ReOpen911.info : Site d'information sur les attentats du 11 septembre 2001

Annonce

Les propos tenus sur ce forum n'engagent que leurs auteurs et n'impliquent en aucun cas leur approbation par l'ensemble du mouvement (plus d'infos). L'association ReOpen911 est une initiative citoyenne et bénévole indépendante de tout mouvement politique, philosophique et religieux.

Merci de soigner vos messages, restez courtois et constructifs. Un message ne respecte pas le règlement ? Signalez-le en utilisant la fonction "signaler" en bas de chaque message. Toute discussion sur la modération ne doit se faire QUE par MP, et non sur le forum...

Vous pouvez contacter l'équipe de modération à l'adresse : moderation [ at ] reopen911.info

Vous n'êtes pas identifié.

#41 01-01-2008 22:45:56

Sayan
Membre du forum
Lieu: Montréal , Québec
Date d'inscription: 29-09-2006
Messages: 1208

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

@fontaine42

Tu as oublié de mettre a jour la liste avec :

Le principal conseiller économique de George W. Bush, Allan Hubbard

http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=8117


...Il a quitté pour la fin de 2007

Dernière modification par Sayan (01-01-2008 22:46:28)

Hors ligne

 

#42 02-01-2008 08:48:21

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Sayan a écrit:

@fontaine42

Tu as oublié de mettre a jour la liste avec :

Le principal conseiller économique de George W. Bush, Allan Hubbard

http://forum.reopen911.info/viewtopic.php?id=8117


...Il a quitté pour la fin de 2007

Voilà qui est fait...
J'en profite pour te souhaiter une belle nouvelle année...


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#43 11-01-2008 11:37:06

ragondin
Membre de Soutien
Date d'inscription: 29-03-2007
Messages: 7349

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Peter Rodman Très important celui là
http://translate.google.com/translate?h … %26hl%3Dfr
Brookings Institution: Senior Fellow
Ancien secrétaire adjoint à la Défense pour les affaires de sécurité internationale
Projet pour le New American Century: Founding Signataire
Bien que Rodman n'a pas officiellement démissionner du Pentagone jusqu'au début de l'année 2007, il a annoncé son intention de quitter et de rejoindre la Brookings Institution, peu après Rumsfeld a démissionné au début du mois de novembre 2006


« La stratégie militaire doit désormais être pensée en fonction de la couverture télévisuelle [car] si l’opinion publique est avec vous, rien ne peut vous résister ; sans elle, le pouvoir est impuissant. »
M. Michael K. Deaver

Hors ligne

 

#44 19-01-2008 09:34:34

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Le négociateur américain dans le dossier iranien, Nicholas Burns, démissionne

La secrétaire d'Etat américaine, Condoleezza Rice, va perdre un de ses diplomates les plus talentueux avec la démission du numéro trois de son ministère, Nicholas Burns, chargé du dossier iranien et l'un des principaux artisans du rapprochement des Etats-Unis avec l'Inde.

Secrétaire d'Etat adjoint chargé des Affaires politiques, "Nick" Burns, 52 ans dans 10 jours, "a décidé qu'il était temps de prendre sa retraite avec 26 ans de service dans la diplomatie", a annoncé vendredi Condoleezza Rice.

M. Burns, qui était plus particulièrement chargé du dossier nucléaire iranien au sein du ministère américain des Affaires étrangères, quittera ses fonctions "en mars", a indiqué sans plus de précision Mme Rice, qui s'exprimait devant la presse, avec Nick Burns à ses côtés.

Elle n'a pas annoncé le nom de la personne pressentie pour lui succéder, mais son porte-parole Sean McCormack a indiqué quelques heures plus tard que c'était l'actuel ambassadeur des Etats-Unis à Moscou, William Burns, qui avait été choisi pour lui succéder.

"Nous allons substituer un Burns à un autre", a déclaré M. McCormack, précisant que les deux hommes n'ont aucun lien de parenté.

Ambassadeur à Moscou depuis août 2005, "Bill" Burns, 51 ans, a été secrétaire d'Etat adjoint chargé du Proche-Orient de 2001 à 2005, après avoir été ambassadeur à Amman. La confirmation de sa nomination par le Sénat paraît quasi certaine.

Comme pour désamorcer tout soupçon de divergence avec l'administration du président George W. Bush sur l'Iran, au moment où le message américain apparaît brouillé par un récent rapport des agences de renseignement américain (NIE) selon lequel l'Iran a arrêté son programme nucléaire militaire en 2003, Nick Burns a confirmé souhaiter "remplir ses obligations" envers sa femme et ses trois filles.

Il a rendu un vibrant hommage à Mme Rice, qu'il a qualifiée d'"extraordinaire commis de l'Etat". "J'admire la façon dont vous vous acquittez de cette tâche, votre intelligence extraordinaire, votre énergie, votre capacité à diriger et la bienveillance que vous nous témoignez à tous au département d'Etat", a-t-il ajouté.

Mme Rice a fait valoir qu'il participerait la semaine prochaine à Berlin à la réunion ministérielles des six grandes puissances engagées dans les discussions sur le dossier nucléaire iranien (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Russie et Chine).

Nick Burns est considéré comme l'un des principaux artisans du revirement de l'administration Bush en 2005, lorsqu'elle a décidé de se joindre aux discussions sur l'Iran que menaient les Européens.

Ancien ambassadeur en Grèce et ancien représentant permanent à l'Otan, ce diplomate accompli a occupé des fonctions de responsabilité sous plusieurs administrations, aussi bien républicaines que démocrates.

Il a ainsi travaillé à la Maison Blanche de 1990 à 1995, pendant les administrations de George Bush père et de Bill Clinton, comme spécialiste de l'Union soviétique puis de la Russie au sein du Conseil à la sécurité nationale.

Porte-parole du département d'Etat de 1995 à 1997, alors que le ministère était dirigé par Warren Christopher et Madeleine Albright, secrétaires d'Etat de Bill Clinton, M. Burns est considéré par la presse comme un maître de la communication.

Mme Rice a indiqué lui avoir demandé de continuer à travailler sur le dossier indien après son départ, notamment l'accord sur le nucléaire civil dont il est l'un des principaux artisans.

http://news.fr.msn.com/monde/Article.as … id=7287026


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#45 07-02-2008 16:48:44

Habs
Nouveau membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-09-2007
Messages: 35

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Et quid de ce personnage funeste qui traine un botin de telephone derriere lui?

Douglas J. Feith:


http://en.wikipedia.org/wiki/Doug_Feith … _rebuttals

Hors ligne

 

#46 07-02-2008 17:05:35

Habs
Nouveau membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-09-2007
Messages: 35

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Et quid de cet autre figure emblematique republicaine, l'un des Dirty Dozen cites par Sibel Edmonds?

Dennis Hastert:

http://en.wikipedia.org/wiki/Dennis_Has … troversies

Hors ligne

 

#47 08-02-2008 10:57:27

Habs
Nouveau membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-09-2007
Messages: 35

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Richard Armitage (en poste avant Zoellick!) est cite dans l'affaire Plame-Wilson, CIA, Brewtser Jennings!


http://en.wikipedia.org/wiki/Richard_Armitage

Hors ligne

 

#48 29-03-2008 06:45:54

fontaine-42
Membre du forum
Lieu: Bruxelles
Date d'inscription: 18-07-2007
Messages: 671

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

Le vendredi 28 mars 2008
Démission d'un haut collaborateur de Bush
George W. Bush


Agence France-Presse
Washington


La Maison Blanche a annoncé vendredi la démission d'un haut collaborateur du président George W. Bush, chargé de Cuba et soupçonné d'être impliqué dans une affaire d'utilisation illicite de fonds dédiés à l'aide internationale.

Felipe Sixto, assistant spécial du président pour les affaires intergouvernementales, a lui-même informé la Maison Blanche de ces agissements présumés le 20 mars, en même temps qu'il démissionnait, a indiqué un porte-parole de la Maison Blanche, Scott Stanzel.

M. Sixto, qui travaillait à la Maison Blanche depuis juillet 2007 et avait été nommé assistant spécial de M. Bush le 1er mars 2008, aurait été impliqué dans l'utilisation «inappropriée» de fonds d'USAID, l'agence gouvernementale d'aide économique et humanitaire internationale, a dit M. Stanzel.

M. Stanzel a parlé de «conflit d'intérêt avec l'utilisation faite par son ancien employeur», le «Centre pour un Cuba libre», des fonds d'USAID.

Le porte-parole n'a pas dit précisément quels agissements ou quel «conflit d'intérêt» avait poussé M. Sixto à la démission. Il n'a pas non spécifier les sommes impliquées.

La Maison Blanche a saisi le département de la Justice pour qu'il réagisse de «manière adéquate», a dit M. Stanzel.

Selon lui, M. Sixto traitait avec les élus, en particulier d'origine latino; il s'occupait de Cuba et, à ce titre, était en contact avec la communauté d'origine cubaine.

M. Bush a été informé de l'affaire et a jugé que son administration avait réagi correctement, a dit M. Stanzel.

http://www.cyberpresse.ca/article/20080 … 44/CPMONDE


Vous serez peut-être déçu si vous échouez, mais vous êtes perdu si vous n'essayez pas.
(Beverly Sills)

Hors ligne

 

#49 27-10-2009 13:54:34

Parmelan
Membre du forum
Lieu: Annecy
Date d'inscription: 16-06-2009
Messages: 523

Re: Les démissions ou le grand jeu des chaises musicales

"Afghanistan : un diplomate américain claque la porte
B.H. (lefigaro.fr) avec AFP
27/10/2009 |

Crédits photo : AFP
Selon le Washington Post, Matthew Hoh est le premier représentant officiel des Etats-Unis à renoncer à ses fonctions par opposition à cette guerre. Une nouvelle qui met la Maison-Blanche dans l'embarras.

C'est une démission qui fait grand bruit dans les couloirs de la Maison-Blanche. Matthew Hoh, un jeune diplomate américain en poste en Afghanistan, a renoncé à ses fonctions pour protester contre la politique qu'y mène son gouvernement. Il est ainsi, selon le Washington Post de mardi, le premier représentant officiel des Etats-Unis connu à démissionner par opposition à la guerre dans ce pays.

Ancien capitaine des Marines et principal représentant du département d'Etat dans la province afghane de Zabul, considérée comme un bastion des talibans, Hoh a présenté sa démission le mois dernier, selon le quotidien. «Je ne comprends plus et j'ai perdu confiance dans les objectifs stratégiques» de la présence des Etats-Unis en Afghanistan, écrit le diplomate dans une lettre adressée le 10 septembre au responsable du personnel du département d'Etat. «J'ai des doutes et des réserves sur notre stratégie actuelle et sur la stratégie prévue pour le futur, mais ma démission est basée non sur le fait de savoir comment nous allons continuer cette guerre, mais pourquoi et dans quel but», ajoute-t-il. Des déclarations qui interviennent quelques semaines après que le commandant des forces américaines en Afghanistan, le général Stanley McChrystal, a estimé que les talibans ont pris le dessus dans le pays, et demandé des renforts au niveau des troupes déployées sur le terrain.

«Je ne suis pas un pacifiste»

Selon le Washington Post, les responsables du gouvernement américain ont fait - en vain - leur possible pour convaincre Matthew Hoh de rester, préoccupés de le voir devenir un critique important de la nouvelle politique du gouvernement en Afghanistan. Le diplomate, âgé de 36 ans, s'est vu offrir un poste important à l'ambassade des Etats-Unis à Kaboul, qu'il a refusé, et a été envoyé à Washington pour un entretien en tête-à-tête avec le représentant spécial américain pour l'Afghanistan et le Pakistan, Richard Holbrooke. «Nous avons pris sa lettre très au sérieux, parce que c'était un bon officier», indique ce dernier au Washington Post.

Dans un premier temps, Holbrooke aurait convaincu Hoh - qui a également servi comme militaire au Pentagone et comme civil en Irak - qu'en restant en poste, il pourrait changer plus efficacement la politique en Afghanistan. Mais le diplomate a finalement changé d'avis et a confirmé sa démission, qui est devenue effective mercredi.

Alors que le président Barack Obama est en train de soupeser la possibilité d'envoyer des dizaines de milliers de soldats supplémentaires en Afghanistan, Matthew Hoh indique qu'il souhaite influencer l'opinion publique. «Je ne suis pas un pacifiste, un hippie fumeur d'herbe qui veut que tout le monde s'aime, affirme-t-il au Post. Je veux que les gens en Iowa, les gens en Arkansas, les gens en Arizona, appellent leurs députés pour dire ‘Ecoutez, je ne pense pas que ce soit une bonne chose'»."


http://www.lefigaro.fr/international/20 … porte-.php

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Propulsé par PunBB
© Copyright 2002–2005 Rickard Andersson
Traduction par punbb.fr