ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 27-01-2009 22:55:08

JiPé
Membre du forum
Date d'inscription: 04-11-2008
Messages: 784

Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

Source : http://911blogger.com/node/19224

Monday, the United Nations Special Rapporteur on Torture Manfred Nowak told CNN's Rick Sanchez that the US has an "obligation" to investigate whether Bush administration officials ordered torture, adding that he believes that there is already enough evidence to prosecute former Secretary of Defense Donald Rumsfeld.

Lundi, le rapporteur spécial des Nations Unis sur la Torture, Manfred Nowak, a déclaré au reporter de CNN Rick Sanchez que les USA avaient une "obligation" d'enquêter sur les ordres de torture donnés par des officiels de l'administration Bush. Il a ajouté qu'à son avis il y avait suffisamment de preuves pour inculper l'ancien Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld.

"We have clear evidence," he said. "In our report that we sent to the United Nations, we made it clear that former Defense Secretary Donald Rumsfeld clearly authorized torture methods and he was told at that time by Alberto Mora, the legal council of the Navy, 'Mr. Secretary, what you are actual ordering here amounts to torture.' So, there we have the clear evidence that Mr. Rumsfeld knew what he was doing but, nevertheless, he ordered torture."

«Nous avons des preuves très claires,» a-t-il déclaré. «Dans notre rapport envoyé aux Nations Unies, nous affirmons que l'ancien Secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld a clairement autorisé des méthodes de tortures, alors que le Conseiller Juridique de la Navy (Marine) Alberto Mora l'a formellement prévenu "Monsieur le Secrétaire, les ordres que vous donnez en ce moment impliquent l'utilisation de la torture". Ainsi nous avons la preuve indiscutable que Mr Rumsfeld savait ce qu'il faisait : rien de moins que d'ordonner la pratique de la torture».


2 avions, 3 tours, cherchez l'erreur ?

Hors ligne

 

#2 28-01-2009 12:24:09

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

Une autre, déposée aux États-Unis par un groupe de prisonniers ou d'anciens prisoniers des centres de détention d'Abou Ghraib et de Guantanamo n'a pas abouti au motif que les plaignants n'étaient pas de nationalité américaine.

Ouais trop cool !
On peut torturer tous les immigrants sans craintes !
Bon, je prends mon flingue et je pars vers les États-Unis.
Bye bye !


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#3 11-12-2014 16:25:26

JPR
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2013
Messages: 775

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

http://www.arcinfo.ch/fr/monde/le-rappo … 77-1386560

Le rapport sur l'utilisation de la torture par la CIA est "plein de conneries", selon Dick Cheney l'ancien vice-président américain.

L'ancien vice-président américain Dick Cheney a affirmé mercredi que le rapport dévoilé par le Sénat la veille sur l'utilisation de la torture par la CIA dans ses interrogatoires de terroristes présumés était "plein de conneries". "Nous avons fait exactement ce que nous devions faire", a ajouté l'ancien haut responsable.

"Je pense que ce rapport est déplorable. Il me semble très imparfait", a déclaré sur la chaîne Fox News M. Cheney, en poste sous l'ère George W. Bush entre 2001 et 2009, à l'époque où ont été perpétrés les interrogatoires musclés de terroristes présumés par la CIA.

Le rapport accablant rendu public mardi par le Sénat affirme que la torture menée par la CIA contre les terroristes présumés n'avait permis de récupérer aucune information valable. La commission du Renseignement du Sénat a aussi mis en lumière les mensonges de l'agence du renseignement vis à vis du Congrès et de la Maison Blanche.

"Ce rapport est plein de conneries, excusez-moi", a affirmé Dick Cheney, très sûr de lui. "Ils n'ont pas pris la peine d'interroger les personnes clés impliquées dans ce programme", a-t-il ajouté, affirmant que le président George W. Bush était partie intégrante du programme et connaissait la plupart des détails.

"Qu'étions-nous supposer faire (avec Khaled Cheikh Mohammed, le cerveau présumé du 11-Septembre) ? L'embrasser sur les deux joues et lui demander: 'S'il vous plaît, s'il vous plaît, dîtes-nous ce que vous savez? Bien sûr que non'", a repris M. Cheney.

"Nous avons fait exactement ce que nous devions faire pour mettre la main sur ceux qui avaient préparé le 11-Septembre, et pour empêcher d'autres attentats. Nous avons rempli ces deux missions", a encore affirmé le numéro deux de l'administration Bush. (big_smile)

Source: ATS


« Tout le monde baissait son froc devant l'église, c'était comme ça à l'époque. Aujourd'hui, tu m'diras les gens baissent leur froc mais pas devant les mêmes institutions, ça évolue quoi... » - Dieudonné

Hors ligne

 

#4 15-12-2014 12:09:40

JPR
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2013
Messages: 775

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

La suite. De plus en plus fort. Quel monstre ...

http://www.ledevoir.com/international/e … americains

Dick Cheney glorifie les agents américains

L’ancien vice-président américain Dick Cheney a vigoureusement défendu dimanche le travail des agents de la CIA pour leurs interrogatoires musclés contre des membres présumés d’Al-Qaïda dans les années 2000, après l’onde de choc cette semaine du rapport du Sénat sur la torture.
 
«Je suis parfaitement à l’aise: ils devraient être glorifiés, ils devraient être décorés», a déclaré sur NBC M. Cheney, en poste de 2001 à 2009 sous le président George W. Bush, à l’époque où la CIA avait recours à des «techniques d’interrogatoires renforcées» contre des dizaines de «terroristes» présumés dans des sites tenus secrets.
 
Le rapport accablant rendu public mardi par le Sénat affirme que les actes de torture perpétrés par des interrogateurs de la CIA n’avaient permis de récupérer aucune information valable à l’époque de la «guerre contre le terrorisme» lancée par MM. Bush et Cheney. La commission du Renseignement du Sénat a aussi dénoncé les mensonges de l’agence vis-à-vis du Congrès et de la Maison Blanche.
 
Mais pour Dick Cheney, «la torture, c’est ce que les terroristes d’Al-Qaida ont fait subir à 3000 Américains le 11-Septembre», des attentats qui ont traumatisé les États-Unis. «Il n’y a pas de comparaisons entre ça et ce que nous avons fait avec respect pour améliorer nos interrogatoires», a-t-il défendu.
 
L’ancien vice-président s’est dit aussi insensible au fait qu’un certain nombre de membres présumés d’Al-Qaida ont été arrêtés, interrogés sans ménagement et détenus durant des années alors qu’ils étaient innocents.
 
«Cela ne me pose aucun problème tant que nous remplissons nos objectifs qui sont d’attraper ceux qui ont préparé les attentats du 11-Septembre et d’empêcher de nouveaux attentats contre les États-Unis», a-t-il repris.
 
Pratiques extrêmes
 
Le très détaillé et volumineux rapport du Sénat, sous l’égide de la sénatrice démocrate Dianne Feinstein, a mis en évidence des pratiques de torture extrêmes, comme la «réhydratation rectale». Dick Cheney a affirmé ne pas être courant de cette pratique dans le cadre du programme d’interrogatoires poussés: «Je pense que c’était fait pour des raisons médicales», a-t-il estimé.
 
Il a aussi répété que le président George W. Bush (2001-2009) connaissait le programme de tortures de la CIA: «Cet homme savait ce que nous faisions. Il l’a autorisé, il l’a approuvé».
 
George W. Bush, qui avait été interrogé dimanche dernier par CNN, avant la publication du rapport du Sénat, était allé dans le même sens que son vice-président: «Nous avons de la chance d’avoir des hommes et des femmes qui travaillent dur pour servir nos intérêts. Ce sont des patriotes et peu importe ce que le rapport dira (...). Je connaissais le directeur, les directeurs adjoints et nombre d’agents: ce sont vraiment des gens biens et nous sommes chanceux, en tant que nation, de les avoir», avait-il dit.
 
Dès le lendemain de la publication du rapport au vitriol, Dick Cheney avait balayé un document «plein de conneries».
 
«Je pense que ce rapport est déplorable. Il me semble très imparfait. Ils n’ont pas pris la peine d’interroger les personnes clés impliquées dans ce programme», avait-il dit.
 
Le patron de la CIA John Brennan avait également souligné jeudi qu’il n’était pas d’accord avec les conclusions du rapport du Sénat. S’il a reconnu que ses agents avaient utilisé des méthodes d’interrogatoire «répugnantes» après le 11-Septembre, il a affirmé qu’il était impossible de dire si elles avaient été utiles pour obtenir des informations.
 
De nombreuses réformes ont été menées pour éviter que ce type de dérives ne se reproduise, avait-il aussi noté.
 
Le rapport du Sénat a provoqué une onde de choc aux États-Unis et dans le monde. Le président Barack Obama a mis fin à ce programme de la CIA dès son arrivée à la Maison Blanche début 2009. Mais son gouvernement a exclu toute poursuite en justice.


« Tout le monde baissait son froc devant l'église, c'était comme ça à l'époque. Aujourd'hui, tu m'diras les gens baissent leur froc mais pas devant les mêmes institutions, ça évolue quoi... » - Dieudonné

Hors ligne

 

#5 15-12-2014 12:12:59

JPR
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2013
Messages: 775

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

Et ici, provenant de la même source que j'ai eu beaucoup de mal à trouver, une analyse de François Brousseau sur ces pratiques d'un "autre" temps :

http://www.ledevoir.com/international/e … je-torture

Je torture, tu tortures

Il y a d’abord l’honneur perdu des États-Unis, la vanité de moins en moins justifiée d’un pays qui persiste à donner des leçons et à se voir comme un modèle pour le reste du monde. Un pays qui, en plus d’avoir un système politico-électoral bloqué, en coma dépassé, a pratiqué dans les années 2000 la torture comme une vulgaire dictature.
 
Il est vrai que cet honneur — ou le prestige de ce qui fut la grande démocratie américaine — est déjà passablement ébréché depuis un bon moment, surtout dans les contrées latines, européennes ou québécoises (c’est différent au Canada anglais, où le cousinage idéologique avec la droite américaine reste très présent).
 
Il y a ensuite les détails qu’on ne connaissait pas encore, comme le degré d’amateurisme et d’improvisation des services secrets dans les mois qui ont suivi le 11-Septembre, la pagaille, le double langage et la dissimulation dans les communications internes de la CIA et compagnie.
 
Jusqu’à quel point l’agence cachait-elle à la Maison-Blanche l’étendue des mauvais traitements infligés aux prisonniers ? On ne le saura jamais exactement, mais il y avait sans doute, dans les deux sens, un savant dosage de non-dit et de flou volontaire sur les détails.
 
Quant aux méthodes appliquées, on savait déjà pour la privation de sommeil, ou encore pour la fameuse « noyade simulée » (appliquée 83 fois en août 2002 au Palestinien Abou Zubeida, un homme qui croupit d’ailleurs toujours à Guantánamo, sans aucun acte d’accusation contre lui)… Mais on a découvert certains « traitements » jusqu’alors inconnus du grand public et des médias : l’enfermement prolongé de sujets vivants dans des cercueils, les bains glacés, ou encore « l’alimentation rectale » qui restera sans doute comme la grande nouveauté de 2014 dans le folklore populaire concernant la torture…
 
Il y a, enfin, cette remarquable persistance dans l’insensibilité, l’arrogance et le pharisaïsme d’un Dick Cheney, l’ex-vice-président qui était sans doute, à l’époque (2000-2008), le vrai patron de la Maison-Blanche. Encore hier à la télévision de la NBC, il portait aux nues les agents de la CIA et leurs supérieurs pour leur « lutte héroïque contre le terrorisme », quels qu’en aient été les moyens.
 
Totalement obstiné sur la question de savoir si, au-delà de la morale, la torture a permis d’obtenir des informations utiles — le rapport de la commission du Sénat dit catégoriquement : non —, il martèle : « Oui, oui, oui ! » et « Je recommencerais demain matin ! »
 
Interrogé sur les regrets qu’il pourrait quand même éprouver envers les purs innocents — souvenons-nous de Maher Arar — victimes du programme d’expulsions secrètes et de torture de la CIA (il y en aurait au moins une trentaine, sur les 119 personnes soumises à ce programme), il répond : « Aucun regret ! Aucune excuse ! »


Au-delà des justifications et des rationalisations circonstanciées sur toutes ces pratiques — morales ou non, utiles ou non, selon les cas —, il y a quelque chose de plus, qui apparaît de façon transparente dans les proclamations effrontées d’un Dick Cheney. C’est tout simplement l’idée — qui reste forte malgré tout chez nos voisins du sud — que les États-Unis d’Amérique sont le pays le plus formidable, le plus extraordinaire, le plus sublime de toute l’histoire de l’humanité… et qu’à ce titre ils n’ont de comptes à rendre à personne.
 
S’il y a un élément positif dans cette histoire, c’est peut-être le courage de Dianne Feinstein, la rapporteuse démocrate au Sénat, qui propose, contre Dick Cheney, une tout autre lecture de « l’exceptionnalisme américain ». Pour elle, une démocratie comme les États-Unis doit pouvoir regarder le Mal en face, surtout lorsqu’il vient de l’intérieur, et c’est justement cette capacité autocritique qui fait sa grandeur.
 
Nul doute qu’aujourd’hui, devant ce grand déballage washingtonien, ça ricane fort à Moscou, à Pékin ou à Damas. Là-bas, bien entendu, on torture à tour de bras — sans doute plus que la CIA dans les années 2000 —, mais ce n’est pas demain la veille qu’un rapport à la Douma russe ou à l’Assemblée nationale populaire chinoise viendra documenter ces horreurs.
 
Car un des effets possibles des graves dérives de la CIA, c’est le sentiment d’impunité et de justification partagé par tous les despotes de la planète : « Si les États-Unis le font… alors tout le monde peut le faire. » Ah ! L’exemplarité américaine…


« Tout le monde baissait son froc devant l'église, c'était comme ça à l'époque. Aujourd'hui, tu m'diras les gens baissent leur froc mais pas devant les mêmes institutions, ça évolue quoi... » - Dieudonné

Hors ligne

 

#6 15-12-2014 13:23:12

poip
Membre du forum
Lieu: Québec
Date d'inscription: 05-08-2006
Messages: 2715

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

Cheney sent la soupe chaude et cherche n'importe quel argument pour se justifier, un cerveau déréglé.


------Il vaut mieux suivre le bon chemin en boitant que le mauvais d'un pas ferme.------

Hors ligne

 

#7 15-12-2014 13:34:07

Larez
Responsable du forum
Lieu: Bourgogne
Date d'inscription: 10-05-2009
Messages: 6539

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

Propos de Kristen Breitweiser dans son blog du huffingtonpost (et traduit en ReOpenNews ici) :

(...)Si en tant que nation, nous ne demandons pas des comptes pour les vérités révélées dans ce rapport, comment pouvons-nous alors nous assurer que de tels actes immoraux, illégaux et malveillants (ou pire) ne se reproduiront pas à l’avenir ? Rendre des comptes établit un principe fort et indéniable de dissuasion. Si vous pratiquez la torture, vous allez en prison. Si vous franchissez la ligne, vous allez en prison. C’est aussi simple que ça. Pas de zone floue. Pas de jargon juridique. Pas d’exception. Pas d’excuse. P R I S O N.

En ligne

 

#8 28-12-2014 11:33:06

JPR
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2013
Messages: 775

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

Quitte à faire la promotion des articles de ReOpen911 qui traduit le HuffingtonPost, n'hésitons pas à signaler aussi le dernier article de la Rédaction sur le sujet et paru le 20/12 sur le blog de l'association :
La torture au service de la version officielle du 11 septembre

D'autant plus qu'elle semble s'octroyer le scoop de la révélation  de l'identité de la personne responsable ou organisatrice (du moins un maillon fort) de ces tortures, à savoir Alfreda Frances Bikowsky :

D'autre part, il apparaît qu'une des personnes pointées du doigt dans le rapport du Sénat, et dont nous révélons l'identité, avait contribué à cacher au FBI des informations cruciales qui auraient pu empêcher les attentats du 11-Septembre.

Bien que son anonymat ait été préservé dans le rapport du Sénat et par NBC News, nous pouvons affirmer qu'il s'agit d'Alfreda Frances Bikowsky dont nous avons déjà parlé sur notre site.

Et de se targuer en fin d'article, par le biais de mises à jour suivies, d'être probablement à l'origine du signalement de cette info par la presse « mainstream » qui semble visiblement faire référence pour notre association

Mise à jour le 22/12/14 : Deux jours après la publication de cet article, Le Figaro a également rendu publique l'identité d'Alfreda Bikowsky, en s'appuyant sur un article du journaliste Glenn Greenwald. Nous l'avions dévoilée pour la première fois en septembre 2011.

Mise à jour le 23/12/14 : Le jour suivant, L'Obs et Mediapart ont également repris l'information.

Quel force d'investigation ! Quelle influence !
Quel courage !

Mais celui-ci s'étendra-t-il à faire suivre les révélations d'Hicham Hamza sur le sujet ?
Une nouvelle mise à jour en perspective ?
http://www.panamza.com/271214-cia-torture-israel

Torture post-11-Septembre : la responsable de la CIA est liée à la mouvance sioniste

INFO PANAMZA. Alfreda Frances Bikowsky, promotrice de la torture au sein de la CIA, est connectée aux réseaux pro-israéliens. Révélations.

Le 27.12.2014 à 20h12

Le 19 décembre, son patronyme a été divulgué par le journaliste indépendant à l'origine de l'affaire Snowden. 

Elle s'appelle Alfreda Frances Bikowsky.

Identifiée -par NBC News- comme "l'apologiste-clé" du programme secret de torture de la CIA et surnommée -par The New Yorker- la "Reine de la torture", elle était visible dans la fameuse photographie de la "situation room" de la Maison Blanche lors de la prétendue capture d'Oussama Ben Laden.

Elle a également inspiré partiellement la composition de l'agent de la CIA prénommé Maya et transformé en héroïne dans le film propagandiste Zero Dark Thirty.

Le 9 décembre, elle fut évoquée -sous couvert d'anonymat- dans le rapport sénatorial consacré au programme de détention et d'interrogatoire dit "renforcé"  (ayant conduit à produire des aveux fabriqués) de la CIA entre 2001 et 2009. Le principal grief qui lui est adressé : avoir exagéré -ou délibéremment menti- sur l'efficacité de pratiques -apparentées à de la torture- pour obtenir des informations sur la menace terroriste d'Al Qaïda. En outre, elle aurait été indirectement responsable -en 2000/2001- d'une collaboration défectueuse avec le FBI au sujet des futurs pirates de l'air présumés du 11-Septembre. 

Enfin, il faut rappeler ici que le rapport de la commission d'enquête du 11-Septembre, qui entérina ce qu'il convient de dénommer factuellement la "version officielle" (en désignant Oussama Ben Laden comme le commanditaire des attentats), est principalement construit sur ces témoignages basés sur la torture. Ce détail avait été souligné en 2009 par l'auteur de ces lignes, lors d'un entretien avec Jean-Charles Brisard, consultant à la fois proche des services secrets français et des think-tanks emblématiques de la mouvance américano-sioniste.

Âgée de 49 ans, AFB dirige aujourd'hui l'unité de la CIA chargée du "jihad mondial".

Un élément d'information n'a pas été rapporté par les médias traditionnels : sa connexion avec la faction pro-israélienne.

Le 19 janvier, le site américain Cryptocomb, spécialisé dans la divulgation de documents officiels relatifs à la CIA, publia un article consacré au passé d'AFB -dont l'identité avait déjà été divulguée, fin 2011, sur un site animé par Sibel Edmonds, ex-agente du FBI.

Révélation du papier : AFB a épousé un homme singulier rencontré à la fin des années 80 , lors de ses études à l'université de Tufts. Son nom : David Silverstein.

Sa particularité : depuis une vingtaine d'années, ce chantre du régime de Tel Aviv est un activiste récurrent des principaux think-tanks dédiés à la consolidation des relations israélo-américaines. Avant de fonder -en 2007- et de diriger ASMEA (présidé par l'orientaliste neoconservateur Bernard Lewis), Silverstein a été vice-président de la Foundation for Defense of Democracies et analyste au sein du prestigieux Heritage Foundation.

C'est d'ailleurs en cette qualité qu'il recommenda, dans un papier daté de 1991, le mémoire de master de celle qui allait bientôt devenir son épouse. Le thème traité par l'étudiante et future dirigeante de la CIA : une comparaison des pratiques anti-terroristes américaines et israéliennes.

À propos du maillage sioniste d'AFB, il convient de souligner qu'elle fut défendue et promue par un ex-directeur de la CIA (et de la NSA durant 2001), dénommé Michael Hayden, qui travaille aujourd'hui pour le compte de Michael Chertoff, un Israélo-Américain qui fut le patron du département de la Sécurité intérieure des États-Unis après avoir été en charge du rapatriement des agents secrets israéliens arrêtés autour du 11 septembre 2001.

De 1996 à 2005, AFB a gravi les échelons d'une mystérieuse antenne de la CIA dénommée "Alec Station". Dédiée uniquement à la traque de Ben Laden et créee à l'initiative de Richard Clarke (chef du contre-terrorisme à la Maison Blanche, autrefois soupconné d'être un serviteur zélé d'Israël), cette unité a été structurée -via Winston P.Wiley- par David Cohen, directeur des opérations de la CIA (également en charge d'une antenne secrète de la CIA qui était basée dans la Tour 7 du World Trade Center) sous l'autorité du patron de la CIA de 1995 à 1996: John Mark Deutch, "premier juif-américain" à diriger le contre-espionnage US et agent occulte des réseaux sionistes transatlantiques.

Rappel : à ce jour, la plupart des médias traditionnels continuent de passer sous silence la connexion israélienne du 11-Septembre.

HICHAM HAMZA


« Tout le monde baissait son froc devant l'église, c'était comme ça à l'époque. Aujourd'hui, tu m'diras les gens baissent leur froc mais pas devant les mêmes institutions, ça évolue quoi... » - Dieudonné

Hors ligne

 

#9 28-12-2014 17:26:37

kézako
Membre du forum
Date d'inscription: 12-02-2007
Messages: 6573

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

JPR a écrit:

Quitte à faire la promotion des articles de ReOpen911 qui traduit le HuffingtonPost, n'hésitons pas à signaler aussi le dernier article de la Rédaction sur le sujet et paru le 20/12 sur le blog de l'association :
La torture au service de la version officielle du 11 septembre

D'autant plus qu'elle semble s'octroyer le scoop de la révélation  de l'identité de la personne responsable ou organisatrice (du moins un maillon fort) de ces tortures, à savoir Alfreda Frances Bikowsky :

D'autre part, il apparaît qu'une des personnes pointées du doigt dans le rapport du Sénat, et dont nous révélons l'identité, avait contribué à cacher au FBI des informations cruciales qui auraient pu empêcher les attentats du 11-Septembre.

Bien que son anonymat ait été préservé dans le rapport du Sénat et par NBC News, nous pouvons affirmer qu'il s'agit d'Alfreda Frances Bikowsky dont nous avons déjà parlé sur notre site.

Et de se targuer en fin d'article, par le biais de mises à jour suivies, d'être probablement à l'origine du signalement de cette info par la presse « mainstream » qui semble visiblement faire référence pour notre association

Mise à jour le 22/12/14 : Deux jours après la publication de cet article, Le Figaro a également rendu publique l'identité d'Alfreda Bikowsky, en s'appuyant sur un article du journaliste Glenn Greenwald. Nous l'avions dévoilée pour la première fois en septembre 2011.

Mise à jour le 23/12/14 : Le jour suivant, L'Obs et Mediapart ont également repris l'information.

Quel force d'investigation ! Quelle influence !
Quel courage !
...

L'article "L’identité de l’officier de la CIA responsable dans l’affaire du 11/9 et des tortures est maintenant connue" par Geant Vert, date bien du 23 septembre 2011.

Normalement, vous auriez dû cependant avoir ainsi aussi remarqué que ni Geant Vert, ni l'association, ne s'octroient absolument rien, sinon le véritable mérite d'avoir publié cet article déjà en 2011. (Où étiez-vous, au fait, avec Hicham Hamza en 2011 ?):

Mise à jour le 22/12/14 : Deux jours après la publication de cet article, Le Figaro a également rendu publique l'identité d'Alfreda Bikowsky, en s'appuyant sur un article du journaliste Glenn Greenwald. Nous l'avions dévoilée pour la première fois en septembre 2011.

http://www.reopen911.info/News/2011/09/ … nt-connue/

Extrait de l'article rapportant alors aussi la source de cette révélation en septembre 2011 par Geant Vert pour ReOpen911.info :

...Le site BoilingFrogs vient de confirmer l’identité de l’analyste de la CIA au cœur de l’affaire désormais connue de l’échec du Renseignement US avant la tragédie du 11/9.  Son nom est Alfreda Frances Bikowsky et elle occupe actuellement le poste de directeur de l’unité “Global Jihad” à la CIA. ...

JPR a écrit:

Quel force d'investigation ! Quelle influence !
Quel courage !

Quelle "belle" et "courageuse" démonstration d'ingratitude et d'influence, effectivement JPR.

Dernière modification par kézako (29-12-2014 01:16:54)


« La première victime d’une guerre, c’est la vérité » Déclaration du sénateur américain Hiram Johnson en 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis.

Vous avez dit anti-américanisme ?

Hors ligne

 

#10 11-01-2015 10:34:14

JPR
Membre du forum
Date d'inscription: 09-06-2013
Messages: 775

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

Fin de partie.
Conclusion : condamnable mais pas condamné

http://metatv.org/pendant-que-le-monde- … par-la-cia

Pendant que le monde a les yeux rivés sur les attentats de Paris, Washington enterre le rapport sur la torture pratiquée par la CIA

Il y a un mois, la Commission du renseignement du Sénat américain rendait public un résumé de 500 pages faisant le condensé de son volumineux rapport sur la torture de prisonniers commise entre 2002 et 2007 dans les installations outre-mer de la CIA. Le rapport documente en détails horribles des pratiques telles que le waterboarding (simulation de noyade), le passage à tabac et des tortures jusque-là inconnues comme l'«alimentation par voie anale». En pratique cependant, le rapport a été enterré et la preuve de la criminalité du gouvernement passée sous silence, les auteurs et organisateurs de la torture s'en tirant impunément.

Le World Socialist Web Site avait déclaré à l'époque : «Deux conclusions irréfutables découlent de la publication du rapport de la Commission du renseignement du Sénat américain sur la torture organisée par la CIA : 1) sous le gouvernement Bush, les États-Unis ont commis les actes criminels les plus graves, en violation du droit national et international; et 2) aucun des responsables de ces crimes ne sera arrêté, inculpé ou poursuivi pour ses actes».

Loin d'être couverts de honte ou humiliés par la divulgation détaillée de leur criminalité, ceux qui furent le plus impliqués dans l'établissement et la gestion des chambres de torture ont effrontément défendu leur comportement. À commencer par l'ancien vice-président Dick Cheney, jusqu'aux anciens directeurs de la CIA George Tenet, Michael Hayden et Porter Goss et en passant par Jose Rodriguez, le responsable du programme d'interrogatoire, ils ont tous affiché une confiance dûment justifiée comme quoi le gouvernement Obama les prémunirait contre toute conséquence.

Le gouvernement Obama a officiellement fermé les prisons secrètes de la CIA et adopté une politique consistant à éliminer ses ennemis au moyen de tirs de missiles à partir de drones au lieu de les capturer. Le passage de l'interrogatoire à l'extermination a considérablement augmenté le nombre de victimes innocentes. Alors qu'il a été établi que des dizaines de personnes détenues dans les prisons de la CIA n'avaient absolument rien à voir avec le terrorisme, des frappes de missiles par drones ont tué des milliers de civils au Pakistan, au Yémen et dans d'autres pays.

Deux incidents récents ont montré la complicité du gouvernement Obama avec les tortionnaires. Le 30 décembre, la présidente sortante de la Commission du renseignement du Sénat, la sénatrice Dianne Feinstein, avait envoyé une lettre de neuf pages au président expliquant les projets de mesures législatives et administratives à prendre sur la base du rapport sur la torture.

Les modifications étaient en grande partie superficielles, telle que la transposition en droit de l'interdiction du waterboarding et d'autres formes de torture imposées par décret après l'arrivée au pouvoir d'Obama en 2009. Même ces mesures législatives minimales ne mèneront nulle part au Congrès contrôlé par les Républicains et les mesures administratives proposées seront ignorées par l'appareil militaire et du renseignement. La Maison Blanche n'a même pas pris la peine de répondre à la lettre de Feinstein.

Dans un communiqué publié le 5 janvier, la CIA a annoncé qu'après avoir été quatre années aux commandes, l'inspecteur général de l'agence, David Buckley, allait effectivement démissionner à la fin du mois pour «occuper un poste dans le secteur privé». Buckley a eu des ennuis en juillet dernier au sujet d'un rapport reconnaissant que cinq agents de la CIA avaient fouillé les ordinateurs utilisés par des membres de la Commission du renseignement du Sénat qui préparaient le rapport sur la torture, afin de découvrir comment le panel d'experts du Sénat avait obtenu certains documents internes de la CIA que celle-ci avait décidé de cacher à la Commission chargée du contrôle juridique.

Cette surveillance électronique de l'organe législatif a été d'une criminalité insolente au point d'obliger la sénatrice Feinstein à prononcer en mars dernier une allocution d'une heure devant le Sénat afin de dénoncer les agissements de la CIA. Elle a déclaré que l'agence «a peut-être bien enfreint le principe de la séparation des pouvoir incarné dans la Constitution des Etats-Unis» et aussi «le Quatrième Amendement, la Computer Fraud and Abuse Act (loi relative à la fraude informatique), ainsi que l'Executive Order 12333 (décret présidentiel) interdisant à la CIA de perquisitionner un domicile ou de mener des opérations de surveillance».

Le directeur de la CIA, John Brennan, a rejeté les accusations de Feinstein et l'agence a engagé des poursuites du ministère de la Justice contre le personnel du Sénat pour vol présumé de documents de la CIA - c'est-à-dire de preuves que les responsables de la CIA avaient menti à propos de la torture et dissimulé des informations au panel du Sénat. Après que l'enquête menée par Buckley ait donné raison à Feinstein, Brennan dû présenter des excuses publiques à Feinstein mais il ne fut renvoyé ni pour avoir autorisé l'espionnage du panel du Sénat ni pour avoir menti à ce sujet. Maintenant Buckley a été poussé vers la sortie.

Ceci confirme la tendance du gouvernement Obama à ne punir comme «crime» lié à la torture que le fait de le dévoiler. Des centaines d'agents de la CIA et de mercenaires ont été impliqués sur une période de six ans dans le programme illégal de torture mais un seul a jamais été poursuivi: John Kiriakou, qui avait ouvertement décrit l'utilisation de la simulation de noyade contre des suspects et qui fut condamné à 30 mois de prison pour avoir violé l'Intelligence Identities Protection Act (loi sur la protection des identités du renseignement.) Seul un responsable de haut rang a été limogé à cause du programme de torture: l'inspecteur général qui a sapé les efforts entrepris par l'agence pour l'occulter.

Les médias américains forment un partenaire essentiel dans le camouflage des opérations criminelles du gouvernement. Le rapport avait initialement fait l'objet d'une massive campagne publicitaire et le New York Times était allé jusqu'à publier un éditorial rédigé en termes clairs intitulé, «Poursuivez en justice les tortionnaires et leurs patrons», en exigeant que des accusations soient portées contre Cheney, Tenet, Rodriguez et d'autres anciens hauts responsables. Le WSWS avait écrit à l'époque: «Le quotidien le plus influent des États-Unis a déclaré que l'administration Bush était un gouvernement criminel».

Cependant, dans les semaines qui ont suivi, les médias ont abandonné le sujet. Aucune suite ne fut donnée aux articles concernant la plus importante divulgation d'actions criminelles commises par l'appareil militaire et de renseignement depuis la révélation au grand jour des conspirations d'assassinat de la CIA au début des années 1970. L'article de fond du Times exhortant des poursuites contre les tortionnaires a été le dernier râle d'une conscience coupable. L'influent quotidien américain n'a commenté ni la lettre de Feinstein ni la démission de Buckley, un silence auquel se sont associés le Washington Post et les chaînes de télévision.

Comme le limogeage de Buckley et l'appel lancé par Feinstein le montrent, une lutte fait rage en coulisses au sein de l'élite dirigeante américaine. Le silence des médias ne sert pas qu'à protéger les criminels responsables de tortures et d'assassinats. Il vise avant tout à masquer la crise politique permanente et à empêcher que la vaste majorité de la population américaine, la classe ouvrière, joue un rôle dans l'issue de cette crise.


« Tout le monde baissait son froc devant l'église, c'était comme ça à l'époque. Aujourd'hui, tu m'diras les gens baissent leur froc mais pas devant les mêmes institutions, ça évolue quoi... » - Dieudonné

Hors ligne

 

#11 20-01-2015 18:58:28

kézako
Membre du forum
Date d'inscription: 12-02-2007
Messages: 6573

Re: Rumsfeld condamnable pour torture selon un rapporteur de l'ONU

JPR a écrit:

Fin de partie.

Conclusion : condamnable mais pas condamné

Je ne vous le fais pas dire JPR :

http://forum.reopen911.info/p319444-28- … ml#p319444

11 Septembre : Contexte géopolitique et enjeux internationaux : quelle "belle" et "courageuse" démonstration d'ingratitude et d'influence vous nous avez fait là , effectivement JPR...

Dernière modification par kézako (20-01-2015 20:50:50)


« La première victime d’une guerre, c’est la vérité » Déclaration du sénateur américain Hiram Johnson en 1917, lors de l’entrée en guerre des États-Unis.

Vous avez dit anti-américanisme ?

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr