ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#41 29-07-2010 18:46:45

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Qui a raison, qui a tort ? - Le débat sur le 11 Septembre

Si il l'a analysé.
NC* 1-3 C Damage and Failure Modes :

Chapter 6
Fire Exposure of the Structural Elements ............................................................................ 217
6.1 Background of Fire Exposure Study............................................................................................ 217
6.2 Visual Inspection of Recovered Structural Components ............................................................. 218
6.2.1 Exterior Panels Exposed to Fire ....................................................................................... 219
6.2.2 Core Columns Exposed to Fire......................................................................................... 220
6.3 Metallographic Analysis of Elements Exposed to Fire................................................................ 220
6.3.1 Examples of Microstructural Features Possibly Related to Fire Exposure ...................... 221
6.3.2 Spandrel Plates Exposed to Severe Fire Conditions......................................................... 224
6.3.3 Perimeter Floor Truss Seats Exposed to Severe Fire Conditions ..................................... 225
6.3.4 Unique Cases of Damage Possibly Related to Elevated Temperature Exposure ............. 226
6.4 Summary ...................................................................................................................................... 235

Page 227 :

In order to determine if fire damage of the steel occurred due to external flaming, microstructural
examination and hardness measurements were conducted on the flange in both the undeformed and
crushed portions of the column.

Et ils ont analysé en particulier l'acier de la FEMA :
page 232

The samples evaluated in the FEMA
study and this investigation originated from the same outer web plate at a distance no further than 0.5 m
apart.
[...]
The present analysis led to different conclusions regarding items 4, 5, and 7 above, in part, due to the
opportunity to examine the condition of the entire column as a whole instead of just an isolated portion.


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#42 30-07-2010 01:22:58

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Qui a raison, qui a tort ? - Le débat sur le 11 Septembre

http://911research.wtc7.net/wtc/evidenc … apndxC.htm
Sample 1, le fromage suisse, vient du WTC 7. Le NIST n'a jamais pu avoir accés à un quelconque acier provenant du WTC 7.
Sample 2, correspond au panneau K-1 (de mémoire) dans 6.3.4 de NC* 1-3 C Damage and Failure Modes.


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

#43 30-07-2010 08:54:28

Calixte
Invité

Re: Qui a raison, qui a tort ? - Le débat sur le 11 Septembre

Vous avez un superbe fil pour en causer big_smile http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=3933 .

Merci.

 

#44 24-09-2010 13:37:20

kikujitoh
Membre de Soutien
Lieu: Air Force One
Date d'inscription: 07-02-2009
Messages: 4785

Re: Qui a raison, qui a tort ? - Le débat sur le 11 Septembre

Moorea34

Les délits d’initiés sont traités dans « la farce enjôleuse du 11 septembre »… à lire ;-)
Il y est notamment expliqué pourquoi faire des statistiques sur des données aussi fluctuantes relève de la haute voltige.
Par exemple, les volumes de call-options (soeurs jumelles de puts mais ayant l’effet inverse) ont connu des pics SUPERIEURS en volume aux puts quelques jours avant les attentats. Enorme non ? Supérieurs aux puts !!!! Etait-ce aussi des délits d’initiés ? ;-))
La question mérite d’être posée non ????
Poser la question amène immédiatement la réponse : cela prouve bien que ces volumes n’avaient rien (mais alors vraiment rien !!) d’exceptionnel, contrairement à ce que prétend cette légende urbaine savamment entretenue.

Par ailleurs Chesney a écrit son article avant la divulgation de l’intégralité du rapport de la SEC (dont une partie seulement avait été repris dans le rapport de la commission 911).
Il serait intéressant, par honnêteté intellectuelle, de recueillir son avis APRES la publication de ce rapport.
Par ailleurs si son article n’a pas été publié dans une revue du domaine concerné, cela tient aussi peut être à la faiblesse de cette analyse justement.
Vous auriez d’ailleurs pu recueillir (là aussi par honnêteté intellectuelle) l’avis de mon collègue universitaire qui s’est exprimé sans équivoque sur la valeur de la conférence de Chesney sur ce même site. A part que les universitaires français spécialiste de la finance fasse aussi partie du complot ? ;-))

Le rapport de la SEC explique notamment comment un seul et même acheteur est à l’origine de 96 % des achats sur UAL… Malchanceux, il avait aussi acheté un grand nombre d’actions AMR !! Mauvaise pioche… Pour un tuyau, il était manifestement percé !
Pour ce qui est des options de AMR, le tiers était issu d’une note qui contrairement à ce qu’affirme de façon erronée l’article de Reopen (dans « les points clefs »), est parfaitement sourcé : c’est Steve Sarnoff, éditeur de « Options Hotline » qui l’a diffusée auprès de 2000 abonnés environ. Ce n’est pas suffisant 2000 abonnés pour être considéré comme « sourcé » par Reopen ? Plus d’une vingtaine de ces abonnés ont suivi ces recommandations faisant ainsi grimper les statistiques.
Idem pour le marché de l’aviation qui était baissier à ce moment là, je vous renvoie à l’article du Chicago Tribune le 8 septembre : « Samedi 8 septembre 2001, par Janet Kidd Stewart, La hausse du chômage et l’effondrement des cours des actions se sont combinés vendredi pour faire encore plus mal aux investisseurs américains. Le bond surprise du chômage en août a provoqué une vente massive qui a poussé l’indice Dow Jones des valeurs industrielles à baisser de près de 235 points, à 9 605,85, son plus bas niveau depuis début avril. L’indice de référence Standard & Poor’s 500 a perdu 20,62 points à 1 085,78, son plus bas niveau depuis Octobre 1998. Les préoccupations sur les bénéfices des sociétés ont aussi pesé sur les cours. L’action d’American Airlines AMR chute de plus de 3 pourcents, à 30,15 $, après avoir averti d’une perte plus forte que prévue au troisième trimestre. La compagnie aéronautique Boeing, terminant sa première semaine en tant que société basée à Chicago, tombe vendredi à son plus bas niveau depuis un an, perdant 7,5 pourcents, à 45,18 $, après une analyse de Morgan Stanley qui a dégradé le titre et a averti qu’un retournement de tendance ne se produirait pas avant plusieurs trimestres… »

Finalement alors qu’à écouter Reopen la terre entière aurait fomenté le fabuleux complot (l’administration Bush, les agents du FBI, de la CIA, les compagnies aériennes, les militaires, les contrôleurs aériens, les pompiers, les policiers, les inspecteurs de la SEC, les scientifiques du NIST, de la FEMA, mais aussi du monde entier, les médecins légistes, les journalistes, l’administration, etc. etc., des centaines voire des milliers de personnes) une poignée seulement aurait cherché à gagner du fric dans l’affaire !!…

N’y aurait-il pas comme un pb de logique ? En tout cas, à coup sûr, une foi dans l’âme humaine totalement surréaliste…

Charmord

Moorea,

1. Les volumes supérieurs aux puts de calls concernaient quelles sociétés?

J’ai connaissance de ce phénomène de hausse subite du volume de calls pour une société Raytheon. Quoi d’autres?

Savez-vous que la spéculation à la hausse (call) peut également rapporter beaucoup d’argent? Ce fut d’ailleurs le cas pour ladite société Raytheon :

(…) En guise d’exemple, le fabricant d’armes américain Raytheon [7] – dont l’action grimpa après le 11-Septembre – vit les souscriptions d’options d’achat sur son titre multipliées par six la veille des attentats.

Et puis, soyez un peu conséquents, à supposer que ce soient les compagnies aériennes visées par les puts qui aient été concernés par les hauts volumes de call, pourquoi affirmer que la directive d’Option Online et la tendance baissière du marché de l’aviation qui a été déterminante?

De toute façon, les informations convergent sur le fait que les puts furent bien plus important que les calls pour les compagnies d’aviation :

(…)

Peu de temps après le 11 Septembre, les médias révèlent qu’American Airlines et United Airlines, les deux compagnies dont les avions furent détournés, firent l’objet de vives spéculations à la baisse sur la valeur de leurs titres dans les jours qui précédèrent les attentats (Associated Press, 18/09/01 ; Bloomberg News, 18/09/01 ; San Francisco Chronicle 19/09/01 ; Le Monde, 19/09/01 ; Reuters, 20/09/01 ; San Francisco Chronicle, 22/09/01). Ces spéculations à la baisse se sont traduites par une soudaine augmentation d’achats d’options de vente, un type de transaction boursière utilisé lorsqu’un investisseur parie sur le fait que le prix d’une action s’apprête à chuter [1]. Entre le 6 et le 7 septembre 2001 à la Bourse de Chicago (CBOE), la principale bourse d’options en Amérique du Nord, 4744 options de vente d’actions United Airlines sont achetées contre seulement 396 options d’achat (Associated Press, 18/09/01), ce qui représente 25 fois la moyenne des transactions habituellement opérées sur cette compagnie aérienne (San Francisco Chronicle, 19/09/01). Le 10 septembre, la veille des attentats, ce sont 4516 options de vente d’actions American Airlines qui sont acquises contre 748 options d’achat (Associated Press, 18/09/01), près de 11 fois la moyenne quotidienne enregistrée les mois précédents (Chicago Tribune, 19/09/01). Aucune autre compagnie aérienne n’a fait l’objet de telles spéculations à la baisse sur sa valeur boursière. Et les titres United Airlines et American Airlines ne sont pas les seuls à avoir fait l’objet de transactions financières suspectes à la veille des attentats.(…)

2. Le rapport de la SEC et celui du FBI exclut par un raisonnement syllogistique le caractère délictueux des transactions en disant que rien ne prouve que les auteurs des transactions aient des liens avérés avec le terrorisme.

Par exemple, le FBI a exclu toute origine délictueuse à l’augmentation massive de transactions effectuée par deux investisseurs inconnus sur le titre de la société SECURACOM, qui assumait outre la sécurité opérationnelle des WTC, la sécurité dans l’aéroport de Dulles.

Le raisonnement fut le suivant : L’enquête n’a révélé aucune information permettant de suspecter les investisseurs auteurs des investissements d’accointances avec les terroristes… C’est une étrange façon d’enquêter sur les délits d’initiés, demandez à votre expert… Moi, j’en ai parlé à des professeurs spécialisés dans ces matières, ils étaient quelque peu perplexes.

Reprenons une partie du dossier reopen sur le sujet, pour illustrer notre propos :

(…)
De toute évidence, les non-lieux sont la résultante d’un raisonnement logique défaillant ayant prévalu dans les enquêtes des régulateurs boursiers, un raisonnement qui s’apparente à un pur syllogisme selon lequel :

Les délits d’initiés ne peuvent émaner que d’individus affiliés à Al-Qaida. En d’autres termes, et il s’agit là d’une hypothèse a priori de la part des autorités, personne d’autre n’a pu avoir connaissance des attentats à venir.

Les différentes enquêtes n’ont pas pu établir le moindre lien entre les mouvements suspects et Al-Qaida.

Conclusion : Il n’y a donc pas eu délits d’initiés. Les transactions inhabituelles ne sont rien d’autre qu’une pure coïncidence.

Illustrations :

La conclusion générale du rapport de la SEC est la suivante : « Nous n’avons pas découvert l’once d’une preuve suggérant que ceux qui avaient la pré-connaissance des attentats [i.e. les terroristes d’Al-Qaida] ont effectué des transactions financières sur la base de ces informations » (rapport de la SEC, 15/05/02, p.20). (Voir l’annexe en fin d’article pour une analyse des quelques arguments avancés par la SEC dans son rapport pour tenter de convaincre du caractère anodin des transactions).

Dans son rapport officiel, la Commission d’enquête sur le 11 Septembre écrit : « Selon certaines allégations, Al-Qaida se serait financé en manipulant les marchés financiers grâce à sa pré-connaissance des attentats du 11/9. Des enquêtes exhaustives […] n’ont révélé aucune preuve que ceux qui avaient la pré-connaissance des attentats en aient profité par le biais de transactions financières » (rapport officiel, p.172).
L’AMF, organe de régulation des marchés financiers français, stipule dans son rapport annuel de 2002 que « les éléments recueillis n’ont pas permis de mettre en évidence que des groupes financiers liés aux instigateurs des attentats aient pu utiliser la Bourse pour réaliser des opérations » (rapport annuel AMF 2002, chap.5, p.221).

Le journal Le Monde écrit : « Les autorités boursières à Paris, à Amsterdam et à Francfort, ont relevé de forts mouvements sur certains titres sans pouvoir prouver une spéculation concertée organisée par les terroristes » (Le Monde, 29/09/01).

Or, le fait que les mouvements suspects soient l’œuvre de spéculateurs non affiliés à Al-Qaida ne prouve en rien qu’il n’y a pas eu délits d’initiés [14].

http://reopen911.info/11-septembre/des- … attentats/

3. En toute hypothèse, l’enquête de la SEC n’a rien à voir avec le travail de M. Cheney qui se base sur des critères théoriques pour établir la haute probabilité que des délits d’initiés se soient produits dans les jours et semaines qui ont précédé les attentats.

Le propos de M. Cheney n’est pas de contester l’enquête mais d’appliquer un modèle sur les transactions en puts effectués depuis 20 ans pour identifier quelles transactions peuvent être qualifiées de suspectes.

Sur la période considérée, la majorité des suspicions s’orientent vers certaines transactions effectuées dans les jours et les semaines précédant les attentats.

Bref, une fois encore, vos critiques portent à faux.

Bien à vous,

Moorea34

Désolé effectivement, j’avais oublié c’est AMR la compagnie aux calls supérieures en volume le 30 août 2001 à tous les chiffres avancés sur les puts de AMR ou UAL… oui oui AMR !!!!
(cf. chiffres issues de la « Option Clearing Corporation » )

Etonnant non ?
Alors comment allez vous maintenant justifier de chiffres « exceptionnels » sur les puts de ces deux compagnies aériennes ?
:-))))

Ces chiffres n’avaient RIEN d’exceptionnel, tout simplement.

Mais, Charmord, tout ceci est indiqué dans « la farce enjoleuse du 11 septembre » vous devriez le lire ;-)

Charmord

Tu ne réponds à rien du tout, Moorea, j’espère que tu en conscient…

Ce que tu avances est ridiculement peu signifiant sur une si courte période (à l’échelle d’un jour)…

Nier le caractère exceptionnel des volumes de transactions notamment sur les compagnies aériennes, qui eurent lieu dans les jours avant les attentats, voilà qui pourrait davantage s’assimiler à du négationnisme que de demander la réouverture d’une enquête bâclée…

Des dizaines d’analyses ont confirmé en son temps le caractère anormal de ces volumes… Et ce n’est pas un résultat ponctuel en sens inverse qui va modifier le constat de cette tendance globale…

Vraiment, de grâce restez dans votre domaine, vos incursions en terres inconnues sont catastrophiques. Pourriez-vous nous indiquer le nom de votre expert parce que là vraiment, c’est à se demander…

Moorea34

Charmord :

« Des dizaines d’analyses ont confirmé en son temps le caractère anormal de ces volumes… »

Faux : UNE analyse de Chesney et publiée dans AUCUNE revue permettant de s’assurer de sa pertinence.
J’aimerais bien savoir, par exemple, quelle est la loi de distribution (forcément non triviale) qui a été adoptée par Chesney pour évaluer les probabilités d’occurrence jetées sans plus d’explication au public lors de sa conférence….
Vu les fluctuations très aléatoires sur ce genre de produits financiers à faible volume, à valeurs bornées à gauche mais pas à droite, il ne faudra pas se contenter d’une loi normale (ou gaussienne si vous préférez) … Pour l’évaluation de la résistance caractéristique de matériaux, on s’en contente (en prenant le fractile à 5% par exemple), mais là, cela ne peut pas s’appliquer pour les raisons évoquées plus haut.

[j'avoue que je n'ai pas eu le courage de me plonger dans l'article : j'ai tellement perdu de temps sur les inepties de Gage, Jones et leur coreligionnaires que je manque d'entrain, je laisse cela à d'autres]

Charmord :
» Et ce n’est pas un résultat ponctuel en sens inverse qui va modifier le constat de cette tendance globale… »

Vu que vous ne connaissez rien aux stats et probas, je comprends que vous n’appréciez pas la sottise d’une telle phrase à sa juste mesure. Vous êtes donc excusable…
Quoique.

Par ailleurs ce n’est absolument pas un résultat ponctuel puisque sur les 15 jours ouvrables précédant les attentats, le volume total des puts correspond à seulement 55% des volumes de calls sur AMR : donc quasiment deux fois plus de calls que de puts !! (8337 calls 4606 puts)

Oui, vous lisez bien, quasiment deux fois plus de calls que de puts… Un commentaire ?

Charmord

Moorea,

On ne parle pas que d’AMR dans la problématique des délits d’initiés…

C’est pour cela que le parlais de tendance globale qui montre que des sociétés directement touchées par les attentats ont subi des transactions inhabituelles.

Et il y a effectivement des dizaines d’experts à avoir affirmé cela suite aux attentats. Mais sans doute qu’ils n’étaient pas assez qualifiés pour dire si ce volume de transactions était normal ou pas anormal.

Et puis, alors quoi, à supposer qu’il y a ait eu plus d’options d’achat que d’options de vente sur AMR, que vient faire la justification de la recommandation d’Option Online et la tendance baissière du marché de l’aviation, comme cause déterminante de l’inflation des put?

Je reste interdit par ailleurs que les nombreux spécialistes consultés par la presse en temps non suspect n’aient pas réalisé à quel point ces transactions n’étaient pas du tout suspectes, en consultant le simple ratio call put… Vraiment des nuls ces présidents de la Banque centrale, analystes spécialisés dans la finance, journalistes spécialisés, …

http://www.reopen911.info/11-septembre/ … attentats/

Donc, tout ceci est faux, si je comprends bien :

« Entre le 6 et le 7 septembre 2001 à la Bourse de Chicago (CBOE), la principale bourse d’options en Amérique du Nord, 4744 options de vente d’actions United Airlines sont achetées contre seulement 396 options d’achat (Associated Press, 18/09/01), ce qui représente 25 fois la moyenne des transactions habituellement opérées sur cette compagnie aérienne (San Francisco Chronicle, 19/09/01). Le 10 septembre, la veille des attentats, ce sont 4516 options de vente d’actions American Airlines qui sont acquises contre 748 options d’achat (Associated Press, 18/09/01), près de 11 fois la moyenne quotidienne enregistrée les mois précédents (Chicago Tribune, 19/09/01). »

« J’ai vu des volumes d’options d’achat et de vente qui dépassaient tout ce que j’avais pu voir en dix ans d’observation des marchés » confie John Kinnucan – directeur de Broadband Research – à la réouverture des marchés le 17 septembre 2001 (San Francisco Chronicle, 18/09/01 ; Associated Press, 19/09/01). Et ces transactions hors normes ont pu être constatées sur de nombreuses places financières dans le monde, que ce soit en France, en Allemagne, au Canada, au Japon, en Suisse, à Hong-Kong, en Italie, aux Pays-Bas, en Espagne, en Belgique, au Luxembourg, à Singapour et en Grande-Bretagne (BBC, 18/09/01 ; Fox News, 22/09/01 ; CNN, 24/09/01). À titre d’exemple, un trader de la City à Londres confie au Telegraph : « Le marché était mort. Puis soudainement il y a eu une forte augmentation des transactions sur certaines options – c’était totalement inattendu. On se disait que quelque chose de suspect se passait » (Telegraph, 23/09/01). Le 20 septembre 2001, sur la chaîne de télé ABC News, l’expert Jonathan Viner déclare : « Ces cas de délits d’initiés, couvrant le monde entier du Japon aux Etats-Unis et à l’Europe, sont sans précédent dans l’histoire » (ABC News, 20/09/01). Même son de cloche du côté de Dylan Ratigan, directeur de rédaction de Bloomberg News : « Il pourrait bien s’agir là du plus horrible et diabolique délit d’initié que tout ce qu’on a pu voir au cours d’une vie […]. Ce serait l’une des coïncidences les plus extraordinaires dans l’histoire de l’humanité si c’était une coïncidence » (ABC News, 20/09/01). L’analyste et spécialiste des options Jon Najarian est tout aussi catégorique : « Quelqu’un savait [que les attentats allaient avoir lieu] » (Chicago Tribune, 19/09/01). George Constantinides, professeur de finance à l’Université de Chicago, se montre à peine plus mesuré : « [les transactions sur le marché des options étaient] si étonnantes qu’il est difficile d’attribuer cela au hasard » [8].

Plusieurs études sont venues confirmer le mauvais pressentiment que les experts et analystes économiques ont exprimé à la réouverture des marchés :

•Une étude menée par la banque centrale allemande fin septembre 2001 conclut à « la preuve quasi irréfutable de délits d’initiés » sur les actions des compagnies aériennes et d’assurances touchées par les attentats (Washington Post, 22/09/01 ; Daily Telegraph, 23/09/01). Selon Ernst Welteke, président de la Bundesbank, « ce que nous avons trouvé nous donne la certitude que des personnes liées au terrorisme ont essayé de tirer profit de cette tragédie » [9] (Washington Post, 22/09/01).
•Allen Poteshman, professeur de finance à l’Université de l’Illinois, publie une étude en avril 2004 confirmant l’existence de délits d’initiés sur les titres United Airlines et American Airlines : « Il y a des preuves d’une activité inhabituelle sur le marché des options dans les jours précédant le 11 Septembre correspondant à des transactions financières sur la base d’une connaissance préalable des attentats » conclut-il (Chicago Tribune, 25/04/04 ; 2ème édition de l’étude en format pdf publiée dans le Journal of Business, 2006).
•Une seconde étude universitaire menée en 2007 par l’Université de Zurich sous la direction de Marc Chesney – professeur de finance et spécialiste des produits dérivés – conclut que « la probabilité qu’il y ait eu délits d’initiés est forte pour American Airlines, United Airlines, Merrill Lynch, Bank of America, Citigroup et JP Morgan. Ce n’est pas une preuve juridique mais le résultat de méthodes statistiques montrant des signes d’irrégularités » (Les Echos, 11/09/07 ; 2e édition de l’étude en format pdf, 19/04/10).

Ils sont tous plantés et J. Quirant, parfaitement incompétent pour parler de ces matières, nous révèle que tout était parfaitement normal et que ces transactions n’avaient rien d’inhabituel, de sorte que toutes ces personnes ont purement et simplement déliré…

Je vais me permettre de vérifier ce que tu dis à propos d’AMR, de la proportion de puts et de call, car vu tes antécédents savoureux…

Je vais également essayer d’en savoir plus sur le fait que l’augmentation des call est non suspecte par elle-même… D’ailleurs, l’une des personnes interviewées citées plus haut dit bien que le volume global de put et de call en effervescence qui lui paraissait un événement suspect…

Je subodore de la désinformation massive sur ce coup là encore et le mieux est encore que Cheney soit informé, non par toi – ce serait trop loyal – des critiques que tu adresses à son travail.

Moorea34

Charmord, les statistiques sont un outil mathématique qui reste le même qu’on parle de finance ou de fiabilité des structures. Les lois sont forcément différentes mais les grands principes restent identiques.

Certains ont vu des délits d’initiés comme d’autres ont vu 4000 juifs rester chez eux le matin du 11.

Que ce soit pour les délits d’initiés (ou bien d’autres choses d’ailleurs) vous prenez systématiquement des références qui pour la plupart viennent de sources très sérieuses, certes, mais qui ont écrit leurs articles dans les 15 ou 30 jours qui ont suivi les attentats, une période ou toutes sortes d’informations totalement infondées sont sorties dans le grand bordel ambiant (Copyright déposé) ….

Ces mêmes journaux, oui les mêmes, on écrit des articles pour infirmer tout cela. Mais bien sûr, ça, vous ne le dites pas. C’est mal connaître la presse US, bien plus indépendante que chez nous, que de croire qu’ils se seraient arrêtés en si bon chemin.

ça a été les mêmes histoires avec le pirates de l’air ressuscités d’ailleurs. Des rumeurs sorties dans les jours suivant les attentats mais jamais confirmées dans les faits.

Quant aux chiffres que j’ai annoncés vous pouvez les vérifier facilement : ce ne sont que des additions et divisions…
C’est donc parfaitement dans vos cordes.

Geant Vert

Bonsoir,
Je ne pense pas que Mr Chesney prenne la peine de répondre aux attaques de Moorea pour le simple fait qu’il faudrait que ces attaques soient d’un niveau académique, et émis dans l’esprit de la « recherche » c’est à dire dans l’esprit d’une critique construite, argumentée et destinée à participer à la construction d’une méthode ou d’une invention technique.
Les assimilations aux rumeurs sur les 4000 juifs ou je ne sais quelle autre rumeur montrent tout simplement l’absence totale d’arguments pertinents du point de vue financier.
Nous n’avons pas traduit l’ensemble assez complexe du papier de recherche de Mr Chesney, mais vous pouvez le consulter en cliquant sur l’un des nombreux pointeurs présents dans le document.
Moorea est connu (mais semble-t-il un peu seul) pour être un ardent défenseur de la version officielle et semble tirer tous azimuts même dans les domaines qui ne sont pas de son ressort.

Nous invitons des spécialistes de la Finance à se prononcer sur la valeur technique et académique de cet article (ou de son original en anglais) et de nous rapporter ici leur point de vue, ce qui aura le mérite de faire avancer le débat et non de l’éteindre en de vaines querelles personnelles et nauséabondes.

–GV

Moorea34

GV
Vous avez dû mal me lire : il n’y a pas d’attaques contre Marc Chesney puisque, lui, reste sur un plan purement statistique… et il en conclut (fort logiquement) qu’il ne peut RIEN en conclure justement.
Lisez ceci :
http://forum.hardware.fr/hfr/Discussion … #t21918660
C’est Chesney lui-même qui le dit.

Ma remarque portait donc sur les personnes qui utilisent ses travaux sans savoir et disent des idioties par des raccourcis foireux qui n’ont rien à voir avec la science, même financière.

Je remarque simplement que Marc Chesney ne s’est jamais prononcé sur le rapport de la SEC qui n’a été rendu public que très récemment. Bizarre. Surtout que les stratégies de couverture dont il parle dans le lien précédent ont justement été détaillées dans le rapport de la SEC… Evidemment, ça rend un peu bancal son papier.

Par ailleurs un collègue, spécialisé dans la Finance, s’est déjà prononcé sur la pertinence des travaux de Chesney sur ce même site (Oui, Reopen !!)… Evidemment dès qu’un scientifique ne pense pas comme vous c’est un imbécile ou un comploteur, ou que sais-je encore. Il vaut mieux donc l’ignorer et faire comme s’il n’avait jamais existé. Ce qu’il a écrit en quelques mots (peu flatteurs pour l’étude de Chesney), j’en ai expliqué plus haut la raison.

J’en reviens donc à ma question simple, basique, enfantine…
Comment se fait-il que des volumes soient considérés comme absolument fantastiques sur les puts d’AMR, par exemple, alors qu’ils ont été le double sur les calls sur les 15 jours précédent les attentats avec des pics tout aussi importants ?…

Charmord

A votre question :

Comment se fait-il que des volumes soient considérés comme absolument fantastiques sur les puts d’AMR, par exemple, alors qu’ils ont été le double sur les calls sur les 15 jours précédent les attentats avec des pics tout aussi importants ?…

Pour répondre à votre question : Peut-être, pour mieux camoufler les délits d’initiés qui se préparaient et les rendre un peu moins anormales…

Mais, à nouveau tout ceci n’a pas empêché de nombreux spécialistes d’être intrigués, comme les liens précités dans mon dernier post le prouvent.

Quant à ton : « C’est Chesney, lui même qui le dit »…, tu omets de dire … que ces propos lui sont attribués par un debunker invétéré d’Hardware qui répond au pseudo de Camelot »… Et je parierais que c’est ton spécialiste…

Bref, Moorea, n’espére pas nous faire avaler votre pilule aussi facilement.

Et puis cette petite réflexion pour en terminer avec toi. En forme de métaphore :

En 2009, un ingénieur de la Fema nommé G. Corley a prétendu dur comme fer à la BBC (The third tower) qu’il a examiné de fond en comble les décombres des tours pour y rechercher des traces d’explosifs, avant de rejeter l’hypothèse d’une démolition contrôlée.

Problème, des sources concordantes indiquent que le la Fema n’a jamais eu accès à Ground Zero qui était le domaine réservé du Port Authority sur lequel il n’avait aucun pouvoir d’injonction. Tout cela est consigné dans des sources très sérieuses…

Alors crédible, ce G. Corley.

Ce genre de revirement de bord à 180°, comme celui que tu essayes de nous faire gober à propos des délits d’initiés, après plusieurs années et alors que cela commence à jaser sérieusement en vue du 10ème anniversaire des attentats, inspire en toute logique la méfiance…

Au revoir, Jérôme.

Seb

Moorea

C’est insupportable de voir comment vous vous adressez aux lecteurs de reopen, et à reopen.

Vous voulez absolument que tous les critiques de la version officielle soient des fans décérébrés de la théorie du complot illuminatis.

Même si certainement tous les fans d’illuminatis sont des adversaires de la VO du 11 septembre, l’inverse n’est absolument pas vrai!!

Alors si vous prétendez avoir un discours intelligent, ne commencez pas d’embler par attaquer les lecteurs par une moquerie déplacée et insultante!

Ensuite l’article de reopen ne conclut pas à un complot que je sache, il ne fait que rapporter le travail de Chesney, donc ne prétez pas de propos ou d’intentions à reopen lorsque ce n’est pas ce qui est écrit.

Nous ne sommes pas sur le site de Alex Jones, alors un peu de respect et d’intelligence svp.

Ensuite vos arguments:

- Tout d’abord vous attaquez sévèrement la pertinance de l’analyse de Chesney, et posez des questions comme si Chesney n’y répondait pas déjà, mais vous avouez plus loin « [j'avoue que je n'ai pas eu le courage de me plonger dans l'article : j'ai tellement perdu de temps sur les inepties de Gage, Jones et leur coreligionnaires que je manque d'entrain, je laisse cela à d'autres] »

je ne trouve pas ça pertinent non plus et encore moins honnête. (comme vous le répétez souvent)

- Vous commencez par dire « faire des statistiques sur des données aussi fluctuantes relève de la haute voltige. »

Moi je pensait qu’au contraire le boursicotage et la finance, était un univers de haute voltige statistique justement!

La statistique s’applique évidemment aux données très fluctuantes. Si elles ne fluctuent pas, on est dans le déterminisme et les formules mathématiques classiques s’appliquent alors.

C’est pour ça que la mécanique quantique est de la statistique! Et la on peut dire que ça fluctue beaucoup!

- votre argument sensé être massu au début de votre message dit
« Par exemple, les volumes de call-options (soeurs jumelles de puts mais ayant l’effet inverse) ont connu des pics SUPERIEURS en volume aux puts quelques jours avant les attentats »

Mais ça n’est pas pertinent car:
Chesney fait de la statistique sur une donnée unique les PUTS, étudie ses variations normales sur plus de dix ans, et détecte des variations ANORMALES par rapport aux variations classiques de cette donnée.

Or vous comparez des pommes et des poires!
Que les variations de call soient supérieures aux variations de puts ne signifie strictement rien puisque ce ne sont pas les mêmes données.

Il faudrait étudier les variations normales des volumes de call sur plus de dix ans, et détecter les variations ANORMALES! de la même manière.
Et il est fort à parier (je crois même que Chesney y fait référence) que les fluctuations des call sont d’ordinaires plus importantes que celles des puts et donc que les fluctuations de call dont vous parlez, même importantes en valeur brute, ne sont que des variations normales au regard de la vie classique de cette donnée au file du temps, alors que de plus petites variations de puts au même moment, sont elles significatives, car très importantes comparativement aux fluctuations normales de cette donnée!!!

Votre remarque serait pertinente si vous dévoilez une autre compagnie non liée au 11 septembre dont les fluctuations de volume de puts seraient identiques ou plus importantes!

Et en ce qui concerne tout votre argumentaire sur les marchés baissiers, ou les conseils d’achats au groupe de 200 personnes etc, c’est pareil. Chesney y répond en montrant d’autres marchés boursiers, ne subissant pas ces fluctuations, et de plus si le marché aérien est baissé, pourquoi seules les compagnies en questions ont été concernées?

Mais de plus il ne s’agit que d’évènement normaux dans les mouvements financiers, comme il y en a eu beaucoup sur les plus de dix années observées par Chesney! Mais cette anomalie de volume particulièrement élevé de PUTS n’est observé que à ce moment là, en lien temporel direct avec le 11 septembre. Quel hasard statistique…

Et Chesney n’est pas isolé et farfelu, sur le sujet, on peut lire l’enquête de Eric Laurent, qui ne croit pas en une théorie du complot, mais décrit la version officielle comme un mensonge entouré de mystères. Il ne rentre donc pas dans votre moule du fanatique complotiste!
Il est allé interviewé des professionnels de la finance aux US qui lui ont confirmé le caractère fortement suspect de ces volumes de puts…

Moorea:
»
J’en reviens donc à ma question simple, basique, enfantine…
Comment se fait-il que des volumes soient considérés comme absolument fantastiques sur les puts d’AMR, par exemple, alors qu’ils ont été le double sur les calls sur les 15 jours précédent les attentats avec des pics tout aussi importants ?…
»

Réponse simple, basique, enfantine:
Ce ne sont pas les même données!

une variation même forte des volumes de call peut être non significative et normale au regard des fluctuations observées sur plusieurs années précédentes.

mais une variation plus faible des volumes de puts (en valeur brute) que celle des volumes de calls, peut être significative (et absolument fantastique) au regard des fluctuations observées sur plusieurs années précédentes pour cette donnée.

Moorea a dit: « Ma remarque portait donc sur les personnes qui utilisent ses travaux sans savoir et disent des idioties par des raccourcis foireux qui n’ont rien à voir avec la science, même financière. »

=> Sauf que l’article de reopen ne fait absolument pas ce que vous dites! Donc vous vous trompez de cible ici.

Moorea a écrit: « Je remarque simplement que Marc Chesney ne s’est jamais prononcé sur le rapport de la SEC qui n’a été rendu public que très récemment. »

=> La réponse est dans la question. « n’a été rendu publique que très récemment ».
Il faut donc éventuellement laisser le temps à Marc Chesney de préparer un papier.
De toute façon il ne se prétend pas spécialiste de la question des délit d’initiés du 11 septembre, et ne prétend pas remettre totalement en quesiton le travail de la SEC.

Il ne fait qu’exposer les résultats de son étude et ses conclusions de très probable délit d’initiés.

Il est tout à fait en droit de ne pas faire de réponse au rapport de la SEC, sauf si une partie remet en question les calculs statistiques étudiés dans son papier!

-Moorea a dit: « Par ailleurs un collègue, spécialisé dans la Finance, s’est déjà prononcé sur la pertinence des travaux de Chesney sur ce même site (Oui, Reopen !!)… »

=> L’argument d’autorité par un mystérieux inconnu n’apporte strictement rien au débat!
S’il vous apporte des arguments critiques interressants, vous pouvez le citer mais sinon ça n’apporte rien du tout.

Quel autre argument pertinent a t’il apporté autre que celui du volume de call supérieur au volume de puts auquel j’ai répondu simplement?

Moorea a dit: « Marc Chesney puisque, lui, reste sur un plan purement statistique… et il en conclut (fort logiquement) qu’il ne peut RIEN en conclure justement. »

=> Ca n’est pas tout à fait vrai!!
Chesney répète que ce qu’il a détecté ne peut pas faire office de preuve indubitable au sens juridique du terme devant un tribunal,
Mais il dit aussi très clairement qu’au sens statistique du terme, c’est très clair. Ecoutez le sur RMC il n’est pas du tout réservé sur ses conclusions comme vous essayez de le faire croire:
http://www.dailymotion.com/video/xaxlcn … c-est_news

Il répète que ce qu’il a détecté statistiquement révèle une très forte probabilité de délit d’ignitié, et que celà est suffisant pour déclencher une enquête approfondie et un très fort soupçon!

Il répète que la probabilité statistique de voir ces volumes de puts arrivés à leur valeurs conjointement sur les deux compagnies aériennes est de 0.22% Résultat statistique déjà très faible, or si on le combine avec la chance que celà arrive la veille du 11 septembre, on est très très proche de zéro!

A moins de remettre en question sa méthode de calcul statistique ou la validé de ses données sources, il ne sert à rien de déplacer la question à l’enquête du SEC ou je ne sais quoi sur les volumes de calls.

Mais en bon scientifique il ne nie pas le risque d’erreur car il le dit très bien dans son article:
« Comme pour toute autre méthode statistique, nos méthodes de détection pourraient générer de «fausses découvertes», par exemple, la probabilité qu’une opération d’achat-vente puisse par hasard correspondre aux trois critères est non nulle. On sait que l’erreur de classification ne peut être éliminée et correspond à l’erreur de Type I dans les tests d’hypothèses. Cependant, notre méthode de détection est implémentée de manière à réduire considérablement cette erreur de Type I (voir le document original NdT). »

Moorea a écrit « Par ailleurs Chesney a écrit son article avant la divulgation de l’intégralité du rapport de la SEC (dont une partie seulement avait été repris dans le rapport de la commission 911). »

=> Sauf que Chesney ne base pas son étude sur des données liées à la SEC ou quoi que ce soit d’autres en lien à ce que produit la SEC.
Il a fait une étude statistique sur des données publiques de calls et puts de différentes sociétés indépendantes.

Donc son étude et ses conclusions restent valides quelque soit les rapports ou conclusions de la SEC.

Mooréa a dit: « Certains ont vu des délits d’initiés comme d’autres ont vu 4000 juifs rester chez eux le matin du 11. »

=> Argument falacieux qui tente un parallèle entre deux faits totalement différents.
La question des délits d’initiés, est abordé sur de nombreuses réactions de professionnels, et sur cette enquête très précise de Chesney.

L’histoire des 4000 juifs restés chez eux ne se basent sur rien à part une rumeur sans preuves ou témoignages de qui que ce soit. Cette rumeur est née de faits réels qui ont ensuite été exagérés et transformés, à savoir le coup de téléphone à la société Odigo.

On ne peut donc pas honnêtement mettre au même plan ces deux histoires!
Et de toute façon si la SEC a fait une enquête c’est justement parceque des volumes inabituels de transactions ont été monitorés, et qu’un soupçon de délit d’initié était criant.

Donc votre argumentation de dire que les volumes deputs n’avaient rien d’étranges ne tient pas puisque la SEC a déclenché une enqête justement parcequ’ils étaient inhabituels!

@Moorea:

Je vous ai très précisément répondu à chacune de vos affirmations, et vous ne me répondez que très succintement (et bien mal dailleur) sur la question des infirmations de journeaux. C’est donc une méthode assez pratique d’éviter le débat.

Mais je vous rappel:

Moorea a écrit: « J’en reviens donc à ma question simple, basique, enfantine…
Comment se fait-il que des volumes soient considérés comme absolument fantastiques sur les puts d’AMR, par exemple, alors qu’ils ont été le double sur les calls sur les 15 jours précédent les attentats avec des pics tout aussi importants ?… »

Seb a répondu: « Réponse simple, basique, enfantine:
Ce ne sont pas les même données!

une variation même forte des volumes de call peut être non significative et normale au regard des fluctuations observées sur plusieurs années précédentes.

mais une variation plus faible des volumes de puts (en valeur brute) que celle des volumes de calls, peut être significative (et absolument fantastique) au regard des fluctuations observées sur plusieurs années précédentes pour cette donnée. »

J’attends vos explications.

De plus il serait intéressant que vous répondiez à la belle intervention de « Marre des journalynx » Merci à lui.

Marre des journalynx

Moorea à écrit :

« J’aimerais bien savoir, par exemple, quelle est la loi de distribution (forcément non triviale) qui a été adoptée par Chesney pour évaluer les probabilités d’occurrence jetées sans plus d’explication au public lors de sa conférence….
Vu les fluctuations très aléatoires sur ce genre de produits financiers à faible volume, à valeurs bornées à gauche mais pas à droite, il ne faudra pas se contenter d’une loi normale (ou gaussienne si vous préférez) »

Vous aimeriez bien savoir ? Vos désirs sont des ordres, Mr Quirant.
Entre parenthèses vous avez un certain culot, dans votre livre, de vous mêler de porter des jugements péremptoires à propos des conclusions de Marc Chesney, sans même avoir lu son travail.
Vous ne l’avez pas non plus contacté pour lui faire part de votre remarque concernant la loi gaussienne.

Il se trouve que votre collègue Camelot (« Moronwe », sur le forum Fr2) m’avait également opposé ce genre d’argument concernant les fluctuations aléatoires des évènements boursiers.

Suite à cela, j’ai contacté Marc Chesney, qui m’a aimablement répondu. Voici mon mail et sa réponse:

» Bonjour Monsieur Chesney

Ayant suivi votre conférence sur internet dans le cadre du « 11 septembre en question », j’ai eu plusieurs conversations, dans le cadre privé et sur forum internet, à propos de votre travail.

Un interlocuteur me signalait que vos calculs statistiques se basent sur une distribution gaussienne alors que, pour lui, des évènements tels que l’achat d’options suivent plutôt la loi de Pareto, en arguant que ces évènements sont trop chaotiques pour entrer dans la loi normale.

Un autre interlocuteur, plus mesuré, me semble t’il, m’indiquait que les distributions des rendements d’actions se rapprochent plus d’une loi de Student que d’une loi gaussienne. Et cela même avec un historique suffisamment long.
Je lui ai fait remarquer que votre répartition sur un période de dix ans suffirait probablement à rapprocher suffisamment la courbe de Student d’une gaussienne pour pouvoir considérer la différence comme négligeable.
Il me répondit que la loi de Student ne peut tendre vers la loi normale que si son degré de liberté tend vers l’infini. Or, pour lui, avec un historique de 10 ans (un historique plus long donnerait des résultats sensiblement les mêmes), ce paramètre ne tend pas vers l’infini pour une action classique.

Je me rends bien compte que je suis le millième correspondant à vous solliciter à propos de votre travail sur ce probable délit d’initiés et que votre temps est précieux ; mais c’est avec grand plaisir que je prendrais connaissance de votre avis à propos de ces deux remarques.

En vous remerciant à l’avance.
Signature  »

La réponse de Marc Chesney:

» Cher Monsieur,

Merci pour votre intéressant courrier auquel je réponds avec retard, je vous prie de m’en excuser.

Comme vous le verrez ci-joint, dans la dernière version du travail que j’ai réalisé avec mes deux co-auteurs, le délit d’initié est susceptible de se produire si trois critères sont satisfaits. Le premier correspond à des volumes d’achat d’options de vente très élevés et le second est lié aux profits et aux rendements réalisés. Ces deux premiers critères ne requièrent la satisfaction d’hypothèses de normalité ni en ce qui concerne la fréquence d’achat ni pour la distribution des rendements des actions.
Le troisième critère est lié à la couverture. Le calcul correspondant implique la dérivation d’un ratio de couverture (delta, page 13) généré dans le cadre du modèle de Black et Scholes, qui admet effectivement comme hypothèse la normalité des rendements. Or, nous n’avons sélectionné par prudence, que les cas les plus extrêmes et évidents. Je doute donc qu’un delta calculé avec un autre modèle plus raffiné ou réaliste puisse véritablement changer la nature des résultats.

J’espère que ma réponse pourra vous aider.

Meilleures salutations,
Marc Chesney  »

En complément, voici le sentiment de Marc Chesney concernant l’enquête US, d’après une interview réalisée peu après sa conférence.

Marc Chesney :

» Bien sûr, les enquêteurs ont eu accès aux identités… s’ils le souhaitaient…, ce n’est pas notre cas, mais sur quelles bases ont-ils pu conclure à un non lieu alors que du point de vue des volumes, du point de vue financier, euh… c’est vraiment troublant ! Enfin, bon, je veux dire que le résultat est clair pour nous il y a une forte probabilité de délits d’initiés, on a utilisé des outils objectifs qu’on aurait pu utiliser pour d’autres suspicions et la conclusion c’est que de notre point de vue, du point de vue statistique c’est très clair, maintenant si juridiquement parlant on conclut de manière opposée encore faudrait-il expliquer pour quelles raisons, je crois que cela intéresse tout citoyen…  »

Pour Marc Chesney, donc, il est clair que l’enquête US n’explique rien.
Dans sa conférence il est en outre sans équivoque « forte présomption de délit d’initiés ». C’est aussi la conclusion de Ernst Welteke (président de la Deutsche Bundesbank à l’époque), de Allen Poteshman… entre autres experts.

Dernière modification par kikujitoh (25-09-2010 00:34:32)


"Les versions officielles des évenements historiques devraient systématiquement être remises en question." Howard Zinn

Hors ligne

 

#45 24-09-2010 21:20:38

Pole
Membre du forum
Date d'inscription: 23-01-2009
Messages: 4084

Re: Qui a raison, qui a tort ? - Le débat sur le 11 Septembre

moorea34 a écrit:

Je que prétend cette légende urbaine savamment entretenue.

Par ailleurs Chesney a écrit son article avant la divulgation de l’intégralité du rapport de la SEC (dont une partie seulement avait été repris dans le rapport de la commission 911).

Ça je sais d'où ça vient.
http://forum.hardware.fr/forum2.php?pos … p;filter=1

Au passage, avant de continuer cette discussion, il serait bon de signaler de Mark Chesney étudie les délits d'initiés dans une optique "terroriste". Il a publié maints papiers ( j'ai presque envie de dire que c'est son "dada" ) sur le financement du terrorisme et l'impact du terrorisme sur les marchés.

Ceci étant dit, on peut discuter plus calmement de ses conclusions.

La méthode employée est critiquable sur deux points principaux à mon sens qui sont fortement liés:

1-Il ne dispose pas de l'entièreté des informations que la SEC possède.
2-En raison de ce manque d'informations, il se base uniquement sur une analyse de séries temporelles pour conclure au délit d'initié.

Il se trouve qu'il a fait une analyse statistique des faits. Très bien.
Il découvre des échanges relativement élevés avant les attentats. Très bien.

Petit souci...Il occulte l'enquête faite par la SEC (je pense qu'il n'en a pas eu connaissance, il a juste pris la "footnote" et pas les documents repris en Appendix). Du coup, il considère ces échanges comme inhabituels et donc susceptibles d'être des délits d'initiés. Il précise cependant qu'il faudrait une enquête sur l'origine de ces échanges (ce que la SEC a fait) car une analyse statistique en soi ne démontre rien. Elle attire l'attention sur des événements potentiellement improbables.

Mais tout d'un coup :

Je viens de finir un intéressant dialogue téléphonique avec Marc Chesney.  smile 

Je ferai un compte-rendu quand j'aurai le temps.

On a discuté de son travail statistique et l'on était tout à fait d'accord sur les méthodes employés. On est arrivé à la même conclusion de l'importance de l'identité des émetteurs d'ordre notamment au niveau du troisième critère concernant la présence ou non d'une stratégie de couverture.
Il considère que ce critère permet d'éliminer une grosse partie (50%) des échanges qui seraient suspects selon les critères 1) et 2). Je suis de son avis même si j'ai souligné que c'était le critère qui, à mon sens, apportait le plus d'erreur de modélisation/approximation dans l'ensemble.

Ensuite, on a parlé de certains exemples précis du rapport de la commission d'enquête. Il avait connaissance du résumé (footnote) et de l'appendix B.

Il considère que cela n'est pas assez détaillé dans le rapport dans le sens où tous les cas ne sont pas abordés: en l'occurrence, seul le cas des compagnies aériennes est vraiment explicité.
Je plussoye avec une nuance: la SEC a volontairement mis en exergue certains exemples pour mieux expliquer la situation mais il n'était pas dans son objectif de détailler l'ensemble de son enquête. 

En fait, c'était son reproche principal (que je partage dans une certaine mesure): l'absence de détails rendus publics.

J'ai alors abordé la question des requêtes FOIA et des possibilités qui nous est présenté d'obtenir des informations de la SEC et du FBI sur le sujet. Il n'était pas au courant de telles procédures et j'ai promis de m'informer de manières plus approfondies. En effet, je ne suis pas sûr qu'un citoyen non-US puisse faire appel à de telles procédures (si quelqu'un a une idée sur le sujet, je suis preneur). Au pire, on pourra faire appel à un citoyen US (debunker ou chercheur universitaire)
Je compte aussi réunir certains documents déjà obtenus (Interview d'un responsable de la SEC,...) et les lui communiquer.

Je pense qu'on s'oriente donc, si cela est possible, vers une demande à la SEC et au FBI des détails concernant les enquêtes sur l'ensemble des marchés des options tant sur les compagnies aériennes, que les banques, que les assureurs. C'est du moins le désir que nous partageons: obtenir les détails des enquêtes pour dépasser le stade de la "croyance ou non" dans les conclusions de la SEC.

Un bémol toutefois: je considère, par principe, que les affirmations de la SEC ont une certaine "valeur". C'est à dire qu'il s'agit d'obtenir des preuves pour prouver l'inverse de leurs conclusions (qui sont elles-mêmes appuyées par certaines preuves). A l'inverse, Marc Chesney semble considérer que l'on rentre directement dans l'alternative "croire ou ne pas croire" les conclusions de la SEC. Il me semble que cela est motivé par l'expérience EADS où l'AMF a très clairement totalement foiré son enquête.
Je suis en désaccord sur ce point mais pas sur les propositions qui en découlent: une plus grande transparence de l'enquête et des éléments recueillis.

Au final, j'ai "essayé" (de manière un peu voyante) d'obtenir son avis, subjectif, sur les origines des possibles délits d'initiés (s'ils existaient). Je n'ai pas obtenu de réponses.  big_smile 
Mais il m'a répété, avec force, les points suivants:

-Ces travaux ne constituent pas une preuve juridique. Il s'agit de travaux statistiques et économétriques destinés, en priorité, à établir une procédure pour détecter des événements anormaux. Procédure appliquée à certains événements précis.
-L'interprétation que certains en font ne regardent qu'eux (à bon entendeur...)

Quelques autres éléments:

-Les régulateurs s'intéressent seulement depuis peu au marché des options lors des délits d'initiés. C'est vrai dans le cadre des procédures de "détection". En effet, comme le souligne Marc Chesney, on peut augmenter considérablement les volumes sur les marchés des dérivés sans en modifier le prix. A l'inverse, vendre à découvert (ou vendre tout court) des actions a un effet assez important sur leur cours...
Je nuancerai cependant: certes, les régulateurs n'ont pas encore d'outils statistiques permettant de détecter les mouvements anormaux mais, dans le cas du 11/09, ils se sont intéressés à ces mouvements anormaux sur les marchés des options et les procédures, une fois l'anormalité détectée, me semblent fortement rodées (détection des donneurs d'ordre, connexion éventuels, stratégie de couverture éventuelle, déterminer la prise de décision,...)

-Certaines personnes se seraient plaintes de pressions ou de la mauvaise gestion de l'enquête. Je n'ai malheureusement pas pu éclaircir s'il s'agissait des délits d'initiés en général (type EADS) ou du 11/09 en particulier. Je compte préciser ce point dans un prochain mail.

-J'ai soulevé l'hypothèse qu'un "initié" n'appliquerait pas une stratégie aussi voyante (augmentation importante du volume le 06,07,10/09) qui serait forcément analysée par la SEC mais étalerait ses prises de position sur les semaines précédents l'événement (pour un résultat en gain identique). J'ai aussi soulevé l'hypothèse que les mouvements repérés fin août pour les banques (ou même pour le 06/09;07/09 pour les compagnies aériennes) pouvaient être dû à un délit d'initié...sur une autre information que le 11/09 (typiquement les mauvais résultats des compagnies aériennes ou des banque concernées).
Bien que considérant cela comme des hypothèses (et c'est en effet le cas), Marc Chesney ne les a pas rejeté en bloc. D'où l'importance de connaître le facteur de décision et donc les identités des acteurs.

-J'ai remarqué que faire appel à la notion de 60 pour 1 au niveau des volumes est légèrement réducteur par rapport aux trois critères statistiques choisis.

Voilà, si d'autres choses me reviennent à l'esprit, je tâcherai de les rapporter.
Ce fut en tout cas une conversation très intéressante (une heure en tout) avec quelques aspects techniques (l'importance de l'open interest par rapport aux volumes, la notion d'événement rares)...et très loin des délires des truthers.

Une conclusion toutefois sur un ton plus paranoïaque et qui nous a habité tous les deux:
"J'espère que vous avez raison."  big_smile 

Je l'espère aussi.

Et, dans ce cadre, je m'attacherai, sur mon temps libre, à fournir à M. Chesney le plus grand nombre possibles de documents de la SEC et du FBI qui lui permettra d'avoir accès à un niveau de détail qu'il considère (à juste titre) ne pas encore avoir.

Je pense avoir été fidèle dans la retranscription mais je n'ai guère plus prendre de notes vu que la conversation était assez rapide et animée (dans le bon sens du terme). J'espère ne pas lui avoir trop souvent coupé la parole.  smile 

PS:Je rappelle donc: si vous avez des informations sur comment remplir une procédure FOIA et si cela est possible par un citoyen non-US, n'hésitez pas à partager vos infos.

PS2:Je ne retranscrirai pas ici l'échange de mail précédant l'échange téléphonique. Libre aux imbéciles truthers de reopen de me croire ou pas. Moorea connaît mon identité et peut confirmer si nécessaire.

Terrible d'être poignardé lâchement dans le dos quelques temps avant par un collègue débunker. hmm

Dernière modification par Pole (24-09-2010 21:28:53)


Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs n’impliquent en aucun cas leur approbation par l’ensemble du mouvement.
Les tours jumelles ne sont pas tombées en chute libre. Le WTC 7 oui, sur un peu plus de 30 m.

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr