ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#1 26-12-2006 11:04:48

josew
Membre du forum
Lieu: Savoie
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 4170

Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Voici, selon Rense.com, la réponse de Chomsky à propos des hypothèses du 11 Septembre et de l'implication éventuelle de Bush et des néo-conservateurs :

"A quoi ça sert, même si c'était vrai cela ne serait pas très important" (en anglais : "what does it matter even if it was true, it wouldn't be significant?"). 

http://www.rense.com/general74/cchom.htm

Cet article rappelle aussi que Chomsky nie également l'importance du lobby pro-Israël dans la politique nationale et internationale des Etats-Unis, et balaie d'un revers de main certaines questions pourtant très importantes.

Ainsi, selon Chomsky, la recherche de la Vérité sur le 11 Septembre n'aurait pas grand intérêt pour le débat public, alors même que le nombre des victimes étasuniennes en Irak (attaqué sur la base du 11 Septembre) dépasse désormais celle sur 11 Septembre :

http://fr.news.yahoo.com/26122006/5/le- … celui.html

Sans compter les centaines de milliers de morts en Afghanistan et en Irak sur les mêmes bases... mais sans doutes ces morts-là ne sont pas très "signifiantes" pour Chomsky, l'intellectuel dit "de gauche"...

L'article qualifie Chmosky de "Chief Gatekeeper" (que l'on pourrait librement traduire de Gardien en chef du Temple)...

Dernière modification par josew (26-12-2006 11:07:19)


"Qui ne dit mot, consent"
Animateur d'un site d'informations sur le Nouvel Ordre Mondial et le Spirituel....
Non classé rouge.

Hors ligne

 

#2 26-12-2006 13:05:14

fedup
Membre Actif
Lieu: Finistère Nord
Date d'inscription: 02-10-2006
Messages: 4013
Site web

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Oui, oui... Pour ne citer que lui, Serge Hallimi, grand adepte de Chomsky, s'appuie très largement sur ce dernier pour justifier l'attitude du MD à propos du 911.

Bien regrettable, mais cela prouve une fois de plus qu'AUCUN grand homme ne saurait être irréprochable (i.e. qu'avant d'être grands, ils sont surtout des hommes)...

Ceci dit, il n'est jamais trop tard pour bien faire, et on peut espérer qu'il saura reconnaître ses erreurs roll


Il est bien trop tard, et la situation est bien trop mauvaise, pour être pessimiste. (Dee Hock)

Hors ligne

 

#3 26-12-2006 15:33:31

fan
Membre Actif
Date d'inscription: 11-08-2006
Messages: 1105

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Bizarre ce genre de personnage...il ressemble à ces personnes qui font semblant de critiquer pour mieux "mentir"!

Remarquez ça ressemble aussi dans l'attitude à une chaine comme Arte par exemple qui diffuse régulierement des emissions ultra critiques(au moins en surface) sur les institutions US et qui d'un autre coté "s'insurge" d'une manière impressionnante contre les questionnements "conspirationnistes" concernant le 9/11!

Et dire que Star Pingu est emprisonné avec un diagnostique entre autre de soit disant schyzophrénie par rapport au 9/11,alors que yen a une belle fournée parmi les médias,comme Halimi ou Schomsky,qui mériteraient un examen à ce niveau là aussi!

D'ailleurs c'est fou comme le 9/11 est un super divulgateur sur ce point dans les médias quels qu'ils soient!

Hors ligne

 

#4 26-12-2006 16:03:55

josew
Membre du forum
Lieu: Savoie
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 4170

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

fan a écrit:

Bizarre ce genre de personnage...il ressemble à ces personnes qui font semblant de critiquer pour mieux "mentir"!

Remarquez ça ressemble aussi dans l'attitude à une chaine comme Arte par exemple qui diffuse régulierement des emissions ultra critiques(au moins en surface) sur les institutions US et qui d'un autre coté "s'insurge" d'une manière impressionnante contre les questionnements "conspirationnistes" concernant le 9/11!

Et dire que Star Pingu est emprisonné avec un diagnostique entre autre de soit disant schyzophrénie par rapport au 9/11,alors que yen a une belle fournée parmi les médias,comme Halimi ou Schomsky,qui mériteraient un examen à ce niveau là aussi!

D'ailleurs c'est fou comme le 9/11 est un super divulgateur sur ce point dans les médias quels qu'ils soient!

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est que les néo-conservateurs (en fait les lobbies militaro-industriels et financiers qui constituent la véritable ossature du système de pouvoir) doivent couvrir l'ensemble du spectre intellectuel et politique pour tenir toutes les ficelles.

En somme, le néo-conservatisme est un courant transpartisan, et contrairement à ce que l'on pourrait penser, ses éléments les plus stratégiques et les plus vitaux, ceux qui soutiennent l'édifice, sont ceux qui se trouvent à la marge et à la base du système et non pas en son sommet.

C'est sur cette base un peu marginale, à savoir les journaux d'opinion, les TV ou les intellectuels soutenus en sous-main par les néo-conservateurs que repose tout l'édifice.

En ce sens, l'image de la pyramide est fort appropriée, car si de nombreux éléments au pied et sur les bords de la pyramide sont mis à mal, l'édifice a toutes les chances de s'écrouler, partiellement ou totalement selon les dommages subis.

Chomsky, d'un point de vue engagement idéologique, n'est certainement pas une élite néo-néoconservatrice, mais plutôt un élément marginal, qui ne partage pas les objectifs du sommet mais sait que certains sujets sont plus tabous que d'autre. C'est un élément très utile au système, d'où sa médiatisation extrême : s'il venait à se positionner clairement contre les néo-conservateurs, son sort médiatique serait rapidement scellé.

Sans doute a-t'il plus ou moins conscience de ces données, et c'est pourquoi il se refuse absolument à soutenir les éléments qui affaiblissent réellement le néo-conservatisme, se contentant souvent de pitchenettes sans grandes conséquences.

Il est difficile de dire à quel degré d'engagement il évolue concernant cette question : en tout cas, conscient ou non de son rôle, il est un élément fort utile pour le maintien du système.

Dernière modification par josew (26-12-2006 16:13:12)


"Qui ne dit mot, consent"
Animateur d'un site d'informations sur le Nouvel Ordre Mondial et le Spirituel....
Non classé rouge.

Hors ligne

 

#5 26-12-2006 19:08:06

Epouvantail
Membre Actif
Date d'inscription: 27-10-2006
Messages: 91

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

josew a écrit:

C'est un élément très utile au système, d'où sa médiatisation extrême : s'il venait à se positionner clairement contre les néo-conservateurs, son sort médiatique serait rapidement scellé.

lollollol

Chomsky serait donc le nouveau Giesbert, Durand ou Duhamel...! Ne confonds pas internet et médias traditionnels. Montre-moi un peu ces nombreux exemples de médiatisation de Chomsky, dans les médias américains ou ailleurs. D'accord, Chomsky est énormément cité (dans les livres) et interviewé (sur internet, dans la presse alternative, dans des vidéos diverses non diffusées à la télé, etc.). Mais il est tout sauf médiatisé. Enfin, pas besoin de longues explications, donne-nous juste la liste de ses passages médiatiques des 6 derniers mois, qu'on se fasse une idée...

Hors ligne

 

#6 26-12-2006 19:16:54

Illarracourcis
Incorruptible
Lieu: Dordogne
Date d'inscription: 07-09-2006
Messages: 577

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Je suis d'accord avec les deux analyses précédentes. Mais pourquoi parler de néo-conservateurs qui est un courant clairement défini?

Pourquoi ne pas dire que c'est le conditionnement généralisé qui fait que les médias excentrés et autres philosophes ne peuvent pas être en dehors de ce courant. Sinon, ils n'existeraient tout simplement pas?

N'avez vous pas autour de vous des gens qui vous disent "Hoooo mais c'est en Amérique que cela s'est passé, c'est à eux de régler le problème.." Ils ne comprennent pas que cela concerne tout le Monde.

Pourquoi ne pas s'avouer que l'Occident et son courant de pensée, encore basé sur le mécanisme, en sont à leurs derniers balbutiements? Ils sont prêts à tout pour survivre. Le 11/09 en est la preuve.

Y a t-il quelque chose de plus sauvage, de plus inhumain qu'un système menacé?

Hors ligne

 

#7 26-12-2006 20:46:37

josew
Membre du forum
Lieu: Savoie
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 4170

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Epouvantail a écrit:

josew a écrit:

C'est un élément très utile au système, d'où sa médiatisation extrême : s'il venait à se positionner clairement contre les néo-conservateurs, son sort médiatique serait rapidement scellé.

lollollol

Chomsky serait donc le nouveau Giesbert, Durand ou Duhamel...! Ne confonds pas internet et médias traditionnels. Montre-moi un peu ces nombreux exemples de médiatisation de Chomsky, dans les médias américains ou ailleurs. D'accord, Chomsky est énormément cité (dans les livres) et interviewé (sur internet, dans la presse alternative, dans des vidéos diverses non diffusées à la télé, etc.). Mais il est tout sauf médiatisé. Enfin, pas besoin de longues explications, donne-nous juste la liste de ses passages médiatiques des 6 derniers mois, qu'on se fasse une idée...

Epouvantail feint de ne pas connaitre Chomsky.

Voici le nombre d'occurences pour Chomsky sur Google :

Résultats 1 - 10 sur un total d'environ 10 800 000 pour chomsky. (0,07 secondes)

Soit près de 11 millions d'occurence, ce qui est énorme.

Chomsky est évidemment très connu aux USA, mais aussi dans de nombreux pays à travers le Monde, et à peu près tous les médias alignés ont fait des papiers sur lui. A noter aussi que certains de ses livres se vendent très bien et sont même des Best sellers ici ou là...

Par exemple, si je tape "11 Septembre", le sujet qui nous intéresse tant sur ce forum, on arrive péniblement à 8 millions d'occurences...  ce qui est pas mal, mais moins important, même si la langue joue un rôle évidemment dans ce genre d'exercices comparatifs, et qu'il est difficile de comparer des torchons et des serviettes.

Encore une fois, le terme de "néo-conservatisme" n'est pas une notion figée ni réservée à la droite étasunienne, contrairement à ce que certains croient ou veulent faire accroire, mais une notion en pleine évolution et en pleine mutation, qui est totalement internationale et trans-courant (Blair par exemple est de gauche comme chacun sait (Labour) et est un allié central des néo-conservateurs, idem pour Olmert et son parti Kadima qui se veut au centre de l'échiquier politique israëlien) :  son sens réel est le soutien à la politique néo-conservatrice des pouvoirs établis, et par là-même aux lobbies militaro-industriels et financiers, élements ultimes de la conservation (par conservation, il faut évidemment comprendre conservation du pouvoir et de l'ordre établi), ainsi qu'à leur représentant officiel et en titre, Georges W. Bush (qui n'est évidemment qu'un acteur public du système).

Tant que les néocons et les lobbies agissants seront confondus avec une frange minime du spectre politique national et international, il est clair que rien ne changera : il est temps de regarder la réalité sous un angle un peu plus large que celui proposé par les médias alignés, même au prix de remises en causes parfois douloureuses.

Dernière modification par josew (26-12-2006 20:54:08)


"Qui ne dit mot, consent"
Animateur d'un site d'informations sur le Nouvel Ordre Mondial et le Spirituel....
Non classé rouge.

Hors ligne

 

#8 26-12-2006 20:58:23

max
Membre Archi & Ingé ReOpen911
Lieu: Aquitaine
Date d'inscription: 31-08-2006
Messages: 577

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

josew a écrit:

Encore une fois, le terme de "néo-conservatisme" n'est pas une notion figée ni réservée à la droite étasunienne, contrairement à ce que certains croient ou veulent faire accroire, mais une notion en pleine évolution et en pleine mutation, qui est totalement internationale et trans-courant (Blair par exemple est de gauche comme chacun sait (Labour) et est un allié central des néo-conservateurs, idem pour Olmert et son parti Kadima qui se veut au centre de l'échiquier politique israëlien) :  son sens réel est le soutien à la politique néo-conservatrice des pouvoirs établis, et par là-même aux lobbies militaro-industriels et financiers, élements ultimes de la conservation (par conservation, il faut évidemment comprendre conservation du pouvoir et de l'ordre établi), ainsi qu'à leur représentant officiel et en titre, Georges W. Bush (qui n'est évidemment qu'un acteur public du système).

Tant que les néocons et les lobbies agissants seront confondus avec une frange minime du spectre politique national et international, il est clair que rien ne changera : il est temps de regarder la réalité sous un angle un peu plus large que celui proposé par les médias alignés, même au prix de remises en causes parfois douloureuses.

J'ai de plus en plus l'impression que le terme de néo-conservateur veut à la fois tout dire et rien dire.

Hors ligne

 

#9 26-12-2006 21:07:21

josew
Membre du forum
Lieu: Savoie
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 4170

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

max a écrit:

J'ai de plus en plus l'impression que le terme de néo-conservateur veut à la fois tout dire et rien dire.

C'est un peu vrai, tant la notion est mouvante et tentaculaire...

Cela étant, au sens large, le néo-conservatisme peut être compris comme un soutien à la politique du Nouvel Ordre Mondial, telle qu'elle est mise en place par les lobbies militaro-industriels et financiers occidentaux, au Moyen Orient (Afghanistan, Irak, Liban, Iran, Syrie) notamment, mais aussi en occident (lois liberticides et anti-islamisme mâtiné parfois d'anti-catholicisme).

Ainsi, Chomsky qui accuse souvent le système de dérives réelles et fort bien argumentée, refuse en même temps catégoriquement la critique de divers éléments-clés du néo-conservatisme, tels que l'importance du lobby pro-israëlien et l'importance du 11 Septembre (cf article ci-dessus) dans la stratégie de nouvel ordre mondial.

De fait, le raisonnement de Chomsky permet au coeur système de perdurer et de se développer, tout en feignant de le combattre dans ses conséquences davantage que dans ses causes.

C'est d'ailleurs parce que la grille de lecture est inadaptée que le système perdure et s'amplifie à travers le monde, avec tous ses corollaires en matière de guère préventive, de lois liberticides, de concentrations et de trusts, d'inégalités sociales, etc.. etc.. etc...

Dernière modification par josew (26-12-2006 21:11:01)


"Qui ne dit mot, consent"
Animateur d'un site d'informations sur le Nouvel Ordre Mondial et le Spirituel....
Non classé rouge.

Hors ligne

 

#10 26-12-2006 21:44:17

Illarracourcis
Incorruptible
Lieu: Dordogne
Date d'inscription: 07-09-2006
Messages: 577

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

En ce jour froid, je suis bien content de me chauffer au Pétrole. Je suis content d'avoir pu faire mes courses pour 15 des malheureux 60 euros qu'il me reste pour 15 jours...J'ai acheté dans un hard discount...

Je suis content de pouvoir utiliser ma voiture pour aller vers la réussite de mon prochain défi professionnel et content de fumer mon cancer en tube made in China.

Mes idées sont ce qu'elles sont. Mais je ne suis qu'un néo-con.

Reopen aussi est une brique dans le mur, le mur néo-con. Ca nous empêche d'aller crier notre désespoir sur la place publique...Et de péter un boulon...

Hors ligne

 

#11 26-12-2006 21:52:22

Epouvantail
Membre Actif
Date d'inscription: 27-10-2006
Messages: 91

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Bon, josew, restons sérieux...
J'avais dit quoi, au juste?

Epouvantail a écrit:

Ne confonds pas internet et médias traditionnels.

Et là, tu me parles du nombre d'occurrences de Chomsky sur... Google!
Hé, mon bonhomme, on parle de médias. C'est même toi qui disais:

josew a écrit:

s'il venait à se positionner clairement contre les néo-conservateurs, son sort médiatique serait rapidement scellé

...ce qui implique clairement que tu faisais allusions aux médias traditionnels, dont les propriétaires seraient susceptibles de ne plus médiatiser Chomsky.

Donc je répète ma demande: peux-tu nous démontrer que Chomsky est "médiatisé à l'extrême", juste en nous citant un nombre raisonnable de ses passages récents dans les médias?

Je me fiche de sa popularité sur internet, qui n'était pas ton propos. Relis bien ce que j'écrivais stp. Chomsky est très lu, très cité, très interviewé, mais c'est en dépit des médias, et non pas grâce à eux ou à travers eux.

Et arrête, stp, d'inventer de toutes pièces, comme ici:

josew a écrit:

Epouvantail feint de ne pas connaitre Chomsky.

(ou alors, montre-moi où j'ai feint de "ne pas connaître" Chomsky)

Merci de maintenir le débat au niveau que mérite ce sujet grave (je parle du 11/9, pas de Chomsky).

Hors ligne

 

#12 27-12-2006 01:15:29

max
Membre Archi & Ingé ReOpen911
Lieu: Aquitaine
Date d'inscription: 31-08-2006
Messages: 577

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

josew a écrit:

C'est un peu vrai, tant la notion est mouvante et tentaculaire...

Cette notion définit certes un nouveau courant de pensée américain (avec des soutiens étrangers) mais l'utiliser pour qualifier des mécanismes socio-économiques qui existent depuis longtemps me gêne. C'est de plus en plus clair pour moi que la prééminence de ce mouvement politique américain a favorisé l'avénement des attentats du 11 septembre (entre autres). Je ne pense pas cependant qu'il faut considérer tous les éléments des problèmes que rencontrent nos sociétés uniquement à travers le prisme de ce courant de pensée.

Hors ligne

 

#13 27-12-2006 14:33:32

dominikgeorges
Membre Actif
Lieu: Normandie
Date d'inscription: 13-11-2006
Messages: 1357
Site web

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Noam CHOMSKY ou l'art du 180 degrés idéologique

à mettre en parallèle avec ses prises de positions sur le 9/11 , ce qu'il exprimait juste un an auparavant dans le Monde Diplomatique :



Le Monde Diplomatique   Aoüt 2000
WASHINGTON AU-DESSUS DU DROIT INTERNATIONAL

L’Amérique, « Etat voyou »
En juin dernier, le département d’Etat, à Washington, a exclu l’expression « Etat voyou » de son langage diplomatique, au profit de la catégorie, plus vague, de « state of concern » (« Etat source d’inquiétude »), dans le dessein d’avoir une plus grande flexibilité dans ses rapports avec les Etats ainsi désignés. Réservée à sept pays bien précis (Corée du Nord, Cuba, Irak, Iran, Libye, Soudan et Syrie), l’expression « rogue state », que l’on peut traduire par Etat voyou, Etat hors-la-loi ou encore Etat paria, désignait des pays qui, selon Washington, soutenaient le terrorisme et, par conséquent, étaient soumis unilatéralement à des sanctions.
Par Noam ChomskyLe concept d’« Etat voyou » (1) ou d’Etat hors-la-loi a joué, jusqu’à ces derniers temps, un rôle primordial dans l’analyse et la stratégie politique américaines. La crise irakienne, qui dure depuis exactement dix ans (l’invasion du Koweït par l’Irak date du 1er août 1990), en fournit l’exemple le plus connu (2). Washington et Londres décrétèrent alors que l’Irak était un « Etat voyou » constituant une menace pour ses voisins et pour les autres pays, une « nation hors-la-loi » dirigée par une réincarnation d’Hitler, et qui devait être tenue en échec par les gardiens de l’ordre international : les Etats-Unis et leur valet d’armes britannique.

La caractéristique la plus intéressante de ce débat sur les « Etats voyous » est précisément qu’il n’a jamais eu lieu, les discussions restant circonscrites dans des limites empêchant que soit formulée cette exigence évidente : les Etats-Unis et le Royaume-Uni doivent agir conformément à la loi et aux traités internationaux qu’ils ont signés.

Le cadre légal pertinent à cet égard est la Charte des Nations unies, fondement du droit international, et, pour les Etats-Unis, la Constitution américaine. La Charte stipule que, « une fois constatée l’existence d’une menace contre la paix, d’une rupture de la paix ou d’un acte d’agression, le Conseil de sécurité peut décider quelles mesures n’impliquant pas l’emploi de la force armée doivent être prises. Si ces mesures se révèlent inadéquates, le Conseil peut entreprendre toute action qu’il juge nécessaire au maintien ou au rétablissement de la paix et de la sécurité internationales ».

La seule exception admise figure dans l’article 51 : « Aucune disposition de la présente Charte ne porte atteinte au droit naturel de légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas où un membre des Nations unies est l’objet d’une agression armée, jusqu’à ce que le Conseil de sécurité ait pris les mesures nécessaires pour maintenir la paix et la sécurité internationales. »

Il existe donc des voies de recours légitimes pour faire face aux nombreuses menaces pesant sur la paix du monde, et aucun Etat n’a autorité pour agir à sa guise par des mesures unilatérales. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ne font pas exception à la règle, quand bien même ils auraient les mains propres, ce qui est loin d’être le cas. Ni les « Etats voyous », par exemple l’Irak de M. Saddam Hussein, ni les Etats-Unis n’acceptent ces contraintes. Ainsi, lors d’une première confrontation avec l’Irak, Mme Madeleine Albright, actuelle secrétaire d’Etat, et, à l’époque, ambassadrice auprès de l’Organisation des Nations unies (ONU), ne se gêna pas pour déclarer au Conseil de sécurité : « Nous agirons de façon multilatérale quand nous le pourrons, et unilatéralement quand nous le jugerons nécessaire », car « nous considérons cette région du Proche-Orient comme d’une importance vitale pour les intérêts nationaux des Etats-Unis ».

« Quand, où et comment ils le décident »
Elle réitéra cette position en février 1998, au moment où le secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, entreprenait une mission diplomatique à Bagdad : « Nous lui souhaitons bonne chance et, à son retour, nous verrons si ce qu’il rapporte est compatible avec nos intérêts nationaux. » Quand M. Annan annonça qu’un accord avec M. Saddam Hussein était intervenu, le président William Clinton, pour sa part, déclara que si l’Irak ne s’y conformait pas - Washington étant seul juge en la matière - « tout le monde comprendrait que les Etats-Unis et, il faut l’espérer, tous nos alliés, auraient le droit unilatéral de répliquer quand, où et comment ils le décideraient ». Le Conseil de sécurité de l’ONU entérina à l’unanimité l’accord signé par M. Annan et rejeta l’exigence de Londres et de Washington d’être autorisés à faire usage de la force s’il n’était pas observé. Dans cette dernière hypothèse, l’Irak s’exposerait cependant « aux plus graves conséquences », indiquait - sans plus de précisions - la résolution du Conseil, lequel décidait de rester saisi en permanence. Aux termes de la Charte des Nations unies, il s’agissait bien du Conseil de sécurité, et de lui seul (3).

Washington eut une lecture totalement différente de ce texte pourtant sans aucune ambiguïté. Selon l’ambassadeur américain auprès des Nations unies Bill Richardson, l’accord conclu « n’empêchait pas l’usage unilatéral de la force », et les Etats-Unis conservaient le droit légal d’attaquer Bagdad quand bon leur semblerait. M. Richardson précisa : « Nos bombardements peuvent être de trois types : frappes chirurgicales, frappes ponctuelles ou frappes massives. Les frappes chirurgicales ne seront pas suffisantes. Nous envisageons des frappes ponctuelles. » M. Clinton déclara à son tour que la résolution du Conseil de sécurité lui « conférait autorité pour agir » - par des moyens militaires, précisa son conseiller de presse - en cas de non-respect par l’Irak de ses engagements. Au Congrès, certains élus considérèrent que cette position officielle était encore trop respectueuse du droit national et international. Ainsi, le républicain Trent Lott, leader de la majorité au Sénat, dénonça le gouvernement de M. Clinton pour avoir « sous-traité » sa politique étrangère « à d’autres », c’est-à-dire au Conseil de sécurité. Son collègue démocrate John Kerry, pourtant ancienne « colombe », ajouta que l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis était « légitime » si M. Saddam Hussein « s’obstinait à violer les résolutions de l’ONU ».

Le mépris de la primauté du droit est profondément enraciné dans la culture intellectuelle et les pratiques américaines. Il suffit de se rappeler, entre autres exemples, la réaction de Washington à l’arrêt de la Cour internationale de justice de La Haye en 1986. On se souvient que les Etats-Unis furent condamnés pour « usage illégal de la force » contre le Nicaragua sandiniste, et sommés de mettre un terme à leurs activités clandestines au service des antisandinistes de la Contra ainsi qu’à verser des réparations au gouvernement légal de Managua (4).

Cette décision de la plus haute instance judiciaire internationale souleva un ouragan de protestations aux Etats-Unis. La Cour fut accusée de s’être « discréditée », et son arrêt ne fut pas jugé digne d’être publié. Il n’en fut évidemment tenu aucun compte, bien au contraire : le Congrès, à majorité démocrate, débloqua de nouveaux fonds pour les terroristes de la Contra. Dans une déclaration d’avril 1986, le secrétaire d’Etat George Shultz avait bien formulé la doctrine américaine en la matière : « Le mot négociation est un euphémisme pour capitulation si l’ombre de la puissance n’est pas projetée sur le tapis vert », expliqua-t-il, fustigeant dans la foulée ceux qui préconisaient « des moyens utopiques, légalistes, telles la médiation par des tiers, l’ONU ou la Cour de La Haye, en ignorant l’élément de puissance dans l’équation. »

Le mépris affiché pour l’article 51 de la Charte des Nations unies est particulièrement révélateur. On en eut un exemple lumineux après les accords de 1954, qui mirent fin à la première guerre d’Indochine, conduite par la France. Ceux-ci furent considérés comme un « désastre » par Washington, qui entreprit aussitôt de les saboter : le Conseil national de sécurité décida secrètement que, « en cas de rébellion ou de subversion communistes locales ne constituant pas une attaque armée », les Etats-Unis envisageraient l’usage de la force, y compris contre la Chine si celle-ci était identifiée comme « la source de la subversion ». Le même document préconisait la remilitarisation du Japon et la transformation de la Thaïlande en « point focal des opérations clandestines et de guerre psychologique en Asie du Sud-Est (5) », et tout particulièrement en Indochine, c’est-à-dire au Vietnam. Ensuite le gouvernement américain allait donner sa propre définition du concept d’agression en y incluant « le combat politique ou la subversion » - sous-entendu : par d’autres que lui. C’est ce qu’Adlai Stevenson, démocrate, appelait une « agression interne », au moment où il justifiait l’escalade du président John Kennedy qui allait conduire à une attaque de grande envergure au sud de la péninsule, et finalement à la longue guerre du Vietnam (6).

Pour justifier devant le Conseil de sécurité l’invasion du Panama en décembre 1989 par les troupes américaines, l’ambassadeur Thomas Pickering invoqua l’article 51 de l’ONU : il s’agissait, selon lui, d’empêcher que le territoire de ce pays « ne soit utilisé comme une base pour le trafic de drogue à destination des Etats-Unis ». Dans l’opinion « éclairée », nul ne trouva à redire à cette interprétation.

En juin 1993, le président Clinton se tailla un grand succès au Congrès et dans la presse lorsqu’il ordonna une attaque de missiles contre l’Irak, qui fit de nombreuses victimes civiles. Les commentateurs furent particulièrement impressionnés par le recours de Mme Albright au fameux article 51 : les bombardements constituaient, dit-elle, « un acte de légitime défense contre une attaque armée », en l’occurrence une prétendue tentative d’assassinat contre l’ancien président George Bush deux mois plus tôt ! Des responsables de l’administration, s’exprimant anonymement, informèrent les journalistes que « ce jugement sur la culpabilité de l’Irak était fondé sur des preuves et des analyses factuelles plutôt que sur des renseignements en béton armé », ce qui n’empêcha pas la presse de saluer unanimement l’utilisation du fameux article 51. A la Chambre des communes du Royaume-Uni, le secrétaire au Foreign Office, M. Douglas Hurd, défendit, lui aussi, cet « exercice justifié et mesuré du droit à la légitime défense ».

Un tel bilan tend à donner raison à tous ceux qui, de par le monde, s’inquiètent de l’existence d’« Etats voyous » déterminés à faire usage de la force au nom d’un « intérêt national » défini par les seuls jeux de pouvoir internes, et, plus inquiétant encore, de l’existence d’« Etats voyous » qui s’érigent en juges et bourreaux à l’échelle planétaire (lire, page 12, l’article d’Eduardo Galeano).

Qu’est-ce donc qu’un « Etat voyou » ? L’idée qui sous-tend cette formulation est que, même si la guerre froide (1947-1989) est terminée, les Etats-Unis conservent la responsabilité de protéger le monde. Mais contre qui ? La « conspiration monolithique et impitoyable » de John F. Kennedy et l’« empire du Mal » cher à M. Ronald Reagan ont fait leur temps. Il faut trouver d’autres ennemis (7).

Sur le front intérieur, la crainte de la criminalité - en particulier de la drogue - a été stimulée par « une série de facteurs qui n’ont que peu ou pas grand-chose à voir avec le crime proprement dit ». Telle est la conclusion de la Commission nationale sur la justice criminelle, qui cite le comportement des médias, ainsi que « la façon dont l’Etat et l’industrie privée entretiennent la peur chez les citoyens » en « exploitant les tensions raciales latentes à des fins politiques ».

Et de souligner le parti pris racial au sein de la police et de la magistrature, qui disloque les communautés noires et crée un « abîme racial » faisant courir au pays « le risque d’une catastrophe sociale ». Des criminologues ont évoqué à ce propos un « Goulag américain », un « nouvel apartheid » avec, pour la première fois dans l’histoire des Etats-Unis, une population carcérale de quelque deux millions ( !) de détenus à majorité afro-américaine. Le taux d’emprisonnement des Noirs est sept fois supérieur à celui des Blancs, sans commune mesure avec celui des arrestations, lesquelles affectent pourtant les Noirs dans des proportions sans rapport avec les chiffres réels de l’usage ou du trafic de stupéfiants (8).

A l’extérieur, les périls mis en avant sont le « terrorisme international », les « narcotrafiquants hispaniques » et, le plus grave de tous, les « Etats voyous ». Une étude secrète, datant de 1995 et rendue publique récemment grâce à la loi sur la liberté de l’information, esquissait les grandes lignes de l’approche stratégique à l’aube du nouveau millénaire. Commandée par le Strategic Command, qui a la responsabilité de l’arsenal nucléaire stratégique, et intitulée Essentials of Post-Cold War Deterrence (« Principes de base de la dissuasion dans l’après-guerre froide »), elle montre, selon l’agence Associated Press, « comment les Etats-Unis ont modifié leur stratégie de dissuasion en remplaçant l’Union soviétique par les Etats dits "voyous" ou "hors-la-loi" : Irak, Iran, Libye, Syrie, Soudan, Cuba et Corée du Nord ». Elle recommande que les Etats-Unis exploitent leur potentiel nucléaire pour projeter d’eux-mêmes une image « irrationnelle » et « vindicative » au cas où leurs intérêts vitaux seraient menacés : « Il est nuisible de nous présenter comme des gens raisonnables, rationnels et pleins de sang-froid », et, pis encore, comme respectueux d’enfantillages aussi dérisoires que le droit et les traités internationaux. « Que certains élé ments » du gouvernement fédéral « puissent apparaître comme potentiellement fous, impossibles à contrôler peut contribuer à créer ou à renforcer les craintes et les appréhensions dans l’esprit de nos adversaires. »

Ce rapport ressuscitait la « théorie du fou » de Richard Nixon : les ennemis des Etats-Unis doivent comprendre qu’ils ont en face d’eux des cinglés au comportement imprévisible, disposant d’une énorme capacité de destruction. La peur les conduira ainsi à se plier aux volontés américaines. Ce concept avait été élaboré en Israël dans les années 50 par le gouvernement travailliste, dont les dirigeants « prêchaient en faveur d’actes de folie », comme l’a écrit l’ancien premier ministre Moshe Sharett dans son journal intime. Il était d’ailleurs en partie dirigé contre les Etats-Unis, jugés insuffisamment fiables à l’époque. Reprise à son compte par l’unique superpuissance actuelle, qui se considère au-dessus des lois et subit peu de contraintes de la part de ses propres élites, cette théorie pose, on l’admettra, un sérieux problème au reste du monde.

Dès les débuts du gouvernement Reagan, en 1980, la Libye fut désignée comme l’« Etat voyou » par excellence. Vulnérable et sans moyens de défense, ce pays est en effet un parfait punching-ball. En 1986, par exemple, le bombardement de Tripoli par l’aviation américaine sera le premier de l’histoire à être programmé pour passer en direct à la télévision en prime time afin que les plumitifs du « Grand Communicateur » Reagan puissent, dans la foulée, mobiliser l’opinion en faveur des attaques terroristes de Washington contre le Nicaragua. Le prétexte ? Le « superterroriste » Khadafi avait « envoyé 400 millions de dollars et tout un arsenal à Managua afin de porter la guerre au coeur des Etats-Unis », lesquels exerçaient leur droit de légitime défense contre l’agression armée de cet « Etat voyou » qu’était le Nicaragua sandiniste.

Immédiatement après la chute du mur de Berlin, en 1989, qui mit fin à la menace soviétique, le gouvernement de M. George Bush soumit au Congrès sa demande annuelle pour un gigantesque budget du Pentagone : « Dans l’ère nouvelle qui s’annonce, l’emploi de nos forces ne concernera probablement plus l’Union soviétique, mais sans doute plutôt le tiers-monde, pour lequel de nouvelles capacités et de nouvelles façons de procéder se révéleront sans doute nécessaires. » Il ajouta que les Etats-Unis devraient entretenir des forces de projection considérables, particulièrement celles destinées au Proche-Orient, où « les menaces contre nos intérêts », qui exigent des interventions militaires directes, « ne peuvent être mises sur le compte du Kremlin » - contrairement, soit dit en passant, à une kyrielle sans fin de contrevérités diffusées par la propagande américaine pendant quarante ans, et aujourd’hui mortes de leur belle mort.

A l’époque, les menaces contre les intérêts américains ne pouvaient pas non plus être mises sur le compte de l’Irak. M. Saddam Hussein, qui faisait alors la guerre contre l’Iran de l’imam Khomeiny, était pour Washington un ami courtisé et un partenaire commercial. Mais son statut allait changer du tout au tout quelques mois plus tard lorsqu’il interpréta, à tort, en juillet 1990, l’acquiescement américain à une modification par la force de ses frontières avec le Koweït comme un chèque en blanc pour envahir tout ce pays (9), c’est-à-dire, dans la perspective du gouvernement Bush, pour renouveler l’exploit que les Etats-Unis venaient eux-mêmes d’accomplir au Panama, en décembre 1989.

Les parallèles historiques ne sont cependant jamais tout à fait exacts. Lorsque Washington se retira partiellement du Panama après y avoir installé un gouvernement fantoche, une vague de colère déferla sur tout l’hémisphère, y compris à Panama. Une vague de colère qui fit même le tour du monde, obligeant Washington à opposer son veto à deux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et à se prononcer contre une résolution de l’Assemblée générale qui condamnait « la violation flagrante du droit international et de l’indépendance, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale des Etats » et exigeait le retrait du Panama « du corps expéditionnaire américain ».

De quoi alimenter la réflexion des analystes politiques comme, par exemple, Ronald Steel, qui s’interrogeait sur l’« énigme » à laquelle étaient désormais confrontés les Etats-Unis : « En tant que nation la plus puissante du globe, ils voient leur liberté d’employer la force soumise à davantage de contraintes que tout autre pays. » D’où le succès (temporaire) de M. Saddam Hussein au Koweït, en août 1990, comparé à l’incapacité de Washington à imposer sa volonté au Panama.

Avant l’Irak, la tête de liste des « Etats voyous » avait été occupée par l’Iran et la Libye. Mais d’autres n’y avaient jamais figuré. L’Indonésie est un bon exemple, qui, d’ennemie, devint amie lorsque le général Suharto prit le pouvoir en 1965, après un bain de sang très applaudi en Occident (10). M. Suharto allait rapidement devenir « un type comme nous les aimons » (« our kind of guy »), pour reprendre une formule du gouvernement Clinton, tout en commettant des agressions meurtrières et des atrocités sans fin contre son propre peuple. Pour les seules années 80, on dénombre 10 000 Indonésiens tués par les forces de l’ordre, selon le témoignage personnel du dictateur, qui explique également qu’« on laisse traîner les cadavres, comme une sorte de thérapie de choc (11) ».

Dès le mois de décembre 1975, le Conseil de sécurité de l’ONU avait pourtant intimé à l’Indonésie l’ordre de retirer « sans délai » ses troupes, qui avaient envahi le Timor-Oriental, ancienne colonie portugaise, et demandé à « tous les Etats de respecter l’intégrité territoriale du Timor-Oriental, de même que le droit inaliénable de ses habitants à l’autodétermination ». Les Etats-Unis allaient répondre à cette décision des Nations unies en augmentant secrètement leurs livraisons d’armes aux agresseurs.

Ambassadeur auprès de l’ONU à l’époque, M. Daniel Patrick Moynihan se dit fier, dans ses Mémoires, d’avoir rendu, à l’égard de l’Indonésie, les Nations unies « totalement inefficaces, quels que soient les domaines où elles prenaient des mesures ». Et ce sur les instructions du département d’Etat, « qui avait appelé de ses voeux l’évolution que l’affaire a connue, et oeuvré pour qu’il en soit ainsi ». Washington acceptera tranquillement, en dépit de la transgression de la légalité internationale que cela représente, le vol du pétrole timorien (avec la participation d’une compagnie américaine), au mépris de toute interprétation raisonnable des accords internationaux.

L’analogie entre les situations du Timor-Oriental et du Koweït est assez forte, mais il existe aussi quelques différences. Pour ne citer que la plus évidente, les atrocités commises par le régime indonésien dans l’île de Timor avec la bénédiction américaine dépassent, et de très loin, celles attribuées à l’Irak chez son voisin (12). Cela n’a pas fait pour autant de l’Indonésie, dans le palmarès établi par Washington, un « Etat voyou ».

Un concept très flexible
Ce ne sont pas les crimes de M. Saddam Hussein contre son propre peuple, notamment l’utilisation - parfaitement connue des services de renseignement américains - d’armes chimiques contre des civils, qui ont métamorphosé le dictateur en « monstre de Bagdad ». Avant l’invasion du Koweït, les Etats-Unis lui avaient manifesté un soutien à ce point indéfectible qu’ils avaient passé l’éponge sur une frappe aérienne irakienne contre le bâtiment de guerre USS Stark (qui fit 37 victimes chez les marins américains), privilège dont seul Israël avait jusqu’alors bénéficié (lors de son attaque, « par erreur », contre l’USS Liberty, en juin 1967, qui fit 34 morts). Ils avaient coordonné avec M. Saddam Hussein la campagne diplomatique, militaire et économique qui avait conduit, en 1989, à la capitulation de l’Iran « devant Bagdad et Washington », comme l’écrit l’historien Dilip Hiro. Ils avaient même demandé à M. Saddam Hussein les menus services couramment rendus par un Etat vassal : par exemple, prendre en charge l’entraînement de plusieurs centaines de mercenaires libyens recrutés par les Américains pour renverser le colonel Kadhafi, comme le révélera un ancien conseiller de M. Reagan, M. Howard Teicher (13).

Si M. Saddam Hussein a basculé dans le camp des « Etats voyous », c’est parce qu’il a mordu le trait et s’est montré désobéissant, tout comme ce criminel de bien moindre envergure, le général Manuel Noriega, du Panama, dont les principaux forfaits furent commis lorsqu’il était au service - rémunéré - de Washington. Cuba a été classée dans cette catégorie pour son implication présumée dans le « terrorisme international », mais pas les Etats-Unis, qui, pendant près de quarante ans, ont pourtant multiplié les attaques terroristes contre l’île caraïbe et les tentatives d’assassinat contre M. Fidel Castro. Le Soudan, lui aussi, fut classé « Etat voyou », mais pas les Etats-Unis, qui, en août 1998, y bombardèrent une prétendue fabrique d’armes chimiques, dont il fut ensuite prouvé qu’il s’agissait bien, comme l’affirmaient les autorités de Khartoum, d’une usine pharmaceutique (14).

On le voit, le concept d’« Etat voyou », aujourd’hui officiellement abandonné, a été particulièrement flexi ble. Finalement, les critères étaient parfaitement clairs : un « Etat voyou » n’était pas simplement un Etat criminel, c’était un Etat qui ne se pliait pas aux ordres des puissants, et, en particulier des Etats-Unis, eux-mêmes évidemment à l’abri de cette catégorisation infamante.

Noam Chomsky.

http://www.monde-diplomatique.fr/2000/08/CHOMSKY/14129

Dernière modification par dominikgeorges (27-12-2006 14:39:12)


http://dominikgeorges.free.fr/911/911.htm

9/11 
             ***La  Vérité  Vite  ! ***

Hors ligne

 

#14 27-12-2006 21:11:55

tropctrop
Membre du forum
Date d'inscription: 25-10-2006
Messages: 2774

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

"A quoi ça sert, même si c'était vrai cela ne serait pas très important" (en anglais : "what does it matter even if it was true, it wouldn't be significant?").

Mais non monsieur Chomsky ... un crime contre l'humanite suivi de 2 guerres et le monde en crise ... you are perfectly right Mr Chomsky: it doesn't matter and It is not significant

Hors ligne

 

#15 31-12-2006 02:19:23

sidlittle
Nouveau membre du forum
Lieu: Essex, England
Date d'inscription: 31-12-2006
Messages: 3

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Quel sont les mots en francais pour 'shill' et 'left-gatekeeper' ?roll

(Je veux savoir, vraiment!)
smile


“Those who danced were thought to be quite insane by those who could not hear the music.”
Monet

Hors ligne

 

#16 31-12-2006 12:56:29

dominikgeorges
Membre Actif
Lieu: Normandie
Date d'inscription: 13-11-2006
Messages: 1357
Site web

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

sidlittle a écrit:

Quel sont les mots en francais pour 'shill' et 'left-gatekeeper' ?roll

(Je veux savoir, vraiment!)
smile

Salut sidlittle
Je cherche mais , bien que je comprenne maintenant  le sens de left-gate keeper grâce à ce lien:

http://en.wikipedia.org/wiki/User_talk: … gatekeeper

je ne trouve pas le mot français .Ca fait référence à un filtrage selectif des informations pour orienter le message  ;c'est une forme de censure passive mais très efficace;une sorte de détournement de l'attention comme savent le faire les illusionistes ..
PEUT ËTRE QUE QUELQU'UN POURRA MIEUX T'AIDER eN déchiffrant éGALEMENT le lien.

Dernière modification par dominikgeorges (31-12-2006 15:29:19)


http://dominikgeorges.free.fr/911/911.htm

9/11 
             ***La  Vérité  Vite  ! ***

Hors ligne

 

#17 31-12-2006 16:26:11

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

left gatekeeper : bon, je ne maitrise pas bien l'anglais mais je proposerai quelquechose comme "chien de garde" mais pas au sens classique, car ici ces chiens de garde du système seraient de gauche, voire d'extrême-gauche : en abordant que certains sujets de contestation, ils laisseraient délibérament d'autres sujets dans l'ombre et donc participeraient de fait à la propagande générale...

Ceci dit, je ne partage pas du tout ces accusions contre Chomsky et j'espère que ceux qui lancent de telles accusations ont au moins lu quelques ouvrages de celui-ci...
Dans tout mouvement, il y a des divergences d'opinions, des désaccords sur quelle méthode à adopter pour arriver à ses fins...Ne nous tirons pas dans les pattes des uns et des autres, prenons le meilleur de chacun et continuons d'avancer : la route sera longue...
Personne n'est infaillible et là sur ce coup Chomsky le prouve bien ( c'est du moins ce que nous pensons...).
Chomsky a ouvert les yeux à des millions de personnes dans le monde sur le rôle des médias dans nos sociétés démocratiques... des millions.

-On l'a accusé d'être anti-américain quand il était il y a déjà des dizaines d'années l'un des plus virulants opposants à la politique extérieure des USA.
-On l'a accusé d'anti-sémitisme...lui... :
"Les grands combats de Noam Chomsky sont on ne peut plus en phase avec l’air du temps : il est l’un de ces Américains qui détestent le plus l’Amérique, et l’un de ces Juifs qui exercent contre Israël une critique d’autant plus violente qu’en tant que Juif il pense pouvoir échapper à l’accusation d’antisémitisme. "
Philippe Val. (19 juin 2002)
Voir ici : http://reopen911.online.fr/forums/viewt … 244#p31244  ( post 12 )
-On l'a accusé de parler de complot médiatique :
" Là où il rencontre un large public qui a soif de trouver des responsables précis aux désordres du monde, c’est quand il enfourche son grand cheval de bataille : le complot médiatique occidental. Ce complot serait ourdi par une nébuleuse où l’on trouve évidemment Israël — qui ignore que les Juifs tiennent les médias ? — et son grand allié, l’Amérique. Il est étonnant qu’un génie de la linguistique n’ait pas remarqué que les mots, l’esprit et les méthodes pour dénoncer le-complot américano-médiatique suivent les mêmes règles rhétoriques que l’antisémitisme"
encore et toujours Val...

Pour ceux qui ignorent le traitement médiatique que subit Noam Chomsky en France, vous pouvez lire ce petit article d'Acrimed :
http://www.acrimed.org/article1416.html … omsky#nh13

Alors, maintenant il est vrai que ce qu'a dit Chomsky sur le 11 septembre est bien regrettable...mais au lieu d'y voir une attaque néo-con, moi j'y vois là une méconnaissance criante du dossier.
Les explications de Chomsky concernant les "impossibilités" scientifiques du 11 09 ( chûte des tours en une dizaine de secondes par exemple ) sont assez étonnantes : en gros, dans la plupart des évènements naturels ou controlés, il y a beaucoup de choses inexplicables etc etc ... bien pratique pour éviter d'aborder les problèmes. Il dit aussi que pour expliquer certains faits on fait certains modèles qui plus tard avec le recul pourront s'avèrerer faux...

Ici, il ne faut pas oublier que Chomsky pour démontrer ses idées c'est toujours basé sur du solide, du concret : c'est le roi des archives!!!
Si les écrits de Chomsky sont si importants c'est parce que justement tout y est prouvé source à l'appui : c'est irréfutable, il se sert des sources officielles et de ce qu'il déniche dans les médias dominants pour étayer ses dires.
C'est aussi pourquoi il a ce point détesté par nos médias et par nos "intellectuels", il prouve ce qu'il avance et c'est imparable alors que font ses adversaires ?
Et bien, ne pouvant pas lutter au niveau des idées et des faits, ils ne disposent que de la calomnie pour le tuer médiatiquement.
C'est pourquoi, on le traite (dans les médias dominants) d'anti-américain, de révisionniste, d'anti-sémite et d'"adepte du complot".
Cette dernière accusation peut peut-être expliquer pourquoi Chomsky est aussi rétiçant aux "théories" du complot : il a passé sa vie à se défendre contre ses accusations de complotiste, à dire que le recours à la théorie du complot n'était pas nécessaire pour expliquer la propagande des médias alors quand enfin son message passe et bien il n'a peut-être pas envi de gacher des années et des années de lutte et de discréditer tout son travail sur les médias en voyant le 1er journaliste venu écrire : " Chomsky relance ses théories du complot mais cette fois-ci sur le 11 septembre, apparemment les complots médiatico-économiques ne lui suffisent plus.."

Chomsky pense peut-être qu'il y a trop de conjectures dans les recherches sur le 11 septembre, qu'on ne peut être catégorique dans ses accusations. Ce en quoi il a raison mais il y a néanmoins tellement de failles, voire de mensonges dans la TO, qu'on peut légitimement la remettre en question.
Ce n'est pas faire des conjectures que de mettre en avant toutes ces abbérations.

Il y a un peu plus d'un an j'ai lu mon 1er Chomsky : ça a été un putain de choc !!!
Aussi, je conseile vivement à tous ceux qui ne le connaissent pas de lire au moins ce livre absolument captivant sur l'impéralisme des États-Unis :

"Dominer le monde ou sauver la planète ? L’Amérique en quête d’hégémonie mondiale"

Dernière modification par Zorg (01-01-2007 14:53:13)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#18 31-12-2006 17:34:58

max
Membre Archi & Ingé ReOpen911
Lieu: Aquitaine
Date d'inscription: 31-08-2006
Messages: 577

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Zorg a écrit:

lCette dernière accusation peut peut-être expliquer pourquoi Chomsky est aussi rétiçant aux "théories" du complot : il a passé sa vie à se défendre contre ses accusations de complotiste, à dire que le recours à la théorie du complot n'était pas nécessaire pour expliquer la propagande des médias alors quand enfin son message passe et bien il n'a peut-être pas envi de gacher des années et des années de lutte et de discréditer tout son travail sur les médias en voyant le 1er journaliste venu écrire : " Chomsky relance ses théories du complot mais cette fois-ci sur le 11 septembre, apparemment les complots médiatico-économiques ne lui suffisent plus.."

Chomsky pense peut-être qu'il y a trop de conjectures dans les recherches sur le 11 septembre, qu'on ne peut être catégorique dans ses accusations. Ce en quoi il a raison mais il y a néanmoins tellement de failles, voire de mensonges dans la TO, qu'on peut légitimement la remettre en question.
Ce n'est pas faire des conjectures que de mettre en avant toutes ces abbérations.

D'accord. J'aurais compris ses réticences au lendemain du 11 septembre. Mais aujourd'hui, aux USA, d'autres personnalités bien moins engagées et aguerries que lui vis à vis des attaques médiatiques appelent, elles, à la réouverture de l'enquête: il n'est pas question d'auto-désigner des coupables sans autre forme de procés.

Hors ligne

 

#19 01-01-2007 10:37:03

Dominique LW
Membre de Soutien
Lieu: Nancy
Date d'inscription: 29-11-2006
Messages: 382

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

@ Zorg,

Je pense que votre analyse de la position de Chomsky est très juste. Chomsky n'a jamais voulu entrer dans le sujet car il ne pense pas avoir les moyens dans ce cas d'utiliser ses techniques habituelles. C'est peut-être erroné comme le montre Ruppert ou Tarpley. Mais bon, cette attitude est légitime je pense. Aussi, j'ai longtemps pensé que le mouvement 9/11 truth lui faisait un faux procès en lui demandant de prendre position. Le mouvement n'a pas besoin de Chomsky.

Bien-sûr Chomsky est une référence pour les intellectuels, de gauche en particulier, et sa voix compte. Il a récemment été désigné intellectuel de l'année par la revue Foreign Policy, à une écrasante majorité. Ca a d'ailleurs enragé nos intellectuels et journalistes français qui globalement le boycottent.

Aussi, l'avis de Chomsky est important pour 9/11 truth. Il a récemment pris des positions plus explicites : jamais le gouvernement américain ne se serait risqué à organiser un complot pareil, car il aurait certainement été dévoilé par des fuites et cela aurait mis en jeu la république elle-même; les accusations "scientifiques" de la VO sont infondées car ce n'est pas parce que le VO est incohérente qu'elle est fausse; et même si c'était vraiment un complot US, "who cares" (qu'elle importance cela peut-il avoir).

Outre l'absurdité de ces affirmations : la république est en jeu/ça n'a pas d'importance, ce qui est incohérent n'est pas nécessairement faux ... Chomsky montre ici sa faible connaissance des prises du position du mouvement 9/11 truth. Il donne ici une opinion purement idéologique sans avoir lui-même correctement étudié la question.

Même si je respecte et j'admire Chomsky pour tous les livres ("Hegemony or survival", "Imperial ambitions", "Failed states") que j'ai lu de lui, je suis surpris et déçu par cette attitude là. Ce n'est pas le Chomsky que je connais. Aussi, je compte prochainement lui faire part, respectueusement, de ma déception de le voir aussi léger sur un sujet si important (et pourtant si futile ...)

Une hypothèse serait que Chomsky a été mis en demeure (par les pro et les anti VO) de prendre position alors qu'il ne l'a jamais vraiment souhaité.

Dernière modification par Dominique LW (01-01-2007 10:39:55)

Hors ligne

 

#20 01-01-2007 13:45:44

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Message destiné à un modérateur :

Dans mon précédent post, il est écrit :

Et bien, ne pouvant pas lutter au niveau des idées et des faits, ils ne disposent que de la calomnie pour le tuer médiatiquement.C'est pourquoi, on le traite (dans les médias dominants) d'anti-américain, de révisionniste, d'anti-sémite et de sceptique.

Or, ce n'est pas ce que j'avais écrit...j'avais utilisé le mot de "complotiste" et non "sceptique" !!!

En voulant modifier mon post, je constate bien que j'ai écrit : "...d'anti-américain, de révisionniste, d'anti-sémite et de complotiste."
Et le pire, j'ai beau remodifier quand même mon post, à l'écran on lit toujours ce mot "sceptique" au lieu de "complotiste" : rien à faire, impossible à changer  sad

J'avais déjà remarqué que parfois le post publié ne correspondait pas tout à fait au post écrit mais j'avais toujours réussi à le modifier.
En plus sur ce coup c'est plutôt génant car ce mot " sceptique" ne convient pas du tout, en effet la phrase suivante est : "Cette dernière accusation peut peut-être expliquer pourquoi Chomsky est aussi rétiçant aux "théories" du complot".

Notez que c'est plutôt cocasse que ce bug se fasse justement sur ce mot "complotiste"...surtout sur ce forum lol lol lol

Bon voilà, alors si un modo pouvait modifier mon message et remplacer ce "sceptique" par "complotiste" ça serait cool. smile

Merci d'avance et bonne année au fait.


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#21 01-01-2007 13:50:10

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Message encore destiné à un Modérateur

Raaaaaaahhhh !!!!!!!!!   yikes

C'est quoi ce gag ????????

Bon, je n'écrit pas "sceptique"   MAIS  : " C O M P L O T I S T E" et à chaque fois ce mot est remplacé par "sceptique"...

????????????????????????????

Bon, je sais que ce mot n'est pas dans le dico mais quand même...

Dernière modification par Zorg (01-01-2007 13:52:37)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#22 01-01-2007 13:56:56

2be Orno2be
Membre Actif
Lieu: Touraine
Date d'inscription: 27-03-2006
Messages: 1723

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Salut Zorg,

En effet, sur le forum, il y a une fonction "modération automatique", principalement pour remplacer gros-mots ou injures par un autre mot.

Je vais voir ça mais je ne te promet rien.
Si le mot septique a été enregistré dans la base de données dans la modération automatique, c'est qu'il y a une raison au départ.

Passe par les MP pour ce genre de question, tu aura ta réponse.


Pour info, le mot C.O.M.P.L.O.T.I.S.T.E. n'existe pas dans le dico français.

COMPLOTEUR lui par contre est validé.

Hors ligne

 

#23 01-01-2007 14:18:22

fedup
Membre Actif
Lieu: Finistère Nord
Date d'inscription: 02-10-2006
Messages: 4013
Site web

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance


Il est bien trop tard, et la situation est bien trop mauvaise, pour être pessimiste. (Dee Hock)

Hors ligne

 

#24 01-01-2007 14:46:02

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

2be a écrit:

Pour info, le mot C.O.M.P.L.O.T.I.S.T.E. n'existe pas dans le dico français.

COMPLOTEUR lui par contre est validé.

ah ben alors merci... j'ai toujours cru qu'on disait "C.O.M.P.L.O.T.I.S.T.E" , je me disais " mais pourquoi donc n'est-il pas dans le dico ?"
Dont acte. big_smile comploteur, comploteur...voilà c'est rentré smile
Ah mais non, comploteur : Personne qui complote... ça colle pas, "adepte du complot" me parait plus approprié.

Merci Fedup pour ton lien : c'est vraiment un truc de ouf, je me suis bien marré...lol

Bon, je vais modifier mon post mais en mettant cette fois l'expression "adepte du complot"...c'est bête, moi je trouve que ça sonnait mieux ""C.O.M.P.L.O.T.I.S.T.E"... wink

Dernière modification par Zorg (01-01-2007 18:21:02)


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#25 25-03-2007 17:48:46

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

@ Josew :


Le dernier livre de Chomsky traduit en français : ISRAEL, PALESTINE, ETATS-UNIS: LE TRIANGLE FATIDIQUE :

"Enfin publiée en français, voici l’œuvre majeure de Noam Chomsky à propos de l’implication des États-Unis dans le conflit Israël-Palestine. En appuyant sa réflexion sur un travail de recherche colossal, toujours aussi rigoureux et complet, Chomsky démolit le récit officiel. Il s’attaque à toute une série de mythes: la démocratie israélienne, la bienveillance de l’occupation, l’absence de racisme contre les Arabes en Israël, le terrorisme palestinien, la paix pour la Galilée, etc., et les met en pièces avec un barrage de contre-exemples. Écrit à la manière ironique et impitoyable de Chomsky, voici le livre le mieux documenté pour expliquer cette crise qui semble insoluble."

http://www.librairiepantoute.com/fichel … ?id=242467


http://www.librairiepantoute.com/img/couvertures/israe44631.jpg


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#26 01-11-2007 12:30:27

Zorg
Membre Actif Asso
Date d'inscription: 18-07-2006
Messages: 4903

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

mercredi 31 octobre 2007
Chomsky et la conspiration du 9-11

Ouch. Attention, truthers, conspirationnistes et âmes sensibles, ça va faire mal.

Noam Chomsky, éminent linguiste et auteur de Manufacturing Consent, (ainsi que d'un nombre incalculable d'ouvrages sur la politique et les médias) viens donner un coup dans les flancs des nombreux adeptes de la théorie de la conspiration et de l'inside job du 11 septembre. Particulièrement à gauche.

Qu'on soit d'accord ou non avec le bonhomme, il mérite le respect simplement par sa rigueur scientifique et son refus de s'enfermer dans les dogmes et les idées reçues. On écoute le monsieur et ensuite on discute.

http://vanasse.branchez-vous.com/upload/2007/10/noam_chomsky_human_rights%5B1%5D-thumb.jpg

Entrevue de Noam Chomsky sur le phénomène de la Conspiration

Trouvé sur le site de Pat Lagacé, maître es blogs, le clip circule sur internet mais pas beaucoup à gauche, ce qui est dommage. Il faut toujours, selon moi, confronter ses idées pour en vérifier la solidité. Je relaie donc à mon tour. Je crois que ça en vaut la peine et que les discussions seront passionnantes.

Dans cette entrevue (pas très récente paraît-il) le professeur Chomsky amène plusieurs angles intéressants sur cette question. D'abord que les nombreuses théories de la fabrication de toute pièce du 11 septembre par l'administration Bush nous font perdre des tonnes d'énergies et un temps précieux qui nous déroutent des questions fondamentales. Et au final, a autant d'importance à ses yeux que l'assassinat de JFK : who cares?

Pour Chomsky, et de ce que je comprends de son entrevue, il n'est plus très important de chercher à dévoiler la conspiration derrière le 11 septembre. Par contre, il est davantage important d'en comprendre et d'en combattre les conséquences.

Selon son analyse scientifique, les preuves ne sont tous simplement pas là et une conspiration de cette envergure aurait inévitablement laissé davantage de preuves irréfutables. En somme, il dit plus sérieusement ce que Bill Maher dit plus comiquement à propos des théoriciens de la Conspiration : qu'ils s'appuient sur deux prémisses erronées, à savoir que le Gouvernement serait compétent et deuxièmement qu'il sait garder une secret!

Chomsky pense donc, que les USA n'ont pas «fait» le 11 septembre mais l'ont laissé «faire» parce qu'au fond ça arrangeait tout le monde. Selon lui, l'évènement était hautement prévisible et connu de tous à l'avance. Pourquoi ne pas avoir tenté de l'arrêter? Parce que tous les gouvernements de la planète, la Chine, l'Indonésie, Israël, la Russie, tous y ont vus un excellent moyen de faire taire la dissidence chez eux. La guerre au terrorisme est alors devenu un prétexte formidable pour plus de sécurité et plus d'armements.

Pour Chomsky, les théories de la Conspiration ne sont qu'un autre filtre bien commode qui nous divertit dans la recherche de la vérité.

La discussion est lancée... ohoho.

http://vanasse.branchez-vous.com/2007/1 … on_du.html

Contrairement à ce que raconte l'auteur de ce blog, je ne pense pas que Chomsky ait dit que les USA savaient et aient laissé faire.

il mérite le respect simplement par sa rigueur scientifique et son refus de s'enfermer dans les dogmes et les idées reçues.

Ben, sur ce coup, question rigueur scientifique, c'est pas terrible quand même : tout ce qu'il dit, c'est que les théories scientifiques établis pour décrire tel ou tel phénomène évoluent au fil du temps et par exemple, l'explication officielle donnée à un phénomène peut s'avérer fausse mais celà n'entraine pas pour autant que le TO soit fausse : entendre par là que les avions et les encendies sont bien la cause de la chute des tours même si le NIST se trompe dans ses démonstrations.

Affirmer que "le Gouvernement ne saurait garder un tel complot secret" est bien pour moi "s'enfermer dans les dogmes et les idées reçues".

Simple question de logique :
On n'est au courant que des complots dont on connait l'existence !!!
on n'entendra jamais parler d'un complot parfaitement réussit.
Ceci est une lapalissade mais c'est on ne peut plus vrai.


" La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures." (Noam Chomsky)

Un Jeudi Noir de l'Information : le documentaire qui démonte les manipulations de Canal+, Jeudi Investigation, Tac Presse...
ReOpen911 répond à Noam Chomsky et Jean Bricmont

Hors ligne

 

#27 01-11-2007 21:07:51

Bob
l'éponge ...
Lieu: Paris
Date d'inscription: 05-08-2006
Messages: 1519

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

J'ai l'impression que Chomsky devient naïf avec le temps sad  Son comportement est presque illogique, ce ne lui correspond pas, après tout ce qu'il a dit sur les médias et le gouvernement.
Sur le coup j'ai été choqué quand j'ai découvert ses propos sur le débat à propos du 11/9.

Dernière modification par Bob (01-11-2007 21:10:53)

Hors ligne

 

#28 01-11-2007 21:14:24

josew
Membre du forum
Lieu: Savoie
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 4170

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

je pense que Chomsky est quoi qu'il en dise DANS le système, et quand on est dans le système, il est difficile de le renier publiquement et clairement, sous peine de se retrouver HORS système.

Ses arguments ne sont pas convaincants pour 2 ronds, même si je partage le fait que l'important de nos jours est de combattre les conséquences du 11 Septembre (tout autant que de demander la réouverture d'une enquête).

Je pense qu'il est définitivement du passé, de l'avant 11 Septembre, et en comparaison Bourdieu "était" beaucoup plus moderne...

Dernière modification par josew (01-11-2007 21:15:54)


"Qui ne dit mot, consent"
Animateur d'un site d'informations sur le Nouvel Ordre Mondial et le Spirituel....
Non classé rouge.

Hors ligne

 

#29 01-11-2007 21:21:33

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

On ne peut pas être si radical.
A force de faire des recherches oui le 11 septembre n'est pas un détail mais un chainon de la chaine qui nous prépare des choses plus affreuses.
Dommage qu'il soit pas mihop.
Nous c'est sur on a en marre de voir cet immobillisme mais ne nous décourageons pas on tient le fil du problème mais c'est dur de le tirer.


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#30 01-11-2007 22:26:18

Spaceeman
Membre du forum
Lieu: Braine-le-Comte
Date d'inscription: 13-04-2007
Messages: 1003
Site web

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Le 11 septembre reste pour moi le seul moyen d'obtenir une masse critique de population consciente d'un monde basé sur l'hypocrisie et la manipulation des médias et des gouvernements. Les autres moyens ont été neutralisés par des lois liberticides dont nous ignorons la portée réelle de leur application. Tant que nous en avons la possibilité, la mise en réseau de nos ressources "intellectuelles"(et autres...) et la mise en place d'une enquête citoyenne reste le seul moyen de propager la conscientisation et d'atteindre une masse critique. Alors, les médias et les gouvernement pourront être renversés !.. Si nous n'arrivons pas à cela, avant que internet (par exemple) ne soit totalement placé sous contrôle, alors il sera trop tard et nous vivrons plusieurs centaines d'années dans le mensonge et l'illusion au bénéfice d'une élite sad Vous allez me dire qu'on en est déjà là.., mais je suis pas d'accord...

Selon cette idée, Chomsky est un gros "crétin" !., désolé sad

Dernière modification par Spaceeman (01-11-2007 22:29:02)


• Si Internet est le moyen de faire entendre la voix du peuple ? Alors apprenons à en utiliser ses outils ! → Histoire d'Internet
Michel Collon : Décodage des médias et analyse de la mondialisation
• « Mes pauvres enfants, si nous arrivons à sauver la terre, ce sera plus folklorique qu'autre chose ! » (une vielle tarte)

Hors ligne

 

#31 01-11-2007 22:36:45

MARTGOL
Membre du forum
Lieu: FRANCE
Date d'inscription: 13-08-2007
Messages: 4943

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Chomsky,peu ce tromper sur le sujet,mais pas sur l'ensemble de sont travail,il reste pour moi un mec cool


"Quand les drapeaux sont déployés, toute l'intelligence est dans la trompette".Stefan Zweig.
http://soundcloud.com/le-principia

Hors ligne

 

#32 01-11-2007 23:36:36

Schumi75
Membre Actif
Lieu: Paris 75
Date d'inscription: 26-02-2007
Messages: 4009

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

qui en a une seule...roll

serieusement,je trouve ça minable de nier l'inside job,de traiter les gens de conspirationistes en étant un farouche opposant à l'impérialisme us...
faudrait qu'il se reveille pour voir que l'impérialisme us qu'il combat s'est développé à vitesse grand v depuis le 911...et en plus de l'impérialisme militaire,c'est aussi un impérialisme religieux,liberticide etc...

ça fait vraiment pitié comme les mouvemments anti-guerres(Irak,Iran notamment) qui crient au conspirationisme...

quelle déception encore une fois de la part de Chomsky.

J'ai lu aussi qu'il nie le role des lobby sionistes sur la politique us...

ridicule...

Le 911 est un détail...mouarf,faudrait qu'il comprenne les conséquences du 911.Je pense qu'il a compri mais qu'il ne veut pas toucher au sujet tabou par excellence

Dernière modification par Schumi75 (01-11-2007 23:38:18)


Introduction au nouvel ordre mondial : Le jeu de l'argent

Hors ligne

 

#33 07-02-2008 17:03:28

yak
Invité

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

http://www.vi20.com/video/tags//TwZ-vIaW6Bc

Je suis tombé sur cette vidéo, je n'ai pas tout compris, le son est pas tété, mais je vais le re-regarder plus tard... si quelqu'un le fait avant.. ben commente.

 

#34 07-02-2008 17:20:17

alterseptic
Membre du forum
Lieu: haute garonne
Date d'inscription: 05-02-2008
Messages: 70

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

euh... moi je parle pas anglais donc j'ai pas pu lire l'article cité, mais c'est sorti du contexte, non? "pas important" par rapport à quoi? Ce type là ce que j'en sais ne parle pas souvent pour ne rien dire?


"Le génie est peut-être au talent ce que l’instinct est à la raison."
(Jules Renard.)
http://www.dailymotion.com/related/6642 … 6_politics
"Qu'importe les pions si le roi règne toujours?" (?)

Hors ligne

 

#35 08-02-2008 23:25:39

el spirito
Membre du forum
Date d'inscription: 25-11-2007
Messages: 304

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

La réponse de Chomsky ne me parait pas aussi anodine qu'elle n'y parait!

Si on l'a relit,on constate qu'il admet comme une possibilité plausible l'implication de Bush and co dans le 9/11!
Il prépare intelectuellement l'après 9/11...d'ailleurs le personel politique US ne cite même plus cette calamité Texane comme si elle avait la gâle!

Les rats quittent le navire....avant son naufrage!


Le WTC est une perle à rebours!

Hors ligne

 

#36 17-02-2008 22:27:36

josew
Membre du forum
Lieu: Savoie
Date d'inscription: 29-07-2006
Messages: 4170

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Oui, elle évolue positivement, mais doucement... très doucement.


"Qui ne dit mot, consent"
Animateur d'un site d'informations sur le Nouvel Ordre Mondial et le Spirituel....
Non classé rouge.

Hors ligne

 

#37 17-02-2008 22:38:42

Thibaut
Membre Actif Asso
Lieu: bruxelles
Date d'inscription: 30-04-2006
Messages: 4633
Site web

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

MARTGOL a écrit:

Chomsky,peu ce tromper sur le sujet,mais pas sur l'ensemble de sont travail,il reste pour moi un mec cool

+1

Qui peut prétendre à la perfection ?
Chomsky est une figure incontournable pour qui s'intéresse aux questions internationales en dehors du caquetage de la presse meanstream. Il est vrai que sa position vis-à-vis d'Israël peut prêter le flanc à certaines critiques ( voir la polémique Chomsky / Blankfort http://groups.google.fr/group/medias-me … 9cdf52e4a6 par exemple ). Mais de là à faire l'impasse sur toute sa réflexion, il y a une marge.


MEDIAS-MENSONGES-DESINFORMATION


in girum imus nocte et consumimur igni

Hors ligne

 

#38 19-02-2008 20:12:28

5jerome
Membre du forum
Date d'inscription: 20-06-2007
Messages: 142

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Trouvez pas qu'il ressemble à Woody Allen , c'est pour moi un bon début de capital de sympathie lol

Hors ligne

 

#39 20-02-2008 01:07:13

Schumi75
Membre Actif
Lieu: Paris 75
Date d'inscription: 26-02-2007
Messages: 4009

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

josew a écrit:

Oui, elle évolue positivement, mais doucement... très doucement.

ouai...

on n'est pas sorti de l'auberge honnêtement...

des pseudos intellectuels contre l'empire américain qui ne touchent pas au 911,alors qu'ils dénoncent un jour l'énorme conspiration du nouvel ordre mondial controlée par le cartel des banques...hmm

quand l'empire us s'effondrera,ils seront à la retraite comme si le boulot était fini alors que ceux qui ont controlés l'empire us seront encore là comme après la chute d'hitier,l'urss...

Dernière modification par Schumi75 (20-02-2008 01:07:33)


Introduction au nouvel ordre mondial : Le jeu de l'argent

Hors ligne

 

#40 20-02-2008 01:16:39

MARTGOL
Membre du forum
Lieu: FRANCE
Date d'inscription: 13-08-2007
Messages: 4943

Re: Chomsky pense que la conspiration du 11 Septembre n'a pas d'importance

Perso je pense que Chomsky,voit le 11/9 comme un detail de l'histoire,nous autres ,NON!!!
Mais dans l'ensemble nous parlons de la même chose wink


"Quand les drapeaux sont déployés, toute l'intelligence est dans la trompette".Stefan Zweig.
http://soundcloud.com/le-principia

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr