Pour s’en convaincre, il suffit de visionner une interview du général Wesley Clark de 2007 où il affirmait qu’un plan était prêt 10 jours après le 11 septembre 2001 pour envahir 7 pays : l’Irak, la Syrie, le Liban, la Libye, la Somalie, le Soudan et l’Iran.

L’Iran, une obsession

Le blog Conspiracy Watch réserve à l’Iran un traitement de choix : 98 résultats sur son moteur de recherche. Par simple analogie avec un allié pourtant sulfureux de l’occident, le Qatar, vous ne trouverez pas le moindre article, seulement quelques notes de bas de page qui, en aucune façon, n’attirent l’attention sur la cruauté du régime qatari.

Rappel : Rapport Amnesty International de 2011 sur le Qatar : Les femmes continuaient d’être victimes de discrimination et de violences. Les travailleurs migrants étaient exploités et maltraités et ils ne bénéficiaient pas d’une protection juridique suffisante. Une centaine de personnes étaient toujours privées arbitrairement de leur nationalité. Des peines de flagellation ont été prononcées. Les tribunaux continuaient de confirmer des condamnations à mort, mais aucune exécution n’a eu lieu. Amnesty International | Working to Protect Human Rights Relations France-Qatar : un scandale d’Etat

Rudy Reichstadt et le sionisme

Si aujourd’hui M. Reichstadt assimile toute contestation de la politique anti-impérialiste à de l’antisémitisme, il est utile de rappeler son passé. Mercredi 20 septembre 2006, pour le compte de « l’Observatoire du Communautarisme », il écrit un article à charge contre Sarkozy, lui reprochant en particulier de rechercher des soutiens auprès d’organisations communautaire juives : Du communautarisme au républicanisme incantatoire : que penser du revirement rhétorique de Nicolas Sarkozy?

Il est également intéressant de constater que l’on trouve dans les notes de l’article un autre article signé par l’Observatoire du Communautarisme : Présidentielles : « L’Union des Patrons et des Professionnels Juifs de France » (UPJF) roule pour Nicolas Sarkozy

Pourquoi ce changement de trajectoire ? Rappelons que M. Reichstadt a fondé le site Conspiracy Watch à l’automne 2007. Nicolas Sarkozy est président de la république depuis environ 6 mois, et avec son arrivée au pouvoir, la politique internationale française se trouve dès lors quelque peu modifiée. L’exemple le plus significatif : Nicolas Sarkozy, habitué de longue date du dîner du CRIF, prononce généralement un discours à sa tribune, alors que le président Chirac avait décliné les invitations au profit d’Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin.

En 2011, Rudy accorde sur son blog une tribune à Samuel Ghiles-Meilhac : Le CRIF a-t-il l’influence qu’on lui prête ? Mais à présent, le ton est bien différent, Reichstadt ne présente plus le CRIF comme une association communautariste. Vous pouvez noter que Samuel Ghiles-Meilhac a collaboré régulièrement à plusieurs revues, dont l’Arche et Le meilleur des mondes. Le CRIF, un lobby ?

Néocon lui va si bien…

Quant certains se font un devoir de demander des comptes à la société, ce qui permet au moins à celle-ci d’éviter le croupissement, M. Reichstadt choisi quant à lui la compagnie de vieux notables beaucoup plus soucieux de conserver leurs privilèges que du bien-être collectif, de vieux notables dont il a singé la suffisance. Les directeurs de conscience

Pour le journaliste Hicham Hamza, Rudy Reichstadt est un Crypto-neoconservateur.

Il est vrai qu’à y regarder de près, par des méthodes astucieuses, M. Reichstadt s’emploie à combiner la défense d’intérêts géopolitiques avec une doctrine économique ultra libérale, toujours sous couvert d’anti–conspirationnisme en utilisant des intervenants bien choisis.

La logique fallacieuse

Un article de l’historien américain Richard Hofstadter, reprenant un texte d’Alain Wolfelsperger, va / être détourné à des fins idéologiques/ servir de caution à M. Reichstadt qui n’a pour seul objectif que de légitimer l’ultra-libéralisme inspiré par les membres de la Société du Mont-Pèlerin.

L’étude d’Hofstadter explore l’influence de la théorie du complot qui a évolué au long de l’histoire américaine, en partie en réponse au Maccarthysme des années 1950. Hofstadter note que le style paranoïaque est un phénomène ancien et récurrent dans la vie publique américaine. Il retrace le style paranoïaque des mouvements de la droite radicale qui ont vu un complot contre l’Amérique planifié par des sociétés secrètes telles que les "illuminatis" ou les "francs maçons" dans son ouvrage publié par le magazine Harper en novembre 1964. Voir : Le style paranoïaque en politique, par Richard Hofstadter (Le Monde diplomatique)

Alain Wolfelsperger détourne Hofstadter pour laisser entendre que l’historien aurait pu faire la même remarque sur les attaques qui concernent le libéralisme d’aujourd’hui. Wolfelsperger écrit : "L’ultra-antilibéralisme ou le style paranoïde dans la critique de l’économie de marché". Le libéralisme économique est aujourd’hui vitupéré en France dans divers milieux intellectuels et politiques se réclamant surtout de la gauche classique ou extrême mais en développant une critique qui n’est pas sans résonance auprès d’une certaine droite classique ou extrême.

Alain Wolfelsperger, l’habile bluffeur

A l’évidence, le but est de fustiger le positionnement des opposants de gauche à l’ultra-libéralisme, alors que la thèse de Richard Hofstadter était principalement axée sur la croisade anti-communiste menée par le sénateur Joseph McCarthy. Il est vrai qu’historiquement, Hofstadter ne considérait pas le style paranoïaque comme l’apanage de la droite, néanmoins il ne fit mention de ce caractère uniquement pour les mouvements politique de droite semblables à ceux qui ont soutenu un proche de McCarthy, le sénateur Barry Goldwater, candidat très à droite à la présidence de 1964. Son conseillé économique n’était autre que Milton Friedman, l’une des figures emblématiques de la société du Mont-Pèlerin. Goldwater / Friedman, le duo qui posa les bases d’un nouveau conservatisme qui vit la victoire de Ronald Reagan en 1980. The Conscience of a Conservative : Barry Goldwater

Juge et parti : Alain Wolfelsperger

Dans sa présentation de Wolfelsperger, M. Reichstadt omet tout simplement de souligner qu’Alain Wolfelsperger a participé à un séminaire de la Société du Mont-Pèlerin. Cette organisation qui regroupe des adversaires déterminés de l’Etat social, la Société du Mont-Pèlerin, a inspiré la politique économique et sociale de Pinochet, Reagan et Thatcher.

Mai 2012 : A l’initiative de L’ALEPS, 21 économistes français contre le programme socialiste. Parmi les signataires, nous retrouvons Alain Wolfelsperger lié comme les 20 autres à un ou plusieurs think tanks néolibéraux : Société du Mont-Pèlerin, Institut Turgot, Association pour la liberté économique et le progrès social (L’ALEPS).

« Le programme de François Hollande et de ses amis socialistes procède de motivations démagogiques, mais qui sont illusoires et destructrices : augmenter le SMIC au lieu de libérer les énergies, punir les riches au lieu d’inciter tout le monde à l’effort productif, dépenser pour stimuler la croissance (en fait pour acheter des clientèles) au lieu d’utiliser au mieux les ressources. » L’appel de 21 économistes français contre le programme socialiste destructeur – Institut Turgot

L’ALEPS

Elle fut l’une des principales structures de propagande du patronat, une officine reconnue pour avoir recyclé d’anciens militants de l’extrême droite de la fin des années 60, via Georges Albertini, l’ex-Secrétaire général du parti acquis à l’Allemagne nazie, le Rassemblement national populaire (RNP) de Marcel Déat. Albertini avait été condamné en décembre 1944 pour « intelligence avec l’ennemi ». Alain Madelin fut l’un des bénéficiaires du grand recyclage.

Dans son ouvrage « Génération Occident », Frédéric Charpier revient sur le rôle prépondérant de Claude Harmel dans la fondation de l’ALEPS. Harmel, tout comme Albertini, avait rejoint après 1940 le parti collaborationniste (RNP).Congrès AFSP Paris 2013 : intervention d’Alain Wolfelsperger « Le rôle des clubs et des réseaux d’intellectuels libéraux dans la diffusion du néo-libéralisme en France. Le cas de l’ALEPS et du groupe des Nouveaux Économistes »

Autres spécialistes, même méthode

Rudy Reichstadt a également fait appel à un néoconservateur notoire, Brice Couturier, du comité éditorial de la revue néoconservatrice Le Meilleur des mondes. En collaboration avec plusieurs autres membres du "Cercle de l’Oratoire", Brice Couturier participa en 2004 à la rédaction d’un ouvrage en faveur de la guerre en Irak : Irak, An I : Un autre regard sur un monde en guerre

Dans sa chronique sur France Culture, Brice Couturier invite l’économiste Serge Audier. Couturier, grand adepte de la confusion volontaire, profitera de la présence d’Audier pour assimiler à de l’antisémitisme tout regard critique sur les réseaux financiers internationaux Le néo-libéralisme, le vrai ! – Idées – France Culture Retour sur les think tanks néolibéraux qui ont changé le monde

Malgré tous les efforts de M. Reichstadt et de ses amis, de plus en plus d’intellectuels bien informés attirent l’attention sur les liens d’intérêts qui gangrènent la sphère médiatico-politique.

Journaliste durant 15 ans au Monde, Hervé Kempf revient dans son ouvrage L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie sur les puissances d’argent qui ont acquis une influence démesurée. Les grands médias dépendent d’intérêts privés, les lobbies s’efforcent de rédiger les lois en coulisses, les libertés sont jour après jour entamées. Dans tous les pays occidentaux, la démocratie est attaquée par une caste, en réalité, nous sommes entrés dans un régime oligarchique, cette forme politique où le pouvoir est réservé à un petit groupe de personnes qui forment une classe dominante.

Pour Rudy Reichstadt, critiquer les lobbys et dérives antidémocratiques des certaines institutions et groupes privés, c’est être complotiste. Comble du ridicule, selon son site, Julian Assange et Wikileaks sont de dangereux paranoïaques, Wikileaks avec lequel tous les plus grands journaux du monde ont travaillé pour diffuser les affolantes informations sur la guerre en Irak… Bien évidement, il faut voir derrière les gesticulations de Rudy la tentative de défendre une idéologie, celle de la revue le "Meilleur des Monde"

Il apparaît donc évident que le site Conspiracy Watch est un outil de propagande justifiant les pires dérives de notre Histoire contemporaine, sous de faux airs de neutralité, ce site a été créé par un arriviste qui a très vite compris l’importance de se retrouver du côté des puissants. C’est bien cela l’opportunisme.

Sur la forme, peu de comparaisons entre Rudy Reichstadt l’opportuniste, à d’autres néoconcervateurs beaucoup plus fanatiques dans le style des auteurs du site Dreuz.info qui eux se revendiquent ouvertement néo-conservateur. Mais sur le fond le résultat est identique, même ligne idéologique extrémiste associée à une géopolitique de type néo-coloniale, la proximité avec Pierre-André Taguieff ne fait qu’entériner une collusion indéniable.

Pour toutes ces raisons, il semble évident que le titre de néo-con est le plus approprié pour décrire le profil de Rudy Reichstadt. Son idéologie affichée, proche de plusieurs extrémistes, fait de lui un opportuniste bien trop engagé pour pouvoir se revendiquer "expert" en quelque domaine que ce soit, mise à part en propagande néo-conservatrice.

Hors ligne

 

#104 17-01-2018 08:18:39

Noisse
Membre du forum
Date d'inscription: 06-10-2014
Messages: 595

Re: Comprendre les médias

Dans la catégorie Version officielle :
http://forum.reopen911.info/t8721-un-bl … watch.html

Hors ligne

 

#105 17-01-2018 10:56:31

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1184

Re: Comprendre les médias

Ah désolé, je n'avais pas pensé à cette section, obnubilé que j'étais par l'influence dans les médias...

Hors ligne

 

#106 01-03-2018 17:45:57

magimix
Nouveau membre du forum
Date d'inscription: 08-02-2018
Messages: 30

Re: Comprendre les médias

Propaganda, 1928, Edward Bernays.

le livre est disponible gratuitement sur le site internet de l'éditeur: http://www.editions-zones.fr/spip.php?p … article=21

La manipulation consciente, intelligente, des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social imperceptible forment un gouvernement invisible qui dirige véritablement le pays.

donc, la bagarre des idées est la mère de toutes les batailles, pas uniquement sur le 11 septembre 2001 ou la guerre en Syrie avec l'horrible propagande de guerre, mais pour tout ce qui est politique.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr