ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#241 15-11-2014 13:40:26

Dr Gonzooo
Membre du forum
Date d'inscription: 07-07-2007
Messages: 3744

Re: MH370... puis MH17

http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2014/11/mh-17-7.jpg

la photo qui buzz à prendre avec des pincettes. pour le chasseur ça ressemble a un su-27

http://www.les-crises.fr/actuukraine-15-11-2014/

Dernière modification par Dr Gonzooo (15-11-2014 13:44:21)


© Forces Françaises Libres

Hors ligne

 

#242 15-11-2014 15:30:57

Griffin
Membre du forum
Date d'inscription: 19-07-2011
Messages: 815

Re: MH370... puis MH17

Woh, en effet il faut creuser, mais c'est assez magique.

Hors ligne

 

#243 15-11-2014 15:55:40

Griffin
Membre du forum
Date d'inscription: 19-07-2011
Messages: 815

Re: MH370... puis MH17

La conclusion du lien :

BILAN : MONTAGE BIDON à 99 %

Donc à zapper ^^

Hors ligne

 

#244 15-11-2014 15:57:48

Yann66
Membre de Soutien
Date d'inscription: 05-04-2008
Messages: 50

Re: MH370... puis MH17

Attention au Fake... de la part de qui d'ailleurs, US, Russie, Ukraine ?

https://www.bellingcat.com/news/2014/11 … -attacked/

Hors ligne

 

#245 15-11-2014 19:59:05

Dr Gonzooo
Membre du forum
Date d'inscription: 07-07-2007
Messages: 3744

Re: MH370... puis MH17

Griffin a écrit:

La conclusion du lien :

BILAN : MONTAGE BIDON à 99 %

Donc à zapper ^^

il a fait une maj parce que ce n'était précisé quand j'ai posté wink Ja sais qu'ici il y en a qui aime bien les photos


© Forces Françaises Libres

Hors ligne

 

#246 16-11-2014 10:07:24

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1348

Re: MH370... puis MH17

Bon ok pour le fake (voir un peu plus bas dans cette page)



Mais il y a aussi cela:

MH17 : une preuve de plus que les ukrainiens l’ont abattu
15 novembre 2014 Jean-Jacques Hector 

http://www.vineyardsaker.fr/2014/11/15/ … nt-abattu/
source: http://vineyardsaker.blogspot.fr/2014/1 … id-it.html

http://img4.hostingpics.net/pics/183081radar.jpg



(suite de l'article)

Quoi qu’il en soit, puisque nous savons que la Résistance de Novorussie n’a pas d’avions, puisque nous savons aussi que les Ukrainiens ont nié qu’ils avaient un aéronef près de cette zone à ce moment-là, et puisque enfin nous savons que si cela avait été un avion russe, les Awacs [Systèmes de détection et de commandement aéroportés] de l’Otan ou des États-Unis, ainsi que leurs satellites, auraient collecté et présenté cette preuve accablante depuis longtemps, on ne peut venir qu’à la seule conclusion possible :
•les Ukies et leurs patrons us-américains et union-européens nous mentent,
•l’avion vu sur le radar est ukrainien,
•aucun missile Buk n’est visible sur la photo (même si je crois personnellement que l’un d’eux a pu être utilisé pour diriger l’avion ukrainien sur le MH17),
•le MH17 a été abattu par une combinaison de tirs de canon et de missile à partir d’un ou de deux avions ukrainiens.

Le Saker

Post scriptum. En fait, si un radar civil a besoin du signal de retour d’un transpondeur pour obtenir l’identité, l’altitude et la vitesse d’un avion, ce n’est pas le cas des radars militaires. Depuis que je suis tout à fait sûr que les Russes avaient beaucoup de radars militaires dans la région, je suis certain également que, tout comme les États-Unis et l’Otan, l’armée russe a la preuve absolue que les Ukies ont abattu l’avion, preuve visible dans les enregistrements radar. Je ne sais pas s’ils présenteront un jour cette preuve ou pas (et je suis sûr qu’ils préféreraient ne pas le faire) ou bien s’ils se contenteront de faire émerger des fuites provenant de sources civiles, comme celle d’aujourd’hui dans le journal russe MK. Je suppose que cela dépend de ce que dira la propagande anglo-sioniste [2].

Traduit par Jean-Jacques pour vineyardsaker.fr

(voir ensuite sur cette même page, les notes et articles en rapport avec le vol MH17 )


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#247 04-01-2015 15:56:28

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1221

Re: MH370... puis MH17

Bonne année à tout le monde. Pour commencer, une information potentiellement intéressante :

http://www.agoravox.fr/actualites/inter … sia-161237

Le crash du MH17 de Malaysia Airlines
par Laurent 47
samedi 27 décembre 2014

Presse malaisienne

D'après la presse malaisienne, les enquêteurs de ce pays, qui ont procédé à des constatations sur les parties du fuselage du Boeing 777. Ils ont relevé de nombreuses traces de pénétration de projectiles à grande vitesse, particulièrement sur le côté gauche du fuselage, au niveau du cockpit. Le diamètre de ces projectiles correspond à un canon à tir rapide équipant un intercepteur. Or il a été communément expliqué que c'était un Sukhoï Su-25 qui avait abattu l'avion ( raisonnement basé sur le relevé du radar longue distance russe qui a émis cette hypothèse ). Mais cet appareil ne monte qu'à 7.000 m, et sa vitesse est inférieure à celle du Boeing 777. Par contre, l'Ukraine dispose des appareils suivants : Sukhoï Su-24 ( vitesse 2.320 kmh, plafond 16.500 m, canon 23 mm ) Sukhoï Su-24 MR ( vitesse 2.320 kmh, plafond 16.500 m, canon 23 mm ) Sukhoï Su-27 ( vitesse 2.500 kmh, plafond 18.500 m, canon 30 mm ) Mig 29 ( vitesse 2.445 kmh, plafond 18.000 m, canon 30 mm ). Ces quatre appareils sont supersoniques, et leur plafond maximum est largement supérieur à l'altitude de croisière du Boeing 777 ( 10.000 m ). Seuls le Sukhoï Su-27 et le Mig 29 sont équipés de canons à tir rapide de 30 mm. Par contre, aucune preuve n'a pu être établie sur le tir d'un missile sol-air comme le Bouk M1.

La commission d'enquête internationale a tout fait pour empêcher la Malaisie de divulguer la moindre information, car beaucoup de théories sur les prétendus responsables du crash seraient mises à mal, mais la Malaisie a refusé de se plier à cette injonction. Pour l'honnêteté du débat, il serait souhaitable de voir apparaitre sur le Net, une traduction du rapport des enquêteurs malaisiens. N'oublions pas que c'est essentiellement à cause de ce drame que le problème ukrainien a pris l'ampleur que nous constatons aujourd'hui !

Malheureusement, aucune source n'est donnée, l'auteur se contentant de mentionner la presse malaisienne sans plus de précisions et de souhaiter qu'une traduction du rapport des experts malaisiens soit diffusée. Prudence donc avant d'en savoir plus (et malaisophones demandés !, quelques articles de journaux malaisiens pouvant déjà être très utiles à défaut du rapport).

Hors ligne

 

#248 04-01-2015 22:22:20

Yann66
Membre de Soutien
Date d'inscription: 05-04-2008
Messages: 50

Re: MH370... puis MH17

Retour sur le sujet MH370,
Après une rumeur datant de Mars 2014 concernant le vol MH370, voir le lien ci-dessous :
http://reseauinternational.net/hm370-in … ado-godoy/


Voici un "état des lieux" de l'enquête intéressant développé par Marc Dugain, ci dessous :
http://www.parismatch.com/Actu/Internat … 2-2-675084


Il est quand même amusant de noter dans la présentation de l'article fait par France24 ( lien ci-dessous ) que le titre soit justement l'une des hypothèses évoquées les moins crédibles.
http://www.france24.com/fr/20141219-mal … go-garcia/


Dans tous les cas la première rumeur et le bilan sur l’enquête fait par Dugain collent bien ensembles et pour ma part je ne pense pas que l'avion aurait été abattu près de Diago Garcia par peur d'une attaque Kamikaze mais plus simplement pour le faire disparaitre.

Bonne Année à tous,

Hors ligne

 

#249 04-01-2015 22:51:03

WTC7
Membre du forum
Date d'inscription: 12-07-2014
Messages: 257

Re: MH370... puis MH17

Tout cela semble bien incertain. Par contre, une chose qui est certaine est que parmi les victimes du vol MH17 (oui, MH17) photographiées juste après le crash on trouvait beaucoup d'asiatiques (alors qu'on attendait majoritairement des hollandais), et que leurs valises contenaient des vêtements d'hiver (pas vraiment indiqué pour Kuala Lumpur en juillet, mais plus adapté à Pékin début mars).



De plus, les corps puaient le formol. Ce qui pourrait constituer un lien avec le vol MH 370.


En général, les complices ne t'expliquent rien et n'essaient pas de s'occuper des problèmes difficiles. Leur modus operandi typique est de poser des questions, d'exiger des explications et de ne jamais écouter tes propres questions.
Dmitri Khalezov, 911thology, p. 421
Vive Newton et Fourier.

Hors ligne

 

#250 11-01-2015 21:43:23

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1348

Re: MH370... puis MH17

http://www.voltairenet.org/article186390.html
Le pilote qui a abattu le vol MH-17 du Boeing de la Malaysia Airlines

Capitaine Voloshin : « L’avion était au mauvais endroit, au mauvais moment »

par Dmitry Steshin, Nicholas Varsegov, Vladimir Sungorkin




Un témoin secret est apparu dans l’affaire du Boeing malaisien ; son témoignage infirme toutes les accusations portées contre les milices de Donetsk et la Russie. Il explique aussi le comportement mystérieux des experts occidentaux.

Réseau Voltaire International | Moscou (Russie) | 6 janvier 2015


Cet homme s’est présenté spontanément au bureau de Кomsomolskaya Pravda. Nous avons vérifié son identité. Ce n’est ni un acteur, ni un homme de paille. Nous ne pouvons pas encore révéler qui il est car ses parents sont encore en Ukraine et il a peur des représailles. Voici la transcription de notre conversation presque sans coupures.

Le chasseur est rentré sans missiles

Où étiez-vous le 17 juillet 2014, le jour où le Boeing de la Malaysian a été abattu ?

J’étais en territoire ukrainien, près de la ville de Dnepropetrovsk, dans le village de Aviatorskoye. Il y a un aéroport régulier. À l’époque y étaient basés des avions de chasse et des hélicoptères. Les avions partaient régulièrement en missions de bombardement, un avion d’attaque Su-25 a bombardé Donetsk et Lugansk. Cela a duré longtemps.

Les avions volaient tous les jours ?

Tous les jours.

Pourquoi avez-vous supposé que ces avions avaient un rapport avec le Boeing abattu ?

Plusieurs raisons. Sur les 8 avions qui étaient basés là, seuls deux avaient des missiles "air-air". Ils ont été mis en arrêt temporaire.

Pourquoi ? Il n’y avait pas d’avions de combats en l’air ?

Non, l’avion était armé de missiles pour se couvrir en l’air. Juste au cas où. La plupart avaient un armement air-sol. NURS, bombes.

Parlez-nous du 17 juillet.

Les avions étaient en vol régulier. La journée entière dès le matin. L’après-midi, environ une heure avant que le "Boeing" ne soit abattu, trois avions de chasse étaient en l’air. Je ne me souviens pas de l’heure exacte. L’un des avions était équipé de ces missiles. C’était un Su-25.

L’avez-vous vu personnellement ?

Oui.

Quelle était votre position d’observation ?

Sur site. Je ne peux vous le dire exactement.

Avez-vous eu l’occasion de voir quels pylônes armaient le chasseur ? Auriez-vous pu confondre des missiles "air-air" avec des missiles "air-sol" ?

Non, pas de confusion possible. Ils présentent des différences de taille, de forme et de couleur. Avec une tête de guidage. Très faciles à reconnaître. De toutes façons, peu de temps après, un seul avion est rentré, deux ont été abattus. Quelque part à l’est de l’Ukraine, m’a-t-on dit. L’avion qui est rentré était le seul avec ses missiles absents.

Il est rentré sans les missiles ?

Sans les missiles. Ce pilote a eu chaud.

Connaissez-vous ce pilote, l’avez-vous vu ?

Oui.

Pouvez-vous nous dire son nom de famille ?

Voloshin.

Était-il seul à bord ?

Oui. L’avion est conçu pour une seule personne.

Connaissez-vous son prénom ?

Vladislav, je crois. Je ne me souviens plus exactement. Capitaine.

Le capitaine Voloshin est rentré. Que s’est-il passé ensuite ?

Il est rentré sans armement.

Il ne restait plus de missiles ?

Non.

Pouvez-vous nous dire, Alexandre, l’avion est rentré de mission, vous n’êtes pas encore au courant de la perte du "Boeing", mais quelque part vous êtes surpris par l’absence des missiles "air-air". Pourquoi ?

Ces missiles "air-air" ne font pas partie du pack d’armement basique.

Ils ne sont utilisés que sur ordre spécial. D’habitude, un avion avec ce genre de roquettes n’est pas autorisé en l’air. Parce qu’on ne doit pas transporter normalement ces missiles.

On ne peut installer en tout que deux missiles de ce genre sur cet avion. Cela n’avait jamais été fait jusqu’à présent. C’était interdit avant. Mais littéralement la veille, une semaine avant l’accident (la perte du "Boeing" – note de l’éditeur) l’emploi de ces missiles a été remis en service en urgence. Ils n’avaient pas été utilisés depuis de nombreuses années.

Pourquoi ?

Ils étaient périmés. Leur fabrication remontait aux années de la Russie soviétique. Mais par cette commande urgente, leur date d’expiration a été prolongée.

Et ils ont été fixés sur un avion ce jour-là ?

Ils restent en permanence avec ces missiles.

Mais ils ne volaient pas ?

On essayait de les mettre en l’air moins fréquemment – chaque vol épuise les ressources. Mais ce jour-là, l’avion a volé.

Et il est rentré sans eux ?

Oui. Connaissant un peu le pilote...(tout à fait possible, car les deux autres avions ont été descendus sous ses yeux), il a eu une réaction de panique, inadéquate. Il a pu, par peur ou par vengeance, lancer les missiles sur le Boeing. Peut-être l’avait-il pris pour un autre avion de chasse.

Ces missiles sont-ils équipés de têtes auto-guidées ?

Oui.

Quand il les a lancées, elles ont commencé à chercher une cible ?

Non. C’est le pilote lui-même qui trouve la cible. Il lance le missile et il vole vers la cible.

Le pilote a-t-il pu utiliser ces missiles contre des cibles terrestres ?

Ça n’a pas de sens.

Que vous rappelez-vous d’autre de ce jour-là ? Qu’a dit le pilote ?

Il a dit une phrase en sortant de l’avion : "Ce n’était pas le bon avion". Et pendant la soirée un pilote lui a posé la question, "Que s’est-il passé avec l’avion ?" À laquelle il a répondu : "L’avion était au mauvais endroit au mauvais moment".


Ce pilote sert-il dans l’armée depuis longtemps ? Quel âge a-t-il ?

Voloshin a 30 ans environ. Il est basé à Nikolaev. Ils ont été transférés à Dnepropetrovsk. Avant ils ont été envoyés à Chuguev près de Kharkov. Et pendant tout ce temps-là ils ont bombardé Donetsk et Lugansk. Et, selon l’un des officiers de la base de Nikolaev, ils continuent.

Les pilotes ont-ils une bonne expérience du combat ?

Ceux qui étaient là-bas avaient de l’expérience. La base de Nikolaev était à mon avis la meilleure base d’Ukraine en 2013.

L’histoire du "Boeing" a-t-elle été discutée parmi les pilotes ?

Toutes les tentatives pour en parler ont été stoppées immédiatement. Et les pilotes n’en ont parlé qu’entre eux surtout, ils sont tellement... bêcheurs...

Après que tout le monde ait été au courant pour ce "Boeing", qu’est-il arrivé à ce pilote, le capitaine Voloshin ?

Tous les vols ont continué. Et les pilotes ont gardé la même position. Mêmes visages.

Essayons de récapituler les événements. Comment tout cela a-t-il pu se produire ? Trois avions sont partis en mission de combat. Ils se trouvaient en gros dans la même zone, comme le Boeing. Deux avions ont été descendus. Ce capitaine Voloshin était nerveux, il a eu peur et il est possible qu’il ait confondu le Boeing avec un avion de combat.

C’est possible. C’était loin, il a pu ne pas voir précisément quel type d’appareil c’était.

De quelle distance ces missiles ont-ils besoin ?

À 3-5 km de distance ils peuvent repérer leur cible.

Et quelle est la différence de vitesse entre un avion de chasse et un Boeing ?

Pas de différence : les roquettes ont une plutôt bonne vitesse. Des roquettes très rapides.

Elles le rattraperaient de toutes façons ? Et la hauteur ?

C’est facilement possible à son altitude maximum —sept mille mètres— il peut très facilement se focaliser sur la cible.

L’atteindre plus haut ?

Oui. L’avion n’a qu’à simplement lever le nez et il peut trouver la cible sans problèmes et lancer la roquette. Ce missile a une portée supérieure à 10 kilomètres.

À quelle distance de la cible cette roquette explose-t-elle ? Touche-t-elle le fuselage puis explose ?

Tout dépend de la modification. C’est pratiquement possible quand elle touche le fuselage ou à 500 mètres de distance.

Nous avons travaillé sur le site du crash et avons remarqué que des fragments étaient profondément coincés dans la coque de l’avion. On aurait dit qu’elle avait littéralement explosé à 60 cm du Boeing.

C’est ce genre de missile. Le principe des fragments – elle explose et des fragments entrent en contact. Et ils percutent ensuite l’ogive principale de la roquette.

L’Ukraine a annoncé que ce jour-là ils n’avaient pas de vol de combat. Nous avons consulté différentes sources globales sur les avions descendus, l’Ukraine a nié partout qu’un avion militaire avait volé ce jour-là.

Je suis au courant. L’Ukraine a également annoncé que deux de ces avions ont été abattus le 16 et non le 17. Et la date a changé à de nombreuses reprises. Mais en fait, il y avait des vols tous les jours. Je l’ai vu de mes yeux. Même pendant le cessez-le-feu il y a eu des vols, quoique moins fréquents.

Quel armement y avait-il sur l’avion de votre aéroport ? Était-ce des bombes au phosphore, des engins incendiaires ? L’artillerie ukrainienne en utilisait très activement au sol.

Je n’ai pas vu de bombes au phosphore. Mais des bombes explosant dans l’espace.

Sont-elles interdites ?

Oui. Ce type de bombe était prévu pour l’Afghanistan. Elle a été interdite et n’a pas servi jusqu’à récemment. Elle a été interdite par une convention, je ne sais plus, je ne peux pas dire. Cette bombe est inhumaine, elle brûle tout. Elle brûle absolument tout.

Elles étaient fixées et servaient durant les hostilités ?

Oui. Et il y avait aussi des bombes à fragmentation interdites. Une bombe à fragmentation, selon sa taille, peut toucher une cible très ambitieuse. Une bombe couvre la surface d’un stade. Entièrement, la zone toute entière – deux hectares.

Pourquoi ont-ils utilisé de telles armes ?

Ils suivaient les ordres. Et les ordres de qui, on ne sait pas.

Quel est le but de ces armes – tactique d’intimidation ?

Annihiler le maximum d’hommes.

Pourquoi êtes-vous allé en Russie, pourquoi avez-vous décidé de parler ? Pourquoi, finalement, personne n’a appris tout ceci avant ? Vous n’êtes pas le seul témoin !

Tout le monde est intimidé par le SBU (Service de sécurité ukrainien, note de l’éditeur) et la Garde nationale. Les gens peuvent être passés à tabac pour tout mot imprudent, emprisonnés pour le moindre soupçon de sympathies envers la Russie ou la milice. Au départ j’étais contre cette "opération antiterroriste". Je n’étais pas d’accord avec la politique de l’État ukrainien. La guerre civile est mauvaise. Tuer son propre peuple n’est pas normal. Et qu’on y prenne part ou non, mais être du côté ukrainien et s’impliquer plus ou moins là-dedans, c’est avant tout ce que je ne veux pas !

Dernière modification par Mariflo (11-01-2015 21:44:13)


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#251 12-01-2015 21:13:22

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1221

Re: MH370... puis MH17

Pour le moment, je n'ai réussi qu'à trouver des mentions en anglais :

http://www.wsws.org/en/articles/2014/08 … a-a09.html 

    Ces articles confirment cependant bien que la presse malaisienne a rapporté que les enquêteurs de leurs pays sont parvenus à la conclusion que l'avion avait été touché par des tirs de canons. Ils pensent aussi qu'un missile air-air a également été utilisé. Et en plus, le fait que les journaux comme The New Straits Times soient proches du pouvoir malaisien implique que cette information est validée par ce dernier.

Malaysian press charges Ukraine government shot down MH 17
By Alex Lantier
9 August 2014

A Thursday article in the New Straits Times, Malaysia’s flagship English-language newspaper, charged the US- and European-backed Ukrainian regime in Kiev with shooting down Malaysian Airlines flight MH 17 in east Ukraine last month. Given the tightly controlled character of the Malaysian media, it appears that the accusation that Kiev shot down MH17 has the imprimatur of the Malaysian state.

The US and European media have buried this remarkable report, which refutes the wave of allegations planted by the CIA in international media claiming that Russian president Vladimir Putin was responsible for the destruction of MH17, without presenting any evidence to back up this charge.

The New Straits Times article, titled “US analysts conclude MH17 downed by aircraft,” lays out evidence that Ukrainian fighter aircraft attacked the jetliner with first a missile, then with bursts of 30-millimeter machine gun fire from both sides of MH17. The Russian army has already presented detailed radar and satellite data showing a Ukrainian Sukhoi-25 fighter jet tailing MH17 shortly before the jetliner crashed. The Kiev regime denied that its fighters were airborne in the area, however.

The New Straits Times article began, “Intelligence analysts in the United States have already concluded that Malaysia flight MH17 was shot down by an air-to-air missile, and that the Ukrainian government had had something to do with it. This corroborates an emerging theory postulated by local investigators that the Boeing 777-200 was crippled by an air-to-air missile and finished off with cannon fire from a jet that had been shadowing it as it plummeted to earth.”

It cited “experts who had said that the photographs of the blast fragmentation patterns on the fuselage of the airliner showed two distinct shapes—the shredding pattern associated with a warhead packed with ‘flechettes,’ and the more uniform, round-type penetration holes consistent with that of cannon rounds.”

The New Straits Times cited several sources to substantiate its position. One was testimony by a Canadian-Ukrainian monitor for the Organization for Security and Cooperation in Europe (OSCE), Michael Bociurkiw—one of the first investigators to arrive at the crash site. Speaking to the Canadian Broadcasting Corporation on July 29, Bociurkiw said: “There have been two or three pieces of fuselage that have been really pockmarked with what almost looks like machine gun fire; very, very strong machine gun fire.”

Another source the paper cited was an article, “Flight 17 Shoot-Down Scenario Shifts,” by former Associated Press reporter Robert Parry, who now writes for the ConsortiumNews.com web site. Given the lack of any evidence supporting US charges that pro-Russian forces shot MH17 down with a Buk anti-aircraft missile, Parry said, “some US intelligence analysts have concluded that the rebels and Russia were likely not at fault, and that it appears Ukrainian government forces were to blame, according to a source briefed on these findings.”

Parry indicated that sections of the US intelligence apparatus have concluded that US secretary of state John Kerry’s claims that pro-Russian forces shot down the plane are lies.

“Only three days after the crash, Secretary of State Kerry did the rounds of the Sunday talk shows making what he deemed an ‘extraordinary circumstantial’ case supposedly proving that the rebels carried out the shoot-down with missiles provided by Russia. He acknowledged that the US government was ‘not drawing the final conclusion here, but there is a lot that points at the need for Russia to be responsible,’ ” Parry wrote. “By then, I was already being told that the US intelligence community lacked any satellite imagery supporting Kerry’s allegations, and that the only Buk missile system in that part of Ukraine appeared to be under the control of the Ukrainian military.”

Finally, the New Straits Times and Parry both cite retired Lufthansa pilot Peter Haisenko, who has pointed to photographic evidence of MH17 wreckage suggesting that cockpit panels were raked with heavy machine gun fire from both the port and starboard sides. “Nobody before Haisenko had noticed that the projectiles had ripped through the panel from both its left side and its right side. This is what rules out any ground-fired missile,” Parry wrote.

The New Straits Times report constitutes a powerful accusation not only against the Ukrainian government, but against Washington, Berlin, and their European allies. They installed the Kiev regime through a fascist-led putsch in February. They then deployed a series of intelligence operatives and Blackwater mercenaries who are closely coordinating the various fascist militias and National Guard units fighting for Kiev on the ground in east Ukraine, where MH17 was shot down.

These forces now stand accused not only of stoking an explosive political and military confrontation with Russia on its border with Ukraine over the MH17 crash, which threatens to erupt into nuclear war, but of provoking the confrontation through the cold-blooded murder of 298 people aboard MH17.

These charges from Malaysia are all the more significant in that Malaysia is not a strategic adversary of the United States. Unlike Russia, which already presented evidence suggesting Ukrainian involvement in the crash, Malaysia has no political motive for trying to discredit the US, the European powers, or their puppet regime in Kiev.

While it has not aligned itself as openly as the Philippines or Vietnam with the US “pivot to Asia” aimed at isolating China, Malaysia has pushed for deployments of its forces in the South China Sea to contest Chinese influence in the area, in line with the agenda of the US “pivot.”

Indeed, the New Straits Times and its sources are basing themselves on sections of US intelligence that, disgruntled by the complete lack of evidence to back up US charges against Putin and fearing catastrophic military escalation, have criticized Washington’s handling of the crisis (see: “Former US intelligence personnel challenge Obama to present evidence of Russian complicity in MH17 crash”).

These developments also constitute yet another indictment of the Western media, which have completely blacked out the investigation of the crash of MH17 and the latest material in the New Straits Times. Instead, the elements in the CIA and their Ukrainian proxies driving the war in eastern Ukraine have been able to escalate the confrontation with Russia and demonize Putin, without any of their unsubstantiated accusations of Russian involvement in the MH17 crash being challenged.

Kiev regime officials are continuing to stonewall the investigation, refusing Malaysian requests for information about MH17, such as the record of communications between the doomed plane and air traffic controllers in Kiev.

In an interview with the New Straits Times, Ukrainian Ambassador to Malaysia Ihor Humennyi denied reports that the tapes had been seized by Ukraine’s State Security Service (SBU). “There is no proof or evidence that the tapes were confiscated by the SBU. I only read this in the newspapers,” he said.

When the New Straits Times asked where the tapes were, Humennyi said he did not know. “We don’t have any information that it had not been given to the investigation team, or that it was not received by the [team of international] investigators,” he said.

Accessoirement, la rumeur se répand que le récent crash d'un avion de ligne malaisien serait une représaille contre la Malaisie pour avoir divulgué cette information. À suivre.

Hors ligne

 

#252 13-03-2015 17:09:18

Mariflo
Membre du forum
Date d'inscription: 19-09-2009
Messages: 1348

Re: MH370... puis MH17

"Une source qui a été mise au courant par des analystes du renseignement m’a dit qu’ils n’avaient pu trouver aucun indice que le gouvernement russe aurait donné aux rebelles un système de missiles Bouk. Par conséquent, ces analystes concluaient que les rebelles et la Russie n’étaient probablement pas en faute, et qu’il apparaissait que c’étaient les forces du gouvernement ukrainien qui étaient à blâmer, quoi qu’il se soit agi plutôt d’une unité hors du contrôle direct des hauts responsables ukrainiens.

La source disait explicitement que les preuves du renseignement américain n’impliquaient pas le président ukrainien Petro Porochenko ni le Premier ministre Arsenii Yatseniouk mais suggéraient plutôt un élément extrémiste des forces armées financées par l’un des oligarques ukrainiens".......

http://www.les-crises.fr/le-danger-dune … ert-parry/
Source : Consortium News, le 19/01/2015  https://consortiumnews.com/2015/01/19/t … cold-case/

L'auteur de l'article Robert PARRY    http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Parry

Robert Parry, né le 24 juin 1949, est un journaliste d'investigation, principalement connu pour la divulgation et le suivi de l'Affaire Iran-Contra pour l'Associated Press et Newsweek.

Il a notamment révélé les opérations psychologiques de guerres de guérilla (manuel de la CIA fourni au contras nicaraguayens) et le scandale du trafic de cocaïne organisés par la CIA et les contras en 1985. Il a reçu le Prix George Polk du reportage national en 1984. Il est le directeur du site d'informations ConsortiumNews.com depuis 1995.
........




LE DANGER D'UNE AFFAIRE MH-17 EN SOMMEIL? par Robert PARRY

le 19 janvier 2015 Source : Consortium News


Traduit par les lecteurs du site les crises.fr

(attention, il y a plusieurs liens dans l'article ci-dessous non reproduit dans le copier-coller, pour les consulter allez sur le site de BERRUYER.


Exclusif : l’administration Obama continue de traîner des pieds pour publier les preuves détenues par le renseignement US plus de six mois après la destruction du Vol 17 de Malaysia Airlines, un comportement laissant aux coupables le temps de se disperser, créant ainsi un terreau fertile aux théories du complot, écrit Robert Parry.

Par Robert Parry

Plus de six mois maintenant après la destruction d’un avion de la Malaysia Airlines au-dessus de l’Ukraine, le refus de l’administration Obama de rendre publiques les preuves des services de renseignement qu’elle détient concernant les responsables a créé un terreau fertile pour des thèses conspirationnistes, réduisant en même temps les espoirs de trouver les responsables.

Etant donné les capacités de surveillance du gouvernement US – des photographies satellite et aériennes en passant par les interceptions téléphoniques et électroniques aux sources humaines – le renseignement américain a sûrement une bonne idée de ce qui s’est produit le 17 juillet 2014, quand le vol 17 de la Malaysia Airlines s’est écrasé en Ukraine orientale tuant les 298 personnes à bord.
On m’a informé que ces preuves ont été décrites au président Barack Obama et les conclusions des analystes du renseignement US sur la responsabilité de ce drame lui ont été présentées – il est possible qu’Obama ait partagé certaines de ces conclusions confidentielles avec le premier ministre malaisien Najib Razak lors de leur rencontre le 24 décembre à Hawaï.

Mais, après avoir hâtivement pointé du doigt les rebelles pro-russes, le gouvernement US est resté très silencieux sur le sujet. Selon lui, les rebelles auraient abattu l’avion d’un missile tiré d’une batterie anti-aérienne Bouk, fournie par le gouvernement russe et assez sophistiquée pour abattre un aéronef à 10 000 mètres d’altitude.

Depuis cette cascade précoce d’accusations non vérifiées, seules quelques bribes des conclusions des services de renseignement des États-Unis et de l’OTAN ont atteint le public – et le rapport d’enquête préliminaire hollandais d’octobre dernier sur la cause du crash a indiqué que les gouvernements occidentaux n’ont pas partagé d’information cruciale.

Le rapport préliminaire du bureau d’enquêtes hollandais a répondu à quelques questions, confirmant notamment que le MH-17 aurait été détruit apparemment par “des objets à grande vitesse qui ont pénétré l’appareil depuis l’extérieur”. D’autres questions clés restent en suspens, comme celle du radar militaire russe prétendant avoir détecté un chasseur à réaction ukrainien SU-25 dans les environs, une affirmation que le gouvernement ukrainien a démenti.

Un radar russe aurait détecté la présence d’un chasseur en approche, “gagnant de l’altitude” alors qu’il se trouvait à une distance comprise entre trois et cinq kilomètres de l’avion de transport – comme les russes l’ont déclaré dans une conférence de presse le 21 juillet ; Mais était-ce le cas ? Les autorités de Kiev ont insisté sur le fait qu’elles n’avaient pas d’avion militaire dans les environs à ce moment-là.

Bien qu’attestant que les enquêteurs ont reçu les “données radar de la Fédération de Russie” de contrôle du trafic aérien, le rapport hollandais de 34 pages est resté silencieux sur la question du chasseur. Même mutisme sur la question épineuse de la possession, par le gouvernement US, de données satellites qui révéleraient exactement le lieu et les auteurs du supposé tir de missile sol-air.

L’administration Obama a assuré avoir connaissance des faits mais le gouvernement américain n’a pas dévoilé de photo satellite ou d’autre information de surveillance qui pourraient probablement corroborer les charges. Curieusement, le rapport hollandais précise également que de “l’imagerie satellite prise quelques jours après l’événement” a été ajoutée à l’enquête. Évidemment, les meilleures images permettant d’évaluer la responsabilité seraient des images aériennes prises les jours et les heures avant le crash.

Dès mi-juillet, l’est de l’Ukraine était une priorité pour les services de surveillance américains et un système aussi imposant qu’une batterie de missiles Bouk aurait dû être facilement repéré par les services de reconnaissance aérienne U.S. Les quatre missiles contenus dans la batterie mesurent chacun près de 5 mètres de long et auraient dû être transportés en camion avant d’être mis en position de feu.

La mention dans le rapport hollandais des seules photos postérieures à la destruction de l’avion est également curieuse. En effet, les militaires russes ont publié un certain nombre de photos satellite, prises avant l’attaque, montrant des systèmes de missiles Bouk du gouvernement ukrainien situés au nord de la ville de Donetsk, à l’est de l’Ukraine. On y trouvait notamment deux batteries qui auraient été transférées à 50 kilomètres au sud de Donetsk le 17 juillet, le jour même de l’accident, puis enlevées le 18 juillet.

Les affirmations russes

Le lieutenant général Andreï Kartopolov a invité le gouvernement ukrainien à s’expliquer sur les mouvements de ses systèmes Bouk et sur l’intense activité, juste avant la destruction du 17 juillet, des radars Koupol-M19S18 de Kiev, qui coordonnent les trajectoires des missiles Bouk.

Le gouvernement ukrainien a répliqué par la voix d’Andreï Lysenko, porte-parole du Conseil de Sécurité de l’Ukraine. Celui ci, faisant usage des termes de prédilection de Kiev pour qualifier les rebelles, affirmait qu’il avait « la preuve que le missile ayant frappé l’avion a été lancé par des terroristes, qui ont reçu de la Fédération de Russie des armes et des spécialistes ».

Lysenko a ajouté : « pour rejeter leur responsabilité dans cette tragédie, [les autorités russes] produisent une masse de dessins et de photographies. Nous étudierons toute photo et tout autre plan fournis par la partie russe. » Mais les autorités ukrainiennes ont été incapables de répondre aux preuves russes autrement que par de vagues démentis.

Le 29 juillet, alors que la rhétorique du gouvernement américain et des médias occidentaux contre la Russie allait grandissante, les membres de l’association des Anciens Professionnels du Renseignement pour le Bon Sens ont demandé instamment au président Obama de rendre publiques les preuves tangibles qu’il avait à sa disposition relatives à la destruction de l’avion, y compris les images satellite.

“En tant que professionnels du renseignement nous sommes gênés par l’utilisation d’information incomplète des services de renseignement », ont-ils écrit. « En tant qu’américains, nous espérons que vous trouverez un moyen de publier sans plus tarder les preuves les plus concluantes en votre possession. En accusant la Russie d’être directement ou indirectement responsable, le secrétaire d’état John Kerry a été particulièrement catégorique. Les preuves ne le sont pas autant. Ses déclarations semblent prématurées et porter les marques de la propagande.”

Cependant, le gouvernement Obama n’a rendu publique aucune information en provenance des services de renseignement qui aurait appuyé ses anciennes suppositions. Au début du mois d’août, il m’a été dit que certains analystes du renseignement  avaient commencé à s’écarter du scénario d’origine accusant les rebelles et les russes pour se concentrer plus sur la possibilité que des éléments extrémistes du gouvernement ukrainien soient responsables.

Une source qui a été mise au courant par des analystes du renseignement m’a dit qu’ils n’avaient pu trouver aucun indice que le gouvernement russe aurait donné aux rebelles un système de missiles Bouk. Par conséquent, ces analystes concluaient que les rebelles et la Russie n’étaient probablement pas en faute, et qu’il apparaissait que c’étaient les forces du gouvernement ukrainien qui étaient à blâmer, quoi qu’il se soit agi plutôt d’une unité hors du contrôle direct des hauts responsables ukrainiens.

La source disait explicitement que les preuves du renseignement américain n’impliquaient pas le président ukrainien Petro Porochenko ni le Premier ministre Arsenii Yatseniouk mais suggéraient plutôt un élément extrémiste des forces armées financées par l’un des oligarques ukrainiens. [voir « Flight 17 Shoot-down Scenario Shifts » et « Was Putin Targeted for Mid-air Assassination? » sur Consortiumnews.com]

Mais alors les discussions sur les informations que pouvait avoir le renseignement américain sur la destruction de l’avion se sont essoufflées. Lorsque j’ai récemment recontacté la source qui avait été informée par ces analystes, elle a dit que leurs opinions n’avaient pas changé, sauf qu’ils croyaient [maintenant] que le missile pouvait avoir été moins sophistiqué qu’un Bouk, peut-être un SA-6.

Ce qui était moins clair était de savoir si ces analystes représentaient un consensus dans la communauté du renseignement américain, où s’ils n’exprimaient qu’une des positions dans un débat en cours. La source disait aussi que le président Obama se retenait sur la voie de la publicité des informations du renseignement américain parce qu’il n’avait pas l’impression d’être inattaquable.

Un vide dangereux

Mais ce vide a laissé le débat vulnérable aux allégations de parties intéressées et d’experts autoproclamés, y compris certains qui tirent leurs conclusions des réseaux sociaux et d’internet, ceux que l’on appelle les “enquêteurs sur sources publiques”. Le gouvernement Obama ne s’est pas non plus rétracté en ce qui concerne les anciennes déclarations du secrétaire d’état Kerry mettant en cause les rebelles et la Russie.

A peine quelques jours après l’accident, Kerry s’est rendu dans toutes les émissions du dimanche montrant du doigt la Russie et les rebelles et citant des preuves fournies par le gouvernement ukrainien par le biais des médias sociaux. Dans l’émission “Rencontre avec la presse” de NBC, David Gregory a demandé « Etes-vous essentiellement en train de dire que la Russie a fourni l’arme ? »

Kerry : « Il y a un article aujourd’hui qui le confirme, mais on ne s’est pas encore déterminé au sein de l’administration. Mais c’est assez clair lorsque – il y a une accumulation de présomptions. Je suis un ancien procureur. J’ai rendu des jugements dans des affaires sur des présomptions ; c’est très fort ici. [voir « Kerry’s Latest Reckless Rush to Judgment » sur Consortiumnews.com]

Mais certains analystes offrirent bientôt des estimations contraires. Après que Kerry eut enchaîné les émissions télévisées, le Los Angeles Times a rendu compte d’une réunion d’information du renseignement américain tenue pour plusieurs organes d’information américains. L’article disait : « les agences de renseignement américaines ont été jusqu’à présent incapables de déterminer la nationalité ou l’identité de l’équipe qui a lancé le missile. Les officiels américains ont dit qu’il se pouvait que le SA-11 (un missile anti-aérien Bouk) ait été lancé par un transfuge de l’armée ukrainienne ayant été formé à l’utilisation de systèmes semblables. [voir « The Mystery of a Ukrainian ‘Defector.’ » sur Consortiumnews.com]

En octobre, le Spiegel a rapporté que le service de renseignement allemand, le BND, avait conclu que la Russie n’était pas à l’origine de la batterie de missiles – qu’elle avait été prise dans une base militaire ukrainienne – mais qu’il continuait à rendre les rebelles responsables de son utilisation. Le BND concluait aussi que les photos concernant la tragédie du MH-17 fournies par le gouvernement ukrainien « avaient été trafiquées », selon le Spiegel.

Et le BND contestait l’affirmation du gouvernement russe selon laquelle un chasseur ukrainien aurait été en vol à proximité du MH-17 juste avant qu’il ne s’écrase, déclarait le magazine dans son compte rendu de la séance d’information du BND tenue devant un comité parlementaire le 8 octobre, où avaient été présentées des images satellite et des photographies. Mais aucune des preuves du BND n’ont été rendues publiques, et il m’a été dit par la suite par un responsable européen que les preuves n’étaient pas aussi définitives que la présentation du magazine l’indiquait. [voir « Germans Clear Russia in MH-17 Case » sur Consortiumnews.com]

Donc, il semble qu’il y ait eu des désaccords significatifs dans le cercle des agences de renseignement occidentales sur la question de savoir qui précisément était à blâmer. Mais le refus du gouvernement Obama et de ses alliés de l’OTAN d’étaler leurs preuves sur la table a ouvert la porte aux théories du complot, et a transformé cette tragédie en une affaire dormante, laissant aux coupables – quels qu’ils puissent être – plus de temps pour brouiller leur piste et disparaître.


A mon tour je fus effondré à la suite de ces révélations explosives !

Hors ligne

 

#253 13-03-2015 19:40:37

inam56
Membre du forum
Lieu: Kreiz Breizh
Date d'inscription: 07-11-2013
Messages: 2156

Re: MH370... puis MH17

Mariflo a écrit:

L'auteur de l'article Robert PARRY    http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Parry

Robert Parry, né le 24 juin 1949, est un journaliste d'investigation, principalement connu pour la divulgation et le suivi de l'Affaire Iran-Contra pour l'Associated Press et Newsweek.

Il a notamment révélé les opérations psychologiques de guerres de guérilla (manuel de la CIA fourni au contras nicaraguayens) et le scandale du trafic de cocaïne organisés par la CIA et les contras en 1985. Il a reçu le Prix George Polk du reportage national en 1984. Il est le directeur du site d'informations ConsortiumNews.com depuis 1995.

Merci Mariflo, pas mal le principe du "vide dangereux" pour dénoncer le manque d'information, il faut demander à avoir accès aux documents secrets de nos états.

Lié à cette demande d'informations publiques j'ai bien aimé aussi le terme de “enquêteurs sur sources publiques", dont il dénonce le danger avec les "allégations de parties intéressées et d’experts autoproclamés". Bien présent, autant dans le mouvement truthers que dans celui pro-VO.

Dernière modification par inam56 (13-03-2015 19:51:34)


Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés, les plus gros sont gardés par l’incrédulité publique. Marshall Mc Luhan.

Hors ligne

 

#254 21-08-2015 07:08:42

franky464
Nouveau membre du forum
Date d'inscription: 14-03-2010
Messages: 10

Re: MH370... puis MH17

Liens entire MH17 et MH370
Même avion B777
Même compagnie Malaysia airline
Peu de temps après MH370 en Mars et MH17 en Juillet
Si l'on reprend l'hypothèse du détournement à distance  (Ce qui se passe aujourd'hui sur les conclusions hâtives sur le MH370 abonde dans ce sens)
http://podcast.rmc.fr/channel49/20150807_invitegg_0.mp3
Il me paraît difficile de ne pas chercher de similitudes entre ces deux vols:
Le MH17 n'avait rien à faire au dessus de Donetsk, il passait tous les jours sauf ce jour là il a dévié sa route pour se "jeter dans la gueule du loup" en passant au dessus des missiles Bouk c'est étrange !?
http://www.les-crises.fr/wp-content/uploads/2014/07/MH-17-FLight-Path.jpg
Ce serait une faute grave du pilote que de dévier sa route pour passer au dessus d'une zone de guerre.
http://www.lapresse.ca/international/do … e-bouk.php
Partant de là si ce vol avait été détourné lui aussi, les missiles Bouk M-1 Ayant pour objectif de protéger l'espace aérien, il était fort possible qu'il se fasse abattre.
Maintenant ce qui est intéressant à observer, cet "incident" a retourné la situation contre Poutine :
https://fr.news.yahoo.com/blogs/ravanel … 45943.html
Beaucoup de choses ont basculé ce jour là L'art de la guerre ....

Dernière modification par franky464 (21-08-2015 23:50:35)

Hors ligne

 

#255 21-08-2015 09:16:28

tournesol01
Membre du forum
Date d'inscription: 08-03-2010
Messages: 930

Re: MH370... puis MH17

Ajouter un avion ne poserais aucune difficulté:
http://unique.annonce.free.fr/images/mh17.jpg
Ce qui m'interpelle, moi, c'est l'orientation géographique de la photo avec le nord exactement en haut.

Une photo prise par un satellite est elle toujours orientée de cette façon ?
Ceux qui ont tiré cette photo en noir et blanc l'ont ils tournée pour une présentation optimum et orientée ?
ou est ce une photo type Google earth comme la mienne en couleur ?

Dernière modification par tournesol01 (21-08-2015 09:35:21)


Retraité, intéressé, motivé, estomaqué, écoeuré....

Hors ligne

 

#256 21-08-2015 09:25:35

Fredzilla
Nouveau membre du forum
Date d'inscription: 16-07-2015
Messages: 31

Re: MH370... puis MH17

J'ai l'impression qu'il y a un 3eme avion : Un Airbus A320 - le vol QZ8501.
A year of plane tragedies: MH370, MH17 and now QZ8501 – all affecting Asia

http://www.express.co.uk/news/world/549 … MH17-MH370
http://www.nouvelordremondial.cc/2014/1 … sparition/

==> Des similitudes (ou coïncidences) avec le 911

Le PDG de AirAsia Tony Fernandes s’est débarrassé de 944,800 parts de Tune Insurance Malaysia Berhad, l’organisation qui fournit les assurances aux passagers de AirAsia, quelques jours avant la disparation du vol QZ8501.

Le jour où l’avion de ligne a disparu, l’action a perdu 7%, vous croyez aux coïncidences?

Ce n’est pas si différent des jours avant la catastrophe du 911, quand les actions des compagnies aériennes, banques et assureurs constatèrent d’étranges mouvements de transactions boursières avant que les avions ne rentrent dans les tours du World Trade Center.

.../...

Tel que nous l’avons rapporté précédemment, l’une des questions qui est restée majoritairement sans réponses concernant l’incident implique un blogueur chinois qui a mis les gens en garde d’éviter les vols de AirAsia 2 semaines avant la disparition du vol QZ8501.

Certains disent que les messages, qui ont été publiés sur le réseau social chinois Weibo, sont des indications flagrantes d’une connaissance antérieure alors que d’autres déclarent que les messages ont été modifiés après le crash du vol QZ8501 pour donner l’impression que la disparition a bien été préméditée.

Hors ligne

 

#257 21-08-2015 09:28:24

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1503

Re: MH370... puis MH17

Je trouve ta présentation un peu elliptique. Tes hypothèses mériteraient un meilleur développement pour les rendre claires pour tous.

Par contre, basé ta conclusion sur un article d'un journaliste paillasson datant d'un an me semble peu réaliste.

Je ne sais pas si tu suis bien la situation dans cette région, mais beaucoup d'eau a couler sous les ponts et la situation soi-disant dramatique pour Poutine s'est quelque peu modifiée ! C'est la confirmation du talent journalistique  de Ravanel qui se contente de faire le pigiste pour l'OTAN et la maison mère de Washington.

Est-ce un hasard si la majeure partie des sites dont tu indiques les liens sont très ouvertement anti-Russie ? (lapresse.ca est un site canadien, plus grand défenseur des néo-nazis de Kiev et le texte cité est un exemple parfait d'enfûmage et de partialité).

Hors ligne

 

#258 21-08-2015 10:06:04

tournesol01
Membre du forum
Date d'inscription: 08-03-2010
Messages: 930

Re: MH370... puis MH17

smileD'après Google earth, si on mesure la longueur de l'avion avec ses outils, il fait plus d'un kilomètre de long ! lol

http://unique.annonce.free.fr/images/longueur_de_l_avion.jpg

C'est pas beau ça !

Dernière modification par tournesol01 (21-08-2015 10:12:03)


Retraité, intéressé, motivé, estomaqué, écoeuré....

Hors ligne

 

#259 21-08-2015 10:28:52

Ronny1
Modérateur
Date d'inscription: 30-04-2013
Messages: 550

Re: MH370... puis MH17

Il me semble avoir lu que la photo avec l'avion tireur était un photomontage basé sur une image de Google earth.

Hors ligne

 

#260 21-08-2015 10:36:06

tournesol01
Membre du forum
Date d'inscription: 08-03-2010
Messages: 930

Re: MH370... puis MH17

Et j'arrive aux mêmes conclusions.


Retraité, intéressé, motivé, estomaqué, écoeuré....

Hors ligne

 

#261 15-10-2015 12:36:28

inam56
Membre du forum
Lieu: Kreiz Breizh
Date d'inscription: 07-11-2013
Messages: 2156

Re: MH370... puis MH17

Le consortium russe Almaz-Anteï, producteur des missiles sol-air Bouk, a mené sa propre enquête sur la catastrophe du Boeing 777 (vol MH17) en Ukraine, en organisant une expérience grandeur nature. Le groupe a fait exploser l’ogive d’un Bouk près d’un avion retiré du service, dans l’espoir de déterminer les circonstances du crash.

En condition réelle de vol, il est évident que la brusque décompression aurait disloqué le cockpit, mais le cockpit résiste quand même pas mal à l'explosion, non ?

Dernière modification par inam56 (15-10-2015 12:39:14)


Seuls les petits secrets ont besoin d’être protégés, les plus gros sont gardés par l’incrédulité publique. Marshall Mc Luhan.

Hors ligne

 

#262 15-10-2015 23:04:32

nanard
Membre du forum
Date d'inscription: 05-02-2014
Messages: 1503

Re: MH370... puis MH17

Désolé de ne pas avoir vu ta demande plus tôt Tournesol,  l'orientation d'une photo ou d'une carte vers le nord, en haut, est une convention internationale évitant de se poser des questions sur ce sujet. Sur le vol MH 17, nous n'aurons sans doute jamais d'informations claires, c'était le risque dès le départ !

L'Ukraine néo-nazie officielle à choisi ses partenaires dans cette affaire. Un cabinet de recherches hollandais dont la pub est déjà d'annoncer la couleur, pas de révélation publique sans l'accord unanime des partenaires.  Il y a l'Ukraine dont on est quasiment sur qu'elle est la responsable de ce massacre, la Belgique (4 morts à bord, mais pas la Malaisie avec plus de 40 victimes, bon, mais c'est vrai que ce ne sont pas des blancs de la race supérieure), la Hollande, complètement sous la coupe des USA et de Lockheed en particulier depuis des dizaines d'années (le prince Bernhard à été convaincu de recevoir des pots de vin à l'époque des F 104 Starfighter) et je ne sais plus le 4ème mais c'est du même tonneau.

Comme de plus les infos sont d'abord traitées par Washington qui a ses propres analystes arrivant depuis longtemps aux mêmes conclusions, ce sera silence total durant quelques dizaines d'années, le temps de continuer de pourrir la réputation de la Russie...

Hors ligne

 

#263 16-10-2015 14:09:10

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1221

Re: MH370... puis MH17

Une analyse du contenu du rapport du bureau néerlandais OVV, qui réfute notamment les affirmations simplistes en plus d'être orientées selon lesquelles il établirait que le missile Bouk incriminé avait été tiré d'une région tenue par des séparatistes :

http://www.agoravox.fr/actualites/inter … nte-172968

#MH17 : le rapport néerlandais pointe la responsabilité de l’Ukraine dans le crash mais ne désigne pas qui a abattu le vol MH17 #ukraine
par PRCF (son site)
mercredi 14 octobre 2015

Après plus d’un an d’enquête, le bureau néerlandais pour la sécurité OVV publie ce 13 octobre son rapport technique sur le crash du vol MH17. Avant même que le rapport ne soit publié, se basant de façon assez loufoques « sur des sources anonymes » sic, déjà la presse occidentale s’empresse d’accuser la Russie. Pourtant, dans les près de 300 pages de rapport, rien incrimine la Russe. Au contraire, le rapport pointe la responsabilité de l’Ukraine, notamment par la non fermeture de son espace aérien dans cette zone de guerre alors que tout aurait dû l’y conduire. Est-ce les droits de survols aériens, ou est-ce une intention délibéré de protéger les avions de combat bombardant les populations civiles du Donbass en les mélangeants au trafic aérien civil qui a motivé cette décision ? le rapport ne le dit pas.

Cela n’empêche pas les « journalistes » du Figaro, de titrer « l’avion abattu d’un missile tiré d’une zone pro-russe » ou de façon totalement manipulatoire Le Monde » le rapport néerlandais pointe un missile de fabrication russe ». l’article est pourtant obligé de reconnaître que

« Contrairement à ce qu’affirmaient des médias néerlandais mardi matin, le
rapport laisse subsister un doute quant à l’endroit dont le missile a été tiré. Les
enquêteurs n’ont pas pu aller au-delà de l’identification d’une zone de 320 km²,
dont certaines parties étaient occupées par des rebelles séparatistes prorusses
et d’autres par des troupes ukrainiennes. »

On rappellera que l’Ukraine à l’inverse de la Russie – qui n’utilise plus de missiles BUK dans sa défense aérienne – utilise ce système de défense, déployé sur la zone d’après la Russie.

www.initiative-communiste.fr site web du PRCF a lu et analysé ce rapport et propose à ces lecteurs quelques extraits traduits par ses soins.

Il convient d’observer que la Russie a indiqué qu’une large partie de ses informations, questions et observations n’ont pas été prises en compte par l’équipe d’enquête. La neutralité de cette équipe, intégrant l’Ukraine mais excluant les républiques du Donbass, conduite par un pays membre de l’OTAN dont le gouvernement avant tout enquête avait déjà accusé la Russie, est évidemment douteuse : les conclusions du rapport étant largement écrites d’avances. Et la guerre médiatique dont ce rapport est une arme, ainsi que les propos tenus par le chef néerlandais de ses rédacteurs n’est pas pour accroitre la confiance en son éventuelle neutralité.

Les accusations lancées par l’ensemble de la presse occidentale, faisant d’ailleurs dire à ce rapport ce qu’il ne dit pas, doivent encore convaincre ceux qui en douterait de ce qui est à l’œuvre : une campagne de propagande et de bourrage de crâne.

Le rapport pointe la responsabilité de l’Ukraine :

le rapport est très clair et désigne la responsabilité de l’Ukraine dans le crash en ne fermant pas l’espace aérien d’une zone de combat clairement connue (§10.5 – 2) :

Les processus décisionnels liés à l’utilisation de l’espace aérien de l’Ukraine
étaient dominés par les intérêts de l’aviation militaire. L’initiative visant à
restreindre l’espace aérien sur la partie orientale de l’Ukraine en dessous de
FL260 provenaient des autoritaires militaires [de Kiev]. L’objectif de la mesure
était de protéger les avions militaires des attaques à partir du sol et de
séparer le trafic aérien militaire de l’aviation civile. Les Autorités ukrainiennes
ont supposé qu’en prenant cette mesure, les avions civils volant sur la zone
au-dessus de FL260 étaient en sûreté.
b.
L’initiative visant à modifier la restriction au FL320, le 14 Juillet 2014 provenait
du contrôle aérien civil. La raison sous-jacente de ce changement reste
incertaine.
c.
Les NOTAM ne contenait aucune raison de fond pour les restrictions
d’altitude.Par conséquent, l’Ukraine n’a pas agi en conformité avec les
directives de l’OACI Doc 9554-AN / 932.

d
Lors de la mise en œuvre des mesures ci-dessus, les autorités ukrainiennes
ont pris insuffisament en compte la possibilité qu’un avion civil à l’altitude de
croisière puissent se faire tirer dessus

Ce fut pourtant le cas, selon les autorités ukrainiennes, quand un Antonov
AN 26 a été abattu le 14 Juillet 2014, ainsi que pour un Sukhoi Su-25 le 16
Juillet 2014 alors que ces avions volaient à des altitudes au-delà des altitudes
d’atteintes de MANPADS. Les systèmes d’armes mentionnées par les autorités
ukrainiennes comme ayant abattu ces avions peuvent présenter un risque pour
les avions civils, parce qu’ils sont capables d’atteindre leur altitude de croisière.
Cependant, aucune mesure n’a été prise pour protéger les avions civils
contre ces systèmes d’armes
.

La responsabilité des autorités dans le crash est donc directement pointée : faire voler des avions de ligne au dessus d’une zone de guerre alors que des combats s’y produisent pouvant abattre ces mêmes avions ne pouvaient conduire à l’évidence qu’à une tragédie tel que le crash du MH17. C’est là une lapalissade qui ne saurait échapper au bon sens populaire. Nul besoin d’expertises compliquées pour comprendre que ce point est indiscutable.

Cet après-midi le vice premier ministre ukrainien indiquait que les accusations du Bureau néerlandais de sécurité sur le fait que l’Ukraine aurait dû fermer l’espace aérien situé au-dessus de la zone des combats qui déroulaient dans le sud-est du pays étaient infondées. Pendant que le premier ministre ukrainien a lui accusé la Russie : « Je n’ai aucun doute sur le fait que c’était une opération planifiée des services secrets russes pour l'abattre ».

Les recommandations de l’OVV en conclusions de ce rapport sont également très claires, incriminant directement l’Ukraine, mais également les compagnies aériennes qui ont choisi de continuer à survoler cette zone de guerre. Il tombe sous le sens commun que cette zone n’aurait pas dû être survolée par le MH17.

« L’avis du bureau néerlandais de la sûreté est qu’il est en conséquences
nécessaire de produire des améliorations selon les trois points suivants. Le premier
concerne la gestion de l’espace aérien dans les états faisant face à un conflit
armé sur leur territoire. Le second concerne la manière dont les états et les
compagnies aériennes évaluent les risques de voler au dessus de ces zones
de conflit.
Le troisième concerne la responsabilisation des opérateurs dans leur
choix de voler ou non au dessus des zones de conflits »

Contrairement à la campagne médiatique en cours en France, le rapport ne désigne pas qui a abattu le vol MH17.

Dans ses conclusions l’OVV écrit :

Arme utilisée « L’avion a été frappé par une charge exploxive de type 9n314M portée
par un missile de type 9M38. Cette conclusion repose sur la combinaison des
éléments suivants : l »enregistrement sonore d’un pic, les damages constatés sur le
fuselage causé par une explosion et l’impact de fragments, la forme en cube et en i
des fragments retrouvés dans le cokpit et dans le corps d’un pilote, les blessures
des membres d’équipage dans le cokpit, l’analyse de la trajectoire du crash,
l’analyse des résidus d’explosifs et de peinture, la taille et la forme des fragments
retrouvés. » §10.2-10

Trajectoire du missile : « la zone de tir possible du missile 9M38 depuis un système
sol air BUK est évalué à 320km² dans l’est de l’Ukraine. Des analyses supplémentaires
sont nécessaires pour déterminer le point de lancement. Un tel travail n’entre pas dans
les attributions du Mandat de l’OVV. » §10.2-10

Le rapport identifie une zone de tir potentiel de ce missile, qui n’est pas en dotation au sein de l’armée russe, mais bien en dotation de l’armée ukrainienne, et dont les forces de défenses du Donbass disent ne pas disposer, zone de tir qui est située sur la zone de front et qui donc ne peut incriminer l’une ou l’autre des parties.
[......]

Hors ligne

 

#264 20-10-2015 14:18:38

Analis
Membre du forum
Date d'inscription: 09-05-2008
Messages: 1221

Re: MH370... puis MH17

Maintenant, Giuletto Chiesa apporte la preuve, par le biais d'un reportage passé à la télévision ukrainienne, que l'armée ukrainienne avait déployé des lanceurs de Bouk dans la zone de combat au plus près de la ligne de front avant la tragédie du MH17 :

http://www.agoravox.tv/actualites/inter … h-17-51288

Giulietto Chiesa sur le vol MH-17 : voilà les images du missile BUK-1 ukrainien
par ilfattoquotidiano.fr (son site)
dimanche 18 octobre 2015

Alors que la commission d’enquête hollandaise vient tout juste de remettre son rapport sur le vol MH-17 abattu l’an dernier au-dessus de l’Ukraine (lire ici), le journaliste italien Giulietto Chiesa nous apprend que la veille de la tragédie, une batterie de missiles BUK-1 contrôlée par l’armée ukrainienne a été filmée par la télévision ukrainienne exactement dans la zone survolée par l’appareil le lendemain. Les preuves d’une manipulation généralisée n’ont jamais été aussi nombreuses dans cette affaire qui a, rappelons-le, donné lieu aux sanctions économiques contre la Russie toujours en vigueur, sans qu’aucune preuve de son implication ne soit jamais apportée par les USA ou l’OTAN malgré toutes leurs promesses et leurs apparentes certitudes.

https://www.youtube.com/watch?v=yy3pWm0plCI

Dernière modification par Analis (20-10-2015 14:20:41)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr